St Paul, les fêtes "juives" et la Loi des aliments

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
sthorel
Civis
Civis
Messages : 2
Inscription : mar. 12 août 2014, 16:01
Conviction : YAHUVEH, YAHUSHUA Ha MASHIACH et la RUAC
Contact :

St Paul, les fêtes "juives" et la Loi des aliments

Message non lupar sthorel » ven. 05 déc. 2014, 19:25

Pour bien comprendre les sujets que Paul développe dans différents Livres et éviter se perdre en conclusions hâtives et erronées, j’établis ici des bases importantes sur les croyances de Paul et de la première Église.

1. Paul croyait que les « oracles de l'Eternel » sont confiés aux Juifs (Rm 3:1-2). Ces oracles comprennent les dix commandements, le calendrier divin et le culte biblique qu’enseigne la Parole de l'Eternel. Paul et les premiers croyants, observaient sabbats et fêtes bibliques et Paul les citait en référence parmi les Églises constituées principalement de païens convertis (Ac 2:1; 12:3-4; 18:21; 20:16; 27:9; 1 Co 11:2-26).
2. Le Christ affirme que les païens ne savent pas ce qu’ils adorent. Leur pensée, leur philosophie, leur tradition, leur culte sont à bannir pour les chrétiens. Jésus révèle que pour être un adorateur conforme à la volonté de l'Eternel nous devons adorer en Esprit et en Vérité. Il affirme que le salut vient des Juifs (Jn 4:22-24). Nous devons nous soumettre aux oracles de l'Eternel qui leur ont été confiés. Comprenez bien : je n’ai pas dit se soumettre aux Juifs, aux traditions de leurs pères, mais bien à la volonté de l'Eternel : elle ne provient pas des oracles païens! : « Alors Jésus, parlant à la foule et à SES DISCIPLES, dit : Les scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire (les enseignements) de Moïse. FAITES DONC ET OBSERVEZ TOUT CE QU’ILS VOUS DISENT; MAIS N’AGISSEZ PAS SELON LEURS ŒUVRES. CAR ILS DISENT ET NE FONT PAS.» Mt 23:1-3
3. La première Église, juive messianique, était le modèle de référence pour les païens qui se retiraient du paganisme. Paul louait les Thessaloniciens en ce sens (1 Thes 2:14).
4. Paul n’acceptait pas le péché dans l’Église : «pêcherions-nous?… Loin de là! » (Rm 6:1-2,12, 15-17)
5. Selon l’Ancien et le Nouveau Testament : « le péché est la transgression de la loi » (1 Jn 3:4). Le critère pour établir ce qu’est le péché ne repose pas sur la morale, la philosophie et les traditions de ce monde qui ont plutôt tendance, au contraire, à le couvrir et l’excuser allant même jusqu’à le justifier, mais la lumière vient de la Parole de l'Eternel qui est la vérité (Jn 17:17). L’unique standard acceptable permettant de reconnaître ce qui constitue un péché est la Loi divine, biblique. Celui qui « connaît Sa volonté » est « instruit par la loi » (Rm 2:18). Car il y a « dans la loi la règle de la science et de la vérité. » (Rm 2:20)
6. Prenez garde, cependant, car LA LOI qui domine la chair, LA LOI relative au Temple, LA LOI relative aux sacrifices et LA LOI relative aux traditions des pères (Juifs) est souvent « LA LOI » que rejette l’apôtre Paul en butte à des Juifs messianiques, des faux frères, transformant l’odeur, l’essence même de l’Évangile, en une religion fallacieuse.
7. La Loi (les dix commandements) nous a conduits à Christ. Si nous n’avions pas connu la loi qui nous enseigne à distinguer le bon du mauvais selon notre Créateur nous n’aurions pas été convaincus de pécher donc d’avoir besoin de Christ
Il y a nombre de versets utilisés pour faire dire à la Parole que la Loi est abolie alors, que replacés dans leur contexte ils disent (ou sous-entendent) exactement l’inverse.

Nous examineront tout particulièrement le verset 9 de Galates 4
Verset 8

Autrefois, ne connaissant pas Dieu, vous serviez des dieux qui ne le sont pas de leur nature;
4.9
mais à présent que vous avez connu Dieu, ou plutôt que vous avez été connus de Dieu, comment retournez-vous à ces faibles et pauvres rudiments, auxquels de nouveau vous voulez vous asservir encore?
4.10
Vous observez les jours, les mois, les temps et les années!
4.11
Je crains d’avoir inutilement travaillé pour vous.

[hors sujet]


Un autre verset fréquemment utilisé pour proclamer l’Ancienne Alliance obsolète est le verset 17 de Colossiens

2.13
Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;
2.14
il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a détruit en le clouant à la croix;
2.15
il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.
2.16
Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats:
2.17
c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.
Ici, il s’agit d’une erreur de traduction. Le temps du verbe dans les écrits originaux est au présent.

L’article suivant explique bien la chose :

Le christianisme religieux, toujours désireux d’enterrer définitivement ce qu’il appelle le « judaïsme de l’ancien testament », a fait plus que mal traduire Colossiens 2:17, il en a fait une fausse doctrine !
Voici par exemple l’une des versions les plus répandues:
« c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ. » (LSG)
Or, si on reprend l’original grec, que lit-on ? La concordance Strong dans son numéro 2076 nous dit « esti » (parfois estin), ce qui veut dire « verbe être, troisième personne du singulier au PRESENT de l’indicatif » !
Le « présent de l’indicatif » s’écrit-il « c’était » ? NON !… il est donc écrit « C’EST l’ombre » !
Lien non catholique supprimé
2.17 c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.
Dans la version Louis Second 1975 la note nous renvoie au mot « corps = réalité »
Autrement dit : la traduction juste est 2 ; 17 c’est l’ombre des choses à venir, mais (et) la réalité est en Christ. (Qui Lui observait toutes les ordonnances de Son Père)

Notez aussi que si les croyants avaient observé les mêmes jours et fêtes que les peuples au milieu desquels ils vivaient ils n’auraient subi aucun jugement et se seraient confondu dans la masse.

Voyons un dernier verset qui « prétendument » démontrerait que la loi sur la nourriture est abolie soit 1 Timothée 4.5

4.1
Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,
4.2
par l’hypocrisie de faux docteurs portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience,
4.3
prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Élohim a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité.
4.4
Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu’on le prenne avec actions de grâces,
4.5
parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière.

Les viandes avant d’être consommées étaient offertes à des idoles ou à des dieux quelconques dans le but de les apaiser et généralement dans les temples païens. Les premiers chrétiens hésitaient donc à manger de la viande sachant qu’elle a d’abord été offerte à un dieu et pour certains, fraîchement sortis du paganisme cette viande comportait toujours un aspect sacré d’où le verset de Romain 14 ;1

14.1
Faites accueil à celui qui est faible dans la foi, et ne discutez pas sur les opinions.
14.2
Tel croit pouvoir manger de tout: tel autre, qui est faible, ne mange que des légumes.
14.3
Que celui qui mange ne méprise point celui qui ne mange pas, et que celui qui ne mange pas ne juge point celui qui mange, car Dieu l’a accueilli.

Alors Paul explique à Timothée que tout est sanctifié « purifié » par les actions de grâces, la Parole et la prière et qu’il n’y a pas d’esprits démoniaques rattachés à ces offrandes.

Cela n’abolit en rien les règles de la nourriture pure et impure de Lévitique 11 qui nous défend de manger des animaux créés comme des « éboueurs » de la nature ou encore pour servir de nourriture de base dans la chaîne alimentaire.

Rappelez-vous les versets clefs de Matthieu :

23.1
Alors Jésus, parlant à la foule et à ses disciples, dit:
23.2
Les scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire de Moïse.
23.3
Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent; mais n’agissez pas selon leurs œuvres
Soyez bénis dans votre désir de plaire à notre seul et unique Seigneur

(source : synthesebiblique.com)
Dernière édition par Nanimo le mar. 06 janv. 2015, 17:00, édité 4 fois.
Raison : Lien non-catholique désactivé

Avatar de l’utilisateur
Teano
Prætor
Prætor
Messages : 2279
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 18:07
Conviction : Catholique romaine

Re: Paul, les fêtes "juives" et la Loi des aliments

Message non lupar Teano » ven. 12 déc. 2014, 20:20

Cher sthorel,

En lisant votre message, j'avoue ne pas bien comprendre ou vous voulez en venir. Défendez-vous l'observance par les chrétiens de certaines règles de la Torah ?

Quoi qu'il en soit, votre message -largement emprunté à un article assez farfelu- contient des erreurs factuelles.

1. Paul était chrétien : il croyait au Christ mort et ressuscité, véritable messie annoncé par les prophètes : 1 Co 15, 3-4. Il croyait à l'Evangile.
2. Sur la question de l'observance du sabbat et des règles alimentaires propres au judaïsme, l'Eglise a réglé la question en 49 au concile de Jérusalem : Actes 15, 1-32. Le poids des chrétiens d'origine juive allant décroissant dans l'Eglise primitive et celle-ci ayant décidé de rejeter la conversion et la pratique des coutumes juives comme préalable ou corollaire au baptême, toutes les pratiques caractéristiques du judaïsme ont cessé d'être observées par les premiers chrétiens et les générations suivantes.
3. La première Eglise n'était pas juive messianique, elle était chrétienne. Il n'y a d'ailleurs qu'une seule Eglise, celle du Christ.
4. Sortir un verset de son contexte pour accréditer une affirmation (quand bien même elle serait vraie) n'est pas une méthode acceptable. C'est une lecture sectaire et un appauvrissement du texte.
5. Voici un texte du Pape François qui explique ce qu'est la Parole de Dieu :

"Comme nous le savons, les saintes Écritures sont le témoignage, sous forme écrite de la parole divine, le mémorial canonique qui atteste de l’événement de la Révélation.
La Parole de Dieu, par conséquent, précède et dépasse la Bible. C'est pour cette raison que notre foi n'a pas pour centre uniquement un livre, mais une histoire de salut et surtout, une personne, Jésus-Christ, parole de Dieu faite chair. C'est précisément parce que l'horizon de la parole divine embrasse et s'étend au-delà de l'Ecriture, que pour la comprendre correctement, la présence constante de l'Esprit Saint est nécessaire, qui introduira dans la vérité toute entière (Jean 16.13)"

12 avril 2013, aux membres de la commission pontificale

6. En effet.
7. Le Christ a accompli la Loi. Nous suivons donc la Nouvelle Loi qui est celle enseignée par le Christ : voir le sermon sur la montagne.

Maintenant, laissez-moi apporter quelques précisions. Le "judaïsme de l'Ancien Testament" n'a pas eu besoin du "christianisme religieux" pour être enterré définitivement : il s'est enterré tout seul, avec la première révolte juive entre 66 et 73. Ce judaïsme qu'on appelle "ancien" est celui que Jésus et ses disciples ont connu. La comparaison avec le judaïsme actuel n'est pas vraiment pertinente et en arriver, pour un chrétien, à s'approprier des pratiques cultuelles du judaïsme d'aujourd'hui est une aberration.
Les chrétiens n'observent aucun des rites spécifiques du judaïsme parce qu'ils ne sont pas juifs, tout simplement et qu'il y a très longtemps que les 2 religions se sont irrémédiablement séparées.

Ce que je reconnais dans vos lignes et dans le blog que vous avez utilisé, ce sont les résultats de la méthode historico-critique, dans une forme mal comprise. En gros, Paul ne croyait pas que Jésus était Dieu et il a inventé l'idée de la mort rédemptrice du Christ ; les apôtres souhaitaient maintenir leur petite secte nazaréenne à l'intérieur du judaïsme et c'est Paul qui aurait passé outre en convertissant des païens, faisant du christianisme une sorte de forme extravagante du judaïsme...Théories qui sont le fruit d'une lecture saucissonnée et très partielle de l'Ecriture.

Dans la joie de Marie,

Teano
"« Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie »"


Messages dans cette couleur (ou à peu près...) : modération du forum

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7991
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: Paul, les fêtes "juives" et la Loi des aliments

Message non lupar Cinci » sam. 13 déc. 2014, 17:20

Teano,
Spoiler!
Maintenant, laissez-moi apporter quelques précisions. Le "judaïsme de l'Ancien Testament" n'a pas eu besoin du "christianisme religieux" pour être enterré définitivement : il s'est enterré tout seul, avec la première révolte juive entre 66 et 73. Ce judaïsme qu'on appelle "ancien" est celui que Jésus et ses disciples ont connu. La comparaison avec le judaïsme actuel n'est pas vraiment pertinente et en arriver, pour un chrétien, à s'approprier des pratiques cultuelles du judaïsme d'aujourd'hui est une aberration.
Les chrétiens n'observent aucun des rites spécifiques du judaïsme parce qu'ils ne sont pas juifs, tout simplement et qu'il y a très longtemps que les 2 religions se sont irrémédiablement séparées.

Ce que je reconnais dans vos lignes et dans le blog que vous avez utilisé, ce sont les résultats de la méthode historico-critique, dans une forme mal comprise. En gros, Paul ne croyait pas que Jésus était Dieu et il a inventé l'idée de la mort rédemptrice du Christ ; les apôtres souhaitaient maintenir leur petite secte nazaréenne à l'intérieur du judaïsme et c'est Paul qui aurait passé outre en convertissant des païens, faisant du christianisme une sorte de forme extravagante du judaïsme...Théories qui sont le fruit d'une lecture saucissonnée et très partielle de l'Ecriture.
Vous m'ôteriez les mots de la bouche.

:>

Avatar de l’utilisateur
Teano
Prætor
Prætor
Messages : 2279
Inscription : sam. 30 avr. 2011, 18:07
Conviction : Catholique romaine

Re: Paul, les fêtes "juives" et la Loi des aliments

Message non lupar Teano » dim. 14 déc. 2014, 9:19

Cher Cinci,

Ce serait un manque de charité de ma part...
"« Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, sainte Mère de Dieu. Ne repousse pas nos prières quand nous sommes dans l’épreuve, mais de tous les dangers, délivre-nous, Vierge glorieuse et bénie »"


Messages dans cette couleur (ou à peu près...) : modération du forum


Revenir vers « Apologétique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 12 invités