Hymne à la mystique nuptiale

Règles du forum
Forum d'échanges sur la Sainte Bible.

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Hymne à la mystique nuptiale

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » mer. 08 nov. 2017, 20:02

Le cantique utilise le symbole du vin. Mais il utilise aussi le langage de la bonne odeur. Les parfums ... C'est excellent pour évoquer Dieu ou la présence divine.

"L'arôme de tes parfums est exquis."

Symbole de l'attrait puissant du Bien-Aimé. Il attire. Le parfum s'insinue partout. Il s'attache à toutes choses. Il imprègne toutes les fibres de nos vies. Saint Paul écrivait :"Chaque chrétien doit répandre la bonne odeur du Christ" cf 2 Co 2,16 Il arrive que la personne parfumée quitte une pièce, mais l'on continue de sentir la présence.

Saint Bernard (1091-1153)
Moine cistercien et docteur de l'Église
10e sermon sur le Cantique des cantiques
La maison fut remplie par l'odeur du parfum

"L'arôme de tes parfums est exquis", lit-on dans le Cantique des cantiques (1,3) J'en distingue plusieurs espèces de parfum. Il y a le parfum de la contrition, et celui de la piété; il y a aussi celui de la compassion ... il y a donc un premier parfum que l'âme compose à son propre usage lorsque, prise au filet de nombreuses fautes, elle commence à réfléchir sur son passé. Elle rassemble alors dans le mortier de sa conscience, pour les détruire, les péchés qu'elle a commis; et dans la marmite de son coeur brûlant, elle les fait cuire au feu de son regret, de son repentir et de son amour pour Dieu. Tel est le parfum dont l'âme doit couvrir les débuts de sa conversion et oindre ses blessures; car le premier sacrifice qu'il faut offrir à Dieu est celui d'un coeur repentant et aimant.

Ce parfum invisible et spirituel ne pourra d'ailleurs nous sembler vulgaire et sans prix, si nous comprenons qu'il est symbolisé par le parfum que, selon l'Évangile, la pécheresse Marie-Madeleine a répandu sur les pieds du Seigneur. Nous lisons que "toute la maison fut remplie de cette odeur."

Souvenons-nous du parfum qui envahit toute l'Église par la conversion d'un seul pécheur; tout pénitent qui se repent et devient pour une foule d'autres une odeur de vie qui les éveille à la vie. L'arôme de cet amour de Dieu monte jusqu'aux demeures célestes puisque, selon l'Écriture :"Il y a plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui commence une vie nouvelle que pour 99 justes." (Luc 15,7 et 10)

D'autres aromates entrent dans la composition du deuxième parfum : ce sont les bienfaits que la bonté divine a départis au genre humain. Heureux celui qui a soin de les recueillir et de rendre grâce. Par la méditation et la contemplation, tous ses bienfaits sont réunis dans le feu allumé par le coeur et sur lequel on y verse l'huile de la joie. Ce parfum est plus précieux que le premier. Il a l'excellence de la louange. Le premier est versé sur les pieds et le second sur la tête. C'est parfumer la tête que de rendre des actions de grâce et de chanter les louanges de Dieu. Ainsi se répand la bonne odeur du Christ, selon les mots de saint Paul. "Que votre façon de vivre soit inspirée par l'amour à l'exemple du Christ qui nous a aimés et a donné sa vie pour nous comme une offrande et un sacrifice dont l'agréable odeur plaît à Dieu." (Ep 5,2)





Tantôt le parfum est un baume ou bien une huile.

Thérèse d'Avila : "Ô Amour je voudrais sans cesse redire ton nom." Il suffit de dire et de redire le nom de Jésus lentement pour qu'il descende au fond du coeur comme une huile pénétrante, afin qu'il opère guérison et renouvellement. C'est aussi une grâce à demander dans la prière : avoir un coeur absorbant qui sache retenir l'huile.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » dim. 05 nov. 2017, 22:47

L'hiver de l'exil _ poème

Je suis noire mais je suis belle, filles de Jérusalem.

