Sainte Faustine visite l'enfer

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Théophile
Quæstor
Quæstor
Messages : 390
Inscription : dim. 20 déc. 2009, 19:21

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Théophile » ven. 22 oct. 2010, 13:33

Théophane a écrit :lorsque Dieu nous envoie la souffrance
Qu'entendez-vous par-là, Théophane ?
Vous parlez des stigmatisés comme Saint François d'Assise ou Padre Pio ?
Ou vous parlez des gens qui ont été broyés dans les camps de concentration comme au Cambodge par Pol Pot (Je cite cet exemple car je suis en train de lire le témoignage de Claire Ly, bouddhiste qui à rencontré le Christ au milieu de ce camp )?

Excusez-moi mais je vous lis sûrement de travers, comme si vous parliez de la souffrance à la légère, de manière théorique. En vous lisant j'ai l'impression que Dieu est un sadique qui " envoie la souffrance" : "je t'aime donc je te détruis, je te tue, à petit feu". Il manque probablement un complément de votre part :>.

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Raistlin » ven. 22 oct. 2010, 14:56

Cher Théophile,

Vous méconnaissez à l'évidence le rôle que la souffrance peut jouer dans notre Salut. Certes, la souffrance est un mal qui ne doit jamais être recherché pour lui-même, mais je peux témoigner que Dieu peut se servir de la souffrance pour nous mener à Lui, pour nous convertir. Car c'est parfois dans des moments de grande souffrance que nous sommes le plus dépouillé de nous-même et donc le plus disponible à recevoir la grâce de Dieu.

Bien sûr, toute souffrance ne vient pas de Dieu. Mais je crois - tout comme de nombreux saints - que Dieu peut nous conduire à certaines situations qui nous font souffrir, en vue de notre propre bien. Un peu comme un médecin serait contraint de prescrire un traitement douloureux à son patient, mais en vue de sa guérison.

Bien à vous,
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par coeurderoy » ven. 22 oct. 2010, 16:44

Je crois à l'enfer, à la peine du dam et à celle du feu, en revanche les révélations, visions et représentations à la Jérôme Bosch me laissent dubitatif et embarrassé : c'est à la fin du Moyen-Age, je crois (avec le retour en force des juristes) que s'élabore cette doctrine où les pécheurs subissent des maux exactement proportionnels à leurs délits : sur les fresques et enluminures le gourmand est alors gavé de poix, le luxurieux est dévoré là où l'on pense par scorpions et crapauds, le sodomite est empalé par des démons au membre rougi au feu, etc, etc...Franchement je ne peux m'empêcher de trouver ces punitions cruelles aussi ridicules qu'infantiles et perverses ...
Il est clair que l'âme choisit son enfer en refusant son Dieu, de là à prendre pour vérité catholique les rêvasseries ou cauchemars inspirés par l'iconographie traditionnelle de l'enfer...
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
Raistlin
Prætor
Prætor
Messages : 8191
Inscription : jeu. 01 mars 2007, 19:26
Localisation : Paris

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Raistlin » ven. 22 oct. 2010, 17:11

coeurderoy a écrit :Franchement je ne peux m'empêcher de trouver ces punitions cruelles aussi ridicules qu'infantiles et perverses ...
Il est clair que l'âme choisit son enfer en refusant son Dieu, de là à prendre pour vérité catholique les rêvasseries ou cauchemars inspirés par l'iconographie traditionnelle de l'enfer...
Complètement d'accord.
« Dieu fournit le vent. A l'homme de hisser la voile. » (Saint Augustin)

Pierre75
Ædilis
Ædilis
Messages : 35
Inscription : lun. 28 sept. 2009, 21:47

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Pierre75 » ven. 22 oct. 2010, 19:11

Bonsoir,
pourtant les visions de Ste Faustine, voire celle de Ste Thérèse d'Avila, semblent confirmer les tourments "infantiles" qui pourraient être subis en enfer...
D'où viennent ces visions? Quand elles sont le fait de personnes béatifiées par l'Eglise, il semble difficile de les rejeter.

ami de la Miséricorde
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3171
Inscription : jeu. 15 juin 2006, 15:17
Contact :

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par ami de la Miséricorde » ven. 22 oct. 2010, 19:26

coeurderoy a écrit :Il est clair que l'âme choisit son enfer en refusant son Dieu, de là à prendre pour vérité catholique les rêvasseries ou cauchemars inspirés par l'iconographie traditionnelle de l'enfer...
Raistlin a écrit :
coeurderoy a écrit :Franchement je ne peux m'empêcher de trouver ces punitions cruelles aussi ridicules qu'infantiles et perverses ...
Il est clair que l'âme choisit son enfer en refusant son Dieu, de là à prendre pour vérité catholique les rêvasseries ou cauchemars inspirés par l'iconographie traditionnelle de l'enfer...
Complètement d'accord.
Veulliez préciser votre pensée quand vous parlez de rêvasserie s'il vous plait ?
c'est ambigu

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1996
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Théophane » ven. 22 oct. 2010, 19:55

Théophile a écrit :Excusez-moi mais je vous lis sûrement de travers, comme si vous parliez de la souffrance à la légère, de manière théorique. En vous lisant j'ai l'impression que Dieu est un sadique qui " envoie la souffrance" : "je t'aime donc je te détruis, je te tue, à petit feu". Il manque probablement un complément de votre part :>.
Je crois effectivement que vous m'avez mal compris, ou plutôt est-ce moi qui me suis mal exprimé.

De nombreux saints ont vu dans la souffrance un don de Dieu. Par exemple, la bienheureuse Teresa de Calcutta qui consacra sa vie à soulager les plus pauvres et qui elle-même endurait une terrible épreuve spirituelle, voyait dans la douleur un chemin vers Dieu.

Ou encore saint Josémaría, qui aborde souvent ce sujet dans ses écrits. Je pourrais citer quelques unes de ses paroles :

"Jésus prie dans le jardin: Pater mi (Mt 26, 39), Abba, Pater! (Mc 14, 36). Dieu est mon Père, même s'Il m'envoie des souffrances. Il m'aime tendrement, alors même qu'Il me blesse. Jésus souffre, pour accomplir la Volonté du Père... Et moi qui veux aussi accomplir la très sainte Volonté de Dieu en marchant dans les traces du Maître, pourrais-je me plaindre si je rencontre lai souffrance comme compagne de route?" (Chemin de Croix, n° 1).

"La douleur entre dans les plans de Dieu." (Quand le Christ passe, n° 168).

"L'amour vrai, c'est sortir de soi, c'est se donner. L'amour apporte la joie, mais c'est une joie dont les racines sont en forme de croix. Tant que nous sommes sur terre, et que nous ne sommes pas encore parvenus à la plénitude de la vie future, il ne peut y avoir d'amour véritable sans l'expérience du sacrifice et de la douleur; une douleur qui se savoure, qui est aimable, qui est la source d'une joie intime, mais une douleur réelle, car elle suppose la victoire sur l'égoïsme et que nous prenions l'amour pour règle absolue de toutes nos actions." (Quand le Christ passe, n° 43).

"Je te veux heureux sur terre. — Tu ne le seras pas, si tu ne te délivres pas de cette peur de la souffrance. Car, tant que nous “ cheminons ”, c’est précisément dans la souffrance que réside le bonheur." (Chemin, n° 217).

L'enseignement de saint Josémaría sur le sens chrétien de la souffrance est très beau. Mais je vous invite surtout à lire la lettre apostolique Salvifici doloris du vénérable Jean-Paul II.
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

jeanbaptiste
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3130
Inscription : mer. 30 avr. 2008, 2:40

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par jeanbaptiste » ven. 22 oct. 2010, 20:48

Oui il y a une beauté et une bonté d'un certains rapport à la souffrance. Il ne s'agit pas d'aimer la souffrance pour elle-même (ce serait du sado-masochisme), mais pour ce qu'elle nous fait comprendre de notre condition, de l'amour de Dieu et du chemin qui mène à Lui.

Ne pas haïr la souffrance est le premier pas vers le plus pauvre. On ne peut commencer à l'aimer que lorsque l'on voit non pas la beauté derrière la souffrance, mais la beauté de toute cette personne qui est aussi personne souffrante.

Quand au feu de l'enfer, Saint Augustin disait (je cite de mémoire) :

«Les hommes qui craignent le feu de l'enfer ne craignent pas de pécher mais de brûler.»

zélie
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1465
Inscription : ven. 28 nov. 2008, 13:43

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par zélie » ven. 22 oct. 2010, 20:51

coeurderoy a écrit :Je crois à l'enfer, à la peine du dam et à celle du feu, en revanche les révélations, visions et représentations à la Jérôme Bosch me laissent dubitatif et embarrassé : c'est à la fin du Moyen-Age, je crois (avec le retour en force des juristes) que s'élabore cette doctrine où les pécheurs subissent des maux exactement proportionnels à leurs délits : sur les fresques et enluminures le gourmand est alors gavé de poix, le luxurieux est dévoré là où l'on pense par scorpions et crapauds, le sodomite est empalé par des démons au membre rougi au feu, etc, etc...Franchement je ne peux m'empêcher de trouver ces punitions cruelles aussi ridicules qu'infantiles et perverses ...
Il est clair que l'âme choisit son enfer en refusant son Dieu, de là à prendre pour vérité catholique les rêvasseries ou cauchemars inspirés par l'iconographie traditionnelle de l'enfer...
ce qui semble avoir été révélé à plusieurs reprises, c'est que dans le purgatoire, c'est par là où l'on a péché que l'on fait le travail de purification (je pense à Maria Simma ou Lindmayr Maria Anna, Sainte Faustine ); par exemple un médisant doit faire un travail de purification symbolisé par une langue en souffrance et d'apparence spécifique. Mais il y a un deuxième plan à considérer dans cela: ce qui est vu dans une vision a un but pédagogique, donc peut être une illusion, et pas forcément la réalité stricte de ce que vit l'âme en cours de purification, mais correspond plutôt à une "symbolisation" de ce que traverse cette âme, dans un but d'instruction des autres âmes, celles des vivants.
Que cette symbolique ait été reprise et extrapolée au MA en vue d'édifier un public non instruit et analphabète, il n'y a qu'un pas, et on peut vite se retrouver avec des décos affreuses comme un enfer.

Une autre personne, ayant eu des NDE et fait un livre, un américain, Georges Ritchie, décrit des scènes qui lui ont paru infernales, bien que n'ayant aucune idée de là où il se trouvait; et là il décrit sans fioritures ni détails, avec concision , des scènes de méchanceté, obscènes et sans cesses renouvelées d'une âme à une autre et etc.. Il en conclut que les endroits où l'absence de Dieu prévaut, sont des endroits sans amour, ni respect, ni altruisme, et donc des endroits où peut avoir lieu TOUT ce qui est contraire à Dieu, comme le viol et autres misères perverses.

Avatar de l’utilisateur
Théophane
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 1996
Inscription : sam. 22 janv. 2005, 14:18
Conviction : Catholique
Localisation : France

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Théophane » ven. 22 oct. 2010, 21:00

Je suis d'accord avec Jean-Baptiste. Aimer la douleur pour elle-même n'a aucun sens, c'est même immoral. Mais aimer la douleur à cause de Jésus, c'est merveilleux ! Sainte Thérèse de Lisieux disait : "Souffrir en aimant c'est le plus pur bonheur".
« Être contemplatifs au milieu du monde, en quoi cela consiste-t-il, pour nous ? La réponse tient en quelques mots : c’est voir Dieu en toute chose, avec la lumière de la foi, sous l’élan de l’amour, et avec la ferme espérance de le contempler face à face au Ciel. »
Bienheureux Álvaro del Portillo (1914-1994)

Avatar de l’utilisateur
coeurderoy
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 5864
Inscription : sam. 31 mai 2008, 19:02
Localisation : Entre Loire et Garonne

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par coeurderoy » ven. 22 oct. 2010, 21:04

ami de la Miséricorde a écrit :
coeurderoy a écrit :Il est clair que l'âme choisit son enfer en refusant son Dieu, de là à prendre pour vérité catholique les rêvasseries ou cauchemars inspirés par l'iconographie traditionnelle de l'enfer...
Raistlin a écrit : Complètement d'accord.
Veulliez préciser votre pensée quand vous parlez de rêvasserie s'il vous plait ?
c'est ambigu

Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Le mot est sans doute péjoratif, mais même un saint authentique peut être influencé par les images et les "schémas" de son époque : j'accepte entièrement ce que nous relate sainte Thérèse d'Avila dans son autobiographie, mais sont-ce des vérités de "foi absolue" où la relation parfois maladroite (elle le dit elle-même) d'impressions et de visions spirituelles. Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus pour sa part dit des choses très fortes avec le langage, le style et les "ornements" de l'époque, celle d'un post-romantisme tardif et décadent : la sainteté éclate d'ailleurs par contraste car derrière les "dorures" du style la doctrine théologique est pure, intacte.
C'est pourquoi je me demandais si le passage de sainte Faustine est à prendre "au pied de la lettre" ou s'il est influencé par le "terreau religieux" (iconographique notamment) de la Pologne du début du XX ème s. (en gros les références de mes grands-parents en matière "d'images de l'enfer")

Cordialement !
"Le coeur qui rayonne vaut mieux que l'esprit qui brille"

Saint Bernard de Clairvaux

Avatar de l’utilisateur
archi
Prætor
Prætor
Messages : 1696
Inscription : jeu. 22 mai 2008, 14:57

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par archi » ven. 22 oct. 2010, 22:06

touriste a écrit :Bonsoir,
pourtant les visions de Ste Faustine, voire celle de Ste Thérèse d'Avila, semblent confirmer les tourments "infantiles" qui pourraient être subis en enfer...
Il y a une chose qu'il conviendrait de ne pas oublier, c'est que l'auteur de ces tourments cruels, ce n'est PAS Dieu, qui a été rejeté par les damnés, mais le maître des lieux, sous la domination duquel ils se sont placés, c'est-à-dire Satan.

Et que Satan se complaise à faire subir à ses esclaves des tortures "infantiles" et surtout cruelles, je ne vois pas ce qu'il y a d'étonnant.

Après, on peut parler du feu de l'amour de Dieu qui devient colère brûlante pour qui L'a rejeté - on peut noter que d'après les récits d'exorcismes, l'eau bénite est ressentie comme une brûlure par les démons et les âmes damnées - qui s'ajouterait au reste, mais il ne faudrait pas imaginer un Dieu sadique et qui prenne plaisir à faire souffrir ceux qui ne sont pas d'accord avec lui. Cette conception convient à Satan, et c'est bien ce sinistre personnage qui essaye de nous embrumer l'esprit en attribuant ses propres vices à Dieu.

In Xto,
archi.
Nous qui dans ce mystère, représentons les chérubins,
Et chantons l'hymne trois fois sainte à la vivifiante Trinité.
Déposons maintenant tous les soucis de ce monde.

Pour recevoir le Roi de toutes choses, Invisiblement escorté des choeurs angéliques.
Alléluia, alléluia, alléluia.

Avatar de l’utilisateur
Sofia
Barbarus
Barbarus

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Sofia » ven. 22 oct. 2010, 22:19

archi a écrit :Il y a une chose qu'il conviendrait de ne pas oublier, c'est que l'auteur de ces tourments cruels, ce n'est PAS Dieu, qui a été rejeté par les damnés, mais le maître des lieux, sous la domination duquel ils se sont placés, c'est-à-dire Satan.
Mais, logiquement, Dieu pourrait empêcher Satan de torturer ses "proies". Pourquoi ne le fait-il pas ?

ami de la Miséricorde
Pater civitatis
Pater civitatis
Messages : 3171
Inscription : jeu. 15 juin 2006, 15:17
Contact :

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par ami de la Miséricorde » ven. 22 oct. 2010, 23:10

coeurderoy a écrit :Le mot est sans doute péjoratif, mais même un saint authentique peut être influencé par les images et les "schémas" de son époque : j'accepte entièrement ce que nous relate sainte Thérèse d'Avila dans son autobiographie, mais sont-ce des vérités de "foi absolue" où la relation parfois maladroite (elle le dit elle-même) d'impressions et de visions spirituelles. Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus pour sa part dit des choses très fortes avec le langage, le style et les "ornements" de l'époque, celle d'un post-romantisme tardif et décadent : la sainteté éclate d'ailleurs par contraste car derrière les "dorures" du style la doctrine théologique est pure, intacte.
C'est pourquoi je me demandais si le passage de sainte Faustine est à prendre "au pied de la lettre" ou s'il est influencé par le "terreau religieux" (iconographique notamment) de la Pologne du début du XX ème s. (en gros les références de mes grands-parents en matière "d'images de l'enfer")
Cher Coeurderoy,

Oui j'ai trouvé le terme de "rêvasseries" non seulement péjoratif mais aussi irrespectueux, s'agissant de commenter les écrits d'une Sainte et d'autre part lorsque sainte Faustine dit :
J’écris cela sur l’ordre de Dieu pour qu’aucune âme ne puisse s’excuser disant qu’il n’y a pas d’enfer, ou que personne n’y a été et ne sait comment c’est.
Moi, Sœur Faustine, par ordre de Dieu, j’ai été dans les gouffres de l’enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l’enfer existe.
Je ne peux en parler maintenant, j’ai l’ordre de Dieu de le laisser par écrit.
je ne pense pas que ce passage fasse partie d'une rêvasserie sauf à remettre en cause tous ses écrits. Il me semble que Sainte Faustine décrit une réalité sans aucun doute qui la dépasse et qu'il est difficile d'appréhender tant celle-ci nous est étrangère.

Cordialement
Que Jésus Miséricordieux vous bénisse
ami de la Miséricorde
Dernière modification par ami de la Miséricorde le ven. 22 oct. 2010, 23:31, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Didyme
Senator
Senator
Messages : 689
Inscription : dim. 16 août 2009, 12:42

Re: Sainte Faustine visite l'enfer

Message non lu par Didyme » ven. 22 oct. 2010, 23:29

Raistlin a écrit :Et la justice de Dieu tiendra compte de cela. Il n'empêche que l'Homme est responsable. Ainsi, celui qui aura vécu sa vie dans l'opulence et le faste sans jamais se poser la question de la droiture de ses actes ou de l'existence de Dieu aura à répondre de ses actes (voyez la parabole du Seigneur sur le riche et Lazare : c'est d'une clarté cristalline).

Notre liberté n'est pas une plaisanterie. Abuser de notre liberté puis venir geindre, une fois que le Jugement arrive, que ce n'était pas vraiment de notre faute ne montre qu'une seule chose : notre perversité est encore pire que nous l'imaginons.
Mais elle est où concrètement votre liberté ?
Raistlin a écrit :C'est que votre définition du bien et du mal est entachée par le péché. Vous semblez croire que punir le mal est un mal en soi, c'est une très grave erreur. Le mal, au contraire, est de laisser le péché impuni, de faire comme si ce n'était pas grave. Le mal ne peut rester victorieux, c'est la justice qui nous l'enseigne.
Malheureusement selon cette conception, c’est bien le mal qui sortirait victorieux du bien. Où est la victoire du bien là-dedans ?! Il ne ferait que prendre les armes du mal en répondant au mal par le mal. Il jouerait le jeu du mal en quelques sortes. On se croirait dans un jeu vidéo où le « gentil » a la victoire en ratatinant son adversaire ? Le Christ –t-il écrasé l’opposition à coups de machette ? Non, il s’est donné. C’est bien pour ça qu’il a vaincu le péché il me semble, parce qu’il lui a répondu avec ses armes, l’amour.
Personne ne dit que le péché n’est pas grave, loin de là. Mais je ne vois trop le sens de la punition juste pour punir. D’autant plus, que même si comme le dit cgs, c’est l’homme qui se punit tout seul, il n’en demeure pas moins que cela signifie au final que le mal n’est pas vaincu puisqu’il subsiste, qu’il tient captif une partie de la création.
Raistlin a écrit :Dieu ne veut certes pas que nous demeurions dans le mal mais que peut-il y faire si c'est notre choix ? S'il nous forçait à l'aimer, j'en imagine encore certains venir se plaindre de ce Dieu despotique.
Que peut-il y faire ?
Est-ce que ça ne revient pas à dire que le mal est plus fort que Dieu en pouvant résister à l’amour de Dieu ?
Il ne faut pas oublier aussi que l’homme est aveuglé par le péché comme vous dites (en plus des diverses interactions de la vie) et qu’il ne peut saisir Dieu. Quel sens a donc un tel choix ?
Il est sûr que Dieu ne peut pas forcer en vertu de son amour mais qui peut définitivement y résister.
Raistlin a écrit :Bref, soyons un peu sérieux. Dieu veut pardonner le mal que nous faisons. Mais pardonner n'est pas passer l'éponge. Passer l'éponge, c'est faire comme si le mal commis n'avait jamais existé. Le pardon est tout autre et exige, notamment, que l'on soit deux : celui qui accepte de pardonner et celui qui veut être pardonné.
Là-dessus, nous sommes totalement d’accord.
Raistlin a écrit :Punir pour faire souffrir ? Votre image de Dieu est déformée. Dieu ne punit pas pour faire souffrir mais parce que c’est juste.
?!
En vertu de quoi ?
Raistlin a écrit :Sur cette Terre, il peut arriver que Dieu punisse pour redresser. Mais lors du Jugement, il sera trop tard : nous serons « entérinés » dans le choix que nous aurons fait et si notre choix, c’est le péché, nous subirons les peines qui y sont inévitablement associées (à moins d’être injuste et complice du mal, ce que Dieu n’est pas, Lui).
Sommes-nous immuables comme Dieu pour que nos choix ne puissent être changeants ?
Ou alors Dieu jouerait-il à un jeu, comme le disent ses détracteurs, en jetant l’homme dans l’arène de la vie pour voir qui s’en sortira ? Mais il me semble que Dieu veut que tous les hommes soient sauvés.
Raistlin a écrit :Ne vous méprenez pas : l’Enfer est un scandale et j’aimerais pouvoir faire disparaître cette sombre perspective si c’était en mon pouvoir. Mais voilà, le Seigneur a été extrêmement clair sur le sujet, il n’y a aucun doute possible.
ça c’est vous qui le dites. La Bible contient tant de passages à caractère universaliste qu’il est plus difficile qu’autre chose d’émettre une certitude absolue sur le sujet.
Raistlin a écrit :Alors oui, on peut se demander pourquoi Dieu a autorisé le mal si c’est pour que certains se perdent, pourquoi ne pas simplement anéantir les réprouvés pour qu’ils ne souffrent plus, etc. Là, j’avoue, ce sont des questions compliquées qui ne se résolvent pas en quelques lignes, si tant est qu’elles puissent se résoudre par nos faibles moyens intellectuels. Il y a des choses qu’on ne comprendra pleinement qu’au Ciel, il faut l’accepter, c’est aussi ça la foi.
Encore d’accord avec vous sur ce point.
Dernière modification par Didyme le sam. 23 oct. 2010, 0:25, modifié 1 fois.
L'autre est un semblable.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités