Sur l'origine du mal

Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions de théologie dogmatique

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Sur l'origine du mal

Re: Sur l'origine du mal

par Voyageur » Hier, 16:47

Briscard a écrit :
Hier, 12:57
Si Eve a désobéi c'est que Dieu l'a laissé faire. Pourquoi ? Mystère encore.

Quant à. Lucifer qui prospère toujours de nos jours, non je ne pense pas que Dieu l'aurait détruit si Eve ne l'avait pas écouté.

Il semble que Dieu ait laissé prospérer le mal pour pouvoir faire le "Tri" entre ses fidèles et les autres le moment venu...
Lucifer est le tentateur ontologique.
Il engendre le péché, en s'insinuant dans les faiblesses humaines.
L'origine du mal, est-ce ce qui nous incite à agir contre Dieu ?
Ou est-ce notre faille intérieure qui accepte de le faire ?

Re: Sur l'origine du mal

par Briscard » Hier, 12:57

Si Eve a désobéi c'est que Dieu l'a laissé faire. Pourquoi ? Mystère encore.

Quant à. Lucifer qui prospère toujours de nos jours, non je ne pense pas que Dieu l'aurait détruit si Eve ne l'avait pas écouté.

Il semble que Dieu ait laissé prospérer le mal pour pouvoir faire le "Tri" entre ses fidèles et les autres le moment venu...

Re: Sur l'origine du mal

par Pathos » Hier, 12:12

Briscard a écrit :
jeu. 22 août 2019, 13:40
Lucifer est un ange déchu que Dieu aurait dû détruire. Pourquoi ne l'a t il fait ? Pour moi c'est un mystère.
C'est prévu, mais pas tout de suite.
Mais effectivement, pourquoi Dieu a t-il poursuivi son acte d'amour, sa création, alors que le Mal est déjà là ? sans doute a t-Il "cru" en l'obéissance de son chef d'oeuvre, l'homme ?
Si Eve n'avait pas pêché ; le serpent été "vaincu" et chassé de l'Eden ?

Re: Sur l'origine du mal

par Voyageur » Hier, 10:42

Cinci a écrit :
mer. 21 août 2019, 22:26
La créature n'est rien du tout mais l'ignore au départ. Elle peut s'admirer.
Justement, il me semble qu'elle ne soit pas consciente de sa nudité et donc de sa nature individuelle au départ.
En se délivrant de la Loi unique, par sa désobéissance, l'humanité s'est détaché de Dieu pour le surpasser.
Pour le Saint et le Pécheur, le risque n'est-il pas identique ? Sinon que l'un le réprouve et l'autre l'ignore.

Re: Sur l'origine du mal

par Briscard » jeu. 22 août 2019, 13:40

C'est Lucifer qui a poussé, à l'origine, Eve puis Adam à désobéir à Dieu dans le but d'être aussi puissant que Lui.

Il est donc normal qu'il considère les humains comme des être inférieurs et ceux-ci lui obéissent, de facto, en faisant le mal partout.

Lucifer est un ange déchu que Dieu aurait dû détruire. Pourquoi ne l'a t il fait ? Pour moi c'est un mystère.

Re: Sur l'origine du mal

par Pathos » mer. 21 août 2019, 22:56

Briscard a écrit :
mer. 21 août 2019, 14:09
La désobéissance certes mais surtout l'orgueil de vouloir être aussi puissant que Dieu. C'est ce qui résulte des Écritures.
+1
Refus de Lucifer de servir les hommes, ces créatures inférieures.

Re: Sur l'origine du mal

par Cinci » mer. 21 août 2019, 22:26

Voyageur :

L'origine du mal serait donc la désobéissance
Ce n'est pas exactement ce à quoi je songeais. Je répondais à ta question sur la différence entre un saint et un pécheur.


Quant à l'origine ...

Pour l'origine du mal : il fait un moment que j'en suis arrivé à penser que la cause de la désobéissance - il faut toujours bien qu'il y ait une cause, parce que nul ne désobéit juste pour le plaisir de désobéir à une ordonnance divine, et quand celle-ci paraîtrait juste ayant Dieu pour auteur (on se reporte ici dans le contexte d'une humanité vierge, celui des anges voire) - cette cause, dis-je, ne peut que tourner autour d'une crainte, une envie de se protéger.

Au départ, le serpent instille une peur, une méfiance envers Dieu qui ne serait pas aussi bon que l'on pourrait croire. Le fait d'obéir au commandement signifierait un manque pour l'homme, une perte, une privation de dignité. Le serpent laisse miroiter l'idée que l'exigence divine étant suivie il en résulterait un dommage irréparable pour l'homme.

L'homme désobéit parce qu'Il veut se mettre à couvert. C'est ce que traduirait l'idée de repli, celle de détourner sa face de Dieu, d'une fuite, de l'auto justification.

La créature n'est rien du tout mais l'ignore au départ. Elle peut s'admirer. Et arrive le moment où pour devenir enfin quelque chose il lui est demandé de se plier à une certaine exigence. C'est une épreuve de croissance. Dans le même temps où la créature doit apprendre qu'elle n'est encore rien (contrairement à ce qu'elle aurait pu croire) alors voici qu'elle pourrait être au contraire (ici "être" au sens fort, selon Dieu) mais sous une certaine condition qui serait comme de s'annuler soi-même (!) C'est une difficulté pour la créature. C'est au travers de cette difficulté que s'Installe un combat entre la peur et la confiance. Qu'est-ce qui va l'emporter ? La désobéissance est liée à la peur. Sauver sa peau. Qui voudra sauver sa vie la perdra. cf épisode de la marche sur l'eau de Pierre qui prend peur et commence à couler. Penser aussi à la tentation dans le désert.

Le serpent est comme un agent de contagion qui véhicule la peur avec lui.

Et donc ...

A l'origine de l'introduction du mal moral dans l'histoire de l'humanité se trouve une peur qui fait renoncer à une manière potentielle de se réaliser selon Dieu, au profit d'une autre plus réduite, moins belle, moins noble, moins ambitieuse, moins grande qui néglige les plus hautes aspirations pour lesquelles l'homme aura été crée. La peur pousse à se rendre invulnérable (à quel prix !) dans son petit domaine. Et alors repli, recroquevillement, refus de ce qui est au-delà, jugement sur tout pour mettre à distance = esclavage du péché.

Re: Sur l'origine du mal

par Carolus » mer. 21 août 2019, 20:10

Hantouane a écrit :
mer. 21 août 2019, 15:19
Hantouane :
Je dirai que l'origine du mal n'est ni la désobéissance, ni l'orgueil mais bien le manque d'amour ...
Merci de votre réflexion, cher Hantouane. :)
Jn 14, 15 Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements.
Notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ nous dit : Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements, n’est-ce pas ?

La désobéissance aux commandements signifie donc un manque d’amour envers le Seigneur.

Ceux qui aiment notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ obéissent à ses commandements.

Re: Sur l'origine du mal

par Hantouane » mer. 21 août 2019, 15:19

Je dirai que l'origine du mal n'est ni la désobéissance, ni l'orgueil mais bien le manque d'amour ...

Re: Sur l'origine du mal

par Briscard » mer. 21 août 2019, 14:09

La désobéissance certes mais surtout l'orgueil de vouloir être aussi puissant que Dieu. C'est ce qui résulte des Écritures.

Re: Sur l'origine du mal

par Voyageur » mar. 20 août 2019, 10:24

L'origine du mal serait donc la désobéissance. Tel que nous l'enseigne la Genèse ;
"et ils se cachèrent, l'homme et sa femme, de devant Yahvé Dieu , parmi les arbres du jardin."
Alpha et Omega, tout revient à LUI.

Merci Cinci, passez une excellente journée !

Re: Sur l'origine du mal

par Cinci » mar. 20 août 2019, 5:13

Je précise que cette libération procède toujours d'une grâce et même si le saint aura dû travailler un peu (souffrir) pour y arriver. Pour se faire obéissant, acceptant de souffrir : le saint parvient à la libération. Le pécheur souhaite plutôt se soustraire aux aléas que son obéissance risquerait par trop de lui occasionner.

Ainsi

Je trouve l'origine du mal dans cette volonté de se dérober soi-même à ces risques que le fait d'obéir à Dieu peut suggérer. Risque de perdre une situation, perte de prestige, perte d'autonomie, perte de dignité, perdre sa vie. Le pécheur veut se protéger.

Re: Sur l'origine du mal

par Cinci » mar. 20 août 2019, 4:47

Salut Voyageur,

La différence ?

Probablement que le saint laisse transparaître le "maximum de divin qu'il est possible à un homme de contenir" et parce qu'il est plus libre réellement par rapport à tant de choses qui continuerons d'obséder les pauvres pécheurs cf. la peur, le manque, être aimé, reconnaissance sociale, la souffrance, le plaisir, ne pas être rejeté, etc.

Le pécheur n'est pas affranchi du monde et de ses séductions. Le saint s'en trouverait libéré plutôt, de plus en plus, sans que cela fasse de lui un méprisant.

Re: Sur l'origine du mal

par Voyageur » dim. 18 août 2019, 22:09

Cinci a écrit :
jeu. 13 juin 2019, 16:16
La vraie liberté ne se trouve qu'en Dieu. Liberté = Dieu. Les saints sont libres, les pécheurs des esclaves.
Bonjour Cinci,

Quelle est la différence entre le saint et le pécheur, selon toi ?

Re: Sur l'origine du mal

par Cinci » jeu. 13 juin 2019, 16:52

Dydime :

J'ai dans l'idée que Dieu n'aurait pas oeuvrer à vaincre le péché si sa possibilité était nécessaire à la liberté. Ni non plus qu'il blâmerait constamment le pécheur si celui-ci ne faisait qu'exercer sa liberté.
En effet.

Il faudra dire que le péché est étranger à la liberté. Jésus est libre, il n'a jamais péché.

Si Dieu peut blâmer des hommes de "vouloir"demeurer dans le péché, c'est uniquement parce que de cette manière les hommes sont esclaves, ne seront pas heureux à la fin. Le blâme vient de ce qu'en péchant "contre soi-même et contre Dieu", l'on fini par se faire fatalement et nécessairement un complice de la mort, des forces de dissolution, de désintégration, de l'absurde et du néant. "Le voleur ne vient que pour voler, tuer, égorger", tel que dit dans l'Évangile de Jean. Et l'exhortation de Dieu dans l'Ancien Testament consisterait plutôt à un "Choisis donc la vie !"

Haut