Corps et catholicisme

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 146
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Corps et catholicisme

Message non lu par Quejana » jeu. 07 mars 2019, 11:31

Bonjour,
Je me pose une question en tant que protestante. Quelle est la place du corps dans le catholicisme ? On m'a dit des choses contradictoires à ce sujet.
Le protestantisme iconoclaste dans son art et sa spiritualité accorde moins d'importance au corps humain, à sa beauté que le catholicisme. De plus, le fait qu'il nie les sacrements l'empêche d'introduire le corps dans sa célébration du culte. Les pays méditerranéens catholiques ont une culture plus sensuelle que les pays du nord protestants.
Néanmoins, le catholicisme a été longtemps corrompu par une vision néo-platonicienne du corps, établissant la dualité corps-esprit. La pénitence extérieure est plus importante dans le catholicisme que dans le protestantisme. Le mystique catholique n'a souvent pas hésité à mortifier totalement son corps et ses sens.
De fait, le catholicisme semble osciller entre une glorification du corps humain et une négation de ce dernier.

Comment se situe le catholicisme par rapport au protestantisme face à la question du corps selon vous ?
Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

Avatar de l’utilisateur
Cepora
Barbarus
Barbarus

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Cepora » jeu. 07 mars 2019, 23:33

Bonjour Quejana,
Quejana a écrit :
jeu. 07 mars 2019, 11:31
Néanmoins, le catholicisme a été longtemps corrompu par une vision néo-platonicienne du corps, établissant la dualité corps-esprit.
Non, l'Église n'a jamais établi une dualité entre le corps et l'esprit ; elle s'est toujours opposée, au moins depuis saint Irénée, à ce dualisme âme/corps. L'Église a toujours affirmé que l'être humain n'est ni le corps ni l'âme, mais la composition des deux. Elle enseigne que l'être humain a une forme substantielle unique, une unique substance composée d'un corps et d'une âme. En cela, sa conception métaphysique se rapproche davantage de l'hylémorphisme aristotélicien.

Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 146
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Quejana » ven. 08 mars 2019, 10:48

Merci pour ce précieux éclaircissement Cepora ! :)
En revanche, n'est-il pas vrai que l'Eglise a eu une mauvaise image de la chair ? Comment expliquer que les saints aient voulu mortifier cette dernière ?
Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1747
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par prodigal » ven. 08 mars 2019, 12:00

Parce qu'elle incline au péché, tout simplement. Pourquoi chercher une autre raison? :)
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11055
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Fée Violine » ven. 08 mars 2019, 12:34

Il y a eu aussi l'influence du jansénisme, qui a duré quelques siècles.

Avatar de l’utilisateur
Cepora
Barbarus
Barbarus

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Cepora » ven. 08 mars 2019, 13:15

Quejana a écrit :
ven. 08 mars 2019, 10:48
Merci pour ce précieux éclaircissement Cepora ! :)
En revanche, n'est-il pas vrai que l'Eglise a eu une mauvaise image de la chair ? Comment expliquer que les saints aient voulu mortifier cette dernière ?
Bonjour Quejana,

Je crois que l'ascèse chrétienne est peut-être mal comprise par certaines personnes. Il est vrai que les austérités corporelles, auxquelles se livrent certains croyants, peuvent surprendre par leur sévérité et leur rigueur. Ce sont des pratiques de pénitence qui n'impliquent pas une condamnation de la chair, mais seulement une lutte contre les mauvais penchants de celle-ci. La corps en lui-même n'est pas mauvais, au contraire, car il est appelé à être glorifié et à participer à la vie de Dieu.

Aussi, nous devons tous, en tant que chrétiens, lutter contre nos mauvaise inclinations qui nous portent au péché. Ceci même par de petits sacrifices quotidiens, des jeûnes, etc. sans que cela soit fait de manière ostentatoire.

Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 146
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Quejana » sam. 09 mars 2019, 20:25

Bonjour,
Merci pour vos réponses !
prodigal et Cepora > Merci pour vos deux réponses. Mais est-ce en luttant contre la chair que l'on parvient à la dompter ? l'esprit le peut-il ? régit-il entièrement cette dernière ou dépend-il également de cette dernière, de telle manière qu'il ne peut pas faire du tort à celle-ci sans se causer à lui-même un grand dommage ? Il n'est pas évident de dire que c'est en mortifiant sa chair que l'on parvient à vaincre ses mauvais penchants. Par exemple, un tabacologue m'a expliqué que l'on ne pouvait pas arrêter de fumer en écoutant seulement sa propre raison. En revanche, on peut arrêter de fumer, non en se mortifiant et en voulant prendre le contrôle de son corps par l'esprit, mais en utilisant des substituts nicotiniques et en faisant du sport à la place. Tous les tabacologues recommandent d'ailleurs de remplacer la consommation du tabac par d'autres plaisirs plus sains. C'est une autre manière de satisfaire son corps, non une mortification mais qui parvient au résultat voulu : arrêter de fumer, donc éliminer un mauvais penchant. Je ne suis pas d'accord pour dire qu'il faille passer par la lutte contre sa chair pour éliminer les mauvais penchants de cette dernière. C'est loin d'être évident.
Fée Violine > Merci pour cet éclaircissement. Pouvez-vous me dire quelle était la vision janséniste du corps ? y avait-il dualité dans leur conception de ce dernier ?

A tout le monde > Comment se fait-il que l'Occident ait si peu accordé d'importance au corps contrairement par exemple aux traditions asiatiques ?
Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 11055
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Fée Violine » dim. 10 mars 2019, 2:11

Fée Violine > Merci pour cet éclaircissement. Pouvez-vous me dire quelle était la vision janséniste du corps ? y avait-il dualité dans leur conception de ce dernier ?
Je ne saurais pas vous donner de réponse approfondie. Je sais par exemple que Pascal interdisait à sa soeur d'embrasser ses enfants. :s
Mais les jansénistes n'étaient peut-être pas tous aussi austères.

En cherchant des informations, je tombe sur ce texte qui semble très intéressant.
http://www.aasm.ch/pages/echos/ESM083013.pdf

Notamment :
Reprenons pour en mesurer les répercussions sur l'histoire de la mentalité catholique, quelques thèmes issus du jansénisme ou en tout cas privilégiés par lui. D'abord le rigorisme : en ce qui concerne la chair, ou le corps, il n'est pas exagéré de voir dans l'attitude janséniste un certain mépris qui va parfois jusqu'à la défiance du sacrement de mariage. Un des traités d'éducation les plus importants de la France du XVIIIe siècle, daté de 1700 et intitulé : Règles chrétiennes pour faire saintement toutes ses actions fait la guerre à la nudité (des pieds et des bras...) et enseigne la « sainte haine de sa propre chair et de celle des autres » 29. Le « mépris du monde » passe évidemment par le rejet des spectacles et de l'art, faits de mensonges et d'idolâtries qui corrompent l'âme. On peut mesurer le fossé que Racine avait établi entre ses éducateurs et lui jusqu'à sa conversion. Mère Angélique disait : « Par l'esprit de Jésus-Christ j'aime tout ce qui est laid » et à Port-Royal, elle avait fait mettre les tapisseries à l'envers pour satisfaire à la nécessité (c'est-à-dire de garder la chaleur) et de supprimer en même temps la beauté. Quant à Le Maistre de Sacy, il s'oppose aux voyages car on y trouve « le diable habillé en toutes sortes de façons, à l'allemande, à l'italienne... mais c'est toujours le diable ! »

Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 146
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Quejana » dim. 10 mars 2019, 10:23

J'hallucine ! Ce texte fait peur. Je n'arrive pas à croire qu'on ait pu parvenir à de telles extrémités ! Le catholicisme non janséniste a un regard beaucoup plus sain sur le corps et les arts.
Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1747
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par prodigal » dim. 10 mars 2019, 11:28

Chère Quejana,
je ne crois pas une seconde que l'occident ait négligé le corps! Il serait moins excessif, à mon sens, de dire que les penseurs occidentaux ne parlent que de cela plutôt que de dire qu'ils ne s'y intéressent pas! :-D
Mais s'intéresser au corps ne veut pas dire juger que le corps est bon, ni mauvais d'ailleurs.
C'est ainsi que la pensée la plus hostile à l'assimilation du corps au mal est peut-être le christianisme, qui n'y a pas été de main morte pour combattre le catharisme dont c'est un dogme fondamental (l'existence d'un mauvais principe dont le corps émanerait). Mais le christianisme nous invite aussi à la mortification, puisque nous sommes en carême nous ne pouvons pas l'oublier.
Ce n'est pas une contradiction, c'est la constatation d'une ambivalence. Le corps est comme toute chose, bon ou mauvais selon le cas.
Ce qui peut contribuer à éclairer la chose, ce serait de dire que le mal n'est pas le fait du corps, mais le fait de soumettre l'esprit au corps. Une fois que l'on dit cela, à chacun de trouver le meilleur moyen de faire en sorte que l'esprit soit le maître et le corps le serviteur. Une possibilité pour cela est d'y aller fort, de mater brutalement le corps. Il existe aussi heureusement des méthodes plus douces. :)
Il vaut mieux, cela va de soi, trouver son propre équilibre dans la joie et la sérénité que de se laisser aller à un dolorisme malsain. Mais chacun doit trouver le régime qui lui convient.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Cepora
Barbarus
Barbarus

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Cepora » dim. 10 mars 2019, 13:13

Bonjour,

Je me permets de citer un extrait de la New Catholic Encyclopedia au sujet de la mortification corporelle :
New Catholic Encyclopedia (2003):

« Mortification. Maîtrise délibérée des pulsions naturelles de l’homme visant à soumettre progressivement ces pulsions à la raison éclairée par la Foi et les transformer en sujets de sanctification. Jésus-Christ demandait ce renoncement si quelqu’un voulait marcher à sa suite (Luc 9,29). La mortification, ce que saint Paul appelle crucifixion de la chair avec ses vices et concupiscence (Gal 5, 24), est devenu le signe distinctif de ceux qui appartiennent au Christ.

Tous les théologiens sont d’accord sur le fait que la mortification est nécessaire pour le salut de l’homme. Fortement enclin au mal à cause de la triple concupiscence du monde, de la chair et du démon, il doit apprendre à y résister pour ne pas être conduit au péché grave. Si l’on veut sauver son âme, on doit au moins fuir toutes les occasions immédiates de péché mortel. La fuite elle-même comporte une certaine mortification. En plus de ces mortifications qu’exige la condition de l’homme, l’Église, reprenant l’insistance des Évangiles, en impose d’autres aux fidèles (préceptes du jeûne et de l’abstinence). À ceux qui sont dispensés de cette règle, pour une raison ou un autre, l’on demande de faire une autre mortification. »

Ceux qui cherchent à progresser dans la perfection chrétienne doivent se mortifier plus que les croyants ordinaires. Le Christ a fait de la Croix le prix à payer pour le suivre de près (Lc 14,33).

Depuis les débuts de l’ère chrétienne, nombreux sont ceux qui ont embrassé une vie de mortification en imitation du Seigneur. Ceux qui atteignent une grande sainteté sont constamment poussés à lui ressembler dans ses souffrances. Mais, parce que les grandes mortifications représentent un certain risque, il est conseillé de soumettre toutes les pénitences à l’approbation d’un directeur spirituel sage ».
Cet extrait est consultable sur le site internet de l'Opus Dei : https://opusdei.org/fr-fr/article/lopus ... orporelle/

Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 146
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Quejana » lun. 11 mars 2019, 19:23

Merci à tous les deux pour vos réponses !
prodigal > Je pense qu'il est extrêmement dangereux de "mater brutalement" son corps ; ce dernier peut par un retour de bâton, imposer sa loi à l'esprit quand on l'a trop corseté à tel point qu'il ne puisse plus respirer : "Qui veut faire l'ange fait la bête", comme l'écrit Pascal. A force de se priver de nourriture, par exemple, on finit par ne plus penser qu'à cela ; et cela est valable pour bien d'autres besoins vitaux ou plaisirs de l'homme. Ce n'est pas en martyrisant son corps qu'on peut le soumettre ; et d'ailleurs, dans l'idée de "soumission du corps à l'esprit", il y a un dualisme sous-jacent. Il faut travailler plutôt selon moi, à ce que les deux soient en harmonie de telle sorte que l'un et l'autre puissent se répondre d'une manière saine. Le corps peut tressaillir d'une allégresse pieuse ; le corps peut éprouver du plaisir à accomplir ses devoirs ; les désirs du corps et de l'esprit ne sont pas toujours contraires. Sortons de l'idée qu'il faut "dompter" son corps comme une bête sauvage.
Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Amicus Civitatis
Amicus Civitatis
Messages : 1747
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par prodigal » lun. 11 mars 2019, 19:52

Je suis tout à fait d'accord avec vous, et d'ailleurs aussi avec ce janséniste de Pascal! :D
Mais dompter son corps fait partie de la panoplie des moyens d'être en paix avec soi-même. Cela prend parfois des tours névrotiques, indiscutablement, mais pas forcément. Tout sportif apprend à dompter son corps, par exemple.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

Avatar de l’utilisateur
Quejana
Censor
Censor
Messages : 146
Inscription : sam. 14 oct. 2017, 10:38
Conviction : Protestante libérale

Re: Corps et catholicisme

Message non lu par Quejana » mer. 13 mars 2019, 13:38

C'est vrai prodigal, vous avez raison. Je n'avais pas pensé à cet exemple du sportif. Intéressant.
Par une nuit profonde,
Étant pleine d'angoisse et enflammée d'amour,
Oh ! l'heureux sort !
Je sortis sans être vue,
Tandis que ma demeure était déjà en paix.

Saint Jean de la Croix

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : apatride et 5 invités