Traitement antipsychotique

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
antoine75
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1005
Inscription : sam. 04 oct. 2014, 20:52

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar antoine75 » lun. 30 juil. 2018, 23:09

Sinon, un des symptômes que j'ai eu était d'avoir des sortes de rayonnements dans la tête … qui c'était déclenché au moment ou j'avais consulté une voyante par internet qui me disait qu'elle allait agir avec son plus fort magnétisme. Mais je crois avoir trouvé une réponse rationnel à mon problème. Il doit s'agir d'acouphènes. J'ai l'impression que c'est en haut de la tête ou à l'intérieur, mais en fait ça vient du système auditif je pense. Et ça survient souvent le soir ou la nuit ou le silence est plus prononcé. Est-ce que c'est possible que ce soit des acouphènes ?

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10079
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Fée Violine » lun. 30 juil. 2018, 23:37

Peut-être, je ne sais pas. Mais consulter une voyante est une très mauvaise idée, surtout pour vous qui semblez être assez vulnérable...

antoine75
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1005
Inscription : sam. 04 oct. 2014, 20:52

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar antoine75 » lun. 30 juil. 2018, 23:52

Peut-être, je ne sais pas. Mais consulter une voyante est une très mauvaise idée, surtout pour vous qui semblez être assez vulnérable...
Oui c'est vrai que je suis facilement manipulable. Mais si on me disait clairement que la voyance n'existe pas, je ne serai pas tomber dans ce délire. Alors, Fée Violine, pour vous, la voyance est une réalité ?

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10079
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Fée Violine » mar. 31 juil. 2018, 0:05

C'est une réalité dans le sens où il existe des voyantes qui prétendent prédire l'avenir. Non seulement leurs propos sont mensongers et sans utilité, mais leur fréquentation ne peut que vous éloigner de Dieu, de la réalité, de l'équilibre. C'est malsain. Je veux dire, la voyante elle-même est peut-être une gentille personne, mais ce qui est malsain c'est le fait de ne pas faire confiance en Dieu et de vouloir s'emparer de l'avenir comme s'il nous appartenait.
C'est marrant, j'ai justement lu tout à l'heure à mes petits-enfants l'album "Astérix et le devin", où on voit les dégâts que provoque ce genre de chose. Heureusement, Astérix et Obélix veillent !

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Quæstor
Quæstor
Messages : 362
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Foxy » mar. 31 juil. 2018, 20:10

J'ai l'impression que c'est en haut de la tête ou à l'intérieur, mais en fait ça vient du système auditif je pense.

oui, les acouphènes viennent du système auditif.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

antoine75
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1005
Inscription : sam. 04 oct. 2014, 20:52

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar antoine75 » jeu. 16 août 2018, 22:15

Comme d'après mon psychiatre je souffre de psychoses, je vais essayer de voir ce que je peux faire pour me guérir ou au moins comprendre ma maladie.

D'après wikipedia :
Hallucinations[modifier | modifier le code]
Une hallucination se définit en tant que perception sensorielle en l'absence de stimulus externe. Les hallucinations se différencient des illusions, ou distorsions perceptuelles, qui sont la mauvaise perception des stimuli externes8. Les hallucinations peuvent survenir sous n'importe quelle forme et affecter n'importe quel sens, de la simple sensation (lumières, couleurs, goûts, odeurs) à des expériences comme percevoir entièrement mais d'une manière anormale des animaux ou des humains, entendre des voix, et des sensations complexes au toucher.
J'ai déjà eu l'impression d'avoir comme des mouvements de balanciers au niveau du cœur. Soit, si ça se reproduit que mon cœur explose ! Plus sérieusement, la prochaine fois si ça se reproduit je n'y ferait pas attention.
J'ai aussi l'impression de ressentir comme des rayonnements ou des acouphènes au niveau du cerveau. J'ai même cru entendre la voix de la Vierge Marie, depuis que j'ai pris contact avec une voyante sur internet. Soit, je n'y fait pas attention et n'en parlerait plus.
Des hallucinations sonores, en particulier lorsque le patient entend des voix inexistantes, sont des symptômes prévenant de l'arrivée de la psychose. Ces voix hallucinatoires peuvent parler au patient et impliquer multiples intonations. Ces hallucinations auditives peuvent s'avérer perturbantes ou préoccupantes lorsqu'elles commandent ou ordonnent au patient. Cependant, entendre des voix n'est pas forcément considéré comme négatif. Une étude démontre que la majorité des individus qui entendent des voix ne requièrent aucune assistance psychiatrique9. Le Hearing Voices Movement a été créé pour aider les individus qui entendent des voix, sans se soucier de leur état mental.
Délires[modifier | modifier le code]
La psychose peut impliquer des délires, certains d'entre eux étant de nature paranoïaque. Un délire désigne une fausse perception, ou croyance, que l'individu maintient sans aucune logique, et cette croyance peut être difficile à changer. Les thèmes récurrents de ces délires impliquent la persécution (dans laquelle l'individu croit à tort qu'un mal lui est fait), la mégalomanie (dans laquelle l'individu pense posséder des pouvoirs hors du commun), etc. Les individus dépressifs peuvent également souffrir de délires, comme une culpabilité excessive ou la croyance d'avoir contracté une maladie sérieuse. Karl Jaspers classifie les délires psychotiques sous deux types : primaires et secondaires. Les délires primaires se définissent comme des délires qui surviennent soudainement et qui sont incompréhensibles en termes de processus mental normal, tandis que les délires secondaires se définissent comme étant influencés par les antécédents d'un individu ou de la situation actuelle dans laquelle il vit (ex. : superstitions, ethnie différente)10.
Je me croyais persécuté par une tunisienne que j'avais rencontré, et par ses proches. Soit, ce n'était qu'une projection de l'esprit. Je pense aussi avoir une mission à remplir aidé par la Vierge Marie. Soit, j'arrête ma mégalomanie.

Diagnostic[modifier | modifier le code]
Pour diagnostiquer un délire, il faut déterminer la durée, le mécanisme, la thématique et la structure
L'ancienneté du délire distingue un syndrome aigu (durée < 6 mois) d'un syndrome chronique (durée > 6 mois). Pour la déterminer, il est fondamental de rechercher les antécédents psychiatriques.
Le mécanisme correspond au processus autour duquel l'idée délirante se construit (intuition–interprétation–imagination–illusion–hallucination).
Les thèmes du délire, ce sur quoi il porte et qui frappe immédiatement à l'écoute d'un délirant : c'est son roman. Il peut y en avoir un seul ou plusieurs (mégalomanie, jalousie, érotomanie, persécution…). La persécution n'est spécifique d'aucun délire et ne caractérise pas les délires paranoïaques.
La structure du délire : systématisé (caractéristiques des délires paranoïaques), on parle alors de degrés d'extension du délire. Soit en secteur : le délire est centré sur la vie professionnelle, sociale (délire paranoïaque de revendication) ou affective (délire paranoïaque de jalousie, érotomanie). Le délire est dirigé vers un seul but ou une seule idée : postulat de base. Soit en réseau : extension à un nombre de plus en plus grand de personnes ou de secteurs d'activités. Le délire non systématisé se traduit par une multiplicité de thèmes et de mécanismes qui coexistent sans enchaînement logique entre eux.
J'ai été aussi amoureux d'une fille et un rien me faisait repenser à elle. Soit, je l'oublie.
La réaction affective qui l'accompagne : l'investissement affectif conditionne les réactions auto ou hétéro-agressives du patient. Dans les délires à forte participation affective (délire passionnel ou encore certain délires paranoïdes), le sujet peut aller jusqu'à tuer le persécuteur désigné. Si l'affect est dépressif, le sujet peut se suicider (délire de relation des sensitifs de Kreschner, mélancolie délirante, PHC). Dans certains délires, paranoïaques passionnels principalement, l'excitation psychomotrice d'allure maniaque donne au délire un caractère très exalté voire euphorique. Dans la schizophrénie, on note souvent une dissociation affective entre une thématique très effrayante avec des voix proférant des menaces de mort et une réaction amusée du patient. Parfois, l'énonciation du délire n'entraîne pas, ou peu, de réaction du sujet : absence totale de charge affective.
J'ai appelé ma mère Satan alors que j'avais bu. Soit, j'ai déliré et ne recommencerait pas. J'ai tapé un sdf alors que j'avais bu et parlé avec eux après qu'un d'eux m'avait pris un billet ou que je lui avait donné ? Soit, je ne recommencerai pas. J'avais pris des lexomil avec de l'alcool pour m'évader. Soit, je ne recommencerai pas. Je souris parfois dans des situations inapropriées. Soit, je me maitriserai à l'avenir. Le fait d'énumérer les délires ne me fait ni chaud ni froid. Soit, je prendrai une juste mesure émotionnelle de ces délires.
Catatonie[modifier | modifier le code]
La catatonie décrit un état d'agitation profonde dans lequel l'expérience de la réalité est souvent inadéquate. Il existe deux manifestations primaires du comportement catatonique. La présentation classique définit un individu ne cherchant à établir aucun intérêt ou lien social avec le monde extérieur. Ce type de catatonie présente une flexibilité cireuse. La flexibilité cireuse désigne une flexibilité physique attribuée chez un individu catatonique immobile par un autre individu. Le deuxième type de catatonie définit une agitation profonde impliquant un comportement moteur excessif et sans but ainsi qu'une préoccupation mentale extrême gardant une perception de la réalité intacte.
Je me replis sur moi et n'ai quasiment pas de contact social. Soit, je vais multiplier les contacts sociaux.
Trouble du cours de la pensée[modifier | modifier le code]
Le trouble du cours de la pensée désigne une anomalie de la pensée consciente. Il est largement classifié par son impact sur la parole et l'écriture. Les individus affectés présentent une déconnexion et une désorganisation du contenu sémantique de la parole, qui se manifeste également dans leur écriture. Dans des cas sévères, comme la schizophasie, le langage devient incompréhensible.
Je peux dire ou écrire des choses sans rapport les unes avec les autres. Soit, je ferai attention à l'avenir à bien me faire comprendre.

Voila, donc pour toutes ces raisons je pense que le diagnostic des psychiatres est le bon. A moi de lutter contre ces symptômes et de guérir. Et encore la description des symptômes par wikipedia n'est pas complète, il y a aussi la difficulté à gérer sa vie quotidienne ...

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Quæstor
Quæstor
Messages : 362
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Foxy » ven. 17 août 2018, 22:58

Bonsoir Antoine

Je pense surtout qu'il ne faut pas chercher un diagnostic sur internet… seul un médecin peut le faire après un examen sérieux, questionnement et souvent des examens complémentaires.

Si on croit tout ce qui se dit sur nos symptômes, on est tous malades...

Il faut avoir confiance en son médecin et pouvoir aussi discuter avec lui.

Bon courage.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

antoine75
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1005
Inscription : sam. 04 oct. 2014, 20:52

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar antoine75 » dim. 19 août 2018, 14:54

Bonsoir Antoine

Je pense surtout qu'il ne faut pas chercher un diagnostic sur internet… seul un médecin peut le faire après un examen sérieux, questionnement et souvent des examens complémentaires.

Si on croit tout ce qui se dit sur nos symptômes, on est tous malades...

Il faut avoir confiance en son médecin et pouvoir aussi discuter avec lui.

Bon courage.
Oui, je pense que vous avez raison. Mais le problème, c'est que je vois mon psychiatre une fois par mois et il me demande comment je vais, etc ... C'est lui qui pose des questions et je le vois donc pas souvent. La, je sais pas si j'ai fait une erreur mais je n'ai pas pris mon injection ce mois-ci car j'étais censé la faire en vacances par une infirmière et je suis pas parti ... Mais comme je ne suis pas en obligation de soins, j'ai pensé que je pouvais me permettre de ne pas prendre mon traitement. A voir la réaction du psychiatre.

Sinon, je vais préparer des questions la prochaine fois que je vois le psychiatre. Je vais notamment lui demander quels sont les symptômes de ma maladie.

Enfin, je n'ai plus de cigarettes jusqu'à mardi. Je ne sais pas comment je vais tenir pour ne pas pêter un câble ...

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Quæstor
Quæstor
Messages : 362
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Foxy » dim. 19 août 2018, 16:47

Bonjour Antoine

Oui, il faut faire une liste de ce que vous devez demander à votre médecin : c'est d'ailleurs ce que je fais toujours, car c'est vrai que "l'homme de l'art" pose des questions et qu'on perd le fil de ce qu'on voudrait savoir… on est tous pareils.

Quant à sa réaction, il verra bien que vous êtes sincère en tout cas...

Vous avez peut-être des bonbons à la menthe pour suppléer au manque de cigarettes ?

Bon courage !
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

antoine75
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1005
Inscription : sam. 04 oct. 2014, 20:52

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar antoine75 » dim. 19 août 2018, 19:35

Bonjour Antoine

Oui, il faut faire une liste de ce que vous devez demander à votre médecin : c'est d'ailleurs ce que je fais toujours, car c'est vrai que "l'homme de l'art" pose des questions et qu'on perd le fil de ce qu'on voudrait savoir… on est tous pareils.

Quant à sa réaction, il verra bien que vous êtes sincère en tout cas...

Vous avez peut-être des bonbons à la menthe pour suppléer au manque de cigarettes ?

Bon courage !
Merci de votre réponse Foxy.

Je vais préparer mes questions avec précaution. Je n'ai pas envie de me faire réhospitaliser sous contrainte ni même d'avoir besoin de soin sous contrainte. Sinon, je touche l'AAH depuis peu, mais si je ne prends plus de médicaments, est-ce conforme à mon statut d'adulte handicapé et ainsi pourrai-je quand même toucher cette allocation ?

Oui, j'ai des nicorettes. Par contre, quand je commence à en mâcher une, au bout d'un moment je suis saturé par la nicotine, et je suis obligé de m'enlever le chewing gum de la bouche et de cracher. Parfois, ça me fait presque vomir. Pourtant, j'en ai besoin si j'ai pas de cigarettes. Donc je fais avec. Il faudrait que j'en parle quand même à une pharmacienne ou à un médecin.

Astya
Censor
Censor
Messages : 188
Inscription : lun. 04 juil. 2016, 16:07
Conviction : baptisée catholique assurément déiste

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Astya » lun. 20 août 2018, 23:52

Sinon, je touche l'AAH depuis peu, mais si je ne prends plus de médicaments, est-ce conforme à mon statut d'adulte handicapé et ainsi pourrai-je quand même toucher cette allocation ?
Pas de souci pour ça : l'allocation est indépendante des soins.

Pour la cigarette : avez vous essayer la cigarette électronique ? c'est peut être mieux ?

Vous semblez avoir de l'humour : donc au moins vous n'êtes pas paranoïaque ! :-D
Est-ce que vous avez pensé à consulter un autre psychiatre, une consultation dite "de ville" ?
Est-ce que vous avez le 100%, ou au moins une aide pour la mutuelle ?
Votre situation d'adulte handicapé vous donne droit à des avantages : avez vous vu une assistante sociale ?
Sinon, je vais préparer des questions la prochaine fois que je vois le psychiatre. Je vais notamment lui demander quels sont les symptômes de ma maladie.
Vous avez raison : il faut aussi lui demander de quelle maladie il s'agit. Attention : les symptômes, c'est ce que vous lui avez dit , mais il faut que lui vous explique ce qu'il a compris dans ce que vous avez dit (ou fait).
Avec ces renseignements, vous avez le droit d'aller voir un autre psychiatre et de demander un deuxième avis.
Si vous avez des maux de têtes ou des acouphènes il faut lui dire aussi.
Mais comme je ne suis pas en obligation de soins, j'ai pensé que je pouvais me permettre de ne pas prendre mon traitement. A voir la réaction du psychiatre.
Ces soins sont là pour vous faire du bien à vous : si vous avez un doute sur l'efficacité du médicament, il faut aller voir un autre psychiatre pour avoir un autre avis. Si vous avez besoin de ce médicament ça peut être grave de ne pas le prendre.

Prenez bien soin de vous. Amitiés.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3832
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Kerniou » mar. 21 août 2018, 17:40

La prise en charge à 100%, me semble-t-il, va de pair avec L'AAH ...
Les médecins ne prescrivent pas de traitement anti psychotique par fantaisie mais par nécessité ...
Par ailleurs, les erreurs de diagnostic face à une psychose sont plus que rarissimes ...
je voudrais ajouter que vouloir bénéficier de l'AAh sans vouloir prendre les traitements prescrits a quelque chose de malvenu voire de choquant. Ce que fait la France pour le handicap existe dans peu de pays et vouloir profiter d'une allocation sans suivre le traitement qui va avec ne me semble pas convenable vis à vis des contribuables qui travaillent et paient leurs impôts pour que vous puissiez bénéficier de cette mesure dont vous voulez tirer profit, Antoine, sans vous sentir redevable de quoi que ce soit ... cela ne semble pas correct et encore moins chrétien ...
Ces allocations ne sont pas attribuées pour boire, se droguer, faire la fête ... mais pour que gens reconnus handicapés aient des ressources assurées à minima.
Je trouve votre comportement non seulement irresponsable face à la maladie mais je considère que socialement, vous vous comportez comme un profiteur ...
Méfiez-vous tout de même. Pour avoir siégé dans les commissions d'attribution de l'aah, il arrive que des contrôles soient, fort heureusement, effectués dans certains départements ! ...
Dernière édition par Kerniou le mer. 22 août 2018, 10:32, édité 1 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Quæstor
Quæstor
Messages : 362
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Foxy » mar. 21 août 2018, 21:37

Pour avoir droit à l'AAH, c'est déjà bien souvent le "parcours du combattant"... alors vous pensez bien que c'est contrôlé !
Donc, tout à fait d'accord avec ce que dit Kerniou.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Astya
Censor
Censor
Messages : 188
Inscription : lun. 04 juil. 2016, 16:07
Conviction : baptisée catholique assurément déiste

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Astya » mar. 21 août 2018, 23:09

Bonsoir Antoine75,

J'ai lu tout votre fil : vous ne semblez pas avoir de déficience mentale en tout cas. Vous êtes bien conscient qu'il est nécessaire d'avoir une bonne hygiène de vie. Vous ne parlez jamais de sport : en faites vous un peu ? Quand on est bien dans son physique, ça améliore tout.

Certains psychiatres pratiquent des psychothérapies, mais ils exercent rarement en hôpital, ils ont des cabinets "en ville". Avez vous essayé d'envisager une psychothérapie ou une psychanalyse ?

Désolée pour la perte de votre boulot, mais même avec le bénéfice de l'AAH vous pouvez vous inscrire à Pôle Emploi et rechercher un nouveau travail. Et en parler avec votre médecin ou son équipe pour voir s'il est possible d'avoir un mi-temps médical.

S'isoler n'est pas une bonne chose : en principe il y a des groupes de malades qui peuvent se rencontrer pour parler. Vous pourriez aussi faire du sport avec une association ?

Pour le ménage, bien sûr qu'il y a une solution miracle : il faut le faire un peu tout les jours. D'abord c'est dur et très vite ça devient facile.
Cela fait partie de l'hygiène de vie : il faut se constituer une routine, éventuellement l'écrire et l'afficher : et la regarder le soir et se dire "j'ai fait tout ça, je suis content de moi".

D'autres personnes vous l'ont déjà dit : il faut s'aimer soi-même et s'accepter comme on est. C'est la première étape.
Il n'y a pas de cas désespéré : une personne proche a la même maladie que vous, mais il est plus âgé. Il organise sa vie avec amis et un peu de sport, et maintenant il aide les autres.

Amitié

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3832
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Traitement antipsychotique

Message non lupar Kerniou » mer. 22 août 2018, 10:36

Les allocations accordent des DROITS mais aussi des DEVOIRS .
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Sheyrine et 2 invités