Sodomie

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
coeurdejésus
Civis
Civis
Messages : 9
Inscription : lun. 21 oct. 2013, 23:53

Sodomie

Message non lupar coeurdejésus » sam. 26 oct. 2013, 1:04

Bonsoir,

Aujourd'hui, j'ai décidé d'aller me confesser pour me soulager d'un gros poids. En effet, à plusieurs reprises, j'ai pratiqué la sodomie avec mon mari. Finalement j'ai eu un entretien avec mon conseiller spirituel qui m'a dit qu'il ne fallait pas que je me sente coupable, qu'au sein d'un couple marié tout ce qui pouvait apporter du plaisir à l'autre dans l'amour, le respect et le consentement mutuel, n'était pas un péché.

Et vous qu'en pensez-vous ? Malgré ces explications, j'ai l'impression d'avoir gravement offensé le Seigneur par ma conduite.

Merci de vos réponses.

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: sodomie

Message non lupar Peccator » sam. 26 oct. 2013, 16:16

Un profond merci à vous d'oser aborder aussi librement ce sujet tabou...


J'en pense que déjà, vous avez eu la réponse de votre confesseur et conseiller spirituel. Je suppose que c'est quelqu'un que vous avez choisi avec soin, et en qui vous avez confiance.

Venez-vous chercher ici des raisons de saper cette confiance ?


Ensuite, je vous dirais qu'en l'état actuel de mes réflexions sur la sexualité, je suis presque du même avis que votre conseiller.

En fait, non, j'avais lu trop vite. J'avais noté les mots "repect de l'autre et consentement mutuel", mais il a commencé par dire "dans l'amour", ce qui était le point où je voulais en venir. Je suis donc exactement du même avis que votre conseiller.

Tant que votre vie sexuelle est vécue dans l'amour plein et entier, alors je ne vois pas comment elle pourrait être un péché. Ce qui est péché est de vouloir utiliser le sexe pour en retirer un plaisir égoïste. D'attendre de son partenaire qu'il soit pour soi un objet de plaisir, en oubliant de se donner soi-même en retour.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Avatar de l’utilisateur
Ben1306
Censor
Censor
Messages : 178
Inscription : sam. 28 janv. 2012, 10:57

Re: sodomie

Message non lupar Ben1306 » sam. 26 oct. 2013, 16:45

Je ne suis pas le plus saint masi j'approuve votre père spirituel.
Il faut arrêter de se sentir coupable de nos moindres faits et gestes. Vous ne faîtes de mal à personne, on est en 2013 et nous avons évolué. Vous faîtes cette pratique avec votre mari, vous lui donnez du plaisir et il vous en donne en retour, vous êtes mari et femme ou même simplement en couple vous ne trompez personne. Il faut évoluer avec notre temps. Je viens de voir une publicité parlant de biscuit au chocolat et je me suis dit "hummm ça doit être bon". J'ai pêché car je ne dois manger que du pain dur et boire que de l'eau ? Non pas pour moi.
Il ne faut pas voir le Malin partout dès qu'on a une pensée de sexe ou autre. Et pour apporter ma petite contribution. J'ai regardé du porno comme beaucoup (tous ?) de jeunes de mon âge et j'ai eu l'occasion de discuter avec deux "actrices". Et bien pour l'une d'elle, elle est largement plus censée que certains croyants que je connais. elle se bat pour la cause des animaux maltraités etc.
Donc ne vous sentez pas coupable mon amie, vous n'avez rien fait de mal croyez-moi. :)

Pecheresse
Ædilis
Ædilis
Messages : 18
Inscription : jeu. 03 oct. 2013, 12:43

Re: sodomie

Message non lupar Pecheresse » sam. 26 oct. 2013, 17:27

Bonjour coeurdejesus,

Je suis étonnée de la réponse de votre conseillé spirituel car il me semblait que , pour l'Eglise , la sodomie était un péché. Après , les rares fois où j'ai utilisé cette pratique ,je ne m'en suis pas confessée car pour moi ,cela n'est pas un péché.
Je ne sais donc pas trop quoi vous répondre. J'attends attentivement les réponses que vous recevrez pour savoir ce qu'il en est et si , du coup , il faut que je me confesse de cela. Mais , sincerement , je me vois mal parler de sodomie à un prêtre en confession...je trouve que c'est tout de même très intime.
Je suis désolée de ne pouvoir vous donner de réponse.
Que Dieu vous garde

Altior
Senator
Senator
Messages : 782
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: sodomie

Message non lupar Altior » sam. 26 oct. 2013, 19:10

Bonsoir,

Aujourd'hui, j'ai décidé d'aller me confesser pour me soulager d'un gros poids. En effet, à plusieurs reprises, j'ai pratiqué la sodomie avec mon mari. Finalement j'ai eu un entretien avec mon conseiller spirituel qui m'a dit qu'il ne fallait pas que je me sente coupable, qu'au sein d'un couple marié tout ce qui pouvait apporter du plaisir à l'autre dans l'amour, le respect et le consentement mutuel, n'était pas un péché.

Et vous qu'en pensez-vous ? Malgré ces explications, j'ai l'impression d'avoir gravement offensé le Seigneur par ma conduite.

Merci de vos réponses.
Bonjour,

Votre conscience ne vous trompe pas. Ce qu'il vous faut n'est pas un entretien, soit-il avec votre conseiller spirituel, mais une confession, après avoir pris la décision de ne plus faire ça.
A noter que le péché de la sodomie (si pratiquée entre les gens mariés) est consommé si l'acte est consommé lui même. Autrement dit, si le contact est autrement que vaginal EN VUE, et pas AU LIEU DU contact vaginal, alors ce n'est pas un péché. Par contre, s'il arrive à être consommé, c'est à dire l'acte est un substitut et non un complément d'un acte matrimonial licite, alors c'est un péché puisqu'il sépare volontairement un rapport matrimonial de sa finalité.

C'est la même chose avec la fellation ou bien avec le vice solitaire. Le bon Dieu a crée le plaisir en vue d'un but. Séparer le plaisir de son but dans le même acte c'est dire "non" au bon Dieu.

Par contre, il y a des hommes qui retrouvent leur puissance seulement après un prélude comprenant, par example, une fellation. Dans des cas pareils, avec l'accorde de leur femmes, ce n'est pas un péché, puisqu'on fait ça comme préparatif et non comme substitut du rapport matrimonial.

De même, il y a des femmes qui ne retrouvent pas entièrement leur plaisir qu'après une stimulation mécanique. Si c'est le cas et leur mari est d'accord, APRÈS et non AU LIEU DE l'acte matrimonial, un cunnilingus ou une chose pareille peut être envisagée en bonne conscience.

Voilà la différence entre "rapport matrimonial licite" et "masturbation en deux". C'est simplement mon avis.

Votre,
Altior.

Avatar de l’utilisateur
Relief
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1949
Inscription : jeu. 06 déc. 2007, 8:44
Localisation : France

Re: sodomie

Message non lupar Relief » dim. 27 oct. 2013, 19:07

La sodomie, même au sein d’un couple fidèle, c'est risquer grandement la transmission de la bactérie E coli au sein du système urinaire...et c'est loin d'être une joyeuseté lorsque la bactérie s’installe dans les canaux urinaires !

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: sodomie

Message non lupar Peccator » dim. 27 oct. 2013, 22:20

Altior,

ne croyez-vous pas qu'il serait possible d'expliquer les choses de manière plus claire ?

Parce que l'explication "le péché de sodomie est un péché s'il est consommé", il m'a quand même fallu lire et relire plusieurs fois, en faisant très attention, pour finir par comprendre que vous dites la même chose que moi...

Alors, en français contemporain accessible à des gens qui n'ont pas fait d'études religieuses : le péché, c'est quand on utilise le sexe pour prendre son pied en évitant tout "risque" d'avoir fécondation. Et ce, quelle que soit la manière de prendre son pied. On ne réduit pas le sexe à la procréation, mais on n'en retire pas non plus la procréation.


Vous dites comme ça à Coeurdejésus qu'elle doit se confesser, alors que vous n'avez aucune idée de la manière dont les choses se passent dans son couple. Aucune écoute, aucune compréhension. On coche des cases, et hop, c'est jugé. Heureusement que vous n'êtes pas confesseur...
Et au passage, cela ne vous pose visiblement aucun soucis de contredire son conseiller spirituel, que vous ne connaissez pas, et donc dont vous n'avez aucune idée ni des compétences, ni de l'expérience.



Relief : vous avez tout à fait raison. Il y a des tas d'autres risques médicaux associés à la sodomie, d'ailleurs. Mais là n'est pas la question.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Altior
Senator
Senator
Messages : 782
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: sodomie

Message non lupar Altior » dim. 27 oct. 2013, 23:58

Altior,

ne croyez-vous pas qu'il serait possible d'expliquer les choses de manière plus claire ?

Parce que l'explication "le péché de sodomie est un péché s'il est consommé", il m'a quand même fallu lire et relire plusieurs fois, en faisant très attention, pour finir par comprendre que vous dites la même chose que moi...

Alors, en français contemporain accessible à des gens qui n'ont pas fait d'études religieuses : le péché, c'est quand on utilise le sexe pour prendre son pied en évitant tout "risque" d'avoir fécondation. Et ce, quelle que soit la manière de prendre son pied. On ne réduit pas le sexe à la procréation, mais on n'en retire pas non plus la procréation.


Vous dites comme ça à Coeurdejésus qu'elle doit se confesser, alors que vous n'avez aucune idée de la manière dont les choses se passent dans son couple. Aucune écoute, aucune compréhension. On coche des cases, et hop, c'est jugé. Heureusement que vous n'êtes pas confesseur...
Et au passage, cela ne vous pose visiblement aucun soucis de contredire son conseiller spirituel, que vous ne connaissez pas, et donc dont vous n'avez aucune idée ni des compétences, ni de l'expérience.



Relief : vous avez tout à fait raison. Il y a des tas d'autres risques médicaux associés à la sodomie, d'ailleurs. Mais là n'est pas la question.
Peccator,

Premièrement: ce n'est pas nécessaire de TOUT connaître d'un couple pour savoir si un action au l'autre est un péché ou non. Il y a seulement deux questions vraiment importantes: 1) s'il y a eu un fait consommé ; 2) s'il y a eu une intention de le consommer. Si simple que ça.

Deuxièmement: lorsque j'entend que "dans un couple marié on peut tout faire" j'ai pas seulement le droit, mais le devoir de contredire, car jamais notre Sainte Eglise n'a enseigné ça. Un conseiller spirituel, à mon avis, c'est un guide pour avancer vers le beau, le vrai, le bien. Mais ceci ne sont pas de vrais conseillers spirituels, mais des aveugles qui guident d'autre aveugle vers les tourments éternels.

Troisièmement: ce n'est pas nécessaire d'être absolument sur qu'une chose est un péché pour la confesser. Le simple soupçon est suffisant. car s'il s'avère que, suite à un jugement trop scrupuleux, ce n'était pas un péché, alors tout ce qu'on risque c'est une minute du temps du confesseur. Par contre, si on se tait sur un vrai péché, alors on risque quelque chose de plus sérieux: la validité du sacrement.

Finalement: Je vous prie de noter que je n'ai pas commenté votre réponse donné à la question, mais j'ai commenté seulement la question initiale. Je vous propose de faire de même.

Elvis est mort
Censor
Censor
Messages : 81
Inscription : mer. 23 janv. 2013, 1:45

Re: sodomie

Message non lupar Elvis est mort » mar. 29 oct. 2013, 2:15

bonjour,

le prêtre catholique vous induit en erreur car la sodomie est un péché mortel, y compris entre mari et femme.
Saint Alphonse de Liguori, doit dire cela dans sa théologie morale (latin), ce docteur de l'église est la plus haute autorité morale (après le pape et les conciles évidemment)

je vous donne un extrait du traité de théologie morale de McHugh et Callan (USA
http://www.gutenberg.org/cache/epub/35354/pg35354.html
publié à New York en 1958 avec
Imprimatur
+ FRANCIS CARDINAL SPELLMAN
Archbishop of New York

New York, May 24, 1958


je vous donne la traduction google :


2534 . Luxure contre nature : - la pire parmi les péchés d'impureté , en tant que tels , sont des crimes contre nature convoitise, car ils
exercer l'acte sexuel, non seulement illicite , mais aussi d'une manière qui l'encontre du but de la reproduction. en
certains égards, non vénériennes , cependant , les péchés d'impureté naturelles peuvent être pire que le naturel , par exemple ,
l'adultère est pire en ce qui concerne l'injustice, la luxure sacrilège en ce qui concerne l'irréligion , etc Il ya quatre distinct
espèces d' anormal impuretés pollution, le coït naturel , la sodomie , la bestialité (voir Denzinger , n. 1124 ) .
( a) Pour la nature de la procréation exige copulation , et donc la pollution est contre nature , car il exerce semination
sans accouplement , soit seul ( auto-violence , vice solitaire , la masturbation ) ou avec un autre (douceur ) .
( b ) Pour la nature de la procréation exige copulation proprement dite, c'est -à-dire celui qui va permettre d'une union fertile entre
les deux éléments de la vie, le sperma et l'ovule . Par conséquent, le coït naturel n'est pas conforme à cette
nécessité , car il n'emploie pas l'organe approprié de l'union sexuelle , en remplaçant rectal pour la pénétration vaginale ,
ou encore par une certaine forme d' onanisme , naturel ou artificiel , il frustre l'acte de sa conclusion destiné . Ce péché est pire que la pollution, puisque la pollution omet d' utiliser les rapports sexuels, alors que le coït naturel positivement abuse.
( c) Par la nature de la procréation exige des rapports hétérosexuels , un état ​​ignoré par la sodomie, qui est le
commerce lubriques des hommes avec des hommes ( pédérastie , uranisme ) , ou de femelle avec femelle ( tribadism , saphisme ,
Amour lesbien ) . Ce péché est pire que le coït contre nature , car il ya une plus grande perversité de négliger l'un des deux
éléments nécessaires dans la vie que de négliger le bon processus pour leur union ( voir Genèse , XIX 24, 25; . Lev , xx 13. . ;
Rom . , I . 26, 27) ,
( d) Enfin, la nature de la procréation exige des rapports homogènes , un droit violé par la bestialité, qui est
coït d'un être humain , homme ou femme , avec un animal brute. C'est la pire des impuretés non naturelles ,
car il pèche contre la condition la plus fondamentale pour l'acte sexuel , à savoir que les participants soient de la
même nature (voir Lev . , xx . 15, 16) . Semblable à la bestialité est le crime de necrophilism ( rapports sexuels avec une
cadavre ) .

voilà le texte anglais .


2534. Unnatural Lust.—Worst among the sins of impurity, as such, are crimes of unnatural lust, for they
exercise the sexual act, not only illicitly, but also in a manner that defeats its purpose of reproduction. In
some non-venereal respects, however, natural sins of impurity may be worse than the unnatural; for example,
adultery is worse as regards injustice, sacrilegious lust as regards irreligion, etc. There are four distinct
species of unnatural impurities— pollution, unnatural coition, sodomy, bestiality (see Denzinger, n. 1124).
(a) For procreation nature requires copulation, and hence pollution is unnatural, for it exercises semination
without copulation, either alone (self-abuse, solitary vice, masturbation) or with another (softness).
(b) For procreation nature requires proper copulation, that is, one that will permit of a fertile union between
the two life elements, the sperma and the ovum. Hence, unnatural coition does not comply with this
necessity, for it does not employ the proper organ of sexual union, substituting rectal for vaginal intercourse,
or else by some form of natural or artificial onanism it frustrates the act of its destined conclusion. This sin is
553
worse than pollution, since pollution omits to use intercourse, whereas unnatural coition positively abuses it.
(c) For procreation nature requires heterosexual intercourse, a condition disregarded by sodomy, which is the
lustful commerce of male with male (pederasty, uranism), or of female with female (tribadism, sapphism,
Lesbian love). This sin is worse than unnatural coition, for it is a greater perversity to neglect one of the two
needed life elements than to neglect the right process for their union (see Gen., xix. 24, 25; Lev., xx. 13;
Rom., i. 26, 27),
(d) Finally, for procreation nature requires homogeneous intercourse, a law violated by bestiality, which is
coition of a human being, male or female, with a brute animal. This is the worst of unnatural impurities,
since it sins against the most fundamental condition for the sexual act, namely, that the participants be of the
same nature (see Lev., xx. 15, 16). Similar to bestiality is the crime of necrophilism (intercourse with a
corpse).
2535. Pol

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: sodomie

Message non lupar Peccator » mar. 29 oct. 2013, 13:07

Ce texte utilise le mot "sodomie" dans un sens ancien, celui qu'on désigne aujourd'hui par homosexualité :
( c) Par la nature de la procréation exige des rapports hétérosexuels , un état ​​ignoré par la sodomie, qui est le commerce lubriques des hommes avec des hommes (pédérastie , uranisme), ou de femelle avec femelle (tribadism, saphisme, Amour lesbien)
Cet alinéa ne s'occupe donc pas du cas discuté.

L'alinéa qui nous intéresse est donc le (b), que je retraduis histoire qu'il soit compréhensible, et surtout que la traduction ne dise pas l'inverse du texte d'origine (faire du coït naturel un péché, quelle bonne blague ! Merci Google...) ;)
La nature de la procréation requiert la copulation correcte, c'est à dire une copulation qui permette l'union fertile des deux éléments de la vie, le sperme et l'ovule. Par conséquent, le coït contre nature ne répond pas à cette nécessité, puisqu'il n'emploie pas l'organe adéquat de l'union sexuelle, soit qu'il remplace le rapport vaginal par le rapport anal, soit qu'il réalise une forme d'onanisme naturelle ou artificielle, privant par là l'acte de la fin à laquelle il est destiné.
Ce péché est pire que la pollution, puisque la pollution omet le rapport sexuel, alors que le coït contre nature en est un abus manifeste.
Le raisonnement qui sous-tend ce texte est très clair : est péché tout ce qui amène à l'émission de sperme d'une manière qui empêche la fécondation.


Je ne peux que m'interroger sur ce que les auteurs du texte savent concrètement de ce qui se passe pendant un rapport sexuel. Il semble que tout ce qui compte, ce soit le moment de l'émission de sperme. Hors il se passe quand même beaucoup d'autres choses !
On a vraiment l'impression qu'ils s'imaginent qu'à partir du moment où Papa fourre son engin dans Maman, paf, ça y est, c'est fini... Quid des préliminaires ? Quid de toutes ces pratiques érotiques qui permettent de vivre concrètement, dans son corps, ce qu'est le don de soi à l'autre, de ressentir dans les fibres de son corps ce que peut être la communion de l'esprit ?

Et que de discours tortueux pour ne rien dire d'autre que ceci : on ne doit pas prendre son pied en évitant toute possibilité de fécondation. Mais je ne vois vraiment pas où la morale condamnerait des jeux érotiques qui s'inscrivent dans le cadre d'un acte sexuel durant plus de 20 secondes, acte où le "moment clé" de l'émission de sperme se ferait selon la nature.

(et là, nous n'avons tout simplement pas assez d'infos sur la vie intime de Coeurdejésus et de son mari, et je ne tiens nullement à en avoir : elle est assez grande pour savoir ce qu'elle fait et comprendre comment appliquer la "règle" à leur cas).



Il serait bon de commencer à intégrer dans le discours officiel que certes, la nature de la procréation implique la possibilité de la fécondation, mais que la nature du sexe inclue la procréation, mais ne s'y limite pas. Réduire le sexe à la procréation, c'est à mon avis presque aussi grave que de retirer la procréation de la sexualité. Il serait bon de commencer à dire aux catholiques que le sexe n'est pas le mal absolu, mais est une chose belle et sainte, et que c'est justement parce qu'elle est sainte qu'il ne faut pas la pervertir.
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

Elvis est mort
Censor
Censor
Messages : 81
Inscription : mer. 23 janv. 2013, 1:45

Re: sodomie

Message non lupar Elvis est mort » jeu. 31 oct. 2013, 15:06

réponse à Peccator :

ni saint thomas d'aquin, ni saint ALphonse de liguori, ni Mc Hugh et callan, ni Vitrant, ni Héribert Jone ne désapprouvent les attouchements qui préparent et favorisent la pénétration et la qualité sensorielle de l'union conjugale,
un des impératifs est que le sperme ne soit éjaculé que dans le vagin. La majorité des théologiens enseignent que l'éjaculation dans la bouche, dans l'anus, dans les draps, dans la main, ou tout autre endroit que le vagin est un péché mortel pour la grâce sanctifiante.

l'anus contient toujours un résidu de matières fécales aux dires mêmes des gens que je connais, et qui sont adeptes déclarés de la sodomie,

la médecine enseigne que quiconque, après avoir sodomisé sa femme, la pénètre par le vagin, a une forte probabilité de la contaminer en raison de la flore qui vit dans l'anus

la musculature de l'anus est décrit par la science actuelle comme une musculature entièrement et uniquement organisée pour l'expulsion des matières


fait-il que le médecin ait eu toutes les maladies pour pouvoir efficacement soigner ?
faut il que le théologien ait commis tous les actes sexuels et tous les péchés sexuels pour savoir ce que l'évangile, la tradition et le magistère de l'église enseigne en matière de sexualité ? non

la sodomie est très majoritairement condamnée par les catholiques comme contraire à la dignité humaine et comme constituant un péché mortel pour la grâce sanctifiante

l'anus et le rectum servent à expulser les matières fécales
et non à améliorer la qualité des relations sexuelles
telle est le point de vue catholique

l'étroitesse recherchée par les adeptes de la sodomie peut être obtenue par les exercices de Kegel
cette musculation améliore la qualité des relations sexuelles
en même temps qu'elle est compatible avec la dignité humaine et la vision chrétienne de la sexualité

réponse à la personne qui aimerait avoir l'avis d'un prêtre :
aucun prêtre n'a le droit de déformer l'enseignement de l'église catholique romaine, il a le devoir grave de se former
aux meilleurs sources (saint Alphonse de Liguori) et chez les théologiens moralistes reconnus et approuvés par l'église

Peccator
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 2234
Inscription : mar. 10 sept. 2013, 21:38
Localisation : Près de Paris

Re: sodomie

Message non lupar Peccator » ven. 01 nov. 2013, 16:57

La majorité des théologiens enseignent que l'éjaculation dans la bouche, dans l'anus, dans les draps, dans la main, ou tout autre endroit que le vagin est un péché mortel pour la grâce sanctifiante.
Il me semble que la clé est là : où a lieu l'éjaculation, et non ce qu'on fait avec son partenaire en cours de route.

l'anus contient toujours un résidu de matières fécales aux dires mêmes des gens que je connais, et qui sont adeptes déclarés de la sodomie,
La sodomie est une pratique à risque pour la santé. Je ne comprend pas que ce ne soit plus une évidence : l'anus, c'est caca.

Mes compétences théologiques sont insuffisantes pour me permettre d'en déduire que puisque c'est un risque, alors c'est un péché.



fait-il que le médecin ait eu toutes les maladies pour pouvoir efficacement soigner ?
Evidemment non : mais les médecins experts de certains sujets ne sont pas forcément ceux qui en parlent le plus clairement au grand public. Les ouvrages de morale tels que celui cité plus haut sont très clairs pour des experts en morale chrétienne, mais ils me semblent totalement incompréhensible au vulgus pecus. Et aujourd'hui où l'on parle quand même beaucoup plus librement de ces questions que dans les années 50, il me semble qu'on peut aussi donner des réponses plus explicites, dans le langage même utilisé par ceux qui se posent la question.

Par ailleurs, je pense n'être pas le seul à avoir l'impression en lisant ce passage que les auteurs, et à travers eux l'Eglise, ne se pose la question du sexe que sous l'aspect procréation, et néglige totalement la vie de couple et la manière dont y contribue la sexualité.

Ceci étant, quand un médecin me parle de ma maladie, je n'accueille pas ses propos de la même manière selon que j'ai l'impression qu'il me parle d'un cas théorique, qui se limiterait à symptômes-diagnostic-traitement, ou qu'il s'adresse à ma personne dans toutes ses dimensions, et donc aux répercussions de ma maladie et de son traitement sur le reste de ma vie.
Mais cela ne me gène en rien que pour éclairer son diagnostic ou décider du traitement, il se réfère à des ouvrages théoriques qui ne s'occupent que des aspects "techniques" de ma maladie.


Par contre, oeuvrer explicitement à instaurer le doute dans la relation entre un chrétien et son directeur spirituel, sans avoir de solides raisons (et en l'occurence, nous ne pouvons pas avoir ces raisons, puisque nous ne savons presque rien), ça ne me parait pas bien brillant comme manière d'agir...
Non pas ce que je veux, mais ce que Tu veux. Mc 14, 36

nijiad
Censor
Censor
Messages : 151
Inscription : ven. 21 sept. 2012, 14:24

Re: sodomie

Message non lupar nijiad » dim. 03 nov. 2013, 12:12

Votre conseiller spirituel, qui vous connaît et que vous avez certainement choisi parce qu'il vous inspirait confiance, vous a dit ce qu'il en pensait lorsque vous l'avez sollicité.

Pourtant, vous n'êtes pas en paix.

Ne croyez-vous pas que c'est à lui qu'il faudrait en reparler, plutôt que de venir chercher des réponses ici ? Cela me paraît plus important d'éclaircir les raisons de votre doute que de savoir ce que l'Église a écrit noir sur blanc au cours des siècles sur cette question.

patgauche
Ædilis
Ædilis
Messages : 34
Inscription : ven. 16 nov. 2012, 0:21

Re: sodomie

Message non lupar patgauche » dim. 03 nov. 2013, 23:25

Aujourd'hui, j'ai décidé d'aller me confesser pour me soulager d'un gros poids. En effet, à plusieurs reprises, j'ai pratiqué la sodomie avec mon mari. ...Malgré ces explications, j'ai l'impression d'avoir gravement offensé le Seigneur par ma conduite.
La sodomie est en effet un acte dégradant qui détruit notre dignité d’enfants de Dieu. Tout ce qui tue l'Esprit ne vient pas de Dieu et tout ce qui ne vient pas de Dieu doit être rejeté à tout prix.

Félicitations pour votre décision de vous confesser! Ca prend beaucoup de courage, d’humilité et de foi pour confier à un prêtre ces fardeaux qui nous pèsent tant. Comme le dit si bien Jésus: Venez a moi, vous tous qui peinez sous le fardeau, et moi je vous donnerez du repos. Ainsi, une fois l’absolution reçu, vous pouvez allez en paix et retourner auprès de Jésus en toute quiétude.

Elvis est mort
Censor
Censor
Messages : 81
Inscription : mer. 23 janv. 2013, 1:45

Sodomie entre mari et femme condamnée par la théologie

Message non lupar Elvis est mort » lun. 04 nov. 2013, 13:58

dans le Cours de Théologie Morale, polycopié N°15
sur "La Vie sexuelle La Chasteté" par Père Marie-Michel LABOURDETTE, (dominicain), on trouve ceci :

page 214 : "on doit refuser jusqu'à la mort, la sodomie entre époux, car l'acte est vicié dès le début, des deux côtés"


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invités