Page 2 sur 2

Re: ou se situe le paradis

Publié : dim. 18 déc. 2016, 20:52
par gerardh
________

Bonjour,

Le paradis n'est pas un lieu matériel mais un lieu spirituel. La Bible donne peu de détails sur ce lieu, si ne n'est que c'est un lieu de délices. D'ailleurs paradis signifie jardin de délices.


___________

Re: le paradis

Publié : mer. 28 déc. 2016, 18:27
par saperlipopette
Je rejoins ce qu'a dit gerardh: comme nous serons mort, l'âme sera séparé du corps qui pourrira sur terre; seul l'âme va au paradis, il ne s'agit pas d'espace; quant au temps: le paradis est hors du temps, donc il me semble qu'on ne sera pas au paradis pour une éternité ni un très court temps, puisqu'après il y a la résurrection de la chair.
Une possibilité, peut-être hérétique: nous irons au paradis jusqu'à la fin des temps sur terre, c'est-à-dire jusqu'à l'Apocalypse. Ensuite il y aura le Jugement Dernier, puis la résurrection de la chair; ce qui voudrait dire que les hommes qui vivront pendant la fin des temps ne connaitront pas le paradis.
Après, où se passe la résurrection de la chair, c'est une autre histoire.

Re: Le Paradis ?

Publié : sam. 07 janv. 2017, 1:51
par Ciryl
Héraclius a écrit :Je crois que vous confondez éternité et perpétuité. L'Eternité, c'est un état hors du temps. Le temps ne s'écoule pas. ;)

Je n'avais jamais vu la chose comme ça, cette notion d'éternité et perpétuité qui seraient des choses séparées. J'ai appris quelque-chose ce soir :)

Mais sous quelle forme voyez-vous notre présence au Paradis ? Je veux dire, est-ce une forme humaine physique ou est-ce autre chose ?

Re: Le Paradis ?

Publié : lun. 09 janv. 2017, 22:45
par Libremax
Le paradis étant hors du temps, notre présence au paradis sera probablement hors de la matière.
Sans forcément y être totalement étranger.
Le Christ ressuscité est au-delà de la matière, mais il se donne à voir et à toucher.
De même, le paradis, qui est avant toute chose un état, (celui du Christ ressuscité par exemple) permettra-t-il peut-être de revêtir le temps et la matière, mais sans les mêmes contraintes que notre vie ici bas.

Re: Le Paradis ?

Publié : mer. 11 janv. 2017, 11:04
par Ciryl
Libremax a écrit :
lun. 09 janv. 2017, 22:45
Le paradis étant hors du temps, notre présence au paradis sera probablement hors de la matière.
Donc on peut penser que le Paradis est déjà occupé par un effet de paradoxe temporel.

C'est à dire que c'est nous qui sommes bloqués pour un certain délai dans une dimension du temps qui se trouve en marge de l'éternité. Je peux me tromper mais c'est comme ça que je vois la chose.

Re: Le Paradis ?

Publié : mer. 11 janv. 2017, 14:54
par Libremax
Ciryl a écrit :
mer. 11 janv. 2017, 11:04

Donc on peut penser que le Paradis est déjà occupé par un effet de paradoxe temporel.

C'est à dire que c'est nous qui sommes bloqués pour un certain délai dans une dimension du temps qui se trouve en marge de l'éternité. Je peux me tromper mais c'est comme ça que je vois la chose.
On peut éventuellement le poser comme une hypothèse. Mais dans ce domaine, il faut garder en mémoire que l'on ne sait, à vrai dire, rien du tout, parce que nous touchons à des choses qui dépassent notre pensée (limitée par les cadres spacio-temporels).

Jésus lui-même disait que nul, si non le Père, pas même le Fils, ne pouvait savoir le jour et l'heure de la fin tes temps ... Bien sûr, cette phrase du Christ prête à de nombreuses interprétations, mais aucune ne me semble absolument certaine, et il se pourrait bien que par là, Jésus nous montre que, d'une façon ou d'une autre, éternité et temporalité ne sont pas étrangers l'un à l'autre.

Par ailleurs, imaginer que nous rejoignions l'éternité à proprement dite après notre vie sur terre reviendrait à dire que, si nous allons au Paradis, alors nous y sommes déjà! Notre âme deviendrait éternelle, sans début ni fin. On touche là, effectivement, à un paradoxe total, hors de portée de notre logique, et peut-être bien hérétique : on se rapproche bigrement de ce que pensait Origène sur la métempsychose ( notre âme temporelle et mortelle rejoindrait après la mort une condition qui la précède. C'est une vision de la condition humaine rejetée par l'Eglise ).

Re: le paradis

Publié : mer. 11 janv. 2017, 15:59
par TREBLA
saperlipopette a écrit :
mer. 28 déc. 2016, 18:27
Une possibilité, peut-être hérétique: nous irons au paradis jusqu'à la fin des temps sur terre, c'est-à-dire jusqu'à l'Apocalypse. Ensuite il y aura le Jugement Dernier, puis la résurrection de la chair; ce qui voudrait dire que les hommes qui vivront pendant la fin des temps ne connaitront pas le paradis.

Après, où se passe la résurrection de la chair, c'est une autre histoire.
Cher saperlipopette,

Merci pour votre commentaire. Je dirais que votre proposition est complètement biblique.

Re: Le Paradis ?

Publié : jeu. 12 janv. 2017, 12:16
par Ciryl
Libremax a écrit :
mer. 11 janv. 2017, 14:54
Ciryl a écrit :
mer. 11 janv. 2017, 11:04

Donc on peut penser que le Paradis est déjà occupé par un effet de paradoxe temporel.

C'est à dire que c'est nous qui sommes bloqués pour un certain délai dans une dimension du temps qui se trouve en marge de l'éternité. Je peux me tromper mais c'est comme ça que je vois la chose.
Par ailleurs, imaginer que nous rejoignions l'éternité à proprement dite après notre vie sur terre reviendrait à dire que, si nous allons au Paradis, alors nous y sommes déjà! Notre âme deviendrait éternelle, sans début ni fin. On touche là, effectivement, à un paradoxe total, hors de portée de notre logique

Je pense que ce qu'a dit Héraclius à ce sujet devrait nous éclairer, à savoir qu'il ne faut pas confondre l'éternité avec la perpétuité.

La présence au Paradis sera perpétuelle, ce qui implique un début pour nous mais pas de fin. Vu de cette façon ça parait plus acceptable pour l'esprit. Mais je crains de trop simplifier quelque-chose qui est plus complexe que ça.

Re: le paradis

Publié : jeu. 12 janv. 2017, 14:13
par Fée Violine
Et en même temps elle est éternelle : car en Dieu le temps n'existe pas.
Si c'est paradoxal, c'est normal, car tout ce qui concerne Dieu nous dépasse infiniment, et c'est très bien ainsi !