Un ami sans morale

Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Un ami sans morale

Re: Un ami sans morale

Message par zelie » lun. 17 avr. 2017, 18:22

Bravo!!!!!!!!!
:ola: :ola: :ola: :ola: :exub: :exub: :exub: :exub: :exub: :exub: :exub: :exub: :exub: :exub:
Voilà! Maintenant prenez soin de vous, tombez amoureuse d'un garçon moins magnétique mais autrement plus gentil (nan je blague!) et allez au concert, excellente idée!

Re: Un ami sans morale

Message par Cœuretbonheur » dim. 16 avr. 2017, 20:21

Je me suis éloignée de lui ça y est ! Il continue sa sérénade, pourtant peu habitué a courtiser plus de 20 minutes... Donc bon, je me blinde émotionnellement en me gavant de chocolat et en me préparant pour mon concert ( auquel il compte assister... )

Re: Un ami sans morale

Message par zelie » dim. 16 avr. 2017, 17:29

Cher Jérémy43,
Je me suis peut-être mal faite comprendre? ET au passage je remercie vivement Cinci et Cendrine d'avoir pris le relais.
La réalité de l'humilité peut aussi se trouver chez les riches, -mais il ne me semblait pas l'exclure quand j'ai tenu ces propos-. Je pensais juste souligner que le chemin spirituel est souvent d'autant moins linéaire qu'il est encombré, et qu'il faut bien se garder de juger sur les apparences surtout lorsqu'on est jeune et inexpérimenté.
Le fait est que celui qui ne peut se raccrocher qu'à Dieu seul et à absolument rien d'autre dans sa vie est celui qui a moult soucis (dont vous exonère l'aisance sociale), et pas puissance financière/sociale pour en sortir.
Les exemples sont nombreux: la maman seule qui ne peut payer des études à ses enfants, le cancéreux qui ne pourra payer son traitement que s'il vend sa maison, le bas salaire qui porte les mêmes vêtements depuis 15 ans (ce qui n'empêche nullement la propreté, la piété et la culture!!), la veuve qui ne peut plus garder sa maison, le retraité qui devient SDF, le gamin de 16 ans homosexuel qui dort dans les gares parce que son père l'a jeté dehors, ou l'étudiant homo aussi qui n'avouera jamais rien à son père et qui prie pour réussir ses études et pouvoir être autonome tellement il a peur de finir comme le précédent, etc. La pauvreté ne veut pas forcément dire "cas social et psychiatrique", avec suivi des services sociaux spectaculaire et médiatique. On est beaucoup, beaucoup de pauvres en France.

Pour clarifier mon propos; par exemple dans un divorce, si Monsieur est notaire ou ingénieur, il a des chances de bien rebondir et de passer à autre chose qu'au chagrin et à la prière, car sa perte de train de vie ne sera que transitoire, tout simplement parce que son salaire lui permettra de se "refaire" au moins convenablement; mais si Madame est infirmière ou secrétaire, et se coltine les 4 enfants, je peux vous assurer qu'il ne lui restera que les yeux pour pleurer. Oui, je sais, ne généralisons pas! Mais je connais beaucoup d'hommes qui depuis leur divorce vivent dans leur voiture en le cachant à leurs enfants adultes, et pour lesquels le divorce n'a pas été qu'un drame familial, mais aussi un drame social. Et pourtant ces hommes ont été des ouvriers valeureux et courageux, qui ont travaillé depuis leur 16 ans sans compter leurs heures!

ET même en allant chercher jusqu'au plus pauvres et plus sales de la planète: un jour, j'ai lu dans un article que Jésus, en réponse à une âme privilégiée qui l'interrogeait sur la sainteté, lui a cité l'exemple d'une femme, une de nos contemporaines, Chinoise ou Coréenne, je ne sais plus, chrétienne parce qu'elle avait entendu un prêtre parler de catholicisme; cette femme travaillait tous les jours de sa vie dans un champ qui n'était pas le sien, de l'aube à la tombée du jour, sans jour de repos. Elle a néanmoins, tout en travaillant, prié un chapelet chaque jour de sa vie, scrupuleusement, sans sauter un jour, vivant le peu d'enseignement de cette rencontre dans le silence le plus total, mettant en pratique que le peu des dix commandements qu'elle avait compris et sans avoir assisté à une seule messe de sa vie. Oui, certes, cette femme ne pouvait être que sale, illettrée, limitée et édentée. Mais comment pensez-vous qu'une telle femme a été accueillie au Ciel après sa mort?

