La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Incertain
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : lun. 31 juil. 2017, 16:43
Conviction : Incertaine

La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Incertain » lun. 31 juil. 2017, 17:03

Bonjour,

je vois une longue discussion ici sur la doctrine de l'enfer. Il me semble très logique que cette question soit discutée aujourd'hui, car c'est en partie à cause de l'incompréhension de cette doctrine que beaucoup se sont détourné de la foi : ils ne veulent pas d'un Dieu "juge" et ne comprennent pas qu'un Dieu d'amour puisse condamner à l'enfer éternel. On peut retourner la question dans tous les sens, elle se pose et est légitime.

Je ne vais pas nier ici le caractère scriptural ET catholique de la doctrine de l'enfer éternel. Elle est professée par le Catéchisme et par l'église catholique - mais moins par l'église orthodoxe, notons-le.

Cette discussion se basait essentiellement sur les Ecritures, mais n'abordait pas deux points fondamentaux :
Point 1 : selon les "standards moraux" contemporains, une doctrine comme celle de l'enfer éternel est-elle encore acceptable ?
Point 2 : ceux qui professent la doctrine de l'enfer éternel y croient-ils vraiment, en assumant totalement cette doctrine ? Si c'était le cas, ne serait-ce pas visible d'une façon bien plus évidente ?

Le point 1 est l'évolution des standards moraux en Occident. Le sociologue Raymond Boudon note une véritable évolution morale : on est passé de l'usage de la torture dans la Justice à l'usage des châtiments corporels puis à leur abolition. Notre vision des châtiments et de la douleur acceptable a changé. Nous critiquons l'idée de "couper la main des voleurs" et la lapidation chez d'autres religions. Nous avons aboli la peine de mort.
Dans un tel contexte moral, il nous paraît encore plus choquant que Dieu puisse laisser dans un enfer éternel (ou intemporel) des êtres sensibles. On pourrait comprendre que Dieu annihile ces êtres, pas qu'Il les laisse souffrir éternellement. Imaginez Auschwitz continué éternellement. Est-ce que Dieu le permettrait ? Sommes-nous meilleurs que Dieu avec nos standards moraux ? Est-il "pire" que nous ? C'est vide de sens.
Actuellement beaucoup d'efforts sont faits par des protestants pour concevoir ce qu'ils appellent l'annihilationisme, une vision de Dieu qui par la "seconde mort" annihile les mauvais.

Le second point a été soulevé par Colas D. dans ses messages. Il a prétendu que le Pape François "ne pouvait pas croire en l'enfer sinon il en parlerait constamment". Cet argument me semble intéressant non pas à propos du Pape, mais à propos des chrétiens de base plutôt. Qui croit REELLEMENT à l'enfer ? Qui est comme Pascal méditant sur l'enfer éternel, et voyant sa vie à l'aune d'un tel enjeu ? Si les chrétiens étaient vraiment pénétrés de cette possibilité de l'enfer éternel, pour eux mais surtout pour tous ceux qui les entourent, leurs proches, leurs amis, leurs frères et soeurs, leurs voisins, ils seraient brûlants de convertir tout le monde, sans cesse et par tous les moyens ! Or la tiédeur des chrétiens, à part des exceptions comme les saints ou le Père Hamel, est visible. U chrétien tiède est un chrétien qui ne croit plus en l'enfer, ou y croit seulement intellectuellement, sans réaliser qu'il s'agit de sauver ses prochains de façon urgente...
Donc il est évident que la plupart des chrétiens ne croient plus en l'enfer... Peut être parce que cette doctrine est im-pensable, quasiment insupportable, une chose qui nous dépasse tellement en horreur que l'on veut tout faire pour s'en détourner et s'en distraire au sens pascalien ? Mais une doctrine aussi inimiginable est-elle vraie ? Est-ce possible ?

TREBLA
Rector provinciæ
Rector provinciæ
Messages : 468
Inscription : jeu. 02 juin 2016, 3:54
Conviction : chrétien non-catholique

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar TREBLA » mar. 01 août 2017, 4:56

Cher Incertain,

Merci pour ce fil de discussion.
Donc il est évident que la plupart des chrétiens ne croient plus en l'enfer...
Vous avez raison.
Malheureusement, ces gens ont tort.
1034 Jésus parle souvent de la " géhenne " du " feu qui ne s’éteint pas " (cf. Mt 5, 22. 29 ; 13, 42. 50 ; Mc 9, 43-48), réservé à ceux qui refusent jusqu’à la fin de leur vie de croire et de se convertir , et où peuvent être perdus à la fois l’âme et le corps (cf. Mt 10, 28). Jésus annonce en termes graves qu’il " enverra ses anges, qui ramasseront tous les fauteurs d’iniquité (...), et les jetteront dans la fournaise ardente " (Mt 13, 41-42), et qu’il prononcera la condamnation : " Allez loin de moi, maudits, dans le feu éternel ! " (Mt 25, 41).
Que le Seigneur vous bénisse.

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1503
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Christophe67 » mar. 01 août 2017, 14:39

Bonjour,


je reviendrai peut être plus tard sur le sujet selon les interventions mais pour le moment je ne souhaite qu'intervenir sur cet extrait ainsiq ue sur l'orientation vers un Dieu punisseur donné au texte.
Cette discussion se basait essentiellement sur les Ecritures, mais n'abordait pas deux points fondamentaux :
Dans les Ecritures, Jésus nous parle plus souvent de l'Enfer, ou plus précisément nous met en garde contre lui, qu'Il ne parle du Royaume des Cieux.
C'est que le sujet doit être suffisamment grave et important pour s'y attarder ainsi.

Autre point, ce n'est pas Dieu qui met quelqu'un en enfer, il ne fait que répondre à la liberté de celui qui a fait ce choix. Il ne peut forcer quelqu'un qui Le rejette à vivre auprès de Lui, ou serait le respect de la liberté si chère à Dieu ? Alors il est placé loin de Lui, ce qui est la première peine de l'enfer, celle du damn c'est à dire de la séparation éternelle d'avec Dieu.



Cordialement.
Dernière édition par Christophe67 le mar. 01 août 2017, 15:15, édité 2 fois.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1503
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Christophe67 » mar. 01 août 2017, 14:49

Désolé je ne résiste pas,
Actuellement beaucoup d'efforts sont faits par des protestants pour concevoir ce qu'ils appellent l'annihilationisme, une vision de Dieu qui par la "seconde mort" annihile les mauvais.
L'annihilationisme est une hérésie protestante, une de plus !

Pourquoi ? Parce que les dons de Dieu sont sans repentance. On peut toujours rejeter les dons qui nous sont faits mais Lui ne les reprend pas. Nous avons tous été créés avec le même Amour et dans le même but, partager la sainteté de Dieu dans la vision béatifique. L'homme qui s'est condamné a fait seul ce choix, c'est lui qui s'est trompé et non Dieu, qui lui proposait autre chose. A l'homme d'assumer ses choix Dieu, Lui, ne se parjure pas.
Ainsi Dieu ne peut annihiler sa création sinon Dieu se serait trompé en la créant, ce qui n'est pas concevable. L'annihilationisme c'est donc refuser à Dieu qu'il soit omniscient ou plutôt lui attribuer cet état.

Je vous rejoint sur le second point par le fait qu'on ne parle quasiment plus de l'Enfer donnant ainsi un caractère presque prophétique au poème de Charles Baudelaire : « Mes chers frères, n'oubliez jamais, quand vous entendrez vanter le progrès des lumières, que la plus belle des ruses du Diable est de vous persuader qu'il n'existe pas ! »

Jésus ne cesse de nous mettre en garde contre l'enfer, la Vierge de Fatima également par la vision donnée aux petits bergers ainsi que de grands saints comme Padre Pio, Ste Faustine, le Saint curé d'Ars et bien d'autres encore. Pourquoi les ignorer ? Il y aura forcément des grincements de dents.

Et puis accepter de croire à l'enfer c'est reconnaître aussi que nos vies ne sont pas conformes à la volonté divine et que nous y allons probablement directement. Il est plus simple de parier, ou commettre un péché par excès, sur la miséricorde absolue de Dieu et ne pas changer de vie, que croire en la justice de Dieu et faire des efforts pour une réelle conversion.
Maintenant le sens de la justification étant différent pour le catholique que le protestant, il n'est pas étonnant qu'en cas d' "erreur" certains préfèrent être définitivement réduits à néant que supporter une éternité de damnation. C'est plus rassurant et cette "théorie" va donc faire des émules.


Cordialement.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4421
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar gerardh » mar. 01 août 2017, 15:10

_____

Christophe 67 a écrit :
L'annihilationisme est une hérésie protestante, une de plus !
L'annihilationiste est une hérésie.

Elle peut avoir cours dans des milieux protestants, et dans ce cas on doit y condamner cette fausse doctrine. Je crois plutôt qu'elle est dans l'esprit de personnes isolées. Ces personnes raisonnent comme le fait notre interlocuteur. Mais elles ne savent pas que Dieu est amour, mais aussi lumière. Son amour nous a donné Jésus, son Fils unique et bien-aimé, qui , venu comme homme sur la terre, a souffert sur la croix en faveur de ceux qui auront cru en lui, le châtiment qu'ils auraient mérité à cause de leurs péchés. Là se situe l'amour immense de Dieu. Mais pour ceux qui l'auront rejeté, alors la justice de Dieu s'appliquera dans sa lumière et ils seront "trouvés manquant de poids" comme il est écrit dans le livre de Daniel.

__

Incertain
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : lun. 31 juil. 2017, 16:43
Conviction : Incertaine

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Incertain » mar. 01 août 2017, 19:26

Merci pour vos réponses.

Néanmoins il me semble que le point le plus difficile ici n'a pas été discuté : la croyance en l'enfer est-elle psychologiquement supportable aujourd'hui ?

Les prédicateurs du passé passaient de longs moments à expliquer et rendre sensible l'enfer éternel par des images et des analogies. Jean Delumeau dans "La Peur en Occident" rapporte de nombreux exemples, très impressionnants.

Si l'enfer éternel existe, comment supportons nous cette simple pensée ? Comment pouvons-nous vivre et nous amuser "comme si" cela n'existait pas ? Cette pensée ne doit-elle pas rendre fou (ou saint) - comme naguère les prêcheurs chrétiens qui en parlaient et vivaient dans cette pensée ?

J'ai l'impression que les croyants se rassurent en se disant de plus en plus que "l'enfer existe, mais il est vide", que tout sera pardonné (sauf le péché contre le Saint Esprit, qui reste une volonté délibérée de refuser l'amour divin - volonté que peut d'êtres explicitent).

En voyant beaucoup de chrétiens d'aujourd'hui, j'ai peine à croire qu'ils croient même un petit peu à l'enfer éternel. Si non, peut-on continuer à aller au boulot, s'amuser, jouir de la vie ? C'est peu probable.

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4421
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar gerardh » mar. 01 août 2017, 21:41

_________

Ces questions négatives ne sont pas édifiantes.

Il est plutôt infiniment souhaitable de se concentrer sur la grâce que Dieu a déployée en Jésus envers de pauvres pécheurs, afin de leur donner le salut.


_______

Incertain
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : lun. 31 juil. 2017, 16:43
Conviction : Incertaine

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Incertain » mer. 02 août 2017, 0:03

GerardH, votre réaction est très intéressante et soulève bien des questions.

Si on est trop dans le "cool" et le sympa, et que l'on finit par gommer un sujet comme l'enfer éternel, on nous dit que l'enfer est dans la doctrine catholique.
Et si on dit qu'il faut prendre au sérieux cette question, on retombe dans une version passée (passéiste ?) du catholicisme, peu sexy voire avec ses excès. Que disait le curé d'Ars à ce sujet ? Et tous les prédicateurs médiévaux ou même du XIXème sècle ? Pas édifiant, mais vrai ou faux ? Où placer le curseur ?

Je vois mal comment on peut dire d'un côté "l'enfer existe" et d'un autre "ce n'est pas édifiant de le mettre en avant."

Les missionnaires qui étaient aux Amériques ne faisaient-ils pas des récits très imagés de l'enfer ? Et n'est-ce pas depuis que l'église n'en parle plus en Europe qu'elle est devenue "trop cool" et finit par perdre le terrain missionnaire qui était le sien ? (Evidemment il ne s'agit pas de parler que de l'enfer. Mais disons qu'en parler une fois sur cinq serait assez légitime, vu la gravité du sujet.)

Incertain
Censor
Censor
Messages : 82
Inscription : lun. 31 juil. 2017, 16:43
Conviction : Incertaine

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Incertain » mer. 02 août 2017, 0:28

Je vais essayer de formuler le problème soulevé de la façon la plus claire et la plus rigoureuse possible - du point de vue psychologique, et non théologique.
Si vous êtes un catholique sérieux, vous admettez donc le dogme de l'enfer éternel pour les péchés mortels non remis ; péchés comme l'adultère, par exemple.
Supposons que vous ayez des enfants en âge d'être mariés. Vous ne supporteriez pas que ces enfants soient enlevés par des criminels et torturés pendant des semaines comme fut torturé Ilan Halimi par le gang des barbares.
Mais si votre enfant est marié et commet l'adultère, et qu'il n'est pas chrétien donc ne va pas se faire remettre ses péchés, ne doit-on pas supposer qu'il ira en enfer éternel (péché mortel) ?
Donc votre enfant non catholique, qui sans doute a de nombreuses qualités, fait quand même du bien, mais commet aussi des péchés (dont des péchés mortels), sera kidnappé par un gang encore plus implacable que de simples criminels humains, et subira des tortures sans aucune possibiliré d'en sortir, pour l'éternité!
N'est-ce pas ça le risque de l'enfer éternel ? Est-ce une doctrine acceptable et même compréhensible de la part d'un Dieu d'amour ? Est-ce tout simplement une possibilité supportable à envisager ?
Excusez-moi si c'est peu édifiant. Et étonnez-vous que nombre de catholiques se soient détournés de cette doctrine pour se raccrocher à des conceptions sans doute hérétiques qui récusent cette conception pour le moins terrible, comme le disaient les prédicateurs de jadis.

Altior
Senator
Senator
Messages : 875
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Altior » mer. 02 août 2017, 6:48

. Et étonnez-vous que nombre de catholiques se soient détournés de cette doctrine pour se raccrocher à des conceptions sans doute hérétiques qui récusent cette conception pour le moins terrible, comme le disaient les prédicateurs de jadis.
Non, je ne suis pas étonné. D'ailleurs, c'est prévu. Voilà ce que St Paul écrit à son disciple, St Timothée:
Il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désires. Ils se détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. Mais toi, sois sobre en toutes choses, supporte les souffrances, fais l'oeuvre d'un évangéliste, remplis bien ton ministère.

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1503
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Christophe67 » mer. 02 août 2017, 10:01

La miséricorde de Dieu est grande, probablement plus qu'on ne le pense mais ces théories de l'enfer vide, tout sera pardonné etc... n'ont pas toujours été.

Dans le catéchisme actuel l'enfer n'est plus définit que comme "un état".
1033 Nous ne pouvons pas être unis à Dieu à moins de choisir librement de l’aimer. Mais nous ne pouvons pas aimer Dieu si nous péchons gravement contre Lui, contre notre prochain ou contre nous-mêmes : " Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. Quiconque hait son frère est un homicide ; or vous savez qu’aucun homicide n’a la vie éternelle demeurant en lui " (1 Jn 3, 15). Notre Seigneur nous avertit que nous serons séparés de Lui si nous omettons de rencontrer les besoins graves des pauvres et des petits qui sont ses frères (cf. Mt 25, 31-46). Mourir en péché mortel sans s’en être repenti et sans accueillir l’amour miséricordieux de Dieu, signifie demeurer séparé de Lui pour toujours par notre propre choix libre. Et c’est cet état d’auto-exclusion définitive de la communion avec Dieu et avec les bienheureux qu’on désigne par le mot " enfer ".
Il n'en a pas toujours été ainsi, de même pour l'enfer vide. Le catéchisme de Trente n'allait pas en ce sens en ce qui concerne les anges déchus :
§ V. — CREATEUR DU CIEL ET DE LA TERRE.

...
Mais, bien qu’ils eussent tous reçu ces dons célestes qui faisaient leur gloire, plusieurs cependant, pour avoir abandonné Dieu leur Père et leur Créateur, furent bannis de leurs sublimes demeures, et renfermés dans une prison très obscure, au centre de la terre, où ils subissent la peine éternelle due à leur orgueil. Ce qui a fait dire au prince des Apôtres: Dieu n’a point épargné les anges pécheurs, mais Il les a précipités dans l’enfer et chargés de chaînes, pour y être tourmentés, et pour y attendre le jugement.
Notons que cette fois on parle bien de l'enfer et non des enfers.

Alors on peut toujours opposer les textes, mais il faut aussi avoir confiance dans les enseignements de l'Eglise. Il peut y avoir eu une évolution de celle-ci dans la perception de l'enfer, tout comme une meilleure connaissance de la Miséricorde qui a atténué le côté "torture moyenâgeuse" de ce lieu pour la remplacer par état dont la souffrance première est la séparation de Dieu.
Et cela pourrait être assimilé à un feu éternel rien que d'être séparé à jamais de cette source d'Amour ardente. L'amour terrestre est déjà comme un feu, être séparé de l'être aimé l'est aussi, alors être séparé de Dieu, source même de l'Amour, cela doit en effet être un brasier. Il se peut que ne comprenant pas cela, il fut un temps ou cela fut matérialiser par des flammes afin de l'expliquer. Ce n'est pas une impossibilité.

N'oublions pas aussi des témoignages de saints qui nous disent que les douleurs de l'enfer ne sont pas que celle du damn et nous ramène aussi à la notion de feu, notamment Ste Faustine :
Les sept souffrances de l’enfer que j'ai vues :

- La première souffrance qui fait l'enfer c'est la perte de Dieu.
- La seconde souffrance de l’enfer, ce sont les perpétuels remords de conscience.
- La troisième souffrance en enfer est que le sort des damnés ne changera jamais.
- La quatrième souffrance de l’enfer, c'est le feu qui va pénétrer l’âme sans la détruire, c'est une terrible souffrance car c'est un feu purement spirituel allumé par la colère de Dieu.
- La cinquième souffrance de l’enfer, ce sont les ténèbres continuelles, une odeur terrible, étouffante, et malgré les ténèbres, les démons et les âmes des damnés se voient mutuellement et voient tout le mal des autres et le leur.
- La sixième souffrance de l’enfer, c’est la continuelle compagnie de Satan.
- La septième souffrance de l’enfer, c’est un désespoir terrible, la haine de Dieu.


Personnellement, que ce soit un lieu ou un état, il n'empêche que nous sommes mis en garde contre cette réalité, que ce lieu ou cet état est une grande souffrance. Faut-il l'ignorer par excès ? On applique le principe de précaution à tout à notre époque, je pense qu'il serait prudent de le faire là aussi; et même plus qu'ailleurs.
Mais là aussi il y a différentes voies, celle ou le croyant va obéir à Dieu par peur d'aller en enfer, et celle ou le croyant va tout faire pour ne pas aller en enfer mais par amour pour Dieu. Deux voies de sainteté mais différentes.

Concernant le fait de supporter psychologiquement l'enfer ? Ceux qui n'y croient pas n'ont pas ce problème ainsi que ceux qui n'y croient plus. Pour les autres je dirai que l'Espérance dans les promesses de Dieu supplante cette peur ou ce poids.

Le chrétien n'est pas fait pour vivre dans la peur ou sous un poids psychologique, mais dans la confiance. S'il est baptisé et qu'il suit le chemin qui mène à la porte étroite il n'a pas à avoir peur de l'enfer, son Espérance et sa confiance en Dieu font de lui un être libre, hors un poids psychologique serait comme une chaîne. Il peut chuter sur le chemin, mettre un genou à terre, ralentir ou accélérer; mais s'il reste dans ce chemin il ne craint pas l'enfer. Il lui reste peut être encore le Purgatoire, dans lequel la souffrance de la séparation de Dieu est égale à celle de l'enfer. Mais il sait que c'est pour un temps, qu'au delà il vivra éternellement auprès de Dieu. Alors il ne souhaite pas y aller non plus, mais c'est un peu comme pour le dentiste, on "espère" ne pas souffrir trop longtemps ;)

Alors le seul poids psychologique concernant l'enfer, je dirai que c'est la certitude que celui-ci ne finira jamais et qu'il n'enchaîne que celui qui n'a pas assez d'Espérance et ne souhaite pas réellement se convertir. C'est peut être cette crainte qui fait naître des théories comme l'annihilationisme dont on parle dans un autre fil. Et selon l'énumération de Ste Faustine, ce poids doit en inquiéter plus d'un.


Cordialement.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4421
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar gerardh » mer. 02 août 2017, 10:03

______

Incertain vous écrivez :
Evidemment il ne s'agit pas de parler que de l'enfer. Mais disons qu'en parler une fois sur cinq serait assez légitime, vu la gravité du sujet
Ce principe me va bien, même si je ne me prononcerais pas sur la proportion adéquate. C'est le Saint Esprit qui devrait dans chaque cas, établir cette proportion.

L'enfer, ou plutôt la perspective de l'enfer, cela existe. On ne peut pas le cacher, ni s'abstenir de le présenter. Il ne faut pas en effet être bisounours de peur d'effrayer les auditeurs, ce que pourtant fait trop souvent l'évangélisation moderne.

Regardez les discours d'évangélisation prononcés par les apôtres ou par Etienne dans les Actes des Apôtres. Sauf erreur c'est surtout la grâce de Dieu qu'ils présentent, sans pour autant ne pas avertir en cas de refus de l'évangile.

__________


__________

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1503
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar Christophe67 » mer. 02 août 2017, 10:15

Bonjour Incertain,
Je vais essayer de formuler le problème soulevé de la façon la plus claire et la plus rigoureuse possible - du point de vue psychologique, et non théologique.
Si vous êtes un catholique sérieux, vous admettez donc le dogme de l'enfer éternel pour les péchés mortels non remis ; péchés comme l'adultère, par exemple.
Supposons que vous ayez des enfants en âge d'être mariés. Vous ne supporteriez pas que ces enfants soient enlevés par des criminels et torturés pendant des semaines comme fut torturé Ilan Halimi par le gang des barbares.
Mais si votre enfant est marié et commet l'adultère, et qu'il n'est pas chrétien donc ne va pas se faire remettre ses péchés, ne doit-on pas supposer qu'il ira en enfer éternel (péché mortel) ?
Donc votre enfant non catholique, qui sans doute a de nombreuses qualités, fait quand même du bien, mais commet aussi des péchés (dont des péchés mortels), sera kidnappé par un gang encore plus implacable que de simples criminels humains, et subira des tortures sans aucune possibiliré d'en sortir, pour l'éternité!
N'est-ce pas ça le risque de l'enfer éternel ? Est-ce une doctrine acceptable et même compréhensible de la part d'un Dieu d'amour ? Est-ce tout simplement une possibilité supportable à envisager ?
Excusez-moi si c'est peu édifiant. Et étonnez-vous que nombre de catholiques se soient détournés de cette doctrine pour se raccrocher à des conceptions sans doute hérétiques qui récusent cette conception pour le moins terrible, comme le disaient les prédicateurs de jadis.
C'est d'une certaine rhétorique mais le raisonnement est biaisé car je le pense mal orienté.

Dans une perspective catholique, je dirais que ce n'est pas un gang qui va kidnapper cet enfant, mais par son état de vie c'est l'enfant qui ne va pas essayé d'éviter le gang, voir se jeter dans ses bras en toute connaissance de cause ou par ignorance.

Vu dans ce sens, la faute viendrait plutôt du parent qui ne l'a pas mis en garde contre l'existence ou la malice de ce gang, ou de l'enfant qui n'a pas souhaité écouter. Voir même au delà si le parent n'avait lui-même pas été avisé sur ce gang.

Ce qui a mon sens explique la désaffection de certains, il est plus facile d'accuser Dieu d'être injuste que d'accepter les conséquences de nos choix à venir.

Cordialement.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8512
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar PaxetBonum » mer. 02 août 2017, 10:44


je vois une longue discussion ici sur la doctrine de l'enfer. Il me semble très logique que cette question soit discutée aujourd'hui, car c'est en partie à cause de l'incompréhension de cette doctrine que beaucoup se sont détourné de la foi : ils ne veulent pas d'un Dieu "juge" et ne comprennent pas qu'un Dieu d'amour puisse condamner à l'enfer éternel.

Cette discussion se basait essentiellement sur les Ecritures, mais n'abordait pas deux points fondamentaux :
Point 1 : selon les "standards moraux" contemporains, une doctrine comme celle de l'enfer éternel est-elle encore acceptable ?
Point 2 : ceux qui professent la doctrine de l'enfer éternel y croient-ils vraiment, en assumant totalement cette doctrine ? Si c'était le cas, ne serait-ce pas visible d'une façon bien plus évidente ?
Bonjour Incertain bis,

Ceux qui "ne veulent pas d'un Dieu "juge" et ne comprennent pas qu'un Dieu d'amour puisse condamner à l'enfer éternel" cherchent un Dieu fait à leur image. Nous n'avons pas à vouloir ou pas Dieu comme ci ou comme ça, nous avons à adorer l'Eternel tel qu'Il EST.

Le premier argument est comme dire : les hommes ne condamnent plus les péchés, ne font plus justice à l'opprimé, Dieu doit en faire autant. Le laxisme de la justice française n'est pas un exemple.
Que nos contemporains ne veuillent plus punir les crimes n'est pas un critère ou non d'acceptation de Celui qui EST.

La seconde question est oui j'assume ce que Dieu est venu m'enseigner en se faisant homme et en se livrant ainsi à la mort et à la mort sur la Croix. Sans cesse Jésus rappelle l'enfer, les tourments éternels, la nécessité d'abandonner le péché, le jugement final…
Si on croit au Christ on ne peut pas ne pas croire aux tourments de l'enfer qu'il a si souvent annoncé.
Alors pourquoi est-ce que je ne change pas ?
Parce que je suis lâche, misérable, traître au Seigneur.
C'est ma faute pas la sienne, Lui m'a bien enseigné ce que je risque en ne devenant pas radicalement saint.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise

Avatar de l’utilisateur
PaxetBonum
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8512
Inscription : lun. 21 juin 2010, 19:01

Re: La doctrine de l'enfer éternel est-elle supportable aujourd'hui ?

Message non lupar PaxetBonum » mer. 02 août 2017, 10:54


En voyant beaucoup de chrétiens d'aujourd'hui, j'ai peine à croire qu'ils croient même un petit peu à l'enfer éternel. Si non, peut-on continuer à aller au boulot, s'amuser, jouir de la vie ? C'est peu probable.
Mais l'enfer n'est pas le but (même à éviter).
Le but est d'accomplir la volonté du Seigneur.
Aller travailler est une obligation : 'Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front… ", "Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus"
L'oisif ira en enfer.
Ne doit-on jamais se distraire ?
Le Christ n'était-il pas à la fête des noces de Cana ? N'a-t-il pas fourni un vin qui réjouissait le palais ?
Il faut une mesure à tout cela.

Si nous n'accomplissons pas notre devoir d'état nous risquons d'atterrir en enfer.

Mais le temps est une épreuve de Dieu.
Nous pensons que nous avons toujours le temps de faire mieux demain, à l'aube de la mort…
Mais nous ne savons ni le jour ni l'heure et le Christ nous invite à changer dés aujourd'hui.
Si vous avez côtoyez des croyants qui ont appris être atteint d'un cancer en phase finale vous avez certainement remarqué des changements radicaux de vie. L'enfer est alors pour demain, on ne prend plus cela à la légère…
Il devrait en être ainsi de nous tous.
Pour ma part je suis bien lâche et vie trop souvent comme si l'enfer n'existait pas.
Mais si le Christ me condamne à l'enfer se sera Justice et je n'aurai qu'à m'en prendre à moi-même pour l'éternité.

Car si Dieu est Amour il est aussi infiniment Juste.
Pax et Bonum !
"Deus meus et Omnia"
"Prêchez l'Évangile en tout temps et utilisez des mots quand cela est nécessaire"

St François d'Assise


Revenir vers « Apologétique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : ChristianK et 13 invités