A quelle fréquence vous confessez-vous ?

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence

A quelle fréquence vous confessez-vous?

jamais
12
19%
exceptionnellement
7
11%
1 à 4 fois par an
13
21%
5 à 11 fois par an
13
21%
1 à 2 fois par mois
12
19%
3 fois par mois ou davantage
5
8%
 
Nombre total de votes : 62

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1996
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

A quelle fréquence vous confessez-vous ?

Message non lu par Théophane » mer. 30 août 2006, 0:09

Trois fois par mois ou davantage (je suis un grand pécheur :roll: ). Mais en général ça tourne autour de trois fois. Le mois dernier je me suis confessé trois fois, ce mois-ci quatre.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Deo Gratias
Quæstor
Quæstor
Messages : 248
Inscription : ven. 01 sept. 2006, 13:04
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Normandie

Message non lu par Deo Gratias » ven. 01 sept. 2006, 16:42

Une fois par moi,quelques fois,si ma conscience me le demande.
Oui recevoir le pardon de Dieu est une grande grace pour avancer sur le chemin âpre de la sainteté.

Avatar de l’utilisateur
nicolas_12
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 3
Inscription : ven. 08 déc. 2006, 16:00

Message non lu par nicolas_12 » ven. 15 déc. 2006, 17:40

moi je me suis jamais confessé de ma vie car je pense q'on ne devrait mettre entre nous et notre seigneur un intermédiaire (donc il vaut mieux se confessé directement à dieu , il recoit toutes les prières). :roll:

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1597
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Message non lu par Hélène » ven. 15 déc. 2006, 17:57

nicolas_12 a écrit :moi je me suis jamais confessé de ma vie car je pense q'on ne devrait mettre entre nous et notre seigneur un intermédiaire (donc il vaut mieux se confessé directement à Dieu , il recoit toutes les prières). :roll:
La confession au prêtre, qui représente le Christ (In personna Christi), est un acte d'humilité... et l'aveu, comme quoi je m'engage dans la responsabilité de mes torts, est un signe que le péché est sorti de soi : "ex-primer", jeter hors de soi... et le Sacrement (signe concrèt de la présence de Dieu) est efficace par le seul fait de recevoir l'absolution. Nous avons l'assurance d'être pardonnés mais aussi, nous avons la possibilité d'être renouvelés dans la grâce de notre Baptême.

Mais si vous croyez être branché en ligne directe avec Dieu... :hypocrite: Recevoir le pardon de Dieu dans le Sacrement de la Réconciliation est libérateur... l'essayer, c'est l'adopter ! :)

Cordialement,
Hélène
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

Avatar de l’utilisateur
Boris
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2475
Inscription : lun. 21 août 2006, 17:46
Localisation : France - Centre (28)

Message non lu par Boris » ven. 15 déc. 2006, 19:18

nicolas_12 a écrit :moi je me suis jamais confessé de ma vie car je pense q'on ne devrait mettre entre nous et notre seigneur un intermédiaire (donc il vaut mieux se confessé directement à Dieu , il recoit toutes les prières). :roll:
J'imagine que vous n'allez jamais à la Messe non plus : pas besoin d'intermédiare entre vous et Dieu. Idem pour les ordinations et le mariage : pas besoin ni d'Evêque ni de prêtre : pas d'intermédiaire ?

Pourquoi donc les Juifs considèrent-ils comme blasphème le fait de dire "tes péchés sont pardonnés" ?
Les chrétiens ne descendent-ils pas des juifs ? Alors pourquoi chez les chrétiens ce n'est pas un blasphème dans certains cas ?

Que signifie pour vous la notion de sacrement ?
UdP,
Boris

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1996
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Message non lu par Théophane » ven. 15 déc. 2006, 20:32

Boris a écrit :
nicolas_12 a écrit :moi je me suis jamais confessé de ma vie car je pense q'on ne devrait mettre entre nous et notre seigneur un intermédiaire (donc il vaut mieux se confessé directement à Dieu , il recoit toutes les prières). :roll:
J'imagine que vous n'allez jamais à la Messe non plus : pas besoin d'intermédiare entre vous et Dieu. Idem pour les ordinations et le mariage : pas besoin ni d'Evêque ni de prêtre : pas d'intermédiaire ?
C'est une vision protestante du rapport avec Dieu, et même les protestants estiment qu'on a besoin de l'Église pour rencontrer Dieu.
Avant leur mariage, le pasteur avait demandé à mon oncle et ma tante pourquoi ils n'assistaient pas souvent au culte ; ceux-ci lui avaient expliqué qu'ils préféraient prier chez eux, et le pasteur de rétorquer : "et le mariage aussi on le fait à la maison ?".
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
Exultate_domini
Censor
Censor
Messages : 53
Inscription : mar. 06 févr. 2007, 15:38
Localisation : Belgique

Message non lu par Exultate_domini » mar. 06 mars 2007, 19:30

Bonsoir, pour répondre également à la question :

je me confesse au moins car c'est un minimum une fois par mois, mais bien souvent plus !

Le sacrement de réconciliation m'apporte une grande paix, le prêtre représente Dieu et c'est donc à Dieu que nous confessons nos péchés.

De ce sacrement, je sors toujours très joyeuse et je peux aussi demander des conseils à mon directeur spirituel. Jésus habite en nous, être en état de grâces c'est bien l'accueillir en son temple qu'est notre âme et puis il faut bien avouer que je suis aussi une grande pécheresse, je retombe souvent dans les mêmes fautes quand je m'y attends le moins. :oops: je ne parle pas ici de fautes graves qu'il faut s'efforcer de n'y plus jamais retomber.

Bien cordialement,

:)
De fleurs et d'émeraudes dans les fraîches matinées cueillies nous ferons les guirlandes en ton amour fleuries, et avec un de mes cheveux entrelacées. (St Jean de la Croix)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Message non lu par Raistlin » mer. 07 mars 2007, 10:03

Je ne me confesse jamais car je n'en ressens pas le besoin. Ca ne veut pas dire que je ne demande pas pardon pour mes fautes, bien au contraire, mais je le fais "en direct" avec Dieu. Après, il s'agit d'être le plus honnête possible mais, de toute façon, si on n'est pas honnête dans sa prière, je ne vois pas pourquoi on le serait plus en face d'un prêtre.

Maintenant, pour ceux qui disent qu'à ce moment là, on n'a qu'à faire tous les sacrements à la maison, je rétorque que dans l'absolu, je ne vois pas où est le problème. Bien sûr que les sacrements sont importants (encore que certains le sont plus que d'autres à mon sens, par exemple l'eucharistie a été instaurée par le Christ, par contre il ne me semble pas avoir vu la confession dans les Evangiles), mais ils ne sont pas indispensables à mon sens pour vivre en Dieu, avec Dieu et par Dieu. Les sacrements aident à atteindre la sainteté mais ne sont pas la sainteté elle-même et surtout ne sont pas les seuls moyens pour l'atteindre (Dieu merci !).

Avatar de l’utilisateur
Boris
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2475
Inscription : lun. 21 août 2006, 17:46
Localisation : France - Centre (28)

Message non lu par Boris » mer. 07 mars 2007, 11:57

Il y a juste un problème : le Christ a donné le pouvoir saramentel uniquement aux Apôtres et non aux foules !

Donc il n'y a pardon que dans le sacrement de pénitence ! Hors du sacrement, pas de pardon assuré.

Il ne suffit pas de demander pardon pour être pardonner, il faut que Dieu réponde. Et Il répond au travers du prêtre, c'est le mécanisme des sacrements.

Je pense que si je vous parle de droit canonique, vous allez hurler au scandale. Mais relisez tout de même "Ecclesia de Eucharistia" de Jean Paul II.
Vous n'allez tout de même pas oser dire que le Pape dit n'importe quoi ?
UdP,
Boris

Avatar de l’utilisateur
Exultate_domini
Censor
Censor
Messages : 53
Inscription : mar. 06 févr. 2007, 15:38
Localisation : Belgique

Message non lu par Exultate_domini » mer. 07 mars 2007, 12:52

Boris a écrit :Il y a juste un problème : le Christ a donné le pouvoir saramentel uniquement aux Apôtres et non aux foules !

Donc il n'y a pardon que dans le sacrement de pénitence ! Hors du sacrement, pas de pardon assuré.

Il ne suffit pas de demander pardon pour être pardonner, il faut que Dieu réponde. Et Il répond au travers du prêtre, c'est le mécanisme des sacrements.

