SOS sur le point de céder à l'avortement

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
mjustine
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : dim. 24 juin 2018, 17:44

SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar mjustine » dim. 24 juin 2018, 17:48

Bonjour à tous,


J’ai 22 ans, en plein milieu de mes études, et j’ai appris il y a un mois que j’étais enceinte. Mon copain a refusé ce bébé dès le début, et mes parents m’ont vivement encouragée de ne pas le garder.
Croyante sans être stricte pratiquante, j’ai immédiatement dit que je ne souhaitais pas avorter, malgré mon copain, ma famille et mes amies qui insistent (bien que mes parents n’en parlent plus ces derniers jours).

Aujourd’hui à plus ou moins 8 semaines de grossesse, je commence cependant à avoir des doutes. Mon copain avec qui je suis depuis deux ans m’a clairement dit qu’il ne comptait pas reconnaitre cet enfant, je n’ai aucune ressource financière ni même de diplôme me permettant de travailler (seulement une licence générale pour le moment), et je commence à croire mes parents qui me disent qu’élever un enfant seule et sans argent le rendra nécessairement malheureux, qu’il aurait mérité mieux… Mon copain dit qu’il sera plus heureux au paradis :cry:

J’aimerais partir, tout plaquer, idéalement en gardant ce bébé, mais j’ai tellement peur.
Mes parents m’aideraient, mais ils m’ont clairement dit ne pas pouvoir m’héberger avec un enfant, et ils n’ont pas énormément de moyens financiers.
On a beaucoup discuté avec mon copain, il a pleuré, il dit qu’il m’aime et je le crois, mais il affirme clairement que cet enfant mettrait un terme à notre couple.
Pourtant ce n’est pas qu’il ne me voulait pas comme mère de ses enfants, mais il n’en veut pas pour les prochaines années, tout comme ses parents (qui pourtant m’appréciaient).

Je ne sais pas exactement ce que je cherche ici, peut-être du courage, de l’aide à revenir dans le droit chemin… Pourquoi pas des expériences.
Je culpabilise énormément, cet acte ne me parait plus si « infaisable » qu’au début, j’ai l’impression d’avoir cédé. Mais rien n’est encore fait.
Je sais que je m’en voudrais toute ma vie d'avoir ôté la vie d’un enfant, du mien. Ayant moi-même toujours été totalement contre, ça me parait horrible de voir actuellement cela comme « la solution » pour tout le monde.

Mais si je le garde, qu’adviendra-t-il de moi? De lui? A quelques années près, c’est vrai qu’on aurait pu se construire une belle situation avec mon copain, avoir une famille, tout ce qui était prévu… Et plus propice aux bonheur d’un enfant. :cry:
Là comme me l’a dit ma famille, je signe pour une vie difficile pour moi, mais surtout pour cet enfant qui grandira sans père, peut-être sans famille et sans logement ni perspectives.
Peut-être qu’ils ont raison de me dire que je suis égoïste?
Je sais qu’on ne vit pas d’amour et d’eau fraiche. Je ne vois actuellement aucune solution qui pourrait être « la bonne », ni pour moi ni pour ce bébé.
Je suis chaque jour plus triste, j'évite de plus en plus le contact avec les autres, j’espère parfois mourir dans mon sommeil.

Je vous en supplie aidez moi…

Avatar de l’utilisateur
katolik
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1042
Inscription : ven. 29 avr. 2011, 12:54
Conviction : catholique
Localisation : France
Contact :

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar katolik » dim. 24 juin 2018, 20:27

On a beaucoup discuté avec mon copain, il a pleuré, il dit qu’il m’aime et je le crois, mais il affirme clairement que cet enfant mettrait un terme à notre couple.
Bonjour mjustine,

C'est un papa de 3 filles (17, 24 et 26 ans) qui vous répond...

La petite phrase ci-dessus, qui débute par "on a beaucoup discuté", m'interpelle car , tout en déclarant vous aimez, il dit aussi "mettre un terme à votre couple" si vous gardez cet enfant ... Peut-on parler de "conditions" lorsque l'on aime "vraiment" quelqu'un ???

Qu'est-ce qu'aimer pour lui ? C'est quand tout va bien ? ....Ne dit-on pas, au contraire, "s'aimer pour le meilleur et pour le pire" ??

Un cœur de bébé bat en vous mjustine...et ce bébé a été fait à deux. Il en est, comme vous, le "créateur" autrement dit le "propriétaire"...donc le responsable !
Il est trop facile de dire "je ne le veux pas" !!!
Il vous aime, soit-disant, mais il ne veut garder, de vous, que le bon coté des choses mais les contraintes, non - merci !!! C'est cela être adulte-responsable ?

mjustine oui, la vie sera peut être difficile avec cet enfant mais, parce que l'on ne connait pas notre avenir, il faudrait lui retirer le droit de vivre ?...
Vous dites, chère mjustine, être croyante. Alors n'hésitez pas à échanger avec des amis croyants, avec un prêtre, avec telle ou telle association ("Choisir la vie", les "AFC", "Vita", etc...). Ne restez pas seule dans votre décision....
Et priez...

Chère mjustine, quel que soit votre choix, sachez que mes prières de ce soir, et des jours à venir, vous sont destinées, à vous et à ce petit coeur qui bat en vous...

Et, si vous en sentez le besoin, n'hésitez pas à communiquer avec moi en message privé,

Courage,
katolik, votre frère en Christ
« Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire » (Sainte Bernadette Soubirous)

mjustine
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : dim. 24 juin 2018, 17:44

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar mjustine » dim. 24 juin 2018, 20:42

Bonsoir,

Je vous remercie pour votre réponse.

Je suis entièrement d'accord avec vous concernant mon copain, je lui ai même proposé de revenir quand il se sentira prêt, même si cela devait prendre plusieurs années. J'aimerais ne pas le perdre ou trouver un compromis, mais il est fermé.
Pour être honnête je n'ai moi-même pas compris comment il pouvait soutenir dans la même discussion qu'il me quitterait mais que j'étais la femme de sa vie, pour lui comme pour ses parents.
Je lui ai également dit que ça me faisait peur, mais que pour moi ça ne justifiait pas l'avortement. Je pensais qu'il comprendrait, il est lui-même catholique et a reçu une éducation religieuse bien plus poussée que la mienne.
Il considère justement que nous ne sommes pas encore des "adultes responsables", qu'en tant qu'étudiants on ne devrait pas avoir à assumer ce genre de choses.
Je vis seule dans une autre ville pour mes études, je rentre chez moi d'ici quelques jours pour les vacances d'été. Ici je n'ai pas vraiment d'amis avec qui échanger... Prier je le fais!

En vous remerciant pour vos prières

Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1699
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar archi » dim. 24 juin 2018, 20:57

Vous dites, chère mjustine, être croyante. Alors n'hésitez pas à échanger avec des amis croyants, avec un prêtre, avec telle ou telle association ("Choisir la vie", les "AFC", "Vita", etc...). Ne restez pas seule dans votre décision....
Ca me fait penser qu'il existe des services d'écoute en accord avec le respect de la vie
(sans faire de pub pour quiconque, on me signale les sites https://www.sosbebe.org/ ou https://www.ivg.net/).

Mes prières vous accompagnent.

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

mjustine
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : dim. 24 juin 2018, 17:44

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar mjustine » dim. 24 juin 2018, 21:36

Vous dites, chère mjustine, être croyante. Alors n'hésitez pas à échanger avec des amis croyants, avec un prêtre, avec telle ou telle association ("Choisir la vie", les "AFC", "Vita", etc...). Ne restez pas seule dans votre décision....
Ca me fait penser qu'il existe des services d'écoute en accord avec le respect de la vie
(sans faire de pub pour quiconque, on me signale les sites https://www.sosbebe.org/ ou https://www.ivg.net/).

Mes prières vous accompagnent.

In Xto,
archi.
Merci pour votre réponse et vos prières, j'ai effectivement contacté le site ivg.net en apprenant ma grossesse (et avant même d'en informer mes parents d'ailleurs). La conseillère avec qui j'ai pu discuter a été très gentille, elle avait d'ailleurs pris contact avec mon copain mais ça s'était mal passé...
En tout cas je lui suis reconnaissante pour son soutien, cela fait déjà un mois maintenant, elle avait appuyé ma conviction de le garder.
J'étais vraiment sûre de moi, j'ai d'ailleurs emporté l'échographie que je garde précieusement dans mon agenda depuis.
Mon problème aujourd'hui est que je me sens de plus en plus faible physiquement et moralement, l'avis de mon entourage me pèse.
J'ai l'impression de céder sous la pression, c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai décidé de me tourner vers un forum catholique qui pourrait me faire voir autre chose que les difficultés qu'on ne cesse de me marteler (une vie sans père, une maman sans travail pour le moment, etc).

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 343
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret
Contact :

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar JCNDA » dim. 24 juin 2018, 21:51

Bonsoir mjustine,
Surtout, il ne faut pas vous culpabiliser. Ce bébé, vous l'avez fait avec votre compagnon. Donc, il n'est pas en mesure de vous aider selon vos dires.
A présent, votre choix en tant que mère, est de préserver la vie de votre enfant. La vie sera peut-être difficile, mais cela n'est pas une nouvelle pour vous actuellement.
Vous êtes seule, il y a sûrement des personnes pour vous aider sur votre chemin.
Ayez confiance en Dieu.
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

Invitée2
Barbarus
Barbarus

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar Invitée2 » lun. 25 juin 2018, 16:52

Chère Marie-Justine !

Vous nous dites que vous voulez garder cet enfant. Pour vous, la chose est parfaitement claire, dans tous vos propos. Alors la première chose que je veux vous dire : au nom du Ciel, ne vous trahissez pas, ne vous crucifiez pas volontairement en tuant une vie que vous voulez garder. Comment feriez vous pour vous le pardonner ?!!
Même pour celles qui prennent la décision ferme d'avorter, en leur âme et conscience, elle sont bien souvent rattrapées par la souffrance et la culpabilité, parce qu'on n'arrête pas la vie en soi impunément. Alors, qu'en sera t-il de vous ?

Concernant votre ami. Il est paniqué, l'enfant arrive au mauvais moment, c'est un fait. Et il arrive au cœur d'une mentalité générale où la société tout entière vous pousse à voir l'enfant intempestif ou "pas conforme" comme une gêne à éliminer.
Il n'a pas envie de cet enfant, c'est son droit. Il a le droit de le dire, mais vous menacer de partir si vous le gardez, honnêtement, c'est lamentable. C'est de l'amour ça ? Si tu n'avortes pas, je me casse ?
Soyons claires Marie-Justine : les couples qui se séparent à l'occasion d'un avortement sont légion, même quand tous deux sont d'accord sur l'acte alors vous : imaginez vous pouvoir vivre avec lui, avec la colère contre lui de vous avoir fait éliminer votre enfant ? Et lui, pourra t-il supporter cette culpabilité ? Croyez vous vraiment que cela soit un départ sain dans la vie et qu'un jeune couple peut démarrer sur de telles bases ???

Si vous gardez cet enfant, il n'est pas certain que votre couple tienne.
Mais si vous avortez sous la pression, il est certain qu'il va exploser.

Ensuite, vos parents. Si vous le gardez, ils vous aideront. Ils vous aideront beaucoup plus que vous ne l'imaginez et ils seront sans doute gagas du petit bout.
Et Il y a des aides : vous pouvez joindre Marie mère de Miséricorde pour savoir à quelles aides matérielles vous avez droit, vous pouvez contacter une assistante sociale, vous pouvez vous renseigner sur le site mamansolo. Renseignez vous bien, comment ont fait les autres étudiantes pour continuer leurs études, avec quelles aides et quels droits ?
Si vous prenez la décision de le garder, entourez vous de personnes qui vous soutiennent, la grossesse rend fragile émotionnellement et vous allez vous-même avoir besoin d'être maternée.

Un témoignage que j'ai eu récemment : une amie mariée, alors qu'elle était enceinte, est avertie par les médecins qu'elle a une chance sur 10 de mettre au monde un enfant trisomique. Tous les médecins leur tombent dessus pour qu'elle avorte, une pression infernale qui les a fait douter, les a angoissés et presque persuadés qu'ils ne seraient pas capables d'élever un enfant handicapé.
A bout d'angoisse, ils sont allés en pèlerinage à Paray le Monial et là, ils ont été pénétrés l'un et l'autre d'une grande paix : une paix qui leur a donné comme une évidence d'accueillir l'enfant comme il était, qu'il soit normal ou handicapé. Il sont rentrés dans la joie, et ils ont mis au monde un enfant normal.

C'est une situation différente de la vôtre mais je la trouve belle concernant la grâce de Dieu.

De tout mon cœur, je prie la Vierge Marie pour vous.

Invitée2

Carhaix
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 407
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar Carhaix » lun. 25 juin 2018, 18:57

Bonjour à tous,


J’ai 22 ans, en plein milieu de mes études, et j’ai appris il y a un mois que j’étais enceinte. Mon copain a refusé ce bébé dès le début, et mes parents m’ont vivement encouragée de ne pas le garder.
Croyante sans être stricte pratiquante, j’ai immédiatement dit que je ne souhaitais pas avorter, malgré mon copain, ma famille et mes amies qui insistent (bien que mes parents n’en parlent plus ces derniers jours).

Aujourd’hui à plus ou moins 8 semaines de grossesse, je commence cependant à avoir des doutes. Mon copain avec qui je suis depuis deux ans m’a clairement dit qu’il ne comptait pas reconnaitre cet enfant, je n’ai aucune ressource financière ni même de diplôme me permettant de travailler (seulement une licence générale pour le moment), et je commence à croire mes parents qui me disent qu’élever un enfant seule et sans argent le rendra nécessairement malheureux, qu’il aurait mérité mieux… Mon copain dit qu’il sera plus heureux au paradis :cry:

J’aimerais partir, tout plaquer, idéalement en gardant ce bébé, mais j’ai tellement peur.
Mes parents m’aideraient, mais ils m’ont clairement dit ne pas pouvoir m’héberger avec un enfant, et ils n’ont pas énormément de moyens financiers.
On a beaucoup discuté avec mon copain, il a pleuré, il dit qu’il m’aime et je le crois, mais il affirme clairement que cet enfant mettrait un terme à notre couple.
Pourtant ce n’est pas qu’il ne me voulait pas comme mère de ses enfants, mais il n’en veut pas pour les prochaines années, tout comme ses parents (qui pourtant m’appréciaient).

Je ne sais pas exactement ce que je cherche ici, peut-être du courage, de l’aide à revenir dans le droit chemin… Pourquoi pas des expériences.
Je culpabilise énormément, cet acte ne me parait plus si « infaisable » qu’au début, j’ai l’impression d’avoir cédé. Mais rien n’est encore fait.
Je sais que je m’en voudrais toute ma vie d'avoir ôté la vie d’un enfant, du mien. Ayant moi-même toujours été totalement contre, ça me parait horrible de voir actuellement cela comme « la solution » pour tout le monde.

Mais si je le garde, qu’adviendra-t-il de moi? De lui? A quelques années près, c’est vrai qu’on aurait pu se construire une belle situation avec mon copain, avoir une famille, tout ce qui était prévu… Et plus propice aux bonheur d’un enfant. :cry:
Là comme me l’a dit ma famille, je signe pour une vie difficile pour moi, mais surtout pour cet enfant qui grandira sans père, peut-être sans famille et sans logement ni perspectives.
Peut-être qu’ils ont raison de me dire que je suis égoïste?
Je sais qu’on ne vit pas d’amour et d’eau fraiche. Je ne vois actuellement aucune solution qui pourrait être « la bonne », ni pour moi ni pour ce bébé.
Je suis chaque jour plus triste, j'évite de plus en plus le contact avec les autres, j’espère parfois mourir dans mon sommeil.

Je vous en supplie aidez moi…
Bonjour,
Je pense que vous avez le choix entre deux souffrances. Si vous choisissez une option, vous serez débarrassée du problème, mais essayez de vous représenter la suite.
Si vous choisissez l'autre option, ce sera difficile, matériellement, mais vous aurez sans doute aussi des joies qui vous aideront peut-être à surmonter ces difficultés. De plus vous êtes jeune. Rien ne dit que vous n'allez pas rencontrer quelqu'un d'autre. Vous aurez droit à des aides sociales, également. Vous aurez toute la vie devant vous pour vous retourner. Vos parents seront là, aussi.
En plus, j'ai l'impression en vous lisant que vous avez un certain niveau intellectuel. Donc il serait étonnant, je trouve, que vous ne puissiez pas redresser la situation. Vous avez des ressources.
Il me semble qu'il y a d'un côté une difficulté d'ordre matériel, ce qui est assez relatif et provisoire, car cela peut changer dans les années à venir, en balance avec un acte définitif sur lequel vous ne pourrez pas revenir.
Ce qui vous pousse à douter, c'est la peur, et les pressions de votre entourage. Mais si vous avez la possibilité de poser un acte de confiance.
De plus, vous ne seriez pas seule. Pensez aux rires et aux pleurs d'un enfant.

mjustine
Civis
Civis
Messages : 8
Inscription : dim. 24 juin 2018, 17:44

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar mjustine » lun. 25 juin 2018, 21:05

Invitée2,

Merci pour ce message et vos prières.

Pour être honnête, mon coeur me dit exactement la même chose que vous. Concernant le début d'une vie à deux, que je ne pourrais pas surmonter ça et que nous devrions forcément nous séparer car il ne comprendrait pas, c'est ce que j'ai dit à mon ami.
Par chance j'ai également pu rediscuter avec mes parents une fois le choc digéré, et effectivement ils disent être prêts à m'aider aussi bien qu'ils le pourront, mais ils ont peur que je perde mon ami et que l'enfant perde par la même occasion son père...

C'est une très belle histoire qui est arrivée à vos amis, que Dieu les garde.
En m'inscrivant sur ce forum c'est d'une certaine manière la même force que j'ai voulu chercher qu'eux à travers leur pèlerinage.
J'ai toujours été croyante mais il est vrai que je n'ai pas toujours été à la hauteur, j'ai encore beaucoup de chemin à faire.
Peut-être cette épreuve est-elle destinée à me rapprocher de Dieu et des choses essentielles de la vie...

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3746
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar Kerniou » mar. 26 juin 2018, 10:20

Chère MJustine
Je suis d'accord avec les conseils qui vous ont déjà été donnés.
N'hésitez-pas à vous faire aider en cherchant du soutien auprès d'associations.
En union de prière .
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Socrate d'Aquin
Quæstor
Quæstor
Messages : 371
Inscription : mar. 27 déc. 2016, 21:00
Conviction : Catholique romain, "philosophe"
Localisation : Paris
Contact :

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar Socrate d'Aquin » mar. 26 juin 2018, 11:36

Chère Mjustine.

Je vous conseille vivement de contacter (si ce n'est pas déjà fait) une association pro-vie, comme Alliance Vita. Sans le moindre doute ils pourront vous aider et vous conseiller.
Ensuite, je vous conseille plus vivement encore de vous rendre dans une paroisse. Je ne sais pas si vous êtes pratiquante ou non. Mais vous pourrez peut-être y trouver un secours, celui d'une communauté qui priera pour vous, vous soutiendra et pourra vous accompagner. C'est à vous de voir évidemment, mais je vous laisse ce conseil.
Enfin, soyez assurée de ma prière.

Socrate d'Aquin.
Sicut enim maius est illuminare quam lucere solum, ita maius est contemplata aliis tradere quam solum contemplari.
(S. Thomas d'Aquin, Somme de théologie, IIa IIae, q.188, a.6, r.)

Zaratoustra
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : dim. 25 févr. 2018, 13:42

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar Zaratoustra » mer. 27 juin 2018, 8:58

je commence à croire mes parents qui me disent qu’élever un enfant seule et sans argent le rendra nécessairement malheureux, qu’il aurait mérité mieux…
Mieux que quoi, l'amour de sa maman ?
Faut il autre chose pour être heureux quand on est enfant ?

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 343
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret
Contact :

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar JCNDA » mer. 27 juin 2018, 13:50

je commence à croire mes parents qui me disent qu’élever un enfant seule et sans argent le rendra nécessairement malheureux, qu’il aurait mérité mieux…
Mieux que quoi, l'amour de sa maman ?
Faut il autre chose pour être heureux quand on est enfant ?
Vous avez raison. Un enfant heureux est un enfant qui vit avec sa mére, rien de plus. L'amour devient le centre de votre relation avec l'enfant.
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 337
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique
Contact :

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar Cendrine » jeu. 28 juin 2018, 11:51

Bonjour MJustine,

Je viens juste de voir votre message. J'ai maintenant 46 ans, et, quand j'avais 19 ans il m'est arrivé la même chose qu'à vous (à ceci près que c'est après un viol que je suis devenue enceinte). J'étais chez mes parents, étudiante, et quand ma mère l'a appris elle ne m'a pas laissé le choix, c'était tout de suite rendez-vous dans un centre d'avortement (assez ironiquement d'ailleurs, dans la clinique où je suis née...).

Tout "s'est bien passé" si on peut dire. J'ai repris ma vie, j'ai rencontré un homme, eu un enfant, devenue artiste dessinatrice, etc etc... A ceci près que 20 ans après je me suis mise à dessiner un bébé qui me regardait. C'est tombé sur moi comme une bombe. A l'époque j'étais anti-chrétienne et je n'éprouvais aucune contrition, mais je me suis demandée où était allée l'âme de cet enfant, j'ai pensé au nid douillet qu'avait été mon corps pour lui, j'ai cherché le mot de "curetage" sur Internet car c'est comme ça qu'on l'a arraché à moi (j'étais presque à la fin du troisième mois de grossesse). Il aurait aujourd'hui 27 ans et pas un jour ne passe sans que je lui demande pardon et pas un ne passe sans que j'espère le retrouver au Ciel. Dans quel état son âme est-elle ? Pourrons-nous nous voir un jour ?

On m'a présenté cet avortement comme automatique, évident, que cela résoudrait un problème, mais je me souviens de la tendresse que j'éprouvais déjà pour cet enfant dans mon ventre, il m'intriguait, me faisait un peu peur aussi, mais je l'ai aimé en secret l'espace de quelques jours. Jamais l'amour n'a été mentionné, une grand-mère peut-elle mettre des conditions à l'amour pour ses petits enfants ? Peut être que la vie n'aurait pas été aussi confortable qu'elle l'avait été en avortant, mais à quoi bon un confort et une opulence extérieure si à l'intérieur on est torturé par la mort d'un innocent ? Je ne sais pas ce qui se serait passé si ma mère m'avait laissé le choix, à l'époque je n'avais pas la foi, mais je me dis que la vie est toujours la plus forte quand c'est l'amour et la confiance qui priment sur l'argent et les conventions sociales.

Maintenant que j'ai la foi, je me dis que n'importe quoi de dur aurait pu m'arriver si j'avais marché main dans la main avec Jésus.

Vos parents ont peur, votre ami aussi, vous aussi, et c'est bien normal, car c'est l'inconnu devant vous, mais si vous avez un moyen de rappeler qu'une nouvelle vie remplie d'amour n'est pas un danger, qu'avec la foi vous vous sentez forte, vous pouvez peut être faire réfléchir un peu plus vos proches ? Des catholiques ne devraient pas avoir peur de la vie ! Ou bien est-ce que l'argent compte davantage ?

Nous sommes avec vous quoi qu'il arrive. :coeur:

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 552
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: SOS sur le point de céder à l'avortement

Message non lupar zelie » jeu. 28 juin 2018, 12:01

Chère Marie-Justine,

je vous trouve très courageuse, vraiment. L'héroïsme n'a rien à voir avec le spectaculaire et le ponctuel, il n'est véritable que dans le silence de la résistance et dans la durée de la résistance. Vous êtes en plein dedans. Bravo à vous, dans la situation hautement stressante où vous êtes, de savoir encore y rester vous-même, de ne pas céder à la panique générale; vous êtes du bois dont on fait officiers de l'armée, les moines, les gens à haute respoonsabilité, les mères. Ce courage augure beaucoup plus de belles choses que vous ne pouvez le penser actuellement.

Sachez aussi qu'à votre ébranlement actuel succèdera des jours bien plus lénifiants. Comme l'aurore vient après la nuit, toutes les bonnes choses ont une fin; le traumatisme aussi verra sa page se tourner. Et vous recommencerez à respirer plus amplement très bientôt.

Vous me faites penser à cette jeune fille de 15 ans, déportée arrivée à Auschwitz avec sa mère, qui lui dit avant de mourir, le soir de leur arrivée : "si tu traverses cela, tu seras une reine, ma fille". La petite, orpheline, a survécu au camp, cramponnée à cette phrase et est ensuite retournée vivre en Italie après la guerre ! Alors que personne ne croyait en elle ni ne la soutenait, la considérant comme une cause perdue…
Vous aussi, Marie-Justine, vous êtes une reine, une reine de cette trempe-là.
Vous vous sentez peut-être affaiblie, faible carrément, perdue, labile émotionnellement, à fondre en larmes et souhaiter vous réveiller délivrée de votre drame, voire morte? Mais tout ça n'est que surface; au fond de vous, inaudible et pourtant insistante "quelque chose" vous porte et vous transporte, si jeune, si inexpérimentée à placer la vie au-dessus de la peur.

La petite voix qui vous passe à la moulinette de toutes ses craintes et dresse devant vous des obstacles et des images de copain perdu et de parents fâchés n'est pas de Dieu, elle est du Griffu.

Le "quelque chose" silencieux qui vous pousse à donner la vie est de Dieu, et de votre ange gardien. Cette voie est inaudible et semble bien plus faible que la « moulinette » ? Mais il n'en est rien, ce serait même le contraire. Vous, votre force est là: malgré le silence, vous avez su accueillir la Voix Céleste contre tout un monde qui s'écroule; et quand seule on se dresse contre un monde écroulé, où le sentiment de sécurité des liens affectifs s'effrite si vite, on est une reine sur le Coeur de Dieu. Imaginez combien vous lui êtes précieuse, vous, disciple inconsciente et inconnue, qui déployez depuis un mois (une éternité!) un courage pareil, et qui préférez la vie à votre sécurité affective sur la simple foi que Dieu veut voir les choses ainsi?

Marie-Justine, entrez dans la première église qui s'offre à vous, Dieu vous y attend. Faites le silence en vous, chassez la « moulinette », et parlez à Dieu comme à votre ami le plus habituel, en lui débitant tout, et en lui confiant pêle-mêle tout ce qui vous agite; sortez tout, pleurez sur son Coeur. Ensuite ouvrez une Bible et lisez, puis descendez profondément en vous et unissez-vous, dans la profondeur et le silence, à Dieu. Laissez-vous gagner par ce silence lénifiant qui va s'adresser inaudiblement à votre inconscient et commencer son travail de réparation. Vous verrez en le faisant que ce n'est pas hors de portée, et que le fruit de ressourcement qui en ressort, s'il est perçu aussi fugacement que l'aile de l'ange, n'en est pas moins fort et porteur juste parce qu'il est subtil. Essayez... En nourrissant votre âme vous nourrirez le combattant en vous, qui a besoin de refaire ses forces, et vous nourrirez l'âme de votre enfant, qui lui aussi a besoin de refaire ses forces dans ce qui lui arrive et qui se bat à vos cotés pour que Dieu, dont il n'a pas encore perdu la vision, reste premier dans votre vie et dans l’esprit de vos proches. Faites-vous ce cadeau de ressourcement spirituel profond.

Si vous le pouvez, rencontrez un prêtre qui saura vous écouter, vous conseiller, vous rassurer et éclairer de la Parole de Dieu votre démarche, la relancer, la vivifier.

Il existe aussi des groupes de prières qui font un travail formidable d’accueil, d’écoute et de ressourcement spirituel, comme les groupes du Renouveau Charismatique. Et non bien sûr ce n’est pas une secte, c’est un mouvement catholique transparent, de prière et d’évangélisation, reconnu et soutenu par le Vatican. D'ailleurs vous connaîtrez ces groupes de prière en allant sur le site de voter diocèse, où les groupes de prière de votre département sont répertoriés (le Renouveau a donné plusieurs branches tellement il a eu du succès: communauté de l'Emmanuel, communauté de Pentecôte, communauté du Chemin Neuf, etc).

https://eglise.catholique.fr/espace-pre ... ujourdhui/

et voici un exemple pour l'Oise : https://oise.catholique.fr/mouvements-e ... elemmanuel

le site du diocèse de Paris, page des groupes de prières (il faut descendre un peu):

https://www.paris.catholique.fr/-prier-a-paris-.html


Vous pouvez aussi trouver du soutien spirituel auprès de moniales, ou parce qu’elles pratiquent un accueil, ou parce qu’elles organisent des retraites ou des moments de prière, ou plus simplement en leur confiant une intention de prière qui sera reprise par tout le couvent, portée à plusieurs avec vous et autour de vous.

http://www.augustines-malestroit.com/intentions.php

http://www.sacre-coeur-montmartre.com/f ... -de-priere

http://www.sacrecoeur-paray.org/prier/d ... intention/

http://www.notredamedeparis.fr/spiritua ... de-priere/

https://www.basiliquedevezelay.org/?q=f ... -de-priere

http://www.sanctuaire-notredamedulaus.c ... riere.html

http://www.sainte-rita.net/espace-prier ... -de-priere

et pour continuer à trouver des liens:
https://www.google.fr/search?q=d%C3%A9p ... e&ie=UTF-8


Si je vous pousse à vous jeter dans les bras de Dieu accompagnée par des frères en Christ bien formés, à ne pas rester seule, c’est parce qu’en dépit des apparences, vous vivez une bataille spirituelle redoutable. Certes le diable ne vous apparaît pas, mais il vous envahit de la peur, de la souffrance et du rejet, il fait danser devant vous des ombres en les amplifiant, les déformant ; "ton copain va te quitter, ton couple est déjà fini, tes parents vont te rejeter, te le faire payer, comment tu vas manger, comment tu vas t’en occuper" et j’en passe d’autres vertes et pas mûres. Si vous saviez… comme le diable rit quand il a pu tromper quelqu’une et combien notre souffrance l’enrichit !
Je ne cherche pas à vous faire peur, je cherche à vous faire comprendre qui est le vrai ennemi dans l’histoire de nos peurs du lendemain.
Plus pratiquement, il existe aussi des structures aptes à aider les jeunes femmes qui attendent un bébé, je vous mets un lien pour les aides et soutiens sociaux, un autre pour une aide psychologique et spirituelle, particulièrement fait pour vous :

http://www.jesuisenceinteleguide.org/

http://www.meredemisericorde.org/qui-so ... e-mission/ (C'est le lien qu'il vous faut!)

Je continue sur un message suivant suite à beaucoup de bugs, il ne faudrait pas que je perde le message déjà fait.
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 13 invités