Pourquoi je suis athée et le resterai sans doute

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Charbel
Censor
Censor
Messages : 126
Inscription : sam. 16 sept. 2017, 0:11
Conviction : Œcuménisme

Re: Pourquoi je suis athée et le resterai sans doute

Message non lupar Charbel » sam. 30 sept. 2017, 0:58

Vivre sans Dieu ne laisse pas beaucoup d'espoir...
Que ferions nous sans le message chrétien et la défense des plus petits d'entre nous ?
Une sorte de loi de la jungle ou d'eugénisme ou seuls les plus forts vivraient.
Quand on tourne le dos à la Loi et à la Morale en découlant, il reste le royaume de l'Homme-dieu qui cherche à accomplir sa volonté et n'a plus de considération pour Sa Volonté.
Une grande cour de récréation où chacun veut plus de "liberté" et va faire du lobbying pour obtenir ce qu'il veut par la loi en tenant uniquement compte de son propre intérêt.

Pour faire accepter tout ça il faut créer l'illusion d'un "progrès" comme si l'Histoire avait une direction et que chacun de ces changements sociétaux allait vers le mieux, et on réécrit l'Histoire en disant de certains qu'ils étaient "en avance sur leur temps" ce qui ne veut rien dire d'autre que ça se trouve correspondre à ce qui s'est finalement fait.
Il faut aussi une pensée unique pour éviter toute remise en cause, et une "tolérance" à géométrie variable pour que chacun accepte les desiderata d'autres.

Nous sommes en plein dedans, "et c'est pas finit !" :)

Avatar de l’utilisateur
Milla
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 85
Inscription : sam. 19 août 2017, 8:34
Conviction : athée

Re: Pourquoi je suis athée et le resterai sans doute

Message non lupar Milla » sam. 13 janv. 2018, 10:18

Un p'tit update décousu

À un moment, j'ai pensé mettre "à l'intersection du christianisme et de tout ce qui n'est pas lui" dans ma localisation (pioché dans Attente de Dieu de Simone Weil). Parce que le christianisme est comme ma langue maternelle : je ne l'ai pas choisi mais il m’imprègne. Mais aussi parce que je vois trop de belles choses qui lui sont étrangères, qu'il en condamne d'autres qui ne me semblent pas le mériter, et qu'il a donné et donne encore son accord à des choses qui m'indiffèrent ou me révulsent.

Je ne prie jamais. Je lis parfois des prières, comme celle-ci qui est très belle (saint Ephrem) :

Seigneur et Maître de ma vie, ne m'abandonne pas à l'esprit de paresse, de découragement, de domination et de vaines paroles
Mais fais-moi la grâce, à moi ton serviteur, de l'esprit d'intégrité, d'humilité, de patience et d'amour.
Oui, Seigneur-Roi, accorde-moi de voir mes fautes, et de ne pas condamner mon frère,
Ô Toi qui es béni dans les siècles des siècles. Amen.

Mais aucune relation personnelle avec Dieu. Je ne sais pas s'il existe, et s'il existe je ne l'aime pas (sans hostilité, c'est un constat). A force de lire et d'échanger, une chose est claire : si j'en crois les chrétiens, cela dépend de moi. Si je faisais ce qu'il fallait, si j'étais vraiment sincère, si mes intentions étaient droites, il ne me laisserait pas dans l'ombre. J'y suis toujours : la conclusion n'est pas difficile... et sans doute pas fausse ?
Toujours est-il que, fatiguée de mouliner, j'ai décidé d'adopter un statu quo inconfortable (mais moins que les montagnes russes) et de ne plus me préoccuper activement de "tout ça", ce gros paquet comprenant pêle-mêle Dieu, les religions, les églises, la foi et tant de choses. Peut-être que lâcher me fera du bien.

Je vous souhaite plein de bonnes choses pour cette année 2018.

Cepora
Barbarus
Barbarus

Re: Pourquoi je suis athée et le resterai sans doute

Message non lupar Cepora » sam. 13 janv. 2018, 12:26

Je ne prie jamais. [...]

Mais aucune relation personnelle avec Dieu. Je ne sais pas s'il existe, et s'il existe je ne l'aime pas (sans hostilité, c'est un constat). A force de lire et d'échanger, une chose est claire : si j'en crois les chrétiens, cela dépend de moi. Si je faisais ce qu'il fallait, si j'étais vraiment sincère, si mes intentions étaient droites, il ne me laisserait pas dans l'ombre. J'y suis toujours : la conclusion n'est pas difficile... et sans doute pas fausse ?
Bonjour Milla,

La prière est une relation personnelle avec Dieu, c'est par la prière que Dieu peut nous atteindre. L'on peut dire qu'Il frappe à la porte, et que par la prière nous nous ouvrons à Lui.

Dieu nous a aimé le premier.

Très bonne année à vous.

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Quæstor
Quæstor
Messages : 377
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Pourquoi je suis athée et le resterai sans doute

Message non lupar ChristianK » sam. 13 janv. 2018, 19:27

Je pense qu'une position agnostique comme celle là doit d'abord, pour clarifier, distinguer théisme/athéisme (Dieu des philosophes) de religion/irréligion sans les relier trop vite. Ie.il ne faut pas parler trop vite de prière, il y a des étapes.
De facon analogue, on peut être agnostique en philo, par lassitude, faute de temps ou d'énergie, mais alors les grandes questions vont rester en suspend (pas seulement en théologie naturelle), et cela, si on suit le Socrate de Platon, c'est passer à coté de la vocation humaine (et se contenter de produire des biens, avoir des amis, maintenir sa santé, consommer etc.), c'est un peu comme cesser de vivre.
C'est le sens très premier de la 1ere phrase de la métaphysique d'Aristote "tout homme par nature désire savoir "(au sens le plus large).

Avatar de l’utilisateur
JCNDA
Quæstor
Quæstor
Messages : 346
Inscription : lun. 15 mai 2017, 17:43
Conviction : baptisé
Localisation : Loiret

Re: Pourquoi je suis athée et le resterai sans doute

Message non lupar JCNDA » sam. 13 janv. 2018, 19:42

Bonjour Milla,
Peut-être que lâcher me fera du bien.
Je pense que vous avez raison. Eloignez-vous de l'emprise de Dieu.
"Car Yahweh connait la voie du juste, mais la voie des pécheurs mène à la ruine."
L’abbé Augustin Crampon

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 3224
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: Pourquoi je suis athée et le resterai sans doute

Message non lupar Héraclius » sam. 13 janv. 2018, 20:10

Chère Milla,


Je vous souhaite à vous aussi une belle année.


J'émettrais également l'opinion que, du peu que l'on puisse voir transparaître de votre âme dans vos messages, vous n'allez pas vraiment arrêter de chercher. ;)

Mais aussi parce que je vois trop de belles choses qui lui sont étrangères, qu'il en condamne d'autres qui ne me semblent pas le mériter, et qu'il a donné et donne encore son accord à des choses qui m'indiffèrent ou me révulsent.

C'est peut-être la plus noble des incroyances. La partie la plus noble de la croyance, ce n'est ni l'argument cosmologique ni l'argument moral, c'est la contemplation du BIen et du Beau absolu en Jésus-Christ et en sa doctrine. C'est la conviction que ''c'est trop beau pour ne pas être vrai''. Mais si vous voyez le Christianisme comme une menace au Beau et au Bien, alors je conçois que vous le rejetiez. Maintenant, bien sûr, je crois que vous vous trompez en ce que le Christianisme véritable n'est que Beauté et dépourvu d'ombre. Si bien que le Christianisme ne rejette pas autant de Beau que vous ne le croyez, ou que ce que vous croyez Beau ne l'est pas autant que vous le pensez. Vraisemblablement, un peu des deux.


Ce n'est, cela va sans dire, que mon humble avis. :)


Je prie pour vous.


Héraclius -
''Christus Iesus, cum in forma Dei esset, non rapínam arbitrátus est esse se æquálem Deo, sed semetípsum exinanívit formam servi accípiens, in similitúdinem hóminum factus ; et hábitu invéntus ut homo, humiliávit semetípsum factus oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus illum exaltávit et donávit illi nomen, quod est super omne nomen, ut in nómine Iesu omne genu flectátur cæléstium et terréstrium et infernórum.'' (Epître de Saint Paul aux Philippiens, 2, 7-10)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8046
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Pourquoi je suis athée et le resterai sans doute

Message non lupar Cinci » lun. 15 janv. 2018, 3:23

Milla a écrit :
Mais aucune relation personnelle avec Dieu. Je ne sais pas s'il existe, et s'il existe je ne l'aime pas (sans hostilité, c'est un constat).
C'est bien normal de ne pas avoir de relation personnelle avec un être dont on ne sait pas s'il existe pour commencer. Au début des années 1960, le cinéaste Ingmar Bergman aurait déjà dit quelque chose du même genre. Il disait : Je suis convaincu que Dieu n'existe pas et, d'ailleurs, s'il existait je le détesterais. Comme il était sûr d'avance qu'il détesterait Dieu s'il existait, il fallait donc que Dieu n'existât point.

;)

Il y a un point commun entre vous deux, Milla.





A force de lire et d'échanger, une chose est claire : si j'en crois les chrétiens, cela dépend de moi. Si je faisais ce qu'il fallait, si j'étais vraiment sincère, si mes intentions étaient droites, il ne me laisserait pas dans l'ombre. J'y suis toujours : la conclusion n'est pas difficile... et sans doute pas fausse ?

