Diversité et démographie

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Diversité et démographie

Re: Diversité et démographie

Message par Nanimo » mar. 31 juil. 2018, 14:07

Pour en revenir à l'aspect "diversité" du fil, il est curieux de constater que l'on pense généralement que celle-ci est un phénomène relativement récent, apporté par les migrants.

Or il n'en est rien. Lors de la conscription de 14-18 (c'était hier) on s'est aperçu qu'un énorme pourcentage des appelés ne parlait pas français, mais divers dialectes et patois. Autrement dit, la France était diverse et, sans aller dans les détails, on peut penser que cela était le cas dans presque toute l'Europe. On peut penser également que diverses cultures accompagnaient ces patois et dialectes. Qu'en reste-t-il aujourd'hui? Des accents et des plats régionaux, des langues que l'on essaie de maintenir. Le patrimoine, car patrimoine il y a, est fragile.

Il est certain qu'il y a eu à la base une assimilation forcée, dans le sens où les langues locales auraient pu être enseignées comme langues secondes et être (plus ou moins) préservées, mais on pensait différemment à l'époque et ce n'est pas l'objet de ce fil. Il n'en reste pas moins que l'assimilation accompagne discrètement les siècles et toute évolution.

Re: Diversité : Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Nanimo » mer. 07 mars 2018, 14:55

(...) Il est un fait incontestable que le terreau chrétien est progressivement remplacé par la terre stérile des idéologies gauchistes qui non seulement encouragent les femmes à ne pas avoir d'enfant mais, si elles en ont, à les tuer dans leurs entrailles. Ces gauchistes qui nous expliquent que personne ne devrait souffrir pour donner la vie à un être humain est l'antithèse du sacrifice de Jésus Christ sur la croix, Ceci est suffisant pour comprendre au combien anti chrétienne sont leurs idéologies.

Quand au bois sec il fut envoyé dans les camps de la mort, goulag (), trại học tập cải tạo (Vietnam) et autres camps de rééducation gauchiste.

Maintenant plus que jamais, il est temps de mettre fin à ces maudites idéologies...
Je ne sais de quelle génération vous êtes, LaurentVan, mais il est un fait incontestable que le terreau chrétien a été progressivement remplacé par la terre stérile de la dépression sociale au sortir des terribles guerres du XXe siècle et de toutes les destructions matérielles peut-être, mais plus particulièrement humaines. Je ne reviendrai pas sur ce qu'il s'est passé, car si vous ne le savez pas, cela suffit en soi à souligner où est le vrai problème. Mais quand vous vous serez renseigné, vous comprendrez que l'on ne pensait plus réellement à prolonger une telle "civilisation" (même si ce n'était pas à proprement parler conscient).

Car, demandez-vous ce que pouvait bien nous transmettre les générations de populations qui avaient connu la guerre la plus meurtrière de mémoire d'homme, celle de 14-18, une épidémie de grippe espagnole ravageuse (des millions et des millions de morts), la grande crise de 29, et pour finir, la guerre de 39-45 menée par des affamés de pouvoir responsables d'horreurs innommables pourtant en des temps que l'on aurait pu croire - à juste titre - civilisés. L'Apocalypse. D'après vous que nous ont transmis les générations de la première partie du XXe s. (le plus souvent sans même le savoir, inconsciemment). Posez-vous la question.

Ceci dit, vous comprendrez aisément que "ces maudites idéologies" de gauche se sont frayées un chemin facile après les ravages du fascisme, les élites de gauche allant dans les années 50 jusqu'à porter aux nues le bolchevisme! Un comble avec ce que nous en savons aujourd'hui (et c'est quelqu'un de gauche qui vous le dit).

Nombre d'aspects de l'évolution des sociétés occidentales s'appréhendent à travers les événements de la première moitié du XXe : La consommation effrénée, le vouloir-tout-et-tout-de-suite, le laxisme moral, l'abandon de la foi, etc., sans oublier la question démographique.

Re: Diversité : Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Trinité » lun. 05 mars 2018, 13:43

Crucifixion et mort de Jésus

Une grande masse du peuple le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui.
Mais, se retournant vers elles, Jésus dit : "Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants !
Car voici venir des jours où l’on dira : Heureuses les femmes stériles, les entrailles qui n’ont pas enfanté, et les seins qui n’ont pas nourri !
Alors on se mettra à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! et aux collines : Couvrez-nous !
Car si l’on traite ainsi le bois vert, qu’adviendra-t-il du sec ?"

Luc: 27-31, JER

Et Notre Seigneur a eu le temps de dire tout cela envers les filles d'Israël,au moment ou il est tombé, avec sa croix à porter?

Re: Diversité : Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Kerniou » lun. 05 mars 2018, 12:27

Comme si les persécutions des étudiants de gauche ou supposés l'être dans les salles de torture de la droite militaire argentine valaient mieux!
Tout régime qui ne respecte pas la personne qu'il soit de droite comme de gauche est infâme ... Quant aux souffrances de l'accouchement, je dirais que si c'étaient les hommes qui devaient accoucher, il y a longtemps que l'enfantement ne se ferait plus dans la douleur... J'ai eu la chance d'accoucher facilement; mais certaines femmes souffrent, vraiment, beaucoup et longtemps ... et je n'autorise aucun homme à se prononcer sur la douleur ressentie ou non par les femmes à ce moment de leur vie ... quand on peut voir le courage de certains hommes lorsqu'il faut leur soigner un "bobo" ...

je ne sais combien d'enfants de vos enfants, vous avez vu naître, cher LaurentVan, mais de grâce un peu de respect, s'il vous plaît ...

Re: Diversité : Étonnant article du Wall Street Journal

Message par LaurentVan » lun. 05 mars 2018, 2:38

Crucifixion et mort de Jésus

Une grande masse du peuple le suivait, ainsi que des femmes qui se frappaient la poitrine et se lamentaient sur lui.
Mais, se retournant vers elles, Jésus dit : "Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ! pleurez plutôt sur vous-mêmes et sur vos enfants !
Car voici venir des jours où l’on dira : Heureuses les femmes stériles, les entrailles qui n’ont pas enfanté, et les seins qui n’ont pas nourri !
Alors on se mettra à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! et aux collines : Couvrez-nous !
Car si l’on traite ainsi le bois vert, qu’adviendra-t-il du sec ?"

Luc: 27-31, JER
Jésus Christ nous a prévenu de la venue d'idéologies à destination des femmes les encourageants à ne pas avoir d'enfant. Il est un fait incontestable que le terreau chrétien est progressivement remplacé par la terre stérile des idéologies gauchistes qui non seulement encouragent les femmes à ne pas avoir d'enfant mais, si elles en ont, à les tuer dans leurs entrailles. Ces gauchistes qui nous expliquent que personne ne devrait souffrir pour donner la vie à un être humain est l'antithèse du sacrifice de Jésus Christ sur la croix, Ceci est suffisant pour comprendre au combien anti chrétienne sont leurs idéologies.

Quand au bois sec il fut envoyé dans les camps de la mort, goulag (), trại học tập cải tạo (Vietnam) et autres camps de rééducation gauchiste.

Maintenant plus que jamais, il est temps de mettre fin à ces maudites idéologies...

Re: Diversité : Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Anthony Franchini » sam. 03 mars 2018, 15:43

Votre analyse est très juste et bien exprimée. A rappeler que cette idéologie "un enfant, SI je VEUX, QUAND je veux" n'est en vigueur que dans les riches pays occidentaux de culture chrétienne... et athées. Pourquoi en effet mettre au monde un enfant quand on ne croit pas à une vie après la mort ? Mon expérience des chrétiens des pays riches qui ne veulent pas d’enfant est celle-ci : ils se plaisent dans le monde tel qu'il est, veulent profiter au maximum set ans entraves de ce qui leur offre, et n'ont aucune envie d'en partir un jour, pas même pour un très lointain Paradis auquel il ne pensent jamais et auquel ils croient vaguement. Ils aiment le monde et ses délices, oui, du moins tant que le bien-être économique est là. S'il venait à disparaître ...
Je suis Childfree et athée. Donc je connais bien les ressorts de la vie sans enfant. :) Et encore, il n'y a pas de nouvelles statistiques sur le nombre de stérilisation volontaire sans avoir enfanté. Je suis prêt à parier que le prochain tabou à se briser, ça sera celui-là. ;)

Re: Diversité : Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Invité0 » sam. 03 mars 2018, 2:01

N'oubliez pas la phrase, que certes tout le monde a oublié depuis le temps, mais qui a constitué le changement fondamental et irrévocable de la société occidentale moderne :"un enfant, SI je VEUX, QUAND je veux.". ;)
Votre analyse est très juste et bien exprimée. A rappeler que cette idéologie "un enfant, SI je VEUX, QUAND je veux" n'est en vigueur que dans les riches pays occidentaux de culture chrétienne... et athées. Pourquoi en effet mettre au monde un enfant quand on ne croit pas à une vie après la mort ? Mon expérience des chrétiens des pays riches qui ne veulent pas d’enfant est celle-ci : ils se plaisent dans le monde tel qu'il est, veulent profiter au maximum set ans entraves de ce qui leur offre, et n'ont aucune envie d'en partir un jour, pas même pour un très lointain Paradis auquel il ne pensent jamais et auquel ils croient vaguement. Ils aiment le monde et ses délices, oui, du moins tant que le bien-être économique est là. S'il venait à disparaître ...

Re: Diversité : Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Anthony Franchini » sam. 03 mars 2018, 0:14

Bonsoir à tous. :)

Je pense que l'Église, et les religions en général, n'ont pas compris que les enfants sont devenus un choix de vie comme les autres. Je dirais même qu'avec la démocratie et l'arrivée de la reconnaissance des libertés individuelles, être parent et fonder une famille ne font plus partis des rôles sociaux, mais sont vus comme des choix purement individuels n'entraînant que le choix de l'individu. Je sais que les religieux n'acceptent pas le terme "projet parental", pourtant ce terme a tout son sens dans le monde contemporain puisque le terme projet parental signifie bien un choix d'être parent, et donc n'est absolument plus vu comme une obligation. Nous sommes passé du "Don de Dieu" (obligation) à la procréation, vu comme une simple fonction biologique comme les autres n'entraînant aucune obligation spécifique.
Si la gauche a toujours été réticente à faire une politique nataliste, c'est parce qu'elle reconnait et accepte volontier la possibilité d'une vie sans enfant et sans fondation d'une famille. À l'inverse de la droite, qui voit ça comme un devoir.
C'est pour ça qu'interdire l'avortement serait impossible en France et en Europe de l'Ouest, majoritairement sécularisées, puisqu'il n'y a plus aucune obligation de fonder une famille et de faire des enfants. Pour les sociétés sécularisées, interdire l'avortement serait considéré comme une tentative d'un retour d'un gouvernement dictatorial et religieux.
N'oubliez pas la phrase, que certes tout le monde a oublié depuis le temps, mais qui a constitué le changement fondamental et irrévocable de la société occidentale moderne :"un enfant, SI je VEUX, QUAND je veux.". ;)


Si je vous dis tout ça, c'est parce que je suis bien renseigné sur ce sujet, puisque je suis un Childfree. :)

Re: Étonnant article du Wall Street Journal

Message par invité1 » mar. 27 févr. 2018, 5:56

les catholiques, qui même semi-pratiquants conservent un taux de fécondation relativement élevés.
Uniquement les catholiques issus des classes moyennes supérieures et +.
Même si les conditions économiques ne sont pas les seuls facteurs, elles restent significatives dans le choix d'avoir un enfant. L'enfant n'est plus perçu comme le vecteur exclusif de l'affirmation de soi comme de son épanouissement personnel. La réalisation de soi, au delà de la maternité, tient une large part choix de concevoir ou non un enfant.
Un sondage a été réalisé auprès des mères allemandes en 2016 : 1 sur 5 regrette d'avoir eu des enfants.

http://www.slate.fr/story/123687/pourqu ... nfants-dos

Re: Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Kerniou » mar. 27 juin 2017, 12:15

Suliko,
Ce que vous dites est juste. Il existe plusieurs explications entremêlées à la diminution de la natalité.
Il faut dire qu'avant l'arrivée de la contraception, les grossesses n'étaient pas ou très peu planifiées et elles étaient bien souvent non désirées, voire subies, même si elles finissaient par être acceptées. Si la contraception a été si bien accueillie, pour ne pas parler de réel succès, c'est parce qu'elle a rencontré des préoccupations bien réelles. Quand j'étais adolescente, j'ai vu de femmes, dans mon voisinage, des mères de famille, pourtant dévouées, pleurer, pleurer à la découverte d'une nouvelle grossesse ...
Mes grand-mères ont eu, chacune, sept enfants qu'elles ont accueillis sans les avoir tous désirés. Ma grand-mère maternelle disait avec beaucoup de sagacité que:
-"maintenant, que ce n'est plus le Bon Dieu qui envoie les enfants, il y en a beaucoup moins, c'est logique " !
A cette époque, quand on ne voulait plus d'enfants, on n'avait plus de rapports sexuels; ce qui entravait l'épanouissement de la vie conjugale, voire, même, l'entente entre les conjoints !
Personnellement, j'aurais tellement aimé avoir un troisième enfant ! Ma pathologie cardiaque a été diagnostiquée pendant ma deuxième grossesse, devenue "grossesse à risque". Donc je n'ai eu que deux enfants ... je me souviens des conciliabules des personnels soignants et de leur panique quand la sage- femme a consulté mon dossier et découvert mon problème cardiaque ... je les ai rassurées en disant que j'avais un bon self-contrôle et que tout se passerait bien ...
Ce n'est que plusieurs semaines après la naissance quand j'étais si fatiguée, que je n'arrivais pas à récupérer que l'on m'a appris que lors de l'accouchement, ma vie avait été mise en jeu !
Mais nous étions si heureux d'avoir une fille et un garçon, "le choix de la reine", comme on dit.
Même si les conditions économiques ne sont pas les seuls facteurs, elles restent significatives dans le choix d'avoir un enfant. L'enfant n'est plus perçu comme le vecteur exclusif de l'affirmation de soi, ni de son épanouissement personnel. La réalisation de soi, au delà de la maternité, tient une large part dans le choix de concevoir ou non un enfant.

Re: Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Altior » mar. 27 juin 2017, 11:34

c'est avant tout pour des raisons morales et religieuses que l'on ne désire pas beaucoup d'enfants (ou, à l'inverse, que l'on accepte ceux que Dieu nous donne).
Bonjour,
Bien sûr, Suliko, je dirais même que là c'est une vérité à La Palice. Les catholiques, per ensemble, ont une natalité plus forte que les protestants et les orthodoxes et encore plus forte que les athées. En Ouest France, là où il y a encore un sentiment religieux, la natalité est plus forte que dans le Limousin déchristianisé. Dans le cadre des catholiques, les traditionnalistes ont des familles plus nombreuses que les modernistes. Si influence économique y a-t-elle, elle agit dans le sens inverse de celui dont parle Kerniou. Plus un pays est pauvre, plus la natalité est forte. Dans le cadre d'un même pays, le plus une famille est riche, le moins elle a des enfants.

Re: Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Suliko » mar. 27 juin 2017, 10:42

Kerniou,

Assez typiquement, vous mettez en relief les difficultés économiques qui peuvent pousser à moins avoir d'enfants, tout en passant sous silence les raisons morales et religieuses. Dans ma famille et mon entourage, je ne constate absolument pas que les motifs économiques sont prioritaires pour expliquer la faible natalité. Je connais en effet beaucoup de couples de la classe moyenne, voire supérieure, qui n'ont guère plus d'un ou deux enfants et il me semble que c'est avant tout pour des raisons de confort personnel. Aujourd'hui, on se marie tardivement, si on se marie encore, parce que l'on vit longtemps en concubinage. Pour la très grande majorité de nos contemporains, il n'y a plus aucun lien strict entre le mariage et la procréation. On ne se marie plus pour vivre ensemble (puisqu'on vit déjà ainsi avant la cérémonie) et pour fonder une famille, mais pour "concrétiser son amour". Ce refus de l'engagement mène au papillonnage sentimental et à l'affaiblissement de l'institution du mariage, ce qui a pour conséquence un climat fort peu favorable pour faire des enfants, allocations ou pas. De plus, beaucoup de femmes veulent se consacrer à leur travail ou leur carrière, ce qui introduit très logiquement une baisse de la natalité. Difficile d'être avocate ou médecin à 80 ou 100% tout en s'occupant de 5 ou 6 enfants ! Il n'y a encore pas si longtemps, une retraitée m'a déclaré qu'elle ne me souhaitait pas avoir 3 ou 4 enfants (ne parlons pas de plus !), car pour la femme, cela signifie se sacrifier pour sa famille. D'autres observations me font conclure que c'est avant tout pour des raisons morales et religieuses que l'on ne désire pas beaucoup d'enfants (ou, à l'inverse, que l'on accepte ceux que Dieu nous donne).

Re: Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Kerniou » mar. 27 juin 2017, 4:20

La France reste un pays qui pratique une politique nataliste: un des rares pays où des allocations pré/post natales sont versées ainsi que des allocations familiales mensuelles en fonction du nombre d'enfants ...
Le problème, à mon avis, se situerait davantage dans les situations et motivations particulières des familles: difficultés économiques, crainte du chômage, précarité de l'emploi ...

Re: Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Suliko » lun. 26 juin 2017, 22:32

Parce que nous perdons la bataille des idées, pas la bataille démographique !
Mais c'est lié ! Les catholiques fidèles aux commandements divins ont généralement plus d'enfants que les libéraux. Comme le mentionne rapidement l'article de Hureaux, il y a souvent un lien entre fécondité et religiosité. D'ailleurs, observez l'évolution des taux de fécondité et de la pratique religieuse en Occident : les années 60 marquent un tournant !

Re: Étonnant article du Wall Street Journal

Message par Relief » lun. 26 juin 2017, 22:19

Parce que nous perdons la bataille des idées, pas la bataille démographique !
Le non renouvellement des générations est pourtant bien une réalité, y compris chez les catholiques pratiquants où seules les CSP+ ne sont pas concernées.

Haut