Sur la possession

Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Sur la possession

Re: La Possession

Message par Altior » lun. 29 mai 2017, 21:25

Bonjour Kenshin,

La possession est le troisième stade de l'influence démoniaque, une maladie spirituelle chronique, car rarement, si jamais un démonisé arrive directement en cet état. D'habitude, on peut reconnaître 3 ou 4 stades:
Le stade 1: la tentation démoniaque. C'est un peu plus que la simple tentation. La simple tentation, ou tentation naturelle, qui est propre à la nature humaine déchue, est lorsque j'ai faim et alors une idée m'arrive de voler un pain. Mais la tentation de celui qui commence à se mettre sous l'influence démoniaque est plus complexe que ça. Plus perverse que ça. Plus monocorde que ça. Le malade y retarde plus que ça.
Le stade 2: l'obsession démoniaque. C'est l'étape où la vie du malade commence a graviter autour du péché. Ce n'est plus le péché qui gravite autour de moi et m'attaque parfois par sa tentation, les rôles ont changé est maintenant c'est moi qui gravite autour du péché. Et je le fais, sinon de façon continuelle, au moins suffisamment souvent pour que mon comportement soit en souffrance et les signes de la maladie soient présentes pour un oeuil avisé et attentif. Souvent il y a des compulsion de type magique, encore plus souvent il y a ce qui peut être pris à la légère pour état dépressif avec risque de suicide.
Le stade 3: la possession démoniaque. C'est le stade le plus sérieux, le plus spectaculaire et, d'habitude, les exorcismes s'adressent à ce stade. Le démon (ou bien les démons, car ils peuvent être plusieurs) est internalisé et a fait main mise sur la plupart des fonctions psychiques. Sauf sur la volonté, mais même la volonté peut souffrir d'un degré partiel de paralysie. La maladie est maintenant évidente même pour un oeuil non-avisé, qui peut rencontrer, quand même, des difficultés à faire la différence entre ce stade de l'influence et la schizophrénie. C'est le stade dans lequel le malade ne peut plus s'aider seul et a besoin d'aide qualifié.
Quelques auteurs décrivent aussi un 4-e stade: la possession parfaite. Maintenant, toutes les signes horribles du stade précédent sont apparemment remises et tous ceux qui sont autour du malade peuvent avoir l'impression qu'il est redevenu «normal». Pourtant, ce qui s'est réellement passé c'est que le démon a passé au-delà de l'espace psychique et se cache, maintenant, dans le noyaux le plus profond de la personne. Le malade ne montre plus vers l'extérieur rien de spectaculaire, hormis les cas rares où il est provoqué (par une lecture sainte, par exemple), mais vivra tout le reste de sa vie pour le démon, dans le péché, sans le moindre signe de contrition ou de honte. Il arrive que des êtres humains dans ce stade aient un comportement plein d'aménité, sinon un certain magnétisme.

Bien à vous,
A.

La Possession

Message par Kenshin » lun. 29 mai 2017, 17:51

Bonjour,

Dans ma recherche de comprendre la religion catholique, j'aimerais beaucoup connaître vos avis et celui de l'Église Catholique sur le phénomène de la possession.

* Comment l'Église la considère-t-elle ?
* Quels sont les signes qui peuvent conduire à une possession ?
* Quel est le comportement d'un ou d'une possédé(e) ?
* Quelles réponses à cela apporte l'Église ?

Si le sujet a été déjà abordé dans un autre sujet ou si l'endroit n'est pas approprié, je m'en excuse.

Bonne journée :)

Re: La méchanceté humaine et la possession

Message par dany571 » jeu. 09 oct. 2014, 14:09

Cinci ça me semble très juste. Les évangélistes disent que Satan est entré en Judas, il me semble. Le prédicateur parlait aussi de "division".

(par exemple dans le cas du tueur en série Gerard Schaefer, qui a assassiné 34 femmes, tous les professionnels qui l'ont interrogé en prison - journalistes, enquêteurs - disent avoir ressenti physiquement une oppression en sa présence.)

Le côté spirituel du Mal reste à creuser (est-il oublié de nos jours ?)

Re: La méchanceté humaine et la possession

Message par Cinci » jeu. 09 oct. 2014, 14:00

Pour répondre à vos questions, dany571 :

Quelle est la doctrine de l’Eglise, concernant le lien entre la méchanceté humaine et la possession ?
- La doctrine c'est qu'à se complaire dans la malfaisance l'homme ouvre une porte à l'esprit du mal. Il en résulte que le premier devient carrément le jouet du second = ne plus pouvoir être soi-même, ne plus être en possession de soi, ne plus être libre, etc. Pour faire une image : c'est comme l'alcoolique qui s'est abandonné à sa compulsion. Or l'alcoolique n'est plus tout à fait maître de lui. Plutôt, on trouvera que c'est la bouteille qui le contrôle.


Ceux que la Bible appelle « les méchants » sont-ils simplement « humainement méchants » ou sont-ils « possédés »?
- Ils sont sous influence.


Exemples : les juifs qui ont tué Jésus, Hitler, les tueurs en série, etc.
- On parle d'influence de pensées perverses et à quoi il n'est pas interdit non plus de trouver la racine du côté spirituel.




Bref, quelle est la théologie exacte de l'Eglise à ce sujet ?
- La théologie c'est que l'existence du mal induit une division d'avec soi-même pour commencer, une division d'avec Dieu bien entendu et une opposition de chacun contre tous, etc. C'est tel que l'on se retrouve frustré de la paix, la vraie paix, la joie, la cohérence et tout. C'est le conflit permanent.

L'activité spirituelle néfaste de la part d'esprits impurs consiste justement à retirer la paix aux hommes.


p.s. : j'aimerais bien que l'édition ne soit pas modifiée. Merci.

Re: La méchanceté humaine et la possession

Message par Jeremy43 » jeu. 09 oct. 2014, 11:02

Bonjour,

L'homme est mauvais du fait de sa nature déchue, au fond de nous nous avons tous cette violence plus ou moins présente et importante (suivant l'histoire et les décisions de chacun).

Nous avons obligatoirement besoin de Dieu pour être bon car Lui seul est bon.

Une vidéo vraiment bien sur ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=lqNI2dBJOHo

Re: La méchanceté humaine et la possession

Message par dany571 » jeu. 09 oct. 2014, 10:04

En fait, j’ai entendu une homélie sur le texte de Paul : "ce n'est pas contre des adversaires de sang et de chair que nous avons à lutter" (Ep. 6.12), par un prédicateur (professeur de théologie), qui disait que le mal de l’homme est plus qu’humain. D’où ma question sur l’enseignement de l’Eglise. Après, c’est vrai qu’il ne parlait pas de la possession.

Merci.

Re: La méchanceté humaine et la possession

Message par Cepora » mer. 08 oct. 2014, 18:26

Bonjour,

Il semble qu'il n'y ait pas de lien entre la méchanceté comprise dans un sens biblique et la possession démoniaque. Les méchants sont des hommes hostiles à Dieu et coupables (cela demanderait peut-être une définition plus approfondie). En revanche, les cas de possession démoniaque, dont l'Église donne quelques signes caractéristiques permettant de dianostiquer un cas concret, sont d'une tout autre nature.

Bien à vous.

La méchanceté humaine et la possession

Message par dany571 » mer. 08 oct. 2014, 15:19

Bonjour,

Quelle est la doctrine de l’Eglise, concernant le lien entre la méchanceté humaine et la possession ? Ceux que la Bible appelle « les méchants » sont-ils simplement « humainement méchants » ou sont-ils « possédés » ? Exemples : les juifs qui ont tué Jésus, Hitler, les tueurs en série, etc.

Bref, quelle est la théologie exacte de l'Eglise à ce sujet ?

Re: Question sur la possession

Message par Laurent L. » dim. 08 août 2010, 13:58

Merci, Archi, en particulier pour la citation de St Alphonse. :)
Nous parlions de réciter le petit exorcisme de Léon XIII, pas ce genre de praiques qui évidemment nécessitent une certaine habitude, et une vie authentiquement chrétienne, sans quoi le démon aura tôt fait de vous ridiculiser, comme c'est le cas dans le passage que vous mentionnez.
Et peut-être même le discernement avec l'aide de son confesseur.
Sinon, j'imagine bien certaines personnes en quête de sensations attirées par ce rituel (avec moult signes de croix, aspersion d'eau bénite, adjurations) parce que cela leur paraît plus excitant qu'une humble prière adressée à la Sainte Vierge...

A propos, voici une citation de St Louis-Marie Grignion de Montfort sur le rosaire :

84. Cette vie est une guerre et une tentation continuelles; nous n'avons pas à combattre des ennemis de chair et de sang, mais les puissances mêmes de l'enfer. Quelles armes prendrons- nous, pour les combattre, que l'oraison que notre grand Capitaine nous a enseignée, que la Salutation angélique, qui a chassé les démons, détruit le péché et renouvelé le monde, que la méditation de la vie, de la passion de Jésus-Christ, de la pensée de laquelle nous devons nous armer, comme nous ordonne saint Pierre, pour nous défendre des mêmes ennemis qu'il a vaincus et qui nous attaquent tous les jours. "Depuis que le démon, dit le cardinal Hugues, a été vaincu par l'humilité et la passion de Jésus-Christ, il ne se peut quasi attaquer à une âme armée de la méditation de ses mystères ou, s'il l'attaque, il en est vaincu honteusement". "Induite vos armaturam Dei (Eph 6,11).

85. Armez-vous donc de ces armes de Dieu, du saint Rosaire, et vous briserez la tête du démon, et demeurerez stables contre toutes ses tentations. C'est d'où vient que le Rosaire même matériel est si terrible au diable, et que les saints s'en sont servis pour l'enchaîner et le chasser des corps des possédés, comme plusieurs histoires rendent témoignage.

86. Un homme, dit le bienheureux Alain, ayant en vain tenté toutes sortes de pratiques de dévotion pour être délivré du malin esprit qui le possédait, s'avisa de mettre à son col son Rosaire, ce qui le soulagea, et ayant éprouvé que lorsqu'il l'ôtait de son cou, le démon le tourmentait cruellement, résolut de le porter au cou jour et nuit, ce qui chassa le diable pour toujours, ne pouvant supporter une si terrible chaîne. Le bienheureux Alain témoigne qu'il a délivré un grand nombre de possédés, en leur mettant ainsi le Rosaire au cou.

87. Le Révérend Père Jean Amât, de l'ordre de Saint- Dominique, prêchant le Carême dans un lieu de ce royaume d'Aragon, on lui amena une jeune fille possédée du démon; après l'avoir plusieurs fois exorcisée, mais en vain, il lui mit son Rosaire au cou, et aussitôt elle se mit à faire de cris et des hurlements épouvantables, disant: "Otez-moi, ôtez- moi ces grains qui me tourmentent". Enfin le père, par compassion pour la pauvre fille, lui ôta son Rosaire du cou. La nuit suivante, lorsque le Révérend Père était dans son lit à se reposer, les mêmes démons qui possédaient cette fille vinrent à lui, tout écumants de rage, pour se saisir de sa personne; mais avec son Rosaire qu'il tenait fortement à la main, malgré les efforts qu'ils firent pour le lui ôter, il les fouetta admirablement bien et les chassa en disant: "Sainte Marie, Notre-Dame du saint Rosaire, à mon aide!" Lorsque, le lendemain, il allait à l'église, il rencontra cette pauvre fille encore possédée; un des démons qui étaient en elle se mit à dire en se moquant de lui: "Ah! frère, si tu n'avais point eu ton Rosaire, nous t'aurions bien accommodé ". Alors le Révérend Père jette derechef son Rosaire au cou de la fille, disant: "Par les très sacrés noms de Jésus et de Marie, sa sainte Mère, et par la vertu du très saint Rosaire, je vous commande, esprits malins, de sortir de ce corps tout à l'heure"; aussitôt ils furent contraints d'obéir, et elle fut délivrée. Ces histoires nous marquent quelle est la force du saint Rosaire pour vaincre toutes sortes de tentations des démons et toutes sortes de péchés, parce que les grains bénits du Rosaire les mettent en fuite.

Re: Question sur la possession

Message par archi » sam. 07 août 2010, 9:25

Néanmoins, votre réponse me fait m'interroger sur un point :

"Attention, d'après des exorcistes et des canonistes dignes de ce nom, cette interdiction ne s'applique nullement et n'a pas à s'appliquer à des exorcismes récités à titre privé, en vertu de la mission confiée par le Christ à tout baptisé de chasser les démons, et qu'on ne peut aucunement leur interdire."

:arrow: Cette mission n'a-t-elle pas été confiée aux évêques ? (Comme celle de pardonner les péchés, qui y est associée ?)
La référence scripturaire est:
Et voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom ils chasseront les démons, ils parleront en langues nouvelles.
Dans d'autres passages, le même pouvoir est accordé soit aux douze Apôtres, soit encore aux 72...
C'est donc un pouvoir qui appartient en propre au sacerdoce royal des baptisés, et à plus forte raison au sacerdoce ministériel et encore plus à la succession apostolique.

Mais je vois que votre citation répond d'elle-même à votre question ;) :
1673 Quand l’Église demande publiquement et avec autorité, au nom de Jésus-Christ, qu’une personne ou un objet soit protégé contre l’emprise du Malin et soustrait à son empire, on parle d’exorcisme.
L'exorcisme tel qu'il est encadré dans cette citation est donc bien l'exorcisme public, au nom de l'Eglise, et pas l'exorcisme privé. Si vous préférez, on peut parler d'exorcisme d'une part et de prières de délivrance de l'autre, si c'est plus clair, mais quel que soit le vocabulaire choisi, l'idée est la même.
Par ailleurs, les exorcismes ne sont pas exempts de dangers, notamment quand il s'agit d'interpeller les démons en leur demandant leur nom (cf. Ac 19, 13). Il est vrai cependant que ces exorcistes ambulants mentionnés par St Luc étaient juifs et non baptisés. Mais voyez les recommandations prudentes de l'Eglise quant à la nomination des prêtres exorcistes.
Nous parlions de réciter le petit exorcisme de Léon XIII, pas ce genre de praiques qui évidemment nécessitent une certaine habitude, et une vie authentiquement chrétienne, sans quoi le démon aura tôt fait de vous ridiculiser, comme c'est le cas dans le passage que vous mentionnez:
Mais l'esprit mauvais leur répliqua : " Jésus, je le connais, et Paul, je sais qui c'est. Mais vous autres, qui êtes-vous ? "
Et se jetant sur eux, l'homme possédé de l'esprit mauvais les maîtrisa les uns et les autres et les malmena si bien que c'est nus et couverts de blessures qu'ils s'échappèrent de cette maison.
(soit dit en passant, j'ai souvent lu qu'un prêtre exorciste devait prévoir des assistants solides pour éventuellement maîtriser le possédé).

Sinon, deux citations en passant:
En privé il est permis à tous d'adjurer, mais solenellement, cela n'appartient qu'aux ministres constitués de l'Eglise et avec permission expresse de l'évêque. (Praxis, De II pracepto, appendix)
ces démons que la plupart des chrétiens expulsent des énergumènes, et cela sans le secours de vaines pratiques magiques ou d'incantations, par des prières seulement et par de simples adjurations, dont l'homme le moins cultivé est capable. De fait, ce sont des ignorants, le plus souvent, qui font cela. (Contra Celsum, IV)
In Xto,
archi.

Re: Question sur la possession

Message par Laurent L. » sam. 07 août 2010, 1:40

Merci Archi pour ces précisions. J'édite donc mon message. :oops:

Néanmoins, votre réponse me fait m'interroger sur un point :

"Attention, d'après des exorcistes et des canonistes dignes de ce nom, cette interdiction ne s'applique nullement et n'a pas à s'appliquer à des exorcismes récités à titre privé, en vertu de la mission confiée par le Christ à tout baptisé de chasser les démons, et qu'on ne peut aucunement leur interdire."

:arrow: Cette mission n'a-t-elle pas été confiée aux évêques ? (Comme celle de pardonner les péchés, qui y est associée ?)
1673 Quand l’Église demande publiquement et avec autorité, au nom de Jésus-Christ, qu’une personne ou un objet soit protégé contre l’emprise du Malin et soustrait à son empire, on parle d’exorcisme. Jésus l’a pratiqué (cf. Mc 1, 25-26), c’est de lui que l’Église tient le pouvoir et la charge d’exorciser (cf. Mc 3, 15 ; 6, 7. 13 ; 16,17). Sous une forme simple, l’exorcisme est pratiqué lors de la célébration du Baptême. L’exorcisme solennel, appelé " grand exorcisme ", ne peut être pratiqué que par un prêtre et avec la permission de l’évêque. Il faut y procéder avec prudence, en observant strictement les règles établies par l’Église. L’exorcisme vise à expulser les démons ou à libérer de l’emprise démoniaque et cela par l’autorité spirituelle que Jésus a confié à son Église. Très différent est le cas des maladies, surtout psychiques, dont le soin relève de la science médicale. Il est important, donc, de s’assurer, avant de célébrer l’exorcisme, qu’il s’agit d’une présence du Malin, et non pas d’une maladie. (cf. ⇒ CIC, can. 1172).


Can. 1172 - § 1. Personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur les possédés, à moins d'avoir obtenu de l'Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse.

§ 2. Cette permission ne sera accordée par l'Ordinaire du lieu qu'à un prêtre pieux, éclairé, prudent et de vie intègre.
Par ailleurs, les exorcismes ne sont pas exempts de dangers, notamment quand il s'agit d'interpeller les démons en leur demandant leur nom (cf. Ac 19, 13). Il est vrai cependant que ces exorcistes ambulants mentionnés par St Luc étaient juifs et non baptisés. Mais voyez les recommandations prudentes de l'Eglise quant à la nomination des prêtres exorcistes.

Re: Question sur la possession

Message par archi » sam. 31 juil. 2010, 22:42

:!: Il est formellement interdit aux laïcs de réciter le petit exorcisme de Léon XIII !
:arrow:
Attention, d'après des exorcistes et des canonistes dignes de ce nom, cette interdiction ne s'applique nullement et n'a pas à s'appliquer à des exorcismes récités à titre privé, en vertu de la mission confiée par le Christ à tout baptisé de chasser les démons, et qu'on ne peut aucunement leur interdire. L'interdiction ne s'applique qu'à l'exorcisme solennel, prononcé au nom de l'Eglise (et qui suppose évidemment une mission de celle-ci).

L'extrait que vous citez montre bien que ce texte a été émis en réponse à une vague de "réunions de prière" qui s'arrogeaient un caractère d'officialité, bref à des laïcs "jouant" au prêtre (chose qu'on ne voit que trop souvent dans l'Eglise). Ajoutons que l'entête du texte original (qui a bizarrement disparu de certaines traductions) indique qu'il s'agit d'un rappel des normes existantes, et pas d'une interdiction nouvelle.

(Je tiens ma source de l'ouvrage de Mgr Tournyol du Clos, "le combat avancé de l'Eglise", qui aborde en détail cette question. Il ajoute qu'en privé, le Card Ratzinger aurait confirmé l'interprétation que j'expose).

In Xto,
archi.

Re: Question sur la possession

Message par Laurent L. » sam. 31 juil. 2010, 1:19

Cette prière ("petit exorcisme" que peuvent réciter les laïcs, le "grand exorcisme" étant réservé aux cas de possessions démoniaques et ne pouvant être pratiqué que par le prêtre) composée pour mettre le démon en fuite, peut préserver de grands maux la famille et la société si, en particulier, elle est récitée avec ferveur, même par les simples fidèles.
:arrow:
CDF - Lettre aux Ordinaires au sujet des normes sur l'Exorcisme (Epistula Ordinariis locorum missa: in mentem normae vigentes de exorcismis revocantur), 29 septembre 1985
AAS 77 (1985) 1169-1170
Communicationes 18 (1986) 46-47; DocCath 83 (1986) 197 [Gall.]; EV 9, 1614-1617;LE 5143; Dokumenty, II, 14 :
en Portugais sur le site du Vatican : http://www.vatican.va/roman_curia/congr ... sm_po.html.
Excellence,
Depuis quelques années, auprès de certains cercles ecclésiaux, se multiplient les réunions de prière qui visent à obtenir la délivrance de l'influence des démons, même s'il ne s'agit pas là d'exorcismes proprement dits; ces réunions se déroulent sous la direction de laïcs, même si un prêtre est présent.


Puisque l'on a demandé à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi ce qu'il faut penser de ces faits, ce dicastère pense nécessaire de porter à la connaissance de tous les Ordinaires la réponse suivante :


1. Le Canon 1172 du Code de Droit Canonique déclare que personne ne peut légitimement prononcer des exorcismes sur les possédés s'il n'a pas obtenu de l'Ordinaire du lieu une permission particulière et expresse (§ 1), et détermine que cette permission ne doit être accordée par l'Ordinaire du lieu qu'à un Prêtre qui se distingue par sa piété, sa science, sa prudence et l'intégrité de sa vie (§ 2). Les Évêques sont donc instamment priés d'insister sur l'observation de ces prescriptions.


2. De ces prescriptions, il s'ensuit qu'il n'est pas même permis aux fidèles d'employer la formule d'exorcisme contre Satan et contre les anges déchus, qui est tirée de la formule publiée par mandat du Souverain Pontife Léon XIII, et encore moins d'employer le texte intégral de cet exorcisme. Les Evêques doivent en avertir les fidèles si cela est nécessaire.


3. Par ailleurs, pour les mêmes raisons, les Évêques sont priés de veiller à ce que - même dans les cas qui, bien qu'ils excluent une véritable possession diabolique, semblent cependant révéler une certaine influence diabolique - ceux qui n’ont pas le pouvoir nécessaire ne dirigent pas des réunions durant lesquelles on fait usage de prières pour obtenir la délivrance, au cours desquelles les démons sont directement interpellés et où l'on cherche à connaître leur nom.


L'exposé de ces normes ne doit cependant absolument pas détourner les fidèles de prier pour que, comme Jésus nous l'a enseigné, ils soient libérés du mal (cf Mt 6,13). En outre, les pasteurs pourront utiliser l'occasion qui leur est offerte pour rappeler ce qu'enseigne la tradition de l'Eglise en ce qui concerne la fonction propre des Sacrements et de l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, des Anges et des Saints, dans le combat spirituel des chrétiens contre les esprits mauvais. Je saisis cette occasion pour vous assurer de mes sentiments de vive estime et vous redire que je demeure votre très dévoué dans le Seigneur.

JOSEPH Cardinal RATZINGER, préfet.
(Documentation Catholique n° : 1912, 16 février 1986, p.197)

Re: Question sur la possession

Message par Cinci » sam. 24 juil. 2010, 0:37

C'est dans le roman de Bernanos où l'auteur disait que la masse obsédée par la chair était un satan pour elle-même et que le diable regarde cela de loin en rigolant. Il n'a même pas besoin d'intervenir. Le troupeau se destine de lui-même à son lieu de séjour définitif. Non, plutôt le diable se réserverait les grands saints par une sorte de détestation de prédilection.

Tiens :

  • ... O vous qui ne connûtes jamais du monde que
    des couleurs et des sons sans substance, coeurs
    sensibles, bouches lyriques où l'âpre vérité fondrait
    comme une praline - petits coeurs, petites bouches
    - ceci n'est point pour vous. Vos diableries sont à la
    mesure de vos nerfs fragiles, de vos précieuses cer -
    velles, et le satan de votre étrange rituaire n'est que
    votre propre image déformée, car le dévot de l'univers
    charnel est à soi-même Satan. Le monstre vous re -
    garde en riant, mais il n'a pas mis sur vous sa serre.

    Il n'est pas dans vos livres radoteurs, et non plus dans
    vos blasphèmes ni vos ridicules malédictions. Il n'est
    pas dans vos regards avides, dans vos mains perfides,
    dans vos oreilles pleines de vent.

    C'est en vain que vous le cherchez dans la chair plus
    secrète que votre misérable désir traverse sans s'as-
    souvir, et la bouche que vous mordez ne rend qu'un
    sang fade et pâli ... Mais il est cependant ... il est dans
    l'oraison du solitaire, dans son jeûne et sa pénitence,
    au creux de la plus profonde extase, et dans le silence
    du coeur. Il empoisonne l'eau lustrale, il brûle dans la
    cire consacrée, respire dans l'haleine des vierges,
    déchire avec la haire et la discipline, corrompt toute
    voie. On l'a vue mentir sur les lèvres entr'ouvertes pour
    dispenser la parole de vérité, poursuivre le juste, au
    milieu du tonnerre et des éclairs du ravissement béa-
    tifique, jusque dans les bras même de Dieu ...
    Pourquoi disputerait-il tant d'hommes à la terre sur
    laquelle ils rampent comme des bêtes, en attendant
    qu'elle les recouvre demain ? Ce troupeau obscur va
    tout seul à sa destinée ... Sa haine s'est réservé les
    saints.

    - Sous le soleil de Satan, G. Bernanos
[/color]

Re: Question sur la possession

Message par romuald » jeu. 22 juil. 2010, 16:54

c'est dommage que les prêtres européens ne croient pas au diable. moi je suis camerounais et je peut vous confirmer que satan existe bel et bien.dites à vos prêtres de faire un petit tour par l'Afrique un de ces jours; je vous promet qu'ils verront de toutes les couleurs. il y a un prêtre français ici. il appartient à la communauté de saint Jean.lorsqu'il venait d'arriver ici, il ne croyait pas en la sorcellerie. mais quand on lui a montré que la sorcellerie existe il a "perdu sa langue". la semaine surpassée on a même montré à canal 2 (chaine de télévision camerounais) un homme agé qui a été enfermé dans un boite de mayonnaise. je dis bien qu'on l'a filmé dans la boite de mayonnaise . et il disait qu'il a été envoyé par quelqu'un pour faire la sorcellerie sur elle. satan existe bel et bien. dites à vos prêtres de faire un tour par l'afrique. je vous promet qu'une fois rentré en europe, il deviendrons de très grand saints, tant ce qu'ils verront ravivera leur foi.

Haut