Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions ecclésiales

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Pathos » mar. 05 juin 2018, 22:52

Merci Cinci !

2h qui passent toutes seules..

Ah celui là il faudrait le cloner.. les églises se rempliraient comme partout où il est passé.

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Cinci » mar. 05 juin 2018, 19:17

Tiens, la conférence complète du Père Zanotti-Sorkine à Montréal le 24 mai dernier !


Ici :

https://www.youtube.com/watch?v=WDzmX-Z4Qx8

C'est le soir où je me trouvais présent physiquement dans l'assistance pour entendre tout ça. Dire que je ne peux le réentendre pour le moment. - Zut !

Faut entendre ce qu'il dit. C'est le message que tout le monde voudrait entendre de nos jours, me semble-t-il. Foin de moraline, pas de menace , pas d'étroitesse ...

:)

C'est beau comme de l'Antique ...

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Cinci » ven. 25 mai 2018, 23:07

Merci !

Il a été fait allusion au Père Perrin durant la soirée d'hier. Je ne le connaissais pas.

Et à un autre moment, je me souviens aussi qu'il a rappelé le bon souvenir d'une brave dame et que je ne connaissais pas non plus. Je veux parler de Tosca Marmor.

Il nous en aura parlé pour souligner l'importance de l'amitié dans la vie chrétienne. Pour nous et pour Jésus aussi. L'abbé Zanotti a connu Tosca, une pianiste qui aurait formé à peu près la quasi-totalité des grands artistes populaires de la chanson française des années 1950, 1960, 1970, etc. Beaucoup parmi les plus grands et à commencé par Dalida, Georges Moustaki, Guy Béart, Lama, etc.

Et, arrive l'anecdote vécue, celle que Tosca elle-même lui avait raconté : sous l'Occupation à Paris la dureté de l'époque faisait que les gens n'étaient pas beaucoup portés à lier compagnie avec le voisinage, disait-elle. Or un beau jour, c'est le jeune fils de Tosca qui aura incité sa maman à faire connaissance avec sa voisine du 4e: Greta. Sous l'autorité du dire de son enfant, elle fini pas suivre son conseil. Elle va lier connaissance avec sa voisine, prendre le thé chez elle et tout. Le lien aura eu le temps de se forger avant que la Gestapo n'intervienne. Car Tosca sera finalement saisie et déportée au camp de Ravensbrück. Quand elle arrivera dans cet enfer "moderne" mais quelle ne sera pas sa surprise aussi de tomber sur sa voisine parisienne et nouvelle amie. Greta ! Avoir au moins une amie dans un tel environnement hostile représentait un luxe formidable.

L'abbé en profitera pour nous dire alors à quel point la vie est souvent dramatique et très dure; même si elle est merveilleuse bien sûr. Mais nous avons absolument besoin de cultiver l'amitié justement parce que la vie est dure.

Puis l'on reconnapitra le discours de l'abbé Zanotti-Sorkine avec tout ça : l'importance de la vie, d'aimer la vie et de n'en rien perdre, de la saisir à plein bras pour le temps qui nous est imparti. Ne pas la ruiner en passant son temps à se morfondre, à s'apitoyer sur soi. Il nous confiera avoir une vraie haine de la mort depuis qu'il aura perdu sa mère à l'âge de treize ans. "Il faut détester la mort, mais non pas la craindre."

Est arrivé ensuite ce jour, - en revenir ici à l'anecdote de Tosca -, où les nazis auront forcé les femmes à transiter à pied d'un camp vers l'autre, en plein hiver, les pieds nus dans la neige et alors que toutes celles qui s'avéraient incapables de continuer se voyaient systématiquement massacrées sur place.

Au soir venu et lors d'une halte pour la nuit (les prisonnières devaient dormir à même le sol gelé de la route), Tosca se sera découvert un poumon sifflant (elle avait cru au passage d'un avion en premier) or que son amie lui révélait avoir les jambes gelées et qu'elle ne pourrait plus aller plus loin. C'était fini. Tosca aura passé la nuit à califourchon sur son amie, comme dans une réaction désespérée, lui massant les jambes sans relâche et jusqu'à ce moment où la circulation du sang aura été rétablie. Encore ! Ce fut la surprise de découvrir par la même occasion, non seulement qu'elle venait de sauver son amie mais que son propre mal pulmonaire avait disparue au matin ! Totalement absorbée par la seule volonté d'aider son amie, elle ne pensait plus du tout à elle ou son propre mal. Cette absence de repliement sur elle-même l'avait elle-même sauvée !

[...]

Il nous aura dit pas mal de choses et dont un bon moyen pour prier. Il le disait juste en passant. Il faudra que j'y revienne tantôt.

Sur l'amitié ...

Il y a l'amitié entre nous, avec Jésus aussi. L'abbé connaissait une femme qui ne faisait à peu près rien sans consulter Jésus. Pour le plaisir d'avoir son avis, pour lui plaire également. Au moment d'acheter une robe de deux couleurs différentes, elle pouvait lui demander laquelle il préférerait. Elle pourrait passer pour une folle avec ça ? Elle s'en moquait. L'important est que cela avait pu souvent l'aider à vivre.

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Fée Violine » ven. 25 mai 2018, 15:00

Encouragé par le Père Joseph-Marie Perrin
A propos du P. Perrin, un homme extraordinaire aussi (dominicain, aveugle, résistant, ami de Simone Weil et en cours de béatification) :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph-Marie_Perrin

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Cinci » ven. 25 mai 2018, 14:27

Notes biographiques

L'abbé Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Il est né Michel Zanotti le 8 janvier 1959 à Nice, est aujourd'hui prêtre catholique, prédicateur, écrivain, auteur-compositeur et chanteur. Il a 59 ans. Il voit le jour au sein d'une famille d'origine juive, russe et corse. Il décide de rejoindre Paris en 1980, à l'âge de 21 ans, pour y conduire une carrière artistique de chanteur qui se poursuivra jusqu'en 1988.

Long parcours pour une vocation. Encouragé par le Père Joseph-Marie Perrin et par le Père Marie-Dominque Philippe, fondateur de la Congrégation Saint-Jean, il décide d'entrer dans l'ordre Dominicain (1988-1992), puis saisi par la vie de Maximilien Kolbe, il rejoint l'ordre franciscain (1992-1997). Après ses passages à Trévise et Padoue, il termine ses études à l'Université pontificale de l'Angelicum à Rome avant d'être envoyé en Roumanie comme vice-maître des novices.

Il rentrer ensuite dans le clergé séculier et est ordonné prêtre le 30 mai 1999, à l'orée de ses quarante ans, pour le diocèse de Marseille. Il est alors nommé vicaire en la basilique du Sacré-Coeur (1999-2004), responsable des laïcs missionnaires de la Charité de mère Thérèsa (1998-2004), et enfin curé de la paroisse Saint-Vincent-de-Paul dite "Les Réformés", située au sommet de La Canebière. Celle-ci est une paroisse totalement tombée en ruine; sous son impulsion, cette église connaît une renaissance spectaculaire, et la participation à la messe explose. Il est également nommé par Monseigneur Georges Pontier, Doyen du centre-ville de Marseille (2006-2014).

En 2014, en accord avec Monseigneur Georges Pontier, archevêque de Marseille et Président de la Conférence des évêques de France, Monseigneur Jean-Michel Di Falco Leandri répond favorablement à la demande du Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine d'être associé à la mission pastorale des chapelains du Sanctuaire de Notre-Dame du Laus dans le diocèse de Gap et d'Embrun. Le 1er novembre 2014, il y est accueilli par plus de mille personnes. En ce lieu marial, Michel-Marie Zanotti-Sorkine assure le ministère de chapelain et de prédicateur, animant notamment plusieurs retraites et sessions réunissant des centaines de personnes. Le reste de son temps, il le consacre à la réalisation de divers projets d'ordre littéraire et artistique.

L'abbé Michel-Marie Zanotti-Sorkine a signé comme artiste chez Wamer Music au mois de novembre 2016. Son premier album Bonjour la vie est sortie le 24 mars 2017. A partir du mois de septembre 2017, en accord avec Monseigneur Pontier, il se met au service d'une communauté de laïcs consacrés, située sur la colline de Montmartre : "Les auxiliaires du Coeur de Jésus", et poursuit son travail sacerdotal, artistique et littéraire, à Paris. Il participe également à une émission de télévision québécoise "La victoire de l'amour" en donnant des homélies sur les textes de l'Évangile du jour.

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Cinci » ven. 25 mai 2018, 13:57

Bonjour,

J'ai pu entendre hier l'abbé Michel Zanotti pendant plus de deux heures. J'ai eu la chance de pouvoir l'écouter et le voir de près aussi, jusqu'à pouvoir lui serrer la main.

Il était de passage chez nous, à Montréal, pour toute la semaine soit du 20 au 26 mai.

Il faut bien dire qu'à lui seul, cet homme, il représenterait déjà une "arme de destruction massive"; oui, si je songe - par contraste - à l'éternel discours gris-terne que nous connaissons bien, celui fait de ressentiments, d'amertumes, d'éternelles jérémiades qui compose le menu habituel des "déçus" de Vatican II.

On écoute vingt minutes l'abbé Zanotti et c'est tel un bon coup de balai. "Hop-là !" Et avec légèreté, avec grâce en prime. il ne reste plus rien de la poussière accumulée. Envolé, le tas de gravats ! Disparues, les ruines !

