Franc-maçon et catholique?

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Raistlin » lun. 11 août 2008, 17:25

Bonjour SBS,

Merci pour votre message. En effet, il est bon de rappeler la position officielle de l'Eglise sur ce sujet.

Pour ma part, et ayant moi-même été franc-maçon pendant un certain temps, je ne vois comment il est possible de confesser d'une part que Jésus-Christ est "le Chemin, la Vérité et la Vie" et, d'autre part, que la Vérité - si elle existe - ne peut être connue et que la position de chacun peut être vraie selon l'angle où on la regarde (ce qui constitue plus ou moins le relativisme maçonnique).

Qui plus est, l'essentiel du travail du franc-maçon consiste à un travail sur soi. Il ne s'agit plus alors d'être sauvé par la Grâce sanctifiante, mais bien d'arriver à son salut par ses propres efforts.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Fulcanelli
Censor
Censor
Messages : 76
Inscription : ven. 29 août 2008, 16:36

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Fulcanelli » mar. 16 sept. 2008, 12:27

On ne peut pas être catholique et franc-maçons mais on peut, au moins en France, être franc-maçon et catholique puisque la franc-maçonnerie prône la tolérance religieuse et la "liberté absolue de conscience" ; il y a par exemple des catholiques, des protestants, des juifs, des musulmans, des croyants, des athées,etc., dans les loges.
Christ aurait sans soute apprécié la franc-maçonnerie parce qu'il n'y aurait pas vu, comme Rome l'y voit, un compétiteur spirituel.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Raistlin » mar. 16 sept. 2008, 12:38

On ne peut pas être catholique et franc-maçons mais on peut, au moins en France, être franc-maçon et catholique puisque la franc-maçonnerie prône la tolérance religieuse et la "liberté absolue de conscience" ; il y a par exemple des catholiques, des protestants, des juifs, des musulmans, des croyants, des athées,etc., dans les loges.
Christ aurait sans soute apprécié la franc-maçonnerie parce qu'il n'y aurait pas vu, comme Rome l'y voit, un compétiteur spirituel.
Non, je crois que vous vous trompez. J'ai été franc-maçon et je ne pense pas qu'on puisse pas être à la fois un bon maçon et un bon catholique. Certes, on peut être les deux, mais en baclant l'un au profit de l'autre, voire en baclant les deux.

La raison en est simple : la franc-maçonnerie ne défend pas tant la tolérance que le relativisme, notamment en matière de religion. Pour prendre un exemple concret, vous pouvez être catholique mais vous devez accepter que votre "frère" musulman ait peut-être raison en matière de foi, puisque nul ne peut connaître la vérité (relativisme oblige). Comment peut-on à la fois croire de tout son coeur au Christ qui dit "Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie" et en même temps penser que Mahomet ou Bouddha ont raison ? C'est impossible.

Quant à la méfiance de Rome vis-à-vis de la franc-maçonnerie, elle est amplement justifiée puisque la franc-maçonnerie est une société secrète (pardon, société "discrète" comme disent les maçons, mais c'est pareil). Les premières condamnations de l'Eglise concernaient ce goût du secret. L'Eglise n'a pas peur de la compétition spirituelle. En revanche, elle se méfie - à juste titre - des sociétés qui agissent dans l'ombre.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Fulcanelli
Censor
Censor
Messages : 76
Inscription : ven. 29 août 2008, 16:36

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Fulcanelli » mar. 16 sept. 2008, 13:45

Bien cher Raistlin,
J'ai été moi-même franc-maçon...avant de m'ennuyer ferme en loge, il y a bien des années.
Non, la nature secrète de la maçonnerie n'a absolument rien d'inquiétant ; le secret a une dimension symbolique et historique, n'oublions pas que les francs-maçons étaient à éliminer en priorité par les nazis. La maçonnerie n'est pas l'Opus Dei et, en France, l'ensemble de ses décisions et des analyses sont rendues publiques (il s'agit d'associations loi 1901, ne diabolisons pas tant ceux qui diffèrent de nous !).

