La confession chez les protestants

« Dieu leur donnera peut-être de se convertir et de connaître la vérité. » (2Tm 2.25)
Règles du forum
Forum de débats dialectiques entre personnes de bonne volonté autour de la religion chrétienne (catholicisme) et des objections formulées à son encontre

NB : L'attention des intervenants est particulièrement attirée sur la courtoisie et le respect ; les blasphèmes et provocations visant à blesser le sentiment religieux des lecteurs seront modérés ; les discussions inutilement polémiques seront verrouillées et leur initiateurs sanctionnés.
Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7008
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

La confession chez les protestants

Message non lupar Cinci » mar. 06 juin 2017, 21:14

Bonjour,

J'ai entendu dire que les protestants (le genre luthérien) pratiquaient à l'origine la confession auriculaire avec monsieur le pasteur, mais à l'instar (ou presque) des catholiques avec monsieur le curé. J'ai pu ouïr cela récemment. Je l'ai entendu à la radio.

Il y a probablement peu de gens qui savent cela. Ce n'est pas le genre de détail qui ferait souvent l'objet de discussions publiques en tout cas. Mais est-ce que c'est bien vrai?

Existerait-il encore des protestants qui iraient se confesser à leur pasteur le cas échéant et dans un esprit un peu semblable aux catholiques? Jusqu'à aujourd'hui je n'ai jamais rien vu à ce sujet.

:?:

Altior
Senator
Senator
Messages : 749
Inscription : sam. 05 juil. 2008, 23:59
Conviction : catholique traditionnaliste
Localisation : In Ecclesia Dei

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Altior » mar. 06 juin 2017, 22:41

Je me souviens d'avoir lu que les hérétiques albigeois avaient la coutume de faire des «confessions» collectives. De même, j'ai lu un témoignage de la part d'une adepte d'une secte charismatique de nos jours disant la même chose (à la différance que la confession est directement vers Dieu, mais tous en commun dans une salle de prière).

Evidemment, telles pratiques n'ont rien à voir avec le sacrement de la confession.

Alizee
Quæstor
Quæstor
Messages : 231
Inscription : lun. 09 mai 2016, 12:19

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Alizee » mer. 07 juin 2017, 10:09

Luther a hésité assez longtemps avant de supprimer la confession individuelle.
J'ai un oncle qui a été pasteur luthérien, il recevait pas mal de personnes individuellement, dans un esprit confession/direction spi, mais en aucun cas cela n'est une démarche sacramentelle. Un pasteur n'agit pas in persona Christi et ne peut pas donner l'absolution ni imposer une pénitence. Il s'agit plus d'un entretien-conseil. La notion d'état de grâce est absente du vocabulaire protestant luthérien (je ne me prononce pas pour les autres branches, que je ne connais pas bien).
ll existe des célébrations pénitentielles où il y a un temps de silence où chacun "se confesse" directement à Dieu en demandant pardon. Il existait un jour dit "de pénitence et de prière", férié dans certains pays. Il a disparu largement depuis une vingtaine d'années.

Avatar de l’utilisateur
Frédo MB38
Quæstor
Quæstor
Messages : 379
Inscription : sam. 01 mai 2010, 23:10
Conviction : Protestant « évangélique historique »
Localisation : Roybon, Isère, France.
Contact :

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Frédo MB38 » mer. 07 juin 2017, 17:01

J'ai entendu dire que les protestants (le genre luthérien) pratiquaient à l'origine la confession auriculaire (...)
Existerait-il encore des protestants qui iraient se confesser à leur pasteur le cas échéant et dans un esprit un peu semblable aux catholiques?
Les Protestants pratiquent communément une forme facultative de confession auriculaire, parfois même dans un confessionnal (chez certains Luthériens, Anglicans et Méthodistes de tradition « haute Église ») mais le pasteur ne pardonne pas les péchés au nom de Jésus ; il s'agit seulement d'un accompagnement pastoral suivi d'une attestation du pardon de Dieu à celui qui croit et se repent.

Durant le culte hebdomadaire aussi, il y a communément un temps où les pratiquants sont invités à se reconnaître pécheurs devant Dieu, même chez les Évangéliques les plus enclins à la spontanéité. La vérité fondamentale selon laquelle nous sommes des pécheurs sans espoir en dehors de la Croix et de la Résurrection est toujours rappelée, durant la première partie du culte (avant la prédication) ; bis repetita au moment de la Sainte-Cène.

Pasteur baptiste pendant quelques années, je n'ai jamais poussé mes paroissiens à « me » confesser leurs péchés mais j'ai toujours été accessible pour les accompagner si besoin dans le processus de repentance et de sanctification. J'ai toujours insisté, dans les entretiens pastoraux et dans la liturgie du service divin hebdomadaire, sur l'examen de conscience suivi de la « déclaration de pardon ».
J'ai toujours tâché aussi de mettre l'accent sur la nécessité, selon l'Écriture, de confesser nos péchés « les uns aux autres », de pardonner, ne pas laisser le soleil se coucher sur notre colère... L'exemple de Zachée, qui obtient le pardon de Dieu par la grâce accordée au repentant et qui, sans que cela lui soit demandé, répare au quadruple les dommages causés, a toujours nourri ma réflexion sur la question de la repentance et de la réconciliation...
C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus (Apocalypse 14:12)

Cinci
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 7008
Inscription : lun. 06 juil. 2009, 21:35

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Cinci » jeu. 08 juin 2017, 17:40

D'accord.

Il s'agit alors d'aider le pénitent à prendre peut-être mieux conscience de ce qu'il vit et de se mettre directement en rapport avec Dieu. Globalement, ce serait la façon d'entendre la chose du côté des protestants.

Le pasteur peut aider la personne à faire la lumière sur sa situation. Mais le pardon ne s'obtient pas d'une manière "spéciale" au travers de cette rencontre "ecclésiale" qui met en présence le pasteur et le fidèle. Il n'y a pas de geste liturgique du pasteur par lequel Dieu pourrait infailliblement venir réaliser "quelque chose" dans le coeur du fidèle qui confesse alors sa foi. Si "quelque chose" doit se produire chez le fidèle, ce sera en toute indépendance du pasteur lui-même.

Merci pour les commentaires ou les explications.

:)

Avatar de l’utilisateur
Frédo MB38
Quæstor
Quæstor
Messages : 379
Inscription : sam. 01 mai 2010, 23:10
Conviction : Protestant « évangélique historique »
Localisation : Roybon, Isère, France.
Contact :

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Frédo MB38 » ven. 09 juin 2017, 14:14

Ce fut un plaisir !

Aucun être humain n'est, dans la conception protestante, à même d'accomplir quoi que ce soit de façon « infaillible ». Il n'y a pas de sacrement ex opere operato, donc pas d'absolution qui serait administrée par un semblable. Dieu seul absout, en réponse non pas à une démarche rituelle mais à un élan du cœur. Ceci dit dans la conception catholique aussi, le sacrement est nul si, en son for intérieur, la personne qui se confesse le fait de façon superficielle, sans une réelle repentance et sans un réel désir de sanctification. On ne peut pas tromper Dieu.

Je crois que vous avez très bien résumé la conception protestante de la réconciliation et du rôle que le pasteur peut y jouer ; à un détail près, qui a son importance. On ne parle pas de « pénitent » chez les protestants, mais de pécheur repentant. En effet, le « châtiment qui nous donne la paix est tombé sur (Jésus) », à la Croix (Ésaïe 53:8). Il ne s'agit pas de faire pénitence, car Jésus a assuré la compensation, si je puis dire, par la perfection de son sacrifice ; mais il appartient au pécheur de se repentir, au sens de changer d'état d'esprit, de se renouveler mentalement et, surtout, spirituellement, puis de persévérer dans la sanctification.
C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus (Apocalypse 14:12)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4343
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar gerardh » ven. 09 juin 2017, 16:25

_______

Bonjour,

Dans mon milieu chrétien, comme dans beaucoup d'autres, la référence biblique essentielle me semble être Jacques 5, 16 : confessez donc vos fautes l'un à l'autre, et priez l'un pour l'autre, en sorte que vous soyez guéris.


________

Avatar de l’utilisateur
Frédo MB38
Quæstor
Quæstor
Messages : 379
Inscription : sam. 01 mai 2010, 23:10
Conviction : Protestant « évangélique historique »
Localisation : Roybon, Isère, France.
Contact :

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Frédo MB38 » ven. 09 juin 2017, 17:57

...Jacques 5, 16 : confessez donc vos fautes l'un à l'autre, et priez l'un pour l'autre, en sorte que vous soyez guéris...
Certes. J'ai moi aussi cité ce verset un peu plus haut. Jacques parle ici du pardon et de la réconciliation entre être humains. Mais comme le dit David dans le Psaume 51 (50 dans les éditions catholiques), « J'ai péché contre Toi et contre Toi seul » : nos péchés contre autrui sont avant tout des manquements à la Loi divine. Partant, c'est avant tout avec Dieu que nous devons restaurer la communion, de façon plus urgente encore qu'avec nos semblables. La confession réciproque est un élément essentiel de la démarche de restauration, mais ce n'est pas suffisant.
C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus (Apocalypse 14:12)

gerardh
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 4343
Inscription : ven. 26 déc. 2008, 20:02
Conviction : chrétien non catholique
Localisation : Le Chambon sur Lignon (France)

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar gerardh » ven. 09 juin 2017, 22:06

____

Oui Frédo,

La confession des fautes devrait en toutes circonstances être adressée directement à Dieu. La confession entre frères correspond à des circonstances très particulières et normalement peu fréquentes.


_________

Avatar de l’utilisateur
Christophe67
Tribunus plebis
Tribunus plebis
Messages : 1432
Inscription : dim. 08 juil. 2012, 11:56
Conviction : Catholique Romain
Localisation : Alsace

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Christophe67 » sam. 17 juin 2017, 17:27

Bonjour,


Il existe autant de pratiques ou croyances différentes que de branches du Protestantisme.

Ainsi il y a des protestants qui se confessent, d'autres qui vénèrent la Vierge Marie, d'autres qui croient en la présence réelle dans l'Eucharistie et d'autres qui ne font qu'en mémoire etc .. etc...

Un peu a l'instar du Judaïsme, dans lequel une nouvelle orientation ou interprétation permet de créer une nouvelle école rabbinique, chez les Protestants on peut créer une nouvelle église, ou temple, ou branche selon sa propre croyance. Voir s'autoproclamer Pasteur, même si dans certains courants du Protestantisme il est nécessaire d'avoir suivi un enseignement théologique ( a contrario il doit y avoir un cheminement concernant l'appel pour un futur clerc catholique).

Ce qui fait qu'à l'heure actuelle c'est une tâche des plus ardues de vouloir, non pas réfuter leurs erreurs, mais seulement de vouloir les compter. Allant même à avoir une opposition ou des désaccords plus grands entre eux, qu'entre Protestants et l'Église catholique.
Quant on sait que la vérité est une, et toujours la même : on peut s'interroger.

Et puis n 'oublions pas le principe qu'a posé Luther : si vous péchez, aimez Dieu encore plus; et ce quel que soit votre état de vie.
C'est évidemment bien tentant, bien facilement applicable plutôt que de se convertir réellement pour ressembler au Christ. Alors dans ce cas pourquoi la confession à un tiers serait nécessaire ?

Mais c'est oublié la Tradition de l'Église primitive ou le chrétien confessait ses péchés publiquement et pouvait même être excommunié quelques temps jusqu'à la fin de sa pénitence. La confession est un héritage apostolique, mais bien entendu ceux qui refusent la Tradition prétendront le contraire et ce même si le Christ a donné cette prérogative à Son Église.
Après ces paroles, il souffla sur eux, et leur dit: Recevez le Saint-Esprit. Ceux à qui vous pardonnerez les péchés, ils leur seront pardonnés; et ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. (Jean 20,22-23

Cordialement.
"Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine; mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité, et se tourneront vers les fables. 2Tim 4:3-4

« La compréhension est la récompense de la foi. Ne cherche donc pas à comprendre pour croire, mais crois afin de comprendre, parce que si vous ne croyez pas, vous ne comprendrez pas. » St Augustin

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 2963
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Héraclius » lun. 19 juin 2017, 9:49

Même si je ne vois pas vraiment d'exemple de "sacrement de l'absolution" protestant (ou alors chez les anglicans les plus anglo-catholiques, lesquels n'ont rien de protestant fondamentalement), il y a quand même une conception de la confession chez certains Luthériens qui s'approche d'un sacramental. L'acte rituel communique la grâce de façon efficace à la mesure de la foi du bénéficiaire.

Chez les anglicans, on retrouve souvent la maxime suivante à propos de la confession auriculaire "everyone can, some should, no one must" (tout le monde peut, certains devraient, nul n'est obligé).
Deus illum exaltavit et donavit illi nomen super omne nomen ut in nomine Iesu omne genu flectat caelestium et terrestrium et infernorum.

"Seul l'Amour est digne de Foi" - Hans-Urs von Balthasar

Avatar de l’utilisateur
Frédo MB38
Quæstor
Quæstor
Messages : 379
Inscription : sam. 01 mai 2010, 23:10
Conviction : Protestant « évangélique historique »
Localisation : Roybon, Isère, France.
Contact :

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Frédo MB38 » lun. 19 juin 2017, 12:46

Quoi qu'il en soit, l'idée de sacrement ex opere operato n'existe pas dans la théologie protestante. Si une parole liturgique est prévue pour être prononcée à l'issue de la confession, c'est un appel au pardon de Dieu (dans la tradition luthéro-anglicane) ou une déclaration de pardon (dans la tradition réformée), mais en aucun cas une absolution par le ministre. Donc, même chez les protestants les plus «catholicisants », la confession auriculaire n'est en fait qu'un accompagnement pastoral dans le cheminement de sanctification et de repentance du fidèle. Je ne connais aucun courant du protestantisme où ça ne se pratique pas, fut-ce de façon très informel ; et j'en connais un rayon.
C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus (Apocalypse 14:12)

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 2963
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Héraclius » lun. 19 juin 2017, 14:51

Quoi qu'il en soit, l'idée de sacrement ex opere operato n'existe pas dans la théologie protestante.
La régénération baptismale est enseignée par les Luthériens et certains presbytériens me semble-t-il.

Et l'eucharistie Luthérienne, même si il y a cette dimension de foi de l'assemblmée, ressemble pas mal à un sacrement ex opere operato.
Deus illum exaltavit et donavit illi nomen super omne nomen ut in nomine Iesu omne genu flectat caelestium et terrestrium et infernorum.

"Seul l'Amour est digne de Foi" - Hans-Urs von Balthasar

Avatar de l’utilisateur
Frédo MB38
Quæstor
Quæstor
Messages : 379
Inscription : sam. 01 mai 2010, 23:10
Conviction : Protestant « évangélique historique »
Localisation : Roybon, Isère, France.
Contact :

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Frédo MB38 » lun. 19 juin 2017, 20:31

Quoi qu'il en soit, l'idée de sacrement ex opere operato n'existe pas dans la théologie protestante.
La régénération baptismale est enseignée par les Luthériens et certains presbytériens me semble-t-il.

Et l'eucharistie Luthérienne, même si il y a cette dimension de foi de l'assemblmée, ressemble pas mal à un sacrement ex opere operato.
Il y a des textes luthériens assez ambigus sur la régénération baptismale ; quoi qu'il en soit la régénération n'est efficace qui si la conscience du baptisé accompagne le sacrement (dans le cas d'un baptême d'adulte) ou le suit (dans le cas d'un baptême de petit enfant) ; donc le sacrement n'est pas vraiment ex opere operato.
Les presbytériens n'ont pas de théologie propre ; ils sont calvinistes (s'il n'ont pas apostasié en devenant modernistes, évidemment). Le presbytéranisme est, historiquement, le nom donné au calvinisme en Écosse, comme les Réformés en France et aux Pays-Bas. Or, j'ai fait mes études de théologie à la très conservatrice faculté Jean-Calvin à Aix-en-Provence et ce que l'on m'a enseigné sur le baptême ne ressemble en rien à un sacrement qui assurerait la régénération ex opere operato.
Pour ce qui est de l'eucharistie chez les luthériens, il y a présence réelle si le rite accompli est accompagné de la foi de l'assemblée, comme vous le dites à juste titre. Il y a donc là un facteur subjectif incompatible avec la notion d'un sacrement ex opere operato. Ca y ressemble, mais ce n'est pas ça.
Ceci étant dit, pour revenir au sujet initial, tous les protestants pratiquent l'accompagnement facultatif du pécheur repentant, de façon plus ou moins ritualisée.
C'est ici la persévérance des saints, qui gardent les commandements de Dieu et la foi en Jésus (Apocalypse 14:12)

Avatar de l’utilisateur
Héraclius
Consul
Consul
Messages : 2963
Inscription : lun. 30 sept. 2013, 19:48
Conviction : Catholique

Re: La confession chez les protestants

Message non lupar Héraclius » lun. 19 juin 2017, 20:53

Il y a des textes luthériens assez ambigus sur la régénération baptismale ; quoi qu'il en soit la régénération n'est efficace qui si la conscience du baptisé accompagne le sacrement (dans le cas d'un baptême d'adulte)


Oui, mais c'est pareil en théologie catholique pour le coup.
ou le suit (dans le cas d'un baptême de petit enfant) ; donc le sacrement n'est pas vraiment ex opere operato.
Oui, mais à partir du moment ou si le baptême n'est pas suivi d'abord avant une conversion tardive, on ne rebaptisera pas la personne, ce qui implique une théologie du caractère nécessairement proche de l'ex opere operato catholique.
Les presbytériens n'ont pas de théologie propre ; ils sont calvinistes (s'il n'ont pas apostasié en devenant modernistes, évidemment). Le presbytéranisme est, historiquement, le nom donné au calvinisme en Écosse, comme les Réformés en France et aux Pays-Bas. Or, j'ai fait mes études de théologie à la très conservatrice faculté Jean-Calvin à Aix-en-Provence et ce que l'on m'a enseigné sur le baptême ne ressemble en rien à un sacrement qui assurerait la régénération ex opere operato.
Mais la théologie d'Aix n'est elle-pas, au fond, Réformée-baptiste plutôt que presbytérienne traditionnelle (pour moi presby tradi c'est les pédobaptiste anglais) ? J'en sais rien, hein, je vous demande. Corrigez-moi si nécessaire. ;)
Pour ce qui est de l'eucharistie chez les luthériens, il y a présence réelle si le rite accompli est accompagné de la foi de l'assemblée, comme vous le dites à juste titre. Il y a donc là un facteur subjectif incompatible avec la notion d'un sacrement ex opere operato. Ca y ressemble, mais ce n'est pas ça.
En effet, nous sommes d'accord.



Héraclius -
Deus illum exaltavit et donavit illi nomen super omne nomen ut in nomine Iesu omne genu flectat caelestium et terrestrium et infernorum.

"Seul l'Amour est digne de Foi" - Hans-Urs von Balthasar


Revenir vers « Apologétique »



Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Charbel et 10 invités