Le célibat, encore et toujours...

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
étincelle
Ædilis
Ædilis
Messages : 13
Inscription : lun. 09 avr. 2018, 15:45
Conviction : Catholique

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar étincelle » lun. 09 avr. 2018, 16:31

Bonjour,

Je suis dans la même situation que giuseppe, invité0 et valérie...
Enfin je pense, après une longue attente avec tant de prière, j'ai rencontré quelqu'un sur un site de rencontre il y a presque un an.
On s'est vraiment apprécié, aucune dispute , aucune trace de désaccord ou quelque chose de similaire pendant 5 mois, mais voilà qu'il est tout simplement disparue ....
J’espérais vraiment que c'est celui que Dieu à prévu pour moi, malheureusement là maintenant je ne sais plus quoi faire, je ne sais plus quoi penser, et ça fait trop mal la peine d'amour :cry: :cry: :cry: , c'est justement pour ça que je voulais attendre (la bonne personne pour me marier), et éviter les aventures avant d’être vraiment prête.
Là je n'ose pas faire une autre recherche (comme vous conseillez) de peur qu'après il revient.

J'unis ma prière pour tous ceux qui sont dans ce cas.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3837
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar Kerniou » lun. 09 avr. 2018, 19:51

Je ne suis pas d'accord avec ce qui a été dit plus haut sur le mariage de raison ou entre catholiques convaincus ! Le moteur du mariage , c'est l'amour ! Deux bons camarades ou deux bons amis ne sont pas deux amoureux !
Il ne faut pas non plus se méfier systématiquement du coup de foudre qui existe et peut marquer le début d'une relation amoureuse solide et durable. le coup se foudre est basé sur l'attirance. Si l'attirance physique ne suffit pas à construire une relation de couple pour toute la vie, l'attirance est réellement une composante indéniable et non négligeable de l'amour.
Le mariage n'est pas que l'union de deux âmes ... c'est l'union d'un homme et d'une femme qui ont aussi un corps; Le mariage, c'est l'union de deux âmes et de deux corps qui s'aiment.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2360
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar Suliko » lun. 09 avr. 2018, 21:35

Je ne suis pas d'accord avec ce qui a été dit plus haut sur le mariage de raison ou entre catholiques convaincus ! Le moteur du mariage , c'est l'amour ! Deux bons camarades ou deux bons amis ne sont pas deux amoureux !
Certes, le coup de foudre ou plus généralement un fort sentiment amoureux ne sont pas en soi incompatibles avec un bon mariage, mais la question n'est pas là : en tant que catholique, nous avons le devoir, me semble-t-il, de nous marier avec quelqu'un qui partage notre foi et je comprends tout à fait Guiseppe ! Son souci est naturel et sain. Et par conséquent, si un catholique tombe amoureux d'un non-catholique, il lui vaut mieux très bien réfléchir aux difficultés qui risquent inévitablement de surgir après le mariage. Je ne suis pas sûre que vous saisissiez bien le fossé qui existe entre jeunesse catholique, voire catholique traditionaliste et jeunesse d'"aujourd'hui". A l'époque de mes parents ou de mes grands-parents, c'était différent, puisque certaines valeurs morales jugées à présent ultra-conservatrices étaient grosso modo partagées par toute la société.

Pour le reste, je ne sais pas trop quoi vous dire, Guiseppe, si ce n'est que vous êtes dans mes prières. Vous me faites penser à un ancien témoignage de ce forum, celui de johanaj, et tout ce que je peux vous dire, c'est de ne pas baisser les bras ou vous laissez aller à une baisse de foi. Le diable sait très bien se servir de nos périodes de découragement pour nous détourner de la Loi divine en nous poussant au désespoir.

Que Dieu vous garde !

Suliko
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Trinité
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1969
Inscription : lun. 02 févr. 2015, 22:50
Conviction : catholique

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar Trinité » lun. 09 avr. 2018, 23:20

Je ne suis pas d'accord avec ce qui a été dit plus haut sur le mariage de raison ou entre catholiques convaincus ! Le moteur du mariage , c'est l'amour ! Deux bons camarades ou deux bons amis ne sont pas deux amoureux !
Il ne faut pas non plus se méfier systématiquement du coup de foudre qui existe et peut marquer le début d'une relation amoureuse solide et durable. le coup se foudre est basé sur l'attirance. Si l'attirance physique ne suffit pas à construire une relation de couple pour toute la vie, l'attirance est réellement une composante indéniable et non négligeable de l'amour.
Le mariage n'est pas que l'union de deux âmes ... c'est l'union d'un homme et d'une femme qui ont aussi un corps; Le mariage, c'est l'union de deux âmes et de deux corps qui s'aiment.
Bien sûr chère Kerniou! ;)
On ne choisit pas de qui l'on tombera amoureux...si c'est avec une personne qui partage vos convictions tant mieux, mais dans le cas contraire, il est évident que cela sera sans doute plus difficile, mais si il y a vraiment de l'amour réciproque, beaucoup de difficultés pourront êtres aplanies! :)

Avatar de l’utilisateur
papounet
Ædilis
Ædilis
Messages : 46
Inscription : lun. 01 mai 2017, 14:59
Conviction : Catholique proche de notre Pape François
Localisation : yvelines & finistère
Contact :

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar papounet » mar. 10 avr. 2018, 18:08

On ne peut concevoir un mariage solide et heureux, entre catholiques ou non, que si l'amour, sincère et fort, unit les deux époux.

Enfin, c'est mon avis moi qui ait des dizaines d'années de mariage avec la même épouse. :oui:

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 584
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar zelie » jeu. 12 avr. 2018, 0:00

Bonjour Giuseppe,

comme Gérardh, j'aurais tendance à vous dire :
J'ai tout lu : votre réflexion est approfondie. Trop peut-être ...
et je dirais "trop, surement".
Vous avez cherché, certes, et bien retourné le problème ne tout sens, mais on ne peut s'empêcher de sentir une certaine "crispation" dans votre lettre... Excusez-moi d'être franche, mais je rejoins totalement Kerniou et al. On se marie par amour, parce qu'on a de l'amour à donner, et beaucoup de belles choses à partager qui débordent du coeur et qui irradient autour de soi. L'amour est un don gratuit, le mariage est un don et un voyage... et de toute évidence, quand on vous lit, on ne peut que vous trouver loin du compte.

Où est l'amour dans votre laïus sur la bourgeoisie d'origine de la jeune femme, puis sur les autres en tant que plan B? Sur l'apparence de la femme plus bas dans votre texte? Sur l'attitude préjugée des filles rencontrées dans des soirées? Comment se fait-il qu'il se dégage de votre texte autant de froideur que d'agitation, si peu de tempérance et d'humilité, la sensation d'une personne qui se croit au-dessus des autres, et qui veut la part du gâteau que lui estime devoir lui revenir? Peut-être comme vous le suggèrent pas mal de monde ici, avez-vous à travailler sur vous-même d'abord, et Dieu, dans sa grande Sagesse, a ses raisons de ne pas vous amener au mariage dans votre état d'esprit actuel.
Vous semblez un peu dévoré par un zèle dépourvu de paix, de sainte résignation et d'ouverture sincère à l'amour, au risque et à la découverte; j'y reviens, je vous sens en état de crispation psychologique, comme hanté, envahi par quelque chose qui finit par vous obséder un peu, en tout les cas qui retentit sur votre esprit et vous empêche de vous détendre... Peut-être je me trompe? Je ne vous connais pas, je ne donne mon avis qu'après vous avoir lu...

Vous avez raison quand vous dites que certains se marient après une sortie par an, quand d'autres ne se marient pas après des sorties nombreuses. Si vous croyez que Dieu y est pour quelque chose, alors ça veut dire que quand il le voudra, les choses se feront facilement, simplement et très rapidement, n'est-ce pas? Alors pourquoi ne pas Lui abandonner ce souci qui vous préoccupe pour que Lui s'en occupe?
Quant à vous, n'y aurait-il pas une activité, un voyage, un temps humanitaire, un sport, qui vous tient à coeur et qui vous permettrait de vous détendre, de lâcher-prise de votre idée matrimoniale qui semble trop vous envahir? Peut-être en cherchant à continuer à vous construire dans une ouverture désintéressée aux autres, trouveriez-vous en vous même in fine des ressources enfouies qui ne demandent qu'à fleurir, et qui par ricochet vous construirait de manière plus apaisée et plus attirante pour une femme?
Puisque vous savez réfléchir, servez-vous de votre talent: les femmes de vos amis et familles (ou vos ex), qu'est-ce qu'elles ont qui aurait pu vous plaire, ou vous déplaire? Et vous, qu'avez-vous, qui a fait que sans hésiter, elles ont choisi vos amis et pas vous? Que pourriez-vous travailler pour apparaître plus accessible à une dame de qualité, chrétienne et qui vous plairait bien? Par exemple, avez-vous tendance à être cassant et blessez-vous votre entourage? Ne pourriez-vous travailler au moins un peu, dans la prière et la confiance en Dieu, sur certains aspects de votre personnalité?

Voyez-vous, dans mes amis, il y a une jeune fille, dans la vingtaine, qui travaille à l'étranger, qui est mature et autonome. Elle est belle, tellement que les photographes se l'arrachent. Elle est tellement gentille qu'elle se fait marcher sur les pieds, et tous ses amis la décrivent comme un soleil tellement elle est serviable, a toujours un mot gentil, etc. Et elle aime les enfants et rêve d'en avoir! Une vraie perle en fait.
Mais pourtant, pour rien au monde je ne la présenterais à quelqu'un qui se présenterais comme vous l'avez fait. Je ne peux m'empêcher de penser que vous la mépriseriez malgré vous, et que vous ne sauriez ni la comprendre, ni la rassurer, ni la protéger. Pourquoi? Parce qu'elle n'a pas la même foi (bien que catholique pratiquante) et les mêmes idées que vous, parce qu'elle aime rire et sortir (mais n'est pas sali celui qui ne veut pas l'être..), parce qu'elle a un humour tendre mais décapant, parce qu'elle ne peut vivre qu'entourée d'amis et dévouée aux malheureux à temps plein tellement elle est sociable, parce qu'elle est tout le contraire de ce que vous m'avez fait apercevoir de vous... En fait, même elle, elle n'est pas assez bien pour vous. Personne n'est à la hauteur de vos attentes, parce que vous vous êtes rendu inaccessible...
Je ne vous dis pas tout cela pour vous accabler, je vous le dis pour que vous ouvriez les yeux sur ce que vous donnez à voir de vous aux autres, cette impression d'un immense manque d'humilité et d'humanité en vous... Puisque vous savez vous bouger pour faire bouger les choses, je ne saurais trop vous conseiller de travailler sur vous dans le sens d'arrêter de chercher à tout contrôler... ça étouffe les gens; de vous détendre, d'écouter ce qui vous crispe et vous fait peur en vous... ou la souffrance que vous n'osez pas regarder en face... ? Il y a un chemin devant vous, et Dieu y sera si vous l'appelez.
Vous êtes un jeune homme qui semble bourré de qualités, mais comme Saint Paul, auquel vous faites référence, on pourrait vous objecter :
1 Co 1-7
01 J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.

02 J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.


03 J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.

04 L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ;

05 il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ;

06 il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;

07 il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.
Peut-être pourriez-vous méditer ce passage? Vous avez le don d'une grande intelligence, d'une grande capacité d'apprendre et de comprendre; ne pourriez-vous déposer ces dons aux pieds de Jésus, pour que Lui les remplisse de son Esprit Saint, et vous attache désormais à Son Esprit bien plus qu'à la lettre et aux convenances que vous imaginez devoir honorer?

Que Dieu vous console, vous rassure, vous restaure et vous nourrisse de Son Amour Brûlant!
Quant à moi je vous souhaite un magnifique chemin spirituel, vous me faites penser à quelqu'un.
Connaissez-vous Saint Augustin, Saint Charles de Foucauld, Saint François d'Assise ?
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10112
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar Fée Violine » jeu. 12 avr. 2018, 0:42

dans les bibliothèques, il n’est pas question de séduire, le lieu n’étant pas adapté
Hmmm, ça dépend...
Voir un jeune homme plongé dans un livre, ça peut faire rêver une jeune fille, surtout si le jeune homme ne cherche pas à séduire, évidemment.
Dans une bibliothèque, on n'emploie pas la parole, mais il y a bien d'autres manières de communiquer. Ou si on parle, c'est à voix basse, et brièvement, ce qui a l'avantage qu'on risque moins de dire des bêtises, donc de déplaire.
Les livres peuvent fournir des sujets de conversation. Le silence intrigue et attire...

Giuseppe
Civis
Civis
Messages : 5
Inscription : jeu. 08 mars 2018, 11:34
Conviction : Catholique traditionaliste

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar Giuseppe » jeu. 12 avr. 2018, 12:07

@Elric

Je vous remercie grandement pour l’ensemble de vos sages conseils et de vos analyses, dont je partage en réalité l’essentiel. Rassurez-vous d’abord : je ne prends plaisir à aucune mortification et, d’ailleurs, je ne la recherche pas ! Comme vous le dites, la réponse surgira de la prière, et d’une manière que je n’aurai sans doute pas prévue. Il faut accepter ce qui ne rentre dans aucun plan et ne s’accommode d’aucune prévision. D’ailleurs, si amour il y a, les différences, les contraintes et les défauts ne pèseront que peu de choses. Dieu sait sans doute nous faire réceptif à celle qu’Il nous envoie.


@Cendrine

C’est une anecdote incroyable et dont j’ignorais tout ! Sans ça, j’aurais difficilement cru qu’un de nos papes avait été le fruit d’une rencontre par « petite annonce ». Comme quoi, même au début du XXe siècle, des rencontres se décidaient à distance…


@ Raja

Un grand merci pour votre encouragement et vos paroles réconfortantes. Fiat voluntas tuas : c’est le maître mot, vous avez raison. Vous avez aussi raison sur le fait de ne pas « se fixer de barrière sur le côté tradi ou pas » : j’en suis revenu depuis longtemps, ne vous en faites pas.
Hé oui, nous sommes « une minorité presque en voie de disparition », en Province comme ailleurs malheureusement. Merci de votre compassion ! Espérance, vaillance et confiance.


@étincelle

Je te porte dans ma prière également. Bon courage pour la suite.


@Suliko

Merci beaucoup pour votre soutien et vos paroles. Dieu vous garde également !


@Suliko, Kerniou, Trinité, papounet.

La question de l’amour dans le mariage est visiblement très complexe… J’entends souvent des opinions contradictoires sur le sujet. Je crois que chacun rêve à un mariage d’amour, mais souvent, et c’est la vie, on se contente d’une attirance diffuse, et si cette attirance est réciproque, on s’engage, même si c’est davantage par « confort » que par amour fou. En fait, à bien y penser, même s’il n’est pas plus d’actualité, le mariage de raison n’a rien de déraisonnable. Si les deux personnes sont sur la même longueur d’ondes et acceptent les conditions du « contrat » (c’est-à-dire qu’ils savent à quoi ils s’engagent et pour quel but), et s’il y a une comptabilité des caractères, à défaut d’amour, le mariage peut fonctionner. Je dirais même qu’il peut fonctionner plus sûrement et plus durablement que le mariage qui aurait eu comme principe une passion. Je pense que chacun a connu le témoignage d’une passion amoureuse qui, à ses premiers feux, semblait devoir tenir toujours, mais qui n’a pas tenu ses promesses. Une passion brûle puis s’éteint : si elle ne se convertit pas en une forme d’amour plus raisonnable, plus apaisée, alors on est quasiment sûr qu’elle va mourir et laisser les amants dans une tristesse folle. Le mariage de raison n’est pas plus certain, mais il a au moins le mérite de ne rien promettre. Surtout, il n’est pas incompatible avec l’attirance physique. Je suis d’accord avec Kerniou, le corps joue beaucoup, mais on peut être attiré physiquement par quelqu’un sans en être amoureux.


@Fée Violine

Je suis tout à fait d’accord. Etant un habitué des bibliothèques, il y aurait en effet tout un livre à écrire sur la poésie du non-dit qui y règne. Un regard ou un silence y charrie parfois plus de vérité qu’une parole…

Giuseppe
Civis
Civis
Messages : 5
Inscription : jeu. 08 mars 2018, 11:34
Conviction : Catholique traditionaliste

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar Giuseppe » jeu. 12 avr. 2018, 12:14

@Zélie

Je vais être honnête avec vous : ce n’était peut-être pas votre intention, mais votre réponse m’a outré et, disons-le, profondément blessé. J’ignore absolument où vous êtes allé trouver dans mon message initial autant de contresens, desquelles vous tirez par ailleurs des conclusions très violentes à mon égard. Je les reprends dans l’ordre :

Où ai-je parlé de la « bourgeoisie d’origine de la jeune femme » ? J’ai dit qu’une majorité des catholiques de France appartenaient à des catégories sociales moyennes ou supérieures et, de fait, partageaient des codes sociaux qui sont ceux de la bourgeoisie (culturellement, vestimentairement etc.). C’est un fait, je ne juge pas, et je l’ai précisé simplement pour expliquer mes premières difficultés à entrer dans ces milieux (dans lesquels j’évolue aujourd’hui et où je me trouve très heureux) en tant que converti venant d’un milieu davantage populaire. C’est tout. Je ne juge pas, je parle de mon parcours.

Où ai-je parlé de filles « plan B » ? Nulle part. J’ai dit que j’avais renoncé à mes principes rigides et que j’avais décidé de m’ouvrir à d’autres milieux parce qu’en effet, comme l’Esprit, l’amour souffle où il veut, et que je pouvais très bien trouver mon bonheur ailleurs que dans les milieux où j’avais « décidé » que je devais trouver une femme. Vous me prêtez des pensées qui ne sont pas les miennes, et il n’est pas de mes principes de considérer qu’une femme, quelle qu’elle soit, pourrait être un « plan B ».

Quant à « l’attitude préjugée des filles rencontrées dans des soirées », je parlais plus précisément des soirées dans les bars, et je l’ai dit parce que je l’ai vécu. Il m’est arrivé de m’être fait dragué (ou plutôt empoigné) par des filles d’une manière dont les hommes n’osent même plus le faire aujourd’hui. Je n’en fais pas une généralité, j’ai dit que les chances de rencontrer sa future épouse, dans de telles circonstances, étaient minces. Je renvoie à l’analyse pertinente de Suliko, à laquelle je souscris complètement :
« Je ne suis pas sûre que vous saisissiez bien le fossé qui existe entre jeunesse catholique, voire catholique traditionaliste et jeunesse d'"aujourd'hui". A l'époque de mes parents ou de mes grands-parents, c'était différent, puisque certaines valeurs morales jugées à présent ultra-conservatrices étaient grosso modo partagées par toute la société. »

Surtout, je n’ai jamais nié que l’amour était au fondement même du mariage: là encore, où l’avez-vous lu dans mon message ? Il s’agit d’un forum d’entraide ; je suis venu ici chercher du soutien et des conseils. Il aurait été inutile que je me répande en jérémiades pour montrer que je souffrais de ne pas aimer et de ne pas être aimé. Il m’a semblé qu’exposer clairement et entièrement ma situation était le meilleur moyen pour permettre aux lecteurs de m’aider et de m’orienter. Plus d’une dizaine de lecteurs l’ont fait et les en remercie. Je n’ai pas non plus nié que le mariage était un don gratuit de soi : où avez-vous déduit le contraire dans mes propos ? Si je dis vouloir privilégier une femme qui soit de la même confession que moi, c’est parce que je sais, d’expérience personnelle et de témoignage, qu’il est parfois très compliqué, et très risqué, de s’engager à vie avec quelqu’un qui ne partage la même espérance et la même vision du monde. Je l’ai d’ailleurs lu dans plusieurs topics de ce forum, dans cette même section : des femmes ou des maris se plaignaient d’un conjoint particulièrement insensible à leur foi, ce qui les faisait souffrir. Là encore, je suis d’accord avec le message de Suliko : « par conséquent, si un catholique tombe amoureux d'un non-catholique, il lui vaut mieux très bien réfléchir aux difficultés qui risquent inévitablement de surgir après le mariage. »

L’aspect très « analytique » de mon message vous a visiblement rebuté. Il se trouve que, en effet, pour m’aider à résoudre un problème (ici ma souffrance d’être seul), je l’analyse et je le rationalise. D’autres l’évincent, l’oublient, le simplifient, le transforment en prière. Moi je le décortique, c’est ma manière de supporter le problème. Cela vous a visiblement déplu. Mais il n’en reste pas moins que, même exposé « froidement », mon message était un appel à l’aide et une demande de conseils. Navré qu’il vous ait paru un laïus, mais n’en concluez pas que je me « crois au-dessus des autres », alors qu’il ne s’agit là de votre pure interprétation. Qui pourrais-je mépriser d’ailleurs, moi qui suis, comme tout chrétien, le dernier pécheur ? Si je me sentais réellement supérieur, pensez-vous que je prendrais le temps d’exposer ma misère sur ce forum ?

De ce que j’ai compris de votre message, vous m’imaginez comme un être fier, satisfait, méprisant, enflé par l’orgueil de « savoir réfléchir », « intéressé » dans ses rapports sociaux, à la limite du pervers-narcissique. Mais, en vous lisant, je me suis demandé : comment a-t-elle pu me juger si durement à partir d’un post sur un forum ? Vous ne me connaissez en effet pas. Comble de l’incompréhension, vous m’avez demandé si j’avais tendance à « blesser mon entourage » alors que ma famille est ce qu’il y a pour moi de plus sacré dans l’existence après Dieu. Mon pseudo doit vous mettre la puce à l’oreille quant à mon saint Patron et le modèle qu’il m’est pour l’amour de la (sainte) famille et, plus largement, quant au pays duquel je tire cet amour sacré pour la famiglia. Que j’ai pu vous paraître blasé, désabusé, froid dans mon message, je le conçois parfaitement, mais n’en concluez pas que je suis odieux avec ceux que j’aime, alors qu’ils sont ce que j’ai de plus cher. Sans eux, je peux vous assurez que ce n’est pas dans un forum que je viendrais trouver remède à mon chagrin, mais dans un hôpital. Vous allez jusqu’à juger de ma Foi puisque vous dites d’une « vraie perle » de fille, « bien que catholique pratiquante », qu'elle n’a pas la même Foi que moi, sous-entendu qu’elle est trop pure dans son rapport à Dieu et au monde pour avoir quoi que ce soit de commun avec le monstre que je suis. Enfin, si « personne n’est à la hauteur de [mes] attentes », comme vous le supposez, comment aurais-je connu dans ma vie, comme je l’écris dans mon post, deux filles que j’ai profondément aimées ? Vous concluez bien rapidement, y compris en me posant des questions du genre : « Et vous, qu'avez-vous, qui a fait que sans hésiter, elles ont choisi vos amis et pas vous? » Alors que l’essentiel de mes amis est encore célibataire, et que pour mes quelques amis mariés, je ne connais tout simplement pas leurs épouses.

Je reconnais tout à fait, et c’est l’évidence, que je suis excessivement tourmenté par cette question, qu’elle m’interroge et m’inquiète. Encore une fois, si ce n’était pas le cas, je ne serais pas ici. Je conçois aussi que mon long message initial a pu donner l’impression que j’étais particulièrement crispé sur le sujet. Je reconnais enfin que le problème doit, nécessairement, en plus des circonstances voulues par Dieu, provenir de moi. Mais vous semblez rejeter sur ma personnalité toute la responsabilité de ma situation, alors que vous ne la devinez que d’un message sur un forum. Ne vous appuyez donc pas sur un simple post pour me juger tout entier - et ne le faites pas avec une telle dureté, une dureté que j'ai rarement rencontrée. On jugeait des poètes comme Leopardi, Wordsworth, Hölderlin, et bien d’autres, comme distants et froids : je n’ai jamais rien lu de plus vrai quant au beau et à l’amour. Ne jugez pas un homme sur l’apparence de son style ou ce qu’il « dégage ». Et méfiez-vous autant de ceux qui, l’air affable, ont pour tout le monde le mot « amour » mais qui, le moment venu, ne sont pas auprès de vous pour vous assistez dans les pires épreuves. Et j’en ai connus !

Par ailleurs, puisque vous me jugez si intelligent, vous vous doutez bien que, pour arriver mes « fins », je ne parle pas aux filles que j’aime avec ce ton froid et analytique que j’ai dû employer dans mon post pour exposer ma situation. Quand le cœur parle, il n’y a plus de place pour le calcul et la mise à distance. La distance est ce qu'on ne peut pas s'empêcher d'avoir lorsque le cœur n'a rien à dire. Mais encore faut-il rencontrer celle pour qui le cœur saura rayonner. Et cette absence pour tous ceux qui veulent aimer, cette carence affective, c’est une souffrance quotidienne, harassante ; aussi s’entendre dire que « Dieu, dans sa grande Sagesse, a ses raisons de ne pas vous amener au mariage dans votre état d’esprit actuel », comme si je le méritais bien, est-il particulièrement blessant. Évidemment qu’il me faut travailler sur moi-même. Nous avons tous des défauts et les miens ne sont pas moins grands que ceux des autres. Et vous voyez juste en disant que je manque de paix et de résignation, qu’il faut que j’arrête de chercher à tout contrôler. Je suis entièrement d’accord avec vous quand vous dites qu’il faudrait abandonner ce souci à Dieu. Mais si j’y étais arrivé je n’aurais pas ressenti le besoin de poster sur ce forum. Et, surtout, je ne pouvais pas ne pas réagir à ce qui m’a semblé être une opinion profondément injuste sur mon compte.

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10112
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar Fée Violine » jeu. 12 avr. 2018, 12:53

Bonjour Giuseppe (moi aussi j'aime bien saint Joseph, le saint patron de mon mari :coeur: ),

c'est moi qui ai validé, après avoir hésité, le message de Zelie. C'est vrai que le ton est provocant (car Zelie est une personne passionnée, pleine de zèle et de charité) ; mais c'est pour vous l'occasion de préciser votre position. D'ailleurs, vous l'avez mal comprise sur ce point :
Vous allez jusqu’à juger de ma Foi puisque vous dites d’une « vraie perle » de fille, « bien que catholique pratiquante », qu'elle n’a pas la même Foi que moi, sous-entendu qu’elle est trop pure dans son rapport à Dieu et au monde pour avoir quoi que ce soit de commun avec le monstre que je suis.
Elle n'a pas dit ça ! Elle a dit au contraire que c'est vous qui ne trouveriez pas la foi de cette jeune fille à la hauteur de la vôtre. Elle ne vous a jamais traité de monstre ! Tout juste un peu trop intellectuel, peut-être, ce qui n'est pas étonnant pour un jeune professeur de 28 ans.
Finalement, cette merveilleuse jeune fille est peut-être celle que vous cherchez, qui sait ?

Je me réjouis que vous soyez de mon avis sur les bibliothèques. Elles sont bien plus intéressantes que les bars, à tous points de vue !

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 584
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar zelie » ven. 13 avr. 2018, 15:20

Cher Giuseppe,

Je suis désolée... -un peu- de vous avoir autant outré. Car c'est outré exactement que vous êtes.
Mon but était de vous faire bouger, [...]

Que Dieu vous éclaire et vous protège. Mais j'y reviens, qu'Il vous console, vous porte et vous rassure.

Bien à vous,
Zélie :fleur:
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

Avatar de l’utilisateur
aldebaran
Censor
Censor
Messages : 97
Inscription : ven. 16 févr. 2018, 16:50
Conviction : Catho ni moderniste ni traditionaliste
Localisation : France

Re: Le célibat, encore et toujours...

Message non lupar aldebaran » lun. 16 avr. 2018, 11:29

Je suis très mal placé pour donner des conseils matrimoniaux. Par contre j'ai connu cette détresse du célibat qui s'éternise et je voulais tout de même vous répondre, au moins pour un encouragement.

Puisque vous plaisez et qu'indubitablement vous êtes cultivé, intelligent et avec une situation honorable je serais très surpris que l'issue ne soit pas à terme favorable. Donc ne baissez pas les bras mais au contraire redoublez d'efforts.
Etant mal placé je l'ai déjà dit, je ne ferai appel qu'à de la logique (qui est plus facile pour moi) :
- Ne cherchez-vous pas quelqu'un qui serait votre miroir, et selon des critères trop stricts? C'est une boulette que j'ai faite et que je crois déceler dans votre (long) texte, aussi je me permets d'attirer votre attention dessus.
Non comptant que cela réduise considérablement le nombre d'élues potentielles (surtout si vous comptez sur le hasard pour la rencontrer), ce n'est probablement pas la bonne idée pour un couple pérenne. La complémentarité n'est pas que physique, elle est également des âmes et des idées. Sans compter que les gens changent fortement justement de l'enrichissement d'une union heureuse. Une jeune femme non pratiquante (et même non croyante) mais avec une philosophie de vie compatible pourrait faire une très bonne épouse et mère de vos enfants. Vous pourriez même la convertir. Mais on ne pourrait reprocher à quelqu'un qui n'aurait pas reçu d'instruction religieuse de ne pas être une fervente catholique et de la tendance qui est vôtre qui plus est.
- Vous paraissez trop intellectualiser tout cela. Comme quelqu'un l'a fait remarquer, l'amour vous tombe dessus même si ce n'est pas toujours sous la forme du coup de foudre ou de la passion. Mais le coeur se met à battre plus vite, fatalement. Le sentiment amoureux s'installe, plus ou moins vite.
- A moins de croire à la destinée *, ou d'être joueur alors que toutes les probabilités sont devenues contre vous, utilisez au mieux les sites de rencontres et les événements pour célibataires. Y compris et surtout s'ils sont payants contrairement à ce que vous pensez, si les demoiselles font le sacrifice de s'y inscrire c'est qu'elles sont motivées. En avoir honte serait péché d'orgueil?
En effet nombre de femmes partageant notre conception du mariage ont franchi le pas pendant ou juste après les études. Vous faites face en fait, comme beaucoup de chrétiens qui ont voulu (pour de bonnes raisons ou simplement par manque de maturité) prendre plus de temps, à une pénurie de possibles prétendantes. Vous devez compenser avec les moyens du moment.
- Un jour il faut se lancer. Forcément elle ne sera pas idéale, et vous ne serez pas idéal selon elle non plus. Mais l'amour s'il est présent aplanit beaucoup, et pour peu que les époux fassent l'effort de s'améliorer pour chercher le bonheur de l'autre comme il se devrait... La préparation au mariage qui je vous le souhaite sera bien faite sera aussi un moment important pour vérifier une décision clairvoyante d'engagement réciproque.

* Je ne partage pas l'avis de certains ici sur un plan de Dieu trop établi nous concernant. Cela contredirait à l'évidence le dogme du libre arbitre, le nôtre et celui de ceux que nous allons croiser. Sachant que nous avons le choix jusqu'à nous damner, cela reviendrait à un jansénisme de mauvais aloi.
Par contre je crois comme notre Eglise aux bienfaits de la prière et de la pénitence. Dieu alors peut nous accorder certaines grâces, faciliter une rencontre par exemple. Mais le gros du travail doit être fait par le biais de notre volonté: rencontrez et rencontrez encore.

Vous, ainsi qu'Etincelle, Valérie et tous les autres en célibat non choisi êtes dans mes prières, ainsi que certainement celles de beaucoup d'autres membres. Prions tous pour que nos prières fassent fleurir de beaux mariages.
Heureux ceux qui sont doux, car ils hériteront la terre!


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité