La plus incompréhensible des religions ?

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

La plus incompréhensible des religions ?

Message non lu par Raistlin » mer. 05 janv. 2011, 12:57

Bonjour à tous,

Je préfère le dire immédiatement, j'ouvre ce fil sans volonté de convaincre qui que ce soit. Je désire simplement vous partager un point dont je discutais il y a peu avec un ami.

En fait, à bien y réfléchir, je trouve que le Christianisme cumule un certain nombre "d'audaces" théologiques qui me semblent en faire un cas tout à fait unique dans le paysage si bigarré des religions. Ainsi :
:arrow: Les chrétiens affirment que l'Absolu, le Dieu créateur de toute chose, par son Verbe, a pris chair de notre Humanité et s'est incarné.
:arrow: Les chrétiens affirment que l'Homme-Dieu, loin de venir dans la gloire et les honneurs dus à son rang, est né dans une étable, a couché dans une mangeoire et a vécu caché pendant la plus grande partie de sa vie. Il a connu les vicissitudes de notre Humanité, nos souffrances, nos peines, nos joies.
:arrow: Les chrétiens affirment que l'Homme-Dieu a connu la mort, et une mort infâmante, réservée aux pires criminels. Il fut bafoué, insulté, calomnié.
:arrow: Les chrétiens croient et enseignent que Dieu est Un et Trine. Qu'il est à la fois le Dieu Unique - comme la raison nous l'apprend - mais aussi qu'il est une Trinité de Personnes - ce que la raison semble bien incapable de comprendre pleinement.
Et les chrétiens ont l’audace de ne pas considérer cela comme des mythes mais comme des faits historiques, s’étant déroulés à un moment précis de l’Histoire.

Je ne sais pas pour vous, mais plus je listais ces points avec mon ami, plus je me disais : "Mais comment une religion a-t-elle pu cumuler autant « d’absurdités » ?" Par absurdités, j’entends des choses si contraires au « bon sens » naturel où même aux seules lumières de la raison, que le premier mouvement est de les rejeter. Croyez-moi, je comprends le reproche que les musulmans font aux chrétiens : comment s’imaginer un instant que le Dieu Unique - Créateur Tout-puissant du Ciel et de la Terre, infiniment Saint et Glorieux - puisse se compromettre avec notre Humanité et surtout qu’il vienne dans une telle humilité et pauvreté ? Comment se dire que le Dieu Unique, en Jésus-Christ, a été petit enfant, a eu besoin de téter de le sein de sa mère, a mangé, bu, est allé aux toilettes, ronflait peut-être, etc. C’est tellement contraire à ce qu’on attend d’un dieu ! Les philosophes de la grèce antique auraient pu faire ce même reproche, eux qui avaient perçu l'existence de l'Absolu mais qui ne pouvaient l'imaginer comme se mêlant des affaires des mortels.
Mais justement, voilà bien ce qui me chiffonne : comment expliquer qu’un groupe d’hommes et de femmes – dont le milieu était en outre incroyablement réfractaire à ce genre de choses – ait pu lancer dans le monde, si soudainement et en donnant leur vie pour cela, des croyances aussi étranges, je dirais même étrangères au « bon sens » humain. En outre, une fois qu’on les accepte et qu’on y regarde de plus près, on s’aperçoit que ces audaces théologiques ouvrent sur des horizons magnifiques et des sommets indépassables. Aucune explication ne me semble satisfaisante excepté celle-ci : ces hommes et ces femmes ont vraiment vécu quelque chose d’unique et se sont contentés de rapporter les faits.

Dans ce que je sais des religions, je ne vois qu’un seul cas similaire, mais à un degré moindre : la foi des Hébreux. Dans un monde polythéiste où la nature était divinisée, ils ont affirmé (non sans mal) que celle-ci était une simple Création d’un Dieu Unique, et que ce Dieu s'impliquait personnellement dans l'Histoire des hommes. Il fallait oser.

Nous sommes bien d’accord, loin de moi l’idée de brandir cela comme une preuve, ça n’en est pas. Il me semble juste y voir un indice.

Cordialement,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

etienne lorant
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 13466
Inscription : mar. 08 avr. 2008, 16:53

Re: La plus incompréhensible des religions ?

Message non lu par etienne lorant » mer. 05 janv. 2011, 15:41

De fait, voici une religion très étonnante. Je me disais ce midi: il est presque 'normal' que la religion juive, comme la religion musulmane, ne voient qu'un Dieu unique, celui d'Abraham... encore que les Juifs croient à la venue du Messie. Le bouddhisme me paraît très 'logique' aussi: atteindre l'illumination et hop, plus besoin de rien ! Le panthéisme, la noyade dans le 'grand tout vivant', pourquoi pas ? Mais la foi chrétienne, c'était tout de même assez compliqué à comprendre, isn't it ?

Bien qu'ayant suivi le parcours traditionnel des jeunes catholiques, j'ai déserté l'Église entre pendant près de dix ans, parce qu'elle me paraissait trop difficile à comprendre. Par exemple, il ne m'était pas possible de croire que la vie de Jésus me concernait directement, que Dieu ait envoyé son Fils pour me 'sauver' ? Même le vocabulaire me heurtait. Et puis, comme pour beaucoup d'autres, ce sont mes malheurs et les épreuves de la vie qui m'ont petit à petit poussé à rechercher la vérité. C'est rapidement devenu une obsession. Il me fallait sortir de ma raison beaucoup trop étriquée, car j'avais un cœur qui réclamait de vivre. Et lorsqu'il fallait réduire les sentiments et les émotions à de simples phénomène 'psycho-physologiques' ou à des explosions de particules dans le cerveau... bah, çà ne m'avançait pas beaucoup.

C'est seulement après la conversion que j'ai réalisé: une multitude de petits événements de mon quotidien s'étaient enchaînés dans mon existence pour me ramener au pied de la croix. Or, toute cette succession d'incidents et de situations complètement imprévisibles et quasi chaotiques... m'avait reconduit d'une manière imparable vers le Christ. En fait, Lui s'était perché sur mon épaule et m'avait reconduit vers tout du long vers "ma maison"... Lorsque j'ai pu réaliser que j'avais été 'tout comme' la brebis perdue que le bon Berger vient rechercher... je fus très proche de la conversion. Et après celle-ci, tout fut simple - mais les difficultés commencèrent, car même dans l'Église, il y eut des prêtres pour ne pas vouloir m'entendre !
«Cela ne vaut pas seulement pour ceux qui croient au Christ mais bien pour les hommes de bonne volonté, dans le cœur desquels, invisiblement, agit la grâce. En effet, puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’ëtre associés au mystère pascal ». ( Gaudium et Spes, le Concile Vatican II )

Théophile
Quæstor
Quæstor
Messages : 390
Inscription : dim. 20 déc. 2009, 19:21

Re: La plus incompréhensible des religions ?

Message non lu par Théophile » mer. 05 janv. 2011, 16:04

Encore une folie de Dieu :
L'Homme-Dieu qui s'abaisse au point de transubstancier un bout de pain, et qui se fait tellement néant qu'Il se laisse profaner ou oublier au fond de milliers de tabernacle, par pur amour. Ainsi rencontrer Jésus-Hostie, c'est rencontrer Jésus d'il y a deux mille ans.

Et pourtant ce "bout de pain" a donné une force inimaginable à certains déportés (le Père Daniel Ange relate le cas de certaines personnes qui ont été transformés au contact de la Sainte Eucharistie dans les camps de concentration), ou fait mourir d'amour comme la Bienheureuse Imelda Lambertini à 11 ans lors de sa première communion.

Il a nourrit uniquement pendant des années Saint Nicolas de Flüe, patron de la Suisse, ou plus récemment Marthe Robin.

C'est la pierre philosophale qui, avec la confession, change notre coeur de pierre en coeur de chair.
Pour reprendre une image qui nous est familière, il s'agit d'une fission nucléaire portée au plus intime de l'être - la victoire de l'amour sur la haine, la victoire de l'amour sur la mort. Seule l'explosion intime du bien qui vainc le mal peut alors engendrer la chaîne des transformations qui, peu à peu, changeront le monde. Tous les autres changements demeurent superficiels et ne sauvent pas. C'est pourquoi nous parlons de rédemption: ce qui du plus profond était nécessaire se réalise, et nous pouvons entrer dans ce dynamisme. Jésus peut distribuer son Corps, parce qu'il se donne réellement lui-même.
Le pain et le vin deviennent son Corps et son Sang. Cependant, la transformation ne doit pas s'arrêter là, c'est plutôt à ce point qu'elle doit commencer pleinement. Le Corps et le Sang du Christ nous sont donnés afin que, nous-mêmes, nous soyons transformés à notre tour. Nous-mêmes, nous devons devenir Corps du Christ, consanguins avec Lui. Tous mangent l'unique pain, mais cela signifie qu'entre nous nous devenions une seule chose. L'adoration, avons-nous dit, devient ainsi union. Dieu n'est plus seulement en face de nous, comme le Totalement Autre. Il est au-dedans de nous, et nous sommes en Lui. Sa dynamique nous pénètre et, à partir de nous, elle veut se propager aux autres et s'étendre au monde entier, pour que son amour devienne réellement la mesure dominante du monde.
Extraits du discours de Benoît XVI aux jeunes de Cologne. (En entendant l'expression que j'ai mis en gras, mon coeur n'avait fait qu'un bon lors des JMJ de Cologne.)

Bref, pour ma part les saints sont des fous à lier, mais tellement réalistes. A contre-courant, mais proche de tous les courants. Ils se font esclaves de Dieu, et deviennent ainsi pleinement eux-mêmes et réellement libres. Ils haïssent le péché, mais se mettent en quatre pour relever le pécheur. Ce sont des hommes et des femmes qui sont dangereux ! Attention de ne pas les fréquenter, vous deviendrez alors heureux !

Avatar de l’utilisateur
Ignace
Ædilis
Ædilis
Messages : 32
Inscription : mer. 05 janv. 2011, 14:14

Re: La plus incompréhensible des religions ?

Message non lu par Ignace » jeu. 06 janv. 2011, 0:40

La particularité du christianisme est qu'il est une relation à Dieu, mais comme une personne et non plus comme seulement une divinité lointaine et austère. Dieu, par le Christ a pris un visage et est venu partager notre condition, par amour. Le paradoxe c'est qu'Il veut ni nous contrôler, ni profiter de nous, simplement nous sauver pour nous rencontrer, chaqu'un d'entre nous. De personne à personne.
“Tu ne dois pas t’imaginer que je suis malheureux: je ne le serais plus jamais”

Avatar de l’utilisateur
Anonymus
Senator
Senator
Messages : 748
Inscription : ven. 22 janv. 2010, 13:54

Re: La plus incompréhensible des religions ?

Message non lu par Anonymus » jeu. 06 janv. 2011, 0:57

Le Nouveau Testament est le livre le plus subversif que je connaisse, et de loin. Il bouscule simplement tout ; les sociétés ; les hommes ; la morale établie.

Avatar de l’utilisateur
Ignace
Ædilis
Ædilis
Messages : 32
Inscription : mer. 05 janv. 2011, 14:14

Re: La plus incompréhensible des religions ?

Message non lu par Ignace » ven. 07 janv. 2011, 0:47

Anonymus a écrit :Le Nouveau Testament est le livre le plus subversif que je connaisse, et de loin. Il bouscule simplement tout ; les sociétés ; les hommes ; la morale établie.
Mais intérieurement! Pas de révolution sociale! C'est ça le plus fort! Jésus porte quelque chose de totalement révolutionnaire et dit: faite-le, ne l'exigez pas! (l'inverse de toutes les révolutions).
“Tu ne dois pas t’imaginer que je suis malheureux: je ne le serais plus jamais”

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : prodigal et 2 invités