Il est bien possible que vous fassiez déjà "ce qu'il faut", chère Milla, ou suffisamment,ou assez en tenant compte de votre propre situation, mais que néanmoins se puisse être Dieu qui ne se révèle pas encore, et parce qu'il aurait ses raisons d'agir ainsi.

Des grands bouts de désert à ramer sur le sable et éventuellement une avancée formidable : la vie spirituelle est ainsi faite. Puis, en un mois, en six mois ou en un an, vous vous trouverez à racheter quarante ans d'immobilisme.

Souvent, c'est parce que Dieu fabrique "quelque chose" en tenant compte non pas seulement de vous en tant qu'individu mais également des autres. La "misère" que vous éprouverez dans le moment et qui peut faire souffrir jusqu'à un certain point peut trouver sa raison d'être 1) dans la nécessité d'y creuser un certain vide pour ce que Dieu pourrait vouloir vous donner plus tard 2) parce que Dieu vous fait expérimenter d'abord ce qu'est l'expérience d'être "sans Dieu" et pour que vous soyez bien solidaire des désespérés 3) Parce qu'il vous "taille" de cette façon afin que vous soyez propre à bien le connaître, et à ne pas le confondre avec une idole la journée où la grâce vous tombera dessus sans crier gare !

La chose qui est certaine c'est que Dieu n'a pas plus ou moins d'amour; mettons ici plus pour des "piliers" d'église et moins pour les "déshérités" qui n'ont pas de chance de vivre des trucs fantastiques. Non, Dieu aime les pauvres.

L'important c'est de ne pas paniquer. Développer une capacité à soutenir l'adversité sans se raidir, sans s'aigrir ou se désespérer. Savoir attendre, tout en se nourrissant l'esprit, l'âme ou le coeur par la beauté, des belles oeuvres, une bonne littérature : c'est déjà chose excellente.

Il vous manquerait juste - peut-être ? Pour vous je le dis sans savoir - de demander à d'autres (même mentalement, dans le silence) de prier Dieu pour vous. Il n'est pas nécessaire de demander à devenir une grenouille de bénitiers. Mais juste d'obtenir une certaine faim de Dieu un peu plus grande, d'être un peu désentraver à l'intérieur, dans de meilleurs dispositions envers les choses saintes.

Mon expérience à moi me ferait penser (j'en suis convaincu) que chaque fois où l'on demande une réponse de Dieu et en un domaine vital, signifiant, d'importance pour soi-même, quelque chose de sérieux, on obtient bien une réponse en retour. Pas nécessairement tout de suite, mais la réponse vient quand même. Pas au moment où l'on s'y attendrait, pas d'une façon que l'on aurait pu imaginer. Il y a tout de même une rétroaction ! Quand une demande exprime franchement ce qui fait déjà partie de la volonté de Dieu, il est sûr que celle-ci se verra exaucée. Parfois Dieu attend depuis des années que nous bougions le bout du petit orteil. Et lorsque nous nous décidons à le bouger enfin d'un millimètre en sa direction, il nous fond dessus littéralement. La chose m'est déjà arrivé. Je sais de quoi je parle. J'ai déjà vécu cela (entre autres) avec le sacrement de pénitence.

En décembre dernier, le Père Jean dont j'ai déjà parlé sur ce forum (ex-aumônier de prison pendant 38 ans, qui a connu Jacques Mesrine et autres grandes figures de la truanderie) me rappelait une anecdote au sujet d'un de ces truands justement. Un cas vécu ! C'est un type qui faisait partie du crime organisé depuis des années. Or un beau jour, circulant en voiture, le hasard l'aura mené sur la route qui passe en face de l'ancien monastère des Pères trappistes à Oka. Une belle journée d'été, il fait beau. Tiens, pourquoi ne pas faire un stop et entrer pour acheter un petit quelque chose à la boutique du monastère. Ce qui fut fait. Au moment de payer la facture, le père qui se trouvait là - un vieux moine - s'informe tout à coup auprès de notre client s'il ne lui plairait pas de se confesser (?) La chose pourrait lui faire du bien. Notre bonhomme a consenti, bien plus par envie de ne pas déplaire au vieux moine qu'autre chose. "De toute façon, je vais raconter un paquet de menteries." Mais une fois la (fausse) confession terminée, notre criminel endurci s'est retrouvé devant un vieux moine intimement dévasté, roulant des larmes sur ses joues et qui lui dit :"Ça ne valait pas le coup de faire l'exercice si c'était pour dire un tissu de mensonges." C'est là que le criminel non repenti a craqué. C'est ce qui l'a converti. Il s'est départi ensuite de tous ses biens mal acquis, mit un terme à sa vie de criminel. Et, encore aujourd'hui, il fait des tournées de conférences pour témoigner de son expérience, de sa foi et tout.


Revenir vers « Apologétique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 13 invités