Jeune convertie qui se pose des questions

« Tous me connaîtront, des plus petits jusqu'aux plus grands. » (Jr 31.34)
Règles du forum
Initiation à la religion chrétienne, sous forme de questions & réponses, pour les chrétiens et les non-chrétiens. Cet espace n'est pas un lieu de débat mais d'exposé de la religion chrétienne ; les messages de ce forum sont modérés a priori et les réponses hétérodoxes ne seront pas publiées.
Nirvana
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mar. 25 déc. 2018, 2:18
Conviction : Catholique

Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Nirvana » sam. 29 déc. 2018, 12:19

Bonsoir/bonjour.

Je suis une jeune fille de 15 ans, nouvellement convertie. Je suis d'une famille athée (qui d'ailleurs refusent que je sois baptisée, mais je vais vous en parler plus tard). Étant dans une école catholique, je côtoye beaucoup de croyants, d'hommes d'églises et de soeurs. Qui m'ont ouverts les yeux. Nous avons donc une petit chapelle directement dans l'école (très jolie d'ailleurs).
Bref la n'est pas vraiment le sujet.

J'ai plusieurs questions quand à l'Eglise en général:
•Puis je aller prier dans l'église alors que je ne suis pas baptisée?
•J'ai vu que les femmes doivent se couvrir la tête, es ce obligatoire?
•Il y a-t-il des choses que je ne peux pas faire dans une église, n'étant pas baptisée? (Ou même en general)
•Comment s'adresser à un prêtre ou à une soeur? (Il y en a dans mon lycee )
•Quel comportement avoir dans une église?/ Qu'elles sont les choses qui fait absolument faire/ne pas faire?

Je sais que ces questions peuvent être évidentes pour vous mais pour moi, c'est un peu compliqué car je n'ai vraiment pas d'éducation ou de culture religieuse.

Je vous ai parlé un peu plus haut du fait que mes parents ne veulent pas que je sois baptisée. En fait, depuis petite j'ai été élevée avec un principe qui est : " je ne crois que ce que je vois " . Vu qu'ils n'ont jamais vu Dieu, ils n'y croient pas. Mais moi j'y croît. Ils veulent que l'on se fasse (si l'on a envie) baptisé à l'âge adulte, mais pas avant. Je ne serait donc pas baptisée avant 3 ans. Et, en entrant dans une école catholique ils m'ont dit : "c'est pas parce que tu va en école catholique que tu doit croire et te faire baptisée. ".
Vous voyez donc, je suis coincée.

Ah et Oui, je suis en école catholique alors que je suis de famille athée, j'ai eu des problèmes en école publique du coup ils m'ont mis en privé.

Si mon sujet n'est pas au bon endroit, libre à vous de le bouger.

Merci pour vos réponses .

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 582
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Foxy » sam. 29 déc. 2018, 12:55

Bonjour Nirvana


Je tente de répondre aux questions que vous posez,

Puis je aller prier dans l'église alors que je ne suis pas baptisée?

oui, les églises sont ouvertes et vous pouvez entrer et prier, vous imprégner aussi de l'ambiance.


•J'ai vu que les femmes doivent se couvrir la tête, es ce obligatoire?

non, à part dans certaines communautés tradis où c 'est obligatoire.


•Il y a-t-il des choses que je ne peux pas faire dans une église, n'étant pas baptisée? (Ou même en general)

Communier par exemple, vous ne pouvez pas, mais vous pouvez participer à la messe


•Comment s'adresser à un prêtre ou à une soeur? (Il y en a dans mon lycee )

vous leur demandez de les rencontrer, prenez rendez-vous avec l'un d'eux, ils sont là pour ça.

•Quel comportement avoir dans une église?/ Qu'elles sont les choses qui fait absolument faire/ne pas faire?

Il vaut mieux quand même ne pas entrer dans une église en maillot de bain par exemple, autrement dit avoir une tenue correcte, ne pas fumer et ne pas non plus faire le tour de l'église pendant un office.


Bonne journée à vous ;)
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Nirvana
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mar. 25 déc. 2018, 2:18
Conviction : Catholique

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Nirvana » sam. 29 déc. 2018, 14:02

Bonjour Foxy,
Merci beaucoup pour vos réponses! J'en prendrais note.

zelie
Senator
Senator
Messages : 622
Inscription : mar. 27 déc. 2011, 20:45
Localisation : Québec

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar zelie » sam. 29 déc. 2018, 22:18

Chère Nirvana,
Les réponses de Foxy sont claires à souhait, aussi je ne vais que les compléter.
(...)Dieu, ils n'y croient pas. Mais moi j'y croît. Ils veulent que l'on se fasse (si l'on a envie) baptisé à l'âge adulte, mais pas avant. Je ne serait donc pas baptisée avant 3 ans. Et, en entrant dans une école catholique ils m'ont dit : "c'est pas parce que tu va en école catholique que tu doit croire et te faire baptisée. ".
Vous voyez donc, je suis coincée.
Je vais commencer par la fin de votre message : vous avez 15 ans, vous êtes mineure et sous la responsabilité de vos parents. Vous avez la foi grâce à votre fréquentation d'un école catholique. Qui pourtant inspire de la méfiance à vos parents; oui, tout ça, ça fait un peu noué.
Donc on reprend; actuellement mineure, vous devez à vos parents obéissance, amour, patience et respect; ce sont les valeurs prônées par Jésus tout au long de sa vie; cela va vous coûter, jusqu'à votre majorité, de possiblement mettre en veilleuse votre foi, du moins son expression, car il est important de prendre en compte l'inquiétude de vos parents qui voient la religion comme une secte ou whatever. Plus ils seront rassurés sur votre sérieux, votre constance, votre sentiment de plénitude et de liberté, plus ils se rangeront de votre coté... un jour. En clair, ça va vous prendre un peu de temps, peut-être beaucoup plus de trois ans. Les choses se feront, mais faites-les dans la patience, sans violence ou passage en force; aimez-les aussi pour leur inquiétude, qui est amour parental.
Ils vous ont inscrit dans une école catholique avec inquiétude et avertissement; les parents aussi portent leur part d'ambiguité; ce qu'ils ne veulent pas consciemment, ils y poussent inconsciemment leurs enfants... La vie est aussi faite de ça.

D'un autre coté, vous êtes très jeune, et vous vous devez, à vous-même, d'être libre et honnête envers vous même, de prendre le temps de la réflexion, et ça se compte en mois ou en années; je veux dire, ne vous considérez pas convertie sur un coup de tête qui paraît durer mais qui en fait s'estompe et tombe dans l'oubli. Non que je veuille vous pousser à l'athéisme, mais je ne veux pas non plus que vous vous laissiez enfermer, piéger dans un mouvement où vous ne vous reconnaîtrez pas.
Il s'agit de construire, en vous, une structure mentale solide, saine, durable, apaisante et capable d'affronter votre vie entière, pas de vous plonger sans expérience dans quelque chose qui risquerait de vous déborder, de vous coincer. Prenez le temps de parler avec une soeur ou un prêtre, avec un adulte en qui vous avez confiance, vos parents, votre fratrie, vos enseignants... Et soyez prudente; laissez passer du temps pour tester votre résolution et les intentions réelles des personnes auxquelles vous parlerez, ne vous enferrez pas dans un système de valeurs trop rigide; dans le catholicisme, il y a différentes nuances; il se peut que vous mettiez un peu de temps à trouver celle qui vous va, entre des courants très extériorisants, un peu trop spectaculaires, et des courants trop intériorisants, trop rigides, trop pharisaïques.
Les chemins pour aller à Dieu sont très personnels, et ce sont des chemins de toute une vie; la foi est un chemin, pas un aboutissement. Et dans ce genre de chemin, on ne manipule pas une jeune personne pour la pousser dessus, on lui laisse le temps de la réflexion, on lui laisse le temps de construire lui-même son chemin.

Je reviens maintenant sur une partie des questions :
Comment s'adresser à un prêtre ou à une soeur? (Il y en a dans mon lycee )
•Quel comportement avoir dans une église?/ Qu'elles sont les choses qui fait absolument faire/ne pas faire?

(...) je n'ai vraiment pas d'éducation ou de culture religieuse.
S'adresser à un prêtre ou une soeur se fait aussi naturellement que s'adresser à une autre personne : poliment et simplement. Si les soeurs sont plus accessibles, vous pouvez commencer par parler à l'une d'entre elles spontanément, et je pense qu'elle sera à même de vous orienter vers le bon prêtre ensuite.

En entrant dans une église, ce qu'il faut réaliser et qui va vous servir de fil conducteur, c'est que vous entrez dans le temple d'un Roi. D'un Roi bien particulier, un Roi d'Amour, un Roi de Miséricorde et de Tendresse, mais un Roi malgré tout. Aussi conduisez-vous comme si vous étiez en présence d'un Roi, quitte au début à vous "imaginer" dans la situation.
Habillez-vous correctement, joliment, proprement et sobrement, n'y allez pas défraichie et en jogging. Couvrez vos épaules et vos jambes (le haut). Pas de short bien entendu. On ne mange pas non plus.
Et mettez-vous en présence de Dieu ; comme vous le feriez si jamais demain le président de la république venait vous voir chez vous. Je suppose que par respect pour la fonction, vous seriez accueillante, souriante et polie, même si vous n'étiez pas d'accord sur tous les points avec lui, et que vous le laisseriez parler, sans lui couper la parole, que vous lui diriez bonjour, vous ne resteriez pas silencieuse ou rêveuse en sa présence, etc.
Dans une église catholique, c'est Dieu qui vous y attend, vivant et réellement présent dans le tabernacle. Le tabernacle, c'est le petit coffre près de l'autel de célébration où on enferme les hosties consacrées. Un prêtre ou une soeur vous expliquera plus simplement, sinon je vais faire trop long.
Bref, quand on rentre dans une église, on salue Dieu, Jésus, Marie, en leur disant bonjour dans son coeur. On respecte le silence même si d'autres ne le font pas. On s'assoie et on prie, conscient de s'adresser respectueusement à Dieu, mais aussi comme à son Papa, son Ami par excellence le plus proche et le plus tendre. On peut tout lui confier, dans la simplicité et l'humilité; tout ce qui nous tracasse, même le plus petit tracas, tout ce qui nous écrase de honte, tout ce qui nous fait peur, tout ce qu'on regrette, comme tout ce qui nous donne de la joie, nos projets, nos études, notre avenir. On lui parle simplement, avec beaucoup de proximité et d'amitié, mais toujours avec respect. Tout ce qui nous préoccupe, on le dépose mentalement à ses pieds, au pied du tabernacle; on le lui confie, même la grosse bêtise qu'on n'assume pas. Tout. On lui confie tout, et je vous assure que tout adulte lui confie bien plus souvent ses errements et ses remords que ses réussites. C'est cela que Dieu veut de nous, car "de tout mal il tire un bien". Cette franchise et cette humilité que nous témoignons devant Lui, lui permet à son tour d'agir en nous, et lui permet de nous guérir de nos souffrances et de nos blessures générées par nos actes malheureux. On peut aussi lui partager nos réussites, nos joies, notre amour.
Un jour, plus grande, vous pourrez aussi Lui demander, patiemment et régulièrement, qu'Il vous aide à rencontrer le futur père de vos enfants, à Son Heure et à Sa Façon. Idem pour le choix de vos études, pour le choix de votre voiture, pour tout ce qui vous préoccupe. Vous aider à vous concentrer dans votre travail, vous aider prendre conscience de vos défauts, de vos traits de personnalité qui vous amènent des ennuis. Le tout est de demander humblement, patiemment, encore et encore, de revenir voir Dieu dans son coeur, où que l'on soit, église ou chambre, parc ou RER. Tout Lui confier, tout Lui abandonner.

On peut aussi assister à une messe, et pour cela je vous renvoie à la religieuse ou au religieux à qui vous vous adresserez, qui sera bien plus à même de vous former ou de vous y amener. Ici par écrit ça va faire trop long.

Pour ce qui est de l'éducation religieuse, votre fil rouge sera de partir à la découverte de qui était Jésus; car on ne peut durer dans la foi qu'en aimant sincèrement, et on ne peut aimer que quelqu'un qu'on connaît bien, chaque jour de mieux en mieux. (Prétendre aimer un inconnu, c'est se voiler la face). C'est un magnifique voyage qui attend tous ceux qui se convertissent. Je pense que sur ce point-là aussi, un religieux sera la bonne personne pour vous amener, un jour, majeure, à découvrir la suavité de Jésus, vrai Dieu, vrai Homme et véritable crème, et toute la richesse et la subtilité de son oeuvre pour les hommes.
Restez, dans cette découverte, dans l'obéissance à l'Eglise chrétienne que vous aurez choisie, ne lisez pas ou visionnez pas n'importe quoi, car autant la route est belle, autant d'affreuses personnes issues de sectes et autres imbécilités adorent se poser en prophètes. Les livres que vous pourrez lire en toute sécurité seront toujours recommandés par un théologien reconnu, un prêtre, un évêque, ou porteront les mentions "nihil ostat" ou "imprimatur en date du etc." sur leurs introductions. Comme vous êtes dans une école catholique, il se peut que vous ayez accès à une bibliothèque de livres religieux intéressante ?
Une voie sure, la voie la plus évidente, c'est de vous inscrire au cours de catéchisme de votre école. Mais parfois, on n'ose pas, ou on ne peut pas parce que la famille s'y oppose fermement; c'est pour cela que je suis partie sur l'idée de lire, qui est une activité moins polémique aux yeux de parents inquiets, en attendant votre majorité.
Bien sûr, tout chrétien vous dira de vous tourner vers le Nouveau Testament, qui regroupe les 4 évangiles principalement, "chapitres" qui décrivent la vie de Jésus. Mais il y a aussi d'autres façons, peut-être un peu plus accessibles à votre âge, de toucher du doigt le message et le personnage de Jésus.
D'abord, les conseils très simples de notre Pape François : (et d'une façon générale se mettre à l'écoute de ses messages, de ses interviews, de ses prises de positions)

en résumé

https://www.pelerin.com/A-la-une/Spirit ... etre-saint

la "lettre" gaudete et exsultate en texte intégral:

https://www.famillechretienne.fr/eglise ... ate-235212

Il a aussi donné un très beau texte lors de la messe de Noël du Vatican :
Pour compléter et terminer, je vais vous confier les débuts de mon chemin de foi: quand jeune je cherchais à connaître Jésus (après un souci de santé), j'ai ouvert une Bible et je l'ai refermée tout de suite, car d'une part, je n'ai rien compris au message général de l'ouvrage, et comme chaque chapitre racontait une dispute, une guerre ou des horreurs, j'ai été complètement horrifiée. Venant d'une famille chrétienne non pratiquante, je n'avais, comme vous, absolument aucune notion au sujet de Dieu. Bref, j'étais un néant, et en plus un néant méfiant et bouché. La seule église que je connaissais bien n'avait plus de prêtre depuis des décennies. La seule autre église que je connaissais un peu était tenue par des franciscains en habit marron qui me flanquaient le malaise. Je ne connaissais aucun prêtre, et si par hasard j'en croisais un, je me sentais regardée de haut et expédiée comme un enfant encombrant; ma propre religion de famille m'apparaissait humiliante, hermétique, inatteignable. J'ai réalisé que j'étais seule, isolée vraiment, et que je ne trouverais personne qui me fasse connaître Dieu comme j'avais soif de Le connaître. Je n'allais pas à la messe, car cela ne représentait rien pour moi, et parce que le prêtre qui passait rarement dire une messe était inaccessible au possible; d'ailleurs je ne me sentais pas catholique, je me sentais seulement le désir de connaître Dieu, et de ne me réclamer d'aucune religion, surtout catholique, qui m'apparaissait alors dépassée et obtuse.
Alors j'ai parlé dans mon coeur à Dieu, je lui ai confié mon incapacité à persévérer et à croire pour de bon: que s'il voulait que je croie en Lui, il fallait qu'Il m'aide à croire en Lui, car de moi-même je me découragerais vite, je ne me connaissais que trop bien. Et que comme j'aimais lire, qu'Il m'amène à lire des livres qui me fasse Le découvrir, car sinon, je ne voyais pas comment je pourrais un jour Le connaître et me sentir plus proche de Lui. Et que si c'était pour croire comme mes parents, en se disant "croyante mais de loin" alors ça ne servait à rien de croire.
Et c'est ainsi que des livres sont arrivés, doucement, dans ma vie, par le biais d'une grande librairie (rayon littérature religieuse), puis par une librairie en ligne. Pas toujours les bons, mais j'ai repoussé ceux qui disaient que Jésus était un manipulateur ivrogne et autres joyeusetés du genre. J'ai gardé ceux qui portaient les mentions décrites plus haut. (De nos jours, on trouve aussi sur internet des PDF de livres ou de textes de saints ou de mystiques). Et petit à petit, j'ai appris, patiemment, en revenant longtemps et souvent sur mon ouvrage, à voir Dieu comme les saints le voyaient, ou comme Lui se décrivait aux saints. Ce fut un merveilleux voyage. Ce n'est qu'un chemin, simple et humble mais voilà, c'est tout ce dont je peux témoigner. Et pour moi aussi, prendre mon envol de chez mes parents a rendu possible de nourrir mon chemin de foi, qui jusque-là était resté au point zéro.
Si vous estimez que lire peut vous apporter quelque chose, je peux vous mettre les liens en MP ou ici sur ce fil, c'est au choix. Je m'arrête là car mon message est déjà trop long.

Que Maman Marie vous prenne sur Son Coeur de Tendresse et vous amène à aimer Dieu comme Elle, Elle a su L'aimer.
Bien à vous,
Zélie
L’intégrisme est un refuge pour la misère parce qu’il offre un sursaut d’espérance à ceux qui n’ont rien.
Que leur mal disparaisse, et l’intégrisme perdra ses troupes. L'Abbé Pierre

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10218
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Fée Violine » dim. 30 déc. 2018, 7:48

Bonjour Nirvana et bienvenue !

je voudrais ajouter juste un détail, à propos de "comment s'adresser à un prêtre ou à une soeur".
En général, on dit "mon père" à un prêtre, et "ma soeur" à une soeur.
Ou, si vous les connaissez bien, "père X" et "soeur X" avec leur prénom.
Le plus simple est de leur demander.

Avatar de l’utilisateur
Ictus2b
Ædilis
Ædilis
Messages : 40
Inscription : mar. 03 avr. 2012, 14:17

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Ictus2b » dim. 30 déc. 2018, 9:38

Bonjour Nirvana,

J'adhère largement aux réponses ci-dessus.

Mon épouse et la mère de mes enfants est une ancienne baptisée adulte (à 19 ans). Moi-même j'ai «recommencé» (selon la formule consacrée) à 18 et ai reçu le sacrement de la Confirmation à 19. Cela fait maintenant 8 ans :).

J'ajoute que je suis responsable d'aumônerie des collèges publics depuis des années, et j'ai eu la joie d'accompagner pléthore de jeunes vers la Confirmation :)

Je me permets de vous préciser ces quelques points pour contextualiser les éléments qui suivent, qui ont peut-être déjà été évoqués :

- Vous n'êtes pas baptisée, et dans ce cas, comme dans d'autres, il arrive que le Malin essaye de vous faire dérailler. C'est ce qui est arrivé à ma femme. Pensez à ce célèbre verset de St Pierre : «Soyez sobres, veillez : votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rôde, cherchant qui dévorer.»
Pour autant, pas de panique, le vilain pas beau à déjà perdu ;)👍

- Priez, priez, priez, parce que OUI, Jésus vous aime, il se réjouit que vous vouliez de Lui dans votre existence. Et pour prier, si vous vous sentez perdue, faible, incapable de faire monter une prière «personnelle», priez le rosaire. Le chapelet, que vous connaissez certainement, est la prière du pauvre. Vous serez comblée de grâces si vous le récitez régulièrement ;). Et c'est un début de réponse au point précédent.

- Restez rigoureusement fidèle à l'enseignement de l'Eglise catholique. Pourquoi ? Parce que c'est l'Eglise qui a formalisé les symboles de la foi, dont elle a le dépôt, et elle a compilé les Écritures saintes. Procurez vous le Catéchisme de l'Eglise catholique, la dernière édition. Ça complétera votre formation. Parfois, vous aurez des doutes ou la cohérence de votre foi sera attaquée. Tenez bon, vous comprendrez plus tard. Pour cette raison, j'adhère PARTICULIÈREMENT à la mise en garde ci-dessus : Ne perdez pas votre temps sur des contenus dont l'enseignement n'est pas sûr.

- Essayez de ne pas rester seule, comme chrétienne. Un chrétien seul et un chrétien en danger. Mais attention, soyez prudente. Vous croiserez peut-être quelques zozos du genre : «Le faux chrétien hypocrite», le «pharisien tradi-c'était mieux avant», ou encore mamie Jeannette l'animatrice d'une émission sur «radio paroisse». Trouvez des gens équilibrés qui vivent simplement et sincèrement leur foi. Peut-être que ce forum peut vous fournir des frères et soeurs de cette espèce.

-Dîtes le à vos parents. Ils vous aiment, vous les aimez. Prenez votre temps, soyez fine ;) Mais dîtes le. Il n'y a aucune honte, nous ne sommes pas membre d'une secte. Si vous êtes rayonnante et gardez les pieds sur terre, tout ira bien hahaha :)

- Enfin, et pour finir, vous ne pouvez pas communier, certes. Mais vous pouvez recevoir la communion spirituelle (en croisant les bras sur votre poitrine). Vous pouvez écouter la Parole de Dieu dans les lectures faîtes à la messe (il est là aussi), et l'adorer dans le saint sacrement. Et au hasard : il existe ce qui s'appelle le baptême de désir :P donc si vous mourrez sans baptême, rassurez vous, vous serez considérée comme baptisée hahahha

Bon courage :) Ma prière vous accompagne ! :)

Carhaix
Senator
Senator
Messages : 715
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Carhaix » dim. 30 déc. 2018, 11:09

Nirvana,

Généralement, le catéchuménat dure deux ans, avant de recevoir le baptême. Vous pouvez donc envisager un baptême pour votre majorité en commençant votre catéchuménat dans l'année qui vient.

En attendant, vous pouvez naturellement fréquenter l'Église comme vous le voulez, et assister aux offices. La seule chose que vous ne pouvez pas faire, c'est de communier, car il faut d'abord être baptisée, et aussi être en état de grâce (les deux conditions doivent être réunies). Vous ne pouvez pas vous confesser non plus. Enfin, vous le pouvez, mais vous ne recevrez pas de sacrement pour le moment.

Pour rectifier ce qui a été dit plus haut, je ne crois pas du tout que le port de la mantille soit obligatoire, y compris dans les communautés tradies. Je peux vous assurer que j'ai fréquenté des messes tradies ou absolument aucune femme ne portait la mantille.

Autre chose : rien n'interdit de circuler dans une église pendant qu'une messe se déroule.

Et bien sûr, vous pouvez vous adresser comme vous le voulez à un prêtre ou à une sœur, le plus simplement du monde. Leur rôle est justement de vous réserver le meilleur accueil possible.

À propos de votre question sur vos obligations, c'est difficile d'y répondre, car ce n'est pas inscrit dans le marbre. Vous pouvez prier le temps que vous voulez, beaucoup ou peu, c'est à votre entière discrétion. Idem pour le jeûne. Idem pour l'assistance aux offices. Pour un catholique, le minimum est d'assister aux messes d'obligation (dimanches, et grandes célébrations comme Noël, l'Assomption, la Chandeleur, Mercredi des Cendres, Jeudi Saint, Vendredi Saint, Vigile pascale, l'Ascension, l'Assomption, Toussaint, Défunts), jeûner au moins deux jours (Mercredi des Cendres, Vendredi Saint) (jeûne très léger, d'ailleurs), se confesser et communier au moins une fois (à Pâques).

À partir de là, vous avez une grande liberté.

Nirvana
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mar. 25 déc. 2018, 2:18
Conviction : Catholique

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Nirvana » dim. 30 déc. 2018, 12:13

Donc on reprend; actuellement mineure, vous devez à vos parents obéissance, amour, patience et respect;
Naturellement, ce sont des valeurs que j'ai toujours prôné avec mes parents.
du moins son expression, car il est important de prendre en compte l'inquiétude de vos parents qui voient la religion comme une secte ou whatever. Plus ils seront rassurés sur votre sérieux, votre constance, votre sentiment de plénitude et de liberté, plus ils se rangeront de votre coté... un jour. En clair, ça va vous prendre un peu de temps, peut-être beaucoup plus de trois ans. Les choses se feront, mais faites-les dans la patience, sans violence ou passage en force; aimez-les aussi pour leur inquiétude, qui est amour parental.
D'accord je comprend, je ne forcerait rien et je lasserais les choses se passer en douceur.
D'un autre coté, vous êtes très jeune, et vous vous devez, à vous-même, d'être libre et honnête envers vous même, de prendre le temps de la réflexion, et ça se compte en mois ou en années; je veux dire, ne vous considérez pas convertie sur un coup de tête qui paraît durer mais qui en fait s'estompe et tombe dans l'oubli. Non que je veuille vous pousser à l'athéisme, mais je ne veux pas non plus que vous vous laissiez enfermer, piéger dans un mouvement où vous ne vous reconnaîtrez pas.
En fait je n'ai pas vraiment tout raconté sur ma foi.
Je l'ai quasiment toujours eue, quand j'étais très jeune, je ne savais pas que était Dieu et encore moins Jésus Christ, alors je disais toujours que je croyais qu'il y avait quelque chose, mais que je ne savais pas quoi . Je ne sais pas comment l'expliquer.
Un jour, mon grand père m'a donné une bible adaptée pour enfants, j'avais 8ans. Et je l'ai lue. Relue. Et rerelue. Et révélation; ce dont je croyais mais que je ne savais pas quoi, c'était ça: c'était Dieu, c'était Jésus Christ. Et j'avais la foi. Une foi d'enfant, une enfant qui ne comprenait pas tout mais qui y croyait dur comme fer. A cette epoque j'allais beaucoup chez mon grand père qui m'avait donné la bible. Et qui était protestant. Mais j"allais aussi chez mes autres grands parents, maternels surtout, qui étaient très croyants. J'allais la messe avec mon arrière grand mère, et j'adorais, c'était la meilleure période de ma vie je pense. Croire m'aide.
Et, comme certaines personnes, après un drame, la foi s'estompe "pourquoi ça, pour quoi Dieu autorise ça?". Annonce du cancer de mon grand père: 20 décembre 2010.
Elle s'estompe, mort de mon grand père 27 décembre 2011.
Et elle s'estompe, mort de mon arrière grand père paternel, 18 décembre 2012.
Et elle s'estompe, annonce du cancer de ma marraine (qui était, concrètement mon modèle), 2 janvier 2013
Et elle s'estompe, annonce du cancer de mon cousin (Il avait 3 ans), 21 décembre 2014.
Et elle s'estompe, mort de ma marraine, 17 decemère 2015.
Pour finir par disparaître, mort de mon cousin, mars 2016.
Je sais que ça s'étale sur plusieurs années et que je peut paraître faible. Mais on se dit :"comment Dieu peut-il nous prendre les personnes qu'on aime, comme ça" et on commence à avoir le doute..... A ne pas savoir si tout cela existe vraiment. A se dire que la période de noël, la periode de la celebration de la naissance de Jesus Christ ne sera jamais joyeuse. Pourquoi , chez les autres c'est génial et chez nous on pleure? Et si tout cela n'existait pas? Et c'est petit à petit que tout à disparu en moi.

Mais, étant en école catholique, nous avons une messe de Noël et bah.... j'y suit allée, pourquoi pas après tout? J'ai passé un moment absolument génial, cette ambiance, cette foi qui émane des gens. Ça m'a poussé à la réflexion. A pourquoi j'ai arrêté d'y croire. Je me suis rendue compte que ce n'était pas des raisons plausibles. Alors, petit à petit, en me documentant, en me remettant à prier, à parler de religion. Je me suis rendue compte que si, j'y croyait et que ça m'aidai, que j'en avait besoin. Je sais pas trop comment expliquer mais ces 2 dernières années ont été très compliqué pour moi, je suis tombé dans quelque chose dont tombent beaucoup d'adolescents (la mutilation et les troubles alimentaires). Je me sentais vide, froide.
Et pour la première fois depuis longtemps, lors de cette messe, j'ai senti une chaleur, apaisante et douce, comme si j'étais enfin remplie. J'ai bu les paroles du prêtre. Il m'a redonné la foi.
Je ne sais pas si vous trouvez cela précipité sans doute oui, mais c'est comme ça que je suis.
Prenez le temps de parler avec une soeur ou un prêtre, avec un adulte en qui vous avez confiance, vos parents, votre fratrie, vos enseignants...
Parler à mes parents ou enseignants ça risque d'être compliqué. Mais je parle avec une amie à moi qui est très croyante et qui m'aide beaucoup. Étant donnée qu'elle est dans mon école, elle va m'aider à aller vers les soeurs et les prêtres, parce que je suis de nature très très timide, j'aurais dû mal à aller leur parler de moi même.
dans le catholicisme, il y a différentes nuances; il se peut que vous mettiez un peu de temps à trouver celle qui vous va, entre des courants très extériorisants, un peu trop spectaculaires, et des courants trop intériorisants, trop rigides, trop pharisaïques.
D'accord je me documenterai sur les nuances pour découvrir laquelle me convient, mais je pense surtout que je vais le faire comme "je le sens ", enfin plutôt quelque chose de pas trop rigide mais pas de laisser aller non plus!!
S'adresser à un prêtre ou une soeur se fait aussi naturellement que s'adresser à une autre personne : poliment et simplement. Si les soeurs sont plus accessibles, vous pouvez commencer par parler à l'une d'entre elles spontanément, et je pense qu'elle sera à même de vous orienter vers le bon prêtre ensuite.
D'accord, Je demanderai à mon amie de venir avec moi, je suis stressée facilement, elle m'aidera au moins la première fois.
Habillez-vous correctement, joliment, proprement et sobrement, n'y allez pas défraichie et en jogging. Couvrez vos épaules et vos jambes (le haut). Pas de short bien entendu. On ne mange pas non plus.
C'est vrai que je me vois mal arriver dans une église en maillot de bain xD.
Et niveau vestimentaire, je porte la plupart du temps un Jean et un t shirt/une chemise. Donc c'est bon pour ça!
Et mettez-vous en présence de Dieu ; comme vous le feriez si jamais demain le président de la république venait vous voir chez vous. Je suppose que par respect pour la fonction, vous seriez accueillante, souriante et polie, même si vous n'étiez pas d'accord sur tous les points avec lui, et que vous le laisseriez parler, sans lui couper la parole, que vous lui diriez bonjour, vous ne resteriez pas silencieuse ou rêveuse en sa présence, etc.
J'aime beaucoup la métaphore! Effectivement c'est ainsi que je me comporterait, et c'est ainsi que je me comporte avec Dieu, de manière polie, souriante et respectueuse.
On lui parle simplement, avec beaucoup de proximité et d'amitié, mais toujours avec respect. Tout ce qui nous préoccupe, on le dépose mentalement à ses pieds, au pied du tabernacle; on le lui confie, même la grosse bêtise qu'on n'assume pas. Tout. On lui confie tout, et je vous assure que tout adulte lui confie bien plus souvent ses errements et ses remords que ses réussites.
D'accord on confie tout à Dieu que ça soit quelque chose qu'on regrette ou dont on est fier.
Pour ce qui est de l'éducation religieuse, votre fil rouge sera de partir à la découverte de qui était Jésus; car on ne peut durer dans la foi qu'en aimant sincèrement, et on ne peut aimer que quelqu'un qu'on connaît bien, chaque jour de mieux en mieux. (Prétendre aimer un inconnu, c'est se voiler la face).
Effectivement ça serait se voiler la face.
Mon amie va me prêter sa bible car la mienne à été détruite il y a quelques jours dans des dégâts des eaux, je ne l'avait pas lue vraiment en entier, des petits passages ça et là je lisais de temps en temps. Mais j'avais entreprit de la lire en entier quand il y a eu l'inondation chez moi. Super.
Lire la bible en entier et non plus faire l'erreur de ne lire que des extraits m'aidera beaucoup je pense.
Restez, dans cette découverte, dans l'obéissance à l'Eglise chrétienne que vous aurez choisie, ne lisez pas ou visionnez pas n'importe quoi, car autant la route est belle, autant d'affreuses personnes issues de sectes et autres imbécilités adorent se poser en prophètes. Les livres que vous pourrez lire en toute sécurité seront toujours recommandés par un théologien reconnu, un prêtre, un évêque, ou porteront les mentions "nihil ostat" ou "imprimatur en date du etc." sur leurs introductions.
D'accord, merci beaucoup je faisait attention.
Comme vous êtes dans une école catholique, il se peut que vous ayez accès à une bibliothèque de livres religieux intéressante ?
Oui, bien sûr nous avons toutes sortes de livres religieux.
Une voie sure, la voie la plus évidente, c'est de vous inscrire au cours de catéchisme de votre école. Mais parfois, on n'ose pas, ou on ne peut pas parce que la famille s'y oppose fermement; c'est pour cela que je suis partie sur l'idée de lire, qui est une activité moins polémique aux yeux de parents inquiets, en attendant votre majorité.
Oui mes parents s'y seront opposés. Mais j'ai vu que, sur internet, il est tout à fait possible de prendre des cours de catéchisme. Vous me le conseillez ou il vaut mieux éviter ?
D'abord, les conseils très simples de notre Pape François : (et d'une façon générale se mettre à l'écoute de ses messages, de ses interviews, de ses prises de positions)
Oui, j'en ai déjà vu, c'est super intéressant.


Merci beaucoup pour votre témoignage! Je l'ai trouvé vraiment intéressant!!!
Si vous estimez que lire peut vous apporter quelque chose, je peux vous mettre les liens en MP ou ici sur ce fil, c'est au choix. Je m'arrête là car mon message est déjà trop long.
Oui, lire m'aide beaucoup, j'aimerais, si cela ne vous dérange pas, que vous les mettiez sur ce fil, ça pourrait aider d'autres personnes que moi.
Et votre message n'est pas trop long, il est très instructif et bénéfique merci.


Encore merci pour votre grand message, vous venez de m'aider énormément.

Bonne journée,
Nirvana
Dernière édition par Nirvana le dim. 30 déc. 2018, 15:26, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Foxy
Prætor
Prætor
Messages : 582
Inscription : ven. 01 nov. 2013, 1:14
Conviction : catholique
Localisation : Bretagne

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Foxy » dim. 30 déc. 2018, 12:20

@Nirvana
Oui mes parents s'y sentir opposés. Mais j'ai vu que, sur internet, il est tout à fait possible de prendre des cours de catéchisme. Vous me le conseillez ou il vaut mieux éviter ?

Personnellement, je ne vous le conseille pas, car il y a de tout sur internet. Le mieux est de voir avec un prêtre ou une religieuse de votre collège et ensuite, au lycée.

La préparation au baptême de toute façon ne peut pas se faire par internet.
La foi que j’aime le mieux,dit Dieu,c’est l’Espérance.
Charles Péguy

Nirvana
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mar. 25 déc. 2018, 2:18
Conviction : Catholique

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Nirvana » dim. 30 déc. 2018, 15:45

priez le rosaire.
Oui je connais, je prie le rosaire à peu près tous les soirs, sauf quand je n'ai vraiment pas le temps mais j'essaye d'être régulière.
Procurez vous le Catéchisme de l'Eglise catholique, la dernière édition. Ça complétera votre formation. Parfois, vous aurez des doutes ou la cohérence de votre foi sera attaquée. Tenez bon, vous comprendrez plus tard. Pour cette raison, j'adhère PARTICULIÈREMENT à la mise en garde ci-dessus : Ne perdez pas votre temps sur des contenus dont l'enseignement n'est pas sûr.
Je pense pouvoir emprunter ça a la bibliothèque du lycée.
Vous croiserez peut-être quelques zozos du genre : «Le faux chrétien hypocrite», le «pharisien tradi-c'était mieux avant», ou encore mamie Jeannette l'animatrice d'une émission sur «radio paroisse».
Mamie Jeannette!! Que fais Tu la?!
Ne vous inquiétez pas, dans mon lycee je suis bien entourée la dessus.
-Dîtes le à vos parents. Ils vous aiment, vous les aimez. Prenez votre temps, soyez fine ;) Mais dîtes le. Il n'y a aucune honte, nous ne sommes pas membre d'une secte. Si vous êtes rayonnante et gardez les pieds sur terre, tout ira bien hahaha :)
Oui mais je vais attendre un peu, je pense que si je leur dit un peu plus tard, quand je serait plus mure, ça passera sans doute mieux.
Enfin, et pour finir, vous ne pouvez pas communier, certes. Mais vous pouvez recevoir la communion spirituelle (en croisant les bras sur votre poitrine).
D'accord, je prend note merci.
Et au hasard : il existe ce qui s'appelle le baptême de désir :P donc si vous mourrez sans baptême, rassurez vous, vous serez considérée comme baptisée hahahha
Merci pour cette info, je vais me documenter.
Bon courage :) Ma prière vous accompagne ! :)
Merci beaucoup! :)
Vous pouvez donc envisager un baptême pour votre majorité en commençant votre catéchuménat dans l'année qui vient.
Effectivement ça me semble être une bonne idée.
Enfin, vous le pouvez, mais vous ne recevrez pas de sacrement pour le moment.
D'accord et ai je le droit de me confesser si je dit au prêtre que je ne suis pas baptisée? Comme ça il saura .
Pour un catholique, le minimum est d'assister aux messes d'obligation (dimanches, et grandes célébrations comme Noël, l'Assomption, la Chandeleur, Mercredi des Cendres, Jeudi Saint, Vendredi Saint, Vigile pascale, l'Ascension, l'Assomption, Toussaint, Défunts
Malheureusement, comme je l'ai dit plus haut, il m'est impossible d'assister au messes, et cela me frustre énormément d'ailleurs.
Personnellement, je ne vous le conseille pas, car il y a de tout sur internet. Le mieux est de voir avec un prêtre ou une religieuse de votre collège et ensuite, au lycée.
D'accord, merci pour cette précision

Je vous remercie tous pour vos réponses, ça fait chaud au coeur!
[Recentrons notre attention sur les besoins de Nirvana, svp. Le développement hors sujet sur le voile, la mantille, etc. est ici : viewtopic.php?f=154&t=44768&start=15 ]

Carhaix
Senator
Senator
Messages : 715
Inscription : mer. 21 mars 2018, 1:33
Conviction : Catholique

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Carhaix » lun. 31 déc. 2018, 0:10

Nirvana,

Il me semble bien qu'il n'y a pas de confession pour les non baptisés. Le sacrement de pénitence, ou de "réconciliation", est destiné à ceux qui ont vacillé depuis le baptême, pour les restaurer dans l'état de ce baptême. Si vous voulez, le sacrement de réconciliation, c'est un renouvellement du baptême. Les non baptisés ne sont liés par aucun engagement. Il n'y a donc pas de rupture d'un lien qui n'existe pas encore. D'ailleurs, vous n'aurez jamais besoin de vous confesser pour tout ce qui précède votre baptême, qui sera entièrement lavé au moment du baptême. Votre première confession aura lieu après le baptême, et ne concernera que ce qui est arrivé depuis cet évènement. Ce qui est arrivé auparavant ne compte pas.

Même si plus tard, beaucoup plus tard, vous ressentirez le besoin d'une confession générale, et dans ce cas, il vous sera - peut-être - conseillé de remonter même avant le baptême, non pas pour le confesser réellement, mais pour retracer votre histoire personnelle. Mais ça, c'est lorsque vous serez, disons, une ancienne, et que vous en serez au stade où l'on se tourne vers le passé pour mieux voir le présent. Pour vous, ce sera dans très longtemps.

Mais bien sûr, vous pouvez discuter avec un prêtre et lui demander de vous bénir.
Dernière édition par Carhaix le lun. 31 déc. 2018, 10:18, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3968
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Kerniou » lun. 31 déc. 2018, 1:30

Les conseils qui vous ont été donnés précédemment sont tout à fait judicieux. Le témoignage de Zélie peut se révéler très enrichissant au regard de votre propre démarche.
N'y a-t-il pas dans votre établissement scolaire des séances d'Education religieuse ou une aumônerie auxquelles vous pourriez participer ?
Je pense que vous avez raison d'attendre de vous sentir plus forte et plus sûre de vous quant à votre décision pour en parler à vos parents. Quand vous serez prête, il vous paraîtra normal et naturel d'en parler avec eux.
Bonne route à vous et "bon vent" comme on dit en Bretagne !
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Nirvana
Ædilis
Ædilis
Messages : 10
Inscription : mar. 25 déc. 2018, 2:18
Conviction : Catholique

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Nirvana » lun. 31 déc. 2018, 20:37

Bonsoir/Bonjour à vous
Mais bien sûr, vous pouvez discuter avec un prêtre et lui demander de vous bénir.
D'accord, merci, je prend note de tout cela.
N'y a-t-il pas dans votre établissement scolaire des séances d'Education religieuse ou une aumônerie auxquelles vous pourriez participer ?
Il me semble que si, mais je ne peut pas y assister, mes parents ne m'y laisseront pas.




Merci pour vos réponses

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3968
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Kerniou » mer. 02 janv. 2019, 11:19

Quel dommage !
Mais n'existe-t-il pas, à partir de 16 ans, une forme de" majorité" ou quelque chose comme cela, du moins, sur le plan pénal qui pourrait se transposer sur le plan religieux ?
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Ictus2b
Ædilis
Ædilis
Messages : 40
Inscription : mar. 03 avr. 2012, 14:17

Re: Jeune convertie qui se pose des questions

Message non lupar Ictus2b » jeu. 03 janv. 2019, 16:08

N'y a-t-il pas dans votre établissement scolaire des séances d'Education religieuse ou une aumônerie auxquelles vous pourriez participer ?
Il me semble que si, mais je ne peut pas y assister, mes parents ne m'y laisseront pas. Merci pour vos réponses
Bonne et sainte année,

Ma remarque est d'ordre général. Il est nécessaire de vous former sur le plan de la foi. A défaut d'aumônerie, je ré insiste : procurez vous le Catéchisme de l'Eglise. Ou le «Youcat» si le premier vous semble trop difficile. Et bouquinez le.

Maintenant, je trouve un peu suspect ce que vous dîtes de vos parents. Comme je l'ai mentionné plus haut, le diable a tout intérêt à différer votre fréquentation de l'Eglise et a fortiori votre baptême. Vous soulignez vous même que vous souffrez de ne pas aller à la messe. Ne pensez vous pas que cette situation de clandestinité relative n'est pas tout à fait le projet de Dieu pour vous ?

Êtes vous certaine que vos peurs sont VRAIMENT fondées sur la réalité ? Tout en étant opposés à l'Eglise, qu'est ce qui vous dit que vos parents refuseront que vous fréquentiez l'aumônerie de votre lycée et que vous demandiez le baptême ? Surtout que vous n'êtes plus une enfant...

C'est vous qui êtes aux manettes ;) Mais il y a peut-être un choix courageux à poser ;)

Je prie pour vous 👍🙏


Revenir vers « Le Christianisme "pour les nuls" ! »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit