Contre le "mariage pour tous"

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Contre le "mariage pour tous"

Re: Monseigneur Dubost et le mouvement anti mariage homosexu

Message par jean_droit » jeu. 04 juil. 2013, 14:27

Je pense que, d'abord, tous ceux qui se dépensent à tous points de vue pour protester de diverses façons contre le mariage homosexuel ont besoin d'approbation et de remerciements de la part de monseigneur Dubost et de tous les autres évêques.

L'a-t-il fait ?

Ce qui ne veut pas dire :
Ce qui ne veut pas dire que l'Eglise ne doit pas se préoccuper des homosexuels.

Re: Monseigneur Dubost et le mouvement anti mariage homosexu

Message par Luis » jeu. 04 juil. 2013, 13:36

Je le trouve très bien, cet article ! Je ne trouve pas que cet évêque tombe dans le "relativisme". Je trouve que l'article révèle plutôt sa douceur et sa bonté.

Re: Monseigneur Dubost et le mouvement anti mariage homosexu

Message par Christophe » jeu. 04 juil. 2013, 12:08

Je rêve toujours de ce "réveil" dont on a parlé au début du mouvement. Pour moi c'est à nos évêques, à nos curés et à nos prêtres de coordonner ce "réveil" avec à la fois détermination et sagesse.
Et bien je crois que vous rêvez debout… Ce « réveil » semble comme une épine dans le pied de nombreux diocèses… Les évêques, et les équipes diocésaines ne font que suivre - souvent en freinant des quatre fers - les velléités de la base. Alors de là à les imaginer en meneurs… Ce mouvement a le soutien clair de Rome, mais pas forcément des évêques français… et il faut se résigner à faire sans eux, ou plus précisément sans la majorité d'entre eux.
:roule:

Re: Monseigneur Dubost et le mouvement anti mariage homosexu

Message par jean_droit » jeu. 04 juil. 2013, 11:17

J'ai l'impression que d'autres jeunes dans d'autres villes se sont mobilisés.
Je suis étonné de voir, tous les jours, dans le Salon Beige des manifestations variées dans toute la France.
Certes il ne doit s'agir que de "vraiment convaincus" mais le courant n'a pas l'air de s'éteindre.
Je rêve toujours de ce "réveil" dont on a parlé au début du mouvement. Pour moi c'est à nos évêques, à nos curés et à nos prêtres de coordoner ce "réveil" avec à la fois détermination et sagesse.
Il ne faudrait surtout pas que ce mouvement soit un coup d'épée dans l'eau.
Afin qu'il y ait des "lendemains qui chantent" !

Re: Monseigneur Dubost et le mouvement anti mariage homosexu

Message par Christophe » jeu. 04 juil. 2013, 11:00

On doit applaudir monseigneur Vingt trois qui a su mener à bien la protestation contre le mariage homosexuel.
C'est d'autant plus appréciable, qu'il faut bien admettre que la jeunesse parisienne (avec la jeunesse lyonnaise) fut et reste le fer de lance du mouvement.

Monseigneur Dubost et le mouvement anti mariage homosexuel

Message par jean_droit » jeu. 04 juil. 2013, 9:30

Lu dans Riposte catholique :

Remarques personnelles :

On se doutait bien que des évêques étaient contre ce mouvement.
Heureusement ils se sont tus.
Maintenant ils reviennent pour donner leur opinion.
Quand on parle de la CEF on ne voit pas toujours qu'il s'agit d'évêques souvent très éloignés les uns des autres par leurs idées.

Quand on pense à monseigneur de Clermont Ferrand ou à monseigneur d'Evry et à monseigneur de Toulon ou à monseigneur de Bayonne, y a-t-il vraiment consensus ? Sûrement pas.

Et puis il y a tous les cas intermédiaires ....

Cette disparité d'opinion fait, bien sûr, la faiblesse de la CEF spécialiste souvent des communiqués mous ou alambiqués. La recherche du consensus est souvent réductrice.

On doit applaudir monseigneur Vingt trois qui a su mener à bien la protestation contre le mariage homosexuel.

Ce qui ne veut pas dire que l'Eglise ne doit pas se préoccuper des homosexuels.

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... dUhbttXuj8

Article à lire en cliquant sur le message.
« Je n’ai pas manifesté ni appelé à la manifestation »

Mgr Michel Dubost, évêque d’Evry, a livré un entretien surréaliste à La République de l’Essonne. Le voici (Pour lire l’article dans un format normal, cliquez ici) :

Le mariage pour tous

Message par naboth » sam. 15 juin 2013, 16:18

Le mariage est une union librement consentie entre un homme et une femme. Moïse a en effet écrit dans son livre que “l’homme quitterait son père et sa mère pour s’attacher à sa femme de sorte que les deux ne fassent réellement plus qu’un”. (Gn 2, 24). Malheureusement la notion de mariage est aujourd’hui galvaudée par la légitimation du mariage des homosexuels. L’objectif assigné à l’homme dans le mariage, c’est de continuer l’œuvre de procréation divine, or les homosexuels ne peuvent assumer cette mission. :coeur:

Re: Récupération politique mouvement contre mariage homosexu

Message par etienne lorant » ven. 14 juin 2013, 14:34

Les catholiques français qui refusent le mariage pour tous (lequel n'enlève de droits à personne) cachent leurs préjugés sous des apparences démocratiques et libérales. Parfois, votre adversaire - celui qui méprise les valeurs que vous défendez - utilise un langage clair. Il emploie le vocabulaire du fascisme, du racisme, du fanatisme religieux. Généralement, l’individu est dangereux, mais au moins ne contamine-t-il pas votre propre pensée. Vous voyez immédiatement qui il est et ce qu’il veut.

Mais souvent également, l’adversaire juge plus opportun d’utiliser votre propre langage afin d’introduire la confusion et d’apparaître comme un "ami". C’est ce que l’on peut appeler la stratégie du loup dans la bergerie : le prédateur se déguise en mouton, on le laisse entrer sans crainte, et une fois à l’intérieur il se livre au saccage que chacun peut imaginer.

Les manifestants contre le "mariage pour tous" ont bien sûr leur frange extrémiste, composée de gens qui parlent clair : les nervis de l’extrême droite et le groupe "Civitas", fer de lance de l’intégrisme catholique. Mais ils parlent aussi le langage de la démocratie, et même de la gauche : ils invoquent la "rue" contre une loi au pedigree démocratique impeccable ; ils parlent de "printemps" en référence aux révolutions égyptienne et tunisienne, ils invoquent un nouveau Mai 68. Ils se muent aussi en anthropologues, parlent de la famille nucléaire comme du socle naturel de notre civilisation, désormais en danger. Ils défendent, disent-ils, les droits de l’enfant, menacés par les couples d’homosexuels. Bref, leur intolérance et leur homophobie se dissimulent derrière un langage d’apparence progressiste.

Hélas, nous ne prenons pas assez au sérieux les difficultés et les pièges du débat politique. Nous nous permettons de traiter de questions qui nous concernent tous avec une désinvolture qui entraînerait immédiatement notre licenciement si nous agissions de la même manière dans notre vie professionnelle. Chacune des affirmations politiquement correctes émises par les manifestants anti-mariage pour tous est réfutable. Et notamment cette image d’Epinal : la famille nucléaire comme lieu d’épanouissement de la personnalité. N’importe quel psychologue ou psychiatre connaît la misère affective que cache souvent l’honorable façade bourgeoise. Et tous les anthropologues savent que, dans l’histoire, les enfants sont loin d’avoir toujours été élevés par leurs parents biologiques.

Ce n’était qu’un exemple facile d’hypocrisie et de manipulation. En voici un autre, en sens inverse. Les Américains nous font la leçon. Ils ont rédigé un rapport amplement commenté du Département d’Etat, consacré au sort peu enviable des minorités religieuses dans le monde. C’est une préoccupation légitime, et qui possède même un caractère d’urgence auquel tout le monde sera sensible.

Mais pourquoi donc croient-ils que la liberté religieuse serait menacée dans certains pays européens parce que ces derniers ont fait parfois le choix d’interdire les signes religieux dans des circonstances limitées (à l’école, dans les services publics) ou dans tout l’espace public (quand le visage et tout le corps sont entièrement dissimulés) ? Ici, on transforme un choix démocratique, une perspective d’intégration basée sur la méfiance à l’égard des tentatives de reconquête de la sphère publique par des mouvements religieux conservateurs et parfois obscurantistes, en une politique discriminatoire.

Comme si le fait de vouloir faire bénéficier toute la population sans exclusive des acquis des Lumières était signe d’intolérance. Comme si la religion "politique" n’avait pas toujours menacé la "loi des hommes" (la démocratie) au nom de la "loi de Dieu". Comme si la liberté religