Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

« Quant à vous, menez une vie digne de l’Évangile du Christ. » (Ph 1.27)
Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence
Avatar de l’utilisateur
LaForceDAimer
Ædilis
Ædilis
Messages : 48
Inscription : jeu. 24 avr. 2014, 18:25

Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par LaForceDAimer » mar. 27 août 2019, 9:26

Bonjour,
J'ai une trentaine d'années et je n'ai pas d'enfants.
Dans ma famille (non chrétienne) il y a des membres avec qui cela va et d'autres avec qui cela ne va pas même si en apparence tout va bien, chacun prenant sur soi pour supporter la personnalité des uns et des autres...
Le problème c'est justement que cela a tjs été comme ça : maintenir image de gentille famille et maintenir le lien assez fort qd en réalité ce lien est de mauvaise qualité, certaines personnes étant trop manipulatrices, dominatrices, egotiques etc.
Dernièrement j'ai refusé respectueusement mais clairement pour la première fois une nouvelle tentative de manipulation/chantage affectif de l'un de ces membres et depuis cette personne habituellement très présente voire étouffante me fait silence radio, ce qui n'est pas pour me déplaire en fait, et me prouve d'autant plus que j'ai bien fait...
Il y a d'autres personnes que je ne vois qu'épisodiquement mais qui chaque fois me font me sentir mal à l'aise également même si je n'ai rien à leur reprocher concrètement.

Disons que j'ai la sensation qu'elles sont toujours dans de l'orgueil, des faux semblants, l'inauthenticité la plus totale, et avec l'âge, je n'arrive plus à supporter tout cela.
De plus, dans la famille proche, il est tjs question de jugements des choix des uns et des autres, de tout le monde qui sait mieux que tout le monde comment l'autre devrait vivre etc. Tout en se targuant ensuite d'amour que j'associe plus à de l'amour "animal" que du vrai amour qui fait grandir et libère. Cela a en effet eu un impact considérable sur ma construction et ma vie d'adulte puisqu'en l'occurrence je n'ai pas maturé correctement.

J'aspire à présent à n'avoir que des relations authentiques, simples et bienveillantes.
Je sens que la dynamique de ma famille m'empêche de grandir mais je culpabilise de mettre la distance que j'aimerais mettre, de ne pas répondre au commandement d'amour.

Je me remets entre les mains du Seigneur pour qu'il m'éclaire mais je suis curieuse d'avoir vos conseils.

Merci bcp.

pierrot2
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 535
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par pierrot2 » mar. 27 août 2019, 13:58

Bonjour, LFdA,

C'est toujours difficile de s'ingérer dans une famille, et donc de répondre à votre question
Je n'ai que peu de conseil à vous donner..
Juste vous exprimer que l'amour avec la distance est compatible.
LaForceDAimer a écrit :
mar. 27 août 2019, 9:26
je culpabilise de mettre la distance que j'aimerais mettre, de ne pas répondre au commandement d'amour.
,
donc vous pouvez très probablement répondre (à mes yeux) à ce commandement d'amour en vous éloignant. J' entends: Prendre un peu de recul peut parfois être très sain; après, quand on a vécu et s'est construit dans ce recul, on est beaucoup plus serein, y compris avec nos proches. Beaucoup vous en diront probablement autant

En UDP

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4214
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par Kerniou » mar. 27 août 2019, 17:41

"L'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme ..."
Jésus nous signifie qu' à un moment de notre vie nous devenons adulte et nous devons quitter nos parents pour nous marier et/ou mener notre vie d'adulte indépendamment de nos parents. Il ne s'agit pas d'un abandon ni d'un rejet mais de notre évolution logique.
Nous avons à nous protéger des manipulations et pressions affectives qui entravent notre vie d'adulte: c'est ce que vous êtes en train de faire, si j'ai bien compris. Vous semblez faire preuve de clairvoyance.
A vous lire, vous faites preuve de lucidité et de réalisme quant aux relations toxiques et aux attitudes à éviter ...
Que Dieu vous donne la force de vous affirmer comme adulte responsable de sa propre vie ...
Mettre de la distance géographique peut s'avérer salutaire à l'occasion de la recherche de travail, par exemple ... Ce qui n'empêche pas l'amour, comme le dit si bien Pierrot
Bon courage à vous.
Dernière modification par Kerniou le mer. 28 août 2019, 1:27, modifié 1 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
LaForceDAimer
Ædilis
Ædilis
Messages : 48
Inscription : jeu. 24 avr. 2014, 18:25

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par LaForceDAimer » mar. 27 août 2019, 19:15

Un grand merci pour vos réponses qui me font du bien.

Kerniou votre analyse m'aide vraiment à faire le tri.
Je viens effectivement de mettre de la distance géographique, ce qui m'a d'autant plus permis de voir les choses avec du recul et l'ampleur de la toxicité cachée des relations familiales, au point de réussir à tenir vraiment tête pour la première fois comme expliqué dans mon message de départ.

Je vais continuer de cheminer. Encore merci à vous 2.
:coeur:

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4214
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par Kerniou » mer. 28 août 2019, 1:28

Bonne continuation à vous !
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
apatride
Censor
Censor
Messages : 197
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par apatride » mer. 28 août 2019, 2:54

Pour ma part, j'ai grandi dans une famille aimante mais trop fusionnelle à certains égards. Dès que j'ai quitté le domicile familial pour mes études, je me suis retrouvé très éloigné géographiquement, avec des contacts réguliers mais peu fréquents. Après mes études j'ai déménagé à l'autre bout du monde pour suivre celle qui deviendrait mon épouse quelques années plus tard.

Ce n'est que quelques années plus tard que j'ai réalisé que "comme par hasard", j'avais mis énormément de distance entre ma famille et moi, malgré tout l'amour que je leur portais et leur porte encore. Avec et grâce à cette distance, certains abcès ont pu être progressivement crevé, des paroles ont pu être échangées avec la délicatesse et le tact nécessaires, pour que petit à petit chacun trouve sa place affective, avec la distance adéquate.

Aujourd'hui nos rapports sont assainis. Je confirme donc que la distance peut être utile voire nécessaire pour guérir certaines relations, mais il faut aussi que les membres de la famille s'aiment suffisamment pour que cette évolution soit possible. Dans le cas d'une famille franchement dysfonctionnelle où la manipulation et l'égoïsme sont de mise, je ne préjuge pas d'une issue positive, mais dans ce cas il importe de s'en protéger et d'en sortir grandi soi-même si ce ne sont les autres.
Dernière modification par apatride le mer. 28 août 2019, 23:11, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
LaForceDAimer
Ædilis
Ædilis
Messages : 48
Inscription : jeu. 24 avr. 2014, 18:25

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par LaForceDAimer » mer. 28 août 2019, 9:06

Merci apatride de votre témoignage.
Je m'y reconnais dans la mesure où ce n'est pas la première fois que je pars vivre loin de ma famille, mais jusqu'à présent je revenais toujours, à cause de ce lien pas clair.

C' est super que ces abcès ont pu être crevés presque naturellement finalement.
De mon côté, lorsque j'essayais doucement je faisais face à un déni et lorsque j'ai essayé plus récemment plus franchement, j'ai fait face à de la colère et de la victimisation, de la méchanceté même. Quant à l'autre personne comme je le disais, cela n'a été ni plus ni moins qu'un silence radio total lorsque j'ai dit non.Je pense donc que je fais partie effectivement d'une famille réellement dysfonctionnelle, qui passe son temps à faire semblant, dans le déni le plus total et aveugle. Tant que chacun fait semblant tout va bien, mais si qqun pointe le doigt sur les choses pour les assainir et arrêter de vivre dans le faux, alors on retourne tout comme une crêpe et se met en colère avant de l'ignorer totalement...

Je suis la petite dernière et il semble que cela soir courant que ce soit le petit dernier, "portant" toute la dynamique familiale qui parvienne à voir tout ce qui se joue...

D' ailleurs à la base C' est peut être moi qui ai fait le plus semblant durant toute mon enfance, adolescence etc. Je faisais la parfaite petite fille toujours enjouée et facile à vivre, et je me faisais rabrouer qd je n'allais pas bien, car surtout il fallait que tout aille bien, quitte à nier ses émotions et la vérité....

pierrot2
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 535
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par pierrot2 » mer. 28 août 2019, 10:20

LaForceDAimer a écrit :
mer. 28 août 2019, 9:06
'une famille réellement dysfonctionnelle, qui passe son temps à faire semblant, dans le déni le plus total et aveugle.
Bonjour LFdA,
Je ne suis que conseilleur dans cette affaire, mais si cela vous devient trop pénible, je crois que vous saurez prendre la bonne décision; Et ce, dans l'intérêt général, car je ne suis pas certain qu'il soit mauvais de tout plaquer, dans l'intérêt même de tous. Assurez vos arrières matériellement tout de même, si c'est possible.
Christ peut vous inspirer, qui semblait aimer se retirer pour prier, et qui ne se manifeste plus depuis l'ascension, nous laissant le Saint-esprit et les évangiles pour grandir hors de sa présence charnelle (sauf l'Eucharistie) dans la foi.

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1222
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par zelie » mer. 28 août 2019, 11:38

Bonjour LFdA,

Je pense comme Apatride que la distance est une grande aide, d'une grande souplesse, car c'est vous qui la choisirez. En induisant une distance géographique, vous instaurez une dimension temporelle dans les rapports familiaux, qui vont être bien bien moins fréquents, et peuvent trouver là un grand apaisement. D'autant que vos proches seront tellement contents de vos voir quelques jours par an qu'ils auront autre chose à penser qu'à vous "rabrouer" injustement.
Il y a aussi un autre aspect, celui de l'intégration dans la famille. Exactement comme les cas d'incestes, où l'incestueux est admis, protégé et son cas nié et la victime rejetée (bon, c'est un peu extrême, mais au moins c'est significatif): cela signifie que dans une telle famille, dysfonctionnelle, l'équilibre est trouvé dans la dysfonctionnalité, car ce n'est jamais une personne seule qui dysfonctionne, c'est toujours le groupe. Au final, souvent la victime part vivre sa vie ailleurs et trouve ailleurs son équilibre, impossible au sein de sa famille. Et la famille retrouve aussi sa sérénité, son droit de penser les choses sur le seul mode qu'ils connaissent.
C'est aussi pour cela, que tout en les aimant, vous vous devez de mettre de la distance: pour votre apaisement, pour leur liberté de fonctionner sur les principes qui sont les leurs même si ce ne sont pas les vôtres, et qui font qu'eux se sentent en adéquation avec eux-mêmes et bien ainsi; car ce qui a vous vous apparaît comme dommageable, que vous vous décrivez comme "dominateur, égotique, manipulateur" est pour eux tout autre chose, comme "me défendre, exister, prendre soin de moi," etc... Peut-être parce qu'eux mêmes se sont construits sur un mode défensif et n'ont pas eu la chance que vous avez, celle de partir habiter plus loin.

Cette distance vous permettra peut-être de mieux les comprendre sans les juger trop défensivement, de les aimer juste pour ce qu'ils sont et de prier pour eux. Et à vous, de calmer le jeu et de commencer à moins en souffrir. Peut-être aussi d'en parler à un médecin pour voir si une aide spécifique peut aussi vous aider à vous décentrer de la souffrance que vous portez?

Je vous souhaite un grand courage!
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par la Samaritaine » mer. 28 août 2019, 15:23

Bonjour chère Force d'Aimer,

je suis également une "petite dernière" qui avait reçu pour mission implicite de sa famille de porter tout le monde, écouter tout le monde avec pour interdiction d'aller mal et d'exprimer une quelconque souffrance…., ce qui étant donné un passé personnel lourd que je portais déjà (et que j'ai par ailleurs évoqué sur ce site), a eu des conséquences graves sur ma santé.

Vers 20 ans, j'ai mis un continent entre ma famille et moi pendant plusieurs années, puis j'ai entamé vers 30 ans une psychanalyse, qui m'a permis de faire enfin une crise d'ado… tardive. Je n'ai plus vu ma famille proche pendant 4 ans, plus du tout, ni de visu, ni par écrit, ni par téléphone… Ma mère prenait des nouvelles de moi par des cousins avec lesquels je restais en contact. J'en étais venue à éprouver pour eux une haine féroce et j'ai heureusement cessé de refouler cette haine (qui cachait aussi une haine de moi-même ) et ai eu le réflexe de confier cette haine au Christ, en vérité, une haine crucifiante qu'Il a Lui même eu la bonté de transformer en toute chose nouvelle. En plus de la thérapie, je faisais partie d'un groupe de prière qui me soutenait beaucoup. J'étais également entourée par des amis exeptionnels.

Cela m'a fait beaucoup de bien cette rupture. Par la suite, les retrouvailles ont été un peu houleuses pendant un certain temps mais beaucoup d'abcès ont été crevés et j'ai aujourd'hui des relations harmonieuses avec ma famille. J'ai appris avec le temps que certains sujets peuvent être évoqués et d'autres non, et qu'il faut apprendre à lâcher prise et de ne pas exiger des autres qu'ils vivent la même exigence de vérité que nous vivons. Certes, malgré de nombreux dysfonctionnements, il y avait beaucoup d'amour dans ma famille, c'est ce qui nous a permis de nous retrouver.

J'ai des amis qui ont vécu la même chose mais où le manque d'amour rend les choses tellement toxiques pour eux que les retrouvailles sont impossibles : c'est donc pour certains la rupture totale et pour d'autres des relations aussi épisodiques que diplomatiques, ou l'auto protection est de rigueur : il ne faut pas aller au casse-pipe. Il ne faut pas se forcer à aimer qui on n'aime pas, il faut être en vérité.
Un jour un prêtre m'a dit que nous sommes appelés à la fraternité avec tous, pas à l'amitié ou au lien avec tous. La fraternité, c'est ce sentiment que nous sommes tous faits du même limon, que nous ne sommes pas mieux que les autres, que nous pouvons avoir compassion de la pauvreté des autres comme de la nôtre, prier les uns pour les autres, ce qui n'exclut nullement la lucidité sur l'éventuelle toxicité de certains liens et la nécéssité de la protection.

Le meilleur cadeau que vous puissiez vous faire, c'est de bien vous écouter, écouter vos besoins et de demander l'Esprit Saint, le Défenseur avant chaque éventuelle interaction avec un membre de votre famille.

Que le Seigneur vous bénisse et vous garde,

Samaritaine

Avatar de l’utilisateur
LaForceDAimer
Ædilis
Ædilis
Messages : 48
Inscription : jeu. 24 avr. 2014, 18:25

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par LaForceDAimer » mer. 28 août 2019, 19:28

Face à la qualité de vos pensées et interventions, je ne sais quoi vous dire à part merci et quel plaisir d'échanger avec des personnes si intelligentes et subtiles !
:coeur: :coeur: :coeur:

Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par Invité » jeu. 29 août 2019, 11:43

Je suis d'accord avec La Samaritaine ...
Je vis, moi aussi "séparée de ma famille" ... Perdre un enfant est suffisamment douloureux pour ne pas devoir, en plus, supporter des suspicions injustifiées de soins inadéquats ... Alors que son souffle se ralentissait, mes frère et soeurs ont encore harcelé mon mari au téléphone; il a été obligé de le couper pour accompagner notre fille dans ses derniers soupirs ...
Nous étions avec notre fils et notre future belle-fille: ce fut un moment d'amour intense où aucun reproche ni critique n'avait de place ...
Dans ma famille, j'avais la place de "la mauvaise"à laquelle ma mère était associée; et quand les mauvais sont ainsi désignés, les autres sont logiquement bons ! Quand on est bon, on peut se permettre n'importe quoi à l'égard des mauvais et de leurs enfants ... ainsi vont les liens du rejet ... la mauvaise fille épouse un mauvais mari et met au monde de mauvais enfants ... la boucle est bouclée et peut repartir pour un tour ou plutôt une génération ...
J'ai tenté, " comme la Samaritaine " des mises au point qui ont été vécues comme autant de condamnations et de manifestations de rejet de ma part .. Sans doute m'y suis-je mal prise mais sans doute, aussi, était-il impossible à ma famille d'admettre que j'avais pu souffrir et que comme tout le monde j'ai droit à l'erreur ...
Tous les rejets expriment les craintes profondes de ceux qui les exercent ...

Avatar de l’utilisateur
Briscard
Quæstor
Quæstor
Messages : 237
Inscription : jeu. 29 nov. 2018, 15:31
Conviction : Chrétien tout simplement
Localisation : Yvelines & Finistère

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par Briscard » ven. 30 août 2019, 13:36

Mais quel est vôtre âge et votre situation matrimoniale ? Car les problèmes sont très différents avec le reste de la famille ( qui paraît bien nombreuse) ?

Être célibataire ou marié(e), avoir 20 ou 40 ans ne sont pas du tout la même chose pour les rapports aux autres membres de la famille, surtout si elle est envahissante, castratrice, un peu comme vous la décrivez..

Theotokos
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : mar. 10 sept. 2019, 16:22
Conviction : Catholique

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par Theotokos » mar. 10 sept. 2019, 17:06

Merci !

Merci pour ce fil de discussion, et vos réponses sans partis pris et qui sont réconfortantes.
Je vis la même situation depuis 38 ans et je suis épuisée, malgré diverses tentatives de réconciliations.

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1222
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Avoir une famille dans laquelle on se sent mal

Message non lu par zelie » mar. 10 sept. 2019, 21:32

Bienvenue parmi nous Théotokos, nous vous portons dans nos prières (je dis nous parce que je pense sincèrement que dès que vous serez lue je ne serai pas la seule à le faire) .
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités