Dieu est infiniment bon

Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Dieu est infiniment bon

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Trinité » jeu. 18 oct. 2018, 23:48

En fait!
La seule réponse que j'aurai, est celle formulée par Prodigal en évoquant Liebniz.

En fait la compossibilité marche avec la liberté (libre arbitre).
Dieu dans son infinie sagesse, ne pouvant imposer un monde je dirai... autoritaire d'Amour, puisque l'homme doit utiliser sa liberté pour l'aimer. Par cette condition il créait automatiquement la damnation de l'homme qui le refuse!

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Trinité » jeu. 18 oct. 2018, 23:38

Trinité,
Si cette vidéo ne réponds pas directement à mon questionnement, elle y apporte cependant des réponses intéressantes!
Seriez-vous assez gentil pour nous donner juste un exemple d'une réponse que ce témoignage d'Éric-Emmanuel Schmitt aurait pu vous fournir ? Quelle est cette réponse intéressante ?
En effet elle ne répond pas directement à mon questionnement!
Je vais vous faire une réponse de Normand comme nous disons en France! ;)
Je retiens ce passage de 9'50 à 10'30 qui m'apporte comme un... éclaircissement, en l'occurrence le terme réponse était mal approprié!

Je ne sais rien de plus,parce que croire ce n'est pas savoir...mais le mystère je l'habite de façon différente...je l'habite avec confiance,je fais crédit...
Quand je ne comprends pas,je me dis que c'est moi qui ne comprends pas


Et oui, je n'ai pas ma réponse.Comme bien souvent nous restons dans le cadre de la foi pour trouver une solution aux questions qui nous dépassent...mais j'espère toujours trouver une réponse auprès de mes frères, c'est pour cela que j'ai lancé le sujet! ;)
N'est ce pas le but d'un forum, de pouvoir s'entraider sur les points obscurs! ;)

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Cinci » jeu. 18 oct. 2018, 15:09

Trinité,
Si cette vidéo ne réponds pas directement à mon questionnement, elle y apporte cependant des réponses intéressantes!
Seriez-vous assez gentil pour nous donner juste un exemple d'une réponse que ce témoignage d'Éric-Emmanuel Schmitt aurait pu vous fournir ? Quelle est cette réponse intéressante ?

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Cinci » jeu. 18 oct. 2018, 15:01

... des réponses ou peut-être des remarques ... parce que si c'est une réponse il aurait fallu voir la question correspondante et à quoi la réponse serait censé satisfaire.

:)

Éric-Emmanuel Schmitt dit qu'il a vécu une expérience mystique dans le désert d'Afrique. Il aurait éprouvé à quelque part (ici c'est moi qui le déduit) que nous ne serions pas seuls dans le vaste univers. Il aurait éprouvé une sorte de présence bienveillante et alors qu'il aurait dû être perdu et exposé à un danger réel. On pourrait encore déduire de ce qu'il raconte que cette découverte pour lui ("Je ne suis pas seul") confine à l'extase, puisqu'il dit que cette nuit qui aurait dû être l'un des pires moments de son existence fut au contraire le meilleur de sa vie pratiquement.

C'est dans cette expérience de solitude extrême qu'il se sera senti vraiment vivant et il s'expliquerait mal cette réaction par de simples causes naturelles. Il aurait fallu que "quelque chose" intervint en plus. On resterait dans le domaine de l'impression avec ça. Car il dit ne rien savoir en tant que tel. Mais l'impression serait suffisamment forte pour lui ouvrir la porte du sentiment religieux et l'amener à faire confiance ...

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Trinité » jeu. 18 oct. 2018, 13:30

Je n'ai pas vu qu'Éric-Emmanuel Schmitt parlait de la bonté de Dieu.
Bonjour cinci,

Pas de la bonté de Dieu, mais de Dieu en tant que Dieu d'Amour!

Entre 3'15 et 3'40 " Dieu est un Dieu D'Amour".Et plus loin entre 5'30 et 5'50. Pourquoi Dieu à fait l'homme ?" Par amour!"
Si cette vidéo ne réponds pas directement à mon questionnement, elle y apporte cependant des réponses intéressantes!

D'ailleurs, j'aurai très bien plus la placée dans ce fil également.
Énumération des raisons pour lesquelles je ne crois pas

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Cinci » jeu. 18 oct. 2018, 2:24

Je n'ai pas vu qu'Éric-Emmanuel Schmitt parlait de la bonté de Dieu.

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Trinité » mer. 17 oct. 2018, 23:54

J'ai trouvé intéressant, de communiquer dans le cadre de ce fil, cette vidéo de l'écrivain Eric-Emmanuel Schmitt.
Il parle notamment de la Théodicée, évoquée au début avec Prodigal. En outre, il parle de sa conception de la bonté de Dieu, découverte après son expérience dans le désert.

https://youtu.be/e1FOlV7ihmM

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Voyageur » mer. 17 oct. 2018, 22:15

Oui. Peut-être était-ce la seule manière pour certains de se rassurer quant aux malheurs terrestres. Ils perçoivent la résurrection comme la juste rétribution de leur vie vertueuse. Ainsi, malgré les difficultés, elle aura valu le coup.

En fait, pour pouvoir rendre compte de l'infinie bonté de DIEU, il faut trouver une justification aux difficultés de la vie. Et ça, ça passe par diverses explications palliatives. Un monde structuré, désiré bon et dirigé vers la bonté ne peut, effectivement, engendrer discorde et malheur.

Ce qu'il faudrait plutôt rendre compte, c'est cette tendance chaotique qui tend continuellement vers la dispersion des forces et l'essoufflement de la dynamique vital. Pour Gödel, le Diable n'est pas qu'une chimère spéculative. Et, si l'on s'accorde sur l'intérêt de son théorème d'incomplétude, il faudrait aussi s'attarder sur ses travaux plus exotiques.

Ou alors, sommes-nous les propres créateurs de ces artéfacts qui nuisent à notre bonheur. Incapables de savourer la plénitude, l'homme serait à lui seul l'instrument de sa destruction.

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Trinité » mer. 17 oct. 2018, 20:56

J'ai comme l'impression que mon fil a dérivé sur la réincarnation! :)

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Voyageur » mer. 17 oct. 2018, 16:27

Genesis,
Puisque j'accorde toute la place à l'esprit, naturellement mon corps ne m'importe pas
N'est-il pas écrit :
Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent,
quand il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob.
Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui.

(Luc 20, 37-38)

donc penser que Jésus rend pur des gens qui n'ont rien fait d'eux mêmes doit vous faire surgir une notion de déséquilibre dans le cheminement des uns et des autres.
N'est-il pas écrit :
Si je n’étais pas venu, si je ne leur avais pas parlé, ils n’auraient pas de péché ;
mais à présent ils sont sans excuse pour leur péché.

(Jean 15, 22)

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Cinci » mer. 17 oct. 2018, 2:51

En passant ...

"En fait, la croyance à la réincarnation n'est pas seulement une des tentations les plus constantes de l'esprit humain, elle est aussi l'une des plus dangereuses C'est une des plaies spirituelles que l'Évangile est venu guérir Son retour en Occident comme fait de masse ne nous semble certes pas un signe de progrès; bien au contraire.

En effet au principe à la base de toute conception réincarnationniste, il y a un "spiritualisme" qui fait considérer comme ne devant être sauvée en l'homme que son âme; une attitude à laquelle correspond fatalement l'indifférence sinon le mépris pour le corps.

Pour le christianisme au contraire, l'homme - tout homme beau ou laid noble ou plébéien génie ou béotien - est une unité indivisible et unique d'éléments spirituels et matériels. Notre corps n'est pas un vêtement interchangeable ou une enveloppe provisoire qui pourraient être abandonnés à leur destin, que l'on pourrait remplacer par un autre vêtement, une autre enveloppe. Nous , nous n'avons pas un corps, nous sommes aussi un corps, dit le vrai "matérialisme" chrétien. L'objet de l'amour de Dieu nous créant, nous rachetant, et enfin nous faisant jouir de Sa présence éternelle, ce n'est pas une âme, mais une personne humaine complète.

Dans son langage médiéval saint Thomas l'enseignait déjà : "Cette âme mienne est la forme substantielle de ce corps qui est mien"; elle ne peut donc transmigrer nulle part, ne suivre aucun des itinéraires angoissants des cycles métempsychiques. Pour l'Évangile, l'homme tout entier et non une partie de lui seulement est immortel : le Christ, dans son Royaume n'est pas le "roi des âmes" purifiées par de pénibles réincarnations; il est le "roi des hommes", sauvés, ressuscités dans la joie pour toujours, en leur individualité inaliénable.

Ceux qui croient "plus moderne" de prendre au sérieux la métempsychose plutôt que l'eschatologie chrétienne ne se rendent pas compte qu'il s'agit là d'un dangereux bond en arrière. C'est un retour à l'idée grecque du corps comme prison de l'âme; c'est s'unir au mépris, parfois à l'horreur et à la haine asiatique envers la matière - à commencer par celle qui nous permet de vivre dans le monde avec notre corps - pour la combattre, l'ignorer, la dépasser, l'humilier, la vaincre, l'anéantir.

On ne se rend pas compte que la lutte chrétienne millénaire contre toute croyance en la réincarnation est aussi une défense du concept de personne comme réalité unique et qui ne peut se répéter, et donc plus que toute autre précieuse.

On ne se rend pas compte que le refus chrétien est aussi la réaffirmation de la dignité et de l'éminence absolue de l'homme : si dans l'horrible mouche à viande qui bourdonne à ma fenêtre se trouve enfermée l'âme de mon trisaïeul, si dans cette fragile plante sur mon balcon souffre un de mes ancêtres, comment distinguerai-je la nature humaine de la nature animale ou végétale ? Elles aussi sont estimables, respectables, crées par le même Dieu, certes : mais qualitativement, elles sont pourtant différentes de la nôtre.

Quelle justice, d'ailleurs, m'obligera à mener une "vie de chien" (au sens propre) pour des fautes commises par un autre et dont je n'ai même pas idée ?

Dans le succès que rencontre de nos jours cette antique croyance, agit certainement la peur actuelle pour tout ce qui est définitif, irrévocable. Il est significatif qu'en Italie - par exemple - aient été proposés des référendums populaires pour effacer le caractère définitif, irrévocable des seules réalités qui étaient demeurées telles : le mariage et la prison à vie. Se réfugier dans la transmigration des âmes est, pour bon nombre de contemporains épouvantés par le fait de vivre et de mourir une seule fois (avec toute la gravité que la chose implique), une manière de suppléer à un impossible référendum qui enlèverait à la vie et à la mort leur caractère définitif.

Une seule vie, une seule mort, un seul destin éternel qui se joue une seule fois pour toutes : dans cette inexorabilité chrétienne réside, sans aucun doute, l'un des plus puissants stimulants de cette morale de l'engagement au service des autres qui manque d'une manière flagrante dans tant de religions orientales. Sachant qu'il sera jugé sur l'amour et qu'il ne lui est accordé qu'un temps pour aimer, celui qui croit à l'Évangile n'est pas tenté de faire comme ces étudiants qui continuent de vivre en comptant sur les examens de rattrapage.

Il est aussi probable que la fascination exercée par la réincarnation sur l'Occidental moyen s'enracine dans la naïve mentalité évolutionniste qui pénètre la culture actuelle. Si elle est vue comme un cycle progressant vers des formes de vie supérieure, la métempsychose est en effet l'application à l'eschatologie du "progrès" infaillible, de l'évolution qui s'accomplit toujours et en tout cas dans le sens du mieux. Une telle croyance n'appartient pas (comme souvent on le croit) à une culture alternative; elle semble tout au plus accepter la banalité du scientisme du XIXe siècle."

Source : V. Messori

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Genesis » mar. 16 oct. 2018, 23:04

Les "esprits en captivité" ne sont-ils pas simplement les morts que Christ a racheté lors de sa descente en Enfer ?
Bonsoir,

Je vous invite à me lire car justement "les incrédules au temps de Noé" qui sont des hommes décédés bien évidemment, au moment où Jésus parle, font l'objet de toutes les attentions de Jésus, mais vraisemblablement puisque la porte du Paradis est étroite, Jésus ne va pas absoudre les péchés d'hommes qui ne l'ont même pas connu alors que ceux qui sont soumis à la Nouvelle Alliance doivent parvenir à la Sanctification par leur foi et leurs oeuvres, donc il y a un écart d'équité, qu'il faut combler et ce n'est qu'en se disant que ces gens de la première heure du tempsdu Noé, ont été mis sur terre à chaque décès, afin de gagner de la foi par les prophètes qui ont jalonné leurs vies, je pense à Moise, je pense à ceux qu'ils ont rencontrés, jusqu'à vivre aussi du temps de Jésus, et là, soumis à la Nouvelle Alliance ils sont préchés par Jésus eux "des esprits emprisonnés dans des corps de chair" qui vivent depuis si longtemps car il s'agit de gens qui ont appartenu à la génération Noé.

Donc je préfère quant à moi dire que le Paradis se mérite, et qu'il faut se rendre parfait comme notre Père Eternel est parfait, donc penser que Jésus rend pur des gens qui n'ont rien fait d'eux mêmes doit vous faire surgir une notion de déséquilibre dans le cheminement des uns et des autres.

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Voyageur » mar. 16 oct. 2018, 20:07

Les "esprits en captivité" ne sont-ils pas simplement les morts que Christ a racheté lors de sa descente en Enfer ?

Re: Dieu est infiniment bon

Message par matens » lun. 15 oct. 2018, 21:40

comme étant les esprits des hommes emprisonnés dans leur corps de chair
C'est ici que je ne vous comprends pas. Que voulez-vous dire par : Les esprits des hommes emprisonnés dans leur corps? Parce que je comprends qu'il s'agit d'homme vivant et pas mort.

Re: Dieu est infiniment bon

Message par Genesis » lun. 15 oct. 2018, 21:08

Vous dites que Jésus n'avait pas besoin de mourir pour parler aux hommes ? Non je suis d'accord, mais je ne vois pas où je l'aurais dit.

La première partie de ce verset ("Car le Christ lui-même a souffert une fois pour toutes en rapport avec les péchés,") rappelle le chapitre Hébreux 9 et entre autres ce verset similaire " 12 et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle." pour nous convertir Matens, mort quant à la chair mais par l'Esprit rendu vivant par Dieu parce que né Saint par Marie, puisque Fils de Dieu. Et c'est ainsi, par ce moyen donc par l'Esprit que Jésus parle aux humains qui sont prisonniers de leur condition charnelle, dans le péché.

Haut