Le Théâtre et l'Église

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Avatar de l’utilisateur
Invité
Barbarus
Barbarus

Re: Le Théâtre et l'Église

Message non lu par Invité » jeu. 31 déc. 2009, 20:03

Jean Paul II a fait du théâtre et composée des pièces
En Afrique de l'Ouest, le théâtre joue un grand rôle dans l'évangélisation

Avatar de l’utilisateur
philémon.siclone
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1825
Inscription : lun. 13 juil. 2009, 0:58
Localisation : Ciel-sur-Mer

Re: Le Théâtre et l'Église

Message non lu par philémon.siclone » ven. 01 janv. 2010, 18:46

coeurderoy a écrit :Le seul (et justifié !) reproche qu'on puisse être amené à faire à certains évêques des XVII-XVIII ème s. est de n'avoir eu de cesse de condamner certaines fêtes et réjouissements populaires tout en la...fermant un peu trop devant l'envahissement du théâtre dans la liturgie (voir certaines Messes XVIII ème,,exercices de bel canto pour cantatrices en vogue). L'Opéra italien, le caractère très sensible et souvent hyper sentimental des expressions de la liturgie de la Contre-Réforme, le goût du luxe et des scénographies somptueuses (cf les "pompes" des funérailles princières ou royales) montrent un goût effectif pour les effets théâtraux au sein même de l'Eglise. Or dans le même temps on excommuniait effectivement des comédiens : il y a là une certaine hypocrisie non ? On peut comprendre, sans virer dans le jansénisme, les tendances réformistes d'un abbé de Rancé par ex... Je connais pour ma part les condamnations sévères d'un Bossuet interdisant les fêtes de village se tenant près de sa résidence épiscopale des environs de Meaux : avec toute l'admiration que je puis avoir pour le personnage (probe, courageux et certainement très vertueux) je constate que dans le même temps la haute noblesse versaillaise ne se privait guère côté "récréations"...
Et je trouve vraiment injuste qu'il y ait eu ainsi deux poids et deux mesures : le paysan qui avait mouillé sa liquette toute la semaine méritait sans doute sa petite contre-danse villageoise mais "Monsieur de Meaux" estimait que le pauvre hère se damnait ainsi (ou songeait-il tout simplement à assurer la...tranquillité de ses "week-ends" ???
L'encyclique Annus qui (1749) de Benoît XIV condamnait l'invasion de la musique de théâtre dans la liturgie. Le clergé n'est donc pas resté sans réagir.
Anima nostra sicut passer erepta est de laqueo venantium
Laqueus contritus est, et nos liberati sumus

Notre âme s'est échappée comme un passerau du filet de l'oiseleur,
Le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Ps. 123

Avatar de l’utilisateur
Piroska
Barbarus
Barbarus

Re: Le Théâtre et l'Église

Message non lu par Piroska » dim. 23 déc. 2018, 11:18

En tant que chrétienne orthodoxe pratiquante du XXIe siècle, je ne trouve rien de plus normal que de fuir le théâtre, tout simplement parce qu'il représente les passions humaines, celles mêmes dont tout orthodoxe digne de ce nom se doit de lutter pour se purifier tout au long de sa vie sur terre.
Or, aller au théâtre pour les contempler, ne serait-ce pas une sorte de voyeurisme condamnable ?
Lorsqu'on doit chasser toute pensée passionnée, même fugitive, se délecter d'en voir la représentation au théâtre n'est-il pas une attitude parfaitement hypocrite ?

Avatar de l’utilisateur
ChristianK
Senator
Senator
Messages : 795
Inscription : lun. 10 mars 2008, 18:43

Re: Le Théâtre et l'Église

Message non lu par ChristianK » lun. 24 déc. 2018, 18:04

philémon.siclone a écrit :
mer. 30 déc. 2009, 20:44
Ce n'est pas cette question-là. L'Eglise n'a jamais importuné qui que ce soit au motif qu'il est "mauvais chrétien".

Les spectacles étaient réputés pervertir les foules, et c'est en cela qu'ils étaient condamnés. On est bien obligé, lorsqu'on voit l'influence de la télévision aujourd'hui, qu'il n'y a rien de plus vrai.
Juste. La première réponse à faire c'est que les condamnations étaient circonstantielles, pas essentielles. Il s'agissait seulement de certains comédiens. Les comédiens de théatre religieux catholique n'étaient jamais excommuniés pour ca.

Ensuite il y a la méfiance nécessaire due aux mondains et dangers mondains (occasions de péché). Ca s'applique en moyenne aux comédiens, mais à beaucoup d'autres, p.ex.leur public.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Cinci, mikesss et 12 invités