Je pense que si je vous parle de droit canonique, vous allez hurler au scandale. Mais relisez tout de même "Ecclesia de Eucharistia" de Jean Paul II.
Vous n'allez tout de même pas oser dire que le Pape dit n'importe quoi ?
J'apprécie beaucoup votre réponse Boris :)

J'ai lu et relu "l'Eglise vit de l'Eucharistie" cette lettre encyclique en plus de nous en apprendre beaucoup est superbe !

Bien cordialement,

:)
De fleurs et d'émeraudes dans les fraîches matinées cueillies nous ferons les guirlandes en ton amour fleuries, et avec un de mes cheveux entrelacées. (St Jean de la Croix)

Avatar de l’utilisateur
François-Xavier
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 759
Inscription : dim. 20 août 2006, 23:53
Contact :

Message non lu par François-Xavier » mer. 07 mars 2007, 13:08

Raistlin a écrit :Les sacrements aident à atteindre la sainteté mais ne sont pas la sainteté elle-même et surtout ne sont pas les seuls moyens pour l'atteindre (Dieu merci !).
Je ne voudrais pas être violent, Rastlin, mais avez-vous conscience, en écrivant ceci, de contredire formellement... la Bible ?

Bien à vous,

FX

Avatar de l’utilisateur
marchenoir
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 268
Inscription : dim. 25 déc. 2005, 22:58
Localisation : Vincennes

Hop hop hop !

Message non lu par marchenoir » mer. 07 mars 2007, 15:24

[align=justify]Bonjour Raistlin,
Raistlin a écrit :l'eucharistie a été instaurée par le Christ, par contre il ne me semble pas avoir vu la confession dans les Evangiles.
mais, Saint Jean, sous l'inspiration divine, a écrit : Les péchés seront remis à ceux à qui vous les remettrez; ils seront retenus à ceux à qui vous les retiendrez. (Jean, XX, v. 22)
Raistlin a écrit :Les sacrements aident à atteindre la sainteté mais ne sont pas la sainteté elle-même et surtout ne sont pas les seuls moyens pour l'atteindre (Dieu merci !).
Dire que ce ne sont pas les seuls moyens de l'atteindre ne signifie tout de même pas qu'on puisse s'en passer. Qu'en pensez-vous ?

Cordialement,

Marchenoir.[/align]
Il n'y a qu'une tristesse, c'est de n'être pas des saints (Léon Bloy, La Femme Pauvre)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Message non lu par Raistlin » mer. 07 mars 2007, 15:40

Heu, tout d'abord, je tiens à présenter mes excuses si j'en ai offensé certains. Ce n'était pas mon intention.
Loin de moi l'idée de m'en prendre à l'Eglise et à son enseignement. En revanche, je me réserve le droit d'exercer mon jugement et mon bon sens sur cet enseignement, aussi ignorant que je puisse être. :oops:

Concernant le pouvoir sacramentel, je suis d'accord que Jésus-Christ l'a donné aux apôtres et non aux foules. Qu'est-ce à dire ? Que Dieu ne peut (ou ne veut) pardonner directement ? Que faire d'un pauvre précheur qui mourrait loin de tout prêtre mais qui demanderait, dans un acte de contrition sincère, au Christ de lui pardonner avant sa mort ? Serait-il quand même condamné ? Je ne pense pas que la miséricorde divine soit limitée au point de passer nécessairement par les prêtres catholiques... Je pense - et j'admets que je peux me tromper - que les apôtres ont reçu le pouvoir de pardonner aux pécheurs ne vivant pas dans la foi du Christ ressuscité. Pour ceux qui vivent déjà en et par Jésus-Christ, j'ai envie de dire qu'ils sont un peu apôtres eux-même... non ?
Je ne voudrais pas être violent, Rastlin, mais avez-vous conscience, en écrivant ceci, de contredire formellement... la Bible ?
En quoi ce que j'ai dit contredit la Bible ? Le seul commandement de Jésus-Christ est d'aimer Dieu et son prochain. Jésus n'at-il pas lui-même abrogé certains rituels qui finalement n'avaient pas autant de sens que ce que le juifs de l'époque pensaient ?
Les sacrements permettent à mon sens de se purifier et de s'ouvrir à cet amour, certes. Mais ce ne sont pas les seuls moyens. Navré, mais je me refuse d'envisager un Dieu qui ne serait là que pour ceux qui respectent certains "codes" ou certains rituels. A mon sens Dieu est avant tout là pour ceux qui ont la foi.
Vous n'allez tout de même pas oser dire que le Pape dit n'importe quoi ?
Ah non, je n'ose pas !
Les papes que j'ai connus ont forcé mon admiration par leur foi et leur intelligence. Leur compréhension des Evangiles et, d'une façon plus générale, de la Parole de Dieu dans son ensemble dépasse de loin la mienne. Maintenant, ça ne veut pas dire qu'ils ne peuvent pas se tromper... Mais je vais lire "Ecclesia de Eucharistia" pour me faire mon opinion.

En tout cas, merci à tous pour vos remarques. J'aime beaucoup, ça me fait au moins réfléchir. :)

Avatar de l’utilisateur
el Padrecito
Quæstor
Quæstor
Messages : 315
Inscription : ven. 24 nov. 2006, 0:06
Localisation : Paris

Message non lu par el Padrecito » mer. 07 mars 2007, 16:06

Raistlin a écrit :Heu, tout d'abord, je tiens à présenter mes excuses si j'en ai offensé certains. Ce n'était pas mon intention.
Loin de moi l'idée de m'en prendre à l'Eglise et à son enseignement. En revanche, je me réserve le droit d'exercer mon jugement et mon bon sens sur cet enseignement, aussi ignorant que je puisse être. :oops:
En tant que catholique, nous pouvons bien sûr soumettre l'Enseignement de l'Eglise à notre foi et notre intelligence, mais qui sommes-nous pour relativiser cet enseignement selon notre point de vue???
Concernant le pouvoir sacramentel, je suis d'accord que Jésus-Christ l'a donné aux apôtres et non aux foules. Qu'est-ce à dire ? Que Dieu ne peut (ou ne veut) pardonner directement ? Que faire d'un pauvre précheur qui mourrait loin de tout prêtre mais qui demanderait, dans un acte de contrition sincère, au Christ de lui pardonner avant sa mort ? Serait-il quand même condamné ? Je ne pense pas que la miséricorde divine soit limitée au point de passer nécessairement par les prêtres catholiques... Je pense - et j'admets que je peux me tromper - que les apôtres ont reçu le pouvoir de pardonner aux pécheurs ne vivant pas dans la foi du Christ ressuscité. Pour ceux qui vivent déjà en et par Jésus-Christ, j'ai envie de dire qu'ils sont un peu apôtres eux-même... non ?
Premièrement, nous ne sommes pas tous un peu apôtres dans ce sens précis du mot, les successeurs des Apôtres, ce sont les évêques. Par notre baptême, nous sommes prêtres, prophètes et roi, mais pas apôtres.
Pour ce qui est du paure pécheur, qui mourrait loin de tout prêtre, ce n'est pas votre cas. Quand il n'y a pas de prêtres, ce n'est pas la même chose que quand on ne veut pas aller en voir un pour se confesser.

En quoi ce que j'ai dit contredit la Bible ? Le seul commandement de Jésus-Christ est d'aimer Dieu et son prochain. Jésus n'at-il pas lui-même abrogé certains rituels qui finalement n'avaient pas autant de sens que ce que le juifs de l'époque pensaient ?
Les sacrements permettent à mon sens de se purifier et de s'ouvrir à cet amour, certes. Mais ce ne sont pas les seuls moyens. Navré, mais je me refuse d'envisager un Dieu qui ne serait là que pour ceux qui respectent certains "codes" ou certains rituels. A mon sens Dieu est avant tout là pour ceux qui ont la foi.
Navré à mon tour, mais si Dieu en la personne de son Fils a fondé l'Eglise pour mener à Lui tous les hommes, ce nest pas non plus pour faire sans!

Ah non, je n'ose pas ! :lol:
Les papes que j'ai connus ont forcé mon admiration par leur foi et leur intelligence. Leur compréhension des Evangiles et, d'une façon plus générale, de la Parole de Dieu dans son ensemble dépasse de loin la mienne. Maintenant, ça ne veut pas dire qu'ils ne peuvent pas se tromper... Mais je vais lire "Ecclesia de Eucharistia" pour me faire mon opinion.
Très bonne idée de lecture. En même temps, même si les Papes ne jouissent pas tout le temps de l'Infaillibilité pontificale, ils ne se trompent quand même que très rarement, voir jamais, lorsqu'ils parlent au Peuple de Dieu et à l'Eglise.
in Christo Rege.

