Les évangéliques sont-ils un danger pour nous catholiques ?

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
thomasthomas
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 177
Inscription : dim. 12 févr. 2006, 4:49

Les évangéliques sont-ils un danger pour nous catholiques ?

Message non lu par thomasthomas » lun. 13 févr. 2006, 1:10

Voilà , tout est dans le sujet.
Vu la montée impressionnante du nombre d'évangélistes , ne trouvez vous pas que cela représente une menace pour notre église catholique?
Quels actions concrètes fait , ou pourrait faire , le vatican pour éviter de perdre ses fidèles et en gangner d'autres?

Que Dieu vous benisse

Avatar de l’utilisateur
Hélène
Mater civitatis
Mater civitatis
Messages : 1597
Inscription : lun. 13 juin 2005, 3:51
Localisation : Sous le regard de Dieu
Contact :

Re: les évangélistes sont ils un danger pour nous catholique

Message non lu par Hélène » lun. 13 févr. 2006, 3:55

thomasthomas a écrit :Voilà , tout est dans le sujet.
Vu la montée impressionnante du nombre d'évangélistes , ne trouvez vous pas que cela représente une menace pour notre église catholique?
Quels actions concrètes fait , ou pourrait faire , le vatican pour éviter de perdre ses fidèles et en gangner d'autres?

Que Dieu vous benisse
La responsabilité ne relève pas seulement du Vatican. C'est à chacun de nous d'être témoin de la Vérité. La meilleure arme c'est d'être catholique avec tout ce que cela implique...ouf, il faudra peut être que je me convertisse à ce que je viens de dire là ! :lol:

Blague à part, je ne crois pas que les évangélistes sont réellement une menace pour les catholiques dans la mesure où ils nous considèrent comme des chrétiens aussi...pour ce qui est du reste de monde...je n'ose me prononcer. :unsure:

Il y a de malheureuses chances que des catholiques "déçus" sautent la barrière. En tout cas, ici au Québec, les assemblées évangéliques et protestantes fleurissent de jeunes...ce n'est hélas pas le cas pour les églises catholiques ou nous gérons de la décroissance. Par ailleurs, je ne suis pas inquiète plus qu'il faut parce que cela fait partie des réactions, avec les médias à l'appui, contre l'Église depuis les 30-40 dernières années. Lorsque l'on voit des phénomènes comme les JMJ, je me dis que les jeunes ne sont pas si fous et savent où est la Vérité...

"On ne supprime que ce que l'on remplace" disait je ne sais plus qui...c'est à nous de vivre tel que le Seigneur nous l'a demandé (s'aimer les uns les autres comme Lui nous a aimé...aimer nos ennemis) afin de ne pas usurper le très beau nom de "chrétiens"...nous sommes d'autres oints, d'autres christ...à nous de nous laisser saisir par la Miséricorde afin de pouvoir à notre tour faire miséricorde...en proposant plus grand, plus doux, plus humble, plus joyeux, plus aimant, etc.

Beau programme non ? :)
Fraternellement,
Hélène
"Le Père n'a dit qu'une seule Parole, c'est son Fils et, dans un éternel silence, il la prononce toujours". (Saint Jean de la Croix)

oak
Censor
Censor
Messages : 102
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 15:12
Localisation : 260 km de Canterbury

Message non lu par oak » lun. 13 févr. 2006, 12:56

Bonjour, je ne sais pas si 0,4% de la population ou 350.000 personnes en France représente une réelle "menace",

penser celà me semble montrer un défaut de d'apprécaition de sa propre valeur pour un catholique, un complexe d'infériorité ?

Un de mes amis est anglais (catholique anglais) et il m'a fait une remarque, dans les églises françaises qu'il a fréquenté, la sortie de la messe ressemble au "rush" de la sortie du métro, (je sais ce n'est pas comme celà partout) àlors que dans les communautés chrétiennes catholiques de Grande Bretagne, d'Irlande ou des Etats Unis, les gens passent du temps ensemble à se saluer, le "coffee hour" est un grand moment d'accueil.

J'ai vu un reportage hier sur M6 (des groupes qui "prient en langues", font repousser des bras, annoncent que la pauvreté est un péché, que les pauvres sont d'abord des pécheurs et que Dieu hait les homosexuels et ira les faire griller en enfer pour les punir...) (M6 a particulièrement sélectionné les plus extrémistes, une toute petite minorité..)

Et pourtant ces groupes gagnent du terrain en France ... Les personnes interrogées sur leur conversion disent "contrairement aux églises d'où je venais ..." "je me suis sentie accueillie", et là je crois qu'il faut réfléchir sur cet exemple positif.

La menace pour les catholiques vient essentiellement du fait que les paroisses se renouvellent peu, alors que "les jeunes " vont chez les évangélistes, la musique est bonne et il y a de l'ambiance, et il y a d'autres jeunes.

La première communauté chrétienne de Jerusalem était une communauté accueillante, centrée sur la prière, l'eucharistie (dans les formes de l'époque), l'enseignement des apotres , et la communion fraternelle, l'amitié spirituelle (Actes 2:42).

Une vie simple, qui sert d'exemple.

Si les évangélistes mettent l'accent sur ce coté de la communauté, c'est qu'ils ont re-découvert une "grande vérité" ,d'une grande profondeur. Et si cet exemple était contagieux ?

Et puis il faudrait parler (en dehors de ce forum où les gens qui y contribuent sont exceptionnels) de la faiblesse de l'enseignement et de l'apologétique "apostolique", dans le grand public, Vexillum Regis, sur un forum évangélique a pu faire "jeu égal".

L'intention profonde des croyants évangélistes est de revivre la simplicité de l'église primitive, ce serait une grande aide des soeurs et des frères catholiques de leur expliquer comment était vraiment l'église primitive.

témoignage personnel


En tant qu'Evangélique j'étais totalement persuadé que ce que nous faisions, que la manière dont nous vivions, que les doctrines que nous enseignions étaient "la vérité initiale de l'Eglise Primitive", et prêt à soutenir celà de manière très incisive. Sur la base de "la Bible seule".

Quand j'ai découvert par moi même les textes de la fin du premier et deuxième siècle (Pères Apostoliques, Clément de Rome.. Didache), je me suis rendu compte que "l'église primitive" que l'on recherchait devait certainement ressembler plus aux églises orthodoxes et catholiques qu'aux églises évangélistes.

Ces textes ont été écrit par la première et deuxième génération de chrétiens , qui avaient connu les Apotres (les 12), qui avaient reçu une certaine autorité pour prolonger le travail.

Dans le régime de l'époque (la minorité, la persécution) ces gens étaient attachés à la recherche de la vérité,et cela m'a profondément fait remettre en cause mes croyances antérieures. C'est celà et pas une controverse anti-évangéliste qui m'a fait évoluer vers une position plus proche de celle de John Henry Newman :

Les écritures, la tradition, la raison et l'expérience.

Reconstruire le christianisme initial à partir de l'image qu'on pouvait s'en faire au 16ème siècle, en ignorant les éléments de la transmission/tradition historique relève du "casse cou", théologique et historique.

Chaque mouvement qu se crée en balayant toute "tradition" finit par reconstruire la sienne, à part, c'est celà qui end les discussions difficiles ou même "impossibles".

Renaud
Quæstor
Quæstor
Messages : 231
Inscription : mar. 30 août 2005, 5:02

les évangélistes poisson pilote de la stratégie étatsunienne

Message non lu par Renaud » mar. 14 févr. 2006, 15:08

Bonjour à tous,

Il y a du vrai à peu près dans chaque message que j'ai lu sur ce sujet ici. Il est bien possible que l'Europe et la France, cette dernière étant ancien "pilier" du catholicisme, fille aînée de l'Eglise, ainsi qu'on le disait encore dans mon enfance durant les années 50, soient un peu moins touchées par ces vagues évangélistes parties d'Amérique du Nord. Mais il ne faut pas oublier que le phénomène évangéliste, qui peut légitimement plaire à des jeunes qui y trouvent de la "convivialité" et un type d' "énergie" ambiante qui leur correspond, accompagne, ou précède, de toute façon est latéral, à la stratégie nord-américaine dans le monde. Les évangélistes seraient beaucoup plus nombreux dans des endroits qu'on imagine peu: Cachemire, anciennes Républiques musulmanes de l'ancienne Urss, Afrique du Nord, principalement Maroc et Algérie. De même en Afrique noire, en particulier en Côte-d'Ivoire où ils sapent la présence française. Madame Gbagbo, épouse du Président Laurent Gbagbo, serait à peu près "aux mains" des évangélistes nord-américains et influencerait beaucoup son mari, ceci "aiderait" à comprendre "un peu mieux" ce qui se passe là-bas... En plus de la division que constitue l'influence de l'Islam au Nord de la Côte-d'Ivoire, fait généralement tu par nos medias...

De même, les évangélistes pullulent en Amérique Latine où ils achètent littéralement des "leaders" à coup de dollars. Si un tel, dans tel pays d'Amérique Latine, est repéré comme ayant un niveau culturel certain, plus la faculté d'élocution, etc, il a beaucoup de chance d'être "approché" par les "têtes chercheuses" nord-américaines qui lui offriront des conditions de vie que le décideront sur le champ à devenir évangéliste... Et prosélyte... Et c'est parti. Il y a déferlement d'évangélistes essentiellement dans les régions à grosses minorités indiennes (majoritaires au Guatemala et presque majoritaires en Equateur), Sud du Méxique Chiapas, Guatemala donc, Equateur, une partie de la Bolivie, le Brésil ne fait pas exception, mais c'est un cas un peu à part, un peu plus autonome semblerait-il. Toutes ces régions sont très "travaillées au corps" par des groupes d'évangélistes bourrés de dollars. Je crois que le président Hugo Chàvez ne s'y est pas trompé en virant du Venezuela ces divers groupes riches et influents...

La pensée économique protestante ou néo-protestante, essence des Etats-unis, n'est jamais absente des visées "religieuses" américaines. Et comment ne pas se rendre compte à quel point nous sommes, sans même nous en rendre compte, imprègnés par la pensée protestante! Théodore Roosevelt déclarait en 1912: "Je pense que l'assimilation des pays latino-américains par les Etats-Unis sera longue et difficile tant que ces pays resteront catholiques". Rockefeller, pas moins, parlant à Rome en 1969, recommanda que les catholiques en Amérique Latine fussent remplacés par d'autres chrétiens... De telles déclarations, rares aujourd'hui en public, sont cependant des preuves précieuses de se qui se passe dans les cerveaux contemporains des pillards et de leurs stratèges à la tête de très grands empires actuels qui, contrairement aux anciens empires, ne s'affichent pas comme tel. Mais ils échoueront, le problème est de savoir à quel prix.

Ce serait bien trop long à raconter, mais, dès l'indépendance, en 1821, des régions ayant formé l'essentiel de l'Empire espagnol, ces pays furent "travaillés" par la finance anglo-saxonne et la maçonnerie de même provenance. Que dirent en substance ces "soutiens" politiques, économiques et maçonniques aux nouveaux dirigeants après le départ des Espagnols? C'est un Equatorien connaissant parfaitement bien l'histoire de son pays qui me l'a dit et résume bien la situation historique: "Maintenant que les Espagnols sont partis, l'Eglise catholique doit partir aussi". Evidemment c'était peu compter sur l'implantation catholique de ces régions. Mais aujourd'hui les régions indiennes sont taraudées par toutes sortes de mouvances et sectes d'inspiration protestante et néo-protestante financées, pour les principales d'entre elles, par le dollar nord-américain, et sans vraiment d'opposition politique. Il y a déjà 14 ou 15 ans Monseigneur Obando y Bravo évêque de Managua, Nicaragua, avait lancé un appel dénoncant les sectes protestantes et néo-protestantes très riches en dollars, ouvertement anti-catholiques, dont les vagues ne cessaient de déferler en Amérique Centrale. Il y a aussi dans ces régions, le problème de l'Opus Dei qui éloigne le clergé des questions brûlantes socio-économiques. À l' "opposé" (rien n'est moins sûr que ce soit vraiment l'opposé...) il y a la théologie de la Libération, qui a brouillé totalement les cartes et, au bilan, a fait le lit des banquiers internationaux. "Beaux" résultats! Sous couvert de lutte pour la libération, nombre de pays d'Amérique Latine sont ecrasés, exsangues, sous des dettes impayables et tueuses. Qu'on ne dise plus que les marxistes ne sont pas les valets et les pantins des banquiers! Les faits parlent mieux et bien plus vrai que quiconque.

Par ailleurs j'ai des témoignages, au Méxique, en Colombie, en Equateur, en Argentine de fortes résistances catholiques, très conscientes, lucides, déterminées à se sauver en sauvant leurs peuples. Les témoignages que j'ai, viennent de nombreux jeunes, ils sont particulièrement encourageants et surtout très lucides, bien davantage qu'en Europe où, la plupart du temps, c'est l'ignorance crasse sur ces questions, bien que je ne me targue pas de tout connaître et de loin. L'Amérique Latine en ses trois zones principales, mezzo-américaine, c'est à dire Sud des USA et Mexique jusqu'à l'isthme de Tehuantepec, Amérique Centrale et Continent sud-américain, n'a pas encore dit son dernier mot et a des atouts surprenants encore à révéler. Actuellement le Brésil semble très impliqué, mais il est de moins en moins le seul et c'est heureux.

L'histoire du Brésil est très intéressante à plus d'un titre. Imaginons, par de l'histoire-fiction, que la France (ici alias le Portugal dans la fiction) avait déjà conquis l'Algérie (alias le Brésil dans la fiction) lorsque la Révolution française se produisit et que le roi Louis XVI ait réussi à se réfugier en Algérie, et que les colons ET les autochtones le choisissent comme roi, (ou empereur) d'Algérie, et qu'il s'en suive une période de développements importants économiques et sociaux pendant une longue période. Puis, que la monarchie, (ou l'empire), soit renversé par une république de grands propriétaires terriens qui instaure la régréssion sociale et le déclin économique. Mais la stratification historique est toujours là. Voilà une très rapide esquisse de l'intéressante et didactique histoire du Brésil.

L'Amérique Latine en général est une région du monde qui, au moins durant toute la durée de l'Empire espagnol ainsi que le monde hispanique en général, ne connut ni la Réforme protestante, ni le siècle des Lumières, deux pensées aujourd'hui vieillies prématurément et à bout de souffle, et qui nous couvrent de poussière. Ceci peut constituer, je le pense, d'importants atouts dans le conrexte contemporain et à venir pour cette immense région. Les Espagnols, pas encore complètement sortis du Moyen-Âge, en débarquant sur le nouveau Continent y commirent des atrocités et des actes inhumains, cela est bien connu. Mais il faut toujours bien préciser que les indiens précolombiens qui furent alors décimés, le furent presque entièrement par les virus apportés par les Européens; virus qui décimèrent donc les indiens précolombiens qui n'avaient pas les défenses immunitaires adéquates à cette situation. Le pourcentage des morts par le fait des massacres commis par les Espagnols, s'il est de trop évidemment, est un pourcentage vraiment faible par rapport à l'ensemble, estimé à cette époque, des populations précolombiennes (je n'ai pas sous la main les chiffres estimés des tués directs, mais c'est vraiment beaucoup moins qu'on le dit en général). Par ailleurs, ce que l'on ne dit pas assez, c'est que le clergé fut majoritairement partie prenante à peu près uniquement dans sa seul mission d'évangélisation et non de conquête. C'est la hiérarchie de l'Eglise espagnole qui entreprit de faire restituer aux autochtones par les conquistadores les biens et les richesses que ces derniers avaient volés. Bien sûr, c'était tard, mais les preuves sont documentées et il faut le rappeler par ce qu'elles signifient. L'histoire de l'évangélisation du Pérou, comme celle du Mexique entre autres, est en bien des points grandiose (je précise bien histoire de l' évangélisation et non de la conquête). D'autre part, l'on (on, c'est à dire presque toujours des historiens "engagés", engagés toujours au détriment de leur travail pour fausser nos idées sur des faits réels) ne rappellent presque jamais que ce sont les Espagnols et leur Eglise qui interdirent les sacrifices humains en pays conquis. Ce que ne firent pas dans le monde nos "grands hommes", quatre siècles plus tard, pétris d'humanisme, surtout celui du XVIIIème siècle dans le monde, ainsi les Stalines, les Hitlers, les Maos, les Pol Pots, etc, qui, eux, se donnèrent à coeur joie dans les sacrifices humains.

Tout ceci ne peut retransformer le passé, mais doit être bien connu. Il faut dire à la décharge des Espagnols que ce fut, que l'on sache, le seul pays colonisateur où eu lieu un vrai débat important sur le bien fondé, ou non, de la colonisation. L'on ne parle que de Bartholomé de Las Casas, et ce, pour des raisons essentiellement politiques et idéologiques de la deuxième moitié du XXème siècle... Mais une très grande proportion du clergé de l'Espagne eut cette attitude. Cette épopée, dramatique et grandiose, cette attitude chrétienne, à laissé des traces spécifiques un peu partout en Amérique Latine qui n'ont pas encore fini de féconder l'ensemble des régions depuis la rive Sud du Rio-Grande jusqu'au Cap-Horn.

Il vaudrait mieux dire depuis le Sud des USA jusqu'au Cap-Horn. En effet, en Europe c'est l'ignorance. Quand Huntington parle du choc des civilisations, il fait référence en priorité au fait que les Mexicains nombreux qui émigrent aux USA s' "assimilent" difficilement. Pour beaucoup des Mexicains qui émigrent au USA, la majorité d'entre eux s'installe au Sud des USA. Pour ceux-là, ils ont le sentiment exact de se réapproprier leur terre, et il est normal qu'ils s'y sentent chez eux. Aux Etats-Unis, c'est l'oubli du vol des territoires mexicains, en Europe c'est l'ignorance, au Mexique personne n'a oublié, jusqu'aux plus modestes. Les Etats-Unis du XIXème siècle entre 1840 et 1850 récupérèrent, par des accords, une petite partie des territoires mexicains de l'époque et en achetèrent une autre petite partie (le Sud de l'Arizona je crois), mais ils volèrent littéralement 2 millions de kilomètres carrés soit les 2/5ème du Mexique, dont le Texas et la Haute-Californie, deux des régions les plus riches d'Amérique du Nord, et ce, à la veille exacte de la ruée sur l'or noir (1852 je crois) et sur l'or jaune (une date très voisine).

Pour qui voudrait une documentation exceptionnelle de références bibliographiques toutes prises à leurs sources et des rappels documentés sur l'arrivée des Espagnols dans le Nouveau Monde d'alors, il existe l'excellent livre de Jean Dumont, l'un des maîtres de l'histoire hispanique des XVème et XVIème siècles, intitulé: L'Heure de Dieu sur le Nouveau Monde, éditions Fleurus, 1991. C'est une vraie mine en la matière. Il n'est pas certain qu'on puisse le trouver facilement à présent, mais c'est un documents qui renvoie aux preuves historiques, et non aux "détergents" idéologiques.

Il est utile, je crois, quand on évoque le phénomène des évangélistes contemporains, principalement souchés aus Etats-Unis, d'avoir des idées assez claires sur tout ce qui est rappelé plus haut.

Par Notre Dame de Guadalupe
Renaud

oak
Censor
Censor
Messages : 102
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 15:12
Localisation : 260 km de Canterbury

Message non lu par oak » mar. 14 févr. 2006, 18:18

Une autre idée me vient, il me semble avoir lu quelque part qu'aux Etats Unis, l'église catholique, après avoir été une église d'émigrants s'est ouverte et est devenue un grand partenaire de la vie sociale américaine (du moins d'après le théologien anglican Samuel Webber).

Et je me suis laissé dire que l'Eglise Catholique gagnait du terrain, comme l'Eglise Orthodoxe, en attirant des protestants et évangéliques qui redécouvrent en son sein les contenus apostoliques de la foi.

En se basant sur la manière de compter Nord Américaine qui se base sur les membres inscrits dans les registres paroissiaux.

L'Eglise Catholique est le plus grand groupe de foi aux Etats Unis avec 65.000.000 de membres (taux de croissance 1,28% par an), la SBC qui est la deuxième a 16.000.000 de membres.

L'Eglise Orthodoxe a un taux de 11% de croissance par an, ce qui l'amène actuellement à 1.000.000 de membres inscrits dans ces registres.

http://www.ncccusa.org/news/050330yearbook.html

Et si ils croissent plus vite que l'augmentation moyenne de la population (0,9% par an) c'est que dans un monde Nord Américain très compétitif, où la "marchandisation" de la vie spirituelle et de la religion est chose courante (comme disait Joseph Ratzinger), c'est qu'ils doivent avoir de meilleures réponses.

Aujourd'hui beaucoup de Nord Américains parlent du "pélerinage spirituel" qui les a amené dans des églises catholiques , orthodoxes ....

Une démarche de profondeur, de qualité, qui s'oppose au "tout / tout de suite".

Il y aurait, de ce coté ci de l'Atlantique à aller demander aux Communautés Nord Américaines comment elles ont survécu, sur quelle base.
Dans un environnement très compétitif.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Message non lu par jean_droit » mer. 15 févr. 2006, 8:44

Bonjour mes frères,
Je fréquente beaucoup les évangélistes et je participe souvent aux cultes méthodistes.
J'aime prier avec eux.
J'ai beaucoup d'admiration pour eux.
Au lieu de les critiquer on ferait mieux de se demander d'où vient leur succès gigantesque ( je dis bien gigantesque ! ) dans le monde.
Je connais bien un cas de figure :
En Algérie l'Eglise Catholique fait tout pour ne pas évangéliser. Trahir ainsi l'Evangile est grave à mes yeux.
L'Eglise Evangélique d'Algérie se porte très bien, merci pour elle. Dimanche dernier j'étais avec un pasteur méthodiste qui me disait qu'il existait 12 paroisses en Algérie et que 10 sont en cours de constitution.
Pour moi ils font un miracle.
Relisons, avec humilité, l'Evangile et ce que dit Le Christ sur ceux qui font des miracles en Son Nom !

nelly emont
Censor
Censor
Messages : 184
Inscription : mer. 25 janv. 2006, 14:21
Localisation : Hasparren -France

Message non lu par nelly emont » mer. 15 févr. 2006, 12:37

Les raisons du succès des évangélistes ne sont pas trop compliqués à trouver : un matraquage publicitaire gigantesque, des prières spectacles, une association -je vais bien, mes finances vont bien, donc je suis dans l'amour de Dieu- extrêmement réconfortante; et en fin de compte une aliénation de la liberté à la recherche de résultats concrets.
Nous n'avons pas à juger des chrétiens évangélistes, mais nous pouvons jeter un regard objectif dans la manière dont "cela fonctionne". Et la manière dont "cela fonctionne" laisse apparaître quelques failles. Ceci dit, peut-être avons-nous à apprendre des Evangélistes un certain enthousiasme qui nous fait défaut.... peut-être. Mais nous possédons quelques groupes charismatiques qui vivent cet enthousiasme, le chantent dans les rues, tout en attendant que l'autre, s'intéresse à ce qu'ils disent. La liberté est ainsi respectée qui ne le semble guère dans les discours des pasteurs évangélistes.

Avatar de l’utilisateur
thomasthomas
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 177
Inscription : dim. 12 févr. 2006, 4:49

Message non lu par thomasthomas » mer. 15 févr. 2006, 13:07

tout à fait d'accord , de plus je ne pense que c'est dans l'anarchie que l'on peut se rapprocher de Dieu .
L'église catholique a plus d'un millénaire d'existence , et elle est toujours là , ce qui prouve bien que le dogme appliquée par celle ci pour se rapprocher de Dieu fonctionne .
Il ne faut pas oublier que les églises évangélistes se créent très vite , mais sont aussi très vite laissées à l'abandon.
Ils se créent autant d'églises évangélistes dans le monde qui ne s'en défait.
On peut bien voir que ce genre d'églises correspond et se calque sur la société moderne que nous connaissons , c'est à dire tout tout de suite mais aucune stabilité dans le temps , on pourrait la comparer aux startup .
De plus , n'ayant aucune unité et conformité entre ces églises , les fidèles se comportent comme avec un produit de consommation , ils fréquentent 6 mois l'une , et quand cela ne leur plait plus , ils vont dans une autre.
L'avantage de l'église romaine est qu'une conformité et unité existe , si vous allez à la messe à Paris et le lendemain à Marseille , le dogme et le rite sera le meme.
De plus , le St Père est le garant de l'unité des catholiques de part le monde , alors que ces églises évangéliques n'ont aucune structure et unité.
Bien entendu , je préfère voir des évangéliques se multiplier que des musulmans , car ils croient comme nous au Christ , et cela sera donc plus facile de les convertir dans la VRAIE église , qui est catholique ( catholique veut dire "universel , et c'est le Christ qui nous a demandé de créer une église universel)

Que Dieu vous benisse tous

Avatar de l’utilisateur
laiglejo
Barbarus
Barbarus

Message non lu par laiglejo » sam. 18 févr. 2006, 17:26

Bonjour tout le monde ! :)

Je suis catholique, oecuménique et à fond pour un dialogue inter-religieux, une fille de Jean-Paul II, quoi...! ;-) Je me suis mise à l'informatique en novembre dernier et souhaitais trouver un forum catho. Je suis allée sur KTO qui parlait évangélisation et donnait des sites. Quelle ne fut pas mas déception (je vous parle en tant que "novice" informatique pas très douée) de constater que ces sites étaient certe de belles vitrines mais au fond sans communication (sans forum). C'est ainsi que je suis "tombée sur un forum évangélique, très bien organisé et à première vue "attrayant".

Voici le copié/collé de cette découvert, afin que nous puissions en parler ensuite, si vous le voulez bien :

Comment j'ai rencontré LES EVANGELIQUES

AMERICAN EVANGELISME
C'est par simple curiosité, ce soir là, que j'ai quitté "Les Rois maudits" pour zapper de temps en temps le reportage sur les évangélistes américains dont je savais que Georges Bush et une bonne partie de son gouvernement faisaient partie.
Je n'avais pas alors d'à-priori négatif sur ce mouvement religieux que je croyais émaner du protestantisme, les trouvant seulement un peu trop zélés à mon gout.
Au hasard d'un grand rassemblement inter-religieux qui a eu lieu à Paris "Paris Tout Est Possible" dont le but très louable" est le rapprochement de toutes les religions pour le dialogue, la communion fraternelle et la paix, ou les évangélistes étaient présents, j'ai noté l'adresse de leur forum "Top Chrétiens" dont ils ont fait la publicité ce soir là.
Cest donc en toute confiance que je suis allée visiter leur forum cette semaine pour prolonger cette belle soirée.
Je me suis rapidement rendue compte que ma différence n'était pas la bienvenue.
Je suis allée vérifier les statuts du forum et j'ai pu lire que non seulement ils étaient réfractaires au dialogue inter-religieux mais qu' ils étaient contre
l'oecumenisme (rapprochement fraternel entre chrétiens).
Qu'étaient-ils donc venus faire ce soir là lors de ce grand rassemblement : du prosélitisme.
Il se trouve que j'ai une bonne connaissance de la bible, élément indispensable pour débusquer toute déviance religieuse.
Je suis donc repartie m'inscrire sur plusieurs de leurs forums pour vérifier le contenu de leur message "évangélique".
Outre leur intolérance , j'ai pu constater que leur discours maintient leurs adhérents dans une crainte malsaine de la fin des temps et du diable leur promettant d'être en quelque sorte les seuls élus.
Ils éliminent, d'autre part arbitrairement toute intervention qui tendrait à rééquilibrer leur lecture
de la bible.
Je profite donc de ce blog pour vous mettre en garde, si tentés que vous soyez de les approcher, contre ce mouvement religieux à tendance sectaire.


Je dois dire que mon oecuménisme en a pris un sérieux coup. :sick: Jusqu'alors, je ne connaissait des protestants que ceux avec qui nous entretenons de très bonnes relations dans nos paroisses ainsi que quelques amis : en gros, les protestants réformés.

J'ai fouillé le sujet pour essayer de comprendre que j'ai complété avec des rencontres qui m'ont permis d'approfondir le sujet que j'ai recuillis sur un blog. Jen suis arrivée à certaines conclusions mais avant de continuer, je vous laisse la parole :arrow:

françois de Québec
Ædilis
Ædilis
Messages : 38
Inscription : jeu. 06 janv. 2005, 22:14
Localisation : Québec

précision

Message non lu par françois de Québec » sam. 18 févr. 2006, 20:35

La tendance chrétienne protestante est dénommée EVANGELIQUE et « se veut » la plus fidèle possible aux Evangiles.

Evangéliste signifie :

- auteur d’un Evangile,
- prédicateur dont la spécificité est d’annoncer l’évangile dans le but de convertir.

Le terme « évangéliste » pour qualifier les « évangéliques » est donc erroné.

Je pense que ce terme est peut-être parfois utilisé pour qualifier une notion d’extrémisme évangélique à l’instar de l’islamisme pour qualifier l’extrémisme musulman.
Mais le plus souvent, il est effectivement utilisé à tort.

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Il y a évangéliste et évangéliste

Message non lu par jean_droit » lun. 20 févr. 2006, 8:49

Bonjour mes frères et mes soeurs,
Comme je crois l'avoir dit dans d'autres messages je participe depuis de nombreuses années à des cultes évangéliques et à des lectures bibliques.
Je ne cherche ni à me cacher d'être catholique ( et combien catholique ! ) ni à en faire référence.
Les pasteurs des églises où je vais le savent et respectent tout à fait ma foi.
Avec eux je prie car nous nous référons au même message "Celui de Notre Seigneur".
Mais il y a partout des excités.
Hier j'étais dans une communauté évangélique kabyle ( Communauté de Betséda à Saint Ouen ).
Un des pasteurs n'a pas manquer de critiquer l'Eglise et notre "mariolatrie".
Je vais écrire au pasteur pour lui dire que cela m'a choqué et que c'est dommage. Nous avons mieux à faire.
Ils ne me verrons plus !
Je pense que nous devons mieux nous connaitre et cesser de nous envoyer des piques.
Je conseille aux catholiques d'aller à des cultes évangéliques.
C'est, pour le moins, instructif.
Si, par contre, l'oeucuménisme veut dire essayer de marchander notre foi et le dogme. Jamais ! Jamais !
Que Le Seigneur nous donne Sa Paix !
Que Marie, mère de Dieu, acceuille nos prières avec solicitude !

oak
Censor
Censor
Messages : 102
Inscription : sam. 29 oct. 2005, 15:12
Localisation : 260 km de Canterbury

Re: Il y a évangéliste et évangéliste

Message non lu par oak » lun. 20 févr. 2006, 10:27

Jean tu vas avoir du mal, honnêtement, je regrette vraiment cette attitude , liée à la formation très déficiente de ce prédicateur.

J'étais dimanche dans un groupe oecuménique qui rassemble des catholiques, des anglicans et des évangéliques.

Si on prend comme postulat que "l'évangile doit se propager"

Et le prêtre qui animait la réunion a insisté sur la différence entre un

- "christianisme scripturaire" centré sur les textes bibliques,

- et un "christianisme incarnationnel".

Les deux devraient se rejoindre, ou il faudrait faire effort pour qu'ils se rejoignent, la pensée d'un Père de l'Eglise est claire sur ce point ;
"Celui qui ignore les Ecritures ignore le Christ",

Mais le dialogue est très difficile et ceux qui - du coté des évangéliques - y participent sont facilement anathémisés, comme le disait un ami qui prêchait une retraite "en face d'une telle situation nous n'avons d'autre solution que la patience, la compassion, la prière...."

jean_droit
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 8539
Inscription : jeu. 08 déc. 2005, 13:34
Localisation : Périgord

Les extrémismes

Message non lu par jean_droit » lun. 20 févr. 2006, 11:53

Il y a partout des extrémistes.
J'ai déjà été confronté à des évangélistes "intégristes".
Dont un pasteur pentecôtiste. Moi qui me refuse à pousser la polémique, je lui ai conseillé de lire l'Evangile.
Un prêtre orthodoxe m'a refusé la communion.
Le monde évangéliste est très varié. C'est ce qui le rend intéressant.
N'oublions pas le phénomène très connu qui fait que l'on devient intolérant quand on est en position de force.
Nous catholiques connaissons bien cela et les orthodoxes le pratique maintenant.
Ceci est manifeste chez les musulmans qui clament leur tolérance en Europe et montrent leur intolérance dans le monde musulman.
Il me semble que nous catholiques nous devons être "bien dans nos bottes".
Simplement mais fermement.

Renaud
Quæstor
Quæstor
Messages : 231
Inscription : mar. 30 août 2005, 5:02

les évangélistes sont-ils un danger pour les catholiques

Message non lu par Renaud » lun. 20 févr. 2006, 20:18

Bonjours à tous,
Laiglejo, Oak, Hélène, François de Québec, Jean_droit, Nely emont, Thomasthomas et ceux que j'oublierais sur ce sujet.

Vous avez tout à fait raison, François de Québec, de rappeler la différence entre évangéliste et évangélique. Le cas des chrétiens évangéliques est plus clair et "classique" que celui des évangélistes qui seraient une "nébuleuse" allant de l'inspiration nettement protestante ou néo-protestante jusqu'à résonner presque complètement, parfois complètement, avec l'Eglise catholique. Ce que vous dites, dans votre message 38 correspond, que je sache, à des évangélistes (ici en France) qui seraient en phase avec l'Eglise catholiques. D'après des amis Canadiens qui vont souvent aux Etats-Unis, ces évangélistes y prendraient une certaine ampleur, notamment dans la région de San- Antonio et celle de Los-Angeles, possiblement d'autres régions des Etats-Unis. L'on y noterait des cas plus nombreux qu'on croit d'adhésion à l'Eglise catholique et c'est très heureux ainsi!

On peut espérer que la "période noire" de l'Eglise des Etats-Unis s'éloigne, car elle ne fut pas exempte d'affaires nauséabondes et répugnantes que vous devinez. L'Eglise des Etats-Unis dut débourser des millions de dommages et intérêts à la suite de ces "affaires". De même, il y a très peu d'années, qu'un évêque homosexuel de l'Eglise épiscopalienne, église très importante aux Etats-Unis, ait été "nommé", où ce soit nommé lui-même, selon les critères d'inspiration protestante, est plus qu'affligeant et laisse sans voix. Mais en ce qui concerne l'Eglise catholique, tout cela représente des symptômes graves. J'ose espérer qu'il ne s'agit plus que de battages médiatiques stériles et sans suite. Et que la masse des fidèles et leurs serviteurs de bonne foi font la vraie substance d'une église active et saine, au moins s'assainissant. Les dérives constatées dans le christianisme étatsunien, mais aussi en France et en Europe, est, je pense la preuve d'un affaiblissement considérable de la sûreté doctrinale au sein du clergé depuis et à cause du Concile de Vatican II. Celui dont Pie XII disait: "Moi vivant, il n'y aura pas de concile".

Mais enfin, il ne faut jamais trop désespérer, car ce que nous observons ne renseigne pas à 100% sur les évolutions et les transformations qui peuvent induire des "divines surprises". L'importante minorité Hispanique aux Etats-Unis pourrait, à terme, jouer un rôle très intéressant et fécond aux USA. S'il y a 65 millions de catholiques aux USA, cela peu former un genre de centre de gravité important, s'il ne l'est déjà, en Amérique du Nord, et "décanter" beaucoup de mouvements qui se cherchent.

Il faudrait de plus en plus que la société nord-américaine dans son ensemble prenne conscience que son modèle socio-économique est nuisible pour le monde entier et n'est pas à suivre, contrairement à ce que cette société croit en général. Cette société étatsunienne ne semble pas comprendre le reste du monde qu'elle paraît seulement voir à travers CNN et des tours-opérators. De source sûres l'on peut dire qu'à peine 3% des nord-américains font une demande de passeport; c'est incroyable pour un pays si riche! Si les Américains étatsuniens croient être renseignés par leurs médias frelatés, on comprend mieux pourquoi il y a des malentendus avec eux, mais il y a tout un historique dont on ne sort pas comme ça. L'impact du modèle nord-américain sur les autres économies et les autres sociétés du monde est en général un désastre; toute chose bien comprise quant à des fondations nord-américaines qui participent tout de même à des projets nécessaires ici et là dans le monde.

Jusqu'à plus amle informé, seule l'Asie représente un vrai contrepoids aux Etats-Unis tellement les transferts multiples à partir du reste du monde en direction des Etats-Unis sont massifs et paraissent irréversibles: transferts d'argent, de matières premières, d'énergie, etc, le plus grave est le transfert de matière grise, et en plus, financée par les autres. De même, le contrôle du dollar qui est quasi une monnaie mondiale, devient un contrôle mondial. Il est probable que ceux qui gèrent le dollar fassent en sorte que d'autres "monnaies dignes de ce nom" demeurent. En effet, l'on constate qu'au fil des décennies, les variations au change du dollar (elles ont été plusieurs fois du simple au double!) est une véritable poncion, ou impôt secret, qui ne dit pas son nom, sur le monde entier. Un journaliste français, très avisé, l'a dit il y a déjà longtemps, que ces variations du change du dollar ont fait payer à tous les partenaires des Etats-Unis (ils deviennent ainsi des contribuables de toute façon!): et la guerre du Vietnalm et le pied sur la Lune. Cet "organigramme" est toujours on ne peut plus d'actualité, accentué par la technologie. C'est une ruine, une de plus, tandis que les riches, minoritaires, ne cessent de se goberger, creusant l'écart sans cesse avec les autres.

Des voix "bien inspirées" disent qu'il faudrait une monnaie mondiale, mais c'est aussi un piège, car actuellement, qui contrôle la monnaie d'un espace économique donné, contrôle véritablement cet espace au dessus de ses lois... Ceci est valable pour le monde entier, comme pour une nation. La sagesse commande une autre solution. Le Crédit-Social en est une.

L'empire nord-américain vampirise et achète le monde extérieur à lui sans rien payer ou presque, fait monter, ou baisser le dollar quand ça l'arrange. Cela fausse tous les points de repère, impose une fausse démocratie, fausse la concurrence, terrasse la paix, vicie les relations entre les peuples. Le système de renseignements nord américain, leurs satellites de contrôle, etc, permettent aux stratèges des Etats-Unis d'avoir la quasi mainmise sur l'information médiatique et fausse ainsi les esprits. Apparaître, tromper, savoir et cacher sont le lot de l' "empire mondial".

Franchement, où sont donc les principes du christianisme dans cet organigramme étatsunien?

Je le répète ici, l'Amérique du Nord folle furieuse et l'Islam dans sa fraction folle furieuse s'alimentent mutuellement, prennent l'Europe en étau tandis que la pseudo "commission européenne" est vendue aux banques et au tout marché mondial, elle est un mollusque avachi, larbin des USA, par exemple, cela se voit de façon éclatante dans l'affaire iranienne.

Mais où est donc la religion dans tout cela? Nulle part!

Et je dois affirmer que la pensée protestante y est pour beaucoup, car c'est celle dit: du libre-examen, voire de l'auto-justification, autrement dit, sous les apparences de la modernité, ce qui fausse tout, c'est une régréssion. Ce libre examen, voire "liberté" de conscience, est en réalité, une lourde et douloureuse retombée sur nos propres déterminismes socio-culturels et biologiques, rien de plus. Autrement, ainsi que le pensent les dirigeants et cadres anglo-saxons, c'est que seuls les riches sont des interlocuteurs dignes d'intérêts, les pauvres n'ont que ce qu'ils méritent... et ont intérêt à ne pas faire parler d'eux... (Jespère que tous les évangélistes évangélistes ne pensent pas ainsi.

Tout ceci confirme l'élément stabilisateur et fécond que doit rester l'Eglise catholique avec Doctrine sociale. Par ailleurs, ainsi que je l'ai déjà dit à plusieurs reprises dans ce forum, car il y a des sujets qui se chevauchent forcement, tout le reste des autres continents américains n'a pas dit son dernier mot.

Au milieu des pires difficultés, historiques mais surtout, hélas, à cause de l'interdépendance financière extérieure, l'Amérique Latine, à laquelle il faudrait ajouter la grosse minorité hispanique aux USA, plus le Québec, plus les autres minorités francophones du Canada (en Alberta ils seraient environ 400 000), constitue un ensemble social extrêmement diversifié, qui pourrait apporter beaucoup de développements tant spirituels que socio-économiques variés, originaux et très intéressants dans le monde si menaçant, opaque, mensonger et incertain d'aujourd'hui. Et je rappelle ici que c'est la religion qui détermine ce qui est socio-économique et non l'inverse comme on le croit essentiellement en Amérique de Nord et de plus en plus en Europe pour le malheur de tous. Pourquoi donc, quoiqu'on en pense, l'Islam se gênerait-il?

C'est dans ce monde-là, que la Doctrine sociale de l'Eglise, loin de l'uniformiser, peut permettre une justice réelle dans les rapports socio-économiques, les seuls pouvant le prouver cette justice ici bas. Plus seront nombreux ceux de tous les horizons sans exception qui s'inspireront de la Doctrine sociale de l'Eglise catholique, plus la masse ainsi créée deviendra critique, critique mais créative.
Aller! Tout le monde à son poste! L'heure n'est plus au bavardage!
Renaud
Deus in adjutorium

Avatar de l’utilisateur
thomasthomas
Ex Civitate
Ex Civitate
Messages : 177
Inscription : dim. 12 févr. 2006, 4:49

Message non lu par thomasthomas » lun. 20 févr. 2006, 22:08

Bonjour renaud , etes vous sur que Pie XII étaient contre le concile .On dit de partout que c'est surtout qui a poussé à faire ce concile de vatican 2.

Que Dieu vous benisse

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités