Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7419
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar Cinci » lun. 04 déc. 2017, 17:32

Jovanni a écrit :
Vous n'en savez rien car vous n'êtes pas dans le secret de Dieu, au fond vous n'êtes qu'un mortel qui ne sait pas mais qui croit, comme tout le monde.
Dites, vous n'avez pas lu ce que j'ai écrit? Car j'ai bien signalé que je savais. Quand je dis que je le sais, c'est parce que je le sais. Sinon, je dirais que je l'ignore.

Et puis vous ne causez pas à "tout le monde" mais ici vous vous adresserez à moi.

Vous ne savez rien du christianisme en vérité, mon cher ami*, comme vous ne savez rien de ma propre expérience.

C'est vous qui êtes sans foi, qui êtes incapable de recevoir ce qu'un autre (moi en l'occurence) vous dit. Mais vous aurez des idées bien sûr! Vous aurez des idées tant sur ce que vous ne connaissez pas comme sur des gens que vous ne connaissez pas.

... les réponses aux questions existentielles, nous sommes tous égaux devant cela, jusqu'à preuve du contraire, preuve que vous ne possédez pas.
Vous ne savez pas de quoi vous parlez. Vous êtes arrogant dans votre ignorance et vous vous autorisez à vouloir me dire ce que je devrais pouvoir savoir ou pas, ou de quelle preuve je devrais pouvoir disposer. Vous êtes plongé dans la fatuité. Ce n'est pas vrai que nous sommes tous égaux en terme d'expérience, ni que le savoir d'un enfant de cinq ans devrait équivaloir à celui d'un adulte sur les questions existentielles, etc.



Une dernière fois ...


J'ai dit aussi que je ne vous permettrais pas de dire que je ne sais pas. C'est à dire que je ne vous autorise pas à parler à ma place quant à ce que doit être ma propre expérience des choses. Je n'ai pas envie de rigoler avec ça. Non, vraiment pas!

Par conséquent, vous me répétez encore une fois que "je ne peux pas savoir", et notre échange pourrait se terminer là. Je vous rangerais ensuite dans la catégorie ignoré. Et chacun va poursuivre son petit bonhomme de chemin. Je suis très sérieux.

Merci de votre compréhension.


_____
*
Je peux le dire à raison de votre propre témoignage. Ne rien savoir de l'existence de Dieu, ignorer que Jésus est vivant, etc : c'est ne rien connaître du christianisme, rien de rien, trois fois rien et moins que rien.

jovanni
Quæstor
Quæstor
Messages : 216
Inscription : mer. 08 févr. 2017, 20:58
Conviction : indécis

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar jovanni » lun. 04 déc. 2017, 18:32

Milla,

Sauf que dans notre société, personne ne va soupçonner un athée ou un agnostique de partialité, y compris lorsqu'il parle de religion, alors que l'agnosticisme et l'athéisme, mais non militants, ne vont pas sans une certaine vision du monde qu'il n'y a aucune raison de qualifier de plus neutre que la vision catholique, musulmane ou bouddhiste...
Athée du grecque "A" "theos" veut littéralement dire "sans" "Dieu". Ce n'est pas une position théologique, il n'y pas de doctrine derrière ni d’institution, le genre de chose qui pourrait fausser un jugement. Là est le différence essentielle entre athée et croyant.



Cinci, on me dit souvent qu'il n'y a que la vérité qui blesse, votre agacement soudain et très prononcé à mon encontre semble parler de lui même sans que j'ai a faire exercice de l'argumentation.

Je vous envie Cinci, qu'il doit être agréable d'être dans le secret de Dieu. Plus sérieusement, vous pouvez vous époumoner à dire que vous savez que Dieu existe, que jésus a ressuscité, que quand nous mourrons nous iront ailleurs que dans le néant, etcetc. Ce que je peux vous dire, moi, c'est qu'au fond vous n'en savez strictement rien, c'est une affirmation tout ce qu'il y a de plus formelle. Vous n'avez rien de plus et rien de moins que les autres hommes, de quel droit pouvez vous prétendre connaitre les plus grands secrets de ce monde et de surcroît me traiter d'arrogant? je veux dire qu'est qui vous permet d'affirmer que vous "savez"? Concrètement? Bien évidemment l'absence de preuve n'est pas la preuve de l'absence, mais vous prétendez savoir.
Vous ne savez rien du christianisme en vérité, mon cher ami*, comme vous ne savez rien de ma propre expérience.
Argument dont j'ai du mal à saisir la structure et même le sens. Mais ce doit être moi, après tout je suis un ignorant comme vous l'avez dit (je ne sais rien de votre expérience, mais vous visiblement pour être en mesure de me traiter d'ignorant, vous connaissez la mienne, c'est encore un de vos pouvoirs surnaturels?) doublé d'un idiot comme l'a très habilement souligné votre voisin du dessus.

