Justifier les conduites adultérines ?

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Philon
Barbarus
Barbarus

Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » lun. 23 oct. 2017, 10:53

Bonjour, :s

J'aimerais savoir ce qui peut justifier des adultères à répétition et des mensonges à répétition. Est-ce forcément le conjoint trompé les responsable ? Si les deux sont mariés devant Dieu et que le mariage est valide, est-ce qu'il y a des cas où se trouverait justifié le fait de tromper l'autre chroniquement et de lui mentir là-dessus chroniquement ?

Par valide j'entends que les fiancés ont fait une préparation au mariage chrétien et qu'ils ont accepté en pleine liberté ses piliers : fidélité, monogamie, liberté, indissolubilité, don total ( pas partiel) de soi, accueil de la vie. Et que d'autre part aussi le conjoint trompé ne présente pas de situation ou d'agissement pouvant faire du tort à l'autre, il n'a pas de maladie spéciale non plus ni quelque chose empêchant la vie conjugale.

J'ai trouvé sur le net et dans des lectures les cas où la personne qui va voir ailleurs est addictive. Elle agit "contre" sa propre volonté, en sachant que c'est mal et que cela fera mal à l'autre s'il le sait. Elle promet de ne pas recommencer et elle recommence , aidée par les portables et l'internet qui facilitent tout ça. Qu'est-ce qui peut alors aider dans ce cas ? :s :incertain: :cry:

Ma cousine avait épousé un tel homme et finalement elle a demandé la séparation des corps parce qu'elle ne pouvait plus supporter ses addictions aux sites de rencontre et aux dragues. Ce qui me fait mal est que c'est ma cousine préférée.

Je suis moi-même mariée avec quelqu'un comme cela, qui a des agissements semblables. :cry: La séparation ne me semble pas être la bonne issue. J'ai tout essayé pour être plus gentille, plus agréable, plus belle. J'ai essayé de comprendre et de parler à mon conjoint. Chaque année il dit qu'il arrête (comme d'autres diraient j'arrête de fumer) et chaque fin d'année je finis par avoir des doutes et par découvrir que c'est du pipeau, il continue.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3397
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Kerniou » lun. 23 oct. 2017, 12:02

L'infidélité n'est pas forcément liée à l'addiction mais, parfois à une quête incessante de séduire. Certaines personnes, surtout des hommes, éprouvent un besoin incessant de se prouver et de vérifier leur capacité de séduction et de satisfaction physique qui va avec.
Ceci relèverait plus de la fragilité de leur confiance en soi qui a besoin de se rassurer en permanence ...
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Tristan
Censor
Censor
Messages : 66
Inscription : mer. 22 mars 2017, 20:35
Conviction : Catholique

Re: justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Tristan » lun. 23 oct. 2017, 14:04

J'ai trouvé sur le net et dans des lectures les cas où la personne qui va voir ailleurs est addictive. Elle agit "contre" sa propre volonté, en sachant que c'est mal et que cela fera mal à l'autre s'il le sait. Elle promet de ne pas recommencer et elle recommence , aidée par les portables et l'internet qui facilitent tout ça.
Bonjour, je ne sais pas si ça peut vous rassurer, mais il n'y a franchement pas besoin d'Internet et de portable pour entrer en tentation !
Saint Paul, Epitre aux Romains, 7, 20-25 :

"je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas.
Or, si je fais ce que je ne veux pas, ce n'est plus moi qui le fais, c'est le péché qui habite en moi.
Je trouve donc cette loi en moi: quand je veux faire le bien, le mal est près de moi.
Car je prends plaisir à la loi de Dieu, selon l'homme intérieur;
mais je vois dans mes membres une autre loi qui lutte contre la loi de ma raison, et qui me rend captif de la loi du péché qui est dans mes membres.
Malheureux que je suis! Qui me délivrera de ce corps de mort?
Grâces soient rendues à Dieu par Jésus-Christ Notre-Seigneur! Ainsi donc moi-même, par l'esprit, je suis l'esclave de la loi de Dieu, et par la chair l'esclave de la loi du péché."

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » lun. 23 oct. 2017, 17:45

Merci de vos réponses, oui, cette citation de Saint Paul me parait décrire la situation.

Quand j'étais jeune j'ai vu une interview dans une émission de télé d'un homme marié avec une belle femme aux petits soins pour lui. En raison de sa petite taille, cet homme souffrait de complexes. Chaque soir il éprouvait le besoin de sortir en boite draguer des filles les plus belles possibles. Le téléspectateur ne pouvait que se dire "mais il est fou, il va détruire son couple et sa femme a l'air de tenir à lui, elle n'est pas une mannequin mais elle n'est pas mal". Il expliquait qu'il avait une sorte de besoin de séduire uniquement des filles genre "mannequin", se faisant prendre en photo avec elles, etc. Il avait un tableau de chasse impressionnant.

Avatar de l’utilisateur
Cgs
Prætor
Prætor
Messages : 2582
Inscription : mar. 24 mars 2009, 14:20
Conviction : Catholique

Re: justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Cgs » lun. 23 oct. 2017, 19:13

Bonjour Philon,

Même si la tentation est forte, le pécheur est responsable de ses actes. Si un mari n'arrive pas à se contrôler et fait le mal (car l'adultère est objectivement un mal pour soi, pour l'autre et pour Dieu), il n'en est pas moins responsable. En aucun cas c'est de la faute ou de la responsabilité du conjoint trompé (la femme la plupart du temps) qui se demande à tort "que n'ai-je fait pour qu'il soit comme cela ?".

Il faut bien comprendre, comme cela a été dit, que les causes d'infidélité peuvent venir de loin dans l'histoire de la personne et que le conjoint trompé n'y est pour rien.

Le mieux dans cette situation, la vôtre et celle de votre cousine, est de vous faire aider par un tiers compétent (thérapeute, conseiller conjugal ou autre). Les offres d'aide dans ce domaine sont assez nombreuses, vous devriez trouver.

Bon courage. En Christ,
Cgs
Mes propos qui apparaissent en vert comme ceci indiquent que j'agis au nom de la modération du forum.

Avatar de l’utilisateur
mike.adoo
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1302
Inscription : sam. 08 mai 2010, 11:37

Re: justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar mike.adoo » lun. 23 oct. 2017, 19:37

Bonjour,

j'aimerais savoir ce qui peut justifier des adultères à répétition et des mensonges à répétition.

La séparation ne me semble pas être la bonne issue.
J'ai tout essayé pour être plus gentille, plus agréable, plus belle. J'ai essayé de comprendre et de parler à mon conjoint.
Chaque année il dit qu'il arrête ( comme d'autres diraient j'arrête de fumer) et chaque fin d'année je finis par avoir des doutes et par découvrir que c'est du pipeau, il continue.
Bonjour Philon
Un couple est constitué de deux personnes qui sont unies par le mariage .
Cependant , chaque personne est responsable de ses actes .
Tout homme qui a fait le serment devant témoins de chérir son conjoint , de lui être fidèle dans les bons moments comme dans les mauvais , et ne tient pas parole est réputé inconsistant ! Etre un homme , c'est tenir sa parole .
Etre adulte , c'est savoir ce que l'on veut . On ne peut rien construire sur un terrain aussi instable .

Vous concernant , cette situation doit être considérée comme une épreuve .
Le laisser tomber ou se venger ne sont pas les solutions .
Devant un tel problème , qui peut arriver à tout un chacun , la conduite à tenir tient en trois parties ;
- Se mettre en situation d'aider son conjoint ( dialogue , visite chez un Psy )
- Encaisser ( comme on supporte des coups ) sans rien dire et faire preuve de patience . Ce qui est extrêmement frustrant .
- Se mettre en situation de pardonner . ( C'est souvent insupportable ) . Car pardonner c'est aussi ne rien attendre en retour

Cela ressemble fort à l'entrainement d'un sportif de haut niveau .
La plupart des sportifs ne supportent pas ces efforts et finissent par abandonner . Ils sont alors en situation d'échec .
Ils sont rares ceux qui réussissent ... mais la " gloire " est à ce prix .

Il ne vous est pas demandé de réussir et de transformer votre conjoint . Il est indispensable d'essayer .
Demandez par la prière , l'aide et le soutient qui vous sont nécessaires .

Courage !

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » mar. 24 oct. 2017, 8:38

Merci de vos réponses !
ma cousine trouve un soutien dans la foi et la prière
et moi aussi d'ailleurs !
Mon mari a dit dernièrement qu'il trouvait désespérant que "je ne change pas et ne changerai jamais" pour justifier son Nième adultère.
Je lui ai demandé si j'avais eu des torts envers lui, s'il y avait quelque chose que j'avais dit ou fait de mal. Il a dit que non mais que j'avais une caractéristique qui me rendait "impossible à vivre", que j'étais "négative", déprimante, pessimiste et que je n'arrivais pas à avoir des amitiés stables, que je rompais trop souvent des amitiés "pour une bricole" et que à cause de moi "le couple n'avait pas de vie sociale". Que j'avais "fait le vide" autour de moi ( rompant notamment d'avec ma famille d'origine en raison d'une affaire de pédophilie).
J'ai répondu que lui aussi ( qui est toujours solitaire) pouvait bien avoir quelques amis et les inviter chez nous, je les recevrais. Mais il ne le fait jamais.
Et surtout qu'il avait eu tout le loisir durant la "période d'essai" ( le concubinage avant notre mariage) qui a duré 4 ans de voir si je lui convenais ou non. Que personne ne l'a obligé de m'épouser, que cette décision était une décision libre.

C'est vrai que je suis une personne qui a un esprit critique bien développé.
Mon mari est d'une autre culture et d'un autre pays, une culture où ce n'est pas bien vu de formuler des critiques sur la modernité, la liberté sexuelle, le système économique libéral, etc .
C'est vrai aussi que je suis très sensible et que je ne fais pas facilement confiance, que je ne suis pas "plaisante" ni très sociable et que c'est pour moi un gros effort que de me "faire des amis" ou des relations.
C'est vrai aussi que mon mari n'a jamais compris pourquoi certaines attitudes de rejet ou de mépris chez les autres m'avait poussée à rompre le contact. Il a du mépris pour cette forme de sensibilité qu'il ne comprend pas et il adopte en général le point de vue de ceux qui m'ont blessée. Il croit avoir un point de vue "objectif" en faisant cela et me reproche d'avoir une perception "déformée" des choses, d'avoir "un gros problème".
Il ne se tient pas à mes côtés dans l'adversité à ce niveau. Je peux difficilement me confier à lui de ce qui m'est très intime et de ce qui me tient le plus à cœur. Tout ceci l'énerve et l'agace. Il veut que je fonctionne bien et que j'apporte au foyer des amis , de la joie, de la consolation quand il va mal.
Il me reproche d'aller mal quand je vais mal, c'est "ma faute".
Il est allergique à toute demande d'écoute et de compréhension de ma part.
Il m'a bien fait comprendre que je n'étais pas la femme idéale ni même son "genre"....
mais alors, me demandé-je, pourquoi m'avoir épousée ?
Effectivement ,malgré ces défauts que j'ai , j'avais cru pouvoir compter de sa part sur une acceptation globale de ma personne, sur une forme d'indulgence et le fait de s'être engagé avec moi.
Justifier par là des adultères me semble aussi disproportionné que de donner six mois de prison ferme à quelqu'un qui aurait volé un bonbon.
A la vérité je l'avais toujours plus ou moins senti. J'ai développé des comportements d'autoprotection afin de ne pas me laisser dévaloriser par mon mari. Mais il me les reproche, il veut que je sois disponible pour lui .
Mon seul appui c'est de prier.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3397
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Kerniou » mar. 24 oct. 2017, 9:38

Les conduites d'adultère peuvent "s'expliquer" non se" justifier".
Bien des coureurs de jupons reprochent à leurs épouses de ne pas être assez "sexy" ... Mais quand à leur demandes, elles se font plus coquettes, ils ont, alors, très peur qu'elles attirent l'attention des autres hommes et craignent qu'elles aillent "voir ailleurs" !
la fragilité inhérente à leur puissance virile les conduit parfois aux reproches formulés et/ou à la crainte d'être trompés ...
Sans vous plier à ses requêtes, peut-être pourriez-vous devenir un peu plus coquette et s'il ne change pas d'attitude, vous pourrez lui dire que LUI, ne tient pas compte de vos efforts pour changer.
Sans tomber dans la séduction ni courir après la dernière mode, nous pouvons, aussi, tenir-un peu- compte de leurs goûts et nous faire belles pour nos maris ...
On peut, avec les vêtements que nous avons, voir avec eux, comment les réassortir entr'eux ... savoir ceux qui leur déplaisent le moins.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
LaForceDAimer
Ædilis
Ædilis
Messages : 38
Inscription : jeu. 24 avr. 2014, 18:25

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar LaForceDAimer » mar. 24 oct. 2017, 9:52

Vos messages me serrent le coeur.

Ce que vous vivez est injuste est hautement destructeur.

Dans tous les cas, le conjoint trompé n'est JAMAIS coupable de la tromperie de l'autre. Même si son comportement peut jouer un rôle dans l'envie de l'autre de le tromper, c'est bien l'autre qui au final choisit, pose l'acte d’adultère. Il pourrait choisir de poser des tas d'autres actes, mais non c'est l’adultère qu'il choisit. Et quand bien même il est difficile oui, de manière générale de céder au péché, cela reste un CHOIX. Sinon nous ne serions pas libres...

Votre mari souffre certes, et c'est pour cela qu'il vous trompe. Mais il souffre de sa propre responsabilité, de son propre choix de vous avoir épouser en connaissance de cause et de ne pouvoir pour autant l'assumer. Vous ne pouvez pas assumer a sa place quelque chose qui relève de son propre choix. Et je suppose même que cela va au-delà de ce choix, que cela à voir avec sa propre histoire. Probablement seriez vous "tout à fait son genre", qu'il vous tromperait encore et encore sous d'autres prétextes.

Ce n'est pas tout le monde qui, malheureux en mariage se jette pour autant à répétition dans les bras de toutes les femmes qui passent...Certains ont trop de dignité pour cela ... Certains ont tellement de dignité qu'ils restent malgré tout fidèles dans leurs engagements en se faisant suivre pour se libérer intérieurement et vivre leurs engagements dans plus de joie, ou, en dernier recours, par respect pour eux-mêmes et par respect pour l'autre qui a le droit d’être AIMÉ VRAIMENT, demandent la séparation. Voila des façons dignes de se comporter.

Le discours de votre mari est hautement manipulatoire et sa déresponsabilisation totale.
Certains de ses arguments reviennent à vous reprocher d’être trop sensible et trop intègre... Croyez-vous vraiment que cela soit des défauts aux yeux de Dieu?

Si Dieu préconise la fidélité, l’exclusivité totale dans le mariage, c'est bien parce qu'il sait que chaque âme ne mérite rien de moins que ça, et souffre affreusement dans le cas contraire. Croyez-vous donc que Dieu veut vous voir vivre ce mariage "d’opérette"?
Dans votre relation, il ne s'agit plus d'une erreur isolée, d'un égarement d'un soir, mais bien d'un mode de vie, avec toute une justification de la part de votre mari. Votre mari ne pèche pas, il se baigne dans le péché.

Vous n'avez pas le droit de vous laisser bafouer et humilier ainsi. Vous n'avez pas le droit d'accepter d’être détruite ainsi.
Les conditions de votre mariage ne sont tellement pas respectées et ce n'est pas vous qui ne les respectez pas...

Votre mari n'est pas "addict", il ne vous aime pas et n'a pas envie de vous aimer.

Son discours est clair à ce sujet là.
Voyez-vous la difference?
Voyez-vous tout ce que cela implique?

Proposez-lui d'aller vous faire aider tous les deux, pour reposer les choses à plat et faire le tri et pouvoir enfin vous renouveler...ou vous séparer...
Et s'il ne le veut pas alors vous, toute seule, allez voir un prêtre ou un bon psychologue pour qu'il vous aide à prendre les bonnes décisions.

Ne laissez pas un homme toxique vous détruire encore plus.

Vous avez une vie d'amour à vivre et vous baignez là dans tout son contraire, n'attendez pas.
Dernière édition par Anne le mer. 25 oct. 2017, 1:43, édité 1 fois.
Raison : Les lettres accentuées ne sont pas facultatives...

Avatar de l’utilisateur
LaForceDAimer
Ædilis
Ædilis
Messages : 38
Inscription : jeu. 24 avr. 2014, 18:25

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar LaForceDAimer » mar. 24 oct. 2017, 10:07

J'ajoute que dans l'absolu, si votre mari a commence a vous tromper tres vite apres le mariage et qu'il est prouvable qu'au moment de votre mariage il ne comptait en fait deja pas respecter son serment de fidelite, l'Eglise pourrait annuler purement et simplement votre mariage.
Car un tel mariage n'est pas valide.

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » mar. 24 oct. 2017, 11:07

Merci !
je vais d'abord répondre à Kerniou :
en fait j'ai découvert tous ses mensonges en 2013...et j'ai alors commencé par devenir plus coquette, aller chez le coiffeur, acheter de la lingerie, etc. de toutes façons coquette je le suis par tempérament !
Ayant toujours fait attention à cela, j'ai renchéri.
J'ai même été jusqu'à la table d'opération (3 fois) pour me faire reconstruire la poitrine amputée après mon cancer.
Mais cela n'a provoqué que des agacements chez mon mari, de l'indifférence et des remarques acerbes sur d'autres défauts de mon corps ( mes bras qui "pendent" parce que j'avais dû arrêter l'entrainement sportif durant les 6 mois de la reconstruction plastique, ma poudre de riz dont la couleur était mal choisie, etc...).
Il est indifférent et sans attirance aucune pour moi depuis qu'on a eu les jumelles en 2003. Depuis, il va voir ailleurs et de toutes façon ses conquêtes sont plus jeunes et mieux roulées que moi.
Je vois que cela n'a aucun effet .
cela n'est pas non plus venu du cancer que j'ai eu car il me trompait et me négligeait déjà avant.
Dernière édition par Philon le mar. 24 oct. 2017, 11:45, édité 1 fois.

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » mar. 24 oct. 2017, 11:37

LaForced'aimer, merci.

J'arrive aux mêmes conclusions ! Mon mari se fait trainer chez le psy par l'oreille, en quelque sorte, j'ai déjà essayé de le persuader d'y aller mais il rechigne et n'y va que lorsqu'il sent que je vais finir par vraiment craquer et partir. Il ne va au psy que pour avoir la paix mais il n'y croit pas et ne s'est jamais fait suivre sur le long terme (plus de six séances).

Les conseillers conjugaux, pareil, on a déjà essayé. mais en fait aucun n'a pu nous aider car ils n'ont pas eu accès à la vérité, pas plus que j'y avais accès, car alors j'étais dans l'ignorance de l'ampleur de ses mensonges. Et quand on y va, je n'ose pas dire tout ce qui se passe car je sais bien qu'ensuite mon mari va avoir cette colère blanche, cette haine parfois explosive contre moi. et me rendre responsable une fois de plus de tout, se présenter comme une victime.

Le mariage est valide : officiellement mon mari a accepté tout ce qu'il implique au moment de la préparation. Le mariage est consommé, nous avons des jumelles. Je pense que dans sa tête c'était pas clair pour autant car six mois après le mariage religieux il a rencontré dans un groupe de musique où il jouait une fille dont il est tombé amoureux, une fille qui est son genre. Il ne s'est rien passé de physique mais il etait souvent parti les week-end pour jouer (j'étais enceinte et il me laissait seule) et cette fille a eu une rupture douloureuse, il l'a consolée. Il ne pensait en fait qu'à elle. Je sentais son vide, son désintéret pour moi.

Aussitôt après mon accouchement, il a expliqué qu'il suivrait une formation continue soi disant pour pouvoir mieux gagner l'argent de la famille, en faits pour s'absenter un week-end par mois et là il a eu des aventures. Il a cessé tout commerce charnel avec moi dès la naissance de nos filles. Depuis il a eu des histoires d'amour, des flirts, des dragues, etc.

Mais si on veut obtenir une annulation il faut "prouver" que le conjoint n'avait pas l'intention d'être fidèle, et cela ne sera pas possible car il lui suffira de dire que si, il en avait l'intention, mais qu'il ne résiste pas à la tentation de pécher, etc.

Je pense que c'est quelqu'un qui avait l'intention de se faire aimer, d'avoir une famille, sans le rendre et de "profiter" de ce que j'y croyais, prête à faire tous les efforts. Déjà avant le mariage, quand on était concubins, il m'a trompée. Il me culpabilisait quand j'avais des soupçons, utilisant le fait que j'avais fait plusieurs thérapies et que j'avais subi des actes incestuels durant mon enfance : comme il est connu que les victimes deviennent des personnes problématiques pour ce qui est des relations humaines et de la confiance, il lui suffisait de dire que c'était moi qui avait un problème et que j'avais déjà de la chance d'être avec lui alors que j'étais une fille à problèmes, qu'il avait un plus large choix dans la vie alors que moi j'avais été seule ou dans une relation qui n'avait pas marché. Il se présentait comme un type droit, honnête, capable d'aimer face à une déséquilibrée qui n'était pas capable de faire confiance et moi, comme je sais que cela est vrai, j'ai du mal à faire confiance, je marchais bêtement !

Nous étions en contact avec ma famille d'origine et ma mère le confortait dans cette mauvaise opinion de moi. Or les rapports dans ma famille d'origine sont malsains (j'ai eu l'occasion d'en parler sur ce forum). Et comme je m'y attendais, ma mère et mon père ont formé une sorte de coalition solidaire avec lui. Au moment de cette affaire de pédophilie, (un ami de mes parents a essayé de m'acheter avec de l'argent, d'acheter mon silence) j'ai senti l'absence de soutien de mon mari et j'ai pris la décision de m'éloigner de ma famille d'origine seule et contre son gré. Il ne m'a jamais soutenue ni compris cette décision qu'il m accusée d'avoir prise par orgueil.

Quand j'ai découvert ses mensonges et infidélités, il m'a négocié la rupture d'avec sa maitresse contre une reprise de contact avec ma famille. En fait j'ai bien repris des contacts épistolaires apaisés mais je me protège et ne vais pas plus loin que cela. Mon mari n'a pas rompu avec sa maitresse et il en a eu trois autres ensuite.

Lauretta
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Lauretta » mar. 24 oct. 2017, 14:58

Je vous conseillerais de partir, il vous manque totalement de respect et vous dénigre... Franchement on est chrétien mais pas maso, il a un souci psy je pense... Ça a l'air toxique en tous cas comme relation.

Ne restez pas comme ca, vous allez y laisser la peau et votre joie de vivre.

axou
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1672
Inscription : lun. 15 sept. 2014, 3:23
Conviction : catholique
Localisation : Région parisienne et Bretagne

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar axou » mer. 25 oct. 2017, 9:27

Bonjour Philon,

tel que vous nous décrivez votre mari et son comportement, vous nous dressez le portrait d'une personnalité narcissique et manipulatrice de haute volée.
Tel que vous nous le décrivez, Il ne changera pas, il est bien dans ce système, il existe ainsi et il respire mieux, il profite mieux de la vie en vous dénigrant et vous bafouant sans cesse. Le manipulateur se nourrit de son activité de dénigrement et d'humiliation de l'autre, c'est sa "came" ! C'est son grand plaisir !
Les gens bons ont du mal à envisager que de telles personnes existent et tentent pendant longtemps de dialoguer, de faire évoluer la situation, en pure perte.

Ses conduites ne sont en rien justifiables mais lui n'a pas le sens du péché. Par définition "c'est de votre faute, tout est de votre faute", il est installé dans ce système hautement toxique et n'a nulle raison d'en changer. Si vous partiez, il ne changerait pas plus, il trouverait une autre victime...Il essayerait de vous garder pendant un temps parce que les prédateurs n'aiment pas voir échapper leur proie, mais il ne changerait en rien, et ce ne serait pas une preuve d'amour. Le prédateur ne veut pas garder sa proie parce qu'il l'aime mais parce qu'il veut la manger, encore et toujours.

A vous de voir comment vous pouvez vivre dans un environnement aussi toxique et s'il est souhaitable d'y rester. Vous ne pouvez pas compter sur lui en rien (il ne vous défend pas contre votre famille), j'espère que vous pouvez compter sur quelques bons amis.
Et j'espère que vos jumelles vont bien, aussi bien que possible dans un tel milieu.

Vous avez beaucoup de courage,

Bien à vous,

Axou

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » mer. 25 oct. 2017, 10:15

Merci de vos réponses
en cas d'annulation du mariage, s'il n'a pas été valide, cela veut dire que j'ai fait de la fornication puisqu'il n'y a pas eu de mariage ! Et que nos jumelles sont illégitimes.
En faits je préfèrerais une séparation.
Mon mari a voulu réduire sa quantité de travail mais il n'a pas pris la bonne décision qui était de changer de poste ( sa branche n'est pas menacée par le chômage), il y avait d'autres offres.
Au lieu de cela il m'a imposé contre mon gré de ne travailler que 4 jours et pas 5.
Je me suis aperçue de la quantité de stress que produit sa présence à la maison, en réalité JE ME SENS MIEUX QUAND IL EST AU BOULOT.
Il ne m'aime pas et cela se voit à tous les détails, le ton de la voix, l'énervement, les regards. J'ai explique que j'avais besoin de cette journée de vendredi pour toutes sortes de taches mais il pense que je suis anormale et que je dois changer par rapport à l'organisation du ménage.
Rien de ce que je fais n'est adéquat : notre famille est anormale, les taches que je fais inutiles et superflues, ce que je lis est nul, ce à quoi je réfléchis l'agace, mes gouts sont kitsch.......Il a justifié cette décision prise contre mon gré ( j'avais donné mon avis dont il n'a pas tenu compte) en disant que cela ferait une journée de libre "pour le couple", soi disant pour faire des sorties ensemble mais cela ne va en rien m'aider, me stresser davantage, car pour faire ces sorties je suis obligée de trimer plus les lundis, mardis, mercredis et jeudis déjà chargés. De plus j'ai constaté que faire des sorties ensemble, des choses chouettes ensemble, n'a RIEN CHANGE à ses pratiques adultérines, au contraire, il profite des deux côtés : les maitresses d'une part, une épouse qui se plie à ses désirs dans l'espoir de sauver son couple de l'autre.
L'an dernier j'ai eu en sortant de confession une idée qui m'a traversé l'esprit ! mon mari me cache l'existence d'un portable ! ( nous avions décidé d'un commun accord de ne s'en acheter ni l'un ni l'autre).
Je suis allée vérifier et j'en ai trouvé un dans son sac et cela bien sûr avec la Nième maitresse après qu'il avait promis un an auparavant pour le Nième fois d'arrêter les sites de rencontres et les dragues.
Je me suis sentie tellement mal que j'ai pensé que s'il recommence, je demande séparation. Il a recommencé.
Après il justifie tous les adultères en disant que je suis pleine de problèmes relationnels avec le monde extérieur, des amis à nous, etc. et que j'ai "fait le vide" autour du couple, et que, ayant besoin de la reconnaissance que lui donnait mon groupe familial ( pourtant malsain), il est forcé d'aller draguer des nanas.
Je ne peux jamais lui raconter quand on m'a blessée ou heurtée, il s'énerve, me dénie tout droit à me sentir mal à cause de cela et prend parti pour l'"agresseur" (ou le malotru) puis met cet épisode malheureux dans une sorte de dossier qu'il me ressort de temps en temps pour me démontrer que j'ai des problèmes relationnels d'hypersensibilité, d'exagération des offenses ( ce qui est vrai pour partie) et en conclut avec mépris que "je ne changerai pas", ce qui lui sert de justification pour sa conduite dénuée d'amour. Avec moi, autrement dit, c'est même pas la peine.
Pourtant il a reconnu que ce n'était pas envers lui que j'avais des torts ! Ses reproches concernent non pas notre relation mais l'interprétation qu'il a de mes relations avec d'autres personnes, des anciennes copines, ma famille d'origine, etc.
Il a dit vouloir rester avec moi non pour moi ou ma personnalité ou des qualités ( sous entendu "admets quand même que tu es invivable") par parce que "on a des enfants et on a quand même construit une famille"
Il faut dire que sa mère était une dépressive chronique répudiée par son père et que lui, le fils unique, lui a servi dès tout petit de confident et de consolateur. Mais ensuite le père et le fils parlaient d'elle en la jugeant, en la diagnostiquant, pour conclure que c'était elle qui était folle et dans son tort.
Mais quand je parle sérieux de nous séparer il pleure et demande qu'on continue ensemble.


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités