Hymne à la mystique nuptiale

Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Hymne à la mystique nuptiale

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Dominus vobiscum » mer. 13 sept. 2017, 20:31

Quel moyen prendre pour se souvenir de cette déclaration d'amour? Regarder Jésus mourir sur la croix. Ça c est la plus belle déclaration d'amour que Dieu pouvait nous faire.

L'union à Dieu ne dépend pas de nous mais de Dieu. Nous, nous pouvons seulement faire des petits pas. Un de ses petits pas c'est l'oraison. Il n'y a pas d'autre voie que l'oraison pour aller à l'union.

Pourquoi tout ces textes, Cinci???

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » mer. 13 sept. 2017, 0:26

Il serait profitable d'essayer de se souvenir de quelques points forts du Cantique.

Par exemple : au chapitre 4 verst 9 :

"Tu me fais perdre le sens, ma soeur, ma fiancée, tu me fais perdre le sens. Par un seul de tes regards, par une seule perle de ton collier."

On se souvient que Dieu se laisse troubler, bouleverser par un seul de mes regards vers Lui. Il en perd la tête ... C'est une façon de dire que l'amour rend aveugle, que l'amour fait faire des folies. Il m'aime démesurément ... Moi, une personne bien ordinaire qui a des défauts et qui n'est pas parfaite.

Ce verset cherche à me dire que Dieu n'attend pas que je performe sur le plan spirituel, que je devienne sans péché pour m'aimer. Il m'aime comme je suis, sans exiger que je sois rendu plus loin. Il me prend tel que je suis, avec tout ce que je suis et rien que ce que je suis. Il n'est pas si exigeant après tout car un seul regard vers lui et le voilà déjà tout conquis, satisfait et séduit. Comment je réagis à cette façon d'être de Dieu? Il faut que je m'arrange pour m'en souvenir quand le doute cherchera à me faire tout lâcher. Quel moyen prendre pour conserver cette déclaration d'amour bien vivante en moi? Il me faudrait répéter ce regard vers Lui plus souvent peut-être ... afin d'entretenir et faire grandir l'amour déjà amorcé entre Lui et moi.


A un autre endroit : chapitre 2 verset 10 :

"Viens, ma toute belle, viens dans mon jardin. L'hiver s'en est allé et les vignes en fleurs exhalent leurs parfums. Viens dans mon jardin."

Suis-je sensible à cet appel où le nom qu'il me donne est ma toute belle? Dieu est fasciné par la beauté intérieure de mon coeur. Il y a quelque chose de Lui dans ce coeur et il s'y plaît ...C'est un signe que je suis appelé à vivre une relation nuptiale avec Lui.

Pour aller au jardin. je dois quitter, pour un moment, l'endroit où je suis, mes préoccupations, mes activités, tout ce qui me distrait de Lui pour m'engager dans le silence, la solitude, la prière et la lecture spirituelle. Est-ce que j'y consens? Est-ce que j'investis assez de ce côté-là? C'est le temps que je consacre à ma rose qui fait que ma rose est si importante (St-Exupéry)

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » lun. 11 sept. 2017, 23:36

Saint Grégoire de Nysse dit :

La bouche de l'époux est la source d'où jaillissent les paroles de la vie éternelle. Si quelqu'un a soif , qu'il vienne à moi et qu'il boive (Jn 7,37) Pour cette raison, l'âme assoiffée veut présenter sa bouche à la bouche d'où jaillit la vie en disant : Qu'il m'embrasse d'un baiser de sa bouche."



L'Époux est avec eux

J'exulte de joie dans le Seigneur et mon âme jubile en mon Dieu (Is 61,10) L'avénement, la présence du Seigneur, dont parle le prophète dans ce verset, est ce baiser que désire l'épouse du Cantique lorsqu'elle dit : Qu'il me baise du baiser de sa bouche (Ct 1,1) Et cette épouse fidèle c'est l'Église : elle est née dans les patriarches, elle s'est fiancée en Moïse et dans les prophètes; du désir ardent de son coeur, elle soupirait pour que vienne le Bien-Aimé. Pleine de joie maintenant qu'elle a reçu ce baiser, elle s'écrie dans son bonheur : J'exulte de joie dans le Seigneur!

Participant de cette joie, Jean Baptiste, l'illustre ami de l'Époux, le confident des secrets de l'Époux et de l'épouse, le témoin de leur amour mutuel, déclarait : L'Époux est celui à qui l'épouse appartient; quant à l'ami de l'Époux, il se tient là, il entend la voix de l'Époux et il en est tout joyeux. C'est ma joie, et j'en suis comblé (Jn 3,29) Sans aucun doute, celui qui a été le précurseur de l'Époux en sa naissance, le précurseur aussi de sa Passion, annoncé la Bonne Nouvelle à l'Église qui se trouvait là, dans l'attente.

Ce verset convient donc tout à fait à l'Église jubilante, quand au séjour des morts, elle se hâte déjà à la rencontre de l'Époux : J'exulte de joie dans le Seigneur, et mon esorit jubile en mon Dieu. Quelle est donc la cause de ma joie? Quel est le motif de mon exultation? C'est qu'il m'a revêtue des vêtements du salut et drapée dans le manteau de la joie.

En Adam, j'avais été dénudée, j'avais dû rassembler des feuilles de figuier pour cacher ma nudité; misérablement couverte de tunique de peau, j'avais été chassée du paradis (Gn 3,7-21) mais aujourd'hui, mon Seigneur et mon Dieu a remplacé les feuilles par le vêtement du salut. A cause de sa Passion dans notre chair, il m'a vêtue d'une première robe, celle du baptême et de la rémission des péchés et au lieu de la tunique de peau de la mortalité, il m'a enveloppée d'une deuxième robe, celle de la résurrection et de l'immortalité.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » lun. 11 sept. 2017, 23:09

(suite)

A un moment donné de l'histoire, on va cesser de s'embrasser sur la bouche et on va embrasser une petite planchette de bois ou de métal. Osculum : planchette qui va devenir la patène qu'on utilise encore pour donner la communion dans la liturgie.

[...]

Revenons à la question : y a-t-il une relation amoureuse entre Jésus et Marie-Madeleine? Reprenons le texte que Dan Brown a utilisé.

"Marie-Madeleine, le Sauveur l'aimait plus que tous les disciples et il l'embrassait sur la bouche souvent. Le reste des disciples lui dirent : pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous?"

Déjà une première chose à souligner. On a vu ce que pouvait signifier dans le contexte du christianisme des premiers siècles le baiser sur la bouche. Et dans cet extrait ces disciples expriment une réaction de jalousie : pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous? Une question bien simple. Si Jésus et Marie-Madeleine avaient été amants, époux, épouse, est-ce que les autres disciples poseraient la question : pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous? C'est un non sens. Moi, Pierre, Jean, Jacques ou Judes je n'aurais pas de raison d'être jaloux de l'épouse de mon Maître. Donc, si on lit bien le texte, ça nous oriente vers autre chose.

Voici un autre texte où Jésus embrasse cette fois, non pas Marie-Madeleine, mais Jacques, son disciple. Le Seigneur apparaît à Jacques. Jacques cessa de prier et lui donne un baiser sur la bouche en disant : "Maître, je t'ai trouvé." Alors on voit que Jésus embrasse d'autres disciples que Marie-Madeleine. Donc ce baiser ne peut pas signifier une relation amoureuse.

Si ça ne peut pas exprimer une relation amoureuse, ça veut dire que pour l'auteur de l'évangile selon Philippe, Marie-Madeleine et Jésus entretenaient une relation spirituelle extrêmement intime et une relation que l'on pourrait qualifier d'égal à égal. Ça veut dire que Marie-Madeleine et Jésus sont des égaux au plan spirituel, ce n'est pas une relation de supérieur à inférieur et ça c'est drôlement fort.

La culture russe a hérité des usages de l'empire byzantin. Le monde grec oriental c'est le monde qui a succédé à celui de saint Paul, celui de la Méditerranée. Les joueurs de hockey russes qui se félicitent, ne se donnent pas seulement l'accolade, ils s'embrassent sur la bouche. Il n'y a pas si longtemps dans les années 1960 Kroutchev accueillait les chefs d'États étrangers en les embrassant sur la bouche. Ça signifiait qu'on accueille l'autre comme un égal pas du tout comme un vassal, comme quelqu'un d'inférieur et cela remonte au protocole de l'empire romain.

On trouve ce genre de passage où il est question du baiser dans plusieurs textes. Exemple : évangile selon Marie. Ce n'est pas Jésus qui embrasse ses disciples mais c'est Marie-Madeleine qui a reçu une révélation du Sauveur après sa résurrection et qui s'en va vers les disciples pour leur transmettre la révélation qu'elle a reçue. Que fait-elle? Avant de leur dire sa révélation, elle va les embrasser. C'est un signe qui dit qu'on ouvre la communication spirituelle.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » lun. 11 sept. 2017, 22:22

Merci pour le commentaire.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Dominus vobiscum » dim. 10 sept. 2017, 20:23

Le baiser est un symbole,symbole de l union. C'est le baiser de Dieu à l'âme. De quelle manière?
- dans l'oraison
- dans l'eucharistie.


Je doute que les Pères de l'Eglise aient accordé beaucoup de prix aux évangiles apocryphes!

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » dim. 10 sept. 2017, 17:46

(suite)

Dès le livre de la Genèse, on voit Dieu qui embrasse l'homme et qui de la glaise, il lui insuffle par la bouche la vie. Est-ce dire que les chrétiens se sont inspirés de ce passage pour en arriver au baiser de paix ou au baiser spirituel? La relation est pertinente mais il faudrait l'inverser. Ce ne sont pas les chrétiens qui se sont inspirés de ce passage pour développer ce rituel du baiser. Mais c'est plutôt ce rituel du baiser qui les a emmenés à interpréter ce passage comme un baiser. Parce qu'à vrai dire dans le texte de la Genèse on ne dit pas que Dieu a donné un baiser à sa créature. On dit qu'il a insufflé une haleine de vie.

Césaire d'Arles se demande comment Dieu a fait pour transmettre l'Esprit Saint. Et il écrit ceci : "C'est l'Esprit Saint que le Seigneur donna à ses disciples quand il souffla sur eux et leur dit : recevez l'Esprit Saint. Et il plaçait en quelque sorte sa bouche sur leur bouche quand il souffla et leur donna l'Esprit Saint." Alors Césaire imagine la transmission de l'Esprit Saint exactement comme un bouche à bouche. Et ça nous donne une indication très forte.

Dans les communautés chrétiennes au 2e siècle, les catéchumènes, c'est à dire ceux qui allaient être baptisés et qui participaient à la liturgie de la parole, après la liturgie de la parole, ils se retiraient. Les chrétiens qui restaient et qui étaient baptisés s'embrassaient mutuellement. Pourquoi cette exception avec les catéchumènes? Parce qu'ils n'avaient pas encore reçu l'Esprit Saint. Ils ne pouvaient pas partager ce souffle spirituel. C'était strictement limité aux baptisés.

Le geste rituel bien placé dans la liturgie devint une sorte de sacrement ou de sacramentel au point qu'au Moyen Âge, cet échange du baiser qui est une véritable communion spirituelle, va remplacer l'absorption de l'hostie.

Est-ce que l'échange de paix qui existe encore dans nos communautés chrétiennes est dans la lignée de ce baiser spirituel? Oui, c'est un petit reste de ce rituel qui était tellement fort au début du christianisme et qui était complètement disparu sauf aux messes avec concélébrants qui se donnaient l'accolade et qui a été remis à l'honneur dans les années 1960 avec Vatican II.

(à suivre)

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » dim. 10 sept. 2017, 15:19

(suite)

Dans l'évangile apocryphe selon Thomas on dit : "Jésus a dit : celui qui s'abreuvera à ma bouche deviendra comme moi, moi-même je deviendrai lui et ce qui est caché sera révélé."

Celui qui s'abreuvera à ma bouche. On n'est plus dans le même contexte des paroles de Jésus qui dit : Celui qui boira mon sang. Il n'est pas question de l'Eucharistie. Que veut dire : celui qui s'abreuvera à ma bouche, sinon échanger un baiser et ce que dit ce texte c'est que par cet échange de baiser, je deviendrai lui et lui deviendra moi. Donc, il y a un échange intime, un échange intérieur, une identification mutuelle des deux personnes qui s'embrassent et c'est aussi une moyen de révélation : ce qui est caché lui sera révélé. Donc on voit tout ce qu'il y a derrière ce baiser échangé entre Jésus et Marie-Madeleine qui est en réalité beaucoup plus profond que ce que Dan Brown suppose. Ce n'est pas qu'un simple baiser entre amants. C'est un geste d'amitié, un geste d'accueil, un geste de salutation, un geste d'identification réciproque. Par un baiser sur la bouche, je deviens toi et tu deviens moi, il y a un échange intime qui est un échange des souffles. C'est une sorte d'engendrement spirituel.

Donc on voit que la relation qui existe entre Jésus et Marie-Madeleine est beaucoup plus riche, beaucoup plus complexe que simplement une relation entre amant et amante.

D'où vient ce fameux baiser? Comment ça se fait que l'on voit au 2e siècle des textes où il est question de baiser, où il est question de s'abreuver à la bouche? D'où ça sort tout ça? Quelle utilisation on en faisait dans les premières églises chrétiennes? Il faut remonter au plus ancien texte chrétien qui nous soit parvenu. La première lettre de Paul aux Thessaloniciens au début des années 50, ça fait à peine 20 ans que Jésus est mort.

Cette lettre se termine par : "Saluez tous les frères par un saint baiser." Quand on lit ça aujourd'hui on peut penser à une formule de politesse comme : cordialement, salutations distinguées ou bien on pense à une accolade. Mais le mot grec utilisé veut bien dire un baiser donné avec la bouche. La première lettre de Pierre aussi et plusieurs autres lettres de Paul aussi.

Ce que signifie ce baiser sur la bouche dans les communautés fondées par Paul, il faut mettre ça en rapport avec l'idée que Paul se faisait des communautés, des Églises qu'il avait fondées. Et on connaît bien l'idée que, les communautés chrétiennes, l'Église forment le Corps du Christ. Et les membres de ce Corps, comme Paul l'écrit aux Corinthiens et aux Galates, sont uns. Tous les membres sont au service du même Corps et il n'y a pas de hiérarchie entre les membres du Corps : qu'on soit un pied, une tête ou un oeil, on est tous égaux dans un même Corps. Et il l'exprime d'une façon très claire et explicite. Et pour nous c'est normal. Quand Paul écrit : "Il n'y a plus ni Juif, ni Grec, il n'y a plus ni esclaves ni hommes libres mais nous sommes tous unis dans un même Corps." Il fait une affirmation qui est absolument révolutionnaire à l'époque. Paul incite les Juifs de Jérusalem à reconnaître les différentes communautés ou Églises qu'il a fondées du côté de Rome ou à Corinthe. Dans ces communautés il y avait des chrétiens d'origine juive et d'autres d'origine grecque. Et pensez seulement que pour un Juif : celui qui n'est pas Juif est impur. On ne peut pas partager la même table : moi je mange cachère et toi pas.

Et plus que ça dans les rapports sociaux. Imaginez qu'on est dans une société qui est essentiellement et fondamentalement inégalitaire. Il y a une petite couche sociale d'hommes libres et une majorité formée d'esclaves. Et Paul leur dit : Écoutez, nous sommes tous les membres d'un seul Corps. Il n'y a plus d'esclaves, ni hommes libres et dans une petite communauté chrétienne où les gens se réunissent, non pas dans une grande église contenant des milliers de personnes, mais ce sont des maisons familiales où les communautés sont de 30 ou 40 personnes. Elles sont formées de réseaux déjà existants donc ce sont des membres d'une même famille, des amis, des voisins, des proches parents et dans ces groupes-là il y a des inégalités : personnes libres ou esclaves, hommes et femmes, et Paul leur dit : Vous êtes tous égaux.

(à suivre)

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » dim. 10 sept. 2017, 14:39

Signification spirituelle du baiser
par Louis Painchaud, université Laval

Au sujet du film Le Code Da Vinci, Dan Brown a basé son film sur un passage de l'évangile selon Philippe, évangile apocryphe. La voûte de la basilique Sainte-Anne de Beaupré est ornée de scènes de l'enfance de Jésus tirées des évangiles apocryphes. Ce ne sont pas tous des textes condamnés par l'Église.

Donc, voici le passage qui a inspiré Dan Brown pour son film : "Marie-Madeleine, le Sauveur l'aimait plus que tous les disciples et il l'embrassait sur la bouche souvent." Dan Brown suggère à partir de cette phrase que Marie-Madeleine et Jésus étaient des amants, des époux et qu'ils ont eu une descendance dont Sophie Neveu est la dernière en ligne. Il met toute l'emphase sur cette hypothèse d'une relation amoureuse entre Marie-Madeleine et Jésus.

Ce qu'il ne fait pas, c'est qu'il ne se demande pas quelle était l'interprétation de ce passage de l'évangile selon Philippe. Il saute tout de suite à la conclusion que s'ils s'embrassent sur la bouche, ils sont amants. Il interprète le baiser sur la bouche selon notre culture à nous aujourd'hui. Il ne se demande pas ce que ça voulait dire dans ce temps-là. Et s'il avait lu tout l'évangile selon Philippe, il aurait lu un autre passage qui lui aurait mis la puce à l'oreille. "Les parfaits (chrétiens baptisés) c'est par un baiser qu'ils conçoivent et engendrent. C'est pourquoi nous nous embrassons mutuellement, nous concevant mutuellement par la grâce qui est en nous."

Alors ce n'est plus seulement Marie-Madeleine, c'est nous les chrétiens. Nous nous embrassons mutuellement et en nous embrassant mutuellement nous nous engendrons les uns les autres. Le baiser revêt une dimension collective spirituelle, si on dit qu'on s'engendre par un baiser ce n'est pas un engendrement physique, mais alors quelle sorte d'engendrement est-ce? Il y a ici une dimension symbolique. Puisqu'on dit que les chrétiens s'embrassent ensemble, il faut placer ce baiser dans le contexte des assemblées liturgiques des chrétiens donc c'est un geste rituel.

Y a-t-il d'autres textes qui parlent de ce baiser?

(à suivre)

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » dim. 10 sept. 2017, 14:18

De tout temps la lecture du Cantique des cantiques fascine les âmes éprises de Dieu comme les passionnés de poésie. Derrière de nombreuses images, se laissent deviner crûment les réalités les plus charnelles de l'amour qui unit deux êtres de chair et de sang. Et pourtant il n'y a pas lieu de s'offusquer ou de se scandaliser, diront les exégètes chrétiens de ce livre biblique. Ils y voient au contraire un chant qui veut célébrer le plus magnifique don de tous les dons qui fit le Seigneur au jour où il créa l'homme et la femme : le don d'amour qu'il mit en leur coeur et qui les presse de devenir un seul être dans l'union qu'ils sont appelés à vivre.


Toute personne en cheminement spirituel est appelée à vivre avec Dieu un amour de type nuptial. Et Thérèse d'Avila va jusqu'à dire que tous les chrétiens sont fiancés au Christ par leur baptême. Une relation amoureuse est déjà commencée et s'exprime par les promesses du baptême : consentez-vous à renoncer au mal ? (pour choisir le Christ) Oui je le veux. Notre consentement à opter pour Lui est d'une extrême importance. C'est la vocation de tout baptisé. Tout chrétien vivant dans cette optique entre dans une union nuptiale d'amour avec Jésus. La vie mystique la plus haute n'est pas différente en nature de la vie baptismale : elle en est l'épanouissement plénier et normal.

Dieu-Époux

D'après la Bible, Dieu ou le Christ se présente sous les traits d'un époux face à son peuple. L'amour nuptial va alors nous faire entrer dans le mystère d'amour entre le Christ et le peuple de Dieu parce qu'il est l'image de l'amour de Dieu. Mais chacun, individuellement, au sein de ce peuple, peut-il faire l'expérience de Dieu-Époux? Peut-on dire Jésus est mon mari? Un homme marié peut-il vivre un amour nuptial avec Jésus?

Voici ce qu'en pense un couple :

Laurence : l'amour exclusif pour mon mari n'est pas un obstacle à un amour tout aussi exclusif pour Jésus. Mon coeur n'est pas partagé entre les deux, puisque je sais qu'un des moyens de prouver mon amour à Jésus est d'aimer mon mari de l'amour même dont lui, Jésus, m'aime. Et grandir dans l'amour de Jésus a pour conséquence d'intensifier ma relation d'amour avec Vincent. Je peux donc, sans réserve, dire à Jésus qu'il est mon Bien-Aimé.

Vincent : Je vis avec Jésus des moments similaires de ce que je vis avec Laurence. Abandon, sentiment d'être aimé pour moi-même, gratuité de l'amour, délicatesse, union très forte. Ma relation avec Jésus fait l'objet d'un choix de ma part qui est une réponse à son appel, comme ma vie avec Laurence a été le fruit de l'appel à l'aimer. Il me semble que parmi toutes les relations d'amour que je vis (parents, enfants, frères) c'est la relation nuptiale qui est la plus proche de ce que je vis avec Jésus.

Le couple : pour notre couple, qui est une Église domestique, il est normal de retrouver une relation comparable à celle que l'Église vit avec Jésus Christ. Nous avons déjà expérimenté des grâces, vécues en couple, où nous ressentions que Jésus faisait corps avec le couple. Il ne s'agit plus alors d'une relation d'intimité individuelle avec Jésus mais il s'agit d'associer Jésus à notre vie de couple en lui faisant partager notre intimité. Il devient alors en quelque sorte l'Époux du couple. Notre couple s'engage envers Lui et puise sa propre vie dans la vie avec Jésus.

Dieu nous appelle : "Je te fiancerai à moi pour toujours" (Os 2,21) Cet amour de Dieu qui s'exprime d'abord par des paroles d'amour (Osée ou le Cantique des cantiques, etc) se réalise par la parole faite chair qu'est Jésus Christ et qui se livre sans réserve à son Église, pour qu'elle ne fasse qu'un avec Lui. L'Église est sanctifiée par l'amour de Jésus; le couple chrétien, micro-cellule de l'Église, et chaque baptisé, membre de l'Église, sont appelés à participer à cette sanctification, dans l'union profonde avec Jésus, au sein de l'Église.

Revue du Carmel



L'Évangile est une sensualité

L'Évangile est plus qu'un récit. Il est plus qu'un récit amoureux. Il est une sensualité. Qui n'a pas compris que l'Évangile était une bouche, une oreille, un nez, des yeux, des mains ... ne mesure pas en quoi il affole les sens et met tout à l'envers. Car l'Évangile saisit l'homme par les pieds plus que par la tête. Il ne sort pas du cerveau. Il sort des tripes. Il sort du ventre. Il cherche le contact, y compris physique, pour exister, maintenant.

Dans l'Évangile, l'invisible passe par le sensible, par un souffle, une haleine, une sueur, une odeur ... Entrer dans l'Évangile, c'est voir des cheveux, des bandelettes, une paillasse, une cruche, un suaire ... C'est admirer des moissons qui blanchissent et entendre tomber deux piécettes dans un tronc. C'est croiser un blessé sur la route, une femme au bord d'un puits, des marchands, des paysans, des pécheurs, des collecteurs. C'est regarder fleurir un amandier et se dessécher un figuier, sentir l'huile, respirer le parfum, enfoncer du levain dans une pâte, cuire du pain, verser du vin.

On ne parle pas assez de cette approche gustative de l'Écriture, de l'importance de mettre des syllabes en bouche et de laisser lentement entrer en soi les versets gonflés de suc et de lumière. L'Évangile est fait pour être mangé.

- Gabriel Ringlet, prêtre et professeur à l'Université catholique de Louvain

Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » dim. 10 sept. 2017, 4:00

Le Cantique des Cantiques

Recueil de commentaires (notes, extraits d'auteurs, Bible)


Bonjour,

Il s'agit juste d'un partage. Sans prises de tête. Le thème est tout de même fondamental et malheureusement si occulté, surtout pour ceux qui s'imaginent toujours que l'AT doit rimer avec massacres à répétition, barbarie et autres joyeusetés. On va se situer dans un autre registre rendu ici.


Quelques citations bibliques sur le thème des épousailles :

On t'appellera celle en qui je prends plaisir, l'Épousée. Comme le jeune homme épouse sa fiancée, ton Créateur t'épousera. De l'enthousiasme du fiancé pour sa promise, ton Dieu sera enthousiasmé pour toi (Is 62, 4-5)

Te voici épousée par ton Créateur (Is 54,5)

Je te fiancerai à moi pour toujours. Je te fiancerai à moi par l'amour et la tendresse et dans la fidélité tu me connaîtra (Os 2,21-22

Elles sont venues les noces de l'Agneau. Et pour lui son épouse a revêtu sa parure (Apo 19, 8)


Sainte Thérèse d'Avila :

O mon Seigneur, si baiser signifie paix et amitié, pourquoi les âmes ne vous demanderaient-elles pas de leur accorder cette faveur? Quelles choses meilleures pouvons-nous vous demander? Ce que je vous demande, ô mon Dieu, c'est que vous me donniez cette paix avec un baiser de votre bouche. Bienheureuse l'âme qui lui ferait une telle demande.

Ainsi, ô mon Seigneur, je ne vous demande pas autre chose en cette vie, si ce n'est que vous me donniez un baiser de votre bouche; mais que ce soit de telle sorte que, voudrais-je m'éloigner de cette amitié et de cette union, ma volonté, ô Maître de ma vie, ne se sépare plus de la vôtre.

Dieu tout aimant, tu attends de moi peut-être cette prière depuis longtemps parce que tu désires remplir de ta Présence mon coeur si vide et si pauvre en capacité d'aimer vraiment. Je suis troubé, Jésus, d'oser t'adresser cette demande. Mais tu l'as déjà exaucée bien avant qu'elle naisse dans mon coeur. Mon baptême est ton premier baiser sur mon âme. Semblable à celui que ta divinité a donné à ton humanité au moment de l'Incarnation, ce baiser a laissé dans mon âme une empreinte si durable qu'aucune de mes infidélités, aucune de mes trahisons, aucun de mes adultères, n'a jamais pu l'effacer. Ce jour-là, tu m'as épousé pour toujours ... Et tu m'en vois ravie.

En te disant :"Couvres-moi des baisers de ta bouche", ce n,est pas surtout une demande que je t'adresse mais une manière de me rappeler que tu ne cesses de le faire surtout à l'Eucharistie au moment de la communion.

Cependant je veux te le redire sous forme de prière. Comme je voudrais te laisser être Dieu dans ma vie! Je voudrais prendre conscience de tout l'amour enfermé dans ton coeur pour moi et qui ne demande qu'à s'exprimer et à être accueilli. Je constate avec joie que ta présence dans ma vie est constante. Chaque hostie que je reçois, chaque pardon, chaque personne, chaque événement qui me rapprochent de toi, est un baiser de ta bouche. La méditation de la Parole de Dieu qui me rejoint intérieurement, l'oraison, la paix du coeur sont également un baiser de ta bouche.

- Revue du Carmel


La Bien-Aimée

Qu'il me baise des baisers de sa bouche
Tes amours sont délicieuses plus que le vin
L'arôme de tes parfums est exquis
Ton nom est une huile qui s'épanche
C'est pourquoi les jeunes filles t'aiment
Entraîne-moi après toi, nous courrons
Le Roi m'a introduite dans ses appartements
Tu seras notre joie et notre allégresse
Nous célébrerons tes amours plus que le vin
Qu'on a raison de t'aimer!

Haut