Les Juifs à Pilate :"Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants"

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Harfang
Persona
Persona
Messages : 1428
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Harfang » lun. 27 févr. 2012, 13:27

« Ce n’est pas en vain que l’Eglise universelle a établi par le monde la récitation de la prière pour les juifs obstinément incrédules, pour que Dieu lève le voile qui couvre leur cœur, et les amène de leur obscurité à la lumière de la Vérité. » (Saint Bernard, Lettre 365)
« Le peuple hébreu choisi autrefois pour être participant des Célestes Mystères, autant fut-il élevé en dignité et en grâce au-dessus de tous les autres, autant par la faute de son incrédulité, fut ensuite abaissé et humilié lorsque vint la plénitude des temps, réprouvé comme perfide et ingrat, après avoir, d’une façon indigne, ôté la vie à son Rédempteur. » (Saint Pie V)
« Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants » (Matthieu XXVII, 25)

Bonjour,

Le moratoire concernant les discussions sur les juifs et Israël ayant expiré, je me permet de soumettre à l'examen une question à laquelle je n'ai toujours pas trouvé de réponse définitive, bien que j'eusse une idée à son propos : les juifs sont-ils historiquement et théologiquement responsables de la mort du Christ ? La Synagogue est-elle déicide ? Quel est le statut du judaïsme aujourd'hui ?

Pour beaucoup cette question polémique est inabordable, tabou, interdite de controverse... Tant pis, j'ose la soulever, en espérant ne point m'attirer les ires de la modération, que je prends à témoin de ma bonne volonté et de ma recherche sincère de vérité sur ce sujet explosif.

En effet, s'il y a bien quelque chose qui me choque de nos jours, c'est la judéophilie ambiante, y compris dans l'Église, qui nous fait appeler les juifs talmudiques "nos aînés dans la foi", nos "frères"...etc. Ces expression me laissent perplexe : jamais on aurait idée d'appeler ainsi des musulmans ou des hindous... Pourquoi le ferions-nous à propos des juifs talmudiques ? Ont-ils quelque chose de commun avec Moïse ? Où sont passé le sacerdoce, les sacrifices, le Temple ? Comment pourrais-je appeler "frères" les rabbins, héritiers des pharisiens de l'Évangile, considérés par Jésus comme une "race de vipère" ? Si j'éprouve une grande vénération pour le judaïsme biblique, j'émets les plus sérieuses réserves concernant le judaïsme contemporain : il me semble que depuis la Croix, la situation n'est plus la même et que le judaïsme qui nie le Christ n'a plus rien de vénérable, qu'il est au contraire réprouvé, digne d'anathème. Voici, plus bas, la vision à laquelle j'adhère ; si elle s'avérait fausse, je suis prêt à abjurer mes erreurs, mais pour l'instant elle me paraît parfaitement cohérente, bien qu'elle soit, c'est le moins qu'on puisse dire, politiquement très incorrecte.
Image
Dans l’histoire du monde, il y a un avant et un après le drame prodigieux du Golgotha. Tel est l’élément, non anodin s’il en est, qui échappe totalement à ceux qui tentent de penser la « Question Juive » soit à l’aune de la nouvelle religion de l’holocauste soit à celle des imprécises et faiblement pertinentes données géopolitiques et militaires de nos temps ténébreux, imaginant, sans plus d’examen, dans de surprenants discours témoignant d’une immense confusion justifiant le sionisme plus que ne pourrait le faire n’importe quel rabbin kibboutznik, que le don fait à Moïse par l’Eternel de la terre promise perdure sans aucun changement après la venue du Christ en ce monde, ce qui est totalement absurde, oubliant par là même, dramatiquement, que l’actuel judaïsme rabbinique synagogal et talmudique, infidèle à sa vocation spirituelle par son rejet du Messie, n’a strictement plus rien à voir, et ce de manière impressionnante, avec le judaïsme biblique. Voilà, ce me semble, l’oubli radical de certains esprits qui souhaitent aborder la « Question Juive » en évacuant purement et simplement la place de Jésus-Christ au sein de l’Histoire, se rendant ainsi absolument incapables de penser en chrétiens, et qui donc, conséquemment, rejoignent dans leurs positions impies et scandaleuses, consciemment ou inconsciemment, les pires ennemis du Christ et de son Église.

La substitution de l’Église (Verus Israël), à la Synagogue

Afin de pouvoir penser « chrétiennement » cette « Question Juive », Mgr Charles Journet consacra au «Mystère d’Israël» une longue méditation, bien plus cohérente que les thèses défendues par Jacques Maritain. On se penchera donc, pour aborder cette question juive, de préférence sur la réflexion de Mgr Charles Journet, infiniment plus sérieux que Léon Bloy ou Jacques Maritain sur le plan doctrinal, qui tenta d’initier une interrogation chrétienne d’Israël, en se fondant sur l’enseignement traditionnel de l’Église, Église qui ne craignait pas alors d’évoquer à juste titre la substitution de l’Église à la Synagogue, Synagogue talmudique que l’Apocalypse de st Jean appelle à deux reprises Synagogue de Satan et qui fut rejetée par Dieu (Apocalypse. 2, 9 ; 3, 9) en raison de son infidélité, et répudiée au profit de l’Église (Jésus dit aux pharisiens qui niaient sa divinité, c’est-à-dire au judaïsme rabbinique et postbiblique antichrétien [2], que leur père selon la génération charnelle était certes Abraham, mais que selon l’esprit c'était le diable (Jean VIII, 31-47), thème repris et développé par saint Jean Chrysostome, Commentaire sur l’Évangile selon St Jean, Homélie LIV, 1, Saint Augustin, Commentaire sur Jean, Discours XLII, 1, et saint Thomas D’Aquin, Commentaire sur St Jean, VIII, Lectio IV, 1201.

Charles Journet déclare donc solennellement dans son ouvrage :

- « Nous voudrions adresser aux juifs un rappel. Quand ils rendent l’Église responsable, pour les avoir accusés devant l’histoire de déicide, de leurs immenses malheurs, ils oublient que Dieu, que Iahvé lui-même, en les choisissant comme unique peuple messianique et théophore, devait les rendre odieux et les désigner à l’hostilité du monde et des peuples païens, longtemps avant l’Incarnation, longtemps avant le déicide. […] Le déicide est venu. Il a empêché les juifs, qui en furent l’instrument, de passer de l’état de nation messianique à l’état d’Église messianique, de l’état provisoire de nation théophore à l’état définitif de royaume de Dieu supranational. Il n’a pas fait que la main de Dieu cessât de reposer sur eux. Il a fait qu’elle ne s’y repose plus comme autrefois, et qu’elle ne s’y repose pas non plus comme dans l’Église, désormais seule messianique et seule théophore, elle aussi persécutée, par le monde et parfois par eux. » (Ch. Journet, Destinées d’Israël. À propos du Salut par les Juifs, Paris, 1945, pp. 199-201.)

Responsabilité du judaïsme pharisaïque dans la mort du Christ

Ces lignes, dont la grande pertinence nous permet de mieux cerner le sens de la terrible situation en ce monde du peuple qui demanda que l’on crucifie le Messie, ont le mérite de montrer clairement le sens des conditions mêmes dans lesquelles se trouvent placés les Juifs depuis le Golgotha, et la raison du châtiment qu’ils subirent collectivement, consécutivement à l’ignominieux traitement infligé au Christ sur le Calvaire. Rappelons que pour tous les Pères de l’Église, unanimement (de st Ignace d’Antioche † 107 à st Augustin † 430, en passant par st Justin † 163, st Irénée† 200, Tertullien † 240, st Hyppolite de Rome † 237, st Cyprien 258, Lactance † 300, st Athanase † 373, st Hilaire de Poitiers † 387,st Grégoire de Nazianze † 389, st Ambroise de Milan † 397, st Cyrille d’Alexandrie † 444), ce qui porte la responsabilité de la mort de Jésus est bien le judaïsme pharisaïque talmudique par le truchement de ses “fidèles”. Dans la mort du Christ, c’est donc la communauté religieuse d’Israël post-biblique qui est impliquée (hormis un “petit reste” qui fut fidèle au Christ : les Apôtres, les Disciples, etc.), la majeure partie du peuple ayant prit une part active à la condamnation de Jésus.



«Nous, nous avons une Loi, et d’après cette Loi, Il doit mourir ! » (Jean, XIX, 7)

Il faut, dès lors, comprendre que le peuple juif était, effectivement, un peuple théologique, le peuple théologique par excellence que Dieu s’était créé pour Lui, il se devait de devenir une race salvatrice dans le Christ. Ainsi, tout ce qu’on pourra dire au sujet des juifs restera bien court devant la grandeur de ce peuple qui nous a donné le Christ. Mais le Christ ne se réduit pas à son origine juive, comme certains littérateurs contemporains maladroits voudraient le laisser supposer, incapables de voir plus loin que l'horizon charnel. Le Christ, qui se fit homme, était d’une grandeur qui surpassait infiniment l’humaine condition. Le Christ était Divin, le Christ était le Fils Unique du Père, la Splendeur rendue visible de la Substance Divine. Aussi le peuple juif, soutien généalogique de grandeurs qui surpassaient sa propre valeur, aurait dû s’abîmer dans sa propre petitesse à cause des grandeurs qu’il portait. Mais au contraire une partie d’Israël fut mordue par l’orgueil. Insensée, elle se crut plus grande que les autres peuples, que toutes les autres races, et surtout plus grande que le Christ. Elle se crut supérieure à tous et éleva autour d’elle une enceinte pour ne pas se contaminer à l’infériorité des autres ; et elle a travaillé pour les dominer et, finalement, par son rejet criminel du Messie, s’est retrouvée soumise aux nations car, comme pour Esaü et Jacob (Genèse 27 30-41), l’aîné a été soumis au cadet.

« Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis» (Luc XXI, 24)

Les Juifs talmudiques et la Synagogue, zélés serviteurs du mystère d’iniquité

La destruction du second Temple par Titus en 70 et la défaite de Bar Kocheba en 135 qui participaient des châtiments annoncés par les prophéties, constituèrent pour le judaïsme une catastrophe aussi importante que la destruction du premier Temple en - 586 av. Jésus-Christ. Le peuple juif, dont le chandelier sacré du Temple fut exhibé triomphalement à Rome, perdit ainsi son identité politique et sa référence religieuse. C’est dans ces circonstances qu’apparut le mouvement rabbinique talmudique. Les rabbins, héritiers des pharisiens, prirent définitivement autorité sur la vie communautaire et spirituelle. En attendant que Dieu accordât la rédemption messianique à tout Israël, la Torah — l’étude et l’observation de ses commandements — devait tenir lieu de Temple. Certains rabbins affirmèrent que, si tous les juifs se conformaient à la Torah, le Messie serait obligé de venir. Institutionnellement, la Synagogue et la maison d’étude rabbinique, remplacèrent donc le Temple détruit. Dès lors, les Juifs qui furent longtemps les dépositaires du mystère de fidélité, après la mise à mort du Christ se convertirent, en se basant sur une conception judaïque talmudique dévoyée que les pontifes romains considérèrent comme une manifestation de la permanente « perfidie » juive, en zélés serviteurs du mystère d’iniquité n’acceptant pas la substitution sacerdotale de leur élection à l’Église qui devenait, après eux, le véritable Israël. Joseph de Maistre (1753-1821), qui réfléchira à la signification à la rigueur du châtiment infligé à Israël et s’interrogera sur la dureté de l’exil imposé aux hébreux depuis la mort de Jésus, exprime fort bien l’une des raisons de cette situation : « Dieu vous a dispersés parmi les nations […] ; afin que vous leur appreniez qu'il est le seul Dieu et le seul tout-puissant. » (Soirées de Saint-Pétersbourg, IXe Entretien.)

A d’autres qu’aux hébreux, furent donc accordées les bénédictions de la Promesse. Et ces autres-là, c’est ceux, Juifs et Gentils - Juifs d’abord et Gentils ensuite - qui forment l’Église de Jésus-Christ. L’Église de Jésus-Christ est le vrai Isaac, le vrai Jacob, et le vrai Abel. Le Christ a été le sanctificateur des Juifs et des Gentils pour former une création nouvelle, l’Église de Jésus-Christ, qui adore le Père en Esprit et en Vérité. (Jean, IV). Dès le jour de la Pentecôte (Actes II,1), il y eut formation et constitution sur la terre d’un nouveau peuple de Dieu : l’Église, «car nous avons tous été baptisés d’un seul Esprit pour être un seul corps» (1 Corinthiens 12,13). De sorte, sachant que saint Augustin, saint Irénée, saint Thomas, saint Bonaventure, Cajetan, Bellarmin, Baronius, saint François de Sales et presque tous les pères et théologiens partagent cet avis : « Jésus-Christ, a pris l’ancienne Église et l’a mise dans la nouvelle ; il a pris la Synagogue, et lui a substitué l’Église. Les juifs qui ont été depuis Jésus-Christ, et qui sont à présent, ont été et sont des déserteurs de la religion juive, puisqu’il n’ont point voulu reconnaître le Messie, ce qui faisait pourtant le point capital de leur religion. » (Finis Legis Christus X, 4) Ainsi, fatal aveuglement des modernes qui ont perdu tout sens théologique, il y a bien un lien de cause à effet direct entre la crucifixion et les événements qui suivirent, à savoir : l’arrêt du culte mosaïque, la cessation des sacrifices du Temple, la destruction de Jérusalem, la dispersion et l'exil loin de leur terre des hébreux. Tout cela correspond à la réalisation exacte de ce que le Christ avait solennellement prophétisé aux juifs : « Viendront des jours de vengeance... il y aura une grande contrainte, une grande colère sur la terre pour ce peuple... et ils tomberont au fil de l’épée, et ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ». (Luc, XXIII, 20-24). Alors, tout ce que le monde put produire de plus inique et de plus pervers sortit aussi de ce peuple qui se réjouissait du sang du Sauveur et qui clamait : «Que Son sang retombe sur nous et sur nos enfants !» (Matthieu XXVII, 25). Le crime le plus grand de tous les temps, la mort de l’Homme-Dieu, a été perpétré par ce peuple qui mérita pour cela le nom de «perfide ». Où est donc la racine du péché et de toutes les erreurs judaïques ? Dans le fait «qu’une partie de ce peuple» a cru que ses promesses faites aux Juifs à cause du Christ qui devait naître d’eux, furent faites à sa chair, à sa race, à sa généalogie, à sa nation. En d’autres termes, au lieu de s’apercevoir que si le peuple Juif était le peuple de prédilection, il l’était uniquement par le Christ. Eux, dans leur aveuglement, crurent que ce fut le Christ qui eut de quoi Se glorifier de Sa descendance généalogique.

L’Eglise est aujourd’hui « l’Israël spirituel » authentique

Rappelons que les bénédictions de l’Eglise, ou de ceux qui la composent, dépassent celles de l’Ancienne Alliance. L’union des croyants avec le Christ par le Saint Esprit, telle qu’elle est décrite notamment dans l’épître aux Éphésiens, est un privilège exclusif des chrétiens. En outre, les croyants de l’époque actuelle sont des étrangers sur la terre ; ils suivent un Sauveur rejeté et méprisé du monde. Le résidu d’Israël qui héritera du royaume millénaire, de même que les gens des nations qui y auront part, n’y seront nullement des étrangers. Sur une terre purifiée par les jugements, ils seront les sujets d’un Christ glorieux dont l’autorité sera reconnue de tous, mais lorsque la Divine Providence le décidera, pas avant ! L’Israël spirituel authentique aujourd’hui c’est, de ce fait, l’Eglise de tous les baptisés. Le peuple hébreu, l’Israël charnel, n’est plus qu’une réalité naturelle désacralisée dont la filiation divine a cessé sachant qu’il n’y rien « qui puisse suggérer l’idée d’une prérogative quelconque d’Israël comme peuple de Dieu depuis l’instauration de la Loi nouvelle. La promesse faite par Dieu au peuple israélite est une alliance temporelle et transitoire, abandonnée au profit de la Nouvelle Alliance. Quand donc saint Paul affirme que les ‘‘dons et l’appel de Dieu sont sans repentance’’ et que ‘‘Dieu n’a pas rejeté son peuple’’, il signifie par là que Juifs et Gentils sont convoqués à l’obéissance de la foi et qu’Israël n’est pas exclu de cet accueil universel puisqu’à la fin des temps il sera réintégré. Or cette réintégration ne s’effectuera pas selon le statut de l’Alliance Ancienne et dans le régime de l’Israël charnel, mais bien sous le sceau de la Nouvelle Alliance et dans la sphère indéfiniment élargie de l’Israël spirituel [cad l’Eglise]. Dieu ne laissera pas protester sa promesse parce que l’Eglise est désormais le peuple de Dieu et qu’Israël lui sera finalement incorporé. »

Aujourd’hui, en attendant le retour du Messie, nous sommes donc historiquement placés dans le temps de l’Eglise, le temps du « Nouvel Israël », le ‘‘Verus Israël’’ [C’est saint Justin martyr (IIe s.) dans le dialogue avec Tryphon, dans lequel il défendait le christianisme contre un interlocuteur juif, qui utilisa pour la première fois l’expression à propos de l’Église : « véritable Israël » (cf. §135) ], qui correspond au temps de la grâce, temps qui succède à la Loi et au culte mosaïque, période caractéristique qui a commencé lors de la venue du Christ et qui n’est pas encore terminée tant que le Messie n’est pas de nouveau revenu en Gloire. C’est la période durant laquelle le peuple d’Israël est placé, sur le plan de l’Histoire Sainte dont le déroulement se poursuit, dans la sujétion des nations et dans la dépendance spirituelle des promesses faites à l’Eglise. Le Seigneur indique d’ailleurs que Jérusalem sera « foulée aux pieds par les nations jusqu’à ce que les temps des nations soient accompli s» (Luc 21, 24). Ces temps, ces temps historiques à l’intérieur desquels le peuple juif possède une importance exceptionnelle puisque c’est un peuple qui accompagne l’humanité dans tout le déroulement de l’Histoire, ces temps ont commencé au moment où, dans son gouvernement envers Israël, Dieu dut livrer son peuple entre les mains des nations. Le Temple fut détruit, de même que la muraille de Jérusalem, la ville brûlée, ses trésors emportés, et le peuple qui avait échappé à l’épée emmené en captivité. La sentence «Lo-Ammi», c’est-à-dire « pas mon peuple», annoncée par le Prophète Osée, entra ainsi en vigueur d’une façon redoutable. La pénible et éprouvante réprobation d’Israël se voit ainsi, certes mystérieusement mais aussi formellement, permise jusqu’à ce qu’Israël accepte le Messie et rejoigne l’Eglise, ceci correspondant exactement à ce que saint Paul dit nettement : « … alors tout Israël sera sauvé. » (Romains, XI, 25).

Il y aura donc une fin à la réprobation et aux temps des nations qui se termineront, non pas à la faveur d’une décision volontaire bassement profane, nationaliste et antireligieuse du peuple Juif décidant de retourner en Terre Sainte en s’y imposant brutalement par la force des armes et la terreur en piétinant le plan que Dieu a forgé pour le peuple élu qui doit lui aussi, selon l’eschatologie de l’Histoire Sainte, trouver sa place dans le Royaume, mais seulement lorsque le résidu juif fidèle, reconstitué à travers les terribles jugements apocalyptiques, entrera dans la bénédiction du Millénium. En effet, si la structure et la dynamique des nations et de la vie profane tombent sous la coupe du «Prince de ce monde» parce que ce dernier a acquis sur elles possession l’homme ayant cédé à sa suggestion, sur le terrain de l’Histoire Sainte il faut impérativement que soient mises en œuvre des forces spécifiquement saintes. Israël sera alors de nouveau reconnu comme étant le peuple de l’Éternel. « Je dirai à Lo-Ammi : Tu es mon peuple, et il me dira : Mon Dieu» ( Osée 1,9 ; 2:23). Les prophètes de l’Ancien Testament nous parlaient déjà du résidu d’Israël qui jouera un rôle de premier plan aux derniers jours. Ce sont les réchappés de l’épée (Esaïe 4:2 ; 10:20 ; Jérémie 31:2 ; Joël 2:32). Dans une période où la grande masse d’Israël se détournera de Dieu et sera l’objet de son jugement, ce sont ceux dont Dieu aura touché le coeur et qu’il aura amenés à la repentance. Dieu les reconnaîtra comme étant son peuple, et après les tribulations, ils entreront dans les bénédictions du Millénium ainsi que l’explique l’Ecriture.

La religion chrétienne seule nécessaire au Salut

Or, alors que nous possédons de telles déclarations positives de la part de Dieu dans l’Ecriture, déclarations commentées et confirmées par l’ensemble des Pères et docteurs de l’Eglise, et comme le soutenait Léon Bloy, comment est-il possible de se prétendre respectueux de Dieu lorsqu’on ignore, ou, plus grave encore, méprise sa Parole, en n’établissant son jugement et ses opinions que sur l’immédiate visibilité des faits, alors que l’unique, la seule authentique et véritable fidélité, se mesure uniquement au strict respect des plans de Dieu sur l’Histoire : « C'est à détraquer l'entendement, à suggérer le dégoût de vivre, de penser qu'un homme peut se dire admirateur du Salut par les Juifs et croire, en même temps, qu'il y a des choses plus importantes que d'obéir aux commandements de Dieu » (1899, Dix-sept mois en Danemark.).

Retenons que la venue du Christ a abrogé la Loi mosaïque en ce que celle-ci avait de propre au peuple Juif, L’épître aux Hébreux ayant été écrite pour montrer aux Juifs que tout le système de la Loi — en particulier la sacrificature et les sacrifices — était mis de côté. Il s’agissait «d’ordonnances charnelles imposées jusqu’au temps du redressement» (Hébreux 9, 10). Mais le Christ étant venu, nous avons en lui le seul sacrifice capable d’ôter les péchés (Hébreux 10, 12-14), et le sacrificateur parfait qui «nous convenait» (7:25, 26). Ainsi comme le précise saint Paul : « Il y a abrogation et caducité de la religion qui a précédé, à cause de sa faiblesse et de son inutilité car a loi n’a rien amené à la perfection» ( Hébreux 7, 18-9). La religion chrétienne est ainsi devenue la seule religion nécessaire au Salut de tous les hommes, qu’ils soient Juifs ou païens, et ce jusqu’à la fin des siècles puisqu’elle n’a plus à recevoir de développement dans la mesure où Jésus-Christ nous l’a donnée aussi parfaite que Dieu la voulait pour la Rédemption générale du genre humain, ce que tiendra à souligner fermement le cardinal Jean Daniélou (1905-1974), précisément au moment où d'autres théologiens avançaient d'autres thèses :


- « … une théologie discutable [parle] du rôle actuel du peuple juif dans l'histoire du salut. [Elle] affirme en particulier qu'on ne peut pas dire que “le peuple juif a été dépouillé de son élection”… C'est également tout confondre que d'écrire que “la première Alliance n'a pas été rendue caduque par la Nouvelle”. Que signifient alors les termes d'Ancienne et de Nouvelle Alliance, d'Ancien et de Nouveau Testament?… Parler de la Nouvelle Alliance, c'est dire que l'Ancienne est dépassée. Dire que l'Ancienne Alliance n'est pas caduque, parce qu'elle est “la racine, la source, le fondement, la promesse”, c'est jouer sur les mots. Car c'est précisément parce qu'elle est la promesse qu'elle implique l'accomplissement. Cela nous devons le dire clairement et loyalement, comme l'ont dit les premiers apôtres, comme l'a dit toute l'Église.» (Cardinal Jean Daniélou, "L'Église devant le judaïsme", Le Figaro, 28-29 avril 1973, in La Documentation Catholique, LXX, Paris, 1973, pp. 620-621.)


C’est pourquoi, on est légitimement fondé à pouvoir affirmer que le peuple Juif s’est vu retiré sa fonction eschatologique et messianique par son refus d’accueillir le Messie qu’il livra aux Romains pour qu’il soit crucifié. Le seul Israël véritable qui subsiste c’est donc l’Eglise : « L’Eglise se relie à l’Ancienne Alliance, à laquelle elle se substitue – l’Eglise est le nouvel Israël, c’est Jésus-Christ répandu et communiqué. » (Bossuet, Discours sur l’Histoire universelle, O. C., t. IV.) Ecoutons d’ailleurs avec respect en guise de conclusion, à propos du mystère de substitution de l’héritage d’Israël à l’Eglise, l’admirable témoignage, si empli d’une impressionnante vérité, d’un Juif qui reconnut le Christ comme le Messie et demanda le baptême afin d’entrer dans le sein de la Sainte Eglise :


- « Nous avons condamné notre Roi et notre Dieu. Cette condamnation était la nôtre. Sur le Calvaire expire le Messie (…) le Roi des Juifs. Le crime inexpiable est consommé. La malédiction divine est sur nous. Nous ne sommes plus l’Israël de Dieu, la race élue. Nous ne comprenons plus nos patriarches et nos prophètes. Un voile devant nos yeux, sur notre esprit, sur notre cœur, une voile de sang : le Sang du Juste. Ce sang qui cimente les fondements de l’Eglise et par lequel la gentilité devient l’héritière des promesses d’Abraham, l’Israël véritable, retombe sur nous, malheureux, en gouttes accablantes, torturantes, vangeresses. Mais loin de nous repentir, nous nous enfonçons dans notre crime chaque siècle davantage, nous nous y obstinons, nous l’aggravons, nous le surchargeons de haines, de toujours plus de haines, d’inextinguibles haines. Contre l’Eglise et son Christ, avec les ennemis du Christ, chaque âge nous retrouve. (…) Nous pouvons gémir avec notre prophète Esaïe : ‘‘Nous attendions la lumière et nous voilà dans les ténèbres’’. (…) C’est pourquoi le Seigneur s’est éloigné de toi, faux Israël ! Il a renversé ton Temple, ta ville, ton sacerdoce. Il a fait Alliance avec un peuple fidèle à la Tradition, le peuple chrétien qui, reconnaissant le Messie dans Jésus fils de David, est devenu le vrai peuple d’Abraham, l’héritier des promesses divines ! Jérusalem est dans l’Eglise, Lévi dans le sacerdoce catholique, Moïse dans Jésus-Christ ! » (P. Loewengard, La Splendeur catholique, du Judaïsme à l’Eglise, Librairie Académique Perrin, 1910, 201-102 ; 243-245.)
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Raistlin » lun. 27 févr. 2012, 15:38

- « … une théologie discutable [parle] du rôle actuel du peuple juif dans l'histoire du salut. [Elle] affirme en particulier qu'on ne peut pas dire que “le peuple juif a été dépouillé de son élection”… C'est également tout confondre que d'écrire que “la première Alliance n'a pas été rendue caduque par la Nouvelle”. Que signifient alors les termes d'Ancienne et de Nouvelle Alliance, d'Ancien et de Nouveau Testament?… Parler de la Nouvelle Alliance, c'est dire que l'Ancienne est dépassée. Dire que l'Ancienne Alliance n'est pas caduque, parce qu'elle est “la racine, la source, le fondement, la promesse”, c'est jouer sur les mots. Car c'est précisément parce qu'elle est la promesse qu'elle implique l'accomplissement. Cela nous devons le dire clairement et loyalement, comme l'ont dit les premiers apôtres, comme l'a dit toute l'Église.» (Cardinal Jean Daniélou, "L'Église devant le judaïsme", Le Figaro, 28-29 avril 1973, in La Documentation Catholique, LXX, Paris, 1973, pp. 620-621.)
Et pourtant, les dons et la vocation de Dieu sont sans repentance (Romains 11, 29).

Donc oui, l'Église est sans conteste possible le nouvel Israël. Oui, la Nouvelle Alliance accomplit la première. Néanmoins, Dieu n'est pas parjure.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
lmx
Barbarus
Barbarus

Re: La « question juive » : interrogation.

Message non lu par lmx » lun. 27 févr. 2012, 15:42

Voilà, ce me semble, l’oubli radical de certains esprits qui souhaitent aborder la « Question Juive » en évacuant purement et simplement la place de Jésus-Christ au sein de l’Histoire, se rendant ainsi absolument incapables de penser en chrétiens, et qui donc, conséquemment, rejoignent dans leurs positions impies et scandaleuses, consciemment ou inconsciemment, les pires ennemis du Christ et de son Église.

L'expression "peuple juif déicide" est abusive et dans le catéchisme du concile de Trent c'est le genre humain qui est responsable de la crucifixion du Christ. Aussi c'est donc sans surprise, sauf pour les ignorants, que Benoît XVI peut de nos jours encore condamner cette expression.

Qui est le plus coupable, celui qui rend la vérité odieuse, met des obstacles entre elles et les hommes en persistant à vouloir jeter l'anathème sur un peuple, attitude qui conduit au rejet de cette vérité par la personne visée, ou celui qui, par ignorance, la refuse ? Le catéchisme du concile de Trente vous donnera une petite piste.
Catéchisme concile de Trente I ch V § III a écrit : Nous devons donc regarder comme coupables de cette horrible faute, ceux qui continuent à retomber dans leurs péchés. Puisque ce sont nos crimes qui ont fait subir à Notre-Seigneur Jésus-Christ le supplice de la Croix, à coup sur ceux qui se plongent dans les désordres et dans le mal [29] crucifient de nouveau dans leur cœur, autant qu’il est en eux, le Fils de Dieu par leurs péchés, et Le couvrent de confusion. Et il faut le reconnaître, notre crime à nous dans ce cas est plus grand que celui des Juifs. Car eux, au témoignage de l’Apôtre, [30] s’ils avaient connu le Roi de gloire, ils ne L’auraient jamais crucifié. Nous, au contraire, nous faisons profession de Le connaître. Et lorsque nous Le renions par nos actes, nous portons en quelque sorte sur Lui nos mains déicides
.
597 En tenant compte de la complexité historique du procès de Jésus manifestée dans les récits évangéliques, et quel que puisse être le péché personnel des acteurs du procès (Judas, le Sanhédrin, Pilate) que seul Dieu connaît, on ne peut en attribuer la responsabilité à l’ensemble des Juifs de Jérusalem, malgré les cris d’une foule manipulée (cf. Mc 15, 11) et les reproches globaux contenus dans les appels à la conversion après la Pentecôte (cf. Ac 2, 23. 36 ; 3, 13-14 ; 4, 10 ; 5, 30 ; 7, 52 ; 10, 39 ; 13, 27-28 ; 1 Th 2, 14-15). Jésus lui-même en pardonnant sur la croix (cf. Lc 23, 34) et Pierre à sa suite ont fait droit à " l’ignorance " (Ac 3, 17) des Juifs de Jérusalem et même de leurs chefs. Encore moins peut-on, à partir du cri du peuple : " Que son sang soit sur nous et sur nos enfants " (Mt 27, 25) qui signifie une formule de ratification (cf. Ac 5, 28 ; 18, 6), étendre la responsabilité aux autres Juifs dans l’espace et dans le temps :

Aussi bien l’Église a-t-elle déclaré au Concile Vatican II : " Ce qui a été commis durant la passion ne peut être imputé ni indistinctement à tous les Juifs vivant alors, ni aux Juifs de notre temps. (...) Les Juifs ne doivent pas être présentés comme réprouvés par Dieu, ni maudits comme si cela découlait de la Sainte Écriture " (NA 4).

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13214
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par etienne lorant » lun. 27 févr. 2012, 17:15

Merci. Voici un extrait de la fameuse lettre de Jacques Maritain :

Les chrétiens voudront-ils comprendre. C'est la question qui se pose maintenant. Combien de temps dormiront-ils encore ? Combien de temps encore beaucoup d'entre [p. 640] eux répudieront-ils en fait l'enseignement de saint Paul, qui nous apprend que nous avons été greffés sur l'olivier d'Israël, et que nous sommes devenus participants avec lui des racines et de la sève de l'olivier ? "Spirituellement nous sommes des Sémites", a dit le Pape Pie XI. Avant d'être un problème de sang, de vie ou de mort physique pour les Juifs, l'antisémitisme est un problème d'esprit, de vie ou de mot spirituelle pour les chrétiens. Israël a l'habitude de la souffrance et de la persécution, il les porte depuis des siècles, il les attend tout en les craignant, il sait bien que son Dieu qui le fait cheminer dans l'abîme le tirera de l'abîme pour l'y replonger encore et l'en tirer de nouveau. C'est une chose étrangement poignante, et bien propre à nous faire faire un humiliant retour sur notre passé, à nous autres chrétiens de la gentilité, de contempler l'espèce de sérénité tragique avec laquelle un Juif qui a médité sur l'histoire de son peuple nous dit sa certitude qu'Israël ne trouvera jamais de repos ni de pitié. Mais il y a quelque chose que la fureur antisémite blesse et corrompt irrémédiablement, c'est la conscience chrétienne.

Lettre de Jacques Maritain à la Conférence du Seelisberg (1947)

http://www.debriefing.org/30931.html
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1428
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Harfang » lun. 27 févr. 2012, 17:30

Le fait que nous soyons tous impliqués dans la mort du Christ ne fait aucun doute, et chaque péché commis est une épine de plus dans le front sacré de Notre-Seigneur, mais cela empêche-t-il le Sang de retomber sur celle qui l'a appelé ; je veux parler de la synagogue ?

Une vision de sainte Hildegarde de Bingen me conforte dans cette opinion :
Cinquième vision d'Hildegarde : la Synagogue. Blanche en haut, noire en bas et les pieds couleur de sang.

« La Synagogue admire la nouvelle épouse, l'Église, qui ne se voit pas ornée des mêmes vertus qu'elle, mais environnée d'escortes angéliques, afin que le démon ne puisse ni la ruiner, ni la renverser ; tandis que la Synagogue abandonnée par Dieu gît dans le vice. [...] Elle a les pieds tout sanglant et autour de ses pieds brille une nuée resplendissante parce que, à sa consommation, elle mit à mort le Christ, le Prophète des prophètes, et elle-même, déchue, s'écroula. » Sainte Hildegarde de Bingen dans le Scivias.
Image

Statue représentant la Synagogue sur la cathédrale de Strasbourg. Ici, une jeune femme, cheveux dénoués, les yeux couverts d'un bandeau serré qui l'aveugle. Son attitude est contrainte, douloureuse. La lance brisée et les tables de la Loi qui lui échappent des mains indiquent son désarroi. Elle se détourne, honteuse ou égarée, de sa soeur l'Église. Elle ne voit pas en Jésus le Messie que les Juifs attendent.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Raistlin » lun. 27 févr. 2012, 17:41

Harfang a écrit :Statue représentant la Synagogue sur la cathédrale de Strasbourg. Ici, une jeune femme, cheveux dénoués, les yeux couverts d'un bandeau serré qui l'aveugle. Son attitude est contrainte, douloureuse. La lance brisée et les tables de la Loi qui lui échappent des mains indiquent son désarroi. Elle se détourne, honteuse ou égarée, de sa soeur l'Église. Elle ne voit pas en Jésus le Messie que les Juifs attendent.
Certes, les juifs actuels ne veulent pas reconnaître leur Messie. Mais vous n'ôterez pas le fait que Dieu ne se renie pas que l'accomplissement opéré par la Nouvelle Alliance n'a pas détruit l'Ancienne.

Et je vous rappelle que l'Église attent et espère la conversion des juifs plus que tout autre peuple. Le 2nd retour du Christ est en quelque sorte suspendu à leur "oui".

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1428
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Harfang » lun. 27 févr. 2012, 17:50

Et je vous rappelle que l'Église attent et espère la conversion des juifs plus que tout autre peuple. Le 2nd retour du Christ est en quelque sorte suspendu à leur "oui".
C'est précisément la raison pour laquelle il peut être dangereux de placer les juifs talmudiques sur un piédestal, comme si Dieu voulait les conserver tels quels : leur salut est aussi dans le Christ, et il n'y a pas de chemin "spécial" pour eux, ni pour quiconque. Qui me contestera que le judaïsme rabbinique ne sauve pas ? Or, bien plus qu'une vénération déplacée, c'est la conversion des juifs, comme vous dites, qui est à rechercher, et ce serait une entorse faite à la vérité que de renoncer à entreprendre l'évangélisation des juifs sous prétexte de « conserver les différences ».

Il me semble que pour entreprendre cette évangélisation, il peut être opportun de préparer le terrain (essentiellement chez les catholiques) en révisant son approche de la question, et de porter une critique sans concession du judaïsme post-biblique, comme il est intéressant de dénoncer les côtés destructeurs de l'islam, du protestantisme, de l'athéisme nihilisme...etc. Si le judaïsme c'est tout beau, c'est tout bien, où trouvera-t-on la nécessité d'évangéliser ?
Dernière modification par Harfang le lun. 27 févr. 2012, 17:55, modifié 1 fois.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
lmx
Barbarus
Barbarus

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par lmx » lun. 27 févr. 2012, 17:55

Le fait que nous soyons tous impliqués dans la mort du Christ ne fait aucun doute, et chaque péché commis est une épine de plus dans le front sacré de Notre-Seigneur, mais cela empêche-t-il le Sang de retomber sur celle qui l'a appelé ; je veux parler de la synagogue ?
oui je vois que vous êtes prêt à user de toutes sortes de contorsions pour passer outre les catéchismes et l'autorité des conciles qui ont condamné cette idée. Tout comme votre maître franc maçon et son double discours.

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1428
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Harfang » lun. 27 févr. 2012, 18:07

Vous ne répondez pas à ma question : comment l'un annule-t-il l'autre ? Ne peuvent-ils pas subsister parallèlement ?
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Raistlin » lun. 27 févr. 2012, 18:23

Harfang a écrit :Vous ne répondez pas à ma question : comment l'un annule-t-il l'autre ? Ne peuvent-ils pas subsister parallèlement ?
Qui annule qui ? Êtes-vous bien certain que la Nouvelle Alliance annule l'Ancienne ? Ne vient-elle pas plutôt l'accomplir ? Or je ne vois aucune implication logique faisant de l'Ancienne Alliance une Alliance invalide. C'est comme pour la Loi mosaïque : elle a été accomplie dans le Christ, et il est dommage que les juifs en soient restés là, mais elle n'est pas annulée pour autant dans le sens où Dieu elle serait une abomination aux yeux de Dieu.

Néanmoins, je vous rejoins sur le point de l'évangélisation. Ce qui m'inquiète avec le dialogue actuel, c'est qu'on a presque l'impression qu'il ne faut surtout pas dire aux juifs de se convertir (ça vaut aussi pour les musulmans et les protestants). C'est à mon sens une grave erreur. Certes, la conversion est TOUJOURS un don de Dieu, mais le Christ a été parfaitement clair : nous devons annoncer la Bonne Nouvelle, pas prendre le thé avec nos "frères" en humanité - fussent-ils juifs - et se contenter du "vivre ensemble".

Mais je crois quand même que l'Église revient peu à peu de ces dérives du dialogue inter-religieux et oecuméniques. Elle se rend bien compte que ça n'avance pas.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1428
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Harfang » lun. 27 févr. 2012, 21:16

Qu'est-ce que l'Ancienne Alliance sinon une majestueuse introduction à la Nouvelle ? Pour y être fidèle, il ne faut pas rester au milieu du chemin, mais bien poursuivre jusqu'à l'accomplissement. Donc, la fidélité au judaïsme implique la foi dans le Messie ; être fidèle à la Loi et aux Prophètes, ce n'est pas manger kasher, mais accueillir le Christ et l'adorer. C'est à cette intention que nous prions pour les juifs chaque année le Vendredi Saint. De là vient que ceux qui nient le Christ à l'intérieur du peuple juif (aussi vénérable était-il) se rangent ipso facto (c'est mon sentiment) derrière Caïphe et partagent historiquement la culpabilité du Sanhédrin («Nous, nous avons une Loi, et d’après cette Loi, Il doit mourir ! ») jusqu'à ce qu'enfin les écailles tombent de leurs yeux et qu'ils reconnaissent le Christ Jésus. Sinon c'est à ne plus rien comprendre aux prophéties annonçant la prévarication d'Israël. Le peuple juif est au cœur d'un mystère très grand et d'un drame absolument ineffable.

Pour revenir à l'Ancienne Alliance, n'est-elle pas rendue caduque par la Nouvelle ? Il me semble impossible que les deux se superposent... c'est contraire à l'idée d'accomplissement. Il y a certes toujours un peuplé élu, mais celui-ci ne réduit plus à une race, à un peuple, à une zone géographique : le peuple de Dieu s'est dilaté aux dimensions de l'univers. Il me semble donc un peu téméraire de considérer que le peuple juif actuel ait, par rapport aux autres nations, un statut particulier aux yeux de Dieu. Sinon comment comprendre ce qu'écrit S. Paul : « Il n'y a plus ni Juif ni Grec; il n'y a plus ni esclave ni homme libre; il n'y a plus ni homme ni femme: car vous n'êtes tous qu'une personne dans le Christ Jésus. » Galates III, 28. L'apôtre insiste sur l'égalité de condition et de dignité entre Gentils et Juifs. La ligne de fracture entre peuple de Dieu (Église) et infidèles n'est plus charnelle (race juive), mais spirituelle (foi en Jésus). Voilà pourquoi les juifs talmudiques ne peuvent plus mériter le titre de peuple élu, du moment qu'ils refusent le Messie. Ou alors c'est dissocier complètement la foi dans le Christ d'avec l'élection divine, ce qui me semble absurde.

« Je vous le dis en vérité: dans Israël, chez personne je n'ai trouvé une si grande foi. Or je vous le dis: beaucoup viendront de l'Orient et de l'Occident, et prendront place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux, tandis que les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures: là seront les pleurs et le grincement de dents. » Mt, VIII
C'est comme pour la Loi mosaïque : elle a été accomplie dans le Christ, et il est dommage que les juifs en soient restés là, mais elle n'est pas annulée pour autant dans le sens où Dieu elle serait une abomination aux yeux de Dieu.
Il est écrit quelque part que Dieu ne prenait pas plaisir aux holocaustes de l'Ancienne Alliance. En réalité, ce qui Lui faisait agréer ces sacrifices, c'est la préfiguration qu'ils constituaient du Sacrifice de la Croix. Donc, maintenant que ce Sacrifice est réalisé et se réalise perpétuellement sur les Autels, on peut se demander comment Il regarderait de nouveaux sacrifices d'animaux... Mais la question ne se pose même pas : les tenant du judaïsme contemporain ont perdu le sacerdoce, le Temple et les sacrifices. C'est assez révélateur.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10501
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Fée Violine » lun. 27 févr. 2012, 22:51

Harfang a écrit :Le fait que nous soyons tous impliqués dans la mort du Christ ne fait aucun doute, et chaque péché commis est une épine de plus dans le front sacré de Notre-Seigneur, mais cela empêche-t-il le Sang de retomber sur celle qui l'a appelé ; je veux parler de la synagogue ?
Cher Harfang,

Puis-je vous faire remarquer que le verbe "retomber" ne se trouve pas dans la phrase sur laquelle vous appuyez votre raisonnement, ni d'ailleurs aucun verbe.
La phrase de l'évangile est : "Son sang sur nous et sur nos enfants".
Or, plutôt qu'une malédiction, il semble bien plutôt que ce soit une allusion à une protection, surtout à la veille de la Pâque (le sang de l'agneau sur les montants de la porte).
Ce n'est pas parce que pendant des siècles on l'a interprété comme une malédiction que c'est forcément vrai.

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1428
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Harfang » lun. 27 févr. 2012, 23:04

C'est vrai, vous avez raison.
Mais votre interprétation ne colle pas vraiment avec le contexte... Comment une foule qui hurle la mort du Christ demanderait-elle sa bénédiction ? Voilà qui me laisse perplexe.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Avatar de l’utilisateur
Fée Violine
Consul
Consul
Messages : 10501
Inscription : mer. 24 sept. 2008, 14:13
Conviction : Catholique ordinaire. Laïque dominicaine
Localisation : France
Contact :

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Fée Violine » lun. 27 févr. 2012, 23:10

Mais dans une foule, il y a de tout. Une foule n'est pas forcément homogène.
Il y avait des gens à la solde du pouvoir religieux, et aussi des amis de Jésus.

Harfang
Persona
Persona
Messages : 1428
Inscription : mar. 09 sept. 2008, 23:45

Re: Le judaïsme et le Golgotha

Message non lu par Harfang » lun. 27 févr. 2012, 23:15

Vu le traitement qui a failli être infligé à S. Pierre, il ne devait pas en avoir beaucoup : Nicodème, peut-être, quelques saintes femmes, Marie, Jean, la femme de Ponce Pilate... Mais même si c'est le cas, le rapport de force n'est pas équilibré : la foule fait relâcher Barabas, fait fléchir Pilate et au final entraîne la condamnation à mort de Jésus. Dans cette situation, le "son sang sur nous et nos enfants" apparaît plus comme une raillerie qu'une demande de bénédiction... Le "sang innocent" dont Pilate se lave lâchement les mains est moqué.
« O Crux Ave Spes Unica ! »
http://vidi-aquam.blogspot.com/

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Breizh et 3 invités