Quentin.

Avatar de l’utilisateur
François-Xavier
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 759
Inscription : dim. 20 août 2006, 23:53
Contact :

Message non lu par François-Xavier » mer. 07 mars 2007, 17:06

Rastlin a écrit :
FX a écrit : Je ne voudrais pas être violent, Rastlin, mais avez-vous conscience, en écrivant ceci, de contredire formellement... la Bible ?
En quoi ce que j'ai dit contredit la Bible ? Le seul commandement de Jésus-Christ est d'aimer Dieu et son prochain. Jésus n'at-il pas lui-même abrogé certains rituels qui finalement n'avaient pas autant de sens que ce que le juifs de l'époque pensaient ?
Les sacrements permettent à mon sens de se purifier et de s'ouvrir à cet amour, certes. Mais ce ne sont pas les seuls moyens. Navré, mais je me refuse d'envisager un Dieu qui ne serait là que pour ceux qui respectent certains "codes" ou certains rituels. A mon sens Dieu est avant tout là pour ceux qui ont la foi.
Mon cher, je vous propose une petite relecture de l'Evangile de S. Jean. Les sacrements sont nécessaires au salut, et parmi ceux-ci, le premier d'entre eux, le baptême :
Jn 3, 5-7 a écrit :En vérité, en vérité, je te le dis, nul, s'il ne renaît de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu 6 Car ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l'Esprit est esprit.
7 Ne t'étonne pas de ce que je t'ai dit: il faut que vous naissiez de nouveau.
Il ne s'agit pas seulement de "respecter un code". Le Christ n'a pas eu un seul commandement. Son dernier, juste avant l'Ascension, fut justement de demander à ses disciples de baptiser toutes les nations. Ce sont les derniers verset de l'Evangile de S. Matthieu :
Mt 28,16-20 a écrit :16 Les onze disciples s'en allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée.
17 En le voyant, ils se prosternèrent; mais il y en eut qui doutèrent.
18 Et Jésus s'approchant leur parla ainsi: " Toutes puissance m'a été donnée dans le ciel et sur la terre.
19 Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fil et du Saint-Esprit,
20 leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous toujours jusqu'à la fin du monde. "
Le baptême est nécessaire au salut, sauf pour quelques cas précis : je renvoie au catéchisme abrégé de l'Eglise :
Compendium du catéchisme de l'Eglise a écrit : 261. Le Baptême est-il nécessaire pour être sauvé?

1257

Le Baptême est nécessaire pour ceux auxquels l’Évangile a été annoncé et qui ont la possibilité de demander ce sacrement.

262. Peut-on être sauvé sans le Baptême?

1258-1261
1281-1283

Parce que le Christ est mort pour le salut de tous les hommes, peuvent aussi être sauvés sans le Baptême ceux qui sont morts à cause de la foi (Baptême du sang), les catéchumènes et de même ceux qui, sous la motion de la grâce, sans avoir la connaissance du Christ ni de l’Église, recherchent sincèrement Dieu et s’efforcent d’accomplir sa volonté (Baptême de désir). Quant aux petits enfants morts sans Baptême, l’Église dans sa liturgie les confie à la miséricorde de Dieu.
Le sacrement n'est pas juste une sorte de rite ésotérique complètement impalpable, qui me ferait "ressentir" une sorte de purification interne ou externe, et me rendrait à terme plus "zen" ou "en paix" avec moi. Ils sont le signe effectif de la miséricorde de Dieu pour les hommes et en l'occurrence pour moi. Ils sont administrés par les ministres de l'Eglise qui est le corps du Christ. Si nous n'avions pas besoin de médiateur entre nous et Dieu, pourquoi celui-ci aurait il envoyé son Fils unique souffrir et mourir sur une croix ?

Dans le plan de Dieu sur l'homme, il y a une médiation, prévue de toute éternité, par l'incarnation, la passion et la résurrection. Dans la liturgie et les sacrements, le ministre (prêtre) agit en la personne du Christ. Ce n'est plus l'homme que nous voyons célébrer la messe, confesser ou baptiser, mais le Christ lui même par la grâce du sacrement qu'a reçu le ministre en question (la plupart du temps, un prêtre).

J'espère éclairer votre lanterne.
Dernière modification par François-Xavier le mer. 07 mars 2007, 17:27, modifié 1 fois.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités