Mortification, pénitence corporelle et ascèse

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
Brekton
Ædilis
Ædilis
Messages : 13
Inscription : dim. 30 août 2009, 22:02

Mortification, pénitence corporelle et ascèse

Message non lupar Brekton » dim. 30 août 2009, 22:16

Je demande votre avis: Je pense que la pénitence corporelle, la mortification avec la discipline, le cilice, le jêune est démodée. Mais je m’interroge si nous ne devons pas le faire. Pour vivre et réaliser une pénitence qui nous choisissons. Pour apprendre á être fidéles dans les petites choses (ces pénitences). À cause de nos péchés. À cause des péchés du monde. Qu’en pensez-vous?

Cordialement.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4368
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar gerardh » dim. 30 août 2009, 22:53

_________

Bonjour,

Je pense que l'oeuvre expiatoire du Christ sur la croix est pleinement suffisante pour les péchés du monde. D'ailleurs Dieu l'a ressuscité et lui a donné la gloire.


____________

Avatar de l’utilisateur
Brekton
Ædilis
Ædilis
Messages : 13
Inscription : dim. 30 août 2009, 22:02

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar Brekton » lun. 31 août 2009, 0:56

Oui, vous avez raison. C’est vrai et j’y crois que l’oeuvre du « Christ sur la croix est pleinement suffisante pour les péchés du monde « .
Merci.
Mais, » our vivre une pénitence qui nous choisissons et ne pas accepeter seulement ce qui nous arrive et qu’il faut accepter ?

Être fidèles dans ces petites choses (ces penitences) pour apprendre à être humbles, simples…

Excusez-moi, ce sont des questions que je pose à ce moment de ma vie.

Quel est le sens de la mortification corporelle aujourd’hui ? C’est vraiment demodée ? Son abandon est conséquence de quoi ?

Merci.

Cordialement

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 6704
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar Anne » lun. 31 août 2009, 1:08

Notre ami protestant ayant donné son opinion, voici ce qu'en dit la New Catholic Encyclopedia (2003):

Les caractères gras sont de moi.
« Mortification. Maîtrise délibérée des pulsions naturelles de l’homme visant à soumettre progressivement ces pulsions à la raison éclairée par la Foi et les transformer en sujets de sanctification. Jésus-Christ demandait ce renoncement si quelqu’un voulait marcher à sa suite (Luc 9,29). La mortification, ce que saint Paul appelle crucifixion de la chair avec ses vices et concupiscence (Gal 5, 24), est devenu le signe distinctif de ceux qui appartiennent au Christ.

Tous les théologiens sont d’accord sur le fait que la mortification est nécessaire pour le salut de l’homme. Fortement enclin au mal à cause de la triple concupiscence du monde, de la chair et du démon, il doit apprendre à y résister pour ne pas être conduit au péché grave. Si l’on veut sauver son âme, on doit au moins fuir toutes les occasions immédiates de péché mortel. La fuite elle-même comporte une certaine mortification. En plus de ces mortifications qu’exige la condition de l’homme, l’Église, reprenant l’insistance des Évangiles, en impose d’autres aux fidèles (préceptes du jeûne et de l’abstinence). À ceux qui sont dispensés de cette règle, pour une raison ou un autre, l’on demande de faire une autre mortification. »

Ceux qui cherchent à progresser dans la perfection chrétienne doivent se mortifier plus que les croyants ordinaires. Le Christ a fait de la Croix le prix à payer pour le suivre de près (Lc 14,33).

Depuis les débuts de l’ère chrétienne, nombreux sont ceux qui ont embrassé une vie de mortification en imitation du Seigneur. Ceux qui atteignent une grande sainteté sont constamment poussés à lui ressembler dans ses souffrances.

Mais, parce que les grandes mortifications représentent un certain risque, il est conseillé de soumettre toutes les pénitences à l’approbation d’un directeur spirituel sage ».
C'est tiré d'un article plus étoffé retrouvé sur le site de l'Opus Dei (des experts en la matière, selon le grand théologien Dan Brown ;) )
http://www.opusdei.fr/art.php?p=15490
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Brekton
Ædilis
Ædilis
Messages : 13
Inscription : dim. 30 août 2009, 22:02

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar Brekton » lun. 31 août 2009, 2:52

Je crois que nous vivons une époque où la seule mortification corporelle qui a du sens c’est celle par des raisons de beauté, d’élégance. On jeûne pour maigrir, pas à cause de la pénitence, pas parce qu’on affirme avec le jeûne que Dieu, et jeûner dans la suite du Christ est bien plus important. Même le jeûne eucharistique est réduit à une heure.

Je pense que la mortification fait de nous des gens d’oblation. On est aussi libre pour se maitriser et choisir ce temps de cilice, ces coups de discipline. Ce n’est pas grand-chose mais ça nous permets peut être d’être fidèles dans les grandes.
Le monde, dans le sens négatif de ce mot nous entoure, nous prend, et nous sommes satisfaits avec quelques renonces – ce sera la beurre ? Ce sera le café ? Ce sera un film ? Un sourire sympathique. Nous attendons le moment de notre mortification quotidienne. Mais elle est importante, c’est évident.
La mortification corporelle ne serait pas un « plus » d’oblation, un « plus » d’affirmation que le Christ est le TOUT ?

Je ne sais pas si je progresserai beaucoup spirituellement ; si j’atteindrais une très grande perfection.
Je me sens appelé á cette mortification. Nous vivons dans la société et dans la vision pénitentielle du « C’est assez ».
Je suis équilibré, des relations d’amitié, de famille équilibrées
Retraité, vivant seul, je peux me dédier plus à l’étude, à la prière, à la pénitence. Par amour, parce qu’il y a un péché dangereux : celui qui a la forme de bien, par mes péchés, pour apprendre la fidélité, en communion avec le Christ.

Depuis les débuts de l’ère chrétienne, nombreux sont ceux qui ont embrassé une vie de mortification en imitation du Seigneur. Ceux qui atteignent une grande sainteté sont constamment poussés à lui ressembler dans ses souffrances.
Mais c’est évident, et bien compris :

« il est conseillé de soumettre toutes les pénitences à l’approbation d’un directeur spirituel sage ».

Merci, cordialement à tous

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12594
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar etienne lorant » lun. 31 août 2009, 9:57

La mortification est souvent une pratique qui conduit à la délivrance. Nos mortifications et nos pénitences ne peuvent rien apporter à la gloire de Dieu, mais le renoncement - qui peut passer par des mortifications (qui prennent alors la forme de supplication par le corps) - appuie nos prières. Je connais quelqu'un qui a été délivré du tabac en insistant tous les jours dans sa prière par une mortification quelqconque. Il a été libéré (c'est ce que lui dit: sans intervention de sa volonté) et n'a jamais fumé de nouveau.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4368
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar gerardh » lun. 31 août 2009, 11:21

_________

Bonjour,

Voici quelques passages de l'épître aux Colossiens :

Col 2, 20 et suivants : Si vous êtes morts avec Christ aux éléments du monde, pourquoi, comme si vous étiez encore en vie dans le monde, établissez-vous des ordonnances, — ne prends pas, ne goûte pas, ne touche pas ! — (choses qui sont toutes destinées à périr par l’usage,) selon les commandements et les enseignements des hommes (qui ont bien une apparence de sagesse en dévotion volontaire et en humilité, et en ce qu’elles n’épargnent pas le corps, ne [lui] rendant pas un certain honneur), pour la satisfaction de la chair ?

Col 3, 5 et suivants : Mortifiez donc vos membres qui sont sur la terre, la fornication, l’impureté, les affections déréglées, la mauvaise convoitise, et la cupidité, qui est de l’idolâtrie ; à cause desquelles la colère de Dieu vient sur les fils de la désobéissance ; parmi lesquels vous aussi vous avez marché autrefois, quand vous viviez dans ces choses. Mais maintenant, renoncez, vous aussi, à toutes ces choses : colère, courroux, malice, injures, paroles honteuses venant de votre bouche. Ne mentez point l’un à l’autre, ayant dépouillé le vieil homme avec ses actionset ayant revêtu le nouvel [homme] qui est renouvelé en connaissance, selon [l’]image de celui qui l’a créé;

(NOTA : les membres dans ce dernier passage sont volontairement au figuré : ce sont les diverses convoitises et leurs fruits extérieurs).

_______

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 12594
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar etienne lorant » lun. 31 août 2009, 13:15

En effet, les protestants n'ont pas besoin de pénitence ni de mortification, ni de sacrement de confession pour échapper à leurs penchants mauvais et à leur conséquence, puisque selon leur croyance, le seul fait de croire suffit pour être sauvé...
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
Ad Astra
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : jeu. 27 août 2009, 5:05

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar Ad Astra » lun. 31 août 2009, 18:59

Bonjour,

Peut être allez vous me juger très protestant dans mon point de vue, mais je n'appuie pas l'usage des mortifications corporelles.
Si le Christ a été crucifié sur la croix, si les martyrs ont été dévorés par les lions dans les fosses de Rome, c'est pour nous apprendre ce qu'est le dévouement, la Foi jusqu'au bout des épreuves, et nous dire à quel point notre héritage est important et combien ont payés le prix fort pour voir ce rêve de la cité terrestre se réaliser. De mon interprétation, les mortifications sont un acte égoïste, qui ne fait pas acte de renoncement mais d'épandage de la douleur. En s'enfonçant une silice dans la jambe, on ne fait que boiter et être moins efficace au service du Seigneur, qui nous a déjà offert le Christ pour racheter nos pêchés et nous permettre d'accomplir sa volonté sur Terre. Est ce vraiment lui rendre hommage que de penser qu'en continuant à répandre le sang, en imitant son martyr, on peut lui rendre service ?

Le renoncement de soi, l'abandon de nos convictions profondes, quitte à devoir le payer très cher pour soigner notre monde souffrant de milles maux, voila notre chemin de croix à mon sens. Se flageller pendant la prière ne sert personne, pas même le croyant, car il ne sera jamais même un ersatz de l'ombre du Christ. Et pour en rajouter encore une couche quitte à aller très loin, je vais dire que le Christ ne sait pas crucifier tout seul, pour nous prouver quelque chose, il a été supplicié par les romains et exécuter publiquement par une des plus abominables sentences de l'époque, pas plus que les Saints ne se sont jetés dans l'arène pour prouver quelque chose, mais bien parcque leurs efforts aveugles pour faire perdurer le Culte du Seigneur les y ont conduit.. Ceux sont nos œuvres ici bas qui nous assurent notre place au paradis, notre dévouement autant au culte qu'à nos frères et sœurs autour de nous, et ce au delà de toutes considérations physiques et de bien être. Les Saints ne sont pas des saints parcqu'ils ont souffert, mais parcqu'ils ont accomplis des grandes choses pour le peuple de Dieu. Reproduire leur souffrance sans raison rendent les mortifications plus proche du suicide que des bonnes œuvres. Si vous devez souffrir votre vie, persécutez par les incroyants, dans la Foi du Seigneur, alors soyez assurer qu'au Jugement Dernier, vous serez parmi les justes. Mais souffrir pour rien, c'est profondément immoral.

Vivez heureux dans la parole du Seigneur.

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3132
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar jeanbaptiste » lun. 31 août 2009, 20:36

Je ne crois pas qu'il s'agisse de "souffrir pour rien". La mortification, dans sa forme acceptable et donc mesurée, est un moyen d'approcher les souffrances du Christ qui n'a de sens que dans une démarche spirituelle mystique complète.

Dieu ne nous demande pas seulement de faire de bonnes œuvres, il nous demande également de nous tourner vers Lui, de chercher à le connaitre, de connaitre la béatitude. Et les uns vont avec les autres. Les béatitudes sont un chemin vers la béatitude ;)

La mortification fait partie de ces exercices spirituels qui ont un sens, une fin, tant qu'ils ne manquent pas par excès ou par défaut.

mandonnaud
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2313
Inscription : jeu. 01 juil. 2004, 15:28
Localisation : LIMOGES 87000 FRANCE
Contact :

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar mandonnaud » lun. 31 août 2009, 21:14

Les meilleurs mortifications faite pour Jésus doivent etre secret, mais elles sont tout a fait necessaire pour imiter Jésus et etre a son heure pret a le suivre par la croix au ciel, et la vie de chaque jours peut nous en donner l'occasion sans aller se mettre un cilice. Prendre sa douche des le début ou l'eau est froid pour lutter contre la concupicence de la chaire, ne pas enlevé un caillou douloureux,se refuser un bonbon ou une boissons fraiche, un café suplémentaire, ne pas dire un mots pouvent etre méchant, ne pas se défendre ou justifier, se lever avec action de grace méme si s'est dure, acepter les douleur du dos sans se pleindre, ne pas prendre de suite un aspirine pour un petit mal de téte etc etc j'ai beaucoup moi méme de progrés a faire en se sens, et cela peut se programmé avec son confesseur, car n'oublions pas que pour Jésus l'obeissance est la plus belle offrende et pénitence.
amitiés paul
Jésus est infiniment misericordieux.
http://www.mandonnaud.net/

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3132
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar jeanbaptiste » lun. 31 août 2009, 23:45

C'est juste. Ce qu'on appelle mortification est bien souvent apprentissage de la patiente, de la tempérence, de la constance, et de la tranquillité d'âme et de corps.

Avatar de l’utilisateur
Ad Astra
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : jeu. 27 août 2009, 5:05

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar Ad Astra » mar. 01 sept. 2009, 2:02

Et bien dans ce sens, effectivement ce serait un exercice d'éducation et de discipline fructifiant, tant qu'il est sous contrôle d'un censeur.

Avatar de l’utilisateur
Pneumatis
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1950
Inscription : jeu. 19 févr. 2009, 17:22
Localisation : Châteaubriant
Contact :

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar Pneumatis » mar. 01 sept. 2009, 15:35

Bonjour,
Et pour en rajouter encore une couche quitte à aller très loin, je vais dire que le Christ ne sait pas crucifier tout seul, pour nous prouver quelque chose, il a été supplicié par les romains et exécuter publiquement par une des plus abominables sentences de l'époque, pas plus que les Saints ne se sont jetés dans l'arène pour prouver quelque chose, mais bien parcque leurs efforts aveugles pour faire perdurer le Culte du Seigneur les y ont conduit..
...
Mais souffrir pour rien, c'est profondément immoral.
Nous sommes bien d'accord, mais la finalité peut échapper à votre jugement. Cela a déjà été dit plus ou moins, mais à l'exemple du Christ au désert, nous sommes invités à jeuner : voilà bien une mortification corporelle que de se priver des biens a priori nécessaires à la vie. Et les saints, au contraire de ce que vous dites, sont bien connus pour avoir fait un important usage de la mortification. Je vais prendre un exemple très parlant sous deux aspects : celui de la sainteté et celui de l'excès. Il s'agit de Saint François d'Assise. C'est un véritable modèle de sainteté, qui s'est imposé une vie de renoncement et de mortification, allant jusqu'à mélanger volontairement de la terre ou de la cendre à sa nourriture pour ne pas risquer de l'apprécier, jeunant totalement durant tout le carême, portant cilice sous la seule bure destinée à le couvrir même durant les plus rigoureux hivers.

Cela dit, nous découvrons aussi avec Saint François un vice caché : le dégout du corps. Sa sainteté lui doit d'avoir fini sa vie en se réconciliant enfin avec ce qu'il avait détesté sa vie durant : son corps. Et il est heureux qu'il put achever son chemin vers Dieu en réussissant à accorder à son corps la même dignité que celle qu'il accordait à toutes les autres créatures, en l'appelant enfin "frère corps". Sans quoi, avec Saint François, on aurait pu dire que la frontière entre la mortification et le masochisme était pour le moins ambigüe. Mais, c'est toute la gloire du vrai témoin, il suffit de contempler les grâces dont il fut gratifié pour saisir tout le sens de sa vie, ce don de lui-même au service de Dieu qui motivait notamment ses mortifications, mais aussi son extraordinaire sens de la charité.
Site : http://www.pneumatis.net/
Auteur : Notre Père, cet inconnu, éd. Grégoriennes, 2013

Avatar de l’utilisateur
Brekton
Ædilis
Ædilis
Messages : 13
Inscription : dim. 30 août 2009, 22:02

Re: Mortification/pénitence corporelle

Message non lupar Brekton » mer. 02 sept. 2009, 20:00

Chers amis,

J’ai lu vos réponses, j’en ai réfléchi. La réponse de Gerardh ne me surprend pas, pas seulement comme protestant mais aussi parce que même les catholiques, actuellement, pensent comme vous.
Je me souviens de la difficulté que les premiers chrétiens ont eu pour accepter qu’ils avaient besoin de pénitence même après le Baptême et tout le chemin fait par l’Église jusqu’au sacrement de la Pénitence qui aujourd’hui n’attire pas beaucoup de catholiques.

Je suis d’accord avec ce que nous dit Etienne Lorant : la mortification et la pénitence – les deux sont déjà renoncement - ne rien apportent à la gloire de Dieu mais peuvent apporter beaucoup à la libération spirituelle de l’homme. Oui, la mortification est une maitrise délibérée de nos pulsions, c’est pourquoi je ne comprends pas le discours qui nous dit de n’accepter que les mortifications qui nous apparaissent dans le quotidien. Je pense que l’acte de volonté est assez important. Mais, la mortification du corps devra être accompagnée par la prière, par des gestes dans la relation avec les autres qui soient expression de l’amour du Christ.

Je ne suis pas d’accord avec ce que nous dit Ad extra: Je ne pense pas que les mortifications soient un acte égoïste si, en se mortifiant, le chrétien maintient une attitude de tolérance, de respect, de solidarité, d’humilité dans la relation avec les autres, avec soi-même, si avewc la mortification on apprends sa fragilité personnelle et pécheresse. Dans ce qui concerne le cilice dans la jambe pour ne pas boiter il y a la ceinture. Et il y a beaucoup de boiteux qui ont et qui sont précieux au service du Seigneur…
Je pense, Ad extra qu’il ne faut pas répandre du sang, pas se flageller pendant la prière. Mais, peut être, la soumission explicite de notre volonté, de notre fragilité corporelle nous pourrait aider au « renoncement de soi, l'abandon de nos convictions profondes, quitte à devoir le payer très cher pour soigner notre monde souffrant de milles maux, voila notre chemin de croix à mon sens »
Je suis d’accord avec Jean Baptiste, et je pense que je vis une démarche spirituelle que je ne comprends pas encore très bien, à laquelle je me sens appelée mais qui a une relation avec ce que vous avez z écrit, Jean Baptiste : « Dieu ne nous demande pas seulement de faire de bonnes œuvres, il nous demande également de nous tourner vers Lui, de chercher à le connaitre, de connaitre la béatitude. »
Selon Praetor écrit, la mortification m’aidera à l’apprentissage de la patiente, de la tempérance, de la constance, et de la tranquillité d'âme et de corps et à la purification des contraires.
CherMandonnaud, merci d’avoir rappelé l’obéissance. C’est ce que je pense faire, parler avec un prêtre et obéir.
Praetor, vous parlez du don au service de Dieu et le sens de la charité de saint François. Ce qui peut montrer que la mortification a du sens est la charité.

Chers amis,
Excusez-moi si je me suis exprimée d’une façon trop personnelle.
Cordialement,
Merci à vous tous :coeur: .


Revenir vers « Vie chrétienne »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Google [Bot] et 8 invités