Chapitre 1
5 Je suis noire, mais belle, filles de Jérusalem

(Bible Crampon)

L'épouse est belle parce qu'elle est l'élue de son Bien-Aimé. Le bonheur de se savoir aimée la transfigure.


7 Ses princes surpassaient la neige en éclat, le lait en blancheur ; leur corps était plus vermeil que le corail, leur figure était un saphir.
8 Leur aspect est plus sombre que le noir même ; on ne les reconnaît plus dans les rues ; leur peau est collée à leurs os, elle est sèche comme du bois.

(Lamentations 4, 7-8)


Avant, après ...

L'Épouse (qui est Israël) était d'une blancheur immaculée du temps de sa splendeur et de sa justice, brillante comme du temps de Salomon. En conséquence de ses infidélités malheureusement, voici que l'épouse-Israël est alors devenue noire. Elle est exilée à Babylone. L'épouse est déchue comme au rang du pauvre métayer qui doit travailler dur pour le compte d'un autre et sur une terre qui n'est pas la sienne. Mais, en dépit de sa faute et des apparences, l'Épouse reste belle. Car l'Époux ne la renie pas. Il ne détourne pas le regard d'elle et la rétablit dans son alliance.
L'ÉPOUSE.

5 Je suis noire, mais belle, filles de Jérusalem,
comme les tentes de Cédar, comme les pavillons de Salomon.
6 Ne prenez pas garde à mon teint noir,
c'est le soleil qui m'a brûlée ;
les fils de ma mère se sont irrités contre moi ;
ils m'ont mise à garder des vignes ;
ma vigne, à moi, je ne l'ai pas gardée.
7 Dis-moi, ô toi que mon cœur aime,
où tu mènes paître tes brebis,
où tu les fais reposer à midi,
pour que je ne sois pas comme une égarée,
autour des troupeaux de tes compagnons.
Les pavillons de Salomon (Salma; voiles de Salma) pourrait être une allusion aux voiles du Temple; la blancheur des voiles du Temple. Les tentes de Kédar sont un renvoi par opposition à la couleur noir des tentes des nomades du désert qui sont tissées en poil de chèvre noir. On passe du blanc au noir, comme on peut passer du noir au blanc. Les Pères de l'Église pourront parler de l'Église comme étant celle qui, en échange de sa noirceur ( de ses infidélités et des ses fautes), retrouve la blancheur (la beauté du Bien-Aimé). Un admirable échange! Le pardon ...

Terme de même racine :

Shelomo, Salmon, Salma, Salomon, Salomé, Shalom ... La paix.


Moi, noire, harmonieuse, filles de Ieroushalaîm, comme tentes de Qédar, comme tentures de Shelomo.
Ne me voyez pas, moi, la noirâtre : oui, le soleil en moi s’est miré.
Les fils de ma mère ont brûlé contre moi; ils m’ont mise gardienne de vignobles.
Mon vignoble à moi, je ne l’ai pas gardé !

Rapporte-moi, toi que mon être aime, où tu pais, où tu t’étends à midi ; car pourquoi serais-je comme affublée, auprès des troupeaux de tes amis ?

(traduction d'André Chouraqui)


L'Épouse demande à trouver le repos auprès de l'Époux. "Tires-moi vers toi, Seigneur; Entraîne-moi à toi."

Ce peut être une grâce à demander dans la prière, les jours où tout est difficile. Quand on se trouve dans l'adversité. "Si tu vois que je m'éloigne et que je suis infidèle, alors tires-moi à toi. Viens me tenir la main."

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » dim. 05 nov. 2017, 4:35

Dans les Pensées sur l'amour de Thérèse d'Avila :

L'épouse dit : il m'a introduite dans le cellier du vin et il a réglé en moi la charité (il a suscité en moi l'amour). Ces paroles ne donnent lieu de croire que la grandeur de cette faveur est vraiment merveilleuse, De même qu'on peut donner à boire une quantité de vin plus ou moins grande, un vin bon, puis un autre meilleur, et qu'on peut ainsi enivrer quelqu'un plus ou moins, de même en est-il des grâces du Seigneur. Il accorde à l'un une petite quantité du vin de la dévotion, à l'autre une plus grande; à celui-ci il augmente la mesure de telle sorte qu'il le tire de lui-même, de sa sensualité et de toutes les choses de la terre; à ceux-là il donne une grande ferveur pour le servir, ou bien de grands élans d'amour, ou encore une grande charité pour le prochain, de telle sorte que, tout enivrés de ce vin, ils ne sentent pas les grands travaux par lesquels ils passent. Mais ce que dit l'épouse indique une mesure abondante. Elle dit que le Roi l'a introduite dans le cellier pour qu'elle puisse s'y enrichir sans mesure.

Il ne semble pas, en effet, que le Roi veuille mettre des bornes à ses dons. Il veut, au contraire, que l'épouse boive selon ses désirs, qu'elle s'enivre bien en buvant de tous ces vins qu'il y a dans le cellier du Seigneur. Qu'elle goûte donc de toutes ces joies! Qu'elle soit dans l'admiration de toutes ces merveilles! Qu'elle ne craigne donc pas de perdre la vie en buvant à un tel excès, qu'elle dépasse la faiblesse de sa nature! Qu'elle meure dans ce paradis de délices! Ô la bienheureuse mort que celle-là qui donne une telle vie! Oui, en vérité, il en est ainsi. Ces merveilles que l'âme comprend, sans savoir comment elle les comprend, sont si élevées qu'elle en est complètement ravie, comme elle le dit elle-même par ces paroles : il a réglé en moi la charité (il a suscité en moi l'amour).

Ô paroles que ne devrait jamais oublier l'âme à qui le Seigneur accorde de tels bienfaits! Ô souveraine faveur! Comme on est loin de pouvoir la mériter, si le Seigneur nous prêtes son secours!

Thérèse d'Avila, Oeuvres complètes, Éd. du Seuil, page 1440



Chapitre 2.- Lotus des vallées

Moi, l’amaryllis du Sharôn, le lotus des vallées.
Comme un lotus parmi les vinettiers, telle est ma compagne parmi les filles.
Comme un pommier parmi les arbres de la forêt, tel est mon amant parmi les fils.

Je désirais son ombre, j’y habite ; son fruit est doux à mon palais.
Il m’a fait venir à la maison du vin ; son étendard sur moi, c’est l’amour.
Soutenez-moi d’éclairs, tapissez-moi de pommes : oui, je suis malade d’amour.

(Cantique; André Chouraqui)

Voilà ce que tu es : Désir de Dieu. Ce désir en toi, c'est la signature de Dieu, la marque de son Amour, de sa Présence. Ce désir, ce n'est pas une option, c'est l'exigence radicale de ton être ... si tu ne l'écoutes pas, c'est l'échec de ta vie. Si tu l'écoutes, c'est la réussite de ta vie. Tu es désir de Dieu. C'est ta grandeur et ta beauté.

Fr. Yvon Moreau

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » dim. 05 nov. 2017, 3:51

Reprenons :

A partir de là, nous pouvons ainsi comprendre que le Cantique des Cantiques, reçu dans le canon de la Sainte Écriture, ait été très vite interprété comme des chants d'amour décrivant, en définitive, la relation de Dieu avec l'homme et de l'homme avec Dieu. De cette manière, le Cantique des Cantiques est devenu, dans la littérature chrétienne comme dans la littérature juive, une source de connaissance et d'expérience mystique, dans laquelle s'exprime l'essence de la foi biblique; oui, il existe une unification de l'homme avec Dieu.

- Benoit XVI


La symbolique du vin

Dans la mythologie grecque le vin assurait le lien entre les dieux et les hommes, et les liens entre les hommes. Le vin est à la fois un don de Dieu et une offrande faite à Dieu. Le vin permet de se détacher des attaches terrestres et de s'intégrer à la divinité. Le vin est mentionné à sept reprises dans le Cantique. Symboliquement le vin exprime quelque chose de doux, fort, festif, enivrant. On associe le vin à une plénitude de vie, une métamorphose, la régénération du vivant. C'est un breuvage d'immortalité. Promesse d'une vie nouvelle. Jésus parlera du vin comme de son sang.

Ce grand poème est une merveille de sensualité; il y est question d'amour. Le vin y est également présent! Voilà une image de la foi qui m'enchante : humaine, charnelle, sensuelle, heureuse du bonheur des hommes et des femmes ... J'aime aussi les évangiles que j'ai fréquentés pendant mon enfance et mon adolescence. Je suis frappé par le fait qu'il est possible de trouver des choses sans cesse nouvelles dans le même texte. J'ai assisté l'autre jour , à un mariage d'un de mes neveux dans le Beaujolais. Les fiancés, issus d'une famille de vignerons, avaient choisi comme évangile l'épisode des noces de Cana. Moi qui suis en train d'écrire un Dictionnaire amoureux du vin, j'ai écouté avec mes deux oreilles. Quel beau texte, quelle merveilleuse leçon d'humanité et d'amour! Marie se rend compte qu'il n'y a plus de vin. Elle dit aux serviteurs : "Faites tout ce que mon fils vous dira." Et lui il n'a pas vraiment envie de faire quelque chose, il pense que ce n'est pas encore le moment de poser un geste public. Mais Marie ne doute pas : avec douceur et fermeté, elle amène Jésus a accomplir le miracle.

Et puis la cène continue : la tradition de l'époque était de servir le bon vin d'abord et ouis le moins bon ensuite, lorsque les convivent commencent à être un peu enivrés. Le Christ inverse les valeurs : il réserve le grand cru, le vin d'exception pour la fin. Voilà une image du royaume de Dieu qui me ravit! Si Jésus a aussi bien réussi - oui, quelle réussite! - c'est à cause de sa très grande humanité ...

La figure du Christ vous touche ...

Ce qui me touche en lui, c'est la figure de l'homme blessé, humilié, souffrant qui va payer très cher son amour de l'humanité. Les évangiles sont une source où l'on peut aller puiser quelques éléments de réponse. On y voit le Christ désarmer la violence et chercher, malgré la souffrance et la mort, des chemins de compassion et de pardon. Lorsqu'on regarde de quelle façon il s'y prend, il aurait dû échouer. Le christianisme n'aurait jamais dû réussir. Or, mystérieusement, depuis deux mille ans, il continue de vivre et même de se développer.

Bernard Pivot dans Panorama, septembre 2006
... à ce mot de Bernard Pivot l'on aurait pu ajouter que non seulement le grand cru est-il servi en dernier mais servi en quantité industrielle également. On a évalué que la quantité de vin signalé dans le récit équivalait à 600 litres! C'est comme la folie de l'amour. La démesure du Christ qui ne calcule pas son don comme le ferait un radin.


Chapitre 1.- Poème des poèmes

Poème des poèmes qui est à Shelomo.
Il me baisera des baisers de sa bouche; oui, tes étreintes sont meilleures que le vin.
À l’odeur, tes huiles sont bonnes, ton nom est une huile jaillissante; aussi, les nubiles t’aiment.
Tire-moi derrière toi, courons !

Le roi m’a fait venir en ses intérieurs.
Jubilons, réjouissons-nous en toi !
Mémorisons tes étreintes mieux que le vin ! Les rectitudes t’aiment.

(traduction d'André Chouraqui)

Déjà que le vin est bon et permet la communication ... on se rappelle que le don du Seigneur produira un saint délire chez les Apôtres lors de la Pentecôte et qui s'apparente lui-même à l'effet du vin doux. Mieux que le vin doux!

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » jeu. 28 sept. 2017, 4:07

... Dieu est en absolu la source originaire de tout être; mais ce principe créateur de toutes choses [...] est d'autre part, quelqu'un qui aime avec toute la passion d'un véritable amour. De la sorte, l'eros est ennobli au plus haut point, mais, en même temps, il est ainsi purifié jusqu'à se fondre dans l'agapé.

A partir de là, nous pouvons ainsi comprendre que le Cantique des Cantiques, reçu dans le canon de la Sainte Écriture, ait été très vite interprété comme des chants d'amour décrivant, en définitive, la relation de Dieu avec l'homme et de l'homme avec Dieu. De cette manière, le Cantique des Cantiques est devenu, dans la littérature chrétienne comme dans la littérature juive, une source de connaissance et d'expérience mystique, dans laquelle s'exprime l'essence de la foi biblique; oui, il existe une unification de l'homme avec Dieu - tel est le rêve originaire de l'homme. Mais cette unification ne consiste pas à se fondre l'un dans l'autre, à se dissoudre dans l'océan anonyme du Divin; elle est une unité qui crée l'amour, dans lequel les deux, Dieu et l'homme, restent eux-mêmes et pourtant deviennent totalement un : "Celui qui s'unit au Seigneur n'est avec lui qu'un seul esprit", dit saint Paul (1 Co 6,17)

tiré de :
Benoit XVI, Dieu est Amour, 10

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » mar. 26 sept. 2017, 17:59

Dominus Vobiscum a écrit :
Pourquoi tout ces textes, Cinci???
Pourquoi?

Tout simplement parce que je participe, chaque mois, aux activité de L'école de vie intérieure. Ce sont des religieux et des religieuses qui auront mis ça sur pied depuis plusieurs années. Les personnes intéressées peuvent venir là-bas pour s'initier à la prière, toutes les formes que peuvent revêtir la prière chrétienne. Le tout s'inspire de la spiritualité qui est celle de sainte Thérèse d'Avila, cette grande amoureuse de Dieu comme on le sait. C'est une manière d'apprendre, de nous motiver à progresser dans le cheminement intérieur et pour connaître Dieu davantage.

Le texte du Cantique dans la Bible est comme la porte d'entrée du "château de l'âme", pour s'exprimer comme Thérèse. Il y a là comme une amorce de la vie intérieure. Parlons des abords de la vie spirituelle. Il n'y a pas de vie chrétienne sans relation personnelle et vivante avec ce Dieu qui est coeur de notre foi.

Ces textes sont comme une manière pour moi de prolonger les rencontres, pour les assimiler et pour en donner un écho à ceux du forum, tiens! Une forme de petit partage, si on veut.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » mar. 26 sept. 2017, 17:07

Attirer l'Amour

Thérèse d'Avila découvre que le meilleur moyen de se transformer en amour, c'est d'attirer à soi, pour en être consumé, l'amour qui est en Dieu, ou plutôt , qui est Dieu Lui-même! Car Dieu est Amour. Comme tel il est feu, et feu consumant. Or, quand on expose du bois au feu, il brûle. Si de même, une âme, si pauvre et si faible soit-elle, s'exposait aux flammes de l'Amour miséricordieux qui se pressent dans le Coeur divin, ne demandant qu'à s'échapper par torrents, ne serait-elle pas pareillement consumée? On ne saurait en douter si l'on considère l'ardeur du feu dévorant du Coeur de notre Dieu.

C'est en s'offrant en holocauste à l'Amour miséricordieux du Bon Dieu, pense Thérèse, que l'âme pourra rendre à son Père amour pour amour, et l'aimer comme elle est aimée de Lui; puisqu'ainsi elle aura trouvé le moyen de s'approprier les flammes dont la Sainte Trinité est l'éternel foyer.

tiré de :
P. André Daigneault, Au coeur de la misère la miséricorde, 1985, p. 226

http://sentiersdefoi.info/amour-pour-amour/
Amour pour amour (R. Lebel)

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » mar. 26 sept. 2017, 16:41

Le Cantique (retour)

A deux reprises, la bien-aimée cherche son Bien-Aimé. Elle est désolé d'avoir à vivre son absence. Elle le cherche et ne trouve pas. Elle s'aperçoit qu'elle ne peut vivre sans Lui et elle court partout. Quand elle demande de l'aide des gardes de la ville, elle est mal reçue. On la maltraite et la ridiculise. Elle se sent seule sans sa recherche. Rien ni personne ne peut la consoler. Puis, à la fin, elle dit : "J'ai trouvé celui que mon coeur aime."Il y a là quelque chose de fondamental dans notre vie de foi. L'aridité spirituelle, la sécheresse intérieure peuvent nous affecter. Il faut donc se lever et partir à la recherche du Bien-Aimé. Cette période de notre vie est un moment pénible mais il a pour effet de creuser notre désir, de provoquer un nouvel élan vers Lui.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » mar. 26 sept. 2017, 4:24

C'est là qu'il la transporte
La plonge sans réserve en son Être indicible
Il lui fait ressentir l'ineffable douceur`
De se sentir sombrer
En un tendre océan d'amour et de lumière
Il la submerge de paix et de sérénité
La couvre de "Je t'aime" en guise de baisers

Ô l'exquise volupté
De ses ravissements que je ne sais vous dire
Qui donnent le goût du ciel et de l'éternité!

Oh! ce que je voudrais
En lui faire naufrage
Tous les jours de ma vie!

Qui ne l'a pas vécu
Ne pourra pas comprendre
Comment l'âme se sent
Quand son Dieu vient la prendre.

Quand l'âme a connu Dieu
Il n'est plus rien au monde
Absolument rien
Qui puisse s'y comparer ...

Quand Dieu embrasse une âme,
Il allume un brasier.

Marie Septembre, 15 août 2003

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » mar. 26 sept. 2017, 4:14

Quand Dieu fait l'amour à mon âme

Quand Dieu fait l'amour à mon âme,
Il le fait oh! si tendrement.

D'abord, il lui ferme les yeux,
Il sait qu,elle est pudique.
Et puis il la courtise
Il lui parle d'amour
Sans jamais se lasser
Il aime prendre son temps
Pour ne pas la brusquer.

Ensuite il la cajole.
Doucement, tendrement
Il dépose sur sa joue
De touts petits baisers
En l'effleurant à peine
Il mendie ses je t'aime
Comme pour l'apprivoiser.

Et puis, il la dévêt
Lentement
Jusqu'à ce qu'elle soit nue
Il y mettra du temps
Tout le temps qu'il faudra
Il prend le temps qu'il faut
Pour ne pas l'effarer.

Ensuite il la caresse
Oh! si longuement
Il aime se faire prier
Il aime qu'on l'adore
Et se fait désirer.

Et lorsqu'elle est fin prête
Lorsqu'elle se sent ivre
Lorsqu'elle n'en peut plus
D'amour et de désir
Il la fait le prier
Et le prier encore.

Et quand le coeur s'enflamme
Tant qu'il pense éclater
Et que vers lui mon âme
Ne cesse de s'exalter
C'est alors qu'il la prend
Et la fait communier.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Dominus vobiscum » mer. 13 sept. 2017, 20:31

Quel moyen prendre pour se souvenir de cette déclaration d'amour? Regarder Jésus mourir sur la croix. Ça c est la plus belle déclaration d'amour que Dieu pouvait nous faire.

L'union à Dieu ne dépend pas de nous mais de Dieu. Nous, nous pouvons seulement faire des petits pas. Un de ses petits pas c'est l'oraison. Il n'y a pas d'autre voie que l'oraison pour aller à l'union.

Pourquoi tout ces textes, Cinci???

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » mer. 13 sept. 2017, 0:26

Il serait profitable d'essayer de se souvenir de quelques points forts du Cantique.

Par exemple : au chapitre 4 verst 9 :

"Tu me fais perdre le sens, ma soeur, ma fiancée, tu me fais perdre le sens. Par un seul de tes regards, par une seule perle de ton collier."

On se souvient que Dieu se laisse troubler, bouleverser par un seul de mes regards vers Lui. Il en perd la tête ... C'est une façon de dire que l'amour rend aveugle, que l'amour fait faire des folies. Il m'aime démesurément ... Moi, une personne bien ordinaire qui a des défauts et qui n'est pas parfaite.

Ce verset cherche à me dire que Dieu n'attend pas que je performe sur le plan spirituel, que je devienne sans péché pour m'aimer. Il m'aime comme je suis, sans exiger que je sois rendu plus loin. Il me prend tel que je suis, avec tout ce que je suis et rien que ce que je suis. Il n'est pas si exigeant après tout car un seul regard vers lui et le voilà déjà tout conquis, satisfait et séduit. Comment je réagis à cette façon d'être de Dieu? Il faut que je m'arrange pour m'en souvenir quand le doute cherchera à me faire tout lâcher. Quel moyen prendre pour conserver cette déclaration d'amour bien vivante en moi? Il me faudrait répéter ce regard vers Lui plus souvent peut-être ... afin d'entretenir et faire grandir l'amour déjà amorcé entre Lui et moi.


A un autre endroit : chapitre 2 verset 10 :

"Viens, ma toute belle, viens dans mon jardin. L'hiver s'en est allé et les vignes en fleurs exhalent leurs parfums. Viens dans mon jardin."

Suis-je sensible à cet appel où le nom qu'il me donne est ma toute belle? Dieu est fasciné par la beauté intérieure de mon coeur. Il y a quelque chose de Lui dans ce coeur et il s'y plaît ...C'est un signe que je suis appelé à vivre une relation nuptiale avec Lui.

Pour aller au jardin. je dois quitter, pour un moment, l'endroit où je suis, mes préoccupations, mes activités, tout ce qui me distrait de Lui pour m'engager dans le silence, la solitude, la prière et la lecture spirituelle. Est-ce que j'y consens? Est-ce que j'investis assez de ce côté-là? C'est le temps que je consacre à ma rose qui fait que ma rose est si importante (St-Exupéry)

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » lun. 11 sept. 2017, 23:36

Saint Grégoire de Nysse dit :

La bouche de l'époux est la source d'où jaillissent les paroles de la vie éternelle. Si quelqu'un a soif , qu'il vienne à moi et qu'il boive (Jn 7,37) Pour cette raison, l'âme assoiffée veut présenter sa bouche à la bouche d'où jaillit la vie en disant : Qu'il m'embrasse d'un baiser de sa bouche."



L'Époux est avec eux

J'exulte de joie dans le Seigneur et mon âme jubile en mon Dieu (Is 61,10) L'avénement, la présence du Seigneur, dont parle le prophète dans ce verset, est ce baiser que désire l'épouse du Cantique lorsqu'elle dit : Qu'il me baise du baiser de sa bouche (Ct 1,1) Et cette épouse fidèle c'est l'Église : elle est née dans les patriarches, elle s'est fiancée en Moïse et dans les prophètes; du désir ardent de son coeur, elle soupirait pour que vienne le Bien-Aimé. Pleine de joie maintenant qu'elle a reçu ce baiser, elle s'écrie dans son bonheur : J'exulte de joie dans le Seigneur!

Participant de cette joie, Jean Baptiste, l'illustre ami de l'Époux, le confident des secrets de l'Époux et de l'épouse, le témoin de leur amour mutuel, déclarait : L'Époux est celui à qui l'épouse appartient; quant à l'ami de l'Époux, il se tient là, il entend la voix de l'Époux et il en est tout joyeux. C'est ma joie, et j'en suis comblé (Jn 3,29) Sans aucun doute, celui qui a été le précurseur de l'Époux en sa naissance, le précurseur aussi de sa Passion, annoncé la Bonne Nouvelle à l'Église qui se trouvait là, dans l'attente.

Ce verset convient donc tout à fait à l'Église jubilante, quand au séjour des morts, elle se hâte déjà à la rencontre de l'Époux : J'exulte de joie dans le Seigneur, et mon esorit jubile en mon Dieu. Quelle est donc la cause de ma joie? Quel est le motif de mon exultation? C'est qu'il m'a revêtue des vêtements du salut et drapée dans le manteau de la joie.

En Adam, j'avais été dénudée, j'avais dû rassembler des feuilles de figuier pour cacher ma nudité; misérablement couverte de tunique de peau, j'avais été chassée du paradis (Gn 3,7-21) mais aujourd'hui, mon Seigneur et mon Dieu a remplacé les feuilles par le vêtement du salut. A cause de sa Passion dans notre chair, il m'a vêtue d'une première robe, celle du baptême et de la rémission des péchés et au lieu de la tunique de peau de la mortalité, il m'a enveloppée d'une deuxième robe, celle de la résurrection et de l'immortalité.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » lun. 11 sept. 2017, 23:09

(suite)

A un moment donné de l'histoire, on va cesser de s'embrasser sur la bouche et on va embrasser une petite planchette de bois ou de métal. Osculum : planchette qui va devenir la patène qu'on utilise encore pour donner la communion dans la liturgie.

[...]

Revenons à la question : y a-t-il une relation amoureuse entre Jésus et Marie-Madeleine? Reprenons le texte que Dan Brown a utilisé.

"Marie-Madeleine, le Sauveur l'aimait plus que tous les disciples et il l'embrassait sur la bouche souvent. Le reste des disciples lui dirent : pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous?"

Déjà une première chose à souligner. On a vu ce que pouvait signifier dans le contexte du christianisme des premiers siècles le baiser sur la bouche. Et dans cet extrait ces disciples expriment une réaction de jalousie : pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous? Une question bien simple. Si Jésus et Marie-Madeleine avaient été amants, époux, épouse, est-ce que les autres disciples poseraient la question : pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous? C'est un non sens. Moi, Pierre, Jean, Jacques ou Judes je n'aurais pas de raison d'être jaloux de l'épouse de mon Maître. Donc, si on lit bien le texte, ça nous oriente vers autre chose.

Voici un autre texte où Jésus embrasse cette fois, non pas Marie-Madeleine, mais Jacques, son disciple. Le Seigneur apparaît à Jacques. Jacques cessa de prier et lui donne un baiser sur la bouche en disant : "Maître, je t'ai trouvé." Alors on voit que Jésus embrasse d'autres disciples que Marie-Madeleine. Donc ce baiser ne peut pas signifier une relation amoureuse.

Si ça ne peut pas exprimer une relation amoureuse, ça veut dire que pour l'auteur de l'évangile selon Philippe, Marie-Madeleine et Jésus entretenaient une relation spirituelle extrêmement intime et une relation que l'on pourrait qualifier d'égal à égal. Ça veut dire que Marie-Madeleine et Jésus sont des égaux au plan spirituel, ce n'est pas une relation de supérieur à inférieur et ça c'est drôlement fort.

La culture russe a hérité des usages de l'empire byzantin. Le monde grec oriental c'est le monde qui a succédé à celui de saint Paul, celui de la Méditerranée. Les joueurs de hockey russes qui se félicitent, ne se donnent pas seulement l'accolade, ils s'embrassent sur la bouche. Il n'y a pas si longtemps dans les années 1960 Kroutchev accueillait les chefs d'États étrangers en les embrassant sur la bouche. Ça signifiait qu'on accueille l'autre comme un égal pas du tout comme un vassal, comme quelqu'un d'inférieur et cela remonte au protocole de l'empire romain.

On trouve ce genre de passage où il est question du baiser dans plusieurs textes. Exemple : évangile selon Marie. Ce n'est pas Jésus qui embrasse ses disciples mais c'est Marie-Madeleine qui a reçu une révélation du Sauveur après sa résurrection et qui s'en va vers les disciples pour leur transmettre la révélation qu'elle a reçue. Que fait-elle? Avant de leur dire sa révélation, elle va les embrasser. C'est un signe qui dit qu'on ouvre la communication spirituelle.

Re: Hymne à la mystique nuptiale

Message par Cinci » lun. 11 sept. 2017, 22:22

Merci pour le commentaire.

Haut