On se sent revivre. C'est bien pire, docteur. On comprendrait une bonne fois que le dernier concile aurait bien servi à quelque chose après tout.

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par ml95 » mer. 22 nov. 2017, 17:34

Ses homélies ont été enregistrées et un coffret de plusieurs CD est paru. Ce ne sont pas des chansons (bien qu'il soit aussi chanteur) mais bien des homélies. C'est merveilleux de l'entendre. Je mets un CD dans ma voiture et je l'écoute très souvent, il me booste littéralement et j'apprends beaucoup de lui. Quel bonheur un prêtre comme le Père Michel-Marie !

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Fée Violine » jeu. 02 nov. 2017, 16:40

Je ne sais pas, je n'ai pas entendu parler d'hostilité à son égard.
Quant au fait qu'il chante, il n'est pas le premier prêtre à être chanteur : avant lui il y a eu par exemple le Père Duval :coeur: , maintenant il y a Pierre Éliane (qui est carme) :coeur: , tous deux excellents, et certainement d'autres !

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Cinci » mer. 01 nov. 2017, 23:24

J'ignorais que le Père Zanetti-Sorkine pouvait avoir des ennemis en nombre significatif en France. Est-ce le cas?

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Ioannes » mar. 24 oct. 2017, 11:32

Bonjour à tous,

Je serai heureux d'avoir quelques avis ...

C'est un prêtre. Un charismatique. Il a un talent. Il sourit. Il est aimé. Il est joyeux. Il est zélé. Il aime.
Son succès ? Qui suis-je et qui sommes-nous pour juger si c'est le sien ou l'oeuvre de Dieu ? De nombreux saints ont été bien plus populaires que lui : miracles, conversions, nombres de fidèles, etc.
On dit qu'il est original ? Que ces chansons dénaturent l'identité du prêtre ? Saint Philippe Néri passait pour un fou. Et bien d'autres ... Qui sont les véritables fous ?
Il oeuvre beaucoup sur l'identité du prêtre, qui doit aimer et se faire aimer. Ok. Est-ce si surprenant de voir certains vieux prêtres et laïcs s'offusquer de voir un prêtre se mettre en avant ? Ils ont milité pour l'inverse (le prêtre caché dans le peuple), leur réaction est logique.

Donc :
- Il a un charisme. (Et original, donc s'ensuit méfiance, jalousie, normal.)
- Il renouvelle une certaine image et identité du prêtre, qui n'est pas la sienne mais celle de l'Eglise. Donc rien de nouveau.
- Il oeuvre pour la gloire de Dieu et le salut des âmes.

Donc :

Pourquoi tant de haine ? (Médias, etc.) :(

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Cinci » ven. 20 oct. 2017, 18:37

Des propos passionnants du Père Zanotti-Sorkine et puis un feu à communiquer perçus - plus-que-perçus, très perceptibles- lors d'une rencontre avec Sylvain Gagnon, l'animateur du programme de télévison La victoire de l'amour qui roule sur une chaîne canadienne.

Enregistré le 24 septembre dernier :



:)

Quel beau témoignage!

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Cinci » dim. 08 oct. 2017, 2:23

Attention au faux contentement de soi



Père Michel-Marie Zanotti-Sorkine, homélie, 25 septembre 2017

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Tian » mar. 29 sept. 2015, 12:09

Merci Axou pour votre réponse, c'est très gentil de votre part.

il est vrai que je n'ai lu qu'un livre du Père Zanetti mais étant donné que j'ai écouté toutes ses homélies (et parfois plusieurs fois) j'ai retrouvé dans ce livre beaucoup des idées et des anecdotes qu'il développe dans ses sermons ce qui fait que je n'ai pas été incitée à en acheter d'autres ; mais je vais le faire très certainement, ne serait-ce que pour avoir l'objet "livre" a relire.

Vous savez, je sais que le Père Zanetti aime les animaux et il est vrai qu'il dit souvent qu'un animal facilite toujours l'échange, de cela je n'en doute pas du tout et c'est bien pour ça que je suis attristée parfois de ne pas le voir atteindre ce degré de perfection qu'est la conscience de la souffrance animale (je me rends compte que je parle comme une bouddhiste ce que je ne suis pas ! :) ) .

Je pense, comme vous l'avez dit, que c'est une forme de "paresse intellectuelle" et peut-être aussi une peur de montrer à l'âme une horreur, car une fois qu'on l'a vue on n'est plus jamais pareil.

Je m'en rends compte ne serait-ce qu'en regardant la mienne car je n'ai pas toujours voulu voir ou m'appesantir sur ce qui se passe finalement très près de chez nous et je suis d'ailleurs loin de ce qu'on pourrait appeler une végétarienne car il m'arrive de manger de la viande par gourmandise et par paresse ; très peu, certes, mais je le fais.
Je veux m'interdire de manger les mammifères, mais c'est un combat pour le corps et l'âme, et je ne sais pas qui va gagner… Et pourtant je porte une faute plus grande encore que ceux qui ne se posent pas de questions car, moi, je sais.

Connaissez vous l'expérience de Milgram ?

C'est un phénomène assez courant qui a déjà été expliqué dans le film (I comme Icare) et qui démontre que nos rébellions viennent (ou ne viennent pas en l'occurrence) si l'autorité (et il peut s'agir d'une autorité politique ou ecclésiastique) nous dit, ou nous montre, que ce mal que nous apercevons, que nous ressentons, n'est pas un "mal" en fait et que nous pouvons détourner notre regard, ne pas en souffrir. La plupart d'entre nous sautons dessus bien sûr car c'est tellement confortable surtout si ce "mal" est source aussi de plaisir !

Je pense que c'est exactement de cela dont nous sommes victimes concernant les animaux que l'on abat. On nous dit que c'est normal, qu'on ne peut faire autrement (les esquimaux ne peuvent faire autrement, ainsi que les bédouins dans le désert, mais pas nous !...).
Ainsi on justifie tout, et nous nous disons que ce "pré-pensé" est bien confortable. C'est pour cela qu'il serait si important que le Père Zanetti, que je tiens en haute estime, se positionne là-dessus.

Je n'ai pas lu ce qu'a écrit à ce sujet le Père Guy Gilbert et je vais chercher sur le Net si je le trouve.

Merci encore !

J'ai écrit une suite à ce message sur le fil " Le Christ et le végétarisme " car je pense être totalement hors sujet ici.


:ciao:

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par axou » lun. 28 sept. 2015, 12:30

Cher Tian,

Si vous lisez Au diable la tiédeur du Père Zanetti, vous lirez un très joli passage sur les animaux :

Je cite de mémoire : "Quand je rencontre une personne avec un chien, je m'arrête pour le caresser : bonne occasion de faire connaissance avec cette personne et témoigner de ma foi au Christ : je dis à cette personne combien Dieu chérit son chien comme toutes ses créatures et j'en profite pour parler de Dieu avec elle".

Concernant la nourriture, il faut lire ce qu'écrit depuis 30 ans le Père Guy Gilbert : il dénonce à temps et à contre-temps les animaux élevés en élevage intensif, "qui ne voient jamais la lumière de Dieu". Peut-être le Père Zorkine y viendra -t-il, ensuite, c'est parfois une sorte de paresse intellectuelle que de ne pas se renseigner sur les vraies conditions d'élevage, conditions qui n'existaient pas à l'époque du Christ. Moi je rêve d'entendre à la messe un curé qui nous demande de faire très attention à ce qu'on mange, pour des raisons de morale chrétienne.(à part Guy Gilbert à Paray le Mosnial, je ne l'ai jamais entendu).

De tout coeur avec vous, je prie tous les jours aussi pour nos frères animaux.
Axou

Re: Un prêtre extraordinaire : le père Zanotti-Sorkine

Message par Tian » dim. 27 sept. 2015, 19:36

Bonjour à tous,

Je suis contente de trouver un fil de discussion sur ce merveilleux prêtre qu'est le Père Zanetti. Je l'ai découvert il y a presque 2 ans ; j'ai écouté toutes ses homélies et je suis comme beaucoup impressionnée par sa bonté, son sens du "bien", sa joie de vivre et son charisme inné. C'est un bon "pêcheur d'hommes" pour le Seigneur.

Mais (il y a un "mais" car qui aime bien châtie bien), ;) je suis toutefois un peu troublée par le peu de cas qu'il fait de la souffrance animale (dont je parlais d'ailleurs sur un autre fil). Il est flagrant que ce problème n'est pas arrivé encore à la conscience du père Zanetti .

Je cite : "le cochon, animal qui n'est bon qu'en saucisson.."

"Vous pouvez manger de tout car tout est pur sinon notre Dieu nous l'aurait dit !"

"Vous pouvez manger de tout, de la tomate jusqu'au foie gras !"

(J'écris de mémoire et je ne suis peut-être pas au mot près, mais l'idée générale est bien là).

Mais bon .. Si il y a quelqu'un qui est à même de refuser un jour la barbarie des abattoirs, c'est bien lui et j'attends impatiemment le jour où il en parlera, car la bonté ne saurait être parfaite sans cette conscience là.

Dans les années futures il deviendra sans doute (c'est mon point de vue) de plus en plus difficile de prôner la bonté en refusant dans le même temps de regarder en face la souffrance animale et de tout faire pour y remédier.

Ne soyons pas comme ces végétariens qui sont contre le fait de tuer un animal mais qui ne voient aucun problème à ce qu'une femme avorte.

Soyons cohérents.

Fraternellement,

Haut