Justifier les conduites adultérines ?

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Avatar de l’utilisateur
LaForceDAimer
Ædilis
Ædilis
Messages : 38
Inscription : jeu. 24 avr. 2014, 18:25

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar LaForceDAimer » mer. 25 oct. 2017, 10:58

Vous avez l'exemple a donner a vos jumelles egalement.

Rester avec un homme qui vous denigre et vous manque a ce point de respect c'est les programmer a leur tour pour une vie affective des plus douloureuses ...
Certes, elles ne sont probablement pas au courant de tout mais elles voient bien, meme au niveau inconscient, ce qui se joue, vos rapports...
C'est la propagation du manque d'estime de soi, du vice et de la souffrance qui est en train de se jouer la...

Etre chretien ce n'est pas renoncer a sa dignite et au bonheur.
Le Christ est au contraire venu pour retablir cela : notre dignite et notre bonheur.

Ne pensez pas qu'en supportant tout de la part de votre mari vous faites preuve de charite chretienne ou d'Amour.
Vous faites au contraire preuve d'absence d'estime de vous, de dignite, d'amour (pour vous et meme pour vos enfants qui meritent mieux qu'un schema familial pareil et vous le savez). Vous jouez donc au contraire le jeu du diable.

La notion de sacrifice qui est demande par le Christ, c'est le sacrifice qui consiste par exemple a prendre soin au detriment du reste de votre vie et plaisirs, d'un mari respectueux mais extremement malade, de renoncer a des projets personnels qui vous tiennent enormement a coeur, pour le bien de projets communs de couple ou de famille plus grands etc...

Vous avez choisi la mauvaise personne : une personne tres eloignee de Dieu et qui ne presente aucune envie de s'en rapprocher.
Je parle meme au sens general bien sur, pas au sens "proche de la religion". Mais bien au sens de choisir le bien ou le mal.
Votre mari choisit le mal, encore et encore. Et en restant vous cautionnez, vous l'encouragez. On peut aider les gens qui veulent s'aider eux-memes. Jamais quand ils n'ont pas envie de changer...C'est le jeu de leur liberte qui se joue...Dans ce cas on peut juste prendre note et tracer sa route car nous aussi nous avons une Vie a vivre, des gens a aimer et qui veulent aimer a leur tour !

Voila, maintenant vous avez le choix. Soit vous restez toute votre vie encore avec cette personne qui vous brise et rend malade par propagation toute votre famille, soit vous prenez la responsabilite de votre vie en Jesus-Christ et de l'exemple a donner a vos jumelles, et vous decidez de mettre un terme a ce gachis, a ce mariage qui n'a de mariage que le nom...

En fait c'est simple : soit vous reconnaissez que vous avez fait une erreur en choisissant cet homme qui vous bafoue depuis plus de 20 ans (je pense que c'est une assez longue periode pour avoir du recul et avoir tout tente non? ;) ) et, adulte et HUMBLE, vous choisissez de reparer cette erreur, vous acceptez de revenir sur votre choix dans la mesure ou il est une erreur et que vous n'en retirez rien de bon. Ou bien, vous vous rendez compte oui, que votre choix est une erreur, mais par ORGUEIL ou lachete, vous decidez malgre tout d'aller jusqu'au bout du bout de l'erreur, avec toutes les destructions directes et collaterales que cela implique...

Dans le mariage, pour aimer, il faut etre deux. Vous ne pouvez pas aimer pour les deux. Dieu meme ne le fait pas !

Et vous n'etes pas Dieu : vous n'etes pas faites pour rester stoique et aimante, la, presente quoi qu'il se passe, face a un homme qui vous humilie et vous crache dessus et ne presente. Aucun projet de repentir, seul Dieu le peut. Et meme Lui au final, si l'homme ne se repentit pas et bien il le laisse partir bruler en enfer, il ne le prend pas de force avec Lui. Prenez-en conscience !!

Il est dommage que votre amour du Seigneur n'ait pas penetre suffisamment votre ame pour retablir votre confiance en vous et votre amour de vous qui vous aurait permis depuis bien longtemps deja de vous extirper de cette relation devastatrice.
Allez voir quelqu'un pour vous apprendre a retablir votre estime de vous, votre amour de vous (qui vient de l'amour de Dieu) car ce sont vos carences enormes a ce niveau la, qui vous ont menees a ce mariage vain dans lequel vous vous enfoncez depuis tant d'annees.

Souhaiteriez-vous ce genre de vie, ce genre de mari a l'une de vos filles?
C'est cette vie dont vous esperez qu'elle sera choisie par vos filles?

Alors, pensez-vous vraiment que ce soit ce que votre Pere du Ciel vous souhaite?

Le Seigneur veut nous donner la force de supporter les souffrances que l'on ne peut pas s'eviter et qui sont necessaires a un plus grand bien.
Il ne souhaite certainement pas que nous choisissions la souffrance tout ca parce-que dans le fond on pense que "Ben je dois pas meriter beaucoup plus de toutes facons. Et l'Amour c'est se sacrifier !". Sortez de ce schema pervers...
Dernière édition par Nanimo le jeu. 26 oct. 2017, 12:37, édité 1 fois.
Raison : Veuillez ne pas écrire de phrases en maj. (Cela correspond au fait de crier dans la nétiquette.) Merci.

Avatar de l’utilisateur
Marc Oh
Quæstor
Quæstor
Messages : 254
Inscription : ven. 01 avr. 2016, 16:05
Conviction : chrétien catholique
Localisation : Région centre

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Marc Oh » mer. 25 oct. 2017, 17:10

Bonjour, :s

J'aimerais savoir ce qui peut justifier des adultères à répétition et des mensonges à répétition. Est-ce forcément le conjoint trompé les responsable ?...
Bonjour Philon,

Rien ne peut le justifier. C'est de sa faute pas de la vôtre. A la limite vous pourriez vous reprocher une certaine imprudence (en lui savonnant la planche) si par exemple et ce qui n'est probablement pas le cas, vous lui auriez imposé de votre propre chef une abstinence sexuelle "excessive". Ce ne serait pas une "responsabilité" mais un contexte.

Si vous voulez vraiment vous reprocher quelque chose. Disons si vous cherchez avec du recul à savoir ce que vous avez fait de travers, vous pouvez regarder du coté de votre concubinage... Ce n'est pas comme cela que l'on s'éduque à un mariage solide. Personnellement j'en suis arrivé en ce qui me concerne à cette conclusion. Vous avez été faible (notez que moi aussi) vous méritez de la miséricorde (moi aussi). Notre monde à tout fait pour qu'a l'époque vous "dérapiez". Lui aussi il a été très misérable plus récemment, peu être que lui aussi mérite de la miséricorde? De Dieu cela parait évident, il faut surement qu'il regrette. De vous c'est certainement plus difficile. Se rapprocher de Dieu ne pourrait que vous aider sur cette voie.

Comme à chaque fois, ses graves fautes, il me semble ne vous dédouane pas de vos devoirs avec les réserve habituelles votre sécurité et celles de vos enfants. Évidement, moi mari abandonné, je manque énormément de recul un prêtre fera forcément mieux!

Vous êtes forcément pas parfaite et cela contribue à cet "environnement" qui l'a conduit ainssi à ces fautes. Je pense que "le monde" et sa sacropornographie et l'idéologie de la jouissance obligatoire l'est beaucoup plus. Ce qui est fait est fait il ne faut être trop dure avec ses fautes passées au point de se faire mal. Vos "imperfections" probables ne constitue pas pour vous une quelconque responsabilité. Probablement pas dans une telle proportion mais vous avez peu être "tirer votre partie" à un moment donné de cette compromission au péché? C'est moi ce que j'ai fait et c'est un peu pour cela que je m’approche avec le temps à un certain niveau de pardon et une baisse notable de la colère. Cela demande du temps.

Je ne voulais pas vous asséner mon vécu mais vous montrer que l'on peut s'en sortir "pas trop mal" et qu'il y a de l'espoir.

Bonne soirée
Marc Oh!
"... sans l'amour je ne suis rien..."

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » jeu. 26 oct. 2017, 9:20

Merci Marc Oh !

Oui je pense que le concubinage n'est pas une bonne chose. Je sais pourquoi j'ai fait cette faute aussi, je n'aurais pas dû accepter ni chercher à être concubins. Dès que l'on couche ensemble, il se crée un attachement très fort ! C'est la nature qui le prévoit ainsi, autrement dit on doit faire cela seulement dans le mariage selon le Commandement de Dieu. Sinon il peut y avoir des cas de fornication et la fornication est péché. Cela revient à refuser une partie du Plan divin et à dire "je veux bien de toi mais pas de ta fécondité", autrement dit "je veux bien de toi à l'essai"/"pour un temps provisoire", etc. C'était le positionnement initial de mon mari et à cette époque je n'avais pas les repères pour être capable de refuser et de le quitter. L'attachement était déjà noué du fait que nous étions concubins.

Je pensais comme tout le monde que c'était normal, que tout le monde commençait par vivre un/plusieurs concubinage avant de "finir" par se marier. Mes parents athées m'avaient élevée dans cette idée ainsi que toute notre culture, les copains, les médias, l'école... Déjà que j'avais eu de grandes difficultés à trouver quelqu'un, je n'avais pas de surcroit exigé d'être mariés et mon mari m'a dit qu'il ne se serait jamais marié avec une personne qu'il n'aurait pas pu essayer au moins deux années auparavant.

Mon absence de discernement est ma part de faute et de responsabilité. Dans l'éloignement de la volonté divine se développent aussi des actes faux, des positionnements peccamineux par rapport à l'amour. Les hommes par exemple deviennent plus concupiscents. Plus volages et plus cyniques. Les femmes deviennent plus possessives et plus rêveuses? Elles se font souvent un "demi-dieu" ou une idole d'un compagnon. Ceci leur fait manquer le coche en matière d'examen réaliste de ce qu'est l'autre.

La "femme qui aime trop" contrairement à ce qui se dit actuellement n'est pas un vestige de l'ancien patriarcat mais un phénomène récent.
En l'absence de contraceptif et dans le respect du Commandement de ne faire acte de chair QUE dans le mariage, la femme était par la force des choses d'une extrême prudence avec l'amour car elle savait qu'elle devait chercher non pas une idole ni un amant provisoire (pour faire des "expériences") mais un mari ? un père de leurs futurs enfants.

Pour moi qui ai péché, j'ai eu de mauvais critères de recherche, j'ai cherché l'amant/l'amoureux d'abord. Je ne me suis pas intéressée aux valeurs morales des hommes, je n'ai pas cherché à "éprouver" leur solidité morale en disant que je ne coucherai que mariée. Je ne me suis pas posé la question de savoir si il ferait un bon père de famille. J'étais déjà "bien contente" d'avoir trouvé quelqu'un. Contrairement à la "doxa" "psychologique-féministe" la cause de cette "satisfaction" facile n'est pas le "manque d'estime de soi" mais l'adhésion à l'esprit athée de notre époque, la prise de contraceptifs et l'accord tacite avec la sexualité contraceptive, autrement dit, n'ayons pas peur des mots, le consentement au péché. Il n'y avait personne pur me dire "attention, c'est un péché" ni "attention c'est risqué".

Vouloir ne pas pécher permet à la femme de "faire le tri", le candidat pas sérieux n'est pas retenu. Nous ne fabriquons pas "tout seuls dans notre coin" l'amour de soi ( contrairement à ce que disent les psys) mais nous recevons l'amour de Dieu et cela se voit dans ce cas précis : si nous L'aimons nous voulons Lui obéir, donc nous refusons de forniquer et donc, logiquement, nous nous mettons en situation de trouver un bon mari capable lui aussi de se maitriser "avant" le mariage ( et donc "après" tout autant !).

Les femmes qui obéissent à Dieu ont plus de chance (ce n'est pas une garantie pour autant) d'avoir un époux fidèle car elles mettent une condition "seulement une fois mariés" et je pense que ceux qui sont 'accord avec ça , majoritairement ( pas tous) sont quand même des hommes bien qui ne se comportent pas en consommateurs difficiles et qui donnent la preuve de leur capacité à maitriser la naturelle concupiscence. A un tel homme, il est doux d'obéir et se soumettre va de soi !

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » jeu. 26 oct. 2017, 11:45

Laforce d'aimer,
vous jugez trop vite et de façon péremptoire, sans examen, sans me demander ce que j'en pense, et à l'aune d'une idéologie individualiste "estime de soi" très en vogue mais à laquelle je n'adhère pas.
Sachez tout d'abord que je n'ai pas de "projets", je ne fonctionne pas avec des "projets" . Ce qui me tient à cœur c'est....Dieu.
Pour le reste je n'essaierai pas d'argumenter avec vous car cela risque de devenir un dialogue de sourds.
Je n'ai pas matériellement de moyens de me séparer.
Une maladie grave me tourne autour et je suis fatiguée par les traitements, toujours en rémission, d'ailleurs.
Mes filles sont très agressives et menteuses. Là encore, zero aide de la part de psys auxquels mes filles opposent de toutes façons un silence radio provoquant.
Ce n'est pas un psy qui va m'aider, je ne les connais que trop, de cela au moins je suis sûre. mais je ne tenterai pas de vous expliquer mes raisons.
Je ne crois pas dans le même Dieu que celui des psys, c'est tout. Je ne partage pas votre/leur vision du monde et de l'humain et ne vais pas voir de psys car ils travaillent avec cette même vision idéologiquement dominante actuellement ( et des réactions et interprétations très prévisibles, donc, aussi courues qu' inefficaces DANS LA REALITE car elles ne correspondent pas à la réalité.....)
Merci de bien vouloir cesser vos interventions.

Avatar de l’utilisateur
LaForceDAimer
Ædilis
Ædilis
Messages : 38
Inscription : jeu. 24 avr. 2014, 18:25

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar LaForceDAimer » jeu. 26 oct. 2017, 12:00

Philon,

Vous faites preuve d'une lucidite, d'un discernement et d'une intelligence fine je trouve !

Vos propos me font realiser certaines choses.

Et oui, comment resister a cet appel du concubinage quand nous vivons dans un monde, des parents jusqu'a la tele en passant par l'ecole, qui le pronent comme LE chemin a suivre? Comme justement la "sagesse". Cela parait tellement logique d'un point de vue humain : "Comment s'engager a vie avec quelqu'un que l'on ne connait pas dans le quotidien?? Il faut etre fou".

C'est la contraception qui a en effet tout perverti...et vous me faites prendre conscience a quel point.

Les valeurs de la Religion sont considerees tellement comme archaiques, attardees...
Alors si l'on vient de parents, d'un entourage athee, et que nous sommes encore "neufs" dans la foi, comment faire autrement?

Vous n'etes pas coupable de votre erreur. Et souvent il faut tomber dedans pour comprendre dans sa chair en quoi elle en est une.
Et alors elle nous rapproche encore plus de Dieu par la suite.

[...]
La ou je pense un peu differemment c'est quand vous dites que l'Amour de soi vient de l'Amour de Dieu et que donc si on Lui obeit on ne se met pas dans de telles situations de "fornication" et que c'est l'esprit athee responsable de tout cela.
C'est vrai, mais il n'empeche que meme sans suivre la parole de Dieu, certains athees ont concretement suffisamment d'amour pour eux pour choisir un partenaire selon des valeurs. Quelque chose en eux leur dit "Je ne peux pas me mettre avec une personne qui se comporte comme cela, cela serait indigne, je vaux mieux que ca". Certains athees ne se disent pas "je suis bien content d'avoir trouve quelqu'un" mais au contraire ont bien cette estime et amour d'eux-memes suffisant pour veritablement accepter d'etre seul que mal accompagne... Donc il y a quand meme quelque chose de l'ordre de la psychologie meme si aimer Dieu permet de transcender tout cela oui.

Vous semblez etre a l'etape d'analyse, de comprehension de tout ce qui vous a amene la.

[...]
Courage a vous.

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » jeu. 26 oct. 2017, 12:07

J'ajoute que c'est une grosse erreur collective que la contraception banalisée car cela pousse les femmes à avoir des comportements qui leur valent en réalité le mépris masculin. La fille trop "facile" suscite le mépris. Et bien sûr les parents "libérés" et les psys modernes vous poussent à coucher, très jeune même (la mienne en tous cas à cette époque). Quand on dit à un psy qu'on est encore vierge à 22 ans, la tête qu'il fait...pas normale ! Elle a un problème !

Or sans contraceptifs on est forcément moins "facile" car on y réfléchit par deux fois, sachant que l'on peut avoir un bébé. Donc notre "libération sexuelle" sape à la base les conditions pour que les femmes aient de l'amour-propre. Et par conséquent elle va les accuser de manquer d'"estime de soi" ( le fétiche de notre époque c'est l'estime de soi, bien plus que l'argent, d'ailleurs) alors que la contraception a modifié les relations entre les sexes au détriment de cette estime qui, dans notre contexte, devient problématique. Si toutes les femmes sont potentiellement à disposition, incitées à coucher, à faire du mariage à l'essai....si chaque mariage est révocable (divorce facilité par la loi), forcément le désir masculin et le respect masculin (le "moteur" de l'estime de soi feminine) sont en berne. On trouve les filles accessibles, donc on se lasse et il faut des critères de beauté et de sexy de plus en plus haut pour relancer le désir. De plus on n'a que peu de respect pour la femme qui se donne facilement.

Et, je me répète, tout cela n'aurait pas lieu en l'absence de contraceptifs et d'IVG.

Nous, si on sait qu'on pourrait être enceinte, on se tient à une distance....respectueuse ! Et on ne porte pas de vêtements provocants.
De plus le divorce facilité crée chez les femmes divorcées cette tendance à prendre le fils en otage qui va entraver sa maturation relationnelle et le dégouter plus tard de s'engager avec une femme, ce qui, derechef, va désespérer ses compagnes ( les forums féminins sont remplis d'histoires comme cela, d'hommes qui couchent mais qui hésitent à s'engager....merci la pilule ! Merci l'IVG !)

Je sais qu'on va me lancer des tomates. Cette situation actuelle remplit les cabinets des psys. Ce qui est tabou est d'aller mettre en cause non pas la femme elle-même avec son prétendu "manque d'estime de soi" mais globalement la "libération sexuelle" qui refait de nous des esclaves. La "libération sexuelle" c'est une vache sacrée, interdit d'y toucher.

Avec les psys c'est "circulez y a rien à voir"...parce que leur métier est de pousser la personne en souffrance à se jeter la pierre, non pas selon les Commandement religieux (car oui, selon ces Commandements, il y a péché dans le fait de forniquer avant le mariage) mais selon l'impératif d'être heureux dans un contexte de libéralisme sexuel où le plus fort n'est plus tenu à la protection du plus faible ( même système qu'en économie).

Donc en fait pour les psys il faut s'adapter à ce monde (qui leur fournit de la clientèle) sans l'interroger mais tacher, avec de l'"estime de soi", d' être heureux, de tirer son épingle du jeu. D'où l'injonction du "travail sur soi" et les plans du féminisme qui entend faire changer la nature des femmes.

50 ans de vie dans ce contexte et de nombreuses thérapies de tous ordres m'amènent à la conclusion suivante : mission impossible. Je ne suis qu'une créature humaine.

Le seul salut est dans Notre Seigneur Jésus-Christ.

Avatar de l’utilisateur
Nanimo
Prætor
Prætor
Messages : 1864
Inscription : sam. 15 avr. 2006, 16:21
Conviction : Catholique
Localisation : CANADA
Contact :

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Nanimo » jeu. 26 oct. 2017, 12:23

Vous semblez etre a l'etape d'analyse, de comprehension de tout ce qui vous a amene la.
Pas du tout. C'est une étape que Philon a complètement dépassé, sinon elle ne serait pas en mesure de nous transmettre une analyse aussi fine du comportement d'aujourd'hui et de nous faire une critique aussi poussée de l'excès psy dans nos mentalités. Une analyse de nos comportements et une critique des psy que, personnellement je n'avais jamais entendues, mais qui me paraissent très justes.

En union de prière avec vous, Philon.
Lest we boast
[couleur de la modératrice]

axou
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1672
Inscription : lun. 15 sept. 2014, 3:23
Conviction : catholique
Localisation : Région parisienne et Bretagne

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar axou » jeu. 26 oct. 2017, 17:11

On ne me fera pas croire que le féminisme est dans mon "intérêt"...ni que la solution est de faire une nième thérapie !
Et alors chère Philon, elle est ou pour vous la solution ?
Par rapport à la situation que vous nous décrivez, à savoir que vous êtes depuis longtemps bafouée, dévalorisée, trompée, trahie, pas soutenue par votre mari qui semble être un vrai manipulateur, c'est quoi pour vous, la solution ?

Bien à vous,

Axou

Philon
Barbarus
Barbarus

Re: Justifier les conduites adultérines ?

Message non lupar Philon » jeu. 26 oct. 2017, 23:35

Axou, c'est la police de la pensée ou l'interrogatoire ?
Les creatures ont-elles toujours des solutions à tout ? Ce serait bien si c'était le cas.


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités