Doutes et interrogations

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Cactus01
Civis
Civis
Messages : 6
Inscription : mer. 03 juil. 2019, 16:00
Conviction : Catholique

Doutes et interrogations

Message non lu par Cactus01 » mer. 03 juil. 2019, 16:56

Bonjour,

J'ai eu la foi en Avril dernier, j'étais dans une période de vide ou je cherchais un sens à ma vie. Je me sentais incapable, j'avais peur de la mort, j'ai décidé de m'intéresser à la religion catholique, puis j'ai fait une prière de Saint-Exupéry pour les incroyants.
S'en est suivi rapidement ce que j'ai considéré être une réponse du Seigneur, j'ai senti un don, un grand apaisement.
J'ai commencé à croire en Dieu, à vivre dans la joie, à sentir sa présence, à avoir envie de faire œuvre de charité, j'ai senti une transformation. Comme si Dieu me proportionnait à sa guise pour que je sois quelqu'un de meilleur et pour mon bonheur.
Il y avait en moi beaucoup moins d'orgueil, de vanité et de colère.
Je priais souvent, et même si je me considérais dans une période de Sainteté (à ma mesure), je péchais parfois puis je priais ensuite, notamment le Rosaire, et mes prières étaient exaucées.
Ma culture à propos des évangiles et du Catholicisme était et est toujours assez pauvre, je connais les dix commandements, certaines valeurs, un peu l'histoire de Jésus, les sacrements, les péchés véniels et mortels, mais il y a encore beaucoup à apprendre.
Je dirais que cet état de Sainteté (si je puis dire, mais c'est comme ça que je l'ai ressenti), a duré à peu près un mois, ensuite, j'ai commencé à douter, à voir des démons ressurgir, et à me sentir loin de la trinité. J'ai tout de même entrepris une démarche de Catéchuménat et j'ai suivi des cours, ( six à peu près), je progresse en connaissance mais j'ai toujours du mal à me rapprocher de Dieu, et encore des doutes qui parfois traversent mon esprit.
Dernièrement, j'ai prié pour demander plus d'humilité, pour remercier le Seigneur, pour la miséricorde, pour que Dieu m'aide à savoir l'aimer et voir la vraie laideur du pêché, mais j'ai le sentiment de ne plus avoir de réponse.
Je me sens un peu vide, avec peu de sentiments, égoïste, et mes préoccupations semblent à nouveaux se porter sur des choses matérielles.
Pourtant, je sais qu'il y a encore quelques temps, l'on m'a fait le plus beau des cadeaux, et que j'ai pu entre apercevoir ce qu'était la vérité et la beauté pure.
Comment, alors, puis-je l'oublier ainsi ?
Comment puis-je m'en détourner ?
J'ai aimé Dieu et j'ai eu de la reconnaissance pour lui, j'en ai toujours, mais je me sens difficilement capable aujourd'hui d'avoir une vraie compassion pour lui et pour l'instant, de l'aimer comme un père.
Je me demande parfois si je suis réellement capable d'aimer, et si je mérite au fond, la présence de Dieu.
Tant de choses m'éloignent de lui,
Mes doutes: Pourquoi tant de religions ? Pourquoi des non Chrétiens connaissent t-ils la foi et la Sainteté alors qu'ils sont dans l'erreur et qu'elles sont des dons de Dieu ? Pourquoi Dieu ? Certaines choses considérées comme graves le sont elles tant que ça ? Le diable existe t-il vraiment ? J'ai du mal à me le représenter, à voir là ou il se cache, pour moi toutes mauvaises actions découlent de la simple volonté de ma propre personne.
Le pessimisme: Le jugement parfois gratuit des gens, les milieux religieux parfois corrompus par le pêché...
La peur: Peur de l'enfer, notamment pour des proches incroyants, et même de vagues connaissances pour qui j'espère le salut.
Le cynisme, le matérialisme, l'esprit de dérision: On se moque tant de la figure de Jésus dans les médias, au sein de la société... tout est relativisé, tourné en ridicule, vu sous un prisme cynique, matérialiste, défaitiste, on nous empêcherait presque de croire en l'amour et au miracle.
Mes péchés: Que j'ai à malheureusement du mal à détester, j'ai du mal à regretter la gourmandise par exemple... ou peut être est-ce refoulé...

Merci,

Avatar de l’utilisateur
Sam D.
Censor
Censor
Messages : 157
Inscription : mer. 04 juil. 2018, 13:11
Conviction : Catholique romain

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Sam D. » jeu. 04 juil. 2019, 11:18

Bonjour Cactus01 et bienvenue sur le forum,

C'est déjà une grande et belle grâce que vous avez reçue et dont vous témoignez. Qui plus est, vous vous êtes mis au Rosaire, c'est parfait ! Pour maximiser ses bienfaits, n'oubliez pas de solliciter des grâces à cette occasion, ou de l'offrir à une intention. Et bien sûr, c'est par le biais de la méditation des mystères que son effet catéchétique se déploie, voici une excellente méthode http://prieresetdevotions.blogspot.com/ ... er-le.html.

De plus qualifié(e)s que moi répondront au détail de votre message, dont je retiens l'énoncé qui me paraît central :"Tant de choses m'éloignent de Lui". Pour commencer, j'observerais que Lui n'a pas attendu que vous soyez proche de Lui pour venir vous toucher. Percevant que vous vouliez croire, Il vous y a aidé, se penchant sur votre misère. Plutôt que de vous inquiéter de tel ou tel aspect en particulier, je vous suggère la prière de Saint Nicolas de Flüe, remarquablement exempte de dogmatisme si l'on songe qu'elle date du XVe siècle :
"Mon Seigneur et mon Dieu, éloigne de moi tout ce qui m’éloigne de Toi.
mon Seigneur et mon Dieu, donne-moi tout ce qui me rapproche de Toi.
mon Seigneur et mon Dieu, détache-moi de moi-même pour me donner tout à Toi."
En somme, plutôt que de désespérer de sa faiblesse, il s'agit de laisser en toute confiance le Seigneur faire le nécessaire, Lui qui est venu non pour les bien portants, mais pour les malades !
"Ne crains pas, crois seulement"
"Je veux la miséricorde, non le sacrifice"

cmoi
Censor
Censor
Messages : 122
Inscription : jeu. 28 févr. 2019, 12:07

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par cmoi » jeu. 04 juil. 2019, 11:37

Bonjour Cactus01,

N'en doutez-pas : vous y êtes, vous y êtes déjà, dans le royaume de Dieu ! Vous n'avez besoin de rien, d'aucun mérite, : tout vous est donné, et vous aurez tout le temps désiré pour savoir quoi en faire et comment. Jésus-Dieu n'a pas besoin de votre compassion, il vous demande au contraire de lui faire confiance (sur terre, la fois où durant son chemin de croix on lui en exprima, il la refusa et la renvoya sur nous).

Vous avez raison d 'être prudente : il y a bien des loups déguisés en agneaux.. Si St Ex n'est pas un vrai saint, canonisé, il est très probablement au ciel, le vrai, et peut être un excellent maître à penser (je pense à Citadelle). Je connaissais la prière que vous avez ici donné à partager : elle est au cœur de tout appel, de toute foi.

A vous lire, je dirai : pleurez, pleurez l'existence du mal, l'incompréhension du bien que vous avez maintenant compris, offrez vos larmes et cela aura la valeur de toutes les prières du monde. Il n'y a même pas besoin de sentiments pour cela, juste d'une conscience droite.

Je vous recommande aussi Contemplations de Charles de Foucauld, ce qu'il a écrit sur la prière et sur la foi : il n'y a plus qu'à...
Il y a beaucoup de joie dans le ciel à cause de vous, n'en doutez pas. Alors partagez-la...,

Cactus01
Civis
Civis
Messages : 6
Inscription : mer. 03 juil. 2019, 16:00
Conviction : Catholique

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Cactus01 » ven. 05 juil. 2019, 20:45

Bonsoir Sam D. et cmoi, merci de vos réponses pleines d'encouragements,
Qui plus est, vous vous êtes mis au Rosaire, c'est parfait ! Pour maximiser ses bienfaits, n'oubliez pas de solliciter des grâces à cette occasion, ou de l'offrir à une intention.
J'avoue non sans honte avoir un peu délaissé la prière ses derniers jours :oops: , et les derniers fois ou j'ai prié le Rosaire (il n'y a pas très longtemps), je n'ai pas eu l'impression d'avoir des réponses...
Je me sens quelque peu désincarnée ses derniers temps, j'ai même parfois tellement peur de ce sentiment de vide que j'éprouve pendant la prière que je la repousse. Pourtant, j'ai parfois dans la journée, de l'espoir et une envie de prier et de me recueillir auprès du Seigneur mais je suis comme entrainée dans une spirale de négligence...
Le Rosaire est pour moi une prière magnifique et fondamentale qui par le passé m'a apporté ses bienfaits, seulement, c'était quand je sentais encore des grâces. Cette prière requiert maintenant plus de rigueur, de capacités de représentation, de cœur et de convictions. Selon moi, Dieu attend des efforts après m'avoir énormément donné, c'est à moi de puiser la force et de me rapprocher de sa parole.
Mais en suis-je vraiment capable ? J'ai peur de l'échec, non pas dû à Dieu qui est infinie miséricorde, mais à mes propres défaillances.
Quand je vois mon mode de vie en ce moment, gourmandise, paresse, forme de relativisme, inconstance, perte d'horizon, d'idéal, pessimisme, victimisation égoïste, colère...

Je vous remercie pour cette prière que vous m'avez suggéré et que j'effectuerai dès demain, quel rêve de s'oublier soi même, d'oublier sa personnalité (dans le sens moderne)... sortir de soi, j'aimerais tellement.

Oui il faut rester humble, patient, persévérant dans la prière, pour être capable de faire confiance à Dieu.
Jésus-Dieu n'a pas besoin de votre compassion, il vous demande au contraire de lui faire confiance (sur terre, la fois où durant son chemin de croix on lui en exprima, il la refusa et la renvoya sur nous).
Je pense tout comme vous que la confiance est l'élément premier dans notre relation à Dieu, mais certains disent également que l'on n'est pas un vrai Chrétien si on n'aime pas le Christ avec Passion, comme une priorité qui occupe chaque pensées, et ce sont là des paroles qui me touchent parce que pour l'instant je m'en sens incapable, et donc moins digne que d'autres.
A vous lire, je dirai : pleurez, pleurez l'existence du mal, l'incompréhension du bien que vous avez maintenant compris, offrez vos larmes et cela aura la valeur de toutes les prières du monde. Il n'y a même pas besoin de sentiments pour cela, juste d'une conscience droite.
Il y a chez moi une adhésion intellectuelle au Christianisme, surtout sur le plan moral, c'est un système de valeurs que je reconnais comme étant la vérité. Et je pense qu'il faut d'abord que je me base sur cela pour participer à cultiver ma foi dans une période que je qualifierais de "sécheresse du cœur".

Zaratoustra
Ædilis
Ædilis
Messages : 42
Inscription : dim. 25 févr. 2018, 13:42

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Zaratoustra » sam. 06 juil. 2019, 9:45

Bonjour Cactus01,

À la lecture de votre premier et dernier message on peut noter une nette régression dans votre façon de vivre votre relation à Dieu, si le vers vous attaque-il ne vous laissera pas en paix croyez-moi, son but étant de vous aire lâcher prise avec la foi. Soyer vindicatif et ne vous laissez pas faire par ses incessants tourments ; vous êtes, comme on vous la dit, sur la bonne voie.
Si vos persévérez vous connaitrez vous aussi la nuit des sens et celle de l'esprit. Je vous conseille pour y voir plus clair la lecture de Saint Jean de la Croix, Sainte Therese d'Avile et Saint Thérèse de Lisieux.
En Saint Jean de la Croix, en commençant pas "La nuit obscure" vous apprendrez comment appréhendez-la Vie dans la présence de notre Seigneur et comment votre âme est mise à l'épreuve du feu qui purifie... Du bois vert et suintant vous allez passer au bois sec et incandescent avant d'être feu vous-même. C'est une lecture un peu difficile au début mais qui dans le temps et relecture ouvre à la compréhension de la vie mystique
Par Thérèse d'Avila et "Le château de l'âme" vous apprendrez à entrer à Oraison afin de ne faire qu'un avec le Seigneur.
Et Thérèse de Lisieux, la profondeur d'une âme tout entière ne dévoué à Dieu, et aussi qu'il n'y a pas qu'une seule voie pour monter dans ses divins bras.

Vous pouvez aussi, si ce n'est pas déjà fait lire "L'imitation de Jésus-Christ" qui vous donnera descellent conseil pour suivre les pas de Notre Seigneur.
Je vous conseille en plus de vous attarder sur "de la trinité" de Saint augustin, qui est un livre maitre en ce qui concerne la connaissance exacte de notre Dieu Trine et sa relation avec notre âme.

Dieu vous prépare à une vie merveilleuse, pleine d'amour, mais dans la "folie" de l'évangile.
1 Corinthiens 1
18Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. 19Aussi est-il écrit: Je détruirai la sagesse des sages, Et j'anéantirai l'intelligence des intelligents.…

Que le Seigneur vous vienne en aide.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4817
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par gerardh » sam. 06 juil. 2019, 18:59

_____

bonjour Cactus,

Vous parlez peu ou pas de Jésus Christ. Pourquoi ?

____

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 784
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par ChristianK » sam. 06 juil. 2019, 20:51

Le cynisme, le matérialisme, l'esprit de dérision: On se moque tant de la figure de Jésus dans les médias, au sein de la société... tout est relativisé, tourné en ridicule, vu sous un prisme cynique, matérialiste, défaitiste, on nous empêcherait presque de croire en l'amour et au miracle.
Le monde fait son boulot de monde, plus dans certaines périodes. Rien n'est plus nécessaire en ces cas qu'une pastorale apologétique et de mépris du monde et des mondains (contemptio mundi classique). Une pasto inadaptée est plus coupable que les mondains.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2512
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Trinité » sam. 06 juil. 2019, 22:13

Cactus01 a écrit :
mer. 03 juil. 2019, 16:56
(…) Tant de choses m'éloignent de lui,
Mes doutes: Pourquoi tant de religions ? Pourquoi des non Chrétiens connaissent t-ils la foi et la Sainteté alors qu'ils sont dans l'erreur et qu'elles sont des dons de Dieu ? Pourquoi Dieu ? Certaines choses considérées comme graves le sont elles tant que ça ? Le diable existe t-il vraiment ? J'ai du mal à me le représenter, à voir là ou il se cache, pour moi toutes mauvaises actions découlent de la simple volonté de ma propre personne.
Le pessimisme: Le jugement parfois gratuit des gens, les milieux religieux parfois corrompus par le pêché...
La peur: Peur de l'enfer, notamment pour des proches incroyants, et même de vagues connaissances pour qui j'espère le salut.
Le cynisme, le matérialisme, l'esprit de dérision: On se moque tant de la figure de Jésus dans les médias, au sein de la société... tout est relativisé, tourné en ridicule, vu sous un prisme cynique, matérialiste, défaitiste, on nous empêcherait presque de croire en l'amour et au miracle.
Mes péchés: Que j'ai à malheureusement du mal à détester, j'ai du mal à regretter la gourmandise par exemple... ou peut être est-ce refoulé...
Bonsoir cactus01,

Ces interrogations on se les pose tous...moi en tous cas...! Il y a beaucoup de choses à dire dans tout ce que vous venez d'évoquer !
En l'occurrence, ce qui suit, me pose toujours un gros problème :
La peur: Peur de l'enfer, notamment pour des proches incroyants
De mes très proches, je suis pratiquement le seul a être croyant, mais je les aime envers et contre tout...Il me paraît inconcevable que la miséricorde de Dieu ne s'applique pas à eux, malgré leur éloignement et leur vie en dehors de Dieu !
Pour faire plus simple, comment pourrais je être heureux si j'ai le bonheur d'accèder au paradis , sans la présence à mes côtés de ceux que j'aime!
C'est une vraie question!

Zaratoustra
Ædilis
Ædilis
Messages : 42
Inscription : dim. 25 févr. 2018, 13:42

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Zaratoustra » dim. 07 juil. 2019, 12:46

Trinité a écrit :
sam. 06 juil. 2019, 22:13
Pour faire plus simple, comment pourrais je être heureux si j'ai le bonheur d'accèder au paradis , sans la présence à mes côtés de ceux que j'aime!
C'est une vraie question!
Bonjour Trinité,

Le bonheur que l'on cherche en l'autre, est le bonheur qui nous est promis en Dieu, la béatitude. En l'autre, donc, vous cherchez à trouver Dieu, vérité, sagesse et bonté. Quand vous serez au paradis, alors vous verrez Dieu et serrez pleinement heureux, vous vous réjouirez non pas de retrouver vos amis, mais de leur bonheur à voir Dieu aussi. Car le seul ami que l'on est de la naissance au décès et au-delà dans la vie éternelle, c'est Dieu et Lui que l'on veut trouver en l'autre en tant que vérité, sagesse et bonté. Cela ne veut pas dire que l'on n'est pas "d'amis", mais nous sommes tous unis en Lui et le partageons tous en nous.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2512
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Trinité » dim. 07 juil. 2019, 16:52

Bonjour Zaratoustra,

C'est entendu , je connais le concept du bonheur de la béatitude! Cependant , il reste des points d'interrogations. Nos sentiments d'amour profond humain envers nos proches qui sont loin de Dieu et qui vraisemblablement n'auront ( peut être...) pas ce bonheur à voir Dieu également n'existeraient ils plus?

L'amour inconditionnel que nous pouvons éprouvé envers nos êtres chers disparaitra t'il à notre mort , dans l'hypothèse ou le chemin de ces êtres serait différent au chemin de la béatitude divine ? C'est une vraie question ! Cela parait inconcevable!

Zaratoustra
Ædilis
Ædilis
Messages : 42
Inscription : dim. 25 févr. 2018, 13:42

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Zaratoustra » dim. 07 juil. 2019, 21:43

Nous sommes tous enfant de Dieu, pas une créature ne peut être suffisamment éloigné de Lui pour ne pas recevoir la bonne nouvelle, sur la terre ou au ciel.

Selon Saint Paul tout prendra fin, mais la charité demeura éternellement.

Cactus01
Civis
Civis
Messages : 6
Inscription : mer. 03 juil. 2019, 16:00
Conviction : Catholique

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Cactus01 » lun. 08 juil. 2019, 20:27

Bonsoir Gerardh,
Vous parlez peu ou pas de Jésus Christ. Pourquoi ?
Ce n'est pas une omission volontaire, je préfère dire la Trinité pour souligner l'union du Père, du fils et du Saint Esprit, ce qui n'empêche pas que pour moi Jésus est très important.

Bonsoir Zaratoustra,

C'est également ce que je ressens, je suis passée d'un état de Grace qui m'avait guérie de ma dépression et de ma tendance à la colère, mais au bout de quelques semaines, je suis redevenue à peu près comme avant, sauf que j'ai quand même toujours la foi.
Ce qui me travaille également est aussi de connaître la véritable raison de la perte de la Grace sanctifiante qui transforme (que j'ai connu, mais dans une moindre mesure que d'autres probablement car non baptisée). Soit cela est dû à trop de pêchés (fort probable), entre la gourmandise, la paresse, la tendance à juger, la susceptibilité, les messes manquées (bien que pour des raisons en partie géographiques mais bon j'aurais pu prévoir), et d'autres choses...
Le pire c'est que c'est comme si je m’efforçais à réactiver des mécanismes anciens menant au mal (dans une bien moindre mesure qu'avant mais quand même) alors que j'étais pourtant heureuse et que j'avais de quoi les éviter complètement, avec un peu de rigueur et de détermination.
J'ai fait preuve de négligence et de relativisme, d’égoïsme aussi.
Cela est peut être aussi ce que certains appellent "la douce présence du début", mais ne peut-on pas la garder avec de la fidélité et des efforts ? N'est ce pas un des buts de Dieu que de faire de nous son temple et de nous combler de son amour ?
Un proche m'a dit que tous les croyants étaient passés par là (période de forte présence puis sécheresse), et que la Sainteté était très rare et accessible à très peu de monde.
Merci pour toutes ces suggestions de lecture que je ne manquerai pas de consulter dès que je le pourrai.
J'espère que rapidement je pourrai gagner plus d'argent par le biais d'un job pour pouvoir m'acheter des livres qui pourront me guider et m'inspirer dans ma quête de Dieu.
Ce que je souhaiterai plus que tout, c'est vivre une vie de Grace, de Sainteté, j'aimerais sentir la présence de Dieu et lui faire honneur, être capable de l'aimer profondément, et non pas l'effet qu'il me fait.
Il est vrai que la Grace est une quête très forte chez moi, un grand désir, étant dépressive et fragile, et ayant connu ce que je considère être un véritable sauvetage et une bénédiction, je ne veux plus me résoudre à vivre la vie de solitude et de tristesse que je vivais avant. Et je sais que sans la Grace de Dieu, cela ne sera jamais possible.
Aucun matériel, aucune thérapie sophistiquée, aucun amour ne peut me sauver, seul Dieu le peu, le reste peut être tout au plus une béquille.

Bonsoir ChristianK,

Je suis d'accord, assister à de belles messes solennelles et fréquenter une communauté avec laquelle on se sent à l'aise est fondamental. La communion spirituelle est importante, même si pas forcément simple pour tout le monde.
Je réfléchi en ce moment à prévoir une retraite au sein de la communauté de Saint Joseph à St foy les lyon.

Bonsoir Trinité,

C'est une vraie question et une vraie préoccupation. Ce que j’essaie de me dire c'est que je peux jouer un rôle, et que nos proches nous rappellent combien il est important de souhaiter être un modèle. Vouloir la sainteté, la capacité à rayonner, c'est aussi vouloir que nos prières soient exaucées pour eux, vouloir les guider et prendre soin d'eux, vouloir inspirer la conversion et rependre la bonne nouvelle. J’essaie de croire en l'avenir, en Dieu, mais aussi à la capacité de chacun, qui qu'il soit, à accueillir la parole du Seigneur.

Merci pour toutes vos réponses et bonne fin de journée à vous,

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 784
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par ChristianK » lun. 08 juil. 2019, 21:48

Trinité a écrit :
sam. 06 juil. 2019, 22:13

En l'occurrence, ce qui suit, me pose toujours un gros problème :
La peur: Peur de l'enfer, notamment pour des proches incroyants
De mes très proches, je suis pratiquement le seul a être croyant, mais je les aime envers et contre tout...Il me paraît inconcevable que la miséricorde de Dieu ne s'applique pas à eux, malgré leur éloignement et leur vie en dehors de Dieu !
Pour faire plus simple, comment pourrais je être heureux si j'ai le bonheur d'accèder au paradis , sans la présence à mes côtés de ceux que j'aime!
C'est une vraie question!
Solution: eviter les exces dans un sens ou l'autre. Les infidèles ont une situation grave (matière des actes) mais le péché mortel a 3 conditions: matière grave, propos délibéré, plein consentement. ET des incroyants peuvent être en état d'ignorance invincible, donc non coupables, bien qu'une non culpabilité totale soit improbable (on a donc péché véniel au moins). L'ignorance invincible ne concerne pas seulement l'accessibilité au message, mais l'angle de sa compréhension. Des facteurs psychologiques peuvent empêcher la compréhension juste du message, les pressions sociales, la crise postconciliaire etc.

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2512
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Trinité » lun. 08 juil. 2019, 22:24

Dans le cadre du fil "Dieu est infiniment bon" que j'avais lancé , suite au décès de mon frère très proche de moi mais anticlérical et pour lequel je me fais de grand soucis..., Papillon et Cinci m'avaient apporté des réponses réconfortantes à l'époque. :)

Zaratoustra
Ædilis
Ædilis
Messages : 42
Inscription : dim. 25 févr. 2018, 13:42

Re: Doutes et interrogations

Message non lu par Zaratoustra » mar. 09 juil. 2019, 8:14

Cactus01 a écrit :
lun. 08 juil. 2019, 20:27
Le pire c'est que c'est comme si je m’efforçais à réactiver des mécanismes anciens menant au mal (dans une bien moindre mesure qu'avant mais quand même) alors que j'étais pourtant heureuse et que j'avais de quoi les éviter complètement, avec un peu de rigueur et de détermination.
J'ai fait preuve de négligence et de relativisme, d’égoïsme aussi.
Garder à l'esprit que nous ne faisons le mal que" par" le mal, l'ennemi nous pousse toujours du coté ou nous allons tomber. Mais, si notre Seigneur permet sa présence c'est qu'il est nécessaire à notre progression. Nous devons combattre et ne pas nous laisser vaincre par la tentation ; c'est une lutte de longhaleine. Saint Paul n'a-t-il pas aussi dit que le Seigneur lui a laissé une écharde dans la chair, et cela afin qu'il ne s'enfle pas d'orgueil.
Cactus01 a écrit :
lun. 08 juil. 2019, 20:27
Ce que je souhaiterai plus que tout, c'est vivre une vie de Grace, de Sainteté, j'aimerais sentir la présence de Dieu et lui faire honneur, être capable de l'aimer profondément, et non pas l'effet qu'il me fait.
Il est vrai que la Grace est une quête très forte chez moi, un grand désir, étant dépressive et fragile, et ayant connu ce que je considère être un véritable sauvetage et une bénédiction, je ne veux plus me résoudre à vivre la vie de solitude et de tristesse que je vivais avant. Et je sais que sans la Grace de Dieu, cela ne sera jamais possible.
Aucun matériel, aucune thérapie sophistiquée, aucun amour ne peut me sauver, seul Dieu le peu, le reste peut être tout au plus une béquille.
La grâce vous est donnée, vous vivez en sa présence tous les jours à chaque instant. Vous l'avez demandée, elle vous à être accordée. L'amour viendra quand Dieu l'aura décidé, Il vous y aidera. Déposez tout votre fardeau au pied du Christ et laissez-vous conduire jusqu'à la délivrance.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités