Suis-je propriétaire de ma vie; à quelques pas d'une greffe

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
Avatar de l’utilisateur
René
Barbarus
Barbarus

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par René » sam. 24 sept. 2011, 3:37

Bonjour AnneT
Vous mettez le doigt sur le plus important; ce que notre Seigneur peut faire au sein d'une âme !!
Ce qui m'impressionne le plus, c'est la tranquillité, la sérénité que cela apporte à certains moments.
Une maîtresse parole: "Que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel !"....
Se laisser aller dans la plus totale des confiances.Simplement dire au Christ que si c'est le moment, et, bien c'est le moment.
Depuis quelques temps, je commence à découvrir le sens profond et absolument extraordinaire du don de la souffrance, du don à l'autre et pour l'autre.
De la volonté au travers de ce qui est mon expérience que donner et de demander au Seigneur quoi donner !
Je crois que la venue de Christ parmi nous n'est pas le fruit du "hasard" !! évidemment !!
Rien n'est hasard dans tout ce qui a été laissé.
Jésus a embrassé la totalité de la condition humaine, les joies et les peines.Mon devoir d'homme et de chrétien, est d'essayer de vivre à mon niveau, ce don fantastique qui nous a été fait.
Mon rôle est de témoigner que même et peut-être surtout, que dans la peine ou la maladie, Jésus est omniprésent !!
Le travail, si je peux dire, que fait la foi en mon être, me dépasse un peu parfois !!
Mais, je peux dire que Christ est présent, qu'il illumine ma vie intérieure.
Je me sens parfois comme écrasé par l'amour du Seigneur et possède alors une extraordinaire envie de prier pour l'autre et en particulier celui qui est dans la souffrance.
Non, la souffrance de celui qui est miné par le cancer, la souffrance de ce père qui perd un enfant, la souffrance de ce même enfant meurtri par les chimiothérapies, non, toutes ces souffrances ont un sens.
Christ est venu pour nous montrer qu'à la notion de souffrance, était attaché une notion de rédemption et, deuxièmement, que nous pouvions offrir cette même souffrance à l'autre.
Accepter de souffrir, d'être malade, qu'importe le tableau, et se dire, être convaincu que cela n'est pas la finalité, bien sur, mais, ""simplement"", un aspect de condition humaine (dont Jésus a "fait" le tour).
Il nous faudrait peut-être simplement réaliser que la souffrance est une partie inhérente à la condition humaine !!!!
Nous ne trouvons rien à dire quand nous sommes heureux et en bonne santé mais dés que la difficulté survient, nous sommes prêts à accuser de tous les maux le créateur, le destin etc...un peu d'objectivité !
Il ne faut pas penser que la souffrance est une nécessité !! Jésus a combattu la maladie, la mort; mais il nous dit aussi que quand la croix est là, et bien, il faut la porter !!
Je tente de prendre mes petits maux avec lucidité !
Christ me donne le courage dit-on, je dirai qu'il me donne simplement la foi !
Il y a bien sur, un travail, un effort personnel quel de s’élever au-dessus de ce quotidien; c'est pas facile, certes, mais que c'est gratifiant !!
On ne peut avoir le beurre et l'argent du beurre dans des délais records; c'est bien à la mode, mais je ne suis pas sur que ce soit le bon moyen ...
Je prie et remercie !J'ai la meilleure des compagnes,c'est la foi !!
Bien des gens sont en souffrance et ne peuvent témoigner de ce qu'ils vivent; je pensent à eux !
Merci de votre intérêt Anne et bonne continuation
René

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3171
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par Griffon » sam. 24 sept. 2011, 9:02

Bonjour René,

Quelle joie de vous relire.
Vraiment le Seigneur est grand !

Comme le dit le psaume : " quel dieu est grand comme Dieu ! "
Il dépasse tellement ce qu'on pourrait nous imaginer.

Et merci pour votre témoignage,
auprès de nous et dans le petit monde de la clinique,

Griffon.
Jésus, j'ai confiance en Toi,
Jésus, je m'abandonne à Toi.
Mon bonheur est de vivre,
O Jésus, pour Te suivre.

Avatar de l’utilisateur
René
Barbarus
Barbarus

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par René » sam. 24 sept. 2011, 12:21

Bonjour Griffon !
Oui, le Seigneur est grand et notre esprit peine à concevoir cette grandeur parfois !
Votre pensée pour ""le petit monde de la clinique"" me touche.
En effet ,sans que ces personnes fassent la une de l'actualité, il y a une véritable équipe dont le but est de guérir, de soigner, de consoler.
Quand une petite aide-soignante vient me souhaiter bonne nuit en quittant le service, vous avez une idée de la gentillesse et de l'investissement de ces personnes !
Je dialogue beaucoup avec l'équipe et tente de parler du Seigneur et, apparemment, cela porte à la réflexion !!
Ces ""petites mains"" de la médecine ont une âme; au travers d'une attitude respectueuse et sincère, les coeurs s'ouvrent et la surprise est parfois grande !
De même avec les infirmières et avec les médecins !!!
La foi, ma foi, a un caractère d'universalité; c'est une "école" de tolérance et d'approche de l'autre.Je n'aime pas quelqu'un parce qu'il est blanc, universitaire ou balayeur au Guatemala, mais parce qu'il est humain !
Mon cher Griffon, votre propos est toujours bien intentionné, et, c'est cela qui compte et la raison, ainsi que d'autres sur ce forum, vous avez mon estime et mon amitié !
Le personnel du monde médical comme toutes les sphères de l'activité humaine, a ses brebis galeuse ! Bien sur !
Mais quand on a la chance de voir naître la compassion, la sympathie, l'investissement personnel, et parfois la foi; il faut s'en imprégner, s'immerger au sein de ces réalités et laisser parler son coeur.
Nous sommes abreuvés de mauvaises nouvelles de toute nature; mais, que diable, il n'y a pas que cela !!
Voyez comme Christ a parfois été surpris par la foi de certains !
Il faut, je crois, rester attentif aux autres en de multiples circonstances !La surprise est parfois bonne !
Bien à vous Griffon, en vous souhaitant une bonne journée.
René

Avatar de l’utilisateur
Göreme
Censor
Censor
Messages : 154
Inscription : jeu. 03 mars 2011, 20:44
Localisation : Alsace

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par Göreme » sam. 24 sept. 2011, 13:27

Bonjour René,

Et merci, grand merci de votre témoignage. C'est magnifique de vous lire, et de voir combien votre foi vous permet d'appréhender toutes les vicissitudes de la maladie. Vous êtes l'exemple vivant que le Christ est bien parmi nous. Et que c'est en son sein que nous pouvons toujours trouver refuge.

Merci aussi pour toutes vos prières à notre encontre. Contrairement aux vôtres, je pense au fond de moi, que mes prières à moi sont bien plus faciles. Mais soyez assuré, je continuerai à prier pour vous et vos proches, notamment au cours de la messe papale demain matin.
" Pour moi la prière, c'est un élan du cœur, c'est un simple regard jeté vers le ciel, c'est un cri de reconnaissance et d'amour au sein de l’épreuve comme au sein de la joie; enfin c'est quelque chose de grand, de surnaturel qui me dilate l'âme et m'unit à Jésus "
Ste. Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face

Avatar de l’utilisateur
René
Barbarus
Barbarus

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par René » dim. 25 sept. 2011, 7:07

Merci Gôreme de votre propos
mais, d'autres que moi sur ce forum témoigne de leur foi et de la réalité du Seigneur.
Je viens de lire avec émotion la réponse d'Isabelle47 à Linette sur ce fil ""soutien dans l'épreuve"" et au sujet d'une perte de foi.
La foi était partie et elle est revenue dans l'épreuve, et, perdure malgré les embûches !
Merci Isabelle, à vous aussi , de dire votre espérance !
Il est étonnant de voir, lire, ressentir tous les messages d'espoir qui peuvent concrétiser, exprimer la puissance du Seigneur !!
J'ai beaucoup de chance mon cher Gôréme et j'en suis trés conscient !
Mon "rôle" consiste, comme à d'autres, à dire la puissance de l'amour de Dieu; vous avez reçu le message et j'en suis vraiment heureux !!
Maintenant, c'est à un ou une autre de prendre le relai et ainsi de suite....
N'est ce point là un mode d'expression de notre foi commune ?
Ne sommes nous pas d'une certaine façon que des relais, des maillons chargés de dire aux autres, à nos frères et soeurs, que Dieu est réalité ?
Je vous salue bien amicalement Goréme
René

Avatar de l’utilisateur
NinaC
Censor
Censor
Messages : 179
Inscription : lun. 18 juil. 2011, 23:30
Localisation : Paris

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par NinaC » lun. 26 sept. 2011, 17:43

Contente de vous revoir par ici René... quel beau témoignage de Foi !!
Gardez courage et force ! :fleur:
« Je veux passer mon Ciel à faire du bien sur la terre jusqu’à la fin du monde. » (JEV, 85).
Ste Thérèse de Lisieux

"Charité sans vérité n'est que laxisme, vérité sans charité n'est que dureté."


"Père, je m'abandonne à toi
Fais de moi ce qu'il Te plaira...
Je remets mon âme entre tes mains"
(Bx Charles de Foucault)

Avatar de l’utilisateur
Théo d'Or
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 470
Inscription : sam. 12 sept. 2009, 23:33
Localisation : Ici

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par Théo d'Or » lun. 03 oct. 2011, 16:51

:coeur: René :ciao:
En recherche...

Avatar de l’utilisateur
René
Barbarus
Barbarus

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par René » mar. 04 oct. 2011, 15:23

Bonjour Théo D'Or
merci du coucou !!
Je n'ai pu répondre plus tôt du fait d'une ré-hospitalisation le 26 septembre pour cause de bronchospasme; je suis sorti hier matin !
Quant à la question qui a valu cette discussion, je vois comme convenu le service de chirurgie thoracique susceptible de me greffer le 17 octobre et pars ensuite dans une clinique spécialisée en maladie respiratoire le 25 et,ce, pour une probable longue durée.
J'ai donc décidé de recourir au savoir humain afin de prolonger ma vie sur terre.
Il me semble même que c'est un devoir d'homme, de père et d'époux et, peut-être même, de chrétien !!
Se laisser aller me conduirait à la mort de façon certaine; n'y aurait-il pas là une forme de suicide ??
D'autre part, une greffe ne constitue pas une mauvaise action ?!
Au total, je crois que le Seigneur ne voit pas d'un ""mauvais oeil"" la progression du savoir humain; tout est dans son utilisation...voila donc pour la question de la greffe !
Par contre, mon séjour à la clinique me pose la question de savoir jusqu’où aimer son prochain ????
Depuis quelques temps pour cause de travaux; il y a de nombreux lits de gériatrie en pneumologie, ce qui m'a valut de voir des scènes pas très réjouissantes.
Quelques pas dans le couloir me permette de voir cette dame très âgée,dans le plus simple appareil, traînant un drap et se levant des toilettes, toutes souillées et le regard vide.
Cette autre qui hurle au feu un peu à tout moment de la nuit ou du jour; une pareille qui insulte l’infirmière; la énième qui demande le pot avec force démonstrations....mon voisin de chambre semble faire des choses pas très propres avec mes affaires de toilettes, ce n'est pas grave, la période est exceptionnelle !!
Je ne suis ni écoeuré, ni en colère, ni même indisposé envers ces personnes; ce n'est pas là l'oeuvre du Seigneur !!
Je regarde une fois de plus, le personnel qui répond sans s'énerver, avec professionnalisme mais aussi humanité !
Je prie le Seigneur de soulager un ou une telle de ses maux, de lui ménager une bonne nuit, que sais je...
Je me pose une question qui revient souvent; ne devrais je pas, du fait de ma sincérité, demander au Seigneur de me faire porter la croix de l'autre ??
Ne serait-ce pas là, la preuve la plus ultime de ma foi, de la foi ??
Je pense que Jésus ne nous demande pas de souffrir; mais de porter notre croix quand elle est là !Bien !
Mais, si je veux aller au bout de ma foi, de mon amour d'autrui; ne faudrait-il pas être prêt, volontaire, pour prendre sa souffrance ?
Je ""m'arrange"" avec mes petits soucis; il y aurait sans doute de la place pour d'autres...
Je me suis trouvé d'une très grande lâcheté au bout du compte ! J'ai simplement eu peur d'être exaucé en quelques sortes et j'y songe souvent depuis quelques jours !
Ma seule excuse consiste dans le fait de ne pas être en forme ! Mais moralement, je ne suis pas très à l'aise dans la mesure ou j'ai l'impression de faire la moitié du chemin !
La maladie ne me gêne plus sur le plan personnel, d'un point de vue intellectuel; le physique, c'est autre chose...
Mais celle des autres, je la vis mal et comme tout un chacun, j'aimerai soulager et je n'ai que la prière !
Mais, jusq'ou ? Je crois que je n'ai pas à prendre le mal de l'autre, mais le doute est dans mon esprit !!
Quel est votre avis ??
Bien à vous
René

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par PriereUniverselle » mar. 04 oct. 2011, 18:44

René a écrit :Bonjour Théo D'Or
merci du coucou !!
Je n'ai pu répondre plus tôt du fait d'une ré-hospitalisation le 26 septembre pour cause de bronchospasme; je suis sorti hier matin !
Quant à la question qui a valu cette discussion, je vois comme convenu le service de chirurgie thoracique susceptible de me greffer le 17 octobre et pars ensuite dans une clinique spécialisée en maladie respiratoire le 25 et,ce, pour une probable longue durée.
J'ai donc décidé de recourir au savoir humain afin de prolonger ma vie sur terre.
Il me semble même que c'est un devoir d'homme, de père et d'époux et, peut-être même, de chrétien !!
Se laisser aller me conduirait à la mort de façon certaine; n'y aurait-il pas là une forme de suicide ??
D'autre part, une greffe ne constitue pas une mauvaise action ?!
Au total, je crois que le Seigneur ne voit pas d'un ""mauvais oeil"" la progression du savoir humain; tout est dans son utilisation...voila donc pour la question de la greffe !
Par contre, mon séjour à la clinique me pose la question de savoir jusqu’où aimer son prochain ????
Depuis quelques temps pour cause de travaux; il y a de nombreux lits de gériatrie en pneumologie, ce qui m'a valut de voir des scènes pas très réjouissantes.
Quelques pas dans le couloir me permette de voir cette dame très âgée,dans le plus simple appareil, traînant un drap et se levant des toilettes, toutes souillées et le regard vide.
Cette autre qui hurle au feu un peu à tout moment de la nuit ou du jour; une pareille qui insulte l’infirmière; la énième qui demande le pot avec force démonstrations....mon voisin de chambre semble faire des choses pas très propres avec mes affaires de toilettes, ce n'est pas grave, la période est exceptionnelle !!
Je ne suis ni écoeuré, ni en colère, ni même indisposé envers ces personnes; ce n'est pas là l'oeuvre du Seigneur !!
Je regarde une fois de plus, le personnel qui répond sans s'énerver, avec professionnalisme mais aussi humanité !
Je prie le Seigneur de soulager un ou une telle de ses maux, de lui ménager une bonne nuit, que sais je...
Je me pose une question qui revient souvent; ne devrais je pas, du fait de ma sincérité, demander au Seigneur de me faire porter la croix de l'autre ??
Ne serait-ce pas là, la preuve la plus ultime de ma foi, de la foi ??
Je pense que Jésus ne nous demande pas de souffrir; mais de porter notre croix quand elle est là !Bien !
Mais, si je veux aller au bout de ma foi, de mon amour d'autrui; ne faudrait-il pas être prêt, volontaire, pour prendre sa souffrance ?
Je ""m'arrange"" avec mes petits soucis; il y aurait sans doute de la place pour d'autres...
Je me suis trouvé d'une très grande lâcheté au bout du compte ! J'ai simplement eu peur d'être exaucé en quelques sortes et j'y songe souvent depuis quelques jours !
Ma seule excuse consiste dans le fait de ne pas être en forme ! Mais moralement, je ne suis pas très à l'aise dans la mesure ou j'ai l'impression de faire la moitié du chemin !
La maladie ne me gêne plus sur le plan personnel, d'un point de vue intellectuel; le physique, c'est autre chose...
Mais celle des autres, je la vis mal et comme tout un chacun, j'aimerai soulager et je n'ai que la prière !
Mais, jusq'ou ? Je crois que je n'ai pas à prendre le mal de l'autre, mais le doute est dans mon esprit !!
Quel est votre avis ??
Bien à vous
René

C'est peut-être se rapprocher de Jésus en restant à l'écoute des souffrances d'autrui, malgré les siennes propres et partager les épreuves que vous traversez les uns et les autres avec la compassion et l'amour les uns pour les autres . Dans la douleur vous vous ressemblez, chacun avec sa croix à porter. Saisissez la main de Jésus qui vient à votre secours à chaque moment dont vous sentirez le besoin, ne lui lachez jamais la main, et laissez La Vierge Marie vous réconforter au coeur de vos prières. Dans les pires situations que l'on puisse rencontrer au cours d'une vie, sachez que vous n'êtes pas seul, parce que Dieu est attentif, chacun est un bien précieux à ses yeux. Courage ! Nous prions pour vous et tous les malades de votre établissement.

salésienne05
Senator
Senator
Messages : 681
Inscription : lun. 06 juin 2011, 19:51
Localisation : Alpes-Maritimes/Hautes-Alpes

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par salésienne05 » mer. 05 oct. 2011, 14:39

Cher René,

C'est une joie de vous lire ! Restez dans le Sacré Coeur de Jésus et soyez sûr qu'Il vous inspirera dans vos rencontres à l'hôpital. Il ne vous appartient pas de savoir si vous devez porter telle ou telle croix... "Seigneur, je n'ai pas le coeur fier ni le regard ambitieux. Je ne poursuis ni grands desseins, ni merveilles qui me dépassent. Non, mais je tiens mon âme égale et silencieuse ; mon âme est en moi comme un enfant, comme un petit enfant contre sa mère. Attends le Seigneur Israël, maintenant et à jamais." (Psaume 130).

J'ai bien prié pour vous et pour tout le personnel soignant (qui reçoit si peu de gratification pour le travail qu'il accomplit) ces derniers jours où mon fils a encore été hospitalisé. Les croyants ont de la chance : ils portent toujours la vie dans un univers de mort. Les autres le voient forcément. Dans le service d'oncologie pédiatrique, seuls les parents qui ont la foi continuent de vivre pleinement. Les autres survivent simplement. Quelle douce présence que celle du Christ à nos côtés !

Je vous comprends tellement...

Pouvez-vous communier tous les jours ?

En union de prière mon cher René. Que Dieu vous comble de sa Joie :coeur:

Cécile

Avatar de l’utilisateur
Théo d'Or
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 470
Inscription : sam. 12 sept. 2009, 23:33
Localisation : Ici

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par Théo d'Or » jeu. 06 oct. 2011, 0:58

[+] Texte masqué
René a écrit :Bonjour Théo D'Or
merci du coucou !!
Je n'ai pu répondre plus tôt du fait d'une ré-hospitalisation le 26 septembre pour cause de bronchospasme; je suis sorti hier matin !
Quant à la question qui a valu cette discussion, je vois comme convenu le service de chirurgie thoracique susceptible de me greffer le 17 octobre et pars ensuite dans une clinique spécialisée en maladie respiratoire le 25 et,ce, pour une probable longue durée.
J'ai donc décidé de recourir au savoir humain afin de prolonger ma vie sur terre.
Il me semble même que c'est un devoir d'homme, de père et d'époux et, peut-être même, de chrétien !!
Se laisser aller me conduirait à la mort de façon certaine; n'y aurait-il pas là une forme de suicide ??
D'autre part, une greffe ne constitue pas une mauvaise action ?!
Au total, je crois que le Seigneur ne voit pas d'un ""mauvais oeil"" la progression du savoir humain; tout est dans son utilisation...voila donc pour la question de la greffe !
Par contre, mon séjour à la clinique me pose la question de savoir jusqu’où aimer son prochain ????
Depuis quelques temps pour cause de travaux; il y a de nombreux lits de gériatrie en pneumologie, ce qui m'a valut de voir des scènes pas très réjouissantes.
Quelques pas dans le couloir me permette de voir cette dame très âgée,dans le plus simple appareil, traînant un drap et se levant des toilettes, toutes souillées et le regard vide.
Cette autre qui hurle au feu un peu à tout moment de la nuit ou du jour; une pareille qui insulte l’infirmière; la énième qui demande le pot avec force démonstrations....mon voisin de chambre semble faire des choses pas très propres avec mes affaires de toilettes, ce n'est pas grave, la période est exceptionnelle !!
Je ne suis ni écoeuré, ni en colère, ni même indisposé envers ces personnes; ce n'est pas là l'oeuvre du Seigneur !!
Je regarde une fois de plus, le personnel qui répond sans s'énerver, avec professionnalisme mais aussi humanité !
Je prie le Seigneur de soulager un ou une telle de ses maux, de lui ménager une bonne nuit, que sais je...
Je me pose une question qui revient souvent; ne devrais je pas, du fait de ma sincérité, demander au Seigneur de me faire porter la croix de l'autre ??
Ne serait-ce pas là, la preuve la plus ultime de ma foi, de la foi ??
Je pense que Jésus ne nous demande pas de souffrir; mais de porter notre croix quand elle est là !Bien !
Mais, si je veux aller au bout de ma foi, de mon amour d'autrui; ne faudrait-il pas être prêt, volontaire, pour prendre sa souffrance ?
Je ""m'arrange"" avec mes petits soucis; il y aurait sans doute de la place pour d'autres...
Je me suis trouvé d'une très grande lâcheté au bout du compte ! J'ai simplement eu peur d'être exaucé en quelques sortes et j'y songe souvent depuis quelques jours !
Ma seule excuse consiste dans le fait de ne pas être en forme ! Mais moralement, je ne suis pas très à l'aise dans la mesure ou j'ai l'impression de faire la moitié du chemin !
La maladie ne me gêne plus sur le plan personnel, d'un point de vue intellectuel; le physique, c'est autre chose...
Mais celle des autres, je la vis mal et comme tout un chacun, j'aimerai soulager et je n'ai que la prière !
Mais, jusq'ou ? Je crois que je n'ai pas à prendre le mal de l'autre, mais le doute est dans mon esprit !!
Quel est votre avis ??
Bien à vous
René
"Je crois que je n'ai pas à prendre le mal de l'autre, mais le doute est dans mon esprit !!
Quel est votre avis ??"


Ouille ouille, c'est un de mes grandes questions. Et je vais être très mauvaise pour répondre dans la mesure où je suis une grande instable qui va facilement s'enfermer dans l'extrême inverse par un affreux effet de rebond (je me protège trop de l'autre tout en continuant à somatiser dès que... Bref, bref, c'est compliqué) Je laisse les autres répondre, c'est mieux :cool:

Cela dit, je suis ravie que vous ayez pu prendre une décision éclairée pour la suite de votre chemin: c'était quand même une sacrée grosse question pour vous! Pour le reste, comme toujours, je vous envoie soutien et prières (de celui qui prie pour moi, comme d'habitude :cool: ) :coeur:

Cordialement,

Théo d'Or
En recherche...

Avatar de l’utilisateur
René
Barbarus
Barbarus

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par René » jeu. 06 oct. 2011, 8:35

Bonjour PriereUniverselle
merci pour votre généreux avis, vos propos sont toujours pleins d'amour pour autrui !!

ThéoD'or
bonjour et merci aussi pour votre avis !!
En effet, votre propos me semble confus !! mais ce que je retiens , c'est la générosité de votre intention !! et, cela, ça n'a pas de prix !!

Bonjour Salésienne05
merci du psaume 130 !!
Ce que je retiens aussi dans votre remarque, c'est le fait que seul le chrétien porte la vie dans un univers de mort ! et, cela, je le vis, c'est absolument phénoménal !!!!!
Je vois vraiment la différence entre mon ""ressenti"" et celui des personnes qui n'ont pas la foi !
Je vis donc "bien" mes petits soucis, mais, aussi, cela interpelle les autres !
A bientôt
René

Avatar de l’utilisateur
PriereUniverselle
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1342
Inscription : jeu. 28 avr. 2011, 4:01

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par PriereUniverselle » ven. 07 oct. 2011, 1:39

Prière pour toutes les familles dans l'épreuve douloureuse de la Maladie !

Vous, Ô Dieu, si généreux, nous vous exprimons notre complète gratitude accompagnant ces moments inestimables que vous voulez bien nous accorder par votre présence au milieu de nous, et l'espérance que vous faîtes fleurir dans notre cœur afin de nous garder par la Foi vaillante ! Vous de qui vient toute paternité au ciel et sur la terre.

Vous, Père si aimant, qui êtes Amour et Vie, si obligeant à nous réconforter lorsque nous faiblissons, permettez sur cette terre, par votre Fils, Jésus Christ, " né de la Très Sainte Vierge Marie", et par l'Esprit Saint, source de charité divine, que chaque famille humaine devienne un vrai sanctuaire de la vie et de l'amour pour les générations qui se renouvellent sans cesse, surtout dans les moments où notre santé chancelle !

Face à l'adversité qui chamboule parfois nos certitudes, Nous demandons que Votre Sainte Grâce oriente les pensées, les actions des époux , des parents, des enfants, et de tous nos malades afin de tisser des chaînes de prières en communion pour former une immense toile d'amour permettant de se soutenir mutuellement dans les difficultés afin que chacun puisse y puiser la force nécessaire de la Foi malgré l'adversité qui les frappe sur leur lit d'hôpital, et qui leur permette de rester soudé pour le plus grand bien de leurs familles, et de celles du monde entier.

Nous prions aussi pour les Jeunes générations. Qu'elles trouvent dans leur famille le soutien inébranlable et indispensable qui les rendent toujours plus courageux et solidaire à s'entraider humainement et les fasse croître dans la vérité et dans l'amour.

Pour ceux qui se préparent à rejoindre notre Seigneur Jésus par un veuvage, que l'amour du tout puissant s'affermisse à travers la grâce que leur procure leur sacrement de mariage au long cours de leur vie. Qu'ils soient plus fort que toutes les faiblesses, les doutes, et toutes les crises que peuvent traverser parfois nos familles, au seuil du départ pour les conduire vers Dieu le Père.

Enfin, nous vous demandons, par l'intercession de la Sainte Famille de Nazareth, d'accorder au monde, la satisfaction qu'en toutes les nations de la terre, l'Église puisse accomplir avec fruit sa mission dans les familles et par les mouvements des familles, Vous qui resplendissez de la Vie, La Vérité et l'Amour dans l'unité du Fils et du Saint-Esprit.

Amen.

salésienne05
Senator
Senator
Messages : 681
Inscription : lun. 06 juin 2011, 19:51
Localisation : Alpes-Maritimes/Hautes-Alpes

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par salésienne05 » sam. 22 oct. 2011, 18:23

Cher René,

Bonne fête avec quelques jours de retard... Ne deviez-vous pas avoir un RDV important ces jours-ci ?

Toutes mes prières vous accompagnent vous et votre famille.

Cécile

Avatar de l’utilisateur
erminig
Censor
Censor
Messages : 98
Inscription : sam. 28 juil. 2007, 22:45

Re: Suis je propriétaire de ma vie ; à quelques pas d'une gr

Message non lu par erminig » mer. 26 oct. 2011, 1:48

Cher René,

Tout d'abord: courage.
Je ne peux que vous parler de ce que j'ai vu en service de réanimation concernant des greffes comme celle qui peut vous être proposée.

Plus je vous lis, plus j'ai l'impression que le poids de l'intervention n'est pas la greffe en elle-même mais le risque opératoire d'y laisser votre peau.
C'est peut-être un peu abrupt, ou brut de décoffrage mais enfin, on en est bien là: ai-je le droit de prendre la décision d'un soin qui me parait extraordinaire, quand, dans l'absolu, je ne suis tenu qu'à l'ordinaire, et puis tout de même franchir le pas.

Cette décision n'appartient qu'à vous, vous semble-t-il.
Je n'ai pas grand chose à vous décortiquer en guise de réponse. Mais je peux simplement vous donner ce témoignage:
Si vous chercher sur le forum, j'y parle de notre dernier enfant. nous avons dû prendre à plusieurs reprises des décisions de soins extrêmement difficile. Dès la naissance, par exemple: fallait-il accepter un déclenchement, qui permettait à une équipe spécialisée de le prendre en charge si c'était possible, chirurgicalement, alors qu'en soit, s'il devait mourir, cela abrégeait son temps de vie? Lorsqu'il a subi l'une de ses interventions à coeur ouvert, nous avons été temporairement en service de réanimation adulte, où il y avait deux lits de pédiatrie. Dans le box d'à côté, il y avait une jeune femme atteinte de mucovicidose qui venait de subir une double greffe: les deux poumons et le foie. Elle respirait librement ... pour la première fois depuis bien des années. Et l'opération a marché. D'une fratrie nombreuse, deux de ses frères, qui n'avaient pas bénéficié de greffes, étaient décédés l'un à 32 ans, l'autre à 37 ans, de la même maladie.

Il nous est arrivé pendant ces jours intenses de discuter à plusieurs reprises avec ses parents. ils étaient catholiques: c'était de toute façon évident dans leur manière d'accompagner leur fille, et dans leur accueil de la vie.
Cette opération fut une résurrection, et, ayant vécu le décès , dans la paix, de deux de leurs autres enfants, qui avaient remercié pour les années de vie qui leur avaient été accordé, je pense que cet humble témoignage peut simplement vous rappeler ceci: pensez d'abord à la vie.

Pour l'avoir vécu à plusieurs reprises, il faut bien entendre que ce que vous offre la médecine, c'est une possibilité de guérir, peut-être limité certes, mais quand même: la vie est un don que vous avez reçu, "pour la gloire de Dieu et le salut du monde".
Avant de se triturer les méninges, le corps et l'esprit, je ne peux que vous suggérer de recevoir le sacrement des malades, qui apporte réconfort, douceur, et paix, et permet aussi de vivre la maladie grave sous le regard de Dieu, et donc avec un autre point de vue.
c'est une décision lourde, certes, mais il faut aussi aller dans la confiance: la vie d'abord.

Nous venons de passer près d'un an en oncologie pédiatrique, avec des enfants subissant des soins lourds, certains en rémission, d'autres en voie de guérison, d'autres en rechute. A chaque étape, il y a des risques, la souffrance, la croix, une des plus grandes étant l'incertitude de ces combats contre la mort. Ce qui est finalement un soutien, c'est de voir que rien n'est inutile, que les greffes permettent des guérisons, et qu'il faut accepter de se battre contre la maladie.

Courage, donc et en union de prières, dans la paix,
erminig

ps: quoiqu'il arrive, nous ne sommes pas propriétaires de nos vies, mais d'une liberté de dire OUI!
Le Christ ne gardait rien en propre,
mais livrait à tous universellement tout ce qu'il avait,
corps et âme, mère et disciples, manteau et tunique

Ruysbroeck

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités