Est-ce trop tard ?

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 176
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Quejana » lun. 13 avr. 2020, 15:32

Bonjour,
Je viens ici pour vous demander de l’aide encore une fois, bien que j’ai demandé mon auto-bannissement de ce forum il y a de cela quelques mois. Je me pose de nombreuses questions encore. Voilà : je ne me sens pas du tout à l’aise avec le christianisme. Je ne veux pas être une occasion de chute pour l’un d’entre vous ; aussi, si vous avez une foi mal assurée, ne me lisez pas.

Pourquoi le christianisme me met-il mal à l’aise ? parce que je ne comprends plus rien à l’amour dont parle Jésus. J’ai beau prier, demander à Dieu des éclaircissements, je n’obtiens rien de sa part ; et je continue à errer dans l’incompréhension et l’obscurité. Je pense que mes questions n’auraient même pas lieu d’être posées si j’étais bien animée par l’amour mais ce n’est pas le cas ; d’où l’opacité qu’a pour moi le christianisme. J’ai l’impression de vivre emprisonnée dans le christianisme, retenue seulement par la crainte. Si je ne craignais pas Dieu, j’aurais déjà déserté depuis longtemps. Je ne comprends donc plus rien à l’agapè chrétien ; puisqu’il n’y a plus que la crainte ou plutôt la peur qui sert de moteur à ma foi.

L’amour devient absurde quand on le vit comme une obligation, et ne mérite même plus le nom d’amour. Or, c’est ce que je vis en ce moment. Je vais vous livrer ici les difficultés que me pose le christianisme. Il me semble que le christianisme a eu sur moi les effets inverses de l’effet escompté. J’ai cru en me convertissant que je deviendrais plus aimante envers mon prochain ; en vérité, j’ai fait de l’amour quelque chose de bas et de servile. L’amour est devenu pour moi comme une marchandise à échanger contre mon salut, un mot de passe pour entrer dans le royaume de Dieu et non plus un sentiment ou un geste gratuit.

Ajoutons à cela que la logique du salut m’a rendue plus individualiste qu’autrefois peut-être : désormais, je ne me soucie que de moi-même et de mon salut, sans regarder les problèmes qu’il y a dans la société et le mal qu’il y a sur Terre.

Quant à mon rapport à mon prochain, c’est devenu quelque chose de mercantile encore une fois. « Si je fais une bonne action, je me rapprocherai de Dieu. » Et ainsi, j’instrumentalise l’autre, je l’utilise pour cheminer dans la foi en Dieu. Et pire encore, le visage de mon prochain est éclipsé par mon sentiment de la transcendance – ou d’une fausse transcendance, car j’imagine que la vraie illumine un visage plutôt qu’elle ne l’éclipse ; je ne regarde plus le visage de l’autre dans sa singularité mais seulement parce qu’il est le reflet du Créateur. Je ne regarde plus vraiment l’autre mais seulement Dieu en lui : « c’est Jésus que je sers en servant ce pauvre », par exemple, me dis-je. Or, est-ce bien tolérable pour une personne de se sentir aimée seulement par charité, seulement parce qu’elle est le reflet du Créateur ? un individu ne doit-il pas être aimé pour lui-même ?

Ensuite, vient un autre problème. Celui de l’intolérance. En postulant qu’il n’y a qu’une seule vérité, j’empiète sur la conscience des autres et je veux leur imposer ma foi – même si ce n’est pas fait frontalement : j’aimerais qu’ils croient la même chose que moi. Et s’ils n’y croient pas, un sort malheureux leur sera réservé, disent certains chrétiens. Or, ne faut-il pas aimer l’humanité dans toute sa diversité et toute sa richesse de points de vue ? et est-ce bien aimer son prochain de ne pas respecter ce qu’il a de plus intime en lui, ses idéaux, ses convictions personnelles ?

Il y a encore un autre problème. Celui de l’enfer. Je ne peux pas imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde que certains hommes et certaines femmes iront en enfer. Je trouve cela inhumain. Et je ne comprends pas qu’une peine éternelle soit donnée à ceux qui auront commis un mal fini sur Terre. Mais passons cette question de l’enfer largement débattue.

J’ai l’impression d’être prisonnière d’un jeu pervers avec Dieu ou avec mon « faux Dieu » peut-être ; car j’imagine bien que le vrai Dieu n’est pas comme cela. Ce « faux Dieu » a besoin que je m’anéantisse pour exister ; il exige de moi que je l’aime. Or, je ne peux pas commander à mon propre amour. C’est bien la seule chose peut-être que je ne puisse pas commander. De là me vient l’envie de m’anéantir, moi qui suis trop mauvaise pour aimer, pour laisser place à l’amour. A partir du moment où l’amour est érigé en loi, n’est-on pas face à quelque chose d’impossible à tenir ? que répondrez-vous à quelqu’un qui ne réussit pas à aimer Dieu ?

Le texte que j’écris me semble assez dur, même à certains égards, me semble à mille années lumière du message de Jésus ; il est douloureux pour moi de l'écrire, mais c’est avec ces difficultés-là que je lis les Evangiles aujourd’hui. Je ne vois plus rien de bienveillant dans le christianisme ; je me sens comme une aveugle qui ne discerne plus rien de ce qu’est le bien ou le mal. Chaque fois que je me rapproche du christianisme, je me sens mal à l’aise et rongée de l’intérieur ; j’ai l’impression que cette foi là me tire vers le bas. Que faire pour changer mon point de vue ? car lorsque je me suis convertie, je ne voyais pas du tout les choses de cette manière-là, bien au contraire : tout me paraissait limpide dans la parole de Jésus.

Est-ce bien vrai que le christianisme est la religion de l’amour (parce qu’il y a bien d’autres religions qui accordent de l’importance à l’amour et qui ne lui donnent pas la même signification) ? Pourquoi la définition chrétienne de l’amour serait-elle la meilleure ? Le simple fait de dire qu’elle est la meilleure, n’est-ce pas une manière d’exclure l’autre ? N’y a-t-il vraiment qu’un seul amour ? n’est-ce pas excluant de penser ainsi ? Que préconiseriez-vous à quelqu’un qui n’aime pas (au sens chrétien du mot) ?

Je me sens perdue. J'espère vraiment que ce n'est pas le péché contre l'Esprit saint qui me pousse ainsi à tout voir de travers.

Bon lundi de Pâques à vous,
Quejana
[Absente du 30 août au 7 septembre]

Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1301
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par pierrot2 » lun. 13 avr. 2020, 17:45

Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
Or, est-ce bien tolérable pour une personne de se sentir aimée seulement par charité, seulement parce qu’elle est le reflet du Créateur ? un individu ne doit-il pas être aimé pour lui-même ?
Bonjour Quejana,
je réponds ainsi: s'il a compris le message du christianisme, il aura sans doute en horreur ce "lui-même" dont vous parlez".Saint Paul ne disait-il pas "c'est Christ qui vit en moi". Je trouve quant à moi qu'il n'y a d'aimable que la partie chrétienne en nous. Elle est cohérente et donc fidèle.
Beaucoup ne vivent pas de cette fidélité; ils ont du goût pour autre chose; leur manière d'aimer appartient au monde.
Tout ce que nous pouvons leur souhaiter est une conversion profonde et authentique

La miséricorde est la plus grande, mais que serait-elle sans la justice?..Simplement de l'injustice.
Aimez-vous l'injustice? Vous ne seriez peut-être pas la seule.
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
Ajoutons à cela que la logique du salut m’a rendue plus individualiste qu’autrefois peut-être : désormais, je ne me soucie que de moi-même et de mon salut, sans regarder les problèmes qu’il y a dans la société et le mal qu’il y a sur Terre.
J' en suis là aussi. Car je ne suis pas sûr que le monde souhaite le salut, à considérer ses réactions. A se demander s'il n'y a pas un grand désir inconscient collectif d'en finir avec la vie.
Mais Mr Seguin ne sauve pas sa chèvre des loups. Nous ne sommes pas des sauveurs. Sauvons-nous déjà nous même, ainsi le sacrifice de Christ n'aura pas été vain. Prions aussi, ça ne dérange personne!
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
J’ai l’impression de vivre emprisonnée dans le christianisme, retenue seulement par la crainte.
Si vous êtes une de ces "chèvres de Mr Seguin", peut-être voudriez-vous sauver des loups?..Vous savez bien comment cela se terminera. Priez pour eux comme le fit sainte Thérèse. Elle aurait eu, elle aussi, des raisons de se sentir prisonnière, mais je crois au contraire qu'elle trouvait sa libération dans la libération des autres
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
A partir du moment où l’amour est érigé en loi, n’est-on pas face à quelque chose d’impossible à tenir ? que répondrez-vous à quelqu’un qui ne réussit pas à aimer Dieu ?
Considérez au contraire l'amour de ce Dieu qui ne rechigne pas à commander ce qu'aucun scribe ou pharisien n'aurait osé suggérer, de peur de passer pour le grand ringard. Personne ne veut endosser ce rôle ringard. Regardez autour de vous


Je crains de disperser la lecture, car, comme à vos habitudes, vous ne ciblez pas un thème particulier. Mais bien volontiers, si vous relancez de manière plus ciblée un autre de ces thèmes

Lia
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mar. 07 avr. 2020, 21:23

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Lia » lun. 13 avr. 2020, 20:14

En fait quand je lis votre message, je vois bien que vous avez encore du chemin à faire... Comme nous tous d'ailleurs. Vous vous posez des questions, vous souffrez... En fait ce que vous vivez ressemble à une nuit de l'esprit, j'ai l'impression. Pour faire court, c'est un moment plus ou moins long mais terrible où Dieu se retire complètement, ne vous donne plus aucun signe. Et des questionnements terribles sur votre foi, l'impression de ne plus croire en Dieu, que tout est vain... C'est horrible même si je ne peux qu'essayer d'imaginer, mais ce n'est pas forcément un mauvais signe puisque même les plus grands saints l'ont vécu. Il faut... La traverser j'imagine. Garder espoir, continuer à prier et à cheminer. La nuit de l'esprit finit toujours par cesser.

Vous avez du chemin à parcourir oui, notamment sur votre vision de l'amour... Peut-être l'avez vous rendu trop égoïste, trop personnel... Peut-être avez vous oublié au moins en partie le message du Christ et c'est ce qui rend votre lecture des évangiles et des messages chrétiens difficiles, parce que vous savez que vous n'êtes plus dedans. Enfin, plus réellement parce que je vois aussi dans votre message des signes qui montrent que vous n'êtes pas repliée sur vous-même au contraire. Mais, vous devez ne plus voir l'amour comme une simple marchandise. L'amour n'est pas une patate ou une voiture c'est quelque chose que l'on donne gratuitement, parce qu'on aime une personne et parce que veut lui faire plaisir. Comme quand vous faites un compliment ou un câlin à un proche comme ça, parce que vous avez envie. Il faut que vous ressentiez ça envers les personnes qui vous entourent... Quitte par se contenter de vos proches au départ hein.
Je ne donne pas beaucoup de conseils et je me force aussi un peu à vous donner ceux que je donne parce qu'en fait... Je suis aussi sur le chemin de la foi, et je ne prétends pas tout connaître. Au contraire. Là, comme ça, je ne vois pas trop ce que je peux vous dire de faire même si j'ai envie de vous aider.

Vous dites que vous êtes égoïste, mais on l'est tous. Et celui qui dirait le contraire en n'étant pas une personne du Ciel se voilerait la face devant la vérité. C'est le lot de l'Humanité, de l'Orgueil. Et pourtant vous êtes un peu dure parce que je vois que d'une certaine manière vous arrivez à vous soucier des autres.
Ensuite, vient un autre problème. Celui de l’intolérance. En postulant qu’il n’y a qu’une seule vérité, j’empiète sur la conscience des autres et je veux leur imposer ma foi – même si ce n’est pas fait frontalement : j’aimerais qu’ils croient la même chose que moi. Et s’ils n’y croient pas, un sort malheureux leur sera réservé, disent certains chrétiens. Or, ne faut-il pas aimer l’humanité dans toute sa diversité et toute sa richesse de points de vue ? et est-ce bien aimer son prochain de ne pas respecter ce qu’il a de plus intime en lui, ses idéaux, ses convictions personnelles ?

Il y a encore un autre problème. Celui de l’enfer. Je ne peux pas imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde que certains hommes et certaines femmes iront en enfer. Je trouve cela inhumain. Et je ne comprends pas qu’une peine éternelle soit donnée à ceux qui auront commis un mal fini sur Terre. Mais passons cette question de l’enfer largement débattue.
En ce qui concerne le premier paragraphe, je suis parfaitement d'accord avec vous, il ne faut pas empiéter sur la volonté des autres. S'ils veulent bien vous écoutez allez-y, si non tant pis. Chacun est différent, l'Humanité est diversifiée et riche de ça et vous faites preuve d'amour envers lui en respectant son intimité. En n'essayant pas à tout prix d'influer sur sa vie. Si vous vous retrouvez incapable de faire quoique se soit, demandez à Dieu de vous aider. D'aider l'autre et dites lui clairement pourquoi. Même s'il ne vous répond pas, il vous entend .
Et non je ne passerais pas la question de l'Enfer, désolée. Parce qu'il s'agit peut-être d'une des questions qu'il nous faut régler. Certains chrétiens affirment que si on ne croit pas en Dieu on va en Enfer oui c'est vrai. Mais la théologie catholique pense depuis quelques années que le Salut sera donné à tout homme, à tout homme quelque soit sa religion, ses croyances. Jésus viendra, à l'heure de la mort, prêcher son évangile et offrir le salut à la personne décédée. Encore une fois, peu importe ses croyances, son idéologie, ses actes et tout ce qu'on peut trouver d'autre.
Ce qui est logique compte tenu de la lenteur avec laquelle le christianisme s'est répandu. Songez qu'entre la mort de Jésus et l'arrivée du christianisme rien que dans les pays scandinaves il y a au moins eut 10 siècles. Qu'au XVIème la France n'était pas encore bien évangélisée parce qu'il y avait des restes de paganismes, et que l'Amérique venait à peine d'être découverte. Et je ne parle pas de l'Australie qu'il n'a été bien connue qu'au XXème siècle. Et encore au XXIème, des tribus sont découvertes n'ayant entendu parler ni de Jésus, ni d’Ève, ni d'Adam. Un Dieu d'Amour omniscient aura forcément conscience de tout ça, et il aura forcément prévu quelque chose pour eux. Parce que non, comme vous le dites, ce serait inhumain de les envoyer là-bas juste... Juste parce que leur vie ne leur a pas offert la possibilité de connaître Dieu quoi :-@

Je ne peux pas dire grand chose d'autre de plus à part que je vais demander à Dieu de vous aider si ça peut vous consoler. Et aussi... Essayez de retrouver votre foi d'avant. De faire des gestes d'amour, de pur amour, envers votre prochain. En commençant par vos proches encore une fois. Et puis après, si vous vous sentez l'envie d'aider quelqu'un que vous ne connaissez pas pas par simple obligation mais parce que vous vous dites "cette personne je veux l'aider, je veux faire ça pour l'aider" faites le. Peut-être cela pourrait-il vous aider vous. Et ayez la volonté de vous améliorer. Ça n'ira pas vite, ou pas, mais ce sera déjà très bien.
Et je vais prier pour vous :coeur:

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1789
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Altior » lun. 13 avr. 2020, 23:16

Bonjour, Quejana!
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
J’ai l’impression de vivre emprisonnée dans le christianisme, retenue seulement par la crainte. Si je ne craignais pas Dieu, j’aurais déjà déserté depuis longtemps. Je ne comprends donc plus rien à l’agapè chrétien ; puisqu’il n’y a plus que la crainte ou plutôt la peur qui sert de moteur à ma foi.
C'est déjà bien. La crainte de Dieu est le premier des sept dons du Saint Esprit. C'est par là qu'il faut commencer. La chose est expliquée par beaucoup d'auteurs, dont le meilleur est...notre Seigneur Jésus Christ. Il l'explique dans la parabole de l'économe infidèle (Luc 16 : 1-13). Ce fonctionnaire se sauve en se posant une question-clé: Que ferai-je, puisque mon maître m'ôte l'administration de ses biens? (Luc 16:3). C'est la question que nous devrions nous poser tous. La question que, malheureusement, beaucoup de monde ne se pose pas.

Pourtant, quoique la crainte de Dieu, qui correspond à la contrition imparfaite, soit suffisante pour le salut, l'Esprit Saint ne veut pas que nous restions là-bas et, dès que nous remplissons cette case, il nous octroie son deuxième don: la piété. C'est quoi la piété ? C'est voir en Dieu un père.
J’ai cru en me convertissant que je deviendrais plus aimante envers mon prochain ; en vérité, j’ai fait de l’amour quelque chose de bas et de servile. L’amour est devenu pour moi comme une marchandise à échanger contre mon salut, un mot de passe pour entrer dans le royaume de Dieu et non plus un sentiment ou un geste gratuit.
C'est exactement la solution trouvée par cet économe. Il échange une «marchandise», l'argent (qui par ailleurs ne lui appartenait pas) contre son salut et il fait ça justement pour entrer dans le royaume de Dieu, pas gratuit et il n'est écrit nulle part qu'il avait un sentiment d'amour pour les débiteurs.

je ne regarde plus le visage de l’autre dans sa singularité mais seulement parce qu’il est le reflet du Créateur.
C'est exactement pour ça qu'il est normal d'aimer nos prochains. En effet, il n'y a pas deux commandements de l'amour: aimer Dieu ET aimer son prochain. Il n'y a qu'un seul: aimer Dieu. L'autre est la conséquence.
Je ne regarde plus vraiment l’autre mais seulement Dieu en lui : « c’est Jésus que je sers en servant ce pauvre », par exemple, me dis-je. Or, est-ce bien tolérable pour une personne de se sentir aimée seulement par charité, seulement parce qu’elle est le reflet du Créateur ? un individu ne doit-il pas être aimé pour lui-même ?
Chère Quejana, comment voulez-vous que je vous aime pour vous-même ? C'est tout à fait illogique, car je ne vous connais pas du tout. Je n'ai pas la moindre idée de qui est comment vous êtes. Mais je vous aime justement parce que je sais que vous êtes aimée par Dieu. Si votre âme est assez chère pour Dieu pour que Lui se soit immolé pour vous, si votre âme est assez chère pour que maintenant il fasse un patient effort pour que son sacrifice ne fut pas inutile, alors votre âme est chère pour moi aussi et c'est pourquoi, sans vous connaître, je dis «chère soeur».
Ensuite, vient un autre problème. Celui de l’intolérance. En postulant qu’il n’y a qu’une seule vérité, j’empiète sur la conscience des autres et je veux leur imposer ma foi – même si ce n’est pas fait frontalement : j’aimerais qu’ils croient la même chose que moi. Et s’ils n’y croient pas, un sort malheureux leur sera réservé, disent certains chrétiens. Or, ne faut-il pas aimer l’humanité dans toute sa diversité et toute sa richesse de points de vue ? et est-ce bien aimer son prochain de ne pas respecter ce qu’il a de plus intime en lui, ses idéaux, ses convictions personnelles ?
Personne ne dit de ne pas respecter les idéaux et les convictions personnelles de l'autrui. Il a le même droit que moi d'avoir des idéaux, d'avoir des convictions. La liberté dont Dieu m'a doté lorsqu'il bâtit mon âme, c'est le liberté dont il l'a doté aussi. Mais cela ne veut pas dire que je suis d'accord forcément avec ses idéaux et convictions, cela ne veut pas dire que j'aime la façon dont il emploie cette liberté.
Il y a encore un autre problème. Celui de l’enfer. Je ne peux pas imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde que certains hommes et certaines femmes iront en enfer. Je trouve cela inhumain. Et je ne comprends pas qu’une peine éternelle soit donnée à ceux qui auront commis un mal fini sur Terre.
Mais pour qu'un récompense éternelle soit donnée à ceux qui ont fait un bien fini sur Terre, cela vous comprenez ?
que répondrez-vous à quelqu’un qui ne réussit pas à aimer Dieu ?
Je répondrais que c'est la preuve qu'il ne Le connaît pas. Or, on ne peut pas aimer un Dieu inconnu. Je peux vous aimer sans vous connaître en vertu du fait que vous êtes aimée par Celui que j'aime plus que moi-même. Mais comment aimer Celui-là sans le connaître? En vertu de quoi? Impossible. C'est pourquoi les trois vertus théologales ont été imaginés comme un arbre dont la couronne est l'amour théologal (=l'amour qui nous lie à Dieu). La racine est la foi. La foi c'est connaître de plus en plus de choses concernant Dieu. Quand vous arriverez à connaître Dieu, l'amour de Dieu s'allumera d'une flamme que rien au monde ne pourra plus éteindre.

Vous avez, probablement, quelques amis ? Vous les aimez, je pense, du moment où vous les considérez des amis. Pourtant, ils ont des imperfections, il y a en chacun de vos amis une chose, voire plusieurs, que vous aimeriez corrigée, un trait que vous aimeriez retouché. Vos amis ne sont irréprochables et, malgré ça, vous les aimez parce que vous savez que dans chacun la bonne partie prévale sur la retouchable. En plus, peut-être que vous les aimez aussi parce qu'il vous ont aidés une fois, quand vous avez eu besoin, car c'est alors que l'amitié est mise à l'épreuve. Mais s'il y avait, dans ce monde, quelqu'un qui n'a aucune imperfection, quelqu'un de vraiment parfait. Comment ne pas vouloir être l'amie d'un pareil être singulier ? Comment, d'autant plus si vous apprenez qu'il vous aime à son tour ? Et que direz-vous si vous apprenez qu'il vous a aimé depuis toujours, avant que vous soyez même née ? Comment ne pas l'aimer si vous apprenez pas seulement qu'il vous aime, mais que, avec une patience dont seul au monde est capable, il a attendu des années et des dizaines d'années qu'il ait un retour de votre part à cet amour. Mais, si un jour il vous arrive d'apprendre que cet amour a été prouvé par la plus dure des preuves, le don de sa vie, alors même si vous avez un coeur de pierre il n'est pas possible de dire non à un tel amour et de ne pas désirer la compagne d'un tel ami pour tout le reste de votre vie, pour l'éternité.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3170
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Trinité » mar. 14 avr. 2020, 0:01

Bonsoir Quejana!

Heureux de vous revoir! :)

Je n'ai pas trop le temps ce soir, mais après les différentes interventions, j'essaierai dans les jours qui viennent d'apporter ma petite contribution aux messages. Vous dites:
Ajoutons à cela que la logique du salut m’a rendue plus individualiste qu’autrefois peut-être : désormais, je ne me soucie que de moi-même et de mon salut, sans regarder les problèmes qu’il y a dans la société et le mal qu’il y a sur Terre.
C'est là à mon avis ou vous fonctionnez mal. Ne pensez plus à votre salut, car dans ce cadre là vous faites travailler votre égo , complètement contradictoire avec le message d'Amour dispensé par Jésus, pour Dieu et son prochain! C'est une relation de "crainte" si tu ne fais pas cela, tu n'auras pas droit au salut! "tout faux"...

"N'AYEZ PAS PEUR" ces mots reviennent très souvent dans les évangiles, c'est la base de tout...Actuellement cette crainte et cette obligation de résultat vous font passer à côté de l'essentiel! L'Amour gratuit!

N'avez-vous pas remarquer comme nous éprouvons bien plus de joie à donner, qu'à recevoir! ;)

Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 176
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Quejana » mar. 14 avr. 2020, 15:21

Bonjour,
pierrot2 > Ravie de vous retrouver, pierrot2 !
Lia > Votre message m’a fait beaucoup de bien ! Vous avez bien cerné mon problème et malgré cela, il y a de l’espérance dans votre message.
Altior > Merci pour ces éclaircissements ! cela m’a donné envie d’approfondir la parabole de l’intendant infidèle… Mais les explications que j’ai trouvées sur Internet et sur ce forum ne sont pas les mêmes que celles que vous en donnez. Pouvez-vous m’expliquer plus précisément ce que vous comprenez de cette parabole ?
Trinité > Je comprends un peu mieux ce qu’est l’amour chrétien. Peut-être devrais-je plus prier pour les autres.
A tout le monde >
Merci beaucoup pour vos messages très réconfortants et éclairants !
C’est aussi très gentil de prier pour moi. Merci.
Je me suis déjà demandée à plusieurs reprises si ce qui je vivais était une « nuit de la foi. » Mais d’après ce que j’ai compris de cet état si particulier du croyant, c’est qu’il n’est pas provoqué par son péché mais en vue d’une purification plus totale de son âme ; or, de mon côté, je suis bien convaincue que non seulement c’est mon péché qui a provoqué cet état mais qu’en plus, cet état me conduit aussi à pécher. Il me conduit au désespoir. N’ayant plus la moindre boussole pour me montrer le bon chemin, je suis abandonnée à mes passions et je suis fortement tentée d’abandonner Dieu… J’aimerais tirer quelque chose de positif de cet état mais pour le moment, je n’y parviens pas.
J’ai l’impression d’avoir fermé mon cœur à Dieu, peut-être définitivement, et que ce qui m’arrive est de ma faute. Cela dure depuis deux ans et demi (mes premiers messages sur ce forum relatent un peu le début de ma descente aux enfers) ; cela vient bien d’un refus à Dieu que j’ai fait, alors que je me sentais aimée de lui, peut-être à cause de trop lourdes épreuves que je ne parvenais pas à supporter ; j’avais d’immenses consolations spirituelles dans mon malheur mais elles ont disparu parce que je n’ai cessé de les rejeter. Comment procéder dans une telle situation ? Je suis dans un état où je tends parfois d’une manière velléitaire vers Dieu mais je finis toujours par retomber et parfois dans un état pire encore qu’avant d’avoir tenté de progresser vers le bien. C’est un véritable cercle vicieux. J’ai l’impression d’avoir perdu ma liberté d’action.
Bien sûr, j’ai des consolations parfois mais ce ne sont pas des consolations spirituelles. Je prends plaisir à manger, à profiter du soleil, à rire, à m’amuser ; je profite de la vie et des choses simples qu’elle nous offre, alors qu’il y a encore deux ans, j’étais si attristée que je ne pouvais même plus profiter de ces choses. Mais au fond de moi, je sais que mon âme est fêlée et qu’elle rend un son faux ; il m’arrive même parfois de me demander si je ne serais pas plus avancée (spirituellement parlant) d’être entièrement malheureuse plutôt que de profiter de la vie en hédoniste comme aujourd’hui. Ce n’est pas exactement de la dépression car les biens d’ici-bas me plaisent encore : c’est un vrai problème spirituel, je crois – peut-être que je me trompe. Je prends un traitement actuellement car j’ai été diagnostiquée schizophrène ; mais ce traitement s’il m’apporte un certain confort de vie (c’est grâce à lui que je peux de nouveau profiter de cette dernière et de ses petits plaisirs), ne me permet pas de résoudre le problème en profondeur : au fond, je suis toujours démunie au fond de moi-même.
Je me sens complètement pieds et poings liés, yeux fermés, cœur endurci, oreilles sourdes …

Merci en tout cas pour vos messages d'encouragement !
[Absente du 30 août au 7 septembre]

Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

pierrot2
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1301
Inscription : dim. 24 août 2014, 14:38

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par pierrot2 » mar. 14 avr. 2020, 18:19

Quejana a écrit :
mar. 14 avr. 2020, 15:21
pierrot2 > Ravie de vous retrouver, pierrot2 !
Vous êtes bien aimable, comme d'habitude, chère Quejana

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 9524
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par PaxetBonum » mar. 14 avr. 2020, 18:26

Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
Pourquoi le christianisme me met-il mal à l’aise ? parce que je ne comprends plus rien à l’amour dont parle Jésus. J’ai beau prier, demander à Dieu des éclaircissements, je n’obtiens rien de sa part ; et je continue à errer dans l’incompréhension et l’obscurité.
Bonjour Quejana,

Je vais tâcher de répondre à certaines de vos interrogations.

Tout d'abord vous dites prier mais ne pas obtenir d'éclaircissements. Dieu a institué l'Eglise et les sacrements pour nous venir en aide. Jésus n'a pas choisi des apôtres pour être moins seul mais pour ne pas nous laisser seuls. Avez-vous fait part de vos conflits intérieurs à un prêtre ? un religieux / une religieuse ?
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
Si je ne craignais pas Dieu, j’aurais déjà déserté depuis longtemps.
La crainte de Dieu est le début de la sagesse nous disent les Psaumes et les Proverbes, donc vous êtes sur le bon chemin. Mais vous n'êtes qu'au début du chemin, au début de la sagesse, il faut laisser croître cette sagesse en vous.
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
L’amour devient absurde quand on le vit comme une obligation, et ne mérite même plus le nom d’amour.
L'amour ne peut être une contrainte vous avez raison. L'amour nécessite la liberté car c'est un don que l'on fait pas une obligation que l'on reçoit.
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
Ajoutons à cela que la logique du salut m’a rendue plus individualiste qu’autrefois peut-être : désormais, je ne me soucie que de moi-même et de mon salut, sans regarder les problèmes qu’il y a dans la société et le mal qu’il y a sur Terre.
De même vous êtes au début du chemin car suivre le Seigneur nous apporte son salut. Mais le Seigneur ne veux pas que nous soyons juste sauvés mais que nous devenions sauveurs à sa suite. Ce salut nous ne le donnons pas de nos mérites mais nous le transmettons nous qui l'avons reçu de Lui (sinon il faudrait se faire baptiser juste avant d'expirer pour s'assurer du salut.
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
Je ne regarde plus vraiment l’autre mais seulement Dieu en lui : « c’est Jésus que je sers en servant ce pauvre », par exemple, me dis-je. Or, est-ce bien tolérable pour une personne de se sentir aimée seulement par charité, seulement parce qu’elle est le reflet du Créateur ? un individu ne doit-il pas être aimé pour lui-même ?
Là vous avez fait un pas en avant étonnant vu les autres points. Vous voyez le visage de Dieu à travers chacune de ses créatures c'est une grande grâce. Ne croyez pas que cela atténue l'attention que vous portez à ceux qui vous entourent : vous les considérez car ils sont fils du Très-Haut c'est bien plus important que de les considérer parce qu'ils sont pauvre ou sale. Vous voyez en eux ce que peu de personnes observent.
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
Ensuite, vient un autre problème. Celui de l’intolérance.(...) et est-ce bien aimer son prochain de ne pas respecter ce qu’il a de plus intime en lui, ses idéaux, ses convictions personnelles ?
"La tolérance ? Il y a des maisons pour cela…" répondait un saint prêtre que j'ai eu la grâce de connaître. Il ne nous est pas demandé de tout tolérer. Jésus qui EST la Vérité devait-Il tout tolérer ? Accepter le mensonge ? Accepter que tous se perdent par tolérance ? Non, Jésus a eu des mots très virulents qui montre sa totale intolérance au péché, à l'erreur. Vous pouvez supporter patiemment les erreurs de ceux qui vous entourent mais pas les tolérer. Vous avez le devoir d'annoncer la Vérité et la Vie seul Chemin vers Dieu Lui-même.
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
Il y a encore un autre problème. Celui de l’enfer. Je ne peux pas imaginer ne serait-ce qu’une seule seconde que certains hommes et certaines femmes iront en enfer. Je trouve cela inhumain. Et je ne comprends pas qu’une peine éternelle soit donnée à ceux qui auront commis un mal fini sur Terre.
Comprenez-vous qu'un serial killer soit condamné à la prison à vie pour ses crimes ? La peine éternelle touchera ceux qui continueront obstinément à s'opposer à Dieu, malgré les lumières qu'ils auront eues. Ainsi le membre d'une peuplade isolée qui n'aurait jamais entendu parler de Jésus ne sera pas jugé comme celui qui ayant été bercé dans la chrétienté continue de pécher dans aucun remord. De plus, comme vous l'avez bien compris on ne force pas quelqu'un à vous aimer, l'amour nécessite la liberté, Dieu ne forcera personne a vivre l'éternité en sa compagnie. Celui qui rejette Dieu verra sa volonté respectée et sera en enfer (seul lieu où Dieu n'est pas).
Quejana a écrit :
lun. 13 avr. 2020, 15:32
J’ai l’impression d’être prisonnière d’un jeu pervers avec Dieu ou avec mon « faux Dieu » peut-être ; car j’imagine bien que le vrai Dieu n’est pas comme cela. Ce « faux Dieu » a besoin que je m’anéantisse pour exister ; il exige de moi que je l’aime.
Votre perception de Dieu me semble faussée par un grain de sable quelque part. N'avez-vous rien que vous refusiez de changer dans votre vie ? un péché que vous n'auriez pas confessé ?

Autrement je vous invite à voir nos frères aînés dans la Foi pour comprendre ce que devrait être votre lien à Dieu, en lisant des vies de saints. Je vous conseillerais 'Vie de Saint François d'Assise' d'Omer Englebert, par exemple.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1789
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Altior » mer. 15 avr. 2020, 0:05

Quejana a écrit :
mar. 14 avr. 2020, 15:21
la parabole de l’intendant infidèle (...) Pouvez-vous m’expliquer plus précisément ce que vous comprenez de cette parabole ?
Concernant cette parabole un peu «pas comme les autres», souvent les liseurs de la Bible sont contrariés: «c'est quoi ? Le Seigneur loue un serviteur malhonnête ?!?!». Non, ce n'est pas ce qu'il est loué, la réponse arrive vite, dans Luc 16 : 8 : Le maître loua l'économe infidèle de ce qu'il avait agi prudemment.

S'il y a d'autres aspects de cette parabole que vous désiriez approfondir, je vous suggère de continuer dans le forum «Écriture Sainte», car ici ce n'est pas tout à fait au sujet et puis la modération apriori complique les échanges.
N’ayant plus la moindre boussole pour me montrer le bon chemin, je suis abandonnée à mes passions et je suis fortement tentée d’abandonner Dieu…
La boussole que tout chrétien a (ou devrait avoir) est bien particulière. C'est une boussole qui ne montre jamais le Nord, mais toujours l'Est. Cette boussole s'appelle «Marie». Et l'Est qu'elle montre s'appelle «Jésus». Vous savez comment on utilise cette boussole ? C'est très facile: tout ce qu'on doit faire c'est de se poser la question: «qu'est-ce que Marie ferait dans ce cas ?». Cela fonctionne pas seulement devant les décision les plus graves de la vie. Comme le voyageur dans le désert qui doit consulter la boussole souvent pour ne pas s'égarer et tourner en rond, la boussole chrétienne doit être utilisée maintes fois par jour. Dans le désert de la vie, où il n'y a pas de signal GPS (sinon faussé), c'est votre seule moyen de garder le bon chemin. «Dois-je acheter ce truc ? Est-ce que Marie l'aurait acheté ?». «Serait-il mieux de voir ce film ? Ou plutôt celui-là ? Quel film choisirait Marie ?». Je parle tout à fait sérieusement. Faites-moi confiance, cette boussole fonctionne sans faille là où vous vous attendez le moins.
J’ai l’impression d’avoir fermé mon cœur à Dieu, peut-être définitivement, et que ce qui m’arrive est de ma faute. Cela dure depuis deux ans et demi (mes premiers messages sur ce forum relatent un peu le début de ma descente aux enfers) ; cela vient bien d’un refus à Dieu que j’ai fait, alors que je me sentais aimée de lui, peut-être à cause de trop lourdes épreuves que je ne parvenais pas à supporter ; j’avais d’immenses consolations spirituelles dans mon malheur mais elles ont disparu parce que je n’ai cessé de les rejeter. Comment procéder dans une telle situation ?
Chère soeur, un forum, soit-il catholique, reste un forum. Il ne peut aucunement remplacer une direction spirituelle dont nous avons besoin toujours, mais plus particulièrement dans les moments plus difficiles, là où notre foi est mise à l'épreuve.
Pour vous dire la même chose plus franchement: vous avez, où pas, une direction spirituelle ? Si vous n'avez pas, il faut en chercher (chose pas toujours facile, mais là c'est un autre sujet). Si vous en avez, alors il faut soit mieux profiter, soit la changer, car quelque chose a l'air de patiner en ce qui la concerne.

Bon courage et tenez bien la boussole!

Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 176
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Quejana » jeu. 16 avr. 2020, 15:02

Merci beaucoup pour vos réponses et pour vos conseils ! Je suis un peu perdue, mais j'espère que les choses s'amélioreront avec le temps. S'il vous plaît, priez pour moi.

Bonne journée à vous,
Quejana
[Absente du 30 août au 7 septembre]

Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3170
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Trinité » jeu. 16 avr. 2020, 18:41

Je prierai pour vous Quejana.

Lia
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mar. 07 avr. 2020, 21:23

Re: Toujours des problèmes avec la foi chrétienne

Message non lu par Lia » dim. 19 avr. 2020, 16:10

Désolée de ma réponse tardive, mais je prierais pour vous aussi. Pour que vous sortiez de cette zone d'ombre et que vous retrouviez le véritable amour de Dieu :)

Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 176
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Est-ce trop tard ?

Message non lu par Quejana » mer. 19 août 2020, 21:44

Bonsoir,
C'est encore moi - pour celles et ceux qui ont déjà lu mes contributions. J'espère que je ne vous fatigue pas trop de venir déverser mon chagrin ici... Il est tellement immense que je me juge comme une sans-amour incurable.
J'ai vingt-trois ans, je suis protestante. Je suis aussi complètement perdue.
J'ai été diagnostiquée schizophrène il y a environ un an et demi.
Je n'ai jamais eu d'hallucinations, je crois. Mais je suis toujours hantée par la même angoisse obsessionnelle : celle d'avoir commis le péché impardonnable, je veux dire le péché contre l'Esprit saint. Voilà deux ans et demi que ça dure.
Ce n'est pas un excès de scrupules de ma part. C'est l'impression que je refuse l'amour divin à chaque seconde de ma vie, que je dis non au bien absolu volontairement et en pleine connaissance de cause, que j'ai inversé les valeurs de bien et de mal, que je refuse le pardon divin et que je cours de mon propre chef vers la damnation.
C'est aussi le fait que tout ce qui est chrétien me rebute, voire m'inspire de la haine.
C'est aussi le fait que le mal ne semble venir que de ma propre volonté et pour cette raison, je ne me crois pas possédée : c'est moi qui pose problème dans mon fondement même.
C'est aussi le fait que quoi que je fasse (œuvres, bénévolats, prières), je suis convaincue que ce n'est pas par amour que je le fais mais par opportunisme.
C'est aussi le fait que j'agis très mal envers ma propre famille : hystérie, injures, culpabilisation, manipulation... Et envers l'Eternel lui-même par toutes sortes de blasphèmes.
C'est aussi le fait qu'après avoir eu une foi passionnée, j'ai chuté du jour au lendemain. Et voilà deux ans et demi que je suis dans une impasse.
"Mais, m'objecterez-vous, si vous écrivez sur ce forum, c'est bien que vous avez du remords."
Je ne crois pas avoir du remords mais seulement une crainte terrible des conséquences de mes actes.
J'ai déjà lu des histoires de personnes très pécheresses qui s'étaient converties et étaient devenues meilleures. Mais je ne connais pas d'histoires de personnes qui après une conversion et un grand amour et une grande foi sont redevenues pires qu'avant, à part des histoires qui se terminent mal.
Ce message est glaçant. J'aimerais l'adoucir un peu... Mais comment ? C'est précisément parce que je ne trouve plus rien en moi-même que je viens écrire ici.
S'il vous plaît, priez pour moi.

Bonne soirée à vous,
Quejana
[Absente du 30 août au 7 septembre]

Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

ademimo
Quæstor
Quæstor
Messages : 255
Inscription : mar. 14 juil. 2020, 21:10
Conviction : catholique

Re: Est-ce trop tard ?

Message non lu par ademimo » mer. 19 août 2020, 22:46

Bonjour Quejana,
Connaissez-vous l'histoire de Vatel ? Vatel était un maître d'hôtel exceptionnel qui organisait les festins des grands sous Louis XIV. Lors d'un de ces festins, la livraison des poissons prend du retard. Ils n'allaient pas pouvoir être servis au moment voulu. Vatel désespère, devient fou, se voit disgracié, déshonoré. Il monte dans sa chambre, prend un sabre et se fait harakiri. Dans l'instant qui suit, les poissons arrivent et sont servis. Le roi n'y prête même pas attention.

Qu'a-t-il bien pu se passer dans la tête de Vatel pour être amené, par les mouvements intérieurs de la passion, à se suicider... pour rien ?

Je pense que vous êtes, comme Vatel (et comme moi, car je suis passé par là aussi), victime de scrupules extrêmes. Vous désespérez, vous pensez que tout est pire que tout, que Dieu vous réprouve, alors qu'en réalité, il n'y a rien...

Vous êtes pécheresse ? Et alors ? On l'est tous. Relisez l'Évangile. Le Christ vient pour les pécheurs. En fait, heureusement que vous voyez vos péchés. C'est très rassurant ! L'inverse serait inquiétant.

Tout va bien...

Gaudens
Senator
Senator
Messages : 626
Inscription : mer. 25 avr. 2018, 19:50
Conviction : chrétien catholique

Re: Est-ce trop tard ?

Message non lu par Gaudens » mer. 19 août 2020, 23:35

Bonsoir Quejana,
Permettez-moi de le dire:vous me bluffez.
Vous vous dépeignez de la façon la plus noire : haine du fait chrétien, blasphèmes et même péché contre l'Esprit, celui qui est réputé impardonnable mais que, heureusement , aucun Père de l'Eglise, aucun détenteur du magistère ne semble s'être cru autorisé à définir.
Vous me bluffez pourtant (et sans doute ne suis-je pas le seul) parce que votre exigence spirituelle est manifestement haute (je me sens assez petit à côté) ; bref vous percevez clairement n'être pas à la hauteur, ce dont beaucoup de gens n'ont pas conscience dans des situations identiques. J'ai envie de vous dire : quel dommage que vous ne soyez pas catholique car le sacrement du Pardon est là tout exprès pour vous et vous attend !
Votre problème psychologique mis à part peut-être vivez-vous, à votre façon, la terrible nuit obscure des mystiques : le fait que vous citiez Saint-Jean de La Croix n'est sans doute pas pour rien ...
Et bien sûr il serait sans doute bon que vous soyez spirituellement accompagnée pour bien distinguer ce qui relève de la schizophrénie (pénible épreuve pour qui la subit et pour l'entourage, comme vous y faites allusion) et ce qui relève de cette "nuit obscure". A ce sujet votre phrase suivante m'intrigue et je ne la comprends pas:
"J'ai déjà lu des histoires de personnes très pécheresses qui s'étaient converties et étaient devenues meilleures. Mais je ne connais pas d'histoires de personnes qui après une conversion et un grand amour et une grande foi sont redevenues pires qu'avant, à part des histoires qui se terminent mal". Voulez-vous dire que vous vous êtes convertie(et le seriez toujours) et auriez produit des fruits "pires qu'avant" ? J'avais compris au contraire que votre éventuelle conversion antérieure aurait échoué jusqu'à la situation actuelle.

J'aurai des difficultés concrètes pour venir sur ce site dans les huit jours qui viennent et ne pourrai sans doute pas vous répondre. En tous cas , moi et bien d'autres certainement prierons pour vous. Priez aussi pour nous , s'il vous plait, car nul n'est indigne de prier.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités