L'ordination des femmes

« Tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands. » (Jr 31.34)
Règles du forum
Initiation à la religion chrétienne, sous forme de questions & réponses, pour les chrétiens et les non-chrétiens. Cet espace n'est pas un lieu de débat mais d'exposé de la religion chrétienne ; les messages de ce forum sont modérés a priori et les réponses hétérodoxes ne seront pas publiées.
Avatar de l’utilisateur
Zvjezdana62
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 597
Inscription : mar. 05 août 2008, 23:23

L'ordination des femmes

Message non lu par Zvjezdana62 » lun. 02 févr. 2009, 7:16

Je voudrais savoir pourquoi seulement les hommes peuvent devenir de prêtres, évêques, cardinaux, papes, etc.
"Invoque-moi, je te répondrai, je te révélerai de grandes choses, des choses inaccessibles que tu ne connais pas."

Jérémie, 33, 3

Virgile
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1133
Inscription : mer. 14 janv. 2009, 10:33

Re: L'ordination des femmes

Message non lu par Virgile » lun. 02 févr. 2009, 12:25

Bonjour,

étant plutôt distrait, j'avais d'abord envoyé une réponse qui ne correspondait pas exactement à votre question. J'espère qu'elle ne sera pas publiée...

Vous pourriez lire la Lettre apostolique "Ordinatio sacerdotalis" du Pape Jean Paul II sur l'ordination sacerdotale exclusivement réservée aux hommes. On la trouve sur le site du Vatican.

http://www.vatican.va/holy_father/john_ ... is_fr.html

Le texte le plus intéressant, auquel la Lettre "Ordinatio sacerdotalis" est liée, s'appelle 'Inter Insigniores', mais il n'est pas disponible sur le site du Vatican, aussi le trouverez-vous ici:

http://www.missa.org/inter_insigniores.php

La lecture de ces deux textes, qui ne sont pas très long, devrait vous apporter quelques éclaircissements.

V.

Avatar de l’utilisateur
Christophe
Consul
Consul
Messages : 7910
Inscription : mer. 28 avr. 2004, 0:04
Conviction : Catholique
Localisation : Haute-Savoie

Re: L'ordination des femmes

Message non lu par Christophe » lun. 02 févr. 2009, 14:16

Voici le lien vers une discussion qui devrait vous apporter tous les éléments de réponse :

:arrow: Prêtrise des femmes

Afin de ne pas créer de doublon, je vous invite à poursuivre la discussion dans cet autre fil... ;)
« Tout ce que vous faites au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites. » (Matthieu 25, 40)

Avatar de l’utilisateur
Zvjezdana62
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 597
Inscription : mar. 05 août 2008, 23:23

Re: L'ordination des femmes

Message non lu par Zvjezdana62 » lun. 02 févr. 2009, 17:41

Bonjour

Merci Virgile pour les liens.

Merci Christophe, je n'ai pas vu qu'il existe déjà un sujet sur ma question.
"Invoque-moi, je te répondrai, je te révélerai de grandes choses, des choses inaccessibles que tu ne connais pas."

Jérémie, 33, 3

Xose
Ædilis
Ædilis
Messages : 16
Inscription : mer. 26 nov. 2008, 13:37
Localisation : Galice

Re: L'ordination des femmes

Message non lu par Xose » jeu. 12 févr. 2009, 18:13

J’ai lu ces textes mais j’ai encore hésitations. Donc, je demande fraternellement votre aide pour savoir :

Pourquoi est que unes partes de l’Evangile, ou certains actuations de Jésus, sont-elles entendues comme allégoriques (la malédiction du figuier, la monnaie extrait de la bouche du poisson pour payer les taxes…) ou comme circonstances historiques ( le fait de Pierre être épousé, les traditions juives suives par Jésus) et le fait de Jésus choisir 12 hommes, ce à une signification théologique ?

Comme est qu’on peut faire la distinction exactement entre la tradition et le magistère comme source de la théologie d’un côté ; et comme phases de une évolution que l´Esprit Saint fait a la Histoire d’un autre côté? (par exemple, il –y- a moins de 100 années la tradition et la recommandation du magistère étaient réserver la sainteté au « contemptus mundi »)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: L'ordination des femmes

Message non lu par Raistlin » jeu. 12 févr. 2009, 19:12

Xose a écrit :J’ai lu ces textes mais j’ai encore hésitations.
Ah... Pourtant, Jean-Paul II, dans sa lettre apostolique ORDINATIO SACERDOTALIS dit clairement :
C'est pourquoi, afin qu'il ne subsiste aucun doute sur une question de grande importance qui concerne la constitution divine elle-même de l'Église, je déclare, en vertu de ma mission de confirmer mes frères (cf. Lc 22,32), que l'Église n'a en aucune manière le pouvoir de conférer l'ordination sacerdotale à des femmes et que cette position doit être définitivement tenue par tous les fidèles de l'Église.

En gros, il use de son infaillibilité... Vous pouvez donc considérer que Jean-Paul II ne se trompe pas lorsqu'il affirme cela et que Dieu est d'accord. :-D

La question doit donc être tenue comme réglée par tout vrai catholique.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Eckhart
Ædilis
Ædilis
Messages : 21
Inscription : mar. 21 oct. 2008, 13:56
Contact :

Re: L'ordination des femmes

Message non lu par Eckhart » sam. 14 févr. 2009, 16:29

Raistlin a écrit :En gros, il use de son infaillibilité... [...] La question doit donc être tenue comme réglée par tout vrai catholique.

Qu'il use de son infaillibilité n'empêche pas les catholiques de s'interroger... On peut être une brebis, sans être un mouton. Quand Xose dit qu'il a encore des doutes, cela ne fait pas de lui un faux catholique. Beaucoup de catholiques ont une foi superficielle aujourd'hui. Je ne vise pas les personnes de ce forum qui viennent justement pour débattre, mais une bonne partie des pratiquants que je rencontre en paroisse, surtout les plus âgés. Ils croient que... parce que le pape a dit que... Mais ils sont incapables d'argumenter leur foi autrement que par des "c'est comme cela, le pape l'a dit". Ils croient ce qu'on leur a dit de croire et puis basta. Résultat des courses: quand ils rencontrent des jeunes en recherche qui poussent la porte de leur église et viennent leur poser des questions, ils restent bouche bée et les jeunes s'en vont. Le nombre de catholiques incapables de défendre leur foi devant des non-catholiques, c'est dramatique.

Je pense que les catholiques qui ont "encore des hésitations" ou qui se posent des questions plutôt que de tout avaler comme du pain béni sont l'avenir de l'Eglise. Il ne s'agit pas de discréditer le pape, pas du tout, mais plutôt de devenir adulte dans la foi. S'il y a une divergence entre ce que je crois et ce que le pape affirme, plutôt que de changer subitement ma foi, je trouve beaucoup plus précieux de creuser : pourquoi ne suis-je pas d'accord ? A partir de quand divergeons-nous? etc. Le catholique qui se pose des questions n'est pas un faux ou un traître: il veut juste comprendre. La foi ne demande pas le sacrifice de l'intellect.

Paul n'a pas créé une église dissidente... mais il n'a pas été une carpette, non plus...

Avatar de l’utilisateur
Shinran
Censor
Censor
Messages : 125
Inscription : ven. 27 août 2010, 23:35

La femme et le sacerdoce

Message non lu par Shinran » mar. 14 sept. 2010, 12:23

Je ne trouve plus le sujet dans la rubrique actualité, donc je repose la question ici.

Pourquoi la femme ne peut-elle pas être prêtre(sse) ?
" Seigneur, à qui irons-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle." Jn 6, 68

Avatar de l’utilisateur
lmx
Barbarus
Barbarus

Re: L'ordination des femmes

Message non lu par lmx » mar. 14 sept. 2010, 15:15

je remets ce que j'avais écrit dans l'autre fil :

Il s'agit de rites sacrés fondés sur une causalité archétypale, c'est à dire que les symboles sensibles , gestes , paroles etc, ayant pour fonctions de manifester quelque chose ont, comme tel, leur fondement et leur efficace dans l'archétype qui complète et achève le geste, la parole dite le monde.
En effet , un symbole n'est là que pour manifester autre chose que lui même, il n'a pas sa signification en lui même mais hors de lui même, car c'est ce qu'il signifie qui le fonde et qui le justifie existentiellement.
Aussi, l'étymologie de symbole, symballein, symbolon évoque-t-elle une notion de "rassembler" et de mise en mouvement, ce qui veut dire que la forme sensible doit rejoindre la forme archétypale pour que le symbole soit complet. En somme il faut que les "deux bouts" se rejoignent, se complètent.

En d'autres termes, pour que le symbole sacré puisse être opérant, il faut que la forme surnaturelle soit prolongée par la forme sensible (et donc pas par n'importe quelle forme) dans le monde. Ainsi, la forme sensible étant en effet le prolongement dans le monde de la forme intelligible, la messe (forme sensible) qui est une répétition en gestes symboliques de son exemple éternel le NT (la forme éternelle), ne peut pas changer. Si le sens symbolique de le messe changeait alors elle ne serait plus l'image de son modèle, ce ne serait plus une messe, mais un rassemblement plus ou moins convivial.
Si la forme sensible ne respecte pas son archétype alors il n'y a plus symbole et plus de causalité, le sensible ne rejoignant plus son modèle céleste et éternel, il devient un rituel profane sans causalité sémantique et sans signification autre que conventionnelle.
On ne peut pas utiliser du pain de mie et du jus d'orange et raconter n'importe quoi sinon le symbole est inopérant.
Aussi lors de la cène il n'y avait que Jésus et les apôtres, il aurait pu y convier les femmes mais il ne l'a pas fait.

C'est donc aussi pourquoi ceux qui croient encore à la présence réelle s'attachent encore à respecter le minimum vital pour que le rituel eucharistique garde son sens symbolique et puisse donc être opérant -en vertu même de sa signification.
En résumé, la liturgie terrestre doit manifester en signifiant le modèle céleste (éternel et immuable) pour qu'en retours celui si produise ses effets dans la liturgie terrestre.
Le céleste appelle le terrestre mais celui doit donc se rendre conforme à son modèle éternel et c'est pour cela que certaines choses ne peuvent jamais changer et que l'église n'a pas même le pouvoir de les changer.

Jean Paul II a donné d'autres explications ici

http://www.vatican.va/holy_father/john_ ... is_fr.html

http://www.vatican.va/holy_father/john_ ... em_fr.html

Si le Christ, en instituant l'Eucharistie, l'a liée d'une manière aussi explicite au service sacerdotal des Apôtres, il est légitime de penser qu'il voulait de cette façon exprimer la relation entre l'homme et la femme, entre ce qui est «féminin» et ce qui est «masculin», voulue par Dieu tant dans le mystère de la Création que dans celui de la Rédemption. Dans l'Eucharistie s'exprime avant tout sacramentellement l'acte rédempteur du Christ-Epoux envers l'Eglise-Epouse. Cela devient transparent et sans équivoque lorsque le service sacramentel de l'Eucharistie, où le prêtre agit «in persona Christi», est accompli par l'homme. C'est là une explication qui confirme l'enseignement de la Déclaration Inter insigniores, publiée sur mandat de Paul VI pour répondre aux interrogations suscitées par la question de l'admission des femmes au sacerdoce ministériel(50).


Tout est symbole de tout dans l'univers chrétien et donc tout porte un sens. On en vient ainsi à la notion de causalité sémantique, c'est à dire que c'est par le sens de la forme sensible que se manifeste l'invisible et donc que la forme sensible peut-être opérante. Le sens est donc le lien avec l'invisible. Qu'on mette une femme prêtre est le sens symbolique de la liturgie devenu différent ne produit plus le lien nécessaire pour avoir une véritable liturgie.

Ainsi donc, si seul un homme peut être prêtre, c'est parce que le masculin, dans sa dimension active, est symbole du Verbe , Jésus Christ, qui crée et "répare" sa création, tandis que le féminin avec la Vierge Marie dans la fonction passive qui conçoit de façon immaculée symbolise en autre l'Essence divine qui contient les 3 Personnes donc l'aspect "matricielle" . Le féminin dans sa dimension maternelle symbolise aussi l'Eglise qui réunit les fidèles et que le Christ a tant aimé (et qu'un mari doit imiter dans ses rapports avec son épouse selon la parole de St Paul Ep 5,25).

Il y a pleins d'autres analogies révélées par les grands théologiens comme St Maxime le Confesseur. L'article parle en outre de la dimension céleste de la liturgie :
http://www.abbaye-liguge.com/uploads/115.pdf

Olivier
Quæstor
Quæstor
Messages : 204
Inscription : dim. 29 août 2004, 23:15
Localisation : Région marseillaise
Contact :

Re: L'ordination des femmes

Message non lu par Olivier » mar. 21 sept. 2010, 17:22

Je me demande le nombre de femmes qui souchetterait être prêtre...

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités