Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Incertain
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : lun. 31 juil. 2017, 16:43
Conviction : Incertaine

Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Incertain » ven. 27 oct. 2017, 10:22

Bonjour,

Ma question concerne la philosophie et la théologie, mais je pense qu'elle s'inscrit dans le thème de l'apologétique puisqu'il s'agit de répondre aux objections des athées.

Voici donc le problème :
Dans les philosophies chrétiennes ou proches, on en arrive (à mon avis de façon rigoureuse) à déterminer que l'univers a une Cause Première, et que celle-ci n'est pas une infinité d'atomes éternels. Cette Cause première a généré notre univers physique. On trouve un exemple très convainquant de cette démonstration chez Frédéric Guillaud dans son ouvrage "Dieu existe (Arguments philosophiques)" au Cerf. Il reprend la plupart des arguments de la théologie classique en y ajoutant des considérations plus contemporaines et une réflexion sur le Big Bang. Soit.

Il identifie ensuite cette Cause première à Dieu, en disant notamment qu'elle ne peut être matérielle (elle sert à expliquer la matière, donc si on dit qu'elle est matérielle on recule et on a rien expliqué), qu'elle est hors de l'espace et du temps, et il en conclut quecomme ce qui n'est pas matériel est spirituel, il s'agit donc nécessairement d'un Esprit. C'est là à mon sens que la démonstration achoppe. Cette Cause première pourrait être un X indéfinissable, certes non matériel au sens de non-étendu et non spatial, mais pas pour autant un Esprit conscient...

Ainsi cette Cause première pourrait être l'Etre en tant qu'être, ou l'énergie, ou la Substance (ce qui se tient "sous les choses"). Il semble hasardeux et difficile d'expliquer que cette Cause première aurait des qualités comme la conscience, l'intelligence ou la bonté.

Il y a un passage de "cause première, agent qui génère et soutient l'univers physique" à Etre intelligent, infini et bon. Comment ce passage est-il justifié et argumenté (peut-être chez St Thomas d'Aquin ou d'autres penseurs) ?

Avatar de l’utilisateur
prodigal
Senator
Senator
Messages : 917
Inscription : mar. 09 juil. 2013, 10:32

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu ?

Message non lupar prodigal » ven. 27 oct. 2017, 11:15

Cher Incertain,
votre scepticisme me paraît tout à fait fondé, si vous voyez dans l'argument que vous nous présentez une preuve contraignante.
En effet, d'une part il y a loin, très loin, de l'idée de cause première à celle du Dieu chrétien Père, Fils et Saint-Esprit. La cause première est reconnue par les païens, et la démonstration que vous présentez selon laquelle elle ne pourrait pas être matérielle n'a rien d'évident, puisqu'elle postule ce qu'elle veut démontrer, à savoir que ce qui est spirituel est forcément immatériel.
Au fond, cette "preuve" se ramène à dire que si l'univers a nécessairement une cause spirituelle, alors il a réellement une cause spirituelle, ce qui ne nous avance pas beaucoup, et il ne faut pas s'étonner si ce genre de preuves n'a jamais converti personne.
Mais cela ne veut pas dire que l'argument soit sans intérêt. En effet, il met en évidence le fait qu'il y a de la conscience, ce qui oblige soit à poser qu'il y en a toujours eu, soit qu'elle soit née de la non conscience. La deuxième hypothèse est irrationnelle, la seconde détruit l'athéisme pur et dur.
Ainsi naît en l'esprit soucieux de comprendre une perplexité plutôt qu'une certitude, qui peut être un premier petit pas vers la foi.
Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4407
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar gerardh » ven. 27 oct. 2017, 12:59

______

Bonjour,

La Bible dès son début indique : au commencement Dieu...

Il n'y a donc pas de raisonnement sur les causes premières ou autres recherches de preuves de l'existence de Dieu ; mais une affirmation d'ailleurs non pas tant sur son existence mais sur son oeuvre en Création (ce qui d'ailleurs en soi est une preuve de cette existence).


______

Avatar de l’utilisateur
apatride
Censor
Censor
Messages : 88
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar apatride » sam. 28 oct. 2017, 0:35

Si l'anglais ne vous rebute pas, le livre Theology and Sanity de Frank Sheed décrit bien la logique par laquelle on déduit le Dieu chrétien à partir de la primera causa.

J'ai tenté d'en résumer une petite partie, hélas imparfaitement, dans cette publication sur le forum.

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1490
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Christophe67 » sam. 28 oct. 2017, 12:37

Bonjour,


Pour faire très très succinct, ou très très rapide au choix, puisque j"évite de discuter sur ce genre de questions en Apologétique. De même qu'il est difficile de faire plus élégant que la formulation de Prodigal, en particulier les deux/trois dernières phrases.

Pour qu'il y ait une cause première, il faut qu'il y ait un choix, c'est à dire une intelligence. Une intelligence qui a choisit de faire comme ceci plutôt que comme cela. De créer plutôt que de ne pas créer.
Mais cette cause première ne doit être causée par personne, c'est à dire qu'elle ne peut être contingente. Autrement nous serions dans une boucle infinie à nous demander qui de l'oeuf ou de la poule à causé l'autre sans jamais trouver la cause première.

Et comme l'homme ne fonctionne que par concepts, il faut les nommer. Alors cette cause première qui n'est causée par personne c'est ce que nous appelons Dieu.

Rappelons aussi que la théologie explique le pourquoi, alors que la science explique le comment. Il est toujours difficile de passer de la métaphysique au matériel sans user d'analogies imparfaites. C'est pourquoi je trouve toujours irrationnel de vouloir "prouver" Dieu selon le mode scientiste. Mais c'est un constat personnel.


Cordialement.

PS: "Frédéric Guillaud dans son ouvrage "Dieu existe (Arguments philosophiques)" au Cerf; excellente lecture de cet auteur qui enseigne aux séminaristes et mets à mal, par la raison, pas mal de "dogmes" athées.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3010
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Héraclius » sam. 28 oct. 2017, 16:24

Je crois qu’il faut faire des distinctions rigoureuses. D’un côté, il y a l’idée de cause première ou d’être nécessaire telle qu’on l’obtient ‘’brute’’ à la suite d’un argument cosmologique comme celui de Leibniz (si tout est contigent alors on ne peut expliquer pourquoi il y a quelque chose plutôt que rien, donc si on veut rester attachés au principe de raison suffisante il faut accepter l’existence d’un Être Nécessaire). Ensuite il y a le Dieu du théisme, qui a une sorte de dimension personnelle - le ‘’Dieu des philosophes’’ quoi. Enfin il y a le Dieu d’Abraham et de Jacob, comme dirait l’autre - le Dieu de la Bible, du Christianisme.


On ne peut pas, c’est un fait, passer du premier au troisième. Le troisième ne peut être connu que par la foi, qui est un acte rationnel mais non-démonstratif, qui ne produit pas du ‘’savoir’’. Par contre, on peut passer du premier au second - la plupart des philosophes qui ont accepté le premier ont accepté le second.


Si vous ouvrez la Somme Théologique de St Thomas d’Aquin, vous remarquerez qu’il exécute la question de l’existence de l’être premier en quelques lignes seulement. Une partie autrement plus longue du traité est consacrée, justement, à la description des attributs métaphysiques de ce ‘’Dieu’’ dont il dessine les contours.

L’Être Nécessaire est forcément simple, puisqu’il ne dépend de rien. Il est purement spirituel puisque la matière est contingente. Spirituel s’entend ici au sens strict de ‘’non-matériel’’. Un objet mathématique est spirituel dans le même sens.

Le fait qu’il ait une forme d’intelligence se déduit de plusieurs manières. D’une part, très basiquement, il a créé de l’intelligence ; or si il est source d’intelligence, il paraît probable qu’il possède en lui-même quelque chose de semblable, Surtout, il est source d’un monde intelligible. Le monde que nous connaissons est, justement, connaissable. On peut en rendre raison, on peut le penser. C’est là un fait fondamental, parce que si le Créateur est source d’intelligibilité, alors il paraît improbable qu’il n’ait pas, sous un certain rapport, une intelligence. Il serait étonnant que la source ultime et existentielle de la perfection cristalline des mathématiques, ne sache pas en rendre raison. Que l’inventeur d’un langage soit incapable de la comprendre.

De même, sa volonté souveraine est évidente. ‘’Dieu’’ est indéterminé, et de ce fait ses action sont totalement libres. Si il est incausé, alors il est doté d’un libre-arbitre absolument évident - beaucoup plus que le nôtre !

Bref, vous pouvez jeter un oeil au début de la Summa, qui n’est pas parfaite mais qui donne beaucoup d’indications. http://docteurangelique.free.fr/livresf ... 1apars.htm


Héraclius - :)
Deus illum exaltavit et donavit illi nomen super omne nomen ut in nomine Iesu omne genu flectat caelestium et terrestrium et infernorum.

"Seul l'Amour est digne de Foi" - Hans-Urs von Balthasar

Incertain
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : lun. 31 juil. 2017, 16:43
Conviction : Incertaine

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Incertain » lun. 30 oct. 2017, 14:56

Bonjour à tous,

tout d'abord merci de vous réponses et des indications de lectures, qui vont me faire avancer.

Christophe, je n'ai pas vraiment compris votre argument ci-dessous :
"Pour qu'il y ait une cause première, il faut qu'il y ait un choix, c'est à dire une intelligence. Une intelligence qui a choisit de faire comme ceci plutôt que comme cela. De créer plutôt que de ne pas créer."

Il peut y avoir une Cause première qui ne choisit rien car elle est inconsciente, ou encore qui émane la manifestation mécaniquement (comme l'Un de Plotin ?).

Prodigal, effectivement il y a 3 étapes : Cause première --> Dieu horloger --> Dieu chétien.
Il me semble que la réflexion naturelle peut établir la Cause première ET le Dieu horloger, du moins selon le Concile Vatican I (Dieu connissable par la raison, mais sa nature inconnaissable par la raison). C'est donc le passage entre la Cause première et le Dieu conscient et intelligent (horloger) sur lequel porte ma question - et non sur le Dieu de la foi, effectivement.

Héraclius, votre message me donne du fil à retordre ! Je pressens une difficulté dans le passage d'un monde intelligible à un créateur intelligent.

Pour donner un exemple : supposons un groupe de singes ; des éthologues constatent que les singes obéissent à un ensemble de lois sociales, se répartissent les tâches, ont une hiérarchie, partagent la nourriture etc. Les éthologues dégagent donc des lois en observant le groupe de singes.

Est-ce à dire que les singes sont intelligents et ont décidé de façon réfléchie de créer ces lois ? Ces lois se sont établies inconsciemment, par la pression des conditions de vie. De même, l'intelligibilité de l'univers est déduite par des observateurs humains, qui dégagent des lois ; peut-on dire que ces lois ont été conçues consciemment par la Cause première ? Ce passage de "il y a des lois dégagées par l'esprit humain" à "il y a un législateur divin qui a créé consciemment des lois" me laisse perplexe. Je ne sais as si ce passage est justifié ou non.

TREBLA
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 428
Inscription : jeu. 02 juin 2016, 3:54
Conviction : chrétien non-catholique

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar TREBLA » lun. 30 oct. 2017, 17:42

Cher Incertain,

Merci pour ce fil de discussion :
Incertain : ven. 27 oct. 2017

Voici donc le problème :
Dans les philosophies chrétiennes ou proches, on en arrive (à mon avis de façon rigoureuse) à déterminer que l'univers a une Cause Première, et que celle-ci n'est pas une infinité d'atomes éternels. Cette Cause première a généré notre univers physique.
Il y a le proverbe français : Tout passe, tout casse, tout lasse.

La définition de l'idée de l'UNIVERS :
Ensemble de tout ce qui existe. (En astrophysique, prend une majuscule)
http://www.larousse.fr/dictionnaires/fr ... cG36fvf.99
Voici la synthèse du proverbe et de la définition :

L'ensemble de tout ce qui existe passe,
l'ensemble de tout ce qui existe casse,
l'ensemble de tout ce qui existe lasse.

Donc l'UNIVERS passe, l'UNIVERS casse, l'UNIVERS lasse.

L'UNIVERS n'est pas éternel.

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1490
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Christophe67 » lun. 30 oct. 2017, 19:42

Bonjour Incertain,
Christophe, je n'ai pas vraiment compris votre argument ci-dessous :
"Pour qu'il y ait une cause première, il faut qu'il y ait un choix, c'est à dire une intelligence. Une intelligence qui a choisit de faire comme ceci plutôt que comme cela. De créer plutôt que de ne pas créer."

Il peut y avoir une Cause première qui ne choisit rien car elle est inconsciente, ou encore qui émane la manifestation mécaniquement (comme l'Un de Plotin ?).
J'en suis désolé, mais disons que tout choix est un signe d'intelligence et non d'inconscience. Hors dans la création il y a des réglages infinitésimaux dans les 20 grandes constantes de l'univers, et qui rendent la vie possible. La moindre variation avant la centième décimale rendrait la vie impossible, au delà elle serait différente. Ce n'est pas moi qui l'affirme mais la science actuelle.
Le monde scientifique se confronte, se déchire parfois, sur l'origine de ces réglages précis qui rendent le hasard, selon les probabilités, impossible du fait de l'extrême jeunesse de l'univers. En gros l'univers est trop jeune pour que cette probabilité (un choix non conscient ou hasard) existe. Il faut donc qu'un choix ait été fait, une intelligence qui a décidé que les constantes devaient être comme ceci plutôt que comme cela. A ceux qui refusent cette possibilité il y a une théorie refuge, celle des multivers (mais je dévie).

L'Un de Plotin, considéré comme théologie négative, tente de donner quelques explications mais n'aide en rien (ou peu) concernant le DIeu des croyants. Il faut aussi ne pas dissocié cette hypostase des deux autres (l'intelligence et l'âme) pour respecter le principe de procession de Plotin, puis de conversion, sinon l'univers intelligible ne l'est plus ;)

Le terme utilisé de "manifestation mécaniquement" est, en ce qui me concerne, contradictoire dans cette réflexion. Je m'explique.
La référence à la mécanique implique de dépendre de lois mécaniques, donc de contingence. Elle sous entend un principe de mouvement, qui ne peut être causé par elle-même (la manifestation) donc est causé par autre chose. Pour le croyant Dieu est forcément immobile, Il est celui qui provoque le mouvement sans être Lui même mis en mouvement par quoi que ce soit, sinon il serait contingent et ne serait pas Dieu.

Donc d'un point de vue raisonnable, en me référant aux 5 voies de St Thomas d'Aquin - dans notre cas le mouvement et la contingence - il m'est avis qu'il y a opposition entre intelligence et inconscience, entre immobilité et manifestation mécanique.

Selon la référence au livre de Frédéric Guillaud, il me semble qu'il aborde le sujet après la cause incausée; je crois dans la partie sur l'être nécessaire ou DIeu derrière le big-bang. j'espère ne pas mélanger avec un autre auteur.

Bonne soirée.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

TREBLA
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 428
Inscription : jeu. 02 juin 2016, 3:54
Conviction : chrétien non-catholique

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar TREBLA » mar. 31 oct. 2017, 17:41

Cher Christophe67,

Merci pour votre commentaire suivant :
Christophe67 : lun. 30 oct. 2017

Le monde scientifique se confronte, se déchire parfois, sur l'origine de ces réglages précis qui rendent le hasard, selon les probabilités, impossible du fait de l'extrême jeunesse de l'univers. En gros l'univers est trop jeune pour que cette probabilité (un choix non conscient ou hasard) existe. Il faut donc qu'un choix ait été fait, une intelligence qui a décidé que les constantes devaient être comme ceci plutôt que comme cela. A ceux qui refusent cette possibilité il y a une théorie refuge, celle des multivers (mais je dévie).
Vous avez raison. L’idée des multivers est « une théorie refuge ». En fait, c’est une théorie absurde, même ridicule.

Par définition, l'Univers est « l'ensemble de tout ce qui existe ».

« Ensemble de tout ce qui existe » est une définition qui concerne la totalité de la classe « EXISTANT ».
Donc l'Univers contient la totalité de la classe « EXISTANT ».

Tout qui existe est inclu dans l'idée de l'Univers.
Rien
qui existe n'est exclu de l'idée de l'Univers.
L'Univers contient tout. Tout est inclu, rien ne peut être exclu.

Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3010
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Héraclius » mar. 31 oct. 2017, 20:56



Héraclius, votre message me donne du fil à retordre ! Je pressens une difficulté dans le passage d'un monde intelligible à un créateur intelligent.

Pour donner un exemple : supposons un groupe de singes ; des éthologues constatent que les singes obéissent à un ensemble de lois sociales, se répartissent les tâches, ont une hiérarchie, partagent la nourriture etc. Les éthologues dégagent donc des lois en observant le groupe de singes.

Est-ce à dire que les singes sont intelligents et ont décidé de façon réfléchie de créer ces lois ? Ces lois se sont établies inconsciemment, par la pression des conditions de vie. De même, l'intelligibilité de l'univers est déduite par des observateurs humains, qui dégagent des lois ; peut-on dire que ces lois ont été conçues consciemment par la Cause première ? Ce passage de "il y a des lois dégagées par l'esprit humain" à "il y a un législateur divin qui a créé consciemment des lois" me laisse perplexe. Je ne sais as si ce passage est justifié ou non.
Le problème de votre contre-argument est qu'il ne prend pas en compte l'indétermination radicale de la ''cause première''. Votre exemple le montre bien : les singes ont des comportements intelligibles... à cause de la pression de leurs conditions de vie. Mais cela n'a rien à voir. Dieu est la source de toute chose ; il n'y a rien d'extérieur à lui qui ne dérive de lui directemment. Les singes existent dans un environnement, donc ont peut expliquer leur être par des causes externes ; si ils agissent ainsi, c'est à cause de tel ou telle chose... Mais avec Dieu ça ne marche pas. Il est la cause de toute chose, il est la source de tout ce qui est. Seules des causes internes peuvent expliquer son comportement.

Donc si le monde est intelligible, et qu'il a une source, cette source a forcément en elle-même une maîtrise de l'intelligibilité, donc une sorte d'intelligence. Le monde est dépendant du créateur, mais le créateur comme fons entis n'est par définition dépendant de rien, si ce n'est de lui-même, en un certain sens.
Deus illum exaltavit et donavit illi nomen super omne nomen ut in nomine Iesu omne genu flectat caelestium et terrestrium et infernorum.

"Seul l'Amour est digne de Foi" - Hans-Urs von Balthasar

Incertain
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : lun. 31 juil. 2017, 16:43
Conviction : Incertaine

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Incertain » mer. 01 nov. 2017, 22:45

Bonjour Christophe,

l'argument des réglages extrêmement précis des constantes de l'univers était très convaincant pour moi ; mais il y a peu, j'ai découvert qu'il existe maintenant une "cosmologie inflationniste", qui justifie de mieux en mieux l'existence d'un grand nombre d'univers-bulles, voire d'une infinité de ces univers. Avec une telle cosmologie, le réglage des constantes physiques observées dans notre univers n'est plus une singularité inexplicable, mais simplement un réglage parmi une infinité d'autres...

Bonjour Héraclius,

il est certain que l'Etre originaire n'avait rien pour l'obliger à adopter des "lois" ; en revanche une fois l'instant t=0 dépassé, une fois que des énergies ou des particules se sont différenciées et ont commencé à interagir, il est tout à fait concevable qu'elles aient commencé à subir des pressions mutuelles qui ont amené à la naissance de ce que nous, nous réinterprétons après-coup comme des "lois". Cela ne veut donc pas dire qu'un Créateur aurait défini des lois à l'instant t=0, mais plutôt qu'après l'instant t=0, des particules naissantes ont commencé à exercer des forces sur d'autres particules et que cela a donné ce que nous appelons "des lois"...

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1490
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Christophe67 » jeu. 02 nov. 2017, 5:57

Bonjour Incertain,

l'argument des réglages extrêmement précis des constantes de l'univers était très convaincant pour moi ; mais il y a peu, j'ai découvert qu'il existe maintenant une "cosmologie inflationniste", qui justifie de mieux en mieux l'existence d'un grand nombre d'univers-bulles, voire d'une infinité de ces univers. Avec une telle cosmologie, le réglage des constantes physiques observées dans notre univers n'est plus une singularité inexplicable, mais simplement un réglage parmi une infinité d'autres...
Le terme "il existe" est très audacieux car ce n'est encore qu'une théorie refuge sans aucun fondement scientifique. Il y a même Stephen Hawking qui a bout d'arguments nous ressort la théorie de la génération spontanée, concernant ces multivers. On a bien mesuré le sérieux de cette théorie, battue en brèche en son époque par Pasteur.

Je pars dans une réflexion qui ne vise personne, si je commets des maladresses ce n'est pas dirigé envers vous.

Sur le plan de la raison, je ne vois pas ce qui crédibilise plus cette théorie que la possibilité d'un Dieu créateur, hormis un refus obstiné d'envisager la seconde possibilité. J'aime cette phrase qui dit :" A celui qui veut croire, une preuve suffit; à celui qui ne veut pas mille preuves ne suffiront pas". Cependant on parle plus des théoriciens qui trouvent des échappatoires pas vraiment scientifiques, alors que tant d'autres depuis quelques années en arrivent à envisager une cause première. Et tant d'autres convertis.

Et même à titre d'argument, si les multivers existaient, on tourne encore en rond en n'expliquant nullement d'où viendrait la matière, mis à part en acceptant ce recyclage de la génération spontanée.

Il y a encore le "cold spot", un petit endroit de notre univers qui serait plus froid de 0,00015° C et qui pour le coup fait naître dans l'esprit de certains cette théorie d'une collision avec un univers parallèle, laquelle aurait permis le transfert de matière (et ainsi expliquer l'origine du big bang, je trouve la théorie du mur de Planck plus plausible et élégante ;) ).

Le monde à la recherche de nouveautés gobe ces théories de la part de gens qui n'arrivent pas à comprendre leur propre univers (95% de la masse de l'univers est encore inconnue, on débute à peine les études sur l'énergie noire) et qui voudraient prétendre connaitre des univers chimériques ? Et pour cela le seul effort réside à enfiler une blouse blanche pour convaincre. Des fois je me paie des barres de rire.

Je me souviens de mes cours de sciences vers la fin des années 70 quand on affirmait que les neutrons et les protons étaient les plus petites particules , c'était vrai au regard des connaissances du moment mais depuis ... Alors je suis persuadé, sans preuve aucune, que plus nous comprendrons la complexité de l'univers et plus l'homme rebelle reviendra à Dieu.
Confronté à une précision telle que ses théories d'opposition en seront de plus en plus fumeuses. Que ce soit en étudiant l'univers ou en allant au delà du boson de Higgs; la science que l'on oppose depuis deux siècles à la foi devenant un moyen divin de convaincre les plus sceptiques, ce serait magnifique !


Cordialement.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

Incertain
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : lun. 31 juil. 2017, 16:43
Conviction : Incertaine

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar Incertain » jeu. 02 nov. 2017, 10:49

Bonjour Christophe,

effectivement les théories sur les multivers semblaient des spéculations surtout brandies du chapeau pour combattre le "principe anthropique". Mais la donne semble changée. J'ai vu ce reportage sur ARTE qui propose, malgré l'habillage plus ou moins rigolo, des arguments qui paraissent plus solides n faveur de ces univers-bulles :

http://www.kinesiologue-reunion.com/vid ... 17-hd.html

Maintenant, je vous rejoins sur la faiblesse de l'argument fondamental : les athées sont obligés de postuler la génération spontanée de l'univers, soit par création continue d'une énergie venue de nulle part, ou d'univers qui naissent du vide. Cet aspect est problématique. On est bien obligé de postuler une source. Mais qu'il y ait une source hors du monde physique n'implique pas que cette source ait des propriétés comme la conscience...

TREBLA
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 428
Inscription : jeu. 02 juin 2016, 3:54
Conviction : chrétien non-catholique

Re: Comment les théologiens catholiques passent-ils de "la Cause Première" à Dieu?

Message non lupar TREBLA » jeu. 02 nov. 2017, 17:46

Cher Incertain,

Vous compenez bien le problème :
Incertain : jeu. 02 nov. 2017

les athées sont obligés de postuler la génération spontanée de l'univers, soit par création continue d'une énergie venue de nulle part, ou d'univers qui naissent du vide. Cet aspect est problématique. On est bien obligé de postuler une source.
Vous avez raison. Dans la nature il n'y a aucune source pour la génération spontanée de n'importe quelle forme d'énergie.

Le premier principe de la thermodynamique :
L'énergie ne peut ni se créer ni se détruire mais uniquement se transformer d'une forme à une autre (principe de Lavoisier) ou être échangée d'un système à un autre (principe de Carnot). C'est le principe de conservation de l'énergie : l'énergie est une quantité qui se conserve.
La détérioration observable de l'Univers implique une fin programmée.

Que le Seigneur vous bénisse.


Revenir vers « Apologétique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 11 invités