Contrairement à ce que vous semblez rapporter, la franc-maçonnerie prône exactement la tolérance religieuse, c'est tout à fait indiscutable en ce qui concerne les statuts où figure explicitement "la liberté absolue de conscience". Ne pouvez-vous donc pas apporter une oreille attentive à un musulman, à un bouddhiste ou autre et l'écouter sans essayer de le convaincre? Il ne s'agit pas d'avoir raison ou tord, la raison logique n'étant qu'une chose dans le monde et qui n'englobe pas la foi. A vous suivre les chrétiens ne pourraient pas échanger sans contradiction forte avec les autres religions ... ce chemin nous éloigne encore un peu de la paix perpétuelle de Kant.

La franc-maçonnerie a été historiquement anti-cléricale et l'église farouchement anti-maçonnique. Mais les temps de Dom Camillo sont révolus et nous devrions plutôt tous aider à l'amélioration sociale ; de nombreux amis chrétiens sont à l'aise avec la loi de 1905, ne l'êtes-vous donc pas? L'option de la séparation des pouvoirs introduite par la loi de 1905, régidée, vous le savez, en loge, me parait être une véritable avancée de la civilisation ; une avancée parce qu'elle fournit notamment un cadre de vie en commun à toutes les religions sans pour autant nous faire sombrer dans le communautarisme.

Vous dites enfin que "L'Eglise n'a pas peur de la compétition spirituelle". Allons, cette position n'apparaîtra-t-elle pas un peu naïve lorsqu'elle sera mise dans la perspective des débats concernant, par exemple, les Évangélistes?

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Raistlin » mar. 16 sept. 2008, 14:35

Non, la nature secrète de la maçonnerie n'a absolument rien d'inquiétant ; le secret a une dimension symbolique et historique, n'oublions pas que les francs-maçons étaient à éliminer en priorité par les nazis.
L'argument historique ne tient pas puisque la franc-maçonnerie était une société secrète dès l'origine, ce qui remonte au XVIIIème siècle.
Et en ce qui concerne la dimension symbolique du secret, elle est plus que douteuse. Quel est justement le symbole derrière ce secret ? Hé bien, je n'en vois qu'un : celui de la gnose, de l'initiation et du savoir réservés à un petit groupe d'élus. On est aux antipodes de l'amour de Dieu qui propose son Salut à tous. L'Eglise n'entretient aucun mystère ni aucun élitisme : chaque catholique est Prêtre, Prophète et Roi.

La maçonnerie n'est pas l'Opus Dei et, en France, l'ensemble de ses décisions et des analyses sont rendues publiques (il s'agit d'associations loi 1901, ne diabolisons pas tant ceux qui diffèrent de nous !).
L'ensemble des décisions et analyses de la fanc-maçonnerie sont rendues publiques en France ??? Là, je crois que vous vous avancez un peu. Que la franc-maçonnerie s'exprime publiquement, j'en conviens (d'ailleurs, c'est drôle de voir comment on fustige l'Eglise dès qu'elle donne son avis et comment on dit amen à la franc-maçonnerie), mais de là à dire que tout est rendu public...

Contrairement à ce que vous semblez rapporter, la franc-maçonnerie prône exactement la tolérance religieuse, c'est tout à fait indiscutable en ce qui concerne les statuts où figure explicitement "la liberté absolue de conscience".
Vous ne comprenez pas ce que je dis. Je n'ai jamais dit que la franc-maçonnerie ne prônait pas la tolérance religieuse. Je dis que l'idéal franc-maçon est d'abord un idéal relativiste : nul ne peut prétendre détenir la Vérité. D'ailleurs, qui sait seulement si la Vérité existe. Le hic, c'est que nous chrétiens savons où est la la Vérité : elle est en Jésus-Christ, elle est le Christ Lui-même.

Ne pouvez-vous donc pas apporter une oreille attentive à un musulman, à un bouddhiste ou autre et l'écouter sans essayer de le convaincre? Il ne s'agit pas d'avoir raison ou tord, la raison logique n'étant qu'une chose dans le monde et qui n'englobe pas la foi. A vous suivre les chrétiens ne pourraient pas échanger sans contradiction forte avec les autres religions ... ce chemin nous éloigne encore un peu de la paix perpétuelle de Kant.
Heu, vous n'avez pas l'impression de me faire dire ce que je n'ai pas dit ? Je ne dis pas qu'il n'est pas possible de dialoguer avec un musulman ou un bouddhiste, j'affirme qu'il est impossible pour un chrétien de reconnaître que leurs religions puissent être vraies. Nuance énorme ! Il ne s'agit même pas de vouloir convertir l'autre, il s'agit simplement de savoir où se trouve la Vérité. Or l'idéologie relativiste franc-maçonne refuse toute prétention à connaître la Vérité.

Le chrétiens peuvent et doivent échanger avec les autres religions et courants ésotérico-occulto-philosophiques. Cependant, ils ne doivent pas réduire leur foi à une simple croyance pas plus valable qu'une autre.

Et entre nous, le terme de tolérance m'ennuie, car il laisse entendre une certaine complaisance. Je préfère donc parler de respect.
Par exemple, je ne tolère pas la foi hindoue dans la mesure où elle est fausse et où il est de notre devoir de chrétiens de le dire. Cependant, je respecte le choix des personnes qui y adhèrent librement et ne souhaite en aucun cas les forcer à adopter la foi chrétienne.

La franc-maçonnerie a été historiquement anti-cléricale et l'église farouchement anti-maçonnique. Mais les temps de Dom Camillo sont révolus et nous devrions plutôt tous aider à l'amélioration sociale ; de nombreux amis chrétiens sont à l'aise avec la loi de 1905, ne l'êtes-vous donc pas? L'option de la séparation des pouvoirs introduite par la loi de 1905, régidée, vous le savez, en loge, me parait être une véritable avancée de la civilisation ; une avancée parce qu'elle fournit notamment un cadre de vie en commun à toutes les religions sans pour autant nous faire sombrer dans le communautarisme.
Si l'Eglise a été farouchement anti-maçonnique, c'est d'abord en raison du culte du secret qu'elle entretient.
Ensuite, l'amélioration sociale, bien qu'elle soit importante, n'est pas un but en soi. Ce qui doit compter pour un chrétien, c'est Dieu et l'avènement de Son Royaume. Si demain Satan m'apparaissait et me proposait un monde sans guerre et sans injustice en échange de ma complicité, croyez bien que je lui cracherais au visage.

La fin ne justifie pas les moyens et l'alliance avec la franc-maçonnerie, même au nom du Bien commun, ne se justifie pas.
Ce qui n'empêche pas catholiques et franc-maçons de travailler ensemble, mais il s'agit de ne pas tout mélanger.

Quant à la loi de 1905, c'est en effet une avancée reconnue d'ailleurs par L'Eglise, qui de toute façon ne souhaite pas avoir la main-mise sur les Etats (qu'est-ce qu'elle en ferait ?). En revanche, n'oubliez pas de mentionner que la spoliation des biens de l'Eglise (qui constitue un vol en bonne et due forme) relève aussi de cette loi de 1905.
Au passage, à quand la séparation de l'Etat et de la franc-maçonnerie ?
Je crois qu'il faut être aveugle pour ne pas voir qu'avant d'être issue d'une volonté de liberté religieuse pour tous, la loi de 1905 est d'abord une attaque contre l'Eglise. C'est d'ailleurs le contexte dans lequel elle s'inscrit (persécution et dissolution d'ordes religieux, fermetures d'écoles privées, etc.).

Toutefois, je ne suis évidemment pas pour une guerre ouverte entre l'Eglise et la franc-maçonnerie. Chacun a le droit de choisir sa voie et je ne condamne pas les franc-maçons, surtout que j'en connais qui sont des hommes admirables. Cependant, je maintiens que non seulement la franc-maçonnerie est une mauvaise voie - au même titre qu'une fausse religion - mais j'affirme également qu'elle est incompatible avec le chistianisme.
Bref, que les franc-maçons restent franc-maçons si ça leur chantent mais qu'ils arrêtent de dire n'importe quoi en laissant supposer qu'on peut adhérer à leur idéologie et être un bon chrétien : c'est un mensonge !

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1702
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Charles » mar. 16 sept. 2008, 14:56

Si demain Satan m'apparaissait et me proposait un monde sans guerre et sans injustice en échange de ma complicité, croyez bien que je lui cracherais au visage.
"ils se sont rassemblés dans cette ville contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce-Pilate avec les nations païennes et les peuples d'Israël" (Actes 4, 27)

"ce même jour, Hérode et Pilate devinrent deux amis, d'ennemis qu'ils étaient auparavant." (Luc 23, 12)

Hérode et Ponce-Pilate avec les nations païennes et les peuples d'Israël... oui, il y a une unanimité, une paix mondiale qui est de Satan, et qui se fait contre Jésus-Christ lui-même...

Fulcanelli
Censor
Censor
Messages : 76
Inscription : ven. 29 août 2008, 16:36

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Fulcanelli » mar. 16 sept. 2008, 18:19

Bonjour Raistlin,

Rappelons-nous s'il vous plaît que, bien après 1905, et ce tout à fait contrairement aux idées reçues et qui, hélas, font flores chez certains chrétiens (lire les posts dans ce même fil !), un président franc-maçon, Vincent Auriol, a su remettre des insignes au futur pape Jean XXIII et ce dans la cours de l'Élysée. Les deux hommes étaient d'ailleurs de grands amis.
Au passage, à quand la séparation de l'Etat et de la franc-maçonnerie ?
C'est un point qui m'intéresse parce qu'il permet d'illustrer la question de la place des chrétiens dans la vie publique. Des Francs-maçons autant que des chrétiens exercent bien entendu aujourd'hui une influence légitime sur la vie publique ; mais pas en tant que tels mais seulement en tant que citoyens ayant telle ou telle compétence (voyez le montage de notre comité d'éthique pour une exception confirmant la règle). La République n'invite jamais un individu à siéger dans ses instances parce qu'il est prêtre ou vénérable maître. C'est en ce sens qu'il y a séparation entre l'église, la franc-maçonnerie et l'Etat. Ce fait pourtant n'exclut pas la religion ou la maçonnerie du débat publique, parce que ces institutions disposent bien entendu du droit de réunion et donc du moyen de sortir de la sphère privée. Ainsi, l'argument selon lequel il faudrait faire une place aux religions dans le débat public parce que la spiritualité ne s'arrête pas à la sphère privée est une forme d'obscurantisme, pour le coup on est vraiment dans le Bling-bling.

En terme de distribution des pouvoirs, vous semblez considérerez comme inacceptable l'idée selon laquelle, si les logiques chrétiennes et maçonniques diffèrent et ne peuvent être intégrées par un même individu (ce n'est pas ma position, vous l'aurez compris), il est tout néanmoins tout à fait acceptable de les fédérer (vous dites faire des alliances). Mon point de vue sur cette question est différent parce qu'il intègre la présence dans le monde de logiques tout à fait contraires à celles, en fait relativement proche, de la maçonnerie et de notre religion. En effet, ces deux institutions ne partagent-elle pas, comme principe de l'action, l'étude de la morale et la pratique de la solidarité, l'amélioration matérielle et morale, le perfectionnement intellectuel et social de l'humanité, la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, etc...?

Considérons un exemple pratique pour comparer nos logiques : la construction de l'Europe. N'y a-t-il pas un ensemble de valeurs communes aux libres penseurs et aux chrétiens à promouvoir dans cet espace, une vision en partie commune de l'homme et de la société, vision qui hélas tarde à s'affirmer, tandis qu'ailleurs d'autres sont dans des logiques tout à fait différentes?
L'acrimonie et les propos acerbes envers les francs-maçons que je peux lire chez certains ici sont semblables à l'inconscience des ultra-laïcards : elle ne prend pas en compte que le verbe "reconnaître" comporte un préfixe.

DavidB
Persona
Persona
Messages : 1929
Inscription : dim. 16 sept. 2007, 21:44

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar DavidB » mar. 16 sept. 2008, 19:16

Là-dessus, je partage tout à fait ce qu'en dit Charles, puisse-t-il nous faire la grâce d'expliciter encore son idée...

La franc-maçonnerie ne reconnait pas la Seigneurie de Jésus-Christ. Aussi ses buts sont-ils si éloignés de la visée eschatologique du christianisme et du fait que tout doit être remis au Père via le Christ et de la vie dans l'Esprit Saint, que de faire alliance avec la Franc-Maçonnerie serait comme de signer un document attestant que la Seigneurie de Jésus-Christ sur le monde n'est pas nécessaire au salut du monde. Pis encore, puisque plusieurs franc-maçons ont versé dans l'athéisme, ce serait de renier la nécessité de la grâce et de l'humilité et l'obéissance à Dieu pour la construction d'un monde juste et droit. On dit que plusieurs juifs sont intéressés par la franc-maçonnerie, j'aimerais qu'on m'explique.

Un autre problème est que la franc-maçonnerie contemporaine n'a pas de corps cohérent et définissable en soi. C'est un corps tellement éclaté. Ce n'est pas étonnant que la franc-maçonnerie a si souvent soutenu le protestantisme. Un franc-maçon disait : "Pour déchristianiser, il faut protestantiser" et l'éclatement de ces deux réalités est si semblable et facile de rapprochements que l'on sait de qui ces deux réalités émergent. Ce qui est si éclaté qu'il ne fait pas de corps cohérent, on y a pas de véritable accès, il échappe et devient impossible à définir, à critiquer dans son ensemble et se répend comme une moisissure et attaque tout ce qu'il touche. Il en va de même de la franc-maçonnerie.

Dépendamment des assiciations et des lieux, les doctrines n'ont pas d'autre noyau qu'un credo plutôt confu, et modifiable selon les désirs des maîtres et des dites associations... Le catholicisme ou les catholiques s'associeraient donc à des "aliés" méconnus et véritablement méconnaissables en vérité. Aussi, ce qui est ténébreux vient-il des ténèbres et tout doit être su de toute façon. Pour cela, il est non seulement imprudent, mais carrément à l'envers d'une raison droite pour un catholique d'adhérer à la franc-maçonnerie.

Je prends bonne note que le dernier poste ne suggère, concernant de "possibles" associations, que ce qui concerne l'aspect horizontal de la vie. Le chrétien vit de la croix. Il y a tout autant l'aspect vertical qu'horizontal et l'un ne saurait aller sans l'autre.

David
Comme un petit enfant, moi aussi, je veux me laisser prendre dans les bras de Dieu, mon Père en Jésus-Christ, me laisser asseoir sur ses épaules, et voir enfin, devant moi, au loin, s'élargir mes horizons.

Charles
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1702
Inscription : mer. 14 juil. 2004, 16:44

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Charles » mer. 17 sept. 2008, 2:07

En effet, ces deux institutions ne partagent-elle pas, comme principe de l'action, l'étude de la morale et la pratique de la solidarité, l'amélioration matérielle et morale, le perfectionnement intellectuel et social de l'humanité, la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, etc...?
Non, vous faites erreur sur ce point, pour l'Eglise, la morale condamne l'avortement, l'euthanasie, le divorce, l'homosexualité, le clonage, les manipulations sur les embryons, le suicide... choses dont les loges maçonniques font la promotion, qu'elles considèrent comme légitimes et qu'elles travaillent à inscrire dans les législations.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Raistlin » mer. 17 sept. 2008, 10:56

Cher Fulcanelli,

Quelques morceaux choisis concernant la soi-disante séparation de l'Etat et de la franc-maçonnerie :
:arrow: 19 février 2008. Dans son émission Ce Soir ou jamais, Frédéric Taddéi recevait plusieurs Franc-maçons (Alain Bauer, Donald Potard (ex-PDG du groupe Jean-Paul Gaultier, patron d’Agent de luxe, membre de la Grande Loge Nationale Française, président de la fraternelle inter-obédientielle maçonnique "Les enfants de Cambacérès", club pour les maçons gays et lesbiennes), Roland Dumas, Marie France Picart (membre de la HALDE), Jacques Ravenne (romancier) et François Koch (journaliste au service France de L’Express, qui consacre une couverture par an à la franc-maçonnerie). Et Alain Bauer de déclarer : "La Franc-maçonnerie, c'est en quelque sorte l'Eglise de la République".
:arrow: 4 mars 2008. Le président du Conseil constitutionnel Jean-Louis Debré a reçu ce matin 4 loges maçonniques, le Grand Orient de France, Droit Humain, la Grande Loge Féminine de France et la Grande Loge de France, pour parler de laïcité.
:arrow: 16 mai 2008. Le tribunal administratif a d’annulé 4 subventions d’un total de 500 000 € attribuées par la ville de Montpellier et la région Languedoc-Roussillon au Centre culturel montpelliérain, qui regroupe 10 associations d’obédience maçonnique.
:arrow: 7 juillet 2008. Alain Bauer déclare : "Créateur de la loi de 1901 (qui succédait à la Constitution de 1848), le Grand Orient"...
:arrow: 23 juillet 2008. On apprend qu’au sein de la liste des “Subventions versées par la Région aux associations” pour l’année 2007 on y retrouve au numéro SIREN 784411571, le Grand Orient de France 16 rue Cadet - 75009 Paris 09. Montant de la subvention: 6757.52€
:arrow: 16 septembre 2008. Jean-Pierre Raffarin, sénateur UMP de Haute-Vienne interrogé par l’Express déclare : La Franc-maçonnerie est pour moi une école de pensée avant d'être un réseau. La réflexion philosophique qu'elle développe pénètre la société au travers des valeurs telles que la laïcité, la fraternité, l'humanisme.... Pour la loi contre le voile à l'école, pour la laïcité, j'ai bénéficié en 2004 d'un réel appui des francs-maçons dans tous les groupes de l'Assemblée et du Sénat.

Bref, je ne suis pas tout à fait sûr que la séparation soit effective... :/

En terme de distribution des pouvoirs, vous semblez considérerez comme inacceptable l'idée selon laquelle, si les logiques chrétiennes et maçonniques diffèrent et ne peuvent être intégrées par un même individu (ce n'est pas ma position, vous l'aurez compris), il est tout néanmoins tout à fait acceptable de les fédérer (vous dites faire des alliances). Mon point de vue sur cette question est différent parce qu'il intègre la présence dans le monde de logiques tout à fait contraires à celles, en fait relativement proche, de la maçonnerie et de notre religion. En effet, ces deux institutions ne partagent-elle pas, comme principe de l'action, l'étude de la morale et la pratique de la solidarité, l'amélioration matérielle et morale, le perfectionnement intellectuel et social de l'humanité, la tolérance mutuelle, le respect des autres et de soi-même, etc...?
Vous ne semblez pas comprendre que le christianisme n'est pas un vague humanisme religieux. Le Christ n'est pas venu installer une société idéale, il est venu sauver l'Homme. Il est donc inacceptable de partager les idées d'une institution qui nie cette réalité, quelque soient ses objectifs.

Qui plus est, comment pouvez-vous dire que la franc-maçonnerie partage l'étude de la morale ? Le relativisme franc-maçon est destructeur de la morale, nous le voyons bien.

Si vous êtes catholique et que vous intégrez la franc-maçonnerie en limitant votre appartenance à un simple cercle philosophique, ça pourait peut-être passer. Mais ce serait alors bacler votre travail de franc-maçon (qui implique que l'Homme s'améliore par ses propres efforts, sans intervention de la grâce). Comme je l'ai déjà dit, ce n'est pas qu'on ne puisse être catholique et franc-maçon, c'est qu'on ne peut être les deux correctement.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Fulcanelli
Censor
Censor
Messages : 76
Inscription : ven. 29 août 2008, 16:36

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Fulcanelli » ven. 19 sept. 2008, 12:06

Il est donc inacceptable de partager les idées d'une institution qui nie cette réalité, quelque soient ses objectifs.

Allons, il ne s'agit pas tant de partager les objectifs que d'apprendre à travailler ensemble ; ce que je prône c'est d'abord la prise de conscience que l'écart entre les idéaux de notre religion et ceux de la maçonnerie est très faible en comparaison de l'abîme qui séparent ces deux acteurs de mouvements de pensée exclusivement tournés vers l'argent ou tout à fait contraire à un amour de l'homme. Tout est relatif là où vous posez des différences en termes absolu (différences dont on peut effectivement prendre acte). Non, la maçonnerie n'est pas, tant s'en faut, le pire ennemi de l'église ; la peur, voire le mépris, dont on peut entendre l'expression ici (ou là) de l'autre n'est pas fondé.

Enfin, les notions de révélation et de recherche de la Vérité ne sont pas incompatibles ; je vous renvoie à l'amitié d'Auriol et du pape jean XXIII.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar Raistlin » ven. 19 sept. 2008, 14:25

Allons, il ne s'agit pas tant de partager les objectifs que d'apprendre à travailler ensemble ; ce que je prône c'est d'abord la prise de conscience que l'écart entre les idéaux de notre religion et ceux de la maçonnerie est très faible en comparaison de l'abîme qui séparent ces deux acteurs de mouvements de pensée exclusivement tournés vers l'argent ou tout à fait contraire à un amour de l'homme.
Je reconnais que ce que je sais de la franc-maçonnerie (il y a d'autres sons de cloche) m'en donne une image philanthropique et humaniste. Et je laisse aux franc-maçons le bénéfice du doute : eux aussi veulent oeuvrer pour un monde meilleur, même si ils s'y prennent selon moi comme des pieds :p .
Le problème, c'est que les moyens sont radicalement différents de ceux du christianisme.

Par contre, je ne suis pas d'accord avec sur le faible écart entre les idéaux de la franc-maçonnerie et de l'Eglise. Au contraire, ils sont énormes et abyssaux. Seulement, ils sont masqués par une apparente charité qui semble commune aux deux.

Tout est relatif là où vous posez des différences en termes absolu (différences dont on peut effectivement prendre acte). Non, la maçonnerie n'est pas, tant s'en faut, le pire ennemi de l'église ; la peur, voire le mépris, dont on peut entendre l'expression ici (ou là) de l'autre n'est pas fondé.
Honnêtement, je me demande si, en France, la franc-maçonnerie n'a pas voulu faire tomber l'Eglise. Certes - et comme je l'ai dit - la séparation de l'Eglise et de l'Etat est une bonne chose, mais quand on voit comment les catholiques ont été persécutés au début du XXième siècle (30 000 religieux poussés à l'exil, fichage des officiers catholiques avec l'aide du Grand Orient, etc...) on peut se demander quel a été le rôle et le but réels de la franc-maçonnerie.

Mon propos n'est pas de dire qu'on devrait partir en croisade contre les franc-maçons. Ils ont le droit de croire ce qu'ils veulent et de ne pas adhérer à la Vérité du Christ ressuscité. Cependant, je ne les crois pas aussi neutres qu'ils veulent bien le dire : ils ont clairement une influence sur la vie politique, or cette influence ne va pas dans le sens des enseignements de l'Eglise (avortement, liberté sexuelle, mariage homosexuel, homoparentalité, peut-être euthanasie, etc.).


Au fait, cher Fulcanelli, êtes-vous catholique ? J'ai bien retenu que vous aviez quitté la franc-maçonnerie mais je ne me souviens pas si vous avez dit quelque chose au sujet de votre foi. :oops:

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

DavidB
Persona
Persona
Messages : 1929
Inscription : dim. 16 sept. 2007, 21:44

Re: L'impossible doublon "catholique et franc-maçon"

Message non lupar DavidB » ven. 19 sept. 2008, 15:29

Au fait, cher Fulcanelli, êtes-vous catholique ?
Il dirait oui, que je ne le croirais pas. C'est un des rares que je lis à avoir "quitter" la franc-maçonnerie et à vouloir encore en faire presque la promotion... Ce qu'il nous dit est ce que la franc-maçonnerie de cesse de dire elle-même afin que l'Église permette à ses membre (maçonniques) de ne plus avoir à être discrets au sein de l'Église.

Par avoir fait un travail de 32 pages sur les relations entre l'Église Catholique et la Franc-Maçonnerie, que je ne saurais malheureusement retrouver :( dans un cours d'Histoire, qui m'a valu un beau A d'un prof qui donne généralement des B+, je pense pouvoir dire que sans être le pire ennemi, car le pire ennemi est encore l'orgueil qui nous habite et tout ce qui nous détourne de Dieu à l'intérieur de soi, je peux dire toutefois qu'en tant qu'institution la franc-maçonnerie fait la promotion d'idéologies foncièrement contraires aux valeurs du catholicisme et que par là travailler ensemble serait accorder à la franc-maçonnerie un crédit qu'elle souhaite depuis longtemps. Ce n'est pas d'hier que la franc-maçonnerie tend des perches au catholicisme dans le but de le compromettre, mais aussi qu'en haut-lieu les franc-maçon entretiennent des politiques qui soutiennent des structures de péchés très graves, dont ce que Charles nous dit plus haut. Mais que voit-on ? L'Église catholique préfère se tourner plutôt vers les autres confessions et même les autres religions, les considérant encore comme des alliées plus fiables que les francs-maçons.

De toute façon, ce qui a été dit a été dit. Mis à part nous dire que c'est autre chose, c'est autre chose, faites-nous donc la démonstration que c'est vraiment autre chose Fulcanelli, si vous avez autre chose à en dire justement ? Au lieu de suggérer que des intervenants sont ignares ou autre, dites-nous plus concrètement encore, en tenant compte des objections, en les déconstruisant de manière raisonable, contruisez-nous un texte consistant au lieu de dire que d'aucuns sont peureux, ignorants, méprisants... car sauf démonstration de ces faits, elles relèvent peut-être tout autant d'une calomnie distrayante qui cherche à discréditer les voix discordantes avec la votre et faire mieux passer votre idée sans pour autant que vous ayez à en dévoiler trop ou à faire l'effort d'une saine dispute dans les règles de l'art... Car que de ne dévaloriser les messages des autres, ce n'est pas la démonstration la plus droite et la plus consistante d'une possible cohésion entre catholiques et francs-maçons.

David
Comme un petit enfant, moi aussi, je veux me laisser prendre dans les bras de Dieu, mon Père en Jésus-Christ, me laisser asseoir sur ses épaules, et voir enfin, devant moi, au loin, s'élargir mes horizons.

Annablanka
Civis
Civis
Messages : 4
Inscription : sam. 11 avr. 2009, 12:12

Franc Maçonnerie et Catholicisme

Message non lupar Annablanka » lun. 13 avr. 2009, 12:30

J'aimerais savoir si selon vous, il est possible d'être à la fois Franc Maçon et Catholique.
Que pensez-vous de la franc maçonnerie?

(dsl si ce n'est pas dans cette partie du forum que cette question doit être posée, je suis un peu perdue...)

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8198
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Franc Maçonnerie et Catholicisme

Message non lupar Raistlin » mer. 15 avr. 2009, 12:09

Bonjour Annablanka,
J'aimerais savoir si selon vous, il est possible d'être à la fois Franc Maçon et Catholique.
Que pensez-vous de la franc maçonnerie?

(dsl si ce n'est pas dans cette partie du forum que cette question doit être posée, je suis un peu perdue...)
La position de l'Eglise est qu'un catholique ne peut être franc-maçon.Tout catholique décidant en toute conscience de devenir franc-maçon est en état de péché grave et ne peut communier. C'est ce que dit la congrégation pour la doctrine de la foi dans ce texte :
CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI

DÉCLARATION SUR L’INCOMPATIBILITÉ ENTRE L’APPARTENANCE À L’ÉGLISE ET LA FRANC-MAÇONNERIE


On a demandé si le jugement de l’Eglise sur les associations maçonniques était changé, étant donné que dans le nouveau Code de droit canonique il n’en est pas fait mention expresse, comme dans le Code antérieur.

Cette Congrégation est en mesure de répondre qu’une telle circonstance est due au critère adopté dans la rédaction, qui a été suivi aussi pour d’autres associations également passées sous silence parce qu’elles sont inclues dans des catégories plus larges.

Le jugement négatif de l’Eglise sur les associations maçonniques demeure donc inchangé, parce que leurs principes ont toujours été considérés comme inconciliables avec la doctrine de l’Eglise, et l’inscription à ces associations reste interdite par l’Eglise. Les fidèles qui appartiennent aux associations maçonniques sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion.

Les autorités ecclésiastiques locales n’ont pas compétence pour se prononcer sur la nature des associations maçonniques par un jugement qui impliquerait une dérogation à ce qui a été affirmé ci dessus, dans la ligne de la déclaration de cette Congrégation du 17 février 1981 (cf. AAS 73, 1981, p. 240-241: DC 1981, n° 1805, p. 349. Voir aussi la déclaration de l’épiscopat allemand du 12 mai 1980, DC 1981, n° 1807, p. 444-448).

Le Souverain Pontife Jean-Paul II, dans l’audience accordée au cardinal préfet soussigné, a approuvé cette déclaration, qui avait été délibérée en réunion ordinaire de la Congrégation, et en a ordonné la publication.

A Rome, au siège de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, le 26 novembre 1983.


Joseph, card. RATZINGER
Préfet

+ Fr. Jérôme Hamer, O.P.
Secrétaire
Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)


Revenir vers « Apologétique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 10 invités