Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8744
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar PaxetBonum » lun. 22 janv. 2018, 17:51

Vous m'excuserez mais je vous cite : " Par contre, apparemment, j'ai tout faux pour les catholiques : athée, j'étais pro-avortement, féministe (…) et je le suis restée en croyant au Christ"

Etes-vous pour au contre la loi autorisant l'avortement en France ?
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Kitab
Censor
Censor
Messages : 128
Inscription : mar. 14 nov. 2017, 0:07
Conviction : Catholique
Localisation : Les Halles, Strasbourg

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Kitab » lun. 22 janv. 2018, 18:27

Je me suis donc mal exprimée et m'en excuse : je suis pour la loi en faveur de l'avortement en cela qu'elle donne un droit bien légitime qui aurait dû incomber aux femmes depuis longtemps ; je suis en revanche absolument contre (et à 100 % ) l'avortement de confort car je considère que la vie est un cadeau de Dieu (sans vouloir reprendre les arguments des chrétiens stricto sensu! ) et qu'elle est à honorer. Entre l'avortement de confort et l'avortement à la suite d'un drame, il y a toutes sortes de situations qu'il faut examiner au cas par cas ; il faut également évoquer l'interruption médicale de grossesse, également un drame pour les parents.

J'ai également de la peine pour les enfants avortés dans toutes les situations - on peut être pour l'avortement et penser à eux, bien sûr.

Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 340
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Cendrine » lun. 22 janv. 2018, 18:58

Merci Kitab de vouloir nous "faire comprendre". :-D

Votre avis émane d'un bon sentiment à l'égard des femmes qui se retrouvent dans des situations parfois terribles, c'est tout à votre honneur et prouve votre capacité d'empathie.

Mais des solutions consistant à mettre à mort un être sans défense ne tire pas vers le haut l'humanité. Au contraire ce type de réflexe rapide, tripal, expéditif ne devient pas bel et bon simplement parce que la victime d'un viol ne désire qu'une chose : fuir les problèmes supplémentaires. Ce besoin de fuir les nouveaux problèmes au prix d'une vie est instinctif et naturel, on peut donc avoir de la compréhension envers la personne qui le ressent, de la compassion, seulement voilà : ajouter un mal à un mal n'a jamais rien donné de bon, à plus ou moins long terme. Les bons sentiments ne servent pas à grand chose quand il s'agit d'être des êtres humains fidèles à leur vocation.

J'ai été violée quand j'avais 19 ans (rien de sanglant cependant : le gars avait mis dans mon verre de quoi m'amadouer), un enfant a été conçu. Quand ma mère l'a su, j'en étais à presque 3 mois de grossesse. Elle m'a amenée dare-dare dans une clinique pour me faire avorter, la question ne s'est même pas posée tellement c'était évident. Perdue que j'étais, sidérée par la violence de sa réaction, je n'ai opposé aucune résistance car j'étais le parfait produit de mon éducation qui m'avait donné de bonne manières mais avait fait l'impasse sur la valeur de la vie et la confiance à avoir envers son Seigneur malgré les remous de nos parcours. Tout a été parfaitement hygiénique, confortable, douillet même, oserais-je dire, presque cosy. La grande classe. Le curetage aux petits oignons. Ensuite j'ai enchaîné sur la pillule (belle façon de faire connaissance) puis mené une vie dite "réussie", ma gynécologue, complice de ma mère a dit que j'étais "trèèès équilibrée". On parle de "pro-choix". J'aurais aimé pour ma part avoir le choix de me sentir moins "équilibrée", moins bonne pour l'économie. J'aurais aimé être un peu remuée, confiante, soutenue, soucieuse mais pleine de l'Espérance dont parle notre Catéchisme (pas l'espoir rase-moquette qui nous est vendu si bien).

Artiste, 20 ans après, fréquentant le milieu ultra branché parisien et pourtant bien de gauche, anarchiste que j'étais, néo-païenne, je me suis mise à dessiner un fœtus alors que jamais je ne pensais vraiment à lui, ou juste quand il s'agissait d'affirmer mon avortement, histoire de faire savoir que j'étais une fille "cool" et libérée. Ce fœtus me regardait d'un air de reproche et je l'ai aimé à ce moment. C'est seulement 4 ans plus tard, lors de ma conversion au catholicisme, que j'ai compris pourquoi soudain, alors que je m'en souciais peu, je m'étais mise à dessiner ce petit corps, mon petit Calliste.

Alors non, aucune femme n'est sainte juste parce qu'elle désirerait garder l'enfant qui lui a été fait, elle ne fait que son devoir de bonheur malgré les embûches probables, mais elle sait qu'avec le Christ elle n'est jamais seule et elle n'a peur de rien. Si, elle a peur d'avoir peur au point de distordre sa vie précieuse et celle des autres, et elle espère être sainte un jour. J'ai parfois l'impression que les personnes qui refusent de se laisser toucher par le Christ et son Église éprouvent beaucoup de mépris et d'incompréhension envers les personnes qui ne sont pas saintes mais veulent le devenir de tout leur cœur.

Je trouve impressionnants en ce moment ces appels incessants aux sentiments les meilleurs, aux pseudo-gentillesses de la part de personnes dont l'unique mobile dans la vie semble être la jouissance ou une stratégie d'évitement de tout inconfort. Notre société semble produire à la chaîne des individus qui se veulent ébouriffants d'originalité alors que le seul mobile est - encore et toujours - consommer. Consommer de la relation simili-amoureuse, de la passion, des sensations fortes, des émotions, de l'adrénaline, de l'admiration... On comprend que pour donner un peu de lustre à tout ce fatras il faille ressortir sans arrêt ses bonnes intentions, ses petites gentillesses à deux balles afin de mieux faire passer les autres pour des malades, c'est le monde à l'envers. Être gentillet en vue de son propre plaisir est devenu un idéal qui rend certains capables de donner des leçons de morale. :s

Kitab, un enfant à naître est-il réellement une menace au point de lui ôter la possibilité de vivre ? Si oui, pour qui est-il une menace, pourquoi ?

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8744
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar PaxetBonum » lun. 22 janv. 2018, 22:55

Je trouve impressionnants en ce moment ces appels incessants aux sentiments les meilleurs, aux pseudo-gentillesses de la part de personnes dont l'unique mobile dans la vie semble être la jouissance ou une stratégie d'évitement de tout inconfort.
Chère Cendrine,

Soyez bénie pour votre témoignage de vérité.
Je ne doute pas que vous retrouverez au Ciel votre petit Calliste plein d'amour et de pardon pour celle qui lui rend si fidèlement témoignage.

Je souligne votre phrase qui dépeint si bien notre époque : il faut être gentil, bienveillant, ne pas juger… pour ne pas déranger ceux qui veulent vivre dans le péché .
Ce n'est ni de la gentillesse, ni de la bienveillance, c'est une condamnation complice à la damnation éternelle.

C'est ce que Chesterton dénonçait si bien :

"Le monde moderne n’est pas méchant ; sous certains aspects, le monde moderne est beaucoup trop bon. Il est plein de vertus désordonnées et décrépites. Quand un certain ordre religieux est ébranlé (comme le fut le christianisme à la Réforme), ce ne sont pas seulement les vices que l’ont met en liberté. Les vices, une fois lâchés, errent à l’aventure et ravagent le monde. Mais les vertus, elles aussi, brisent leur chaînes, et le vagabondage des vertus n’est pas moins forcené et les ruines qu’elles causent sont plus terribles. Le monde moderne est plein d’anciennes vertus chrétiennes devenues folles. Elles sont devenues folles, parce qu’isolées l’une de l’autre et parce qu’elles vagabondent toutes seules. C’est ainsi que nous voyons des savants épris de vérité, mais dont la vérité est impitoyable ; des humanitaires éperdus de pitié mais dont la pitié (je regrette de le dire) est souvent un mensonge. Mr Blatchford attaque le christianisme parce que Mr Blatchford a la monomanie d’une seule vertu chrétienne, d’une charité purement mystique et presque irrationnelle. Il a une idée étrange : c’est qu’il rendra plus facile le pardon des péchés en disant qu’il n’y a pas de péchés."

G.K.Chesterton - Orthodoxie
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Kitab
Censor
Censor
Messages : 128
Inscription : mar. 14 nov. 2017, 0:07
Conviction : Catholique
Localisation : Les Halles, Strasbourg

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Kitab » jeu. 25 janv. 2018, 14:30

Bonjour Cendrine,

Je suis profondément désolée de lire ce témoignage affreux et touchant à la fois,ce qui vous est arrivé (n"avez-vous jamais ressenti de haine envers votre agresseur ? ) et l'avortement. Comme Paxetbonum, je pense que vous reverrez votre fils au Ciel - car malgré cet avortement forcé, vous pouvez le considérer comme votre enfant et Dieu le voit également ainsi.

Je vous souhaite de toujours connaître la paix dans votre coeur.

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 349
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar JCNDA » sam. 27 janv. 2018, 1:05

Kitab,
Je parle en effet des cas extrêmes pour vous faire comprendre que dans ces cas, l'avortement est une nécessité.
Pour moi, un adulte n'a pas le droit de vie ou de mort sur un foetus. La même souffrance existe sur une grossesse de 3 mois ou 7, 8, 9 mois.

Quelles que soient les circonstances, la perte d'un enfant reste très difficile pour la mère et également le père s'il respecte l'enfant. Ma femme a mis au monde un enfant mort à 5 mois de grossesse en 2013. Le travail est aussi éprouvant qu'une "vraie naissance". Claire est morte d'une maladie génétique, la "nature" a fait son devoir.

Cendrine a vécu une expérience douloureuse aussi jeune et seule (sans aide du père). Une famille unie affronte "mieux" ces épreuves marquantes pour une mère. Ma femme avait 38 ans, après deux échecs à cette époque.

Je me souviens encore très bien de l'état de ma femme à cette époque et c'est pour cela que je suis contre l'avortement même dans les cas de "nécessité".
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

DeusPrimus
Ædilis
Ædilis
Messages : 33
Inscription : mar. 23 janv. 2018, 21:49
Conviction : catholique

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar DeusPrimus » sam. 27 janv. 2018, 22:57

Un Bon Jour à tous,

Cendrine et JCNDA, vous avez toute ma compassion, je prierai pour vous.

Au sujet de l'épître de Saint Paul, si la femme doit être soumise à son mari (soit attentionnée mais aussi le sens conventionnel), c'est parce que le mari doit aussi être soumis à sa femme :

- saint Paul dit dans le même passage "les maris doivent aimer leur femmes comme leur propre corps" éph 3,27-29

-Egalement : "La femme n'a pas autorité sur son propre corps, mais c'est le mari; et pareillement, le mari n'a pas autorité sur son propre corps mais c'est la femme"1 cor 7,4

-Mais surtout : "C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair".gen 2,24


Il me semble qu'un homme est un être humain dans tous les sens du terme (intégrité, social ...) à tous moment de sa vie et depuis sa conception . L'avortement devient (ou est déjà...) un meurtre, donc contraire et à la loi des hommes, et à la loi de Dieu.

Que Dieu vous garde en son Amour et vous donne une longue vie.

Vive Dieu !

DeusPrimus
"Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu car Dieu est Amour" Saint Jean

QUIS UT DEUS ?

Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 340
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Cendrine » lun. 12 mars 2018, 11:21

Bonjour PaxetBonum, Kitab, JCNDA et DeusPrimus,

Je n'ai pas répondu à vos messages, aussi je le fais maintenant après ce temps passé sans venir sur le forum :

Je rends grâces à Dieu pour vos prières et vos pensées ! :)

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3837
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Kerniou » lun. 12 mars 2018, 12:31

Pour répondre à la question de la rubrique, je dirais que le modèle de femme qui nous donné dans l'Evangile est MARIE, la mère de Dieu et de Jésus qui est celle qui accepte ce que Dieu a décidé pour elle. Elle accepte sa grossesse"particulière"; elle accepte d'accoucher dans une étable,elle accepte que jésus encore enfant, s'occupe des affaires de son Père puis elle va accepter que son fils meure de la mort la plus infamante qui soit, la mort sur la Croix ... "Marie gardait tout cela dans son coeur" ...
Le modèle qu'il nous est recommandé de suivre, c'est l'acceptation en silence de tout ce qui nous arrive.
Alors que le féminisme agit dans la revendication. Il faut reconnaître que pendant longtemps, durant des siècles, les femmes ont "accepté" leur sort et tout supporté en silence ...
par extension le modèle proposé à la femme reste le modèle de la mère au foyer. Il faut dire, aussi, qu'en restant à la maison , les femmes ne risquent pas de rivaliser professionnellement avec les hommes ...
Je me souviens que, dans ma jeunesse, on parlait avec admiration des femmes qui acceptaient leur sort (souvent mauvais dans ces cas- là) sans jamais se plaindre ... et puis c'était la vie que Dieu vous réservait ... Ne pas respecter la volonté de Dieu en acceptant pas la place Qu'il nous avait assignée, était un péché ...
La revendication va donc à contre-courant et à l'encontre de l'éducation chrétienne ...
Par extension, l'expression "étouffe-chrétien" moins usitée de nos jours, est, à cet égard très éloquente ... pourquoi encore étouffer un chrétien déjà bien étouffé de par sa condition ...
A l'école, combien de fois n'avons-nous pas entendu:
-"Une jeune fille chrétienne accepte l'injustice sans rien dire" ... Nous devions accepter sans rien dire d'être injustement punies pour apprendre l'humilité...( l'humiliation ?) pour l'offrir à Dieu en esprit de sacrifice ... Jésus n'avait-il pas été injustement condamné ?...
vouloir dire la vérité, "répondre, était une insolence qui devait être réprimandée, voire, parfois réprimée ...

En d'autre termes , accepter l'injustice en silence c'est, aussi, cautionner l'arbitraire des adultes qui ne veulent pas avoir tort ...
Pourtant, Jésus ne recommande-t-il pas l'application de la justice ? ... Argumentation féministe ?
L'Esprit d'acceptation du catholicisme ne retrouve aucune de ses valeurs dans le militantisme.
De là, à dire que le modèle proposé aux femmes est un modèle qui les infantilise, est un pas que les féministes n'hésitent pas à franchir !...
Dernière édition par Kerniou le lun. 12 mars 2018, 12:51, édité 3 fois.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 340
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Cendrine » lun. 12 mars 2018, 12:42

Bonjour Kerniou,

Je crois que lorsque des injustices ont lieu, contre soi ou contre d'autres, il faut faire ce que notre état nous permet, ce que nos forces naturelles et propres, ainsi que la loi, nous permettent. Mais si on ne peut changer un fait, aussi dur soit-il, si nous avons épuisé toutes les ressources naturelles et surnaturelles, il peut être bon de s'abandonner au Fiat de Marie.
L'abandon ne suppose pas la couardise, il suppose le préalable combat (militantisme pourquoi pas ce mot), mais précisément notre religion nous donne à d'autres occasions la grâce nécessaire au "oui", au renoncement apaisé.

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 279
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Alizee » lun. 12 mars 2018, 13:07

Kerniou,

oh que oui que l'on a entendu "tais-toi, sois humble, accepte d'être humilié" à l'école. Mais je dois avouer que les garçons entendaient la même chose.
Dans la Doctrine Sociale de l'Eglise, il n'y a rien de cela. Obéir, oui, si l'autorité est juste et exercée en vue du bien commun, sinon désobéir devient un devoir moral.

Une Sainte avec qui j'ai beaucoup beaucoup de mal, c'est Sainte Rita. Ca m'irrite que l'on puisse proposer en idéal de souffrir les pires traitements en silence.

Avatar de l’utilisateur
Kerniou
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 3837
Inscription : mer. 21 oct. 2009, 11:14
Localisation : Bretagne

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Kerniou » lun. 12 mars 2018, 14:53

Chère Cendrine
Permettez-moi de vous dire combien j'apprécie votre pondération. J'ai beaucoup de mal à tempérer mon côté passionné ...
Accepter la situation quand on ne peut plus rien faire d'autre, je l'ai fait en acceptant la mort de ma fille ... En la remettant entre les mains de Dieu et lui disant que si la fin de sa fin sur terre se terminait, eh bien qu'elle suive son chemin sans regret . " - tu peux partir, nous t'aimerons toujours"...
Mais vous savez, je suis une militante; je n'ai jamais supporté les injustices et en tant que représentante élue du personnel, j'ai toujours défendu, bec et ongles la situation de ceux qui n'étaient pas payés au bon indice, à qui l'on refusait, quand ils en remplissaient les conditions, un avantage ou une dérogation pourtant prévus dans les textes ... j'ai passé, ainsi, 32 ans de ma carrière" à défendre la justice", à aller à l'inspection de travail, aux prud'hommes etc ... En plus de mes fonctions et le plus souvent sur mon temps personnel ...
Puis nous avons déménagé et j'ai occupé un poste de cadre où, à l'arrivée d'un supérieur hiérarchique odieux l'on m'a demandé de coincer arbitrairement les salariés .., comme je m'y suis refusée, J'ai eu droit aux mesures de retorsion: il m'a harcelée, sexuellement, professionnellement, personnellement en privé comme en public où il prenait plaisir à évoquer ma frigidité supposée ... pendant 6 ans ! ... C'est long, 6 ans!
Il déclarait à qui voulait l'entendre que je ne le faisais pas b----r et qu'à ce titre, je ne méritais pas mon salaire ...
Peu de temps après son arrivée, la grille des salaires a été revue et il a refusé de m'accorder l'augmentation à laquelle j'avais droit: Il m'a lésée de 136 euro par mois pendant 6 ans ... soit plus de 9000 euro ! Et autant de cotisations en moins pour le montant de ma retraite ... Puis notre fille est tombée malade il m'a proposé un "arrangement très avantageux"selon ses termes".
Il m'a licenciée pour faute professionnelle et m'a versé des indemnités de licenciement ... la maladie de notre fille lui a permis de se débarrasser de moi en me proposant un arrangement ... "l'arrangement" en question lui a permis de m'empêcher de tout recours au prud'hommes ... De son point de vue, il m'avait eue ... Mais j'avais bien d'autres préoccupations ...
Il a eu le toupet de venir à la cérémonie d'adieu et j'ai du l'en remercier ...
vous comprendrez peur-être mieux ma fibre féministe ...
Bien à vous.
Jeannine.
" Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu , car Dieu est Amour " I Jean 4,7.

Avatar de l’utilisateur
Cendrine
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 340
Inscription : mar. 04 avr. 2017, 19:50
Conviction : Catholique
Contact :

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar Cendrine » lun. 12 mars 2018, 15:36

Chère Jeannine,

Bien sûr que je comprends votre fibre féministe ! Parfois les armes diffèrent, mais je crois que la source de l'indignation devant l'injustice est partout la même : le Christ.

Je ne sais plus dans quel ouvrage de spiritualité j'ai lu que la colère est le péché pour lequel Dieu nous pardonne le plus facilement parce qu'elle émane le plus souvent d'un cœur qui recherche la Justice... :)

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8744
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: Pourquoi tant d'anti-féministes chez les catholiques?

Message non lupar PaxetBonum » mar. 20 mars 2018, 9:28

Je pense que Cendrine remet les choses à leur place : seul compte le combat de la vérité et de la justice dans le Christ.
Le féminisme monte les femmes contre les hommes, c'est en soit un combat pervers ou perverti par celui qui est père de la discorde.
On arrive au nom de ces soit-disant combat légitime a des conférences réservées aux femmes, réservées aux non blancs… etc
Bref tout ceci n'est pas recherche de justice mais établissement de la discorde au nom du "bien", de la vengeance "légitime"…
Je combat âprement le féminisme tout comme je ne laisserai aucune femme se faire insulter par un âne comme le décrit Kerniou.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise


Revenir vers « Apologétique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bassmeg et 6 invités