Le signe de croix en public

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 317
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique de rite romain
Contact :

Re: Le signe de croix en public

Message non lupar Cendrine » lun. 12 mars 2018, 15:31

Cher Jérôme,

Merci pour ces mots.

Et puis :
Tout cela pour dire que si ma façon de considérer la foi chrétienne est encore bancale, il y a une chose à laquelle je crois vraiment, c'est à la puissance et la force de l'amour. Et à la bienveillance.
Nous avons tous une foi (ou une façon de considérer la foi) bancale, et c'est justement parce que nous sommes si petits et si aimants que nous avons soif de Dieu et de sa main qui aide la nôtre. Si nous aimons Dieu et nos semblables, nous ne serons jamais séparés de Lui ; cela n'enlève pas - bien au contraire - le fait que le malin nous guette d'autant plus, mais restons les yeux rivés sur la source de la Caritas. :coeur:

"Abriter sa foi sous le dôme de l'Église Catholique", je garde cette formule merveilleuse en mémoire, merci !

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7798
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le signe de croix en public

Message non lupar Cinci » lun. 12 mars 2018, 15:50

On peut se comporter d'une manière fumier tout en agissant apparemment de façon correcte et pour de beaux motifs, disais-je. C'est le cas avec le signe de croix, la façon de recevoir l'eucharistie et tout. Tout ça dépend de ce qui anime la personne, en réalité et en-dessous (vanité, orgueil, "Je suis plus pieux que les autres", "Voyez un peu ce que dois faire un vrai ...", etc.)

Il y a ça.

Mais le contraire n'est pas mieux naturellement. Si je pense aux athées militants en particulier.

Je me souviens d'une anecdote personnelle et du temps où je travaillais dans un grand hôpital. Je faisais alors partie du personnel de soutien qui assistait l'équipe soignante. Pour la petite histoire : il faisait déjà plus d'un an que je formais équipe avec un collègue et avec qui les relations étaient plutôt bonnes, cordiales, plus-que-correct. Mais voici qu'une bonne journée, je me trouve devant le cas d'un vieux monsieur délaissé et agonisant. Un très vieux monsieur et dont je savais qu'il était catholique et croyant. Je prends alors l'initiative de lui donner un chapelet, le sien et qui se trouvait dans sa table de nuit. "Allez donc, faisons un bon geste". Je lui donne en main.

Plus tard, en fin de soirée, j'effectue une tournée en compagnie du collègue. Or ce dernier ne tombe-t-il pas sur "mon" monsieur assoupit avec le chapelet toujours en main. "Vive alarme !" Je découvre soudain un collègue intérieurement agité, pris de colère, grommelant, murmurant et pestant entre ses dents. Je n'entends pas bien le tout, mais je comprends rapidement la situation. Le collègue est athée. Et la vue du chapelet le met hors-de-lui. Il ignore qui est la personne (le ou la coupable ?) qui aura pu donner le chapelet à l'individu mourant. Il ne sait pas que c'est moi. Il est révolté ! Dans son imagination, il pense à une personne dévote qui aura sans doute voulu profiter de la faiblesse d'un malade. Il s'Imagine un abus. "C'est quelque dévot qui veut tirer parti de la situation pour imposer sa croyance à un autre ..."

Incroyable !

J'en ai été renversé. Je n'avais jamais vu ça. Dans un pareil contexte, trouver un athée pris d'un tel coup de sang et de fureur par la simple vue d'un chapelet ! Parce que "quelqu'un" aura pu penser à donner un chapelet à un catholique croyant et à qui il reste 24 ou 48 heures à vivre ...

Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 317
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique de rite romain
Contact :

Re: Le signe de croix en public

Message non lupar Cendrine » lun. 12 mars 2018, 16:13

:p Oh lala Cinci, votre collègue faisait une allergie sévère à la religion dites donc ! Qui lui disait que cet homme n'avait pas demandé à avoir le chapelet en main avant de mourir ?

Je crois que tout part de ceci :
On peut se comporter d'une manière fumier tout en agissant apparemment de façon correcte et pour de beaux motifs, disais-je. C'est le cas avec le signe de croix, la façon de recevoir l'eucharistie et tout. Tout ça dépend de ce qui anime la personne, en réalité et en-dessous (vanité, orgueil, "Je suis plus pieux que les autres", "Voyez un peu ce que dois faire un vrai ...", etc.)
Ce que vous dites est vrai, mais il ne faut pas s'arrêter à cela car alors nous serions tous paralysés, autant les croyants que les incroyants. Il faut bien se dire que la vie intérieure de tout être humain est un sanctuaire auquel nous n'avons pas accès, et qu'il ne faut jamais juger d'après des apparences, d'après le vernis mondain + la crasse du péché. Le seul qui puisse sonder le reins et les cœurs c'est Dieu.

En fait toutes ces histoires que nous partageons, au lieu de nous ériger en juges les uns des autres, nous poussent à nous entraider et à avoir un regard sans surprise et sans haine envers les autres êtres humains. J'ai souvent constaté que souvent nous sommes heureux de la possibilité de nous scandaliser de l'attitude des autres. On se dit irrité, on l'est extérieurement, mais à l'intérieur il y a en réalité une sorte de confuse jubilation de se sentir scandalisé, c'est comme si c'était une occasion pour prendre à témoins, pour mieux nous sentir au dessus de la mêlée, et c'est valable autant pour les croyants que pour les incroyants.

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7798
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Le signe de croix en public

Message non lupar Cinci » lun. 12 mars 2018, 18:28

Cendrine a écrit :
En fait toutes ces histoires que nous partageons, au lieu de nous ériger en juges les uns des autres, nous poussent à nous entraider et à avoir un regard sans surprise et sans haine envers les autres êtres humains. J'ai souvent constaté que souvent nous sommes heureux de la possibilité de nous scandaliser de l'attitude des autres.

On se dit irrité, on l'est extérieurement, mais à l'intérieur il y a en réalité une sorte de confuse jubilation de se sentir scandalisé, c'est comme si c'était une occasion pour prendre à témoins, pour mieux nous sentir au dessus de la mêlée, et c'est valable autant pour les croyants que pour les incroyants.
Tout à fait. Vous avez bien décortiqué la manoeuvre, chère Cendrine.

:)

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7044
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Le signe de croix en public

Message non lupar Anne » jeu. 15 mars 2018, 6:03

Nous tous, nous connaissons ce qu'il en est vraiment de ceux qui ont de telles réactions à la vue d'un croix... ou d'un chapelet! :diable: ;)

Ce sujet me rappelle un moment du pèlerinage que j'ai fait en Terre Sainte, jadis.

Alors que nous étions à suivre les étapes du Chemin de Croix sur la Via Dolorosa (sous les regards pas très sympathiques des musulmans du lieu) , nous avons croisé une femme entièrement voilée qui, très furtivement, en nous voyant, s'est signée...

Je pense souvent à elle, probablement chrétienne dans son cœur mais vivant au sein d'une autre religion.

Nous pouvons (encore) faire le signe de croix de croix en public, sans avoir à nous cacher.

Savons-nous vraiment en profiter?
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 317
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique de rite romain
Contact :

Re: Le signe de croix en public

Message non lupar Cendrine » jeu. 15 mars 2018, 9:47

Bonjour Anne,
Nous pouvons (encore) faire le signe de croix de croix en public, sans avoir à nous cacher.

Savons-nous vraiment en profiter?
Vous soulevez là quelque chose d'essentiel. Je pense comme vous que nous devrions profiter du confort que nous avons encore en tant que chrétiens en Europe et ne pas hésiter à faire ce signe avec humilité et (parfois même humiliation publique et fugace). Cela peut paraître tout petit mais si c'est fait avec amour, peut-être que le signe de la croix sera un des éléments de ré-évangélisation et pas seulement des incroyants, mais aussi de beaucoup de catholiques qui se sont habitués à vivre leur foi de façon invisible aux yeux extérieurs.

Cepora
Barbarus
Barbarus

Re: Le signe de croix en public

Message non lupar Cepora » jeu. 15 mars 2018, 21:37

Ce sujet concerne la visibilité de l'Eglise dans la société. Je trouve qu'il règne un climat de défiance permanent à l'égard de l'Eglise. On la soupçonne de vouloir évangéliser, de vouloir s'imposer aux incroyants d'une manière ou d'une autre. On redoute surtout l'emprise qu'elle peut avoir sur la société. Sa présence gêne, elle est suspecte aux yeux des citoyens. Je ne sais pas si il y a une tendance à l'enfouissement du fait catholique, mais en tout cas il y a clairement une stratégie de la discrétion : les chrétiens ne sont plus visibles, et ne se (re)connaissent d’ailleurs plus entre eux. Même les prêtres ont délaissé l'habit sacerdotal. Pourtant, nous sommes invités à témoigner de notre foi.


Revenir vers « Vie chrétienne »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 8 invités