Divorce et violence conjugale

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Nine
Civis
Civis
Messages : 1
Inscription : dim. 06 mai 2018, 10:26
Conviction : Catholique

Divorce et violence conjugale

Message non lupar Nine » dim. 06 mai 2018, 10:31

Bonjour,
Cela fait plusieurs mois maintenant que je suis partie de chez moi avec nos 4 enfants, après une énième crise de violence conjugale. Mon mari n'arrête pas de me dire que le divorce même dans notre cas est anti catholique.
J'aimerais l'avis d'un prêtre...

Avatar de l’utilisateur
katolik
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1042
Inscription : ven. 29 avr. 2011, 12:54
Conviction : catholique
Localisation : France
Contact :

Re: Divorce et violence conjugale

Message non lupar katolik » dim. 06 mai 2018, 13:07

Bonjour Nine,

Juste ce petit message pour vous dire que votre mari mélange le divorce avec le remariage...

L'Eglise défend le Mariage d'un homme et d'une femme, mais elle accepte que, si un couple veut se séparer, jusqu'à un divorce, elle ne s'y oppose pas. Se séparer n'exclut pas des personnes, mariées religieusement, de vivre les autres sacrements de l’Église Catholique comme l'Eucharistie, le sacrement de Réconciliation ou l'Onction des Malades...

Par contre, l'Eglise ne reconnait pas le re-mariage religieux des divorcés... Il n'est pas possible, à toute personne déjà mariée devant Dieu, de se re-marier. Il n'est pas possible de rompre le lien sacré du Mariage...

Votre mari ne peut dire que "le divorce est anticatholique" ...
« Je ne suis pas chargée de vous le faire croire, je suis chargée de vous le dire » (Sainte Bernadette Soubirous)

Chipsy
Quæstor
Quæstor
Messages : 343
Inscription : mar. 09 oct. 2012, 17:51
Localisation : Paris

Re: Divorce et violence conjugale

Message non lupar Chipsy » dim. 06 mai 2018, 14:25

Cela fait plusieurs mois maintenant que je suis partie de chez moi avec nos 4 enfants, après une énième crise de violence conjugale. Mon mari n'arrête pas de me dire que le divorce même dans notre cas est anti catholique.
Votre mari essye de vous culpabiliser alors que lui est en tort ! Il a peut-être peur d'assumer les conséquences financières de ses actes.
La Bible permet le divorce dans certains cas particuliers comme l'adultère. Il va de soi que la violence conjuguale est un cas particulier et vous avez bien fait de vous y soustraire avec vos enfants ! Personnellement, je ne vois aucune raison qui pourrait vous empêcher de divorcer.
En attendant, n'hésitez pas à porter plainte si vous ne l'avez pas déjà fait.
QUe Dieu vous guide et vous restaure vous et vos enfants !

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 550
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Divorce et violence conjugale

Message non lupar zelie » mar. 15 mai 2018, 21:40

Chère Nine,

aucune injonction, fut-elle religieuse, ne peut vous "obliger" à subir la violence d'un homme ou de la faire subir à vos enfants. Comprenez que le premier qui a renié sa promesse de mariage religieux, c'est lui, en mettant votre santé (et votre vie?) en danger au lieu de vous protéger, et en traumatisant ses propres enfants pour le reste de leur vie. Face à de tels actes, il n'y a pas à tergiverser, il faut vous protéger et protéger vos enfants. Si destruction de mariage il y a, elle est de son fait.

Comprenez en outre autre chose; votre mari vous bat, puis vous culpabilise par son attitude et ses mots. En clair, il vous détruit physiquement, et ensuite, ni excuse, ni repentir, il vous détruit psychiquement et affectivement. Tout ça coule de source en lui, et il ne se repent de rien. La mauvaise foi, le mensonge, l'absence de remord, la haine et la rancune et la manipulation sont ses armes... Réfléchissez... tout cela ne vous parait-il pas très toxique? et même dangereux à long terme? Son attitude n'est pas chrétienne, n'est pas "de Dieu"... Elle est d'un autre. Raymond Barre aurait dit "on ne déjeune pas avec le diable, même avec une très longue cuillère".

Je ne sais pas où vous en êtes de votre divorce, si vous avez pris contact avec un avocat, mais je pense que le faire serait une excellente chose, en ce sens que cette personne va vous permettre de mettre les mots exacts sur le cas de votre mari, et de vous conseiller exactement pour la marche à suivre. C'est libérateur, de pouvoir y voir clair dans une situation, sans culpabiliser à outrance et pour de mauvaises raisons. Peut-être cela vous fait peur aujourd'hui, mais cela va faire partie du chemin de libération de cet homme.

Vous pouvez aussi, si vous en avez la force ou le besoin, voir un psychologue deux ou trois fois, le temps de dénouer cette emprise qui vous tenaille dans la culpabilité, le chagrin, la sidération, la désillusion cruelle qui doivent composer votre quotidien. A la violence des actes se superpose la violence d'un mariage qui part en éclat, alors que peut-être ce n'est pas ce que vous vouliez. Tout cela écrase, culpabilise, effraye, coupe le souffle... C'est pas marrant de traverser de telles épreuves à marche forcée. C'est pas marrant quand en plus le responsable vous accable et cherche à vous persuader que c'est vous la responsable. Et si en plus la petite voix du scrupule vous sussurre que c'est quand même vous qui êtes partie, que vous avez abandonnée son âme dans l'épreuve, que quand même peut-être tout n'est pas aussi grave qu'il y paraît, que ceci ou cela... Parfois ça devient difficile de s'en sortir, ou du moins de faire la part des choses avec courage et détermination. C'est pour cela que l'entourage est là: un médecin de famille, un psychologue, des amis, une maman... n'avez-vous pas quelqu'un vers qui vous tourner pour vous aider à tourner cette page si douloureuse, pénible comme un deuil, mais qui peut aussi assez vite déboucher et se transformer pour laisser place à une situation plus apaisée, et centrée sur une réelle efficacité pour faire bouger les choses?

Effectivement, si vous en ressentez le besoin, parlez-en au prêtre de votre paroisse, si vous le connaissez bien et avez confiance en lui. Certains prêtres sont formés et très aptes à l'écoute, celle qui comprend au-delà des mots, mais on peut aussi tomber sur quelqu'un de moins expérimenté ou de très rigide. Je ne sais pas quelle est la formation des prêtres sur ce point, mais chacun son métier, un prêtre ne peut pas tout être, c'est pour cela que négliger un professionnel de santé au vu de votre situation serait dommage.

En attendant de recevoir de vos nouvelles, soyez assurée de mes prières, pour que vous trouviez, en Dieu, une solution vivable à vos si grands soucis. En union de prière avec vous,
Zélie

Et que Dieu vous bénisse, vous et vos enfants, et vous garde dans son Amour, vous rassure et vous console sur le chemin qui est devant vous! Ne doutez pas un instant de sa Présence auprès de vous et de vos enfants, priez-le ensemble! Courage! :fleur:
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

Valérie
Censor
Censor
Messages : 86
Inscription : jeu. 01 juin 2017, 1:35

Re: Divorce et violence conjugale

Message non lupar Valérie » mar. 19 juin 2018, 11:05

Bonjour Nine,

S.v.p, donnez-nous de vos nouvelles. Comme tous les autres intervenants l'ont dit, la violence conjugale et familiale est inacceptable. Surtout, allez chercher de l'aide pour assurer votre sécurité et celle de vos enfants.

Valérie.


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités