Sur la théorie du genre

Répondre


Cette question vous permet de vous prémunir contre les soumissions automatisées et intensives effectuées par des robots malveillants.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Plus d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Sur la théorie du genre

Sur la théorie du genre

par etienne lorant » sam. 16 sept. 2017, 14:59

Yvan Blot a rédigé un article sur la théorie du genre si chère au cœur d’une madame Taubira. Dans cet écrit il rend hommage à l’ouvrage du professeur Jean-François Mattéi qui, lui, a sorti un livre qu’il avait intitulé « La barbarie intérieure, Essai sur l’immonde moderne ». Compte tenu de l’ampleur du mouvement de protestation en France, nous avons cru bon décortiquer avec le docteur Blot tous les tenants et les aboutissants de cette théorie diabolique dont on essaie d’intoxiquer nos enfants. Et je vous assure que l’exposé d’Yvan Blot vous fait peur par la froide et impartiale analyse de la prochaine étape qui attend la France.
00:00 / 11:27
La Voix de la Russie. Vous traitez de la théorie du genre qui intoxique la vie en France aujourd’hui en faisant écho au livre d’un collègue, Jean-François Mattéi. Vous parlez de la dictature du genre…

Yvan Blot. Développée par les sociologues, c’est-à-dire les gens qui ne connaissent pas du tout la biologie, la théorie du genre prétend que le sexe physiologique n’a aucune importance. En France cette théorie a été contestée par les biologistes du CNRS qui disent qu’il est très dangereux d’affirmer des choses pareilles parce qu’il est bien évident que le sexe existe bel et bien. Et il ne s’agit pas tout simplement d’une attitude sociale. Depuis quelque temps nous assistons à un véritable terrorisme intellectuel du monde occidental dont Hillary Clinton est un bon exemple, d’ailleurs ! – qui consiste à dire que tous les Etats doivent adopter la théorie du genre comme doctrine avec le principe de non-discrimination d’homosexuels qui doivent pouvoir se marier et adopter des enfants comme les autres couples. Et la deuxième conséquence pratique est d’enseigner à l’école que les garçons et les filles à la limite cela n’existe pas et qu’ils peuvent choisir très librement d’être des hétérosexuels ou homosexuels, car ces deux approches ont la même valeur et il est illicite de faire la distinction entre les garçons et les filles. Alors ça c’est Hillary Clinton. Mais il n’y a pas très longtemps le premier-ministre britannique David Cameron a dit qu’il soumettrait l’aide aux pays sous-développés au respect de la théorie du genre. Ce qui est quand même assez hallucinant ! Parce que s’il y a des gens qui crèvent de faim dans un pays, on ne va plus leur donner d’aide parce qu’ils n’ont pas de lois qui autorisent le mariage pour tous ! Cela rime à une pression morale assez extraordinaire ! Il est inadmissible que certains pays se permettent d’imposer une doctrine à des pays qui n’en veulent pas ! Ce mouvement qui est né aux Etats-Unis peut-être perçu comme un mouvement totalitaire.

LVDLR. Vous l’appelez « nouvelle idéologie totalitaire » ; Et la France y est pour quelque chose par les racines de la théorie du genre…

Yvan Blot. Simone de Beauvoir a développé sa théorie en disant qu’on ne naît pas femme mais l’on devient femme par les regards des autres ce qui est quand même assez… surréaliste ! John Money, fondateur de la théorie du genre, a été le premier à dire en tant que sexologue, que le sexe et le genre étaient deux notions différentes. Il a développé cette thèse en 1955. Il était professeur à Harvard. Et je dois dire que sa carrière a commencé par le véritable drame parce qu’il a voulu changer le sexe d’un de ses patients qui s’appelait David Raymer pour en faire une fille avec des traitements hormonaux. Or ce pauvre David Raymer n’a jamais su s’identifier sexuellement de façon claire. Il a subi plein de traitements médicaux et finalement il s’est suicidé à 38 ans. Evidemment cela ne plaide pas beaucoup pour la théorie de M. Money qui dit qu’on peut changer de sexe comme on peut changer de chemise. C’est donc le côté violent et autoritaire de cette doctrine qui me paraît particulièrement inquiétant.

En France, justement, puisque la France joue un rôle important, il y a plusieurs philosophes comme Derida, par exemple, qui ont repris cette théorie. Et maintenant c’est qui est le plus dangereux, c’est que l’on a mise sur l’Education Nationale avec M.Peillon qui tient des propos étonnamment peu démocratiques en disant : « Le but de la morale et de l’Etat est d’arracher l’élève à tous les déterminismes ». Cela veut dire : couper les élèves de leurs racines sexuelles et familiales. Et le Ministre de la Justice Madame Taubira a dit la même chose le 3 février 2013 : « Dans nos valeurs l’éducation sert à arracher les enfants aux déterminismes sociaux et religieux et d’en faire des citoyens libres ! » Quand elle dit ça, elle viole la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui dit que les parents ont le droit de choisir le type d’éducation à donner à leurs enfants ! C’est tout le problème du paradoxe des droits de l’Homme : c’est que les droits de l’Homme au départ ce sont des libertés pour protéger les êtres humains contre l’arbitraire d’Etat. Mais aujourd’hui les droits de l’Homme sont utilisés comme une arme pour détruire toute forme d’enracinement et de tradition… C’est le retournement en quelque sorte des Droits de l’Homme. Au départ c’est une arme en faveur de la liberté. Et maintenant on l’utilise pour étouffer la liberté, mais on a déjà vu ça dans les précédentes révolutions, bien sûr.

LVDLR. Saura-t-on comparer la dictature de la théorie du genre au totalitarisme communiste qui prenait bonheur absolu matériel de l’ego pour le développement suprême de la société?

Yvan Blot. Sur ce point précis que vous évoquez c’est vrai que c’est un peu la même idée ! Et que l’on part du principe que le bonheur consiste à avoir une liberté de choix absolue ! Y compris choisir son sexe ! C’est une théorie qui est parfaitement discutable et qui aboutit à quelque chose de très grave sur le plan social ! J’ai un autre exemple : il y a 2 ou 3 jours, j’ai lu dans le journal anglais Times une affaire extrêmement préoccupante qui témoigne bien de la dérive des systèmes sociaux en Occident en général. Il s’agissait d’une petite fille qui devait avoir quelque chose comme 14 ans. Elle avait été prise en main par un proxénète qui l’obligeait à se prostituer. Les services sociaux anglais le savaient parfaitement, mais ils n’ont rien fait pour protéger cette petite fille parce que cette petite fille n’était pas venue pour voir les services sociaux en disant : « Attention ! On porte atteinte à ma liberté ! Défendez-moi ! » Et les services sociaux ont eu pour réaction de se dire : « Tant que cette petite fille ne se plaint pas c’est qu’elle a choisi cette situation ! Elle est très contente de cela ! Et nous on n’a aucun mandat pour intervenir. »Yvan Blot a rédigé un article sur la théorie du genre si chère au cœur d’une madame Taubira. Dans cet écrit il rend hommage à l’ouvrage du professeur Jean-François Mattéi qui, lui, a sorti un livre qu’il avait intitulé « La barbarie intérieure, Essai sur l’immonde moderne ». Compte tenu de l’ampleur du mouvement de protestation en France, nous avons cru bon décortiquer avec le docteur Blot tous les tenants et les aboutissants de cette théorie diabolique dont on essaie d’intoxiquer nos enfants. Et je vous assure que l’exposé d’Yvan Blot vous fait peur par la froide et impartiale analyse de la prochaine étape qui attend la France.
00:00 / 11:27
La Voix de la Russie. Vous traitez de la théorie du genre qui intoxique la vie en France aujourd’hui en faisant écho au livre d’un collègue, Jean-François Mattéi. Vous parlez de la dictature du genre…

Yvan Blot. Développée par les sociologues, c’est-à-dire les gens qui ne connaissent pas du tout la biologie, la théorie du genre prétend que le sexe physiologique n’a aucune importance. En France cette théorie a été contestée par les biologistes du CNRS qui disent qu’il est très dangereux d’affirmer des choses pareilles parce qu’il est bien évident que le sexe existe bel et bien. Et il ne s’agit pas tout simplement d’une attitude sociale. Depuis quelque temps nous assistons à un véritable terrorisme intellectuel du monde occidental dont Hillary Clinton est un bon exemple, d’ailleurs ! – qui consiste à dire que tous les Etats doivent adopter la théorie du genre comme doctrine avec le principe de non-discrimination d’homosexuels qui doivent pouvoir se marier et adopter des enfants comme les autres couples. Et la deuxième conséquence pratique est d’enseigner à l’école que les garçons et les filles à la limite cela n’existe pas et qu’ils peuvent choisir très librement d’être des hétérosexuels ou homosexuels, car ces deux approches ont la même valeur et il est illicite de faire la distinction entre les garçons et les filles. Alors ça c’est Hillary Clinton. Mais il n’y a pas très longtemps le premier-ministre britannique David Cameron a dit qu’il soumettrait l’aide aux pays sous-développés au respect de la théorie du genre. Ce qui est quand même assez hallucinant ! Parce que s’il y a des gens qui crèvent de faim dans un pays, on ne va plus leur donner d’aide parce qu’ils n’ont pas de lois qui autorisent le mariage pour tous ! Cela rime à une pression morale assez extraordinaire ! Il est inadmissible que certains pays se permettent d’imposer une doctrine à des pays qui n’en veulent pas ! Ce mouvement qui est né aux Etats-Unis peut-être perçu comme un mouvement totalitaire.

LVDLR. Vous l’appelez « nouvelle idéologie totalitaire » ; Et la France y est pour quelque chose par les racines de la théorie du genre…

Yvan Blot. Simone de Beauvoir a développé sa théorie en disant qu’on ne naît pas femme mais l’on devient femme par les regards des autres ce qui est quand même assez… surréaliste ! John Money, fondateur de la théorie du genre, a été le premier à dire en tant que sexologue, que le sexe et le genre étaient deux notions différentes. Il a développé cette thèse en 1955. Il était professeur à Harvard. Et je dois dire que sa carrière a commencé par le véritable drame parce qu’il a voulu changer le sexe d’un de ses patients qui s’appelait David Raymer pour en faire une fille avec des traitements hormonaux. Or ce pauvre David Raymer n’a jamais su s’identifier sexuellement de façon claire. Il a subi plein de traitements médicaux et finalement il s’est suicidé à 38 ans. Evidemment cela ne plaide pas beaucoup pour la théorie de M. Money qui dit qu’on peut changer de sexe comme on peut changer de chemise. C’est donc le côté violent et autoritaire de cette doctrine qui me paraît particulièrement inquiétant.

En France, justement, puisque la France joue un rôle important, il y a plusieurs philosophes comme Derida, par exemple, qui ont repris cette théorie. Et maintenant c’est qui est le plus dangereux, c’est que l’on a mise sur l’Education Nationale avec M.Peillon qui tient des propos étonnamment peu démocratiques en disant : « Le but de la morale et de l’Etat est d’arracher l’élève à tous les déterminismes ». Cela veut dire : couper les élèves de leurs racines sexuelles et familiales. Et le Ministre de la Justice Madame Taubira a dit la même chose le 3 février 2013 : « Dans nos valeurs l’éducation sert à arracher les enfants aux déterminismes sociaux et religieux et d’en faire des citoyens libres ! » Quand elle dit ça, elle viole la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui dit que les parents ont le droit de choisir le type d’éducation à donner à leurs enfants ! C’est tout le problème du paradoxe des droits de l’Homme : c’est que les droits de l’Homme au départ ce sont des libertés pour protéger les êtres humains contre l’arbitraire d’Etat. Mais aujourd’hui les droits de l’Homme sont utilisés comme une arme pour détruire toute forme d’enracinement et de tradition… C’est le retournement en quelque sorte des Droits de l’Homme. Au départ c’est une arme en faveur de la liberté. Et maintenant on l’utilise pour étouffer la liberté, mais on a déjà vu ça dans les précédentes révolutions, bien sûr.

LVDLR. Saura-t-on comparer la dictature de la théorie du genre au totalitarisme communiste qui prenait bonheur absolu matériel de l’ego pour le développement suprême de la société?

Yvan Blot. Sur ce point précis que vous évoquez c’est vrai que c’est un peu la même idée ! Et que l’on part du principe que le bonheur consiste à avoir une liberté de choix absolue ! Y compris choisir son sexe ! C’est une théorie qui est parfaitement discutable et qui aboutit à quelque chose de très grave sur le plan social ! J’ai un autre exemple : il y a 2 ou 3 jours, j’ai lu dans le journal anglais Times une affaire extrêmement préoccupante qui témoigne bien de la dérive des systèmes sociaux en Occident en général. Il s’agissait d’une petite fille qui devait avoir quelque chose comme 14 ans. Elle avait été prise en main par un proxénète qui l’obligeait à se prostituer. Les services sociaux anglais le savaient parfaitement, mais ils n’ont rien fait pour protéger cette petite fille parce que cette petite fille n’était pas venue pour voir les services sociaux en disant : « Attention ! On porte atteinte à ma liberté ! Défendez-moi ! » Et les services sociaux ont eu pour réaction de se dire : « Tant que cette petite fille ne se plaint pas c’est qu’elle a choisi cette situation ! Elle est très contente de cela ! Et nous on n’a aucun mandat pour intervenir. »


Source : sur le site russe Sputnik

Re: La théorie du genre

par SergeA » mer. 28 juin 2017, 16:56

En complément :

http://www.telegraph.co.uk/news/2017/06 ... tion-does/

La lutte contre la "théorie du genre" (ou quelque soit son nom) n'est pas l'apanage des catholiques.

Re: La théorie du genre

par prodigal » mer. 28 juin 2017, 12:19

Votre résumé, Héraclius, est vraiment parfait, d'une précision et d'une objectivité remarquables, et il me semble qu'il est acceptable par toutes les parties du débat.
La dernière citation, en particulier: "le lien nécessaire entre sexe biologique et genre est un instrument de domination, et il doit donc être déconstruit et rejeté pour libérer les dominés", est très bien choisie. De qui est-ce?
Je voudrais cependant faire remarquer que cette citation ne dit pas une ânerie. Elle peut inquiéter parce qu'elle est militante dans sa forme, et que le militantisme conduit très vite, souvent, à l'intolérance et à la malhonnêteté intellectuelle. Mais il est exact que nous ne sommes pas déterminés par notre biologie, nous avons été créés libres, et nous nous distinguons des animaux en cela. Il est exact aussi que certaines formes d'exploitation, dont la femme est la victime, tentent de se justifier en se faisant passer pour impliquées par le déterminisme biologique. Il ne faut donc pas s'étonner si le souci de lutter contre les injustices dont les femmes sont les victimes rencontrent cette problématique.
Mais se libérer de ce genre de conditionnement ne passe certainement pas par l'acceptation d'un conditionnement inverse.

Re: La théorie du genre

par Héraclius » mer. 28 juin 2017, 9:29

Yosh a écrit :
mar. 27 juin 2017, 12:00
Pour rappel, la "théorie du genre" n'existe pas : c'est une expression forgée par les catholiques vers les années 2000 afin de lutter contre les réformes gouvernementales visant à l'égalité des sexes.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Genre_(sc ... A9mantique
C'est à la fois vrai et faux.

Vrai en ce sens que les "gender studies" sont d'abord un chant d'étude avec des position intellectuelles variées, et que la dimension culturelle de la sexualité n'est pas une théorie mais un fait parfaitement évident. Le "genre" n'est pas une théorie.

Faux en ce sens que ce qu'elle désigne, c'est à dire l'idée que le genre en tant que "dimension culturelle de la sexualité" est / doit être rendue indépendante du sexe biologique, est bel et bien une position intellectuelle tenue par un certain nombre de penseurs (je pense, entre autre, à Judith Butler) et qu'elle a une influence croissante sur la société française, notamment les intellectuels de la gauche libertaire.


Donc même si l'expression "théorie du genre" est assez mauvaise, la théorie de "l'indépendance et/ou de la suprématie du genre sur le sexe biologique" existe bel et bien. D'ailleurs ce n'est pas tant une théorie qu'une rhétorique militante - en ce sens que ce n'est pas une hypothèse sur la nature, mais comme un appel politique à la déconstruction du lien entre genre et sexe biologique - au nom d'un discours post-moderne, foulcadien, sur les rapports de dominations.

En gros "le lien nécessaire entre sexe biologique et genre est un instrument de domination, et il doit donc être déconstruit et rejeté pour libérer les dominés".

Re: La théorie du genre

par Cendrine » mer. 28 juin 2017, 8:56

Bonjour Yosh,
Pour rappel, la "théorie du genre" n'existe pas : c'est une expression forgée par les catholiques vers les années 2000 afin de lutter contre les réformes gouvernementales visant à l'égalité des sexes.
Votre phrase est intellectuellement étrange. Qu'une expression naisse pour nommer un phénomène nouveau par son étendue vous paraît donc si catholique et scandaleux ? Depuis quand une langue vivante ne pourrait forger des groupes de mots qui aident les gens à savoir de quoi on parle de façon résumée ?

Votre logique c'est donc :

- l'expression "théorie du genre" n'existait pas il y a trois décennies
- elle a été prononcée pour la première fois par des catholiques
- par conséquent ce qu'elle recouvre n'existe pas ailleurs que dans les cerveaux des catholiques

C'est bien ça ? Diantre.

Il y a des tas de mots ou d'expressions qui se forgent à partir de faits et de gestes de société vous savez. Le mot de "Renaissance" par exemple, je crois qu'il est apparu au 14e siècle... Vous viendrait-il à l'esprit de dénigrer son emploi ni même de nier la réalité qu'il recouvre au prétexte que les hommes du paléolithique ne le prononçaient pas ?

Mazette ! :wow:

Re: La théorie du genre

par SergeA » mar. 27 juin 2017, 14:52

Yosh a écrit :
mar. 27 juin 2017, 12:00
Pour rappel, la "théorie du genre" n'existe pas : c'est une expression forgée par les catholiques vers les années 2000 afin de lutter contre les réformes gouvernementales visant à l'égalité des sexes.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Genre_(sc ... A9mantique
Oui, bla bla bla, bla bla bla .... mais google traduction (produit catho par excellence c'est bien connu) traduit "gender theory" par ..... (roulement de tambour) : "théorie du genre" !!
Ah ben mince alors ! Ah les vilains catho !
:siffle:

source : https://translate.google.fr/?hl=fr#en/f ... r%20theory

Re: La théorie du genre

par Yosh » mar. 27 juin 2017, 12:00

Pour rappel, la "théorie du genre" n'existe pas : c'est une expression forgée par les catholiques vers les années 2000 afin de lutter contre les réformes gouvernementales visant à l'égalité des sexes.


https://fr.wikipedia.org/wiki/Genre_(sc ... A9mantique

Re: La théorie du genre

par Natthi » sam. 21 mai 2016, 14:12

PaxetBonum a écrit :les grèves ne sont théologiquement rien (même si comme vous elles m'excèdent) par rapport à la négation de la vérité.
J'en conviens tout à fait PaxetBonum. Je crois aussi que la France n'est guère mieux lotie que les USA en ce qui concerne la théorie des genres. Au moins, ici, il y a possibilité à l'échelle locale à s'opposer aux directives fédérales.
C'est tout de même très étonnant de constater à quel point les USA fascinent (à tous les sens du terme et le plus souvent avec un rejet manifeste très franchouillard) sur ce forum catholique francophone, il n'y a qu'à constater le nombre de messages publiés hebdomadairement qui ont les États Unis ou la société américaine pour objet de discussion...

Re: La théorie du genre

par PaxetBonum » jeu. 19 mai 2016, 14:58

Désolé Natthi mais les grèves ne sont théologiquement rien (même si comme vous elles m'excèdent) par rapport à la négation de la vérité.


Re: La théorie du genre

par Natthi » mer. 18 mai 2016, 5:06

Ok, vous pouvez vous marrer sur ce qui se passe ici en Caroline du Nord mais je vous assure que c'est vraiment rien à côté de la chienlit en France... Les gens de ce côté-ci de l'Atlantique ne s'en étonne même plus, après tout France rime avec grève permanente et désordre géneralisé. Il faut avoir voyagé un peu pour se rendre à quel compte l'image de la France est déplorable.

Re: La théorie du genre

par PaxetBonum » mar. 17 mai 2016, 14:40

:rire:

Re: La théorie du genre

par etienne lorant » lun. 16 mai 2016, 10:29

La vive polémique suscitée par une loi de Caroline du Nord sur l’accès aux toilettes publiques a pris un nouveau tournant lundi 9 mai. L’affaire est désormais entre les mains de la justice.


C’est une bataille judiciaire qui s’ouvre entre l’Etat de Caroline du Nord et le gouvernement fédéral. Au cœur de la discorde : une loi discriminatoire votée le 23 mars dernier dans l’Etat. Elle impose à une personne l’utilisation de toilettes publiques en fonction de son sexe de naissance et non du genre auquel elle s’identifie.

Le texte, qui constitue une atteinte aux principes d’équité et d’intégration, a provoqué un tollé au-delà des frontières de la Caroline du Nord, observe The New York Times. Auprès des “défenseurs des droits des homosexuels ainsi que de plusieurs dirigeants de grandes entreprises”. Face à cette ségrégation qui “tombe sous le coup des lois sur les droits civils”, le ministère de la Justice a traîné l’Etat devant les tribunaux lundi 9 mai.

Quiproquo
- Pouvez-vous m'indiquer les toilettes ?
- Lesquelles?
- Ben, pour se soulager, quoi ?
- D'accord, mais quel genre ?
- Le genre habituel, évidemment !
- Masculin, féminin, transgenre ?
- Bah, avec une chasse d'eau, çà serait super !
- Oh, attention, c'est la loi, faut savoir !- Vous cherchez des emm... ?
- Mais non ! En réalité, c'est juste le contraire : moi, j'ai juste besoin de m'en défaire des emm...!

:zut: :clap:

Re: La théorie du genre

par SergeA » sam. 29 août 2015, 23:08

James a écrit :
PaxetBonum a écrit :Ce n'est plus le serpent qui se mord la queue c'est le diable qui se mord la queue : quand un péché soutenu par l'état engendre un autre péché soutenu par l'état.
Il va devenir urgent de refuser de payer nos impôts pour qu'ils cessent de financer l'horreur après l'immonde.
Je me demande dans quelle mesure la chose est possible sans finir en prison ou avec les huissiers aux fesses?
La réponse est dans l’évangile selon Matthieu 19:21
Jésus lui dit: Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel. Puis viens, et suis-moi.
C'est simple comme bonjour.
Mais nous sommes nombreux à penser que nous devons essayer de conserver nos biens illusoires ...

Re: La théorie du genre

par James » sam. 29 août 2015, 16:49

PaxetBonum a écrit :Ce n'est plus le serpent qui se mord la queue c'est le diable qui se mord la queue : quand un péché soutenu par l'état engendre un autre péché soutenu par l'état.
Il va devenir urgent de refuser de payer nos impôts pour qu'ils cessent de financer l'horreur après l'immonde.
Je me demande dans quelle mesure la chose est possible sans finir en prison ou avec les huissiers aux fesses?

Re: La théorie du genre

par PaxetBonum » mer. 29 juil. 2015, 20:55

Ce n'est plus le serpent qui se mord la queue c'est le diable qui se mord la queue : quand un péché soutenu par l'état engendre un autre péché soutenu par l'état.
Il va devenir urgent de refuser de payer nos impôts pour qu'ils cessent de financer l'horreur après l'immonde.

Haut