Je finirai par une petite citation de voltaire: "Le doute est un état mental désagréable, mais la certitude est ridicule."

[...]
Dernière édition par jovanni le lun. 04 déc. 2017, 18:50, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3044
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar Héraclius » lun. 04 déc. 2017, 18:46

Athée du grecque "A" "theos" veut littéralement dire "sans" "Dieu". Ce n'est pas une position théologique, il n'y pas de doctrine derrière ni d’institution, le genre de chose qui pourrait fausser un jugement. Là est le différence essentielle entre athée et croyant.
Ce serait vrai si par Dieu on entendait un étant dans le monde.

Mais par Dieu, nous entendons l'Être nécessaire / Cause première distincte du monde. L'athée, métaphysiquement, est quelqu'un qui juge que le monde est l'Être nécessaire (que l'Univers se suffit à lui-même). Ce n'est donc pas quelqu'un qui suspend son jugement.

L'athéisme est un jugement métaphysique sur la nature de l'Être. Ce n'est pas une position ''neutre''. A la rigueur, l'agnosticisme peut recevoir ce titre.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

jovanni
Quæstor
Quæstor
Messages : 216
Inscription : mer. 08 févr. 2017, 20:58
Conviction : indécis

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar jovanni » lun. 04 déc. 2017, 18:54

L'athéisme est un jugement métaphysique sur la nature de l'Être. Ce n'est pas une position ''neutre''. A la rigueur, l'agnosticisme peut recevoir ce titre.
Il ne pose pas de jugement puisqu'il se contente d'être sans dieu. Etre sans dieu ne veut pas dire "dieu n'existe pas" ça veut dire qui n'a pas de Dieu, il n'y aucun jugement dans cette énonciation. C'est simplement un état d'esprit manifesté par un refus.

ps: dieu est un étant dans ce monde, il est parfait. Donc il a la qualité d'être et plus de toutes les autres qualités imaginables.

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3044
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar Héraclius » lun. 04 déc. 2017, 19:02

L'athéisme est un jugement métaphysique sur la nature de l'Être. Ce n'est pas une position ''neutre''. A la rigueur, l'agnosticisme peut recevoir ce titre.
Il ne pose pas de jugement puisqu'il se contente d'être sans dieu. Etre sans dieu ne veut pas dire "dieu n'existe pas" ça veut dire qui n'a pas de Dieu, il n'y aucun jugement dans cette énonciation. C'est simplement un état d'esprit manifesté par un refus.
Il y a deux formes d'athéisme.

1 - Un athéisme postitif : ''Dieu n'existe pas''
2 - Un athéisme négatif : ''Il n'y a pas de raison de considérer l'existence de l'étant ''Dieu'' ; ergo nous nous passons de cette hypothèse''

Soit votre propre position se rapproche de (2), auquel cas vous portez un jugement métaphysique.

Soit votre position est pure suspension du jugement (ce qui est à mon avis impossible, mais c'est un autre problème) et dans ce cas là vous n'êtes pas athée, parce que vous n'êtes pas ''sans Dieu'', vous êtes ''sans connaissance de Dieu ou de non-Dieu''. Soit, un agnostique, à proprement parler.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3044
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar Héraclius » lun. 04 déc. 2017, 19:11

dieu est un étant dans ce monde, il est parfait. Donc il a la qualité d'être et plus de toutes les autres qualités imaginables.
Dieu est, oui. Mais pas au sens ou son essence se trouve être actualisée dans l'existence ; ce que nous prétendons, c'est qu'en lui essence et existence se confondent. Il ''est celui qui est'' dit l'Exode. En d'autre terme, il ''est'' la Source de l'Être, pas un étant très puissant qui se trouve exister. Son mode d'existence, comme être nécessaire, est distinct du nôtre ou de celui des cailloux ou de des dauphins ou du bois mort.

Bref, il ne se trouve pas avoir la qualité d'être, il EST l'être - et donc, il est la perfection, le Bien, le Beau, le Vrai, etc... Il ne les possèdent pas, il est identique à ces transcendentaux - qui en lui n'ont pas de distinction.

C'est ça, le théisme philosophique classique.
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

jovanni
Quæstor
Quæstor
Messages : 216
Inscription : mer. 08 févr. 2017, 20:58
Conviction : indécis

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar jovanni » lun. 04 déc. 2017, 19:13

Pour tirer mes conclusions je ne fais que m'appuyer sur l’étymologie du mot athée. Cependant je vous accorde qu'il est vrai que ceux qui se revendiquent athée ont souvent des revendications qui se veulent contestataires.

Avatar de l’utilisateur
Milla
Censor
Censor
Messages : 66
Inscription : sam. 19 août 2017, 8:34
Conviction : incroyante

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar Milla » lun. 04 déc. 2017, 19:28

Suliko
Sauf que dans notre société, personne ne va soupçonner un athée ou un agnostique de partialité, y compris lorsqu'il parle de religion
Si, parfois, quand même. Petit exemple avec cet article de Slate sur Michel Onfray, où le regard du philosophe athée est décrit comme "partial et partiel". Et ce n'est pas la première fois que je lis ou entends ça sur lui quand il cause religion.
Mais il n'avait rien éprouvé, rien du tout ; c'était comme déambuler dans un nouveau magasin, où son argent n'avait pas cours, où son coeur était resté froid, même quand il avait touché le bois, le plâtre et l'argile.

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2154
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar Suliko » lun. 04 déc. 2017, 21:47

Si, parfois, quand même. Petit exemple avec cet article de Slate sur Michel Onfray, où le regard du philosophe athée est décrit comme "partial et partiel". Et ce n'est pas la première fois que je lis ou entends ça sur lui quand il cause religion.
Mais Onfray est justement un athée de type militant, alors que je faisais référence à l'agnostique ou à l'athée lambda, càd à l'Occidental typique de notre époque.
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
Suliko
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 2154
Inscription : ven. 07 janv. 2011, 22:02

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar Suliko » lun. 04 déc. 2017, 23:18

Athée du grecque "A" "theos" veut littéralement dire "sans" "Dieu". Ce n'est pas une position théologique, il n'y pas de doctrine derrière ni d’institution, le genre de chose qui pourrait fausser un jugement. Là est le différence essentielle entre athée et croyant.
L'athéisme est bien une position métaphysique, avec ses propres implications dans les domaines politique et social. Aux questions existentielles que tout homme se pose un jour ou l'autre, l'athée répond par l'incroyance en Dieu. Dire que ce n'est pas un jugement, mais juste l'état naturel de l'homme lorsqu'il n'est pas influencé par les dogmes religieux, est pour le moins contredit par l'histoire de toutes les civilisations...
L'un des malfaiteurs suspendus à la croix l'injuriait:"N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi." Mais l'autre, le reprenant, déclara:"Tu n'as même pas crainte de Dieu, alors que tu subis la même peine! Pour nous, c'est justice, nous payons nos actes; mais lui n'a rien fait de mal." Et il disait:"Jésus, souviens-toi de moi, lorsque tu viendras avec ton royaume." Et il lui dit:"En vérité, je te le dis, aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis."

Avatar de l’utilisateur
apatride
Censor
Censor
Messages : 95
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar apatride » lun. 04 déc. 2017, 23:26

Cher jovanni,

Le théorème de Gödel est malheureusement sans appel : toute affirmation s'appuie sur un système d'axiomes indémontrables.

Ainsi, la science ne peut prouver par elle-même qu'elle est le meilleur moyen de déterminer la vérité sur les propriétés objectives du monde matériel. Il y a néanmoins un sérieux faisceau d'indices pour que ce soit le cas.

Dieu n'est pas démontrable, mais il y a un sérieux faisceau d'indices pour asseoir sa certitude à son sujet. Le raisonnement peut certes vous amener jusqu'à un certain point, mais on peut combler l'écart autant qu'on veut, il restera toujours un palier infranchissable. Ce palier c'est le saut de la foi, l'acte libre par excellence, celui qui ne peut être soutenu si ce n'est par une décision propre et entièrement libre justement puisque plus rien ne vient la prouver.

Par analogie, c'est un peu la même chose dans une relation amoureuse : on peut connaître l'autre personne mais l'écrasante majorité de son être nous est un mystère. Néanmoins et malgré ces fondations hasardeuses, il est possible de poser un acte de foi et de confiance, acte qui nous met alors dans les dispositions nécessaires à participer du mystère de l'autre personne, afin de la connaître comme aucune autre disposition ne nous le permet.

"Aie la foi et connais Dieu", pour faire un raccourci peu subtil, est à comprendre comme "Prends ce médicament et guéris" ; tant que je ne suis pas le traitement, je ne peux pas en conclure qu'il est inefficace.

Ainsi comme le dit Rémi Brague (me semble-t-il...) : la foi est à la connaissance de Dieu ce que les yeux sont à la vision, l'organe qui permet de le percevoir et de le connaître.

Je ne peux que vous recommander de nouveau la série "The Pyschological Significance of Biblical Stories" du Dr Jordan B. Peterson, à vous lire je suis sûr que son approche répondra à nombre de vos interrogations :


Avatar de l’utilisateur
apatride
Censor
Censor
Messages : 95
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar apatride » lun. 04 déc. 2017, 23:31

Rémi Brague - "Du Dieu des chrétiens et d'un ou deux autres"

CHAPITRE II
CONNAITRE DIEU

(...)

Pour le christianisme, Dieu est quelque chose comme une personne. Cela ne veut évidemment pas dire qu'il serait un homme. J'éprouve le besoin de le préciser, car, trop souvent, on confond "personne" et "homme", alors que la personne, telle que Boèce l'a définie pour la première fois, est "une substance individuelle de nature rationnelle", qu'elle qu'en soit la nature : homme, ange ou Dieu. Il vaudrait mieux dire en rigueur que Dieu est suprapersonnel. Mais là aussi, un danger nous guette : on risque de comprendre qu'il est impersonnel, alors qu'il vaudrait mieux dire qu'il est plus personnel encore que les personnes que nous côtoyons. Et en tout cas, il ressemble plus à une personne qu'à un objet matériel.

On peut s'en faire une idée en considérant la célèbre réponse à la question de Moïse : "Je suis (serai) que je suis (serai)" (Exode, 3, 14). En un premier temps, on peut voir dans ces mots un refus de répondre, comme les enfants se tirent d'affaire en répétant : "parce que parce que". Et c'est ainsi que quiconque parle hébreu comprend aujourd'hui cette phrase. Mais au fond il s'agit aussi d'une véritable réponse, très précise, parfaitement adéquate à son objet. En effet, d'une personne, d'une liberté, on peut justement dire, et on ne peut dire rien d'autre que : elle sera ce qu'elle sera.

Quand nous demandons à quelqu'un : "qui êtes-vous ?", nous voulons dire le plus souvent : quel est votre nom ? Ou : quel est votre métier ? Ou encore : pourquoi êtes-vous ici ? Que faites-vous ici ? Mais lorsque la question est authentique, lorsqu'elle correspond à un désir de connaître la personne en tant que telle, la seule réponse vraie est : "Tu verras ..." Elle ne peut d'ailleurs être donnée que dans une expérience qui relève de l'amour ou de l'amitié. L'amour consiste justement à laisser ouvert l'espace dans lequel l'autre pourra dire, ou plutôt faire, ce qu'il ou elle est, ou plutôt ce qu'il ou elle sera.

4. Chercher au bon endroit

Or, l'attitude qui culmine dans l'amour, à savoir : laisser ce qui est être ce qu'il "veut" être, se retrouve à tous les niveaux de la connaissance. Reprenons une distinction classique depuis Husserl entre deux sortes de phénomènes : (a) ceux qui me sont immédiatement donnés dans l'expérience que je fais de moi-même, et appelons-les "immanents", et (b) ceux que je reçois d'ailleurs, que l'on appellera des phénomènes "transcendants". Les vécus (Erlebnis) sont immanents, les choses (Ding) sont transcendantes. Les choses désignent en ce cas, de la façon la plus large, tout ce qui ne nous est pas donné dans une expérience immédiate de nous-mêmes. En ce sens, les objets matériels, bien sûr, mais aussi les lois mathématiques, les animaux, les hommes, les anges s'ils existent, et Dieu même sont aussi des "choses".

Énonçons donc une règle qui a l'air d'aller de soi, mais dont les implications vont loin : pour connaître les "choses", puisqu'elles sont "dehors", il faut tout bêtement aller les y chercher là où elles sont. Le "là où elles sont" est parfois relativement simple : pour voir des couleurs, il suffit d'allumer la lumière et d'ouvrir les yeux. Mais il est parfois plus compliqué : pour voir passer un train, il faut être à côté d'une ligne de chemin de fer; pour voir des koalas, il faut faire le voyage jusqu'en Australie, éventuellement jusqu'à l'espèce précise de koalas que l'on cherche; pour savoir ce qu'est l'ivresse, il faut boire de l'alcool, et dans la quantité requise; pour voir des microbes, il faut un microscope. Dans le cas de certaines réalités difficiles d'accès, il faut même toute une stratégie pour, comme on dit très joliment, les "mettre en évidence" : inventer un processus expérimental, des appareils de mesure, tout un attirail souvent fort complexe. Et cette "évidence", contrairement à ce que suggère l'étymologie, n'est pas toujours une façon de "voir" (videre) avec les yeux du corps. On peut déduire l'existence d'une particule à partir de ses effets, reconstituer l'ancêtre d'une espèce animale dont on n'a pas de traces fossiles à partir d'espèces déjà découvertes, faire remonter un fantasme à la surface à l'issue d'une cure psychanalytique. Non, bien sûr, sans un certain résidu d'incertitude.

(...)

Si Dieu est le Bien et s'il veut notre bien, qui est notre sanctification, de quelle connaissance de Dieu avons-nous besoin pour cette sanctification ? De celle-là même que nous donne la foi, d'une union dans la volonté avec lui. Deux siècles avant Pascal, à la fin du XVe siècle, on lit sous la plume de l'humaniste florentin Marsile Ficin une phrase qui ressemble étrangement, sans que l'on puisse établir une filiation, à celle que j'ai cité plus haut : "Dieu se donne lui-même en récompense à ceux qui l'aiment plutôt qu'à ceux qui le fouillent" (Amantibus (...) Deus se ipsum retribuit potius quam scrutantibus). Il ne s'agit pas de scruter Dieu, j'oserais presque dire de le passer au scanner. Non par discrétion, mais tout simplement parce que ce n'est pas là l'instrument adapté. Chercher à la "dévisager", ce serait, très littéralement, lui retirer le visage qui en fait une personne.

On comprend mieux alors pourquoi l'acte de foi doit être un acte libre. Ce n'est pas seulement pour qu'il puisse être méritoire, mais pour deux raisons. C'est, d'une part, pour pouvoir être un acte à proprement parler, et pas un automatisme, un réflexe, ou comme on voudra dire. C'est, d'autre part, afin qu'il puisse atteindre véritablement son objet propre. On peut certes dire, si l'on y tient, que l'acte de foi est méritoire. Mais quelle est la récompense qu'il "mérite" ? Nulle autre que d'atteindre son objet. La récompense de la foi, c'est encore plus de foi, de même que la récompense de l'amour n'est autre que davantage d'amour. Dieu ne rétribue pas l'amour par autre chose que par l'amour lui-même.

Selon la théologie la plus classique, comme celle de Thomas D'Aquin, l'acte de foi est un acte de la volonté. Bien entendu, cela ne veut pas dire que l'on ferait exister Dieu en le voulant très fort. Ni même que, toujours en le voulant très fort, on le rendrait visible à autre chose qu'à la volonté, de telle sorte que celle-ci pourrait se mettre en congé et se laisser relayer par une autre faculté, celle de la simple constatation. On peut très bien, par un effort de la volonté, faire apparaître des images et se faire croire qu'elles ont une réalité objective. Pour les auteurs spirituels, il s'agit là d'idoles qu'il faudra détruire dans tarder.

C'est la volonté même qui est l'organe de la vision de Dieu. Les controverses médiévales sur la vision de Dieu qui est la joie des bienheureux, au paradis, ont opposé ceux qui, comme les dominicains, mettaient l'accent sur l'intellect et les franciscains, qui soulignaient le rôle de la volonté. Selon les premiers, la béatitude consiste à "voir" Dieu; selon les seconds, à l'aimer. Mais personne n'a jamais soutenu que le regard du bienheureux pouvait rester braqué sur son objet divin sans un acte d'amour. Il en est ainsi parce que la faculté qui saisit doit être de même nature que l'objet qu'elle saisit. Dieu étant liberté, il ne peut être rencontré que dans la liberté. L'acte de volonté ne vient pas suppléer une connaissance défectueuse, en attendant mieux. La vision béatifique que nous espérons au paradis, ou plutôt qui est le paradis, est une union dans l'amour. Nous ne pourrons jamais nous passer d'aimer.

TREBLA
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 473
Inscription : jeu. 02 juin 2016, 3:54
Conviction : chrétien non-catholique

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar TREBLA » mar. 05 déc. 2017, 0:00

Cher jovanni,

Merci pour les questions existentielles suivantes :
jovanni : sam. 02 déc. 2017

La vérité de ce monde correspond aux grandes questions: d'où venons nous? qu'est-ce qui se passe après la mort? Qui nous a créé?
Je vais répondre à vos questions d'une manière purement scientifique et rationnelle.

1) D'où venons-nous ? Tous les êtres humains qui vivent aujourd'hui sur la Terre viennent des parents humains.

2) Qu'est-ce qui se passe après la mort? "Le corps retourne à la minéralité du squelette, puis à la poussière et à ce qu’elle pourrait receler d’énergie."
(De quelques mots du docteur Hubert Larcher, Florilège de textes et document compilé par Françoise Biotti-Mache et Julien Mache, 2008)

3) Qui nous a créés ? Ce n'est pas la nature qui nous a créés.
Nous savons que nous retournons à la poussière. Nous savons que la poussière ne nous fait pas. Nous savons que la matière ne peut pas créer la vie.

Un peu de bon sens :

La vie existe.
La nature ne peut pas créer la vie.
Donc, il faut une source de vie qui se trouve en dehors de la nature.

Que le Seigneur vous bénisse.

jovanni
Quæstor
Quæstor
Messages : 216
Inscription : mer. 08 févr. 2017, 20:58
Conviction : indécis

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar jovanni » mar. 05 déc. 2017, 0:02

Athée du grecque "A" "theos" veut littéralement dire "sans" "Dieu". Ce n'est pas une position théologique, il n'y pas de doctrine derrière ni d’institution, le genre de chose qui pourrait fausser un jugement. Là est le différence essentielle entre athée et croyant.
L'athéisme est bien une position métaphysique, avec ses propres implications dans les domaines politique et social. Aux questions existentielles que tout homme se pose un jour ou l'autre, l'athée répond par l'incroyance en Dieu. Dire que ce n'est pas un jugement, mais juste l'état naturel de l'homme lorsqu'il n'est pas influencé par les dogmes religieux, est pour le moins contredit par l'histoire de toutes les civilisations...
C'est tout le contraire, puisqu'il s'agit d'un rejet pur et simple des positions métaphysiques, justement. Cf de l’étymologie du mot en lui même. L'athéisme n'est pas une affirmation de l'inexistence de Dieu, centais athées le vivent ainsi mais ce n’est pas une caractéristique propre à l'athéisme en lui même. L'athéisme n'est ni plus ni moins ce que suggère son étymologie: le fait d'être et de vivre sans Dieu.

De plus, la religion dans l'histoire de toutes les civilisations que vous mettez en avant tend d'avantage à mettre du plomb dans l'aile de vos croyances plus qu'à les crédibiliser, les chrétiens sont monothéiste et non pas Déiste ou Polythéiste.
Dernière édition par jovanni le mar. 05 déc. 2017, 0:23, édité 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
apatride
Censor
Censor
Messages : 95
Inscription : lun. 06 juin 2016, 1:24

Re: Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Message non lupar apatride » mar. 05 déc. 2017, 0:21

L'athéisme est bien une position métaphysique, avec ses propres implications dans les domaines politique et social. Aux questions existentielles que tout homme se pose un jour ou l'autre, l'athée répond par l'incroyance en Dieu. Dire que ce n'est pas un jugement, mais juste l'état naturel de l'homme lorsqu'il n'est pas influencé par les dogmes religieux, est pour le moins contredit par l'histoire de toutes les civilisations...
C'est tout le contraire, puisqu'il s'agit d'un rejet pur et simple des positions métaphysiques, justement. Cf de l’étymologie du mot en lui même. L'athéisme n'est pas une affirmation de l'inexistence de Dieu, centais athées le vivent ainsi mais ce n’est pas une caractéristique propre à l'athéisme en lui même. L'athéisme n'est que ce que suggère son étymologie: purement et simplement le fait d'être et de vivre sans Dieu.

De plus, la religion dans l'histoire de toutes les civilisations que vous mettez en avant tend d'avantage à mettre du plomb dans l'aile de vos croyances plus qu'à les crédibiliser, les chrétiens sont monothéiste et non pas Déiste ou Polythéiste.
Savez-vous jovanni que historiquement, c'est justement le monothéisme chrétien qui rend possible l'apparition de l'athéisme et d'une possibilité de réponse de l'homme ?

Quand le polythéisme sature le monde de divin, la figure du Christ permet le reflux de la présence divine qui permet elle-même le monde profane. C'est l'athéisme qui est inédit face à l'inclinaison naturelle de l'homme à la métaphysique.

Athéisme dont on accusera d'ailleurs... les premiers chrétiens !


Revenir vers « Apologétique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 14 invités