Re: Un ami sans morale

Message par Cinci » dim. 16 avr. 2017, 14:57

Merci Cendrine.

Jérémy43 :
... la richesse permet le développement de l'âme [...] il n'y a aucun doute sur le fait que les personnes dans le second cas [les riches] sont bien plus proches du Royaume des Cieux
On nous aura changé les Évangiles.

Re: Un ami sans morale

Message par Cendrine » dim. 16 avr. 2017, 11:03

Bonjour,

Jeremy43, autrement dit pour être un bon pauvre il faudrait d'abord être riche et, dans sa grandeur d'âme, décider de suivre le chemin de la pauvreté ?

De quelle pauvreté parlons-nous ? La beauté et le bien peuvent aussi s'exprimer dans la plus grande simplicité, dans une maison petite et humble. J'ai remarqué que souvent la plus grande pauvreté et laideur émanent d'une certaine conception de la richesse terrestre. Je ne vois pas en quoi avoir accès à une abondance de biens culturels et matériels mondains est le garant d'une haute moralité.

J'ai un cousin catholique qui déclame parfois que "le peuple pue", sa grandeur d'âme me laisse pantoise. Il sera l'un des plus illustres pauvres du monde tant sa richesse actuelle et son confort bourgeois sont admirablement spirituels. Trêve d'ironie, je lui donne raison, à ceci près que le peuple ne pue que lorsqu'il veut se hausser à la hauteur de la bourgeoisie qui le conspue comme vous le faites. Restez à votre place de bon riche content et laissez les pauvres être pauvres humblement.

Dans ce monde en voie de perdition, qui sait encore se soucier comme d'une guigne de biens matériels superflus ? La pauvreté de tous n'est-elle pas avant tout spirituelle, qui nous empêche de savoir rester à notre place ? En traitant les pauvres avec mépris on les tire vers le bas, en oubliant de les imiter en n'ayant que Dieu et le nécessaire on se tire soi-même vers le bas. Savoir rester à sa place, c'est trop demander à un croyant, riche ou pauvre de nos jours ?

Il ne faut pas éradiquer la pauvreté, mais la misère, intellectuelle et matérielle, dans toutes les classes de la société, ou ce qu'il en reste.

Belle journée de Pâques à vous.

Re: Un ami sans morale

Message par Jeremy43 » dim. 16 avr. 2017, 10:10

Bonjour,
Les toutes petites gens, avec leurs manières frustes, leur langage pauvre et leur habits délavés n'ont que Dieu à qui se raccrocher ici-bas, et souvent, malgré leur prime abord vulgaire et rebutant, ils recèlent leur part de simplicité et d'acceptation face à la vie, et ce sont de grands maître de vie justement pour cela. Les gens qui ont tout, à commencer par la beauté et la force, suivis par l'aisance et la culture, ont mille choses dans leur vie, mille plaisirs immédiats, mille projets fabuleux, mille compliments, mille yeux qui les regardent admiratifs, mille félicitations, mille caresses et mille réconforts. Dieu n'est plus qu'un parmi dix mille autres composants de leur vie, et en plus un composant lointain, qui se tait. Alors ils ont tôt fait de l'oublier, car tout les appelle constamment ailleurs, sans même se rendre compte qu'ils lui doivent tout. Car de la même façon qu'on a rien fait pour mériter de naître en France plutôt qu'en Corée du Nord, on n'a rien mérité de ce qui fait notre vie, notre santé, notre force, notre intelligence, notre milieu pépère.
Vous présentez un tableau tellement idyllique de la pauvreté zelie, ça donnerait presque envie de naître pauvre !

La vérité est évidemment tout à fait différente, la pauvreté concentre les vices et la maltraitance là où la richesse permet le développement de l'âme, ce sont deux mondes totalement différents et il n'y a aucun doute sur le fait que les personnes dans le second cas sont bien plus proches du Royaume des Cieux que les premières qui elles sont en enfer ou toutes prêtes d'y tomber.

A moins bien sûr que passer ses journées au bar à boire du pastis vaille, pour l'âme humaine, le fait de s'instruire ou d'assister à des pièces de théâtre...

La pauvreté subie n'a rien à voir avec la pauvreté choisie.

Re: Un ami sans morale

Message par Barnabé » sam. 15 avr. 2017, 13:24

Je l'ignore mais je trouverais ca tres dommage qu'il continue à péchér ( ce qu'il va faire ) surtout que des sentiments commencent à germer... Si Dieu fait tout pour nous éloigner du péché, pourquoi avoir placé en moi de tels sentiments pour ce garçon ?
Rien ne dit que Dieu est à l'origine des sentiments que vous avez pour ce garçon. Le diable s'efforce en permanence d'implanter en nous des sentiments mauvais et bien souvent il y parvient.

Nous vivons dans une société qui glorifie les sentiments amoureux. Cela devrait suffire à nous les rendre suspects puisque cette société n'est pas exactement chrétienne.

Attention à ne pas confondre les "sentiments amoureux" et l'amour chrétien ou plus exactement la charité. La charité est une vertu, tandis que le sentiment amoureux est accessible à tout le monde, même aux plus ignobles des salopards (Staline, Marc Dutroux ou Salah Abdeslam ont certainement été amoureux...)

Méfiance donc !

Re: Un ami sans morale

Message par Galilée » ven. 14 avr. 2017, 22:28

Il a tout l'air d'être un pervers narcissique ce garçon, avec son désir :
il a abordé le sujet des péchés capitaux en me confiant qu'il avait pour but de se rapprocher au maximum des quatre qui le rongent pour voir la limite et ce que le vice peut apporter à une vie... :incertain: :-@ Quelle idée ! Les péchés en question sont l'orgueil ( le plus prédominant ), la luxure, la jalousie et l'avarice ( avarice de pouvoir ) ... Et pendant ce temps là je me retrouve totalement béate devant ses propos abjects, dégoûtée mais fascinée par sa vision des choses, avec cette envie de découvrir toujours plus :s
Le net regorge de personne brisée pour avoir croisé la route de ce genre de personne. Ils captent des personnes qui ont le syndrome de l'infirmière, envie de tout réparer, soigner, cajoler, mais ils les laisse dans un état après... Et en plus il dit à quelle sauce il va te manger... il a déjà prévenu qu'il ne ressentait rien. Le reste c'est de la sérénade.

Le coup du "c'est différent avec toi" j'ai envie de rire, il a déjà fait le coup aux autres il voit que ça marche, sauf que ce qui est pas drôle c'est quand la proie plonge dedans.
Ça me fait de la peine parce que là je sens que ça va faire mal.

Re: Un ami sans morale

Message par zelie » ven. 14 avr. 2017, 10:42

:fish2:

Re: Un ami sans morale

Message par Voyageur » ven. 14 avr. 2017, 9:40

Tout de même, Coeuretbonheur, nous n'avons fait que statuer sur ce que vous nous avez révélé. Vous êtes donc tout à fait consciente du grand danger de cette relation pour votre équilibre intime. Votre âme vous ordonne d'éviter ce péril, écoutez-la, c'est votre meilleur conseillère.

Lorsqu'il aura introduit le doute dans votre force de conviction et qu'il vous aura dérobé votre vertu, que pensez-vous qu'il se passera ?

Re: Un ami sans morale

Message par zelie » ven. 14 avr. 2017, 9:00

Vous m'enlevez les mots de la bouche... Son choix semble nettement fait, mais son âme vaut plus que notre vie même...

Pour la jeune fille qui nous écrit:
je pense que votre jeune âge vous pousse à penser ainsi, comme écrit et repris ci-dessus. Il est évident qu'après vous avoir faite avoir durement quelques fois, vous penserez tout autrement.
Vous confondez prudence et charité. Oui, il est bon d'être charitable. Non, jamais aucune charité ne vous demandera d'aller jusqu'à l'imprudence, ou jusqu'à payer de votre personne sexuellement ou amoureusement pour tirer quelqu'un d'un système de tout plaisir (ce serait un bel échec). Relisez ce qu'on vous a tous écrit jusqu'à aujourd'hui, tout est dedans, comme votre obstination dans la naïveté. Mais réalisez-vous que même une naïveté peut être coupable, à force d'obstination? Si votre maman ou quelqu'un de moralement élevé pour vous vous demandait de lui obéir parce qu'il sait ce qui est le mieux pour vous, de lui faire confiance pour voir le danger là où vous ne pouvez pas le voir à cause de votre inexpérience de la vie, ne lui obéiriez-vous pas? Peut-être que non, car de nos jours "obéir" est confondu avec "se soumettre", alors qu'il est plus proche de "être protégé par quelqu'un qui vous aime vraiment" quand ce mot est bien compris. Voilà, votre conscience, votre ange gardien vous suggère tout ce qu'un adulte vous dirait, tout ce que nous vous avons dit ici à tour de rôle, en finissant par nous répéter. A vous de voir.

Qu'il vienne à la messe ou ailleurs pour vous amadouer, c'est son problème, pas le vôtre. On peut prier de toutes ses forces pour quelqu'un même à l'autre bout du monde, mais jamais, pour prier pour quelqu'un, on a besoin de le cotoyer s'il en va de notre intégrité. Lisez Padre Pio, à ce sujet il est surprenant, il priait des fois malgré lui pour des âmes inconnues de l'autre bout de la terre, et toujours, selon lui, Jésus l'exauçait.
Vous assistez ni plus ni moins à une âme envahie par tout un tas de choses (si on peut le dire ainsi) qui se débat pitoyablement entre son âme et son tentateur, et qui ne veut pas vraiment guérir. Si une âme envahie veut guérir, vous retrouverez toujours en elle, même atténué, ce que l'on retrouve chez quelqu'un comme Saint Augustin ou le Père de Foucauld (lisez leur vie). Si une âme dit "je veux guérir, je me cherche, je viens à la messe" et dès qu'elle en est sortie se replonge de plus belle dans sa bêtise, c'est à Judas qu'elle va finir par ressembler. Encore une fois: fuyez-la et priez pour elle ensuite autant que vous le voulez. Mais sans aller vous y refrotter!

Mais au delà de toute cette gabegie d'allers et de retours, souvenez-vous: vous êtes en pleine tentation, mais même au coeur du plus grand désintérêt pour la prière, de la plus grande tentation, on peut encore dire, même aridement: "Seigneur, sauve-moi, éloigne le danger de moi, serre-moi contre ton Coeur". Vous pouvez faire cela, le faire et le faire encore. Jésus vous entendra à la seconde où vous le direz, n'en doutez pas, même si apparemment rien ne se passe. Vous verrez dans le temps que si, quelque chose s'est passé.
Allez aux messes de Pâques, profitez de ce week-end de prières.

Que les Toutes-Puissances de Grâces du Précieux Sang de Jésus forment un bouclier de Protection, de Lumière et de Paix autour de votre âme, de votre famille, de vos amis et de votre région.
Que Dieu vous bénisse et vous garde!

Re: Un ami sans morale

Message par Milla » ven. 14 avr. 2017, 6:09

Bonjour Coeuretbonheur,

Au tout début de ce fil, vous vous demandiez si ce ne serait pas "un péché de ne pas aider quelqu'un qui en a besoin". C'est une question légitime et intéressante. Vouloir du bien à quelqu'un, désirer son salut, cela me semble bon. Mais, concrètement, se pose la question des moyens. Votre ami vous voit béate devant ses propos douteux, fascinée et curieuse, sensible à ses flatteries. Est-ce une bonne chose ? Est-ce que cela l'aide et lui fait du bien, à lui ? Et à vous ?

"Si tu vois quelqu'un tomber à l'eau et que tu peux le secourir, tends-lui ton bâton et tire-le. Mais si tu ne peux pas le tirer, laisse-lui ton bâton. Si tu lui donnes la main et que tu ne puisse le tirer, c'est lui qui te tirera au fond et vous mourrez tous les deux." (Un Ancien cité par Jean-Claude Larchet dans Saint Silouane de l'Athos)

Re: Un ami sans morale

Message par Voyageur » jeu. 13 avr. 2017, 23:57

Et pourtant ! Malgré ses paroles malsaines, il se montre si tendre et me trouve " différente " par mon envie de donner rédemption à tout le monde et dit vouloir me faire découvrir sa vision du monde qui l'empêcherait de souffrir.... Dit comme ça, qui ne succomberait pas quand un garçon si " méchant " se révèle être si doux et sensible, soucieux de l'autre et acceptant meme de venir à une messe !
En fait, qu'est-ce que vous attendez des intervenants de ce forum ? Votre choix semble déjà posé.

Re: Un ami sans morale

Message par Cœuretbonheur » jeu. 13 avr. 2017, 20:09

Et pourtant ! Malgré ses paroles malsaines, il se montre si tendre et me trouve " différente " par mon envie de donner rédemption à tout le monde et dit vouloir me faire découvrir sa vision du monde qui l'empêcherait de souffrir.... Dit comme ça, qui ne succomberait pas quand un garçon si " méchant " se révèle être si doux et sensible, soucieux de l'autre et acceptant meme de venir à une messe !

Re: Un ami sans morale

Message par zelie » jeu. 13 avr. 2017, 11:58

la limite et ce que le vice peut apporter à une vie... :incertain: :-@ Quelle idée ! Les péchés en question sont l'orgueil ( le plus prédominant ), la luxure, la jalousie et l'avarice ( avarice de pouvoir ) ... Et pendant ce temps là je me retrouve totalement béate devant ses propos abjects, dégoûtée mais fascinée par sa vision des choses, avec cette envie de découvrir toujours plus :s
Alouette, je te plumerai... Si vous connaissez la chanson, vous aurez compris que la pauvre alouette y laisse toutes ses plumes, pas que quelques unes.
Premier point : Regardez son âme, elle vous dégoûtera au plus haut point. Ne regardez pas l'emballage, c'est l'arme de Satan. Encore une fois, imaginez-le moche et sans charme, mal fagoté ou tout ce que vous pouvez imaginer, resteriez-vous une seconde à coté de quelqu'un de non-séduisant et en plus qui tient son discours? Nan. Voilà, vous avez fait abstraction de son charme physique et/ou social et la réponse est claire. Fuyez-le sans attendre malgré toute l'attirance qu'il vous inspire, ce n'est pas votre ami, celui qui l'anime est votre ennemi déclaré.

Deuxième point: maman ou papa ne vous ont jamais dit qu'on ne discute pas avec le diable, c'est à dire avec une personne douée pour la manipulation, la mauvaise foi, pleine de charme de part son éloquence et ses mots parfois, mais qui petit à petit, à force d'arguments et de mais et de si vous amène (des fois en vous fascinant) à faire ce que vous ne vouliez pas faire et à penser ce que vous ne vouliez pas penser? Ces gens-là sont à fuir immédiatement. Relire Axou et voir le résumé d'une catéchèse du Pape François qui dit en quelques mots bien mieux que moi ce qu'il en est :
http://fr.radiovaticana.va/news/2017/02 ... B_/1291754

Troisième point, qui saute aux yeux et qu'Axou a bien pointé et développé: vous êtes une jeune fille sage, propre sur elle comme on dit, et chrétienne. Donc un challenge pour lui, et vous attirez d'autant plus la lubricité qui règne en lui. Mais ne vous y trompez surtout pas; ce n'est pas de l'amour, ni non plus la moindre once de tendresse ou de tendre amitié qui l'anime envers vous, c'est une haine sourde, et néanmoins féroce, de celui qui cherche à pimenter son jeu malsain. Je ne serais pas étonnée si d'aventure il arrivait à ses fins, (coucher avec vous), que rapidement il profite de la moindre anicroche ou retour de situation entre vous pour balancer des trucs sur vous sur les réseaux, médisance ou autre, chose humiliante, truc de ce type. Fuyez-le.

Vous êtes tentée à un point qu'au lieu de fuir et de reprendre vos esprits vous n'avez envie que de tomber. Offrez ce non-repentir (appelez-le comme vous voulez) à Jésus et demandez-lui de l'aide. Vous n'avez pas envie de prier pour ça, tout vous en détourne et vous le fait oublier, vous sentez que le moindre mot de prière est d'une aridité ou d'une apathie rebutantes. Ce n'est pas grave, c'est dans l'adversité que nos prières ont le plus de valeur, Jésus le sait, il n'est pas Père pour rien!
C'est facile, faites ainsi : déposez tout ce qui vous préoccupe à ses pieds, offrez-lui toutes vos chutes, vos non regrets, votre tentation. Dites-lui que vous n'arrivez pas à résister, que vous êtes à bout de forces. Confiez-lui tout de votre désir de ce garçon, de vos chutes, de votre sentiment pour lui. Demandez-lui de vous aider, de vous porter, de vous détourner de lui , de faire que quelque chose vous coupe de ce garçon. Un très gentil prêtre avait l'habitude de dire "ce qui te préoccupe, Dieu s'en occupe!"
Ensuite passez à autre chose et ne voyez plus ce garçon. Exactement comme l'adage: "Aide-toi, le Ciel t'aidera!". Faites votre part dans cette affaire: il vous appartient de faire tout ce qui est en votre pouvoir pour mettre de la distance spatiale et temporelle entre vous et ce garçon. Evitez-le, rencontrez d'autres personnes, partez quelques jours loin de lui. L'amourette ça dure 4 à 6 semaines. Ne le voyez plus pendant un temps, je vous garantis que quand vous le reverrez, le charme sera rompu et vous le trouverez tout à coup bien has been et bien terne.
Dès que vous avez 3 secondes, priez, un prière courte suffit. Si vous arrivez à faire mieux, faites-le, et demandez autour de vous que l'on prie pour vous; copines, prêtre, famille, forum, site de congrégations qui prient pour toutes les intentions que l'on y dépose, gratuitement. Ne restez pas seule dans une telle bataille spirituelle, car il semble que vous avez affaire à forte partie; pas de lui, pauvre nigaud qui ne sait de qui il est le pantin, mais du marionnettiste qui le pousse à agir ainsi et qui croyez-moi n'est l'ami de personne.

Si vous y arrivez, réfugiez-vous dans le Rosaire, quand bien même ce ne serait qu'une dizaine de chapelet par semaine, peu importe, il faut privilégier la qualité sur la quantité. Allez aux célébrations de Paques, vous trouverez une grande force dans la participation à l'Eucharistie.

Sur ce forum, je lance un appel à une union de prières pour vous à tous ceux qui nous liront et qui voudront bien nous rejoindre dans une prière commune durant de week-end Pascal, pour cette intention et d'autres bien sûr.

Que le Précieux-Sang de Jésus vous bénisse et vous garde, et qu'Il garde étroitement votre jeune âme serrée contre ses Saintes Plaies*.



*Prière des Soeurs de la Visitation Sainte Marie de Chambéry:
"Jésus, pardon et miséricorde, par les mérites de vos Saintes Plaies!" Prière à dire souvent, dès que les ennuis s'annoncent.
Votre prêtre doit en connaître et peut vous en apprendre!

Haut