Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiques.

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
Blezno
Ædilis
Ædilis
Messages : 16
Inscription : mar. 28 janv. 2014, 0:43

Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiques.

Message non lu par Blezno » mer. 02 avr. 2014, 12:39

Bonjour,

Tout est dans le titre. J'ai récemment remarqué que bien que je crois en Dieu et autres dogmes catholiques (bien que j'ai encore et toujours des questions), ma vie et expérience personnelle, notamment de longues années d'athéisme alors que j'ai été baptisée dès mes premiers mois, font que je suis incapable de ressentir de la sympathie pour une grande majorité de mes frêres et soeurs. Que je trouve beaucoup trop "fermés" sur leur visions du monde, beaucoup trop intolérants. Ne vous en faites pas, j'ai exactement le même ressentit pour d'autres religions. Malheureusement, je suis aussi contre certains points de vues de l'Eglise et du Pape. J'essaie tant bien que mal de relativiser, mais je dois avouer que certains sermons me donnent une envie folle de me lever de mon banc et de sortir de l'église.
Est ce que cela fait de moi une mauvaise catholique, car je me sens affligée par la manière de pensée de beaucoup de mes confrères?

Je viens à vous car j'ai beaucoup de mal à aborder le sujet avec un prêtre, j'ai essayé, mais je me sens honteuse de ressentir cette honte vis à vis de mes pairs. Mes mots sont forts, certes mais je veux un vrai dialogue. Et pas me faire insulter comme il m'est déjà arriver justement à cause de mes points de vues, par une catholique.

Merci d'avance de votre attention et de vos réponses. Bonne journée :)

Avatar de l’utilisateur
cath1250
Censor
Censor
Messages : 166
Inscription : mar. 15 févr. 2011, 9:47
Localisation : belgique

Re: Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiqu

Message non lu par cath1250 » mer. 02 avr. 2014, 22:04

Bonsoir Blezno, je ne suis pas spécialiste, mais bon.... je tente une réponse.
se convertir, choisir le Christ, c'est choisir le Chemin, la Vie, la Vérité..... un Chemin.... çà veut dire qu'on y avance, pas à pas, à son rythme, parfois lent, parfois rapide. Parfois on tombe, l'important est de se relever et de se remettre en Chemin, en écoutant les enseignements, mais surtout en les Comprenant, avec le cerveau, avec le coeur, avec les tripes.... c'est affaire d'un temps, un long temps.... pour vivre "ajusté" le plus possible à Dieu.
si être catholique c'est connaître tous les dogmes, la Bible et y adhérer, qui peut dire qu'il est catholique? pas moi en tout cas... j'ai encore un vrai long chemin à parcourir.

quant au ressenti vis à vis des autres frères chrétiens, je vous comprends, je suis aussi passée par là. Mais un jour, une nuit plutôt, j'ai rêvé que je marchais sur un sentier montagneux. quelqu'un surgit devant moi et me tend une Bible en me donnant pour instruction d'étudier les paraboles, et particulièrement celle du bon grain et de l'ivraie.... et je l'ai lue, méditée, j'y pense souvent encore aujourd'hui.... et je comprends en tout cas qu'il ne nous appartient de séparer le bon grain de l'ivraie... de dire qu'untel est de l'un, untel est de l'autre. le bon grain et l'ivraie, c'est partout dans le monde, mais c'est aussi à l'intérieur de nous mêmes. notre mission est celle de "semeur".... à nous de faire fructifier les talents que l'on a reçu. il y en aura pour arroser les graines semées qui germeront, croîtront... ou pas..... ou rebondiront pour germer un jour plus lointain dans d'autres conditions.
et un jour, il y aura la séparation du bon grain de l'ivraie... mais si vous lisez cette parabole, vous y constaterez que cette mission est celle des anges et non la nôtre. Depuis que j'ai médité cette parabole, je m'abstiens (j'essaie, mon humanité très faible est là) de juger autrui... chacun est sur sa route, à son degré de compréhension. laissons Dieu faire son oeuvre sans oublier qu'il ne veut qu'aucune de ses brebis ne soit perdue. nous ne savons pas ce qui se passe dans le coeur de ces personnes.....
Quand je parlerais les langues des hommes et celles des anges, si je n'ai pas l'amour je ne suis qu'une pièce de bronze qui résonne, qu'une cymbale qui retentit...
...L'amour est patient ; l'amour est plein de bonté. L'amour n'est point envieux ; il n'est pas présomptueux, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s'aigrit pas ; il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il met sa joie dans la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout....

James
Senator
Senator
Messages : 835
Inscription : mar. 25 avr. 2006, 0:02
Conviction : Catholique

Re: Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiqu

Message non lu par James » jeu. 03 avr. 2014, 12:12

Bonjour à vous!

C'est assez grave ce que vous nous dites là.
Un chrétien qui n'aime pas son prochain (à plus forte raison ses frères dans la Foi) a des soucis à se faire...
Malheureusement, ce n'est pas très étonnant.
La cause? Tous les efforts de propagande visant à décrédibiliser les voix et la doctrine chrétiennes.
Fort heureusement, tout n'est pas perdu puisque vous vous rendez à l’église et que vous croyez en Dieu.
Le problème est que vous vous trouvez dans la situation d'être partagée entre l'Amour de Dieu et l'amour de ce monde.
D'un côté, vous reconnaissez Sa Grandeur et Sa Bonté, mais de l'autre, les séductions de ce monde et la bien-pensance vous ont atteint et convaincu, d'où vos réactions épidermiques à tout discours de croyants, élément caractéristique des athées.

Maintenant que le constat est fait, parlons des pistes qui pourraient aider à résoudre le problème.

Tout d'abord, il faudrait que vous notiez chacun des points qui vous mettent hors de vous.
Vous pouvez ensuite venir nous en parler ou bien procéder à vos propres recherches.
L'idée est de savoir si ces éléments sont en accord avec la doctrine de l’Église : un chrétien n'est pas Dieu, il peut malheureusement lui arriver de se tromper (même un prêtre) à l'image de cette catholique dont vous nous dites qu'elle vous aurait insulté.
Ensuite, si les points sont valides, il faut savoir pourquoi ils le sont : là encore, nous pouvons vous aider.
Enfin, il faut encore et toujours vous réfugier dans la prière pour invoquer la Sagesse du Très-Haut.
Je ne sais pas à quel rythme vous priez mais il est toujours bon de ponctuer vos méditations de la Parole par une demande pleine d'amour et de confiance faite au Père afin d'être guidé dans sa réflexion.

Avec ces étapes, je pense que la colère vous aura très certainement quitté, parce que vous aurez compris les raisons de ces positions.
La haine de l'autre est principalement due à une incompréhension et à un manque de dialogue.
Peut être devrez-vous à terme revenir aussi sur le blocage qui vous empêche d'en parler à un prêtre.
Gardez à l'esprit qu'il n'y a pas de tabous en religion et que la discussion est vitale.
Comme l'a très bien dit Cath1250, la route de la Sagesse est bien longue, c'est même le travail de toute une vie.
Le principal est de s'abandonner à Dieu et de se dépouiller de toute forme de haine pour se laisser instruire un peu plus chaque jour.

Sachez en tout cas, que mes prières vous accompagnent, chère Blezno.

Avatar de l’utilisateur
Johnny
Senator
Senator
Messages : 751
Inscription : mar. 26 mars 2013, 16:44
Localisation : Ile-de-France

Re: Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiqu

Message non lu par Johnny » jeu. 03 avr. 2014, 12:44

Blezno a écrit :Bonjour,

je suis incapable de ressentir de la sympathie pour une grande majorité de mes frêres et soeurs.
Bonjour,

la solution est très simple pour rester zen :

"Se croire soi-même imparfait et trouver les autres parfaits, voilà le bonheur. (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)"

Sans changer nécessairement d'avis, partez du principe que vous n'avez pas nécessairement plus raison que les autres, et ensuite, approfondissez.

Sur le fond : c'est vrai qu'il est relativement difficile d'affirmer sa foi à notre époque, et que, à force d'être "méprisés", certains cathos se sont repliés sur eux-mêmes et fermés à un environnement qu'ils jugent hostiles. C'est humain, mais le signe de la force de leurs convictions.

Qui suis-je pour juger ?

Fraternellement
Se croire soi-même imparfait et trouver les autres parfaits, voilà le bonheur. (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus)

Ce qui attire le plus de grâces du bon Dieu, c'est la reconnaissance, car si nous le remercions d'un bienfait, il est touché et s'empresse de nous en faire dix autres et si nous le remercions encore avec la même effusion, quelle multiplication incalculable de grâces ! (idem)

isabelle48
Censor
Censor
Messages : 81
Inscription : lun. 26 août 2013, 17:47

Re: Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiqu

Message non lu par isabelle48 » jeu. 03 avr. 2014, 16:29

"Aimer son prochain" cela ne se situe pas sur un plan affectif ou émotionnel comme on le croit trop souvent.
De cette confusion nait un sentiment d'impuissance: comment, en effet, vais-je pouvoir ressentir de la tendresse pour quelqu'un que je ne connais pas ou pire qui m'a fait du tort et du mal?
Aimer son prochain ne signifie pas ressentir de tendres émotions à son égard mais signifie: vouloir son bien. Voir l'autre et le reconnaître (aussi) dans sa faiblesse comme fils de Dieu, tout comme se reconnaitre soi-même ainsi.
Vouloir le bien pour l'autre (comme pour soi-même) cela exige un effort de réflexion et de discernement mais surtout l'effort de se décentrer de soi-même, donc de dépasser ses émotions, ses préjugés, ses propres ressentiments et ses idées reçues. Comme nous sommes des êtres faillibles et que notre seule volonté n'y suffirait pas, il est nécessaire de demander cette grâce par la prière, (par exemple)
Dernière modification par isabelle48 le jeu. 03 avr. 2014, 18:18, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1707
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiqu

Message non lu par prodigal » jeu. 03 avr. 2014, 17:35

Chère Blezno,
il est normal de s'indigner, et bien sûr qu'il arrive que les occasions de s'indigner soient fournies par des gens qui se croient plus catholiques que tout le monde, et même que le pape. Vous connaissez les sentiments de Jésus-Christ à l'égard de certains croyants : malheur à vous, Pharisiens et hypocrites, car vous n'êtes pas entrés vous-mêmes, et vous avez empêché les autres d'entrer. Il ne peut pas être interdit d'éprouver la même chose.
Mais, si je puis me permettre, vous ne posez pas forcément la bonne question en vous demandant si vos récriminations font de vous une mauvaise chrétienne, et vous la formulez de façon un peu "égocentrique". La vraie question est double :
1) Avez-vous raison de vous indigner?
Ne jugez-vous pas vos semblables un peu vite? Et ce que vous reprochez à certaines positions de l'Eglise et du pape, est-ce à bon droit ou pas? Est-ce un vrai désaccord et est-ce que cela signifie que vous avez tort, et donc que vous devez changer d'avis? Les discussions entre personnes de bonne volonté sont parfois possibles sur ce forum, profitez-en.
2) Dans la mesure où vous avez raison, que faites-vous pour ouvrir l'esprit de ceux qui en ont cruellement besoin?
Quoi qu'il en soit, si vous avez un jour ressenti comme un appel, et si vous avez voulu répondre positivement à cet appel, dites-vous bien que le désagrément dont vous parlez fait partie du lot, et qu'il durera toujours, tant que vous aurez conservé votre capacité de vous indigner à bon escient, ce que je vous souhaite.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9460
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiqu

Message non lu par PaxetBonum » jeu. 03 avr. 2014, 21:14

Blezno a écrit : je suis incapable de ressentir de la sympathie pour une grande majorité de mes frêres et soeurs. Que je trouve beaucoup trop "fermés" sur leur visions du monde, beaucoup trop intolérants.
Bonsoir,

Je vais vous transmettre la réponse d'un évêque qui se faisait traiter d'intolérant par une fidèle : "la tolérance ? Il y a des maisons pour cela, Madame…"
Il serait bon de comprendre pour vous ne tolérez par l'intolérance des autres.
Ont-ils tort d'être intolérants vis à vis de vos tolérances, quand vous-même ne tolérez pas leurs intolérances ?

Pour la sympathie votre jugement est peut-être faussé par votre tempérament propre.
Si vous êtes timide, réservée, vous pouvez ne pas exprimer de sympathie et même penser ne pas en ressentir sans que cela soit le cas. C'est dans l'épreuve que l'on reconnaît ses amis. Un jour dans l'épreuve vous ferez peut-être plus preuve de sympathie que vous ne le pensez.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Blezno
Ædilis
Ædilis
Messages : 16
Inscription : mar. 28 janv. 2014, 0:43

Re: Être catholique et ne pas apprécier les autres catholiqu

Message non lu par Blezno » jeu. 03 avr. 2014, 23:05

Bonsoir et merci de vos réponses que j'ai toutes lues avec beaucoup d'intentions.

J'ai tendance à écrire vite, car je suis dans un mouvement perpétuel de questionnement de ma personne, de mes croyances, de ma fidélité à notre Seigneur. Quand je demande si le fait de réagir de cette manière fait de moi une mauvaise chrétienne, je voulais surtout demander "ai je tort de penser de la sorte?". Il est vrai qu'après une longue traversée du désert dans ma foi où je rejettais cette religion attribuée par défaut, j'ai étudié à mon propre compte plusieurs religions (paiennes, orientales, musulmane, et chrétienne) pendant plus de 4 ans, j'étais alors au lycée et je ressentais un grand vide en moi que seul la chrétienté à réussit à combler! Imaginez ma joie de revenir sur la Voie, la Vraie!

Je ne cherche pas à juger mes frêres et soeurs, car après tout qui suis je? Personne, une parmi la multitude. Mais voilà mon désenchantement pour la religion, qui a néanmoins été marqué par un regain sans pareille de ma foi vu que je m'en remettais encore plus à la sagesse Divine, a eu lieu dès mon entrée à l'université catholique. En effet je pensais me nourrir de cette ambiance chrétienne très présente dans laquelle je voulais y aller d'un pour mes études certes, mais surtout par soucis de communautarisme. J'ai donc rencontrer, en grande majorité des catholiques traditionalistes, voire intégristes. Et bien que certains soit mes amis, et que j'aime ces personnes. Je ne peux cependant m'empêcher d'avoir par moment quand nous discutons ou alors quand je pense à eux, ce sentiment de me dire que leur manière de penser n'est pas "érronée" mais, comment vous dire, j'essaie de trouver les mots justes, elle n'est pas "juste", "paradoxale", "contradictoire".

Je suis surtout affligée par les "hypocrites" qui se prônent chrétiens à tout va et qui alimente cette haine religieuse qui déferle dans nos sociétés actuelles. Ce qui est bien dommage car j'estime qu'on apprend beaucoup des religions, même sans y croire je pense qu'on en apprend. Voilà ce que je voulais réellement exprimer et bien que j'ai encore la sensation de pas avoir tout dit!

En tout cas merci de vos réponses, elle me font moi même réfléchir, et je vous en suis très reconnaissante, je sais que très bien que mes mots peuvent être crus et durs, mais j'essaie au mieux d'exprimer ce que je ressens, qui me met assez mal à l'aise, car ce sentiment m'empêche en soi de suivre les enseignements de Jésus. Dur de devoir aimer son prochain auxquels je bute tant!

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités