Grand-mère aigrie

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Quejana
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38

Grand-mère aigrie

Message non lu par Quejana » lun. 08 juil. 2019, 8:57

Bonjour,
J'ai un problème avec ma grand-mère. Elle est aigrie. Elle a eu un passé difficile et a l'impression d'avoir raté sa vie. Elle dit tout le temps du mal de tout le monde. Elle passe son temps à se moquer de son mari (qui est pourtant très gentil), à le ridiculiser devant les autres. Elle ne l'a semble-t-il jamais aimé. Elle se dispute avec beaucoup de monde. Elle n'a jamais eu une parole, un geste de tendresse pour ma mère.
Depuis plusieurs années, ma grand-mère doit s'occuper de mon arrière-grand-mère, sa mère, qui est devenue démente. Elle l'a placée en maison de retraite mais va la voir tous les jours. Son frère quant à lui ne s'en occupe pas. Elle adore voyager mais s'interdit de le faire parce qu'il y a sa mère à visiter. Elle aimerait bien déménager dans un endroit moins déprimant que là où elle habite mais elle ne le peut pas à cause de sa mère. Elle s'en plaint souvent mais elle n'abandonnera jamais sa mère.
Il faut avouer que quand elle me parle, elle me transmet beaucoup de son aigreur et de son mal-être. Heureusement, je la vois rarement... Quand j'appelle chez elle, ce n'est pas elle qui décroche souvent mais son mari. Résultat : je lui donne sans doute l'impression que je l'évite (ce qui est un peu le cas). Mais elle a besoin d'être aimée et de reconnaissance, c'est certain : elle dit ne pas se sentir aimée et se sentir coupable. Elle a aussi un fort complexe d'infériorité et passe son temps à regarder "au-dessus d'elle".
Elle a gardé un peu de son éducation catholique mais elle est plutôt agnostique. Elle met des cierges de temps en temps dans les églises pour les autres.
Voilà en somme quelques traits de sa personnalité. A votre avis, que peut-on faire pour l'aider ?
Merci beaucoup pour votre aide !

Avatar de l’utilisateur
la Samaritaine
Barbarus
Barbarus

Re: Grand-mère aigrie

Message non lu par la Samaritaine » mer. 10 juil. 2019, 22:19

Cher Quejana,

à part prier pour elle et la confier au Tout Puissant, je ne crois pas que vous puissiez faire grand chose ! Et éviter une personne qui vous pollue de sa négativité, c'est une attitude de bon sens. Nous ne sommes pas censés jouer le rôle de poubelle psychologique pour les personnes qui ont besoin de déverser leur aigreur et leur manque de charité sur nous.
Quand vous la voyez, les rares fois ou vous la voyez, il faut dans votre tête cadrer le temps: vous donner X heures et pas plus. Et vous pouvez tenter de freiner le déversement toxique en lui disant que vous n'aimez pas entendre de critique sur autrui, que vous avez envie de partager de bons moments avec elle mais pas de critiques sur les absents. Cela peut passer et si ça ne passe pas, il vaut mieux partir.

Cette dame est responsable de sa situation et de l'état émotionnel dans lequel elle se trouve, elle a choisi (plus ou moins inconsciemment) un mode pensée obsessionnel toxique. Les blessures de la vie peuvent expliquer les manques de charité mais il ne les excuse pas : c'est de la responsabilité de chacun de chosir l'ouverture aux autres même si on est blessé pour x raison.


Prenez soin de vous Quejana,

Que Dieu vous bénisse,

Samaritaine

Quejana
Censor
Censor
Messages : 100
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38

Re: Grand-mère aigrie

Message non lu par Quejana » ven. 12 juil. 2019, 17:18

Merci pour votre réponse la Samaritaine !
Je ne sais pas si je peux véritablement rejeter la faute sur elle ; elle a eu une enfance difficile. Ses parents ne s'occupaient pas d'elle. Son père était très dur. Elle n'a pas pu faire de grandes études comme elle l'aurait voulu et comme elle en avait les capacités. Elle a gardé une culture judéo-chrétienne parce qu'elle a été éduquée chez les soeurs, mais seulement dans ce qu'elle a de pire : culpabilité permanente, misanthropie... Les soeurs qui se sont occupées d'elle étaient assez injustes, préférant les élèves riches aux plus pauvres (dont ma grand-mère faisait partie) et imposaient des règles strictes. Elle n'a donc pas gardé une bonne image du christianisme. J'ai l'impression que ma grand-mère a un immense besoin d'amour et qu'il suffirait de presque rien pour qu'elle comprenne qu'il y a un Dieu qui l'aime. Je ne veux pas non plus faire de prosélytisme mais je trouve bien dommage qu'elle ne connaisse pas l'Amour. Cela se voit qu'elle n'a jamais connu cet Amour avec un grand A.
Je me mets particulièrement à sa place parce que je suis passée pendant un an par des tribulations de cet ordre, un an qui n'était que l'aboutissement de toute une vie de misanthropie et d'égoïsme. Je suis devenue pendant un an complètement aigrie, méchante avec mon entourage ; et ce dernier n'a cessé d'être gentil avec moi. Et un jour, j'ai compris : j'ai éprouvé cet amour dont je parle. Alors, je ne peux m'empêcher d'éprouver de l'empathie pour elle et de me dire : "Si elle savait... si elle savait comme je la comprends ! et comme il suffit simplement d'un changement de regard pour que toute notre vie devienne plus douce et plus belle." Voilà ce que je ne peux m'empêcher de penser ; et comme j'ai moi-même fait l'expérience d'un retournement, je me dis que c'est aussi possible pour elle. Je pense notamment au film : "Les Fraises sauvages" d'Ingmar Bergmann.
Et en plus, ce n'est pas quelqu'un de méchant, seulement quelqu'un qui souffre ; elle s'occupe de sa mère avec dévouement, elle manifeste son attention pour son entourage en cuisinant de bons plats et elle reconnaît elle-même qu'elle n'arrive pas à être gentille dans ses paroles : alors, elle manifeste son amour autrement. Quand on ne connaît pas quelqu'un, on est tenté de lui mettre une étiquette - et c'est normal. Mais moi, la connaissant, je ne peux me résoudre à dire qu'elle est une "personne toxique" ; j'aimerais lui faire comprendre d'une manière ou d'une autre qu'elle est aimée, même avec ses défauts, qu'elle n'a pas raté sa vie, qu'elle a fait beaucoup de bonnes choses, même à son insu.
En attendant, votre recommandation est juste : il me faut prier pour elle. Et ce serait orgueil de ma part de croire que je peux faire ce que Dieu seul peut faire dans un coeur. Mais j'aimerais contribuer il est vrai, à lui apporter cette paix, cet amour dont on doit témoigner une fois qu'on l'a éprouvé.
Merci encore pour votre réponse la Samaritaine. Vous avez souvent été là lorsque j'étais dans le besoin ou l'interrogation.
Que Dieu vous accompagne !

lemoni
Ædilis
Ædilis
Messages : 46
Inscription : ven. 12 juil. 2019, 21:41

Re: Grand-mère aigrie

Message non lu par lemoni » ven. 12 juil. 2019, 22:18

C'est étrange, j'ai eu le même type de grand mère, elle aussi été élevée par les sœurs. Je ne connais pas l'âge de la vôtre, mais la mienne a grandi durant la deuxième guerre mondiale. (il y a plus propice à l'épanouissement). Elle est très dure à vivre et passe son temps à donner des ordres à tout le monde. Depuis que son époux est décédé, paix à son âme, elle s'est adoucie un peu. Mais reste d'un tempérament très rude au quotidien.

Je pense qu'il ne faut pas trop juger ceux d'un âge avancé, même s'ils sont parfois ingrats. Ils ont vécu beaucoup de choses qui ont transformé leur perception du monde et qui ont érodé leur patience. Personnellement je prends avec humour son tempérament, ça me permet de mieux subir ses remarques.

Paix à vous et grand mère, lemoni

Astya
Quæstor
Quæstor
Messages : 230
Inscription : lun. 04 juil. 2016, 16:07
Conviction : baptisée catholique assurément déiste

Re: Grand-mère aigrie

Message non lu par Astya » mer. 07 août 2019, 18:48

Très concrètement, vous pourriez demander à votre grand mère pourquoi elle va tous les jours voir sa mère, votre arrière grand mère. Questionnez la pour savoir comment votre arrière grand mère est entourée, si le service de la maison de retraite est suffisant et satisfaisant, si le médecin de votre arrière grand mère juge son état satisfaisant. Si toutes les réponses sont satisfaisantes, vous pourriez alors faire remarquer à votre grand mère qu'elle n'a pas forcément besoin d'être là tous les jours et qu'elle et son mari ont bien droit à des vacances aussi.
Si votre arrière grand mère n'est pas suffisamment entourée, votre grand mère peut faire une demande d'augmentation de l'APA et/ou de soins infirmiers.
Si votre grand mère se plaint de "ne pas être aimée" dites lui simplement "on est là" : son mari, votre mère, et vous, c'est aussi sa vie.
Mais il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas surmonter une enfance malheureuse.
Vous pouvez lui dire aussi que ses petits plats sont cuisinés avec amour, que vous en sentez le goût.
Vous pouvez aussi peut être lui dire que vous avez eu une enfance heureuse, et que c'est aussi grâce à elle, parce qu'elle n'a pas reporté son enfance malheureuse sur votre mère, qu'elle a réussi à "faire barrage" et à surmonter ses épreuves : mais là attention à ne pas la faire craquer : elle peut réagir mal, pleurs ou colère.
Le principal est de lui faire prendre conscience que sa mère est suffisamment entourée.

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 2412
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Grand-mère aigrie

Message non lu par Nanimo » jeu. 08 août 2019, 2:36

lemoni a écrit :
ven. 12 juil. 2019, 22:18
C'est étrange, j'ai eu le même type de grand mère (…) la mienne a grandi durant la deuxième guerre mondiale. (il y a plus propice à l'épanouissement). Elle est très dure à vivre (…) reste d'un tempérament très rude au quotidien.

Je pense qu'il ne faut pas trop juger ceux d'un âge avancé, même s'ils sont parfois ingrats. Ils ont vécu beaucoup de choses qui ont transformé leur perception du monde et qui ont érodé leur patience.
Quejana, je vois là une excellente réflexion si toutefois, votre grand-mère a connu la dernière guerre. Je suis née à la fin de la Seconde guerre mondiale et lorsque j'ai été majeure, j'ai émigré. Je suis allée en Ontario où il y avait très peu de Français, mais curieusement presque tous avaient mon âge. En faisant connaissance, j'ai fini par m'apercevoir que nous avions une chose en commun : une enfance difficile. Nos parents n'avaient connu que des trucs moches et leur comportement s'en ressentait, au point où leurs propres enfants les avaient fui! (Évidemment, il fallait reconstruire le pays d'urgence et il n'était pas question de s'attarder sur tous les problèmes que la guerre avait créés. Donc… on n'a jamais parlé de toutes ces choses.)

Vous savez sans doute que votre grand-mère ne peut changer - question d'âge - mais mieux cerner le problème pourrait vous permettre de vivre avec.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

Avatar de l’utilisateur
zelie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1228
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45

Re: Grand-mère aigrie

Message non lu par zelie » ven. 09 août 2019, 9:35

Bonjour Quejana
je trouve que vous analysez très bien la situation. Effectivement, si votre grand-mère s'est construite ainsi en réponse à une dureté de sa vie, elle ne changera pas, ou plus, à son âge. Quand je lisais votre premier post, j'avais l'impression que vous parliez d'une personne de ma famille,( j'ai la même dans ma famille aussi, et grandi pendant la guerre aussi, insatisfaite elle aussi, etc.).
Je suis d'accord avec vous, la première chose à faire, c'est d'accepter la personne comme elle est, sans vouloir la changer. Sinon ce n'est pas elle qu'on aime, c'est soi-même. Laissez-lui sa façon de penser, c'est sa liberté.
Et comme partagé au-dessus, prier pour elle lui sera bénéfique et mettra sa personne dans les mains de Dieu.
Une fois, une âme mystique s'est retrouvée devant ce qu'on appelle une personne toxique qui influençait tout un tas de jeunes : la dame, dans la prière, s'est tournée vers Jésus, en lui demandant quoi faire. "Fais dire un messe", a été la réponse claire et immédiate de Jésus. Ce qu'elle fit. Et une fois l'âme confiée, elle est restée dans la confiance même si elle ne voyait rien venir. Plusieurs mois après, la jeune personne toxique n'a plus pu nuire, elle a été obligée, par sa situation, de réfléchir à ses actes et de changer sa façon de faire. La dame qui avait prié pour elle ne l'a su que par incident. Parfois, on ne voit pas les effets de nos prières, mais rien n'est perdu, toute pensée d'amour est précieuse pour Jésus, qui la recueille et l'utilisera le jour propice pour aider l'âme, même si ce jour propice se fait attendre des années.

Quejana, vous nous dites que vous avez été retournée par Dieu? Sans vous pousser à une confidence qui ne nous regarde pas, réfléchissez à ce qu'il s'est passé pour vous pour vous conduire à ce retournement... peut être, vu que dans une famille les façons de penser se ressemblent, ce qui a touché votre coeur pourrait toucher le sien? N'y a-t-il pas un acte, une lecture, une célébration, une bonne surprise, de nature à toucher son coeur, au moins un tout petit peu?
Par exemple, lui faire savoir que ce serait bien qu'elle parte en vacances, et que pendant ces jours-là, vous même ou quelqu'un sera là pour aller voir sa mère et ne pas la laisser seule. Votre grand-mère est une femme de devoir et de principes, prise dans les filets d'une loyauté mère-fille qui dépasse sa capacité de résistance, qui la fatigue, et qui du coup la frustre de moments plus paisibles qu'elle voit s'enfuir sans espoir de les revivre, vu son âge. Elle a besoin de respirer, d'introduire des ruptures de rythmes bénéfiques pour repartir, comme s'échapper de la maison quelques jours.... ou sortir, faire un truc un peu plus amusant que toujours tourner en rond dans une routine assez fatigante.
Ou lui faire cadeau d'un week-end ou un séjour avec son mari ou des copines, en préparant bien sûr le relais auprès de sa maman (qui peut aussi être délégué à une personne de confiance). Bref, je ne sais pas trop, mais je pense que vous avez saisi l'idée. La faire respirer.

Je vous souhaite un grand courage, car porter à bout de bras une personne blessée par son enfance, c'est tout sauf évident.
Que Maman Marie vous éclaire pour les décisions à prendre et accompagne votre grand-mère qui ne cesse d'espérer attention et amour...
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre
Vis vraiment chaque instant. Fais-le meilleur. Aime-le. Chéris-le. Fais-le beau, bon pour toi-même et pour Ton DIEU. Ne néglige pas les petites choses. Fais-les avec Moi, doucement. Fais de ta maison un Carmel où Je puisse Me reposer. Jésus, Premier Cahier d'Amour

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 4231
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Grand-mère aigrie

Message non lu par Kerniou » ven. 09 août 2019, 16:54

je partage votre point de vue, Zélie.
Bon courage à vous. Quejana.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités