Mariage chrétien/musulman

« Heureux vous qui pleurez maintenant, car vous serez dans la joie ! » (Lc 6.21)
Règles du forum
Besoin d'écoute ou de conseil ? Vous pouvez, dans ce forum, partager votre fardeau avec nos lecteurs...

NB : les messages de ce forum sont modérés a priori ; les interventions jugées inopportunes ne seront pas publiées
domchre
Barbarus
Barbarus

Mariage chrétien/musulman

Message non lupar domchre » jeu. 16 déc. 2010, 22:58

Bonjour,

Mon amie me demande de devenir musulman et que nos enfants deviennent musulman.

Moi, je ne veux pas parce que je ne lui impose rien du tout et je ne veux pas imposer une religion à mes enfants.
Je pense qu'il est mieux d'expliquer les religions. Si les enfants veulent choisir une religion, il le feront, quelle soit chrétienne, musulmane ou autre mais en aucun cas on ne doit pas leur imposer. C'est le principe de la laïcité et de la tolérance.

Elle est marocaine mais également française. Elle ne me demande pas d'arrêter de manger du porc, de faire le ramadan ou autre chose, mais que son mariage soit reconnu au Maroc parce qu'il sera reconnu devant dieu.
Je ne trouve pas ces propos valables. Si nous nous marions, c'est par amour tous les deux. En aucun cas, nul n'a le droit de demander à l'autre personne de se convertir. Même si c'est pour , soit disant que ce mariage soit reconnu au Maroc. Dieu pourra constater que nous nous aimons, même si l'un est chrétien et l'autre musulman.

Nous vivons en France et le mariage à la mairie doit suffire. Je ne lui demande pas de se convertir au christianisme. Elle connait pourtant mes convictions laïques mais elle continue d'insister.

Je pense faire preuve de tolérance et n'impose rien. Je commence à en avoir marre de parler de ce sujet. Nous avons tant d'autres choses à faire. En fait, la religion ne fait que nous diviser.

Pour tous ceux et celles qui vivent la même histoire, pouvez vous me dire si vous avez réussit à trouver un arrangement, car j'ai l'impression que c'est toujours du même coté que ça doit s'arranger.

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8561
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar PaxetBonum » ven. 17 déc. 2010, 22:14

Vous êtes tombé sur un os…
Il serait sage de repenser votre optique de mariage
Savez-vous que si vos enfants deviennent musulman, ils ne pourront quitter cette religion que les pieds devant ?

Vous avez raison de faire passer Dieu avant les considérations terrestres

Je pense personnelement que le mariage chretien-musulman est antinomique
Il n'y a qu'à lire dans le coran ce que les musulmans pensent de nous… vous comprendrez pourquoi elle ne veut pas épouser un chrétien !
D'ailleurs je pensais qu'un musulman pouvait prendre parmi ses femmes une chrétienne, mais qu'une musulmane ne pouvait épouser un mécréant de chrétien…

La prudence de l'Eglise enseigne d'éviter à tout prix ces mariages qui ne se fondent pas sur le roc
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Griffon
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 3176
Inscription : sam. 26 déc. 2009, 20:24

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar Griffon » sam. 18 déc. 2010, 9:50

Je ne lui demande pas de se convertir au christianisme. Elle connait pourtant mes convictions laïques mais elle continue d'insister.
Bonjour domchre,

Cela va vous faire l'effet d'une boutade, mais en fait, c'est une réelle invitation.

Pourquoi ne pas vous convertir tous les deux au christianisme ?
Elle par amour pour vous, et vous par amour pour le Seigneur qui vous invite sur son chemin.
Dans cette démarche, vous trouverez la force nécessaire pour mener votre amour jusqu'à la fin de votre vie.

Allez ensemble voir un prêtre, et puis faites ensemble un we de préparation, et après cela, ensemble, vous serez prêts à prendre une décision (plus ou moins) réfléchie.

Cordialement,

Griffon.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3652
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar Kerniou » sam. 18 déc. 2010, 12:00

Domche,
A ce que vous dites, votre amie ( et peut-être sa famille ) veut vous faire entrer dans un engrenage. En tant que femme musulmane, il lui est interdit, par l'islam, d'épouser un non-musulman.
Sans vous demander clairement de vous convertir, il semble qu'elle vous demande de respecter les principes de l'islam pour que le mariage puisse être validé.
Mais pourquoi au Maroc ? Que je sache, les mariages musulmans célébrés en france, sont tout aussi valides.
Ou alors il s'agit, pour elle, d'obtenir la nationalité marocaine pour les enfants et si ce sont des filles : attention aux mariages arrangés par la famille marocaine et qui seraient, alors, tout à fait légaux.
Il est vrai pour l'islam, les concessions ne peuvent se faire qu'à sens unique.
Vous devez aborder tout cela en profondeur avec elle et bien réfléchir avant de vous engager.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

athémaiscurieux
Ædilis
Ædilis
Messages : 23
Inscription : ven. 17 déc. 2010, 22:01
Localisation : commenailles

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar athémaiscurieux » sam. 18 déc. 2010, 18:18

Bonjours, j'aimerais réagir sur ce qui a été dit :
Vous êtes tombé sur un os…
Il serait sage de repenser votre optique de mariage
Savez-vous que si vos enfants deviennent musulman, ils ne pourront quitter cette religion que les pieds devant ?

Vous avez raison de faire passer Dieu avant les considérations terrestres

Je pense personnelement que le mariage chretien-musulman est antinomique
Il n'y a qu'à lire dans le coran ce que les musulmans pensent de nous… vous comprendrez pourquoi elle ne veut pas épouser un chrétien !
D'ailleurs je pensais qu'un musulman pouvait prendre parmi ses femmes une chrétienne, mais qu'une musulmane ne pouvait épouser un mécréant de chrétien…

La prudence de l'Eglise enseigne d'éviter à tout prix ces mariages qui ne se fondent pas sur le roc
Vous rendez vous compte de la violence de vos propos?? L'Eglise ne peut pas dicter a ses "partisans" ce qu'il est bon de faire ou non. Si votre dieu est amour, il peut comprendre que des personnes puissent s'aimer et vouloir se marier malgré leurs différence de religion!
Mon amie me demande de devenir musulman et que nos enfants deviennent musulman.
Votre amie a tord! Et je suis entièrement d'accord sur ce que vous penser de la laïcité. On ne peut pas demander a quelqu'un de devenir ce qu'il ne veut pas être! Je pense sincèrement que votre amie ne pense pas réellement ce qu'elle dit, j'espère que l'amour vaincra et que ses propos seront oublier.

Plein de bonheur.
"L'athée qui irait proclamant que l'inexistence de Dieu est démontrée serait en contradiction avec lui-même : il ferait acte de foi, cette foi fût-elle négative. En effet, ayant admis que la question même de l'existence d'un Dieu se situe hors du domaine des questions "permises" et n'a donc pas à être posée puisqu'on ne pourrait y répondre, dans un sens ou dans l'autre, que par des affirmations indémontrables, il la pose quand même et y répond péremptoirement. "Non" est tout aussi téméraire que "Oui". L'athée cohérent se garde bien d'accepter la discussion sur ce terrain. Une fois pour toutes, il ignore Dieu et le problème de son existence, il se conduit en tout sans tenir compte de ces chimères."
(François Cavanna / né en 1923 / Lettre ouverte aux culs-bénits)

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7852
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar Christophe » dim. 19 déc. 2010, 11:27

Bon dimanche, Maxime
Vous rendez vous compte de la violence de vos propos ?? L’Église ne peut pas dicter a ses "partisans" ce qu'il est bon de faire ou non. Si votre dieu est amour, il peut comprendre que des personnes puissent s'aimer et vouloir se marier malgré leurs différence de religion !
L’Église n'a pas de "partisans", mais des "fidèles". L'Eglise peut parfaitement éclairer les hommes sur ce qu'il est bon de faire ou non : c'est même l'une de ses mission principales que d'enseigner la morale. Il ne s'agit cependant pas de "dicter", mais de proposer : les fidèles sont libres d'adhérer et de suivre les préceptes de l'Eglise, comme de les rejeter. Notre Dieu s'écrit avec une majuscule. Enfin, l'Eglise n'interdit pas totalement les mariages "avec disparité de culte" mais émet de sérieuses réserves.
Les mariages mixtes et la disparité de culte

1633 Dans de nombreux pays, la situation du mariage mixte (entre catholique et baptisé non-catholique) se présente de façon assez fréquente. Elle demande une attention particulière des conjoints et des pasteurs. Le cas des mariages avec disparité de culte (entre catholique et non-baptisé) une circonspection plus grande encore.

1634 La différence de confession entre les conjoints ne constitue pas un obstacle insurmontable pour le mariage, lorsqu’ils parviennent à mettre en commun ce que chacun d’eux a reçu dans sa communauté, et à apprendre l’un de l’autre la façon dont chacun vit sa fidélité au Christ. Mais les difficultés des mariages mixtes ne doivent pas non plus être sous-estimées. Elles sont dues au fait que la séparation des chrétiens n’est pas encore surmontée. Les époux risquent de ressentir le drame de la désunion des chrétiens au sein même de leur foyer. La disparité de culte peut encore aggraver ces difficultés. Des divergences concernant la foi, la conception même du mariage, mais aussi des mentalités religieuses différentes, peuvent constituer une source de tensions dans le mariage, principalement à propos de l’éducation des enfants. Une tentation peut se présenter alors : l’indifférence religieuse.

1635 D’après le droit en vigueur dans l’Église latine, un mariage mixte a besoin, pour sa licéité, de la permission expresse de l’autorité ecclésiastique (cf. ⇒ CIC, can. 1124). En cas de disparité de culte une dispense expresse de l’empêchement est requise pour la validité du mariage (cf. ⇒ CIC, can. 1086). Cette permission ou cette dispense supposent que les deux parties connaissent et n’excluent pas les fins et les propriétés essentielles du mariage et aussi que la partie catholique confirme ses engagements, portés aussi à la connaissance explicite de la partie non catholique, de conserver sa foi et d’assurer le baptême et l’éducation des enfants dans l’Église catholique (cf. ⇒ CIC, can. 1125).

1636 Dans beaucoup de régions, grâce au dialogue œcuménique, les communautés chrétiennes concernées ont pu mettre sur pied une pastorale commune pour les mariages mixtes. Sa tâche est d’aider ces couples à vivre leur situation particulière à la lumière de la foi. Elle doit aussi les aider à surmonter les tensions entre les obligations des conjoints l’un envers l’autre et envers leurs communautés ecclésiales. Elle doit encourager l’épanouissement de ce qui leur est commun dans la foi, et le respect de ce qui les sépare.

1637 Dans les mariages avec disparité de culte l’époux catholique a une tâche particulière : " Car le mari non croyant se trouve sanctifié par sa femme, et la femme non croyante se trouve sanctifiée par le mari croyant " (1 Co 7, 14). C’est une grande joie pour le conjoint chrétien et pour l’Église si cette " sanctification " conduit à la conversion libre de l’autre conjoint à la foi chrétienne (cf. 1 Co 7, 16). L’amour conjugal sincère, la pratique humble et patiente des vertus familiales et la prière persévérante peuvent préparer le conjoint non croyant à accueillir la grâce de la conversion.
:arrow: http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P4X.HTM
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8561
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar PaxetBonum » lun. 20 déc. 2010, 9:24


Vous rendez vous compte de la violence de vos propos?? L'Eglise ne peut pas dicter a ses "partisans" ce qu'il est bon de faire ou non. Si votre dieu est amour, il peut comprendre que des personnes puissent s'aimer et vouloir se marier malgré leurs différence de religion!
Où suis-je violent ?
J'appelle comme l'Eglise l'enseigne à la prudence, à la sagesse, à fonder son amour sur le roc et non sur le respect humain.

Est-ce violent de dire à un enfant qu'il est prudent de ne pas traverser quand le petit bonhomme est rouge ?
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7079
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar Anne » mar. 21 déc. 2010, 4:43

Vous rendez vous compte de la violence de vos propos??
Il n'y a aucune violence dans ces propos. PaxetBonum et les autres intervenants ne font qu'énoncer des informations tout-à-fait exactes. Celles-ci aideront domchre a prendre une décision réfléchie, car elle est lourde de conséquence.

Je crois que vous ignorez beaucoup de choses au sujet de l'islam... Entre autre que si quelqu'un s'y convertit, il lui est interdit d'apostasier sous peine de mort... Et on dirait que vous prenez le sacrement du mariage à la légère. Tant pour les catholiques que pour les musulmans, c'est un engagement important pour les véritables pratiquants. Et tout ne se règle pas dans la joie et la facilité par un divorce quand on en est lassé...
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

Avatar de l’utilisateur
Et.H
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 434
Inscription : mer. 04 août 2010, 19:03

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar Et.H » jeu. 30 déc. 2010, 10:33

Il est bon de rappeler que dans de nombreux pays, cette peine de mort théorique ne s'applique pas. Cela n’est valable que dans des pays comme l’Iran. Néanmoins, la religion est souvent sur la carte d’identité. Changer de religion, c’est donc aussi changer d’identité avec tout ce que cela veut dire… Pensez à ces chrétiens d’origine égyptienne qui ont un mal fou à faire les démarches administratives pour devenir chrétiens.
Spoiler!
Egypte: Des coptes convertis à l'islam autorisés à revenir au christianisme (justice)

Le Haut tribunal administratif égyptien a autorisé samedi 12 coptes (chrétiens d'Egypte) convertis à l'islam à revenir officiellement à leur foi d'origine, dans un verdict qualifié d'"historique" par leur avocat, a-t-on appris de source judiciaire et auprès de la défense.

La cour a accepté que les plaignants puissent être présentés comme "chrétiens" sur leur pièce d'identité, et non plus comme "musulmans", comme c'était le cas à la suite de leur conversion à l'islam.

La carte d'identité devra toutefois spécifier que ces personnes ont "temporairement adopté l'islam" pour éviter, selon la cour, "toute manipulation ou dissimulation des conséquences juridiques ou sociales créées lors de cette conversion", comme les mariages ou les naissances.

Souvent, et même en France, une fois converti à l’Islam il est très difficile d’en sortir sans connaitre la marginalisation ou l’exclusion de la famille. C’est un fait, très souvent rencontré. Pour ma part, je connais également des musulmans qui s’en foutent complètement. Tout dépend du profil, plus ou moins traditionnelle, de la famille…
Il est vrai que le « sortir les pieds devant » de PaxetBonum peut paraître violent si on ne rappelle pas le contexte, l’origine islamique et souvent le côté théorique de cette menace.

Avatar de l’utilisateur
Anne
Prætor
Prætor
Messages : 7079
Inscription : jeu. 21 févr. 2008, 1:05
Conviction : Catholique romaine
Localisation : Provincia Quebecensis

Re: Mariage chretien - musulman

Message non lupar Anne » jeu. 30 déc. 2010, 23:05

Faudrait peut-être en parler à Salman Rushdie...

Le p'tit monsieur qui écrit ça a l'air bien gentil, pourtant...
:arrow: http://www.islamophile.org/spip/Le-dang ... et-la.html
A partir de cela, les juristes de l’Islam sont unanimement d’avis que l’apostat mérite une peine — même s’ils peuvent diverger sur sa nature. Leur grande majorité estime que cette peine est la peine de mort. C’est l’avis des quatre écoles de jurisprudence islamique prévalantes, voire des huit écoles.

A ce sujet, une somme de hadiths authentiques ont été narrés par un certain nombre de Compagnons : Ibn `Abbâs, Abû Mûsâ, Mu`âdh, `Alî, `Uthmân, Ibn Mas`ûd, `Â’ishah, Anas, Abû Hurayrah et Mu`âwiyah Ibn Haydah.

Ces hadiths sont rapportés selon des formulations différentes. Par exemple, le hadith d’Ibn `Abbâs : « Quiconque change sa religion, tuez-le. » (rapporté par tous les compilateurs de hadiths sauf Muslim ; on retrouve le même hadith chez At-Tabarânî, d’après Abû Hurayrah, avec une bonne chaîne de narration et ce hadith est narré selon Mu`âwiyah Ibn Haydah avec une chaîne de narration dont les maillons sont des hommes de confiance).

[...]Pourquoi la sanction de l’apostasie est-elle aussi sévère ?

Cette sévérité dans la lutte contre l’apostasie est due au fait que la société musulmane est fondée en tout premier lieu sur la foi et la croyance. La foi constitue en effet le fondement de son identité, la règle qui régit son mode de vie et l’essence de son existence.

Pour cette raison, il ne saurait être permis à quiconque de s’en prendre à ce fondement ou de toucher à cette identité. A partir de là, l’apostasie déclarée constitue le plus grand crime aux yeux de l’Islam. Elle est en effet un danger pesant contre la personnalité de cette société et contre son entité morale. En outre, elle est un danger contre la première des cinq nécessités que l’Islam entend préserver, à travers tous ses pans législatifs et éthiques. Ces cinq nécessités sont : la religion, la vie, la filiation, la raison et la propriété. La religion est la première de ces nécessités, car le Croyant peut faire le sacrifice de sa vie, de son pays et de ses biens pour préserver sa religion.

[...]L’Islam ne condamne pas à la peine capitale l’apostat qui ne professe pas son apostasie ou qui n’y invite pas les autres.
Spoiler!
En bon québécois: "farme ta yeule avec ça..."
[...]Récusation des objections soulevées par certains contemporains

Certains écrivains contemporains, ne possèdant pas la science législative, se sont opposés à la sanction de l’apostasie, arguant qu’une telle sanction n’a pas été mentionnée dans le Coran et qu’elle n’a été rapportée que par un hadith non-récurrent (hadîth âhâd), alors que les hadiths non-récurrents ne sont pas pris en considération au niveau des châtiments corporels. C’est pour cette raison que ces contemporains renient la sanction de l’apostasie.

Ces arguments sont réfutés à plusieurs égards

1.La Sunnah authentique est la source des directives pratiques, et ce, d’après le consensus unanime des Musulmans. Dieu — Exalté soit-Il — dit en effet : « Dis : ‹Obéissez à Dieu et obéissez au Messager. › » (sourate 24 intitulée la Lumière, An-Nûr, verset 54) ; « Quiconque obéit au Messager obéit certainement à Dieu. » (sourate 4 intitulée les Femmes, An-Nisâ’, verset 80).

Les hadiths ordonnant de tuer l’apostat ont été authentifiés, et ont été mis en pratique par les Compagnons, durant le règne des Califes orthodoxes [15].

Si ceux qui prétendent cela — à savoir que les hadiths non-récurrents ne doivent pas être pris en compte au niveau des affaires juridiques — disaient vrai, cela signifierait l’annulation de la Sunnah en tant que source du droit islamique, tout du moins l’annulation de 95% voire de 99% de ce qu’elle contient. Il n’y aurait alors plus lieu de dire que nous suivons le Coran et la Sunnah.

[...]Le hadith concernant l’exécution de l’apostat a été narré par un grand nombre de Compagnons, dont nous en avons mentionné quelques-uns. Il figure parmi les hadiths les plus répandus et les plus célèbres.

2.L’une des sources du droit islamique en vigueur dans la Communauté est le consensus (Ijmâ`). Or, les juristes de la Communauté, toutes Ecoles confondues, qu’ils soient sunnites ou non, ainsi que les juristes indépendants non rattachés à une Ecole précise, sont consensuellement en accord pour dire que l’apostat mérite une sanction. Il y a quasiment unanimité pour dire que cette sanction est la peine de mort, exception faite de ce qui a été rapporté au sujet de `Umar, d’An-Nakha`î et d’Ath-Thawrî. Il demeure cependant que l’incrimination de l’apostasie est consensuellement reconnue.
Donc, on peut en déduire que la peine de mort est une conséquence à l'apostasie pour tout musulman pratiquant fidèlement sa religion et au fait de ces sanctions...

Néanmoins, il ne faut pas sous-estimer les désagréments entraînés par le changement de religion dans les pays islamiques: à tout le moins, il s'agit d'interminables tracasseries administratives. Par exemple, en Malaisie et en Égypte, une fois que vous vous enregistrez sous une religion, vous ne pouvez plus en changer (quoique que ça n'arrive que dans le cas des "transfuges" vers d'autres religions que l'islam, of course, mais absolument pas dans le cas contraire, c'est-à-dire vers l'islam).

:arrow: http://www.aleloo.com/journal/index.php ... -interieur

En se donnant la peine de chercher un peu, ce ne sont pas les témoignages d'apostats qui manquent sur le net. Plusieurs craignent pour leur vie, ont reçu des menaces et doivent souvent utiliser des pseudonymes lorsqu'ils changent de religion.

Un bel exemple: les Pays-Bas (assez éloigné de l'Iran, tout-de-même):
Aux Pays Bas, environ 200 Musulmans se sont converti aux Christianisme l’année dernière. “La police de Friesland, ils ignorent le nombre de plaintes pour menaces faites par des Musulmans convertis”, raconte la porte-parole Irene Sloot. “Dans ce type de cas, les plaintes ne sont pas faites très vite”. Selon Marten, les ex-Musulmans abandonnent souvent parce qu’ils ont peur.

Eerde de Vries, président des services Néerlandais-Arabe de l’église Libérale et Réformée de Morgenster, dit qu’il connait les tensions que vivent chacun des apostats. Deux fois par an, l’église fait un service en arabe où 80 arabophones se présentent. “L’atmosphère devient sinistre. J’entends aussi des menaces de morts concrètes. Dans la plus récente, quelqu’un avec lequel nous sommes en contact a reçu une menace de mort par SMS. De plus, j’entends parler de gens qui ont “simplement” été battus”.

Pour la sécurité de ceux qui sont impliqués, De Vries propose d’utiliser uniquement des pseudonymes dans les papiers administratifs de l’église quand il faut nommer les Musulmans convertis au Christianisme. Le dimanche, De Vries veut faire le service en arabe quand les boutiques sont ouvertes, “Pour que cela n’attire pas l’attention dans les centres des demandeurs d’asile quand les gens sortent. Personne ne doit savoir qu’ils vont à l’église“.
:arrow: http://www.frieschdagblad.nl/index.asp?artID=50476

Bon, mais il s'agit sans doute là d'une tentative de désinformation...
"À tout moment, nous subissons l’épreuve, mais nous ne sommes pas écrasés;
nous sommes désorientés, mais non pas désemparés;
nous sommes pourchassés, mais non pas abandonnés;
terrassés, mais non pas anéantis…
".
2 Co 4, 8-10

zelie
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 514
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : France

Re: Mariage chrétien/musulman

Message non lupar zelie » ven. 13 avr. 2018, 20:47

Bonjour Domchre,
Je n'ai pas bien compris, vous êtes chrétien pratiquant qui tient beaucoup à sa religion, ou un chrétien par tradition familiale, qui pratique peu et a un coeur plus attaché à la laïcité? Où en êtes-vous, vous, vis-à-vis de votre religion chrétienne?

Par exemple, il peut y avoir des gens qui pensent leur rapport à leur religion en évitant tout mariage d'une aussi grande disparité religieuse parce que cela ne pourrait être en accord avec eux-mêmes. Personnellement, je pense que ce n'est pas critiquable si c'est clairement dit et assumé, voire anticipé (quelqu'un qui choisirait d'éviter de prime abord des personnes trop différentes religieusement, parce qu'ils ont une idée de la famille et de la suite de leur vie qui leur est propre et qui se défend).

Mais il y a aussi des personnes qui se marient entre cultes différents et qui le vivent bien, il y en a même beaucoup, et dans ce panel, on a de tout: conversion, pas conversion, cohabitation des cultes, enfants élevés dans les deux religions et qui en choisissent une ensuite, etc. C'est une vision des choses qui se défend aussi, et comme précédemment, d'autant mieux qu'elle est anticipée.

J'entends votre dilemme, mais comment vous répondre sinon en vous renvoyant à votre propre réflexion? Le mariage est une chose tellement importante, unique et précieuse, c'est l'acte fondateur de votre famille, l'acte par lequel vous engagez une descendance, toute votre lignée et la culture qu'elle adoptera, toute votre vie. Ça me gêne un peu que, déboussolé, vous vous tourniez vers un forum, parce que oser vous conseiller n'est pas notre rôle dans une chose aussi déterminante, et nous forumeurs, même avec les meilleures intentions du monde, nous pouvons manquer de hauteur...( même si certaines réponses m'ont semblées fort à propos).

Que certains, (justement inspirés) vous aient cité les conseils de l'Eglise Catholique vous sera peut-être une aide dans votre réflexion.
Aller voir un prêtre, si pour vous c'est une personne de référence, est aussi, je pense, d'excellent conseil. Se préparer au mariage à travers les yeux de Jésus n'est jamais superflu. Rappelez-vous en ce sens, que pour le Christ, le mariage est amour, union et élévation. Le message du Christ, là comme ailleurs tourne autour de deux pôles: amour et justice.

De façon plus générale, tout mariage s'anticipe et se construit à l'avance, et il faut parler, beaucoup parler, et beaucoup connaître l'autre pour s'engager. Le lien doit prendre le temps de se construire, de s'étoffer, d'être solide, durable. Votre entourage, qui connaît votre fiancée, que pense-t-il de votre projet?

De votre coté, prenez votre temps, posez-vous toutes les questions qui s'imposent à vous, et prenez le temps de bien discerner comment, le moment venu, vous y répondrez. Ce temps d'attente pour vous marier est un acte de respect et le premier acte d'amour envers votre future famille, et envers votre épouse, avec laquelle il vaut mieux être sincère. Il est certain que vous ne pouvez faire l'économie d'une bonne prise de tête, même si vous "en avez marre" de cette situation. Prendre un temps de retraite, de prière? (si c'est significatif pour vous, hein).

Il y a un aspect par contre, à vous relire, qui ne m'apparaît pas bien; pour vous le mariage civil est suffisant, parce que c'est la loi française et que votre amie est bi-nationale (donc française). Mais pour elle, apparemment, le mariage religieux semble très important, et elle a l'air d'y tenir. C'est là que se situe la boucle chaude que vous n'arrivez pas à dépasser dans vos échanges? C'est sûr que c'est un point où il va falloir faire un pas chacun, et que c'est loin d'être simple... et qu'on ne peut vous répondre, à moins de l'avoir vécu.

Je vous souhaite un beau cheminement partagé, dans l'amour et l'authenticité. Que Jésus en soit votre Lumière.

Zélie
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre


Revenir vers « Soutien dans l'épreuve »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités