La pauvreté aujourd'hui

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
cedricleduc
Civis
Civis
Messages : 7
Inscription : sam. 19 juin 2010, 23:52

Je suis ce que j'ai.

Message non lu par cedricleduc » ven. 25 juin 2010, 21:28

Tout d'abord je me permets d'adresser un bonsoir à ceux qui me lirons.

Je me suis toujours interrogé sur la considération que Christ a des riches du genre(il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume des cieux). :?:
Voilà ce que je me dis:ce que j'ai,ce qui m'appartient sous forme de richesse finit par faire partie de mon etre.En clair mes plantations,mes immeubles ,si je suis homme d'affaires c'est ni plus ni moins moi-meme.Qu'une partie de cet avoir en vienne à me manquer et me voilà affecté dans mon etre tout entier=anéantissement de mon etre dans mon avoir=mort spirituelle.
qu'est-ce que vous en dites?

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: je suis ce que j'ai.

Message non lu par Raistlin » sam. 26 juin 2010, 11:03

Bonjour,

Je pense que ces paroles du Christ peuvent être éclairées par d'autres qu'il tient ailleurs : "Là où est votre trésor, là aussi est votre coeur". Si c'est plus difficile pour le riche, c'est tout simplement parce qu'il y a la tentation de trop s'attacher à sa fortune et de ne plus mettre son amour et son espérance en Dieu.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: je suis ce que j'ai.

Message non lu par coeurderoy » sam. 26 juin 2010, 12:08

"Etre, se connaître et non paraître" (devise sur une cheminée Renaissance du château saintongeais de Dampierre-sur-Boutonne ) qui rejoint le gnothi seauton des Anciens...

Aujourd'hui, pour beaucoup, l'être semble se résumer à l'avoir et à toutes les déclinaisons du paraître effectivement (y compris au niveau de la vertu qu'on peut être tenté de thésauriser par besoin de sécurité ou de reconnaissance...)

"je n'ai jamais thésaurisé. Ma mère m'a appris, et je lui en sais gré, qu'il convient de se priver pour offrir, à condition toutefois -et c'est moi qui l'ajoute -que rien ne soit éprouvé comme un manque. Je suis persuadée qu'on s'allège en donnant ou en perdant" : Marie-Madeleine Davy Traversée en solitaire. Albin Michel 1989 et 2004
Dernière modification par coeurderoy le sam. 26 juin 2010, 17:24, modifié 1 fois.
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

zélie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1465
Inscription : ven. 28 nov. 2008, 13:43

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par zélie » sam. 26 juin 2010, 13:51

cedricleduc a écrit : Je me suis toujours interrogé sur la considération que Christ a des riches du genre(il est plus facile à un chameau de passer par le trou d'une aiguille qu'à un riche d'entrer dans le royaume des cieux).
Le Christ explique que le jour où nous mourrons, nous irons au Ciel, et on n'y emportera rien de ce que l'on possède, mais seulement ce que nous avons fait de bon ou de moins bon, et que c'est cela qui est important, car c'est cela qui déterminera si nous serons sauvés ou pas et comme la vie de l'au-delà est éternelle, la passer sur un nuage ou sur une braise, ça peut aider à se faire une idée de ce qu'il nous reste à faire pour atterrir sur le nuage.
Voilà ce que je me dis:ce que j'ai,ce qui m'appartient sous forme de richesse finit par faire partie de mon etre.En clair mes plantations,mes immeubles ,si je suis homme d'affaires c'est ni plus ni moins moi-meme.Qu'une partie de cet avoir en vienne à me manquer et me voilà affecté dans mon etre tout entier=anéantissement de mon etre dans mon avoir=mort spirituelle.
On ne meurt jamais de tout perdre, bien au contraire, on s'allège bigrement bien. La mort spirituelle ne guette que les orgueilleux que leur sentiment de toute-puissance et de toute-jouissance de possession étouffe. Vous n'êtes pas réduit à être ce que vous possédez, heureusement pour vous, car ce qui vous semble un bonheur aujourd'ui pourrait vite vous sembler un malheur un jour d'impôts, et des fois on est soulagé d'avoir moins. Et les pauvres qui ne posèdent rien d'autre que leur coeur d'or et leur générosité, qui ont vécu une vie de souffrances, alors ils ne sont rien car ils ne possèdent rien? Ils ne peuvent rien être ou rien devenir parce qu'ils ne possèdent rien? Alors que ce sont les généreux qui sont les saints qui peuplent le Ciel?

cedricleduc
Civis
Civis
Messages : 7
Inscription : sam. 19 juin 2010, 23:52

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par cedricleduc » sam. 26 juin 2010, 15:54

On ne meurt jamais de tout perdre, bien au contraire, on s'allège bigrement bien
.
C'est peut-etre vrai mais j'ai vécu une fois un cas de suicide suite à une perte de fortune.
Et meme,j'entends par mort la vie "hors-Christ",celle de "l'etre soumis à l'avoir".
Et les pauvres qui ne possèdent rien d'autre que leur coeur d'or et leur générosité, qui ont vécu une vie de souffrances, alors ils ne sont rien car ils ne possèdent rien?
Etre pauvre ne signifie pas inéluctablement etre généreux.Tout au contraire,ma situation de misère peut m'amener à me dire que je ne suis pas concerné par la vertueuse prédisposition chrétienne qu'est la charité.
Les pauvres ne possèdent rien mais curieusement sont possédés par tout et c'est ça qui fait leur véritable misère:ma pauvreté n'est rien d'autre que la prise de conscience douloureuse de la faille qui sépare mon etre actuel de ce que je veux etre,la conscience de la différence et de la distance .Différence d'avec ceux qui possèdent ce que je n'ai pas,distance par rapport à ce que je n'ai pas et voudrait avoir.Ma pauvreté ne prend réalité que par rapport à x ou y.Du coup personne n'échappe à la pauvreté.

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par etienne lorant » sam. 26 juin 2010, 17:55

Il faut devenir un pauvre pour l'esprit, c'est ce que j'ai compris... après des années de questionnements.

Si je suis pauvre pour l'esprit, peu m'importe ma voiture: je n'en ai pas besoin. Je ne vois pas comment m'en passer, mais je sais très bien que le jour où je ne l'aurai plus, je vivrai tout de même.

Si je suis pauvre pour l'esprit, en quoi ai-je besoin d'une télé ? Au fait, je n'ai plus chez moi qu'un lecteur de DVD. Il m'arrive de regretter les infos du soir, mais quoi, j'ai tant et plus, et surtout TROP d'infos sur internet. S'il m'arrive toutefois (et c'est vrai) d'avoir un regret quand je rentre chez moi, pourtant j'ai constaté que je vais me coucher plus tôt et c'est un gain réel.

Si je suis pauvre pour l'esprit, pourquoi craindre la maladie ? Ici, je dois bien admettre que je fais de mon mieux pour demeurer en bonne santé. Mais lorsque j'ai attrapé cette prostatite en janvier 2009, j'avais tout le temps en tête cette toile de Duhrer intitulée : "L'homme des douleurs". J'avais appelé à l'aide dans ma famille, tant je me sentais mal. Mais je fus complètement isolé plus d'une semaine. Un jour, la fièvre est montée jusqu'à quarante et j'ai senti mon pouls s'emballer...
Image
mais je me suis senti assez soutenu par cette "vision" que j'ai pu me lever, je me suis mis sous la douche et j'ai progressivement coupé l'eau chaude afin de faire chuter la température. Je m'en suis sorti, bien sûr. Et j'ai appris comment tout confier et ma conscience en plus, à Dieu dans ces moments-là.

Si je suis pauvre pour l'esprit, je parviendrai un jour, oh, j'en suis certain, à renoncer à ma propre volonté, à entrer dans le plus long désert de ma vie, mais sans craindre de m'y perdre. Et ce que je vis chaque jour en est l'apprentissage. Peu importe ce que je veux, Seigneur, mais que Ta volonté soit faite.

Je ne demande plus rien à quiconque - j'ai cru que c'était de l'orgueil, mais c'est ainsi que l'on apprend la foi du centurion : après tout, il suffit que le Seigneur sache mon souci et Il saura m'en délivrer.
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par etienne lorant » dim. 27 juin 2010, 14:28

Je suis facilement attiré par les phrases courtes, comme celle-ci. Elles me frappent, excitent ma curiosté, me poussent à réfléchir. Et finalement, si je suis ce que j'ai, je vais vraiment disparaître. Si je suis ce que j'ai, cela veut dire aussi : ce que j'ai est moi. Et donc je suis un objet comme un autre. Un objet qui a une conscience, mais un objet.

En définitive, c'est la deuxième fois que je lis ces... six mots, et cela me réjouit: je sais que je ne suis pas ce que j'ai - puisque ce jour, je ne retrouve pas mon appareil photo ! Je viens à peine de découvrir la photo numérique et j'apprécie beaucoup. Mais voilà, où ai-je encore oublié mon appareil !?! Par le contraire, c'est tout de même la preuve que je suis le possessuer de l'objet. Mais lui ne me possède pas, mais l'objet n'est pas moi.

Car lorsqu'on écrit : je suis ce que j'ai, on est obligé ensuite d'admettre: ce que j'ai fait ce que je suis. Donc, moins j'ai, moins je suis.

Mais je me réjouis en Dieu, qui s'est fait "le non possédant" absolu: Lui s'en moquait, car bien sûr l'Etre est totalement indifférent de l'avoir.

Ce fil est très bon, et j'espère qu'il y aura beaucoup de "follow-up" !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Avatar de l’utilisateur
passant
Barbarus
Barbarus

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par passant » dim. 27 juin 2010, 15:32

Cedricleduc,

si on intervertit les termes : "j'ai - ce que - je suis"...
cela ouvre une autre piste de réflexion, n'est-ce pas ?

Ou, dit autrement :
"tout ce qui n'est pas donné est perdu" ... donc... tout ce qui est donné est gagné... !
> l'avoir se transforme alors en "être",
l'avoir périssable -- que "la rouille et les mites" détruisent tôt ou tard --
en être impérissable et éternel...

Et, bien entendu, l'avoir ne se résume pas à l'argent ou aux possessions matérielles ;
l'avoir, d'une manière très large, est tout ce qui enferme et rigidifie en soi, et c'est en cela que l'avoir est mortifère, puisqu'il transforme l'être vivant en être figé par une "rigor mortis" prématurée !

--- "être ou avoir ?... "avoir et être" -bien compris- est possible !...

cedricleduc
Civis
Civis
Messages : 7
Inscription : sam. 19 juin 2010, 23:52

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par cedricleduc » dim. 27 juin 2010, 21:13

Bon dimanche à tous et merci pour vos réactions que j'aime bien d'ailleurs.Mais....


"Je suis ce que j'ai".
Mon "avoir" c'est ce que ou ceux que je considère plus que le Christ.Mettre plus d'amour en son époux/épouse,père/mère,fils/fille,ami/amie qu'en Dieu c'est "etre ce que j'ai" au meme titre que se laisser dominer par ses biens matériels.Donc les pauvres sont aussi concernés par ce problème.

J'ai lu sur le deuxième message d'Etienne Lorant:<<donc moins j'ai,moins je suis>>.
Peut-etre oui,peut-etre non.
Oui,moins j'ai,plus avantageuse est ma disposition à etre ce que je devrait selon le dessein de Dieu.
Non,moins j'ai,et curieusement je suis plus exposé à etre possédé par tout,ceci à travers la conscience douloureuse de la faille qui sépare mon etre actuel de ce que je veux etre.En plus,ma pauvreté peut m'amener à me dire que je dois tout recevoir de tout le monde et rien donner:parce que je suis pauvre,je ne suis pas appelé à etre charitable.En définitive ma pauvreté peut dangereusement m'amener à me situer au dessus de certaines valeurs chrétiennes.

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3171
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par Griffon » lun. 28 juin 2010, 18:29

L'avoir est une chose, l'être autre chose.
Mesurer l'être à la mesure de l'avoir, c'est à n'y rien comprendre !

Il y a des pauvres qui sont riches d'envie, des riches qui sont complètement détachés de leur richesses.

Je connais un homme d'affaire riche. Très riche.
Il a été voir Mère Térésa (il y a évidemment quelques années ;)), il lui a demandé : "Qu'est-ce que je dois faire pour suivre Jésus ?" Tout comme le jeune homme de l'Evangile, mais lui était un homme mur.
Elle lui a dit : "Continue, assume ta place. Sois juste en tout et rends témoignage de l'Evangile au coeur de ton travail."
Quand il va à la messe, c'est l'esprit chargé des décisions à prendre, et cela le distrait. Il vit son argent comme une croix, sa croix à la suite du Christ.

L'avoir, c'est comme la chair. Il y aura toujours un petit bout de tissu, ou même un avoir virtuel auquel on pourra se raccrocher. Quelque soit l'avoir qu'on voudrait quitter, on en retrouve un autre dans lequel on cherche à se complaire.

La seule manière de réagir, pour un chrétien, c'est de ne plus se préoccuper de l'avoir, mais de l'être. "Etre plus", c'est possible, si on se met à la suite du Christ.
C'est le chemin proposé par Ste Thérèse dans le château intérieur, le chemin de l'oraison.

Aux troisièmes demeures, Dieu commence justement à nous mesurer à notre avoir.
Dieu sait ce qu'il nous faut pour nous détacher de l'avoir et choisir l'être. Et comme nous sommes chacun différent, il nous donne à chacun l'épreuve qui convient à notre âme.
Et l'épreuve crée la persévérance, et la persévérance produit... (voir l'apôtre).

Cordialement,

Griffon.

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par papillon » lun. 28 juin 2010, 20:19

zélie a écrit :Et les pauvres qui ne posèdent rien d'autre que leur coeur d'or et leur générosité, qui ont vécu une vie de souffrances,[...]
Je suis gênée par la sanctification que l'on fait continuellement de la pauvreté matérielle et la "diabolisation" de la richesse matérielle. Je ne vois pas le rapport.
Je rejoins ce que disent Cedricleduc et Griffon. Tout est fonction de ce que la personne "est" dans cette pauvreté ou cette richesse. Il y a des pauvres qui ne rêvent qu'à devenir riches et sont très attachés au peu qu'ils ont. Ils ressentent souvent amertume, colère et envie à la vue de la richesse d'autrui. Il y a des riches qui le sont parvenus par la même obsession et qui ont réussi là où d'autres ont échoué. Ils sont aussi, la plupart du temps, très attachés à leurs biens, ce qui peut effectivement les mener au suicide s'ils perdent tout, car ils ne savent pas que sans leur fortune, ils restent entiers. Ils s'identifient à leurs possessions. Mais ce n'est pas toujours le cas.
En fait, toute cette question se résume à l'attachement envers les biens matériels, et à ce qu'ils représentent pour nous.

Il y a chez nous une richissime famille dont les deux principaux membres, le couple fondateur du "clan", sont devenus très riches en partant d'à peu près rien. Ils ont su y faire, mais ne sont pas "attachés" à leur richesse. Je leur souhaite de rester riches, car ils savent faire fructifier leurs deniers et en faire profiter intelligemment et généreusement toute la communauté . Et c'est énorme, tout ce qu'ils redonnent à leur communauté.
"Une famille humble et philanthrope", comme on les a décrits.
Les Chagnon, avec le soutien de leurs enfants, ont investi 75% de leurs biens (une fortune...) dans une fondation qu'ils ont créée, la Fondation Lucie et André Chagnon, qui soutient le développement global de l'enfant, la prévention de la pauvreté, la promotion d'un mode de vie sain, la scolarisation etc .(la fondation privée la plus importante au Canada)
Voilà des riches à qui je lève mon chapeau...bien bas. :-D
http://www.journalletoile.com/article-4 ... agnon.html

cedricleduc
Civis
Civis
Messages : 7
Inscription : sam. 19 juin 2010, 23:52

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par cedricleduc » mar. 29 juin 2010, 23:40

la seule manière de réagir,pour un chrétien,c'est de ne plus se preoccuper de l'avoir,mais de l'etre.

Bonsoir Griffon

Se preoccuper uniquement de son etre?uniquement??
Peut-etre faudrait-il dire:"savoir mettre l'avoir au service de l'etre" et ce quelque soit l'avoir.

cordialement.

Avatar de l’utilisateur
papillon
Barbarus
Barbarus

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par papillon » mer. 30 juin 2010, 0:30

cedricleduc a écrit :Se preoccuper uniquement de son etre?uniquement??
Peut-etre faudrait-il dire:"savoir mettre l'avoir au service de l'etre" et ce quelque soit l'avoir.
Je suis aussi d'accord qu'il faut se "préoccuper" uniquement de son être, ce qui n'exclut pas de "s'occuper" aussi d'autres choses, matérielles entre autres, car nous ne sommes pas qu'esprits, nous avons un corps et nous vivons sur terre avec tout ce que ça implique, mais on peut s'occuper de ces aspects de notre vie terrestre sans s'en "préoccuper".
(petit exercice de sémantique :-D )

En ce sens, on peut s'occuper de l'avoir pour le mettre au service de l'être, sans donner à cet avoir plus de sens et d'importance qu'il n'en a, dans un état de détachement, et ne se préoccuper de ce fait que de notre être.

Je m'arrête ici avant de m'embrouiller. :oops:

cedricleduc
Civis
Civis
Messages : 7
Inscription : sam. 19 juin 2010, 23:52

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par cedricleduc » mer. 30 juin 2010, 1:46

Belle prestation. :oui:

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Je suis ce que j'ai.

Message non lu par coeurderoy » mer. 30 juin 2010, 8:34

"Le pauvre n'est pas un homme qui manque, par état, du nécessaire, c'est un homme qui vit pauvrement, selon la tradition immémoriale de la pauvreté, qui vit au jour le jour, du travail de ses mains, qui mange dans la main de Dieu, selon la vieille expression populaire. Il vit non seulement de l'ouvrage de ses mains, mai aussi de la fraternité des autres pauvres, des mille petites ressources de la pauvreté, du prévu et de l'imprévu. Les pauvres ont le secret de l'espérance"

Georges Bernanos (extrait des seules pages existantes de la Vie de Jésus, commencée au Brésil en 1943)
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités