Mauvaise expérience de la confession...

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 568
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Un prêtre me HURLE dessus en confession!

Message non lupar zelie » dim. 21 janv. 2018, 20:19

Laissez ce prêtre à sa colère, à son trouble, considérez qu'il en est là dans son propre chemin de foi. Ne le jugez pas de l'extérieur, et si vous le pouvez, priez pour lui, pour que Jésus le comble de sa grâce.
Déposez aux pieds du Christ tout ce qui vous relie à ce prêtre, votre vécu, votre ressentiment, voter sidération, votre déception; donnez-les Lui pour que Lui tire un bien d'un mal, et vous, tournez la page et poursuivez votre route. En face d'un prêtre, même un prêtre qui vous déçoit, pensez toujours qu'il est un ministre de Dieu, et qu'il est infiniment cher à Dieu parce que quand un prêtre s'égare, il entraîne avec lui beaucoup d'âmes. Quand un prêtre revient à Dieu, il entraîne aussi beaucoup d'âmes. Alors, si vous ne pouvez pas prier pour lui en tant qu'homme imparfait, priez Jésus pour son âme, juste pour consoler Jésus, juste pour vous unir à Jésus, et voir, ressentir comme Lui. Lors de votre prière, ne pensez plus à l'homme décevant, ne pensez qu'à l'âme précieuse qui a besoin d'aide pour revenir à Dieu.

Pour votre confession, si vous restez sur une impasse (comme maintenant), à qui profite le crime? A vous, à Jésus, ... ou ... à un ennemi de votre âme? Réfléchissez à cela et ne laissez rien ni personne vous décourager de courir en confession si vous sentez que votre âme en a besoin comme d'une soif tenace.
Qui, à l'heure actuelle, se frotte les mains de votre trouble, et de la brouille entre vous et un prêtre? Qui se frotte les mains qu'un ministre de Dieu ne puisse plus confesser ? Ce n'est pas le fait d'un ange, c'est même tout le contraire.
Aussi ne laissez rien entraver votre démarche spirituelle. Ne vous laissez pas avoir par les apparences; apprenez à comprendre qui est aux manoeuvres derrière les agissements troublants de chacun, et ne jouez pas son jeu.
Priez, demandez (aux soeurs par exemple), renseignez-vous et allez trouver un autre prêtre, en qui vous aurez confiance, et auquel vous pourrez expliquer vos erreurs et votre questionnement. Sur ces points, un prêtre saura vous guider sans vous braquer, avec ce minimum de pédagogie pour faire au moins avancer votre réflexion autour de la foi et du péché ; on ne tombe pas à chaque fois sur un prêtre en proie à de la colère, heureusement, car sinon, comme vous le dites, les églises seraient vides.
Soyez simple, soyez sincère, et si vraiment tout ne peut être absout en une fois, au moins vous pourrez vous décharger de tout le reste de votre fardeau, et entamer une réflexion où vous vous sentirez accompagné.


Que Jésus vous bénisse, âme assoiffée en quête de Son Amour.
Que Jésus vous donne d'aimer, de ressentir et de regarder le monde avec Son Coeur et Ses Yeux.
Allez, courage...
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

Altior
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1015
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: Un prêtre me HURLE dessus en confession!

Message non lupar Altior » dim. 21 janv. 2018, 20:22

Bonsoir, chère Kitab!

D'après ce que vous dites, vous avez eu la chance de tomber sur un vrai prêtre. Un qui prend au sérieux son rôle de nous aider à la cure de nos âmes. Car nous n'attendons pas de nos docteurs qu'il nous disent qu'il est très bien que nous soyons malade, qu'il ne s'agit pas même d'une maladie, mais que nous sommes très bien comme ça. Nous nous attendons pas qu'ils nous confirme dans le choix délétère de notre habitude de vie, qu'il est très bien de fumer, de ne pas prendre le traitement, de ne rien faire pour prévenir rechute et complications. Par contre, nous nous attendons qu'il mettent la main là où il fait mal et qu'il nous disent comment s'appelle notre maladie et qu'est-ce que nous avons à faire pour guérir.
il m'a cette fois franchement hurlée dessus en disant que "je me complaisais dans le péché, que mon coeur était dur et que je ne comprenais rien" !
Eh bien, il est regrettable qu'il hurle comme ça. Néanmoins, vous avez ici: facteur déclenchateur, diagnostic et conséquence. Ainsi:
«Se complaire dans le péché» est ce qui fait que nous tombions malade. La cause efficiente de la maladie. Car, s'agissant d'une maladie chronique, rarement elle est déclenché par un évènement ponctuel, mais plutôt par un long passif d'abus. «Cœur dur» est le nom de la maladie. C'est comme ça qu'elle est nommé dans la littérature médicale savante: induratio cordis. Où bien sklérocardia, si vous préférez la terminologie des pères grecs de la médecine. Cet endurcissement du cœur nous rend opaques à l'actions du Saint Esprit. L'Esprit Saint est là, puisqu'il est partout, sa grâce agit, mais elle ne touche plus le cœur de notre personne, qui est pétrifié dans le «non». Cet endurcissement du cœur peut affecter les gens humains seulement, cette maladie terrible n'existe pas dans littérature vétérinaire. «Ne rien comprendre» est la première conséquence visible. C'est un façon de dire «ne rien comprendre», car, dans la plupart des cas, il ne s'agit pas d'une compréhension inexistante, mais vicieuse. D'une fausse logique.
Représentant / ministre de Dieu ? j'espère que Dieu n'est pas aussi agressif, alors (mais ça n'étonnerait beaucoup) !
Oh, mais détrompez-vous! (Re)lisez l'épisode avec la femme canaanéenne (Matthieu 15: 21-28). Là, vous avez: la réaction de Jésus en trois étapes. D'abord, aucune réaction à la demande: Il lui tourne le dos, tendis que ses disciple Lui disent: «renvoie-là!» Puis, Jésus devient un peu rude. Il la compare aux petits chiens. Après, c'est un signe d'humilité «Oui, Seigneur, dit–elle, pourtant les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres». C'est là que la chose tourne et Jésus devient coopérant.
Eh bien, c'est cette humilité qui est le traitement de la maladie de l'endurcissement du cœur. C'est quoi l'humilité chrétienne ? Est-ce se persuader qu'on est idiots ? Pas du tout, l'humilité chrétienne c'est reconnaître combien nous sommes faibles et impuissants sans Dieu. C'est la vertu qui s'oppose au péché le plus diabolique, le premier de la liste des sept péchés irréductibles un à l'autre: l'orgueil. L'orgueil que nous savons ce qui est péché et ce qui est vertu mieux que nos prêtres. Mieux que l'Église. Mieux que Dieu-même. L'orgueil incroyable et monumental, dont Dieu se moque dès les premières pages de la Genèse, que l'homme peut se définir seul ce qui est bien et ce qui est mal.

Bonne route, Kitab! Que Saint Thérèse de Lisieux vous inspire!

Avatar de l’utilisateur
Théodore
Prætor
Prætor
Messages : 824
Inscription : jeu. 07 mars 2013, 23:43
Conviction : Catholique de Rit latin.
Localisation : Berlin, Allemagne.

Re: Un prêtre me HURLE dessus en confession!

Message non lupar Théodore » dim. 21 janv. 2018, 20:26

Bonjour Kitab,
Peut-être pas assez catholique, mais croyez-en quelqu'un qui revient de loin : rien n'est perdu ! :-)

Votre expérience me chagrine profondément. Il est honteux qu'un prêtre se comporte ainsi en confession. Certes, la confession est un tribunal, mais il est miséricordieux...

N'y faites pas attention. Vous avez dû faire un effort énorme en listant vos péchés (ce qui a dû vous servir spirituellement !), ce serait dommage de ne pas présenter cette belle liste de symptomes à un médecin compétent pour qu'il vous donne de quoi vous soigner, non ?

Concernant votre "péché pas si mignon" si je puis dire : peut-être qu'effectivement l'absolution vous est fermée. Cependant, ca n'empêche pas de les confesser à un prêtre sur un mode "fraternel" (i.e sans en attendre l'absolution) afin qu'il puisse vous conseiller concernant les autres péchés, et éventuellement vous donner une pénitence. Si par bonheur vous en veniez à être un jour en état de recevoir l'absolution, il ne faudrait pas oublier d'inclure, dans votre première confession sacramentelle, ces péchés que vous aurez déjà confessé "fraternellement", afin qu'ils puissent eux aussi être lavés par l'absolution !
Histoire d'éviter, dans une telle situation, de prendre le prêtre de court : d'entrée de jeu dites-lui que vous commetez un péché que l'Eglise considère comme grave, mais que vous ne voyez pas en quoi c'est un péché et que vous n'avez aucune intention de l'abandonner. Demandez-lui si, cependant, il consenterait à vous entendre sur d'autres péchés qui vous pèsent sur la conscience. S'il accepte, bingo ;-)

J'ai pratiqué la confession "fraternelle" au temps où j'étais encore hors de l'Eglise mais suivi spirituellement par un prêtre catholique. Je peux vous dire que même cela fait du bien.

Vous êtes dans ma prière :-)
Unam peti a Domino, hanc requiram,
Ut inhabitem in domo Domini omnibus diebus vitae meae.
Ut videam voluptatem Domini, et visitem templum eius.


Psaume XXVI, verset 7-8.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2360
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Un prêtre me HURLE dessus en confession!

Message non lupar Suliko » dim. 21 janv. 2018, 20:28

Bonsoir Kitab,
Il est quand même triste de se dire que pour un pseudo-péché
Mais pourquoi vous substituez-vous au jugement bimillénaire de l'Eglise ? Ce n'est pas un pseudo-péché... L'humilité, c'est aussi de se soumettre à l'autorité de sa mère l'Eglise, plutôt que de suivre ses propres opinions là où l'Epouse du Christ a tranché.
J'espère que vous trouverez un prêtre qui ne soit pas dur et acariâtre comme celui à qui vous avez hélas eu affaire aujourd'hui, mais qui ne mettra pas pour autant la morale catholique sous le boisseau. Parce qu'il faut quand même que vous compreniez que l'Eglise n'a pas à affirmer que tel acte n'est plus peccamineux uniquement parce que les Occidentaux ne voient plus les choses comme telles depuis 40-50 ans...
La prière et l'assistance à la sainte liturgie (de préférence dans sa forme traditionnelle) seront sans doute d'une grande aide pour mieux comprendre ce qu'enseigne l'Eglise, et pourquoi. Et bien sûr, il y a aussi les divers catéchismes. L'important, c'est surtout de ne pas s'arque- bouter dans l'idée que vous avez raison et que l'Eglise a tort ou est trop intolérante.

Bon courage à vous,

Suliko
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2666
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: Un prêtre me HURLE dessus en confession!

Message non lupar Cgs » lun. 22 janv. 2018, 21:02

[Rappel : cette section sert à aider ceux qui expriment une souffrance ou une détresse. La modération somme les participants de :
1) garder toute la charité possible dans leurs réponse
2) d'apporter une aide véritable à la personne

En l'espèce, il s'agit de conseiller et réconforter une personne qui a eu une expérience de confession malheureuse.

Toute autre contribution ou débat est à placer ailleurs.]
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Kitab
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : mar. 14 nov. 2017, 0:07
Conviction : Catholique
Localisation : Les Halles, Strasbourg

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar Kitab » mar. 23 janv. 2018, 22:55

Bonsoir et merci à tous pour vos contributions !

Je ne cherche pas à "imposer" mon jugement et mes opinions à l'Eglise et suis au contraine infiniment respectueuse des traditions écclésiales ; il est en effet du devoir du prêtre de reprendre ses ouailles quand il estime qu'elles n'adoptent pas un comportement adéquat aux principes catholiques ou à ce qu'il considère comme tels.

C'est le comportement général du prêtre que je condamne, non pas son jugement sur ma vie "peccamineuse" ; je lui ai même donné la satisfaction d'être au bord des larmes du haut de mes 27 ans...j'avais à nouveau cinq ans à ce moment-là.

Aujourd'hui, je suis allée discuter avec un prêtre strasbourgeois très bienveillant qui m'a d'ailleurs rassurée en me disant que non, on ne peut pas parler de péché en l'espèce (pour le nouveau lecteur : il s'agissait de concubinage et fornication) tout en insistant sur le fait que l'esprit, le coeur comptent ainsi que les circonstances et que l'on ne peut condamner au regard de la Loi seule. Je suis bien d'accord : le péché est une notion vraiment relative. Et je ne dis pas qu'il est bienveillant parce qu'il allait dans mon sens! :p

Vous confessez-vous souvent ?

Avatar de l’utilisateur
Théodore
Prætor
Prætor
Messages : 824
Inscription : jeu. 07 mars 2013, 23:43
Conviction : Catholique de Rit latin.
Localisation : Berlin, Allemagne.

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar Théodore » mer. 24 janv. 2018, 12:04

L'Eglise oblige à le faire au moins une fois l'an vers Pâques. La plupart des prêtres que je connais considèrent la confession mensuelle comme un minimum vital.
Unam peti a Domino, hanc requiram,
Ut inhabitem in domo Domini omnibus diebus vitae meae.
Ut videam voluptatem Domini, et visitem templum eius.


Psaume XXVI, verset 7-8.

Avatar de l’utilisateur
Relief
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2202
Inscription : jeu. 06 déc. 2007, 8:44
Conviction : Catho ni progressiste ni traditionaliste
Localisation : France

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar Relief » mer. 24 janv. 2018, 21:29

Dans les pays est-européens et dans les Églises catholiques d'orient, on se confesse systématiquement avant d'aller communier, sinon on ne communie pas. C'était aussi le cas jadis en Europe de l'Ouest.

Kitab
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : mar. 14 nov. 2017, 0:07
Conviction : Catholique
Localisation : Les Halles, Strasbourg

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar Kitab » jeu. 25 janv. 2018, 14:37

2 fois / an me semble très peu, mais après, si l'on a une conscience pure et presque aucun péché à son actif, pourquoi pas !

dans mon cas, c'est également une fois par mois mais je dois retourner me confesser, du coup ; que Dieu pardonne à ce prêtre

Kitab
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : mar. 14 nov. 2017, 0:07
Conviction : Catholique
Localisation : Les Halles, Strasbourg

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar Kitab » jeu. 25 janv. 2018, 14:40

Oui, normalement, on ne communie pas sans s'être confessé et c'est tout à fait compréhensible.

Enfin, de toute façon, je n'ai pas (encore) fait la première communion :-D

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3832
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar Kerniou » jeu. 25 janv. 2018, 19:59

On ne communie que lorsqu'on est en état de grâce; ce qui ne signifie pas que l'on doive se confesser à chaque fois que l'on souhaite recevoir l'Eucharistie. L'Etat de grâce suppose que l'on ait pas commis de pêché mortel.
PS: le prêtre dont vous parlez ne devrait pas hurler. Même quand Jésus rappelle ses contemporains à l'ordre, il n'utilise pas la colère. La seule fois où l'Evangile parle de colère, c'est face aux marchands du temple qui commerçaient dans la maison de Dieu.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

axou
Barbarus
Barbarus

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar axou » sam. 27 janv. 2018, 22:10

Chère Kitab,

Tout ce qu'on peut dire c'est que vous êtes vraiment mal tombée ! Hallucinant. Je vous suggère d'écrire au recteur de la basilique du Sacré COEUR, votre témoignage sera utile à d'autres, un tel prêtre peut faire de vrais dégâts sur une personne fragile. Si vous êtes à Strasbourg, vous pouvez continuer à vous confesser à ce prêtre qui vous a comprise. Si vous êtes à Paris, je vous suggère d'aller vous confesser chez les Jésuites, pros de l'accompagnement spirituel et du discernement, à la paroisse Saint-Ignace à côté du Bon Marché.

Cela ne m'est jamais arrivée de tomber sur un tel personnage car je choisis celui à qui je vais me confesser : je l'ai écoutée avant en à la messe ou si c'est pendant une veillée de prière, je circule et j'observe le regard et les expressions des prêtres en train de confesser. Je choisis celui que je "sens" et je suis toujours comblée, même émerveillée parfois de la profondeur et de la lumière de ce moment.

Je prépare ma confession ainsi : je pars de l'étymologie de "peccare" : rater la cible (terme de tir à l'arc)

-En quoi j'ai raté la cible de l'amour, c'est à dire manquer d'amour envers moi-même ?
-En quoi j'ai manqué d'amour envers les autres ?
-En quoi j'ai manqué d'amour envers Dieu ?

Je ne parle pas forcément de ma vie amoureuse, cela dépend de ce que je vis. j'en parle si il y a du conflit, si quelque chose me fait souffrir ou me perturbe et jamais un prêtre ne m'a posé de questions indiscrètes. Si j'ai un questionnement personnel sur ma vie privée au regard des positions de l'Eglise, je n'en parle pas en confession, j'en parle à mon accompagnateur spirituel.

La confession n'est pas le lieu pour apporter un éventuel désaccord sur les positions de l'Eglise, c'est l'accompagnement spirituel qui est le bon lieu pour cela. La confession est le lieu de rencontre avec le Père de Miséricorde, qui veut de tout son Amour veut nous attirer à lui et, en Christ, nous serrer contre son coeur et éclairer et pardonner de sa lumière nos zones d'ombre. J'arrive avec ce que j'estime être des manques d'amour dans ma vie, ou des événements qui me mettent dans un état émotionnel peu propice à la charité.

Je suis toujours étonnée de l'éclairage, c'est à dire que souvent ce que je croyais être péché n'est pas si important et dans le dialogue avec le prêtre, le vrai péché émerge que je n'avais pas vraiment vu.

Enfin, c'est un beau rendez-vous d'amour dont on aurait tort de se priver ! Quelle chance avons-nous, nous qui somme fils et filles de l'Eglise, de recevoir en son sein de tels cadeaux !

Bien à vous,

Axou

poche
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2286
Inscription : lun. 11 mars 2013, 9:28

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar poche » dim. 28 janv. 2018, 13:12

Allez voir un autre prêtre et recommencez.

Kitab
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : mar. 14 nov. 2017, 0:07
Conviction : Catholique
Localisation : Les Halles, Strasbourg

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar Kitab » dim. 28 janv. 2018, 19:19

Bonjour et merci à tous pour vos interventions !

Je vais en effet recommencer ma confession auprès d'un autre prêtre ; comme dit, ce n'est pas la première fois que ce prêtre se comporte de façon aussi irrespectueuse si j'en crois l'une des religieuses présentes au Sacré-Coeur ce dimanche-là. Elle m'a spontanément proposé d'en parle au recteur afin qu'il soit déchargé de la confession - et ce ne sera vraiment pas dommage pour les "suivants".

J'ai des pensées suicidaires contre lesquelles je me bats quotidiennement et en ai donc beaucoup voulu (à présent, j'ai pardonné) à ce prêtre, de les avoir ravivées. Vraiment, je suis sortie de confession encore plus fragilisée, ce qui n'est pas peu dire, le coeur lourd de ces péchés non remis et moqués par le prêtre. En effet, des personnes irrespectueuses peuvent faire beaucoup de mal aux personnes un tant soit peu fragiles ou se trouvant dans une phase difficile . Il aurait pu me dire avec fermeté que je vivais une vie de péché aux yeux de l'Eglise, mais cette attitude est tout simplement inqualifiable.

Bien sûr, il ne faut pas se détourner de l'Eglise ou du sacrement de la réconciliation à cause de cela. Dieu n'y est pour rien !

axou, vous avez raison de prendre ce sacrement avec tant de sérieux ! Arrivez-vous à tout confesser sans rien oublier ? je pense que oui, si vous vous soumettez à chaque fois à un tel examen de conscience. Merci également à poche pour ses conseils (et aux autres intervenants,y compris bien sûr ceux avec lesquels je ne suis pas d'accord - Théodore, vous vous reconnaîtrez)
Dernière édition par Cgs le dim. 28 janv. 2018, 21:42, édité 1 fois.
Raison : Utilisez le vouvoiement pour vos interlocuteurs (cf réglement du forum)

axou
Barbarus
Barbarus

Re: Un prêtre me hurle dessus en confession!

Message non lupar axou » lun. 29 janv. 2018, 12:15

(...)
J'ai des pensées suicidaires contre lesquelles je me bats quotidiennement et en ai donc beaucoup voulu (à présent, j'ai pardonné) à ce prêtre, de les avoir ravivées. Vraiment, je suis sortie de confession encore plus fragilisée, ce qui n'est pas peu dire, le coeur lourd de ces péchés non remis et moqués par le prêtre. (...)

axou, vous avez raison de prendre ce sacrement avec tant de sérieux ! Arrivez-vous à tout confesser sans rien oublier ? je pense que oui, si vous vous soumettez à chaque fois à un tel examen de conscience. Kitab
Chère Kitab,
je ne cherche pas à faire bien ni parfait : je dis ce qui me tient à coeur et le Seigneur me rejoint là ou je suis et m'éclaire souvent lui-même, par l'entremise de son ministre, sur ce que je n'avais pas vu. Je dis aussi ce que je considère comme manques d'amour, selon ma conscience et je ne parle pas de certains sujets qui peuvent être considérés comme péchés selon l'Eglise si moi je ne les considère pas (ou pas encore) comme péchés, c'est une question de cohérence. (Comme je l'ai dit, ce genre de choses est de l'ordre de l'accompagnement spirituel, et cela évite de discutailler, ce qui n'est pas du tout le but de la confession !)

Concernant vos pensées suicidaires : c'est je pense la première chose à évoquer en confession, non pas pour dire que c'est un péché mais parce qu'elles sont révélatrices du coeur de votre moi blessé et la confession est aussi et surtout le lieu d'accueil de nos blessures. Le plus souvent, péché et blessures sont imbriquées.

Un jour un prêtre a dit à une amie qui avait des pensées suicidaires "ne te confesse pas à n'importe qui". Et je vous renvoie ce conseil, vous avez besoin de vous confier à un homme d'expérience avec beaucoup de subtilité et d'empathie.

De tout coeur avec vous,

Axou


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Kitab et 1 invité