Carême et pratique du jeûne

Règles du forum
Forum d'échange entre chrétiens sur la façon de vivre l'Évangile au quotidien, dans chacun des domaines de l'existence

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Carême et pratique du jeûne

Re: Carême et pratique du jeûne

Message par WSlotus » dim. 05 mars 2017, 19:47

Merci beaucoup pour cet réponse !!!! :wow:
Pour le poisson c'est accepter et pour l'eau aussi du moment que ce n'est pas en excès .

Re: Carême : jeûne et alimentation

Message par Suliko » sam. 04 mars 2017, 20:59

Cet "abandon" du jeûne est surprenant dans l'église catholique qui était réputée pour ses pratiques d'ascèse en d'autres temps.
Cet abandon s'est hélas fait très graduellement. On est passé d'une église latine qui commandait à ses fidèles :
1) En matière de jeûne, de ne prendre qu'un repas par jour, le soir, étant entendu que l'eau (et toute boisson) rompait le jeûne (donc, rien de rien dans l'estomac jusqu'au soir !)
2) En matière d'abstinence : pas de viande, ni de produits d'origine animale (lait, beurre, yaourt, fromage, etc...) (j'ai un doute pour le poisson, qui est interdit chez les orthodoxes. Quant à l'huile, je ne sais pas si elle était totalement interdite, ou seulement en semaine, comme chez les orthodoxes, mais dans tous les cas, on en consommait très peu en carême.)

... au délaissement progressif de toutes ces pratiques ascétiques. Déjà saint Thomas, dans la Somme théologique, estime que l'eau ne rompt pas le jeûne et, si mes souvenirs sont bons, qu'il faut jeûne jusqu'à none (15H00). Mais progressivement, de none, on est passé à un jeûne seulement jusqu'à midi. De plus, depuis déjà bien longtemps, une collation est admise en plus du repas principal. Quant aux produits laitiers, ils ont été autorisés il y a déjà plusieurs siècles, je crois (Dom Guéranger nous explique que la coutume en France a tenu bon jusqu'au 17ème siècle, pour finir par relâcher l'austérité du carême.) Et à présent, il n'y a tout simplement plus de carême du tout, soyons honnêtes ! Je me suis toujours demandée avec une grande perplexité et une certaine tristesse pourquoi l'Eglise latine a cédé peu à peu au relâchement ambiant. Le résultat, c'est que tandis que les orthodoxes et gréco-catholiques ont quatre solides et ascétiques carêmes par an, nous n'avons plus rien. (Et même si les orthodoxes ne jeûnent pas tous strictement -cela dépend des milieux et des pays - au moins, ils peuvent facilement se renseigner sur les pratiques de carême, car le clergé et les monastères maintiennent les règles traditionnelles, tandis que chez nous, le carême se perd, ou du moins se relâche, même chez les traditionalistes et peu de monde connaît bien les règles en matière de jeûne et d'abstinence.) Ce qui est frappant, c'est de voir à quel point la liturgie traditionnelle du carême tourne autour du jeûne et de l'abstinence ! Nombre d'oraisons parlent du jeûne des fidèles, de l'ascèse, etc...C'est pourquoi j'estime pouvoir légitimement conclure en affirmant qu'un carême sans jeûne et abstinence n'est pas un vrai carême ! Si cela vous intéresse, lisez, dans l'Année liturgique de Dom Guéranger, la partie sur le temps du Carême : l'auteur incite avec justesse les fidèles à revenir aux pratiques traditionnelles du jeûne ascétique, et je ne peux qu'être parfaitement d'accord avec sa louable initiative ! Tout comme le Christ a jeûné 40 jours dans le désert, c'est le moindre de nos devoirs religieux que de chercher faiblement à imiter cette sainte pratique.

Re: Carême et pratique du jeûne

Message par WSlotus » ven. 03 mars 2017, 11:14

Bonjour,

Je suis désolé mais je n'ai pas vraiment compris au point de vue de la nutrition (ma privation) . En faite c'est tous les mercredi et vendredi du careme qu'on ne mange ni viande ni poisson mais des aliments maigre( potage ,légume...) sans fruit. Mais 1 seul fois dans journée avec de l'eau en moderation . Et les autres jours de la semaines on mange comme d'habitude ? :exclamation:

Re: Carême et pratique du jeûne

Message par axou » jeu. 02 mars 2017, 21:10

Est ce que c est correct?
En fait aujourd'hui dans l'Eglise, il n'y a pas de jeûne imposé, il y a juste demande de jeûne (total ou au pain et à l'eau) pour le mercredi des Cendres et le vendredi saint.

Pour les 40 jours de carême, il nous est demandé de nous priver de quelque chose qui compte pour nous, une chose que nous choisissons nous mêmes. Alimentaire ou autre....Le pape Jean Paul 2 nous recommandait de jeûner de télévision, le pape François ,nous recommande de jeûner d'internet..Un prêtre recommandait de jeûner de racontars et autres médisances.. ("tout ce qui ne peut pas être dit DEVANT le frère dont on parle est péché !")

J'ai décidé de faire un carême strictement végétarien, sans viande ni poisson (tendance que j'ai dans ma vie de tous les jours mais non stricte).
Je me pose la question de jeûner de journaux mais dur dur pendant la campagne présidentielle !!!
ça ce sera un vrai jeûne ! (pas encore pris la décision)

Je vais faire le carême écologique proposé par les "Chrétiens Unis pour la Terre" :

http://www.caremepourlaterre.org/
http://www.lavie.fr/spiritualite/dix-pr ... 702_22.php


Bien à vous,

Axou

Re: Carême et pratique du jeûne

Message par Jeune2017 » mer. 01 mars 2017, 0:32

Bonjour je suis catholique non pratiquante. Je crois en dieu je vais quelque fois à l'église. Cette année j'aimerais beaucoup jeûner mais ne sait pas trop comment procéder.

Je ne sais pas si ont à droit à la viande tout au long des 40 jours? Pouvez vois m'en dire plus sur les repas? Pour ce qui est des prières et des méditations je pense m'en sortir. Merci beaucoup de vos réponses

Re: Carême et pratique du jeûne

Message par carmela » lun. 27 févr. 2017, 19:59

Est ce que c est correct?

Re: Careme:jeune obligatoire

Message par carmela » dim. 26 févr. 2017, 19:45

Et bien je pensais manger qd meme le midi mais sobrement.un potage,un peu de riz et un morceau de pain.
J ai tendance a faire de l hypoglycemie,j aurais peur de me trouver mal.

Re: Careme:jeune obligatoire

Message par Théodore » dim. 26 févr. 2017, 19:39

Bonjour,
Par "jeûne" l'Eglise entend au minimum : un repas dans la journée, plus deux collations (genre un peu de pain) dont la somme ne doit pas excéder la quantité du repas.
Par "abstinence" elle désigne le fait de ne manger aucune viande.
Le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint, tous les fidèles à partir de 14 ans sont tenus par l'Eglise de faire jeûne et abstinence.

Après il y a évidemment des exceptions. Les travaux très physiques où il serait dangereux d'observer même le jeûne minimal fixé par l'Eglise en font partie. Auquel cas c'est à vous de discerner votre situation, et de voir comment vous pouvez adapter votre pénitence pour tout de même vivre le Mercredi des Cendres dans un esprit de pénitence.

Careme:jeune obligatoire

Message par carmela » dim. 26 févr. 2017, 19:32

Bonjour,


Le careme arrive et je crois savoir que le mercredi des cendres et le vendredi Saint,il faut jeuner.
Je crois que c est un repas par jour et certains aliments interdit.
Seulement voila,je fais un travail physique,et je me vois pas du tout faire ma journee sans rien dans le ventre.
Est ce que dans certains cas le jour de jeune obligatoire peut etre assouplie?

Re: Carême et pratique du jeûne

Message par James » ven. 27 janv. 2017, 23:27


Cependant, il s'agit de ne pas confondre jeûner et manger maigre : ce sont deux choses très différentes! Concrètement, l'Église ne commande absolument plus de jeûner à notre époque, faisant ainsi que beaucoup de chrétiens tombent dans un travers symptomatique du faible degré de pratique religieuse sous nos latitudes : ils s'imaginent notamment par une mauvaise compréhension d'Isaïe 58 que le jeûne au sens strict du terme n'a aucune valeur, ou du moins est négligeable.

Cet "abandon" du jeûne est surprenant dans l'église catholique qui était réputée pour ses pratiques d'ascèse en d'autres temps. Je me souviens d'avoir lu le livre de Lanza Del vasto, "Pèlerinage aux sources", qui était aller redécouvrir l'abstinence et le jeûne en Inde auprès du Mahatma Gandhi.

La société de consommation a finit par diluer les pratiques cultuelles dans un consumérisme accepté par tout le monde jusqu'à rendre étrange des pratiques aussi bénéfiques que le jeûne ou le carême, en tout cas pour ce que je vois autour de moi.
Je ne sais pas si vous avez remarqué la chose suivante mais il est socialement accepté de jeûner pour des raisons esthétiques - comme par exemple lorsqu'une fille déclare vouloir sauter un repas parce qu'elle fait un régime minceur - alors que lorsqu'on se dit catholique - ce qui est déjà un gros point noir en France - et qu'on affirme jeûner vis-à-vis de notre Foi, on est généralement vu comme un extrémiste sectaire.

Je parle en connaissance de cause...

On peut aussi se demander s'il n'est pas plus socialement accepté d'être musulman et de faire le ramadan (vu la manière dont tous les médias en dont la promotion chaque année) que d'être catholique et de faire le Carême (vu le silence assourdissant et l'ignorance généralisée sur le sujet).

Re: Carême : jeûne et alimentation

Message par Ciryl » mer. 04 janv. 2017, 9:41


Cependant, il s'agit de ne pas confondre jeûner et manger maigre : ce sont deux choses très différentes! Concrètement, l'Église ne commande absolument plus de jeûner à notre époque, faisant ainsi que beaucoup de chrétiens tombent dans un travers symptomatique du faible degré de pratique religieuse sous nos latitudes : ils s'imaginent notamment par une mauvaise compréhension d'Isaïe 58 que le jeûne au sens strict du terme n'a aucune valeur, ou du moins est négligeable.

Cet "abandon" du jeûne est surprenant dans l'église catholique qui était réputée pour ses pratiques d'ascèse en d'autres temps. Je me souviens d'avoir lu le livre de Lanza Del vasto, "Pèlerinage aux sources", qui était aller redécouvrir l'abstinence et le jeûne en Inde auprès du Mahatma Gandhi.

La société de consommation a finit par diluer les pratiques cultuelles dans un consumérisme accepté par tout le monde jusqu'à rendre étrange des pratiques aussi bénéfiques que le jeûne ou le carême, en tout cas pour ce que je vois autour de moi.

Re: Carême : jeûne et alimentation

Message par James » lun. 29 févr. 2016, 20:56

Maintenant que j'ai un peu plus de temps, je vais compléter mon intervention précédente dans laquelle je précisais la manière dont je pratique le Carême. Le Carême a ceci d'unique (à ma connaissance tout du moins) qu'il dispose d'une double discipline :
  • - La discipline commune est ce que l'Église Catholique prescrit de faire depuis Vatican II, c'est à dire manger maigre les Mercredi des Cendres et Vendredi Saint.
  • - La discipline individuelle va consister en la privation de plaisir ou d'habitude "qui coûte" dans notre quotidien.
Si avec le temps la discipline commune s'est réduite à peau de chagrin en passant de toutes les restrictions étalées sur 40 jours à 2 petits jours somme toute très semblables aux autres jours de l'année, c'est à mon sens dans la discipline individuelle que le Carême prend tout son sens et rentre en cohérence avec les Écritures : les sacrifices de pénitence (dont le jeûne) sont faits à hauteur de la Foi et des forces de chacun selon sa situation et avec le secret que l'on y met (respectant à la fois Isaie 58:1+ et Matthieu 6:16+).

Cependant, il s'agit de ne pas confondre jeûner et manger maigre : ce sont deux choses très différentes! Concrètement, l'Église ne commande absolument plus de jeûner à notre époque, faisant ainsi que beaucoup de chrétiens tombent dans un travers symptomatique du faible degré de pratique religieuse sous nos latitudes : ils s'imaginent notamment par une mauvaise compréhension d'Isaïe 58 que le jeûne au sens strict du terme n'a aucune valeur, ou du moins est négligeable.

C'est absolument faux!

Le jeûne est la marque suprême de la pénitence et de l'humilité dans la Bible comme dans toute l'histoire de l'Église : on le retrouve dans la Torah pour la Fête de l'Expiation, quand David intercède pour la vie d'un enfant, par décret d'Esther pour éviter l'extermination par l'oppresseur, par les habitants de Ninive sous la proclamation de Jonas, dans l'Évangile par le Christ qui jeuna 40 jours dans le désert, toujours dans l'Évangile quand le Christ annonce que les disciples jeûneront dès lors que l'Époux leur sera enlevé, dans les Actes des Apôtres, et dans la vie de nombreux grands Saints. Dans tous les cas de figures cités, gardez bien à l'esprit qu'il ne s'agissait pas pour les dévots de simplement s'abstenir de boire un verre de vin à l'apéro, d'arrêter de grignoter des bonbons entre les repas ou d'éviter de fumer une cigarette... Le jeûne n'est donc pas étranger à la notion de "performance" - même si ce terme est quelque peu connoté négativement - ou d' "intensité" si vous préférez. Car de même qu'en mettant à l'épreuve plus ou moins durement un étudiant par un concours, on apprend quelles sont ses forces et ses faiblesses, mais surtout s'il a le niveau pour intégrer ce pour quoi il a postulé, de même, c'est en mettant à l'épreuve l'esprit par la faim et les privations qu'il apprend à en dompter ses passions.

Je veux dire par là que l'on a tort d'opposer, comme je l'ai lu dans certaines interventions précédentes, les actes de pénitence physique comme le jeûne et les actes de pénitence spirituels. Si jeûner pour jeûner est une absurdité spirituelle, il n'en reste pas moins qu'un jeune bien compris est de grande valeur aux yeux de Dieu tant il symbolise la mortification de la chair en vue d'une élévation spirituelle. Le jeûne est un outil sans aucun doute très puissant sur la route de la rupture avec les désirs d'ici bas, étape obligatoire pour quiconque souhaite s'approcher des réalités d'En Haut. Les juifs, les musulmans et les hindous l'ont très bien compris, et c'est tout à leur honneur! Quant à nous chrétiens, nous ne sommes pas plus bêtes qu'eux...

Notez pour celles et ceux qui ont du mal à résister à la faim qu'un jeûne peut se préparer. Notre corps a de grandes facultés d'adaptation, il suffit de l'habituer sur plusieurs jours précédents le jeûne à recevoir progressivement de plus faibles apports nutritifs, à la manière d'un régime. Il y a aussi possibilité de jouer sur la durée du jeûne dans la journée. Plusieurs sites de nutritionnistes expliquent cela très bien et quoiqu'il en soit, avec l'aide de Dieu, TOUT EST POSSIBLE!

Que Le Seigneur nous éclaire de Sa Sagesse!

Re: Carême : jeûne et alimentation

Message par James » ven. 26 févr. 2016, 3:17

Pour ma part, ma pratique du Carême se rapproche plus des visions catholique traditionnelle et orthodoxe/orientale qui ont été rappelées précédemment à savoir pas de viande ni aucune substance d'origine animale du Mercredi des Cendres jusqu'à la Veillée Pascale incluse, et jeune strict du matin jusqu'au soir sur cette période en dehors des dimanches. En toute logique, il y a aussi plusieurs autres choses assez évidentes dont il est traditionnellement demandé de s'abstenir : friandises et gâteaux, alcools, et relations sexuelles. Bien évidemment, l'ensemble est ponctué par la lecture des Écritures, des temps de prière ainsi que tout acte charitable que ce soit envers son prochain, est-il nécessaire de le préciser?

Re: Carême : jeûne et alimentation

Message par jerome » sam. 13 févr. 2016, 16:33

Un article sympa, qui explique de façon simple et claire ce qu'est le Carême et le jeûne :oui:
Carême : 40 jours sans Nutella ?
Publié par jeunescathos le 4 mars 2014 - A la Une, Carême et Pâques, Événements, Journal d'un jeune prêtre, Vie de l'Eglise
François est prêtre du diocèse de Cambrai. Pour Jeunes Cathos Blog, il raconte son ministère dans le «Journal d’un jeune prêtre ». Aujourd’hui, il nous donne quelques pistes pour vivre le Carême !


Carême

Quand quelqu’un prononce le mot Carême, ou quand l’on voit sur notre calendrier que le Carême approche, il pourrait nous venir en tête de suite le mot « privation ».

Bien souvent quand nous parlons du Carême autour de nous, (et il pourrait être intéressant de faire un « micro-trottoir » sur le sens du Carême) c’est sous l’angle de la privation que ce temps est perçu. Privation de chocolat, privation de télé, privation des réseaux sociaux…

Mais qu’est-ce que le Carême ?

Quand nous parlons du Carême, n’oublions pas la perspective de la fête de Pâques. Le Carême est un chemin de préparation spirituelle à cette grande fête de Pâques, c’est un chemin de conversion.

Chaque année, l’Eglise nous offre ces 40 jours pour réajuster notre chemin à la suite du Christ !

Afin de réajuster notre chemin à la suite du Christ, il est bon de prendre conscience de nos limites, de nos dérives qui font que nous avons pu nous écarter de l’Evangile, tout cela non pas pour nous frapper la tête contre le mur en nous disant que nous sommes mauvais… mais pour nous inviter à humblement nous tourner vers le Seigneur pour accueillir sa Miséricorde !

Quels moyens pour bien vivre ce carême ?

La prière : Où j’en suis de ma relation au Seigneur dans la prière ? Faire le point et choisir un nouvel axe. Si je n’ai pas de moment de prière quotidien ordinaire, peut être profiter de ce temps de carême pour commencer. Si je prie 10mn par jour, je peux choisir de prier 15 ou 20 mn.

Les sacrements : Le pape François a twitté le 8 février dernier : « Les sacrements, spécialement la Confession et l’Eucharistie, sont des lieux privilégiés de rencontre avec le Christ. » Profitons de ce temps du carême pour nous rapprocher du Seigneur par les sacrements.

Le partage : sur ce point, je vous invite à lire le message de Câreme 2014 du pape François

Le jeûne : voilà celui que l’on redoutait tant… le jeûne, ce n’est pas simplement se priver pour se priver… mais c’est ce priver de quelque chose pour nous tourner davantage vers le Christ. Jeûner d’un repas pour offrir un temps de prière au Seigneur et le bénéfice de ce repas à une œuvre. Jeûner de la télévision un soir par semaine pour prendre le temps d’une lecture spirituelle. Jeûner des réseaux sociaux pour prendre du temps pour des personnes autour de nous…

Bien entendu ce jeûne doit nous aider à prolonger les 325 jours restant de l’année au-delà des 40 jours de Carême !

Peut-être vous vous dites que vous avez également d’autres moyens pour vivre ce temps de Carême, ce qui est très bien. L’essentiel est en effet d’arriver à la fête de Pâques pour faire éclater notre joie d’accueillir dans chacune de nos vies la miséricorde du Ressuscité !

Bonne route avec le Christ !

François Triquet (journal d'un jeune séminariste)
>Source<

Re: Carême : jeûne et alimentation

Message par Trinité » sam. 13 févr. 2016, 2:15

Je ne savais pas que l'on devait jeuner le mercredi des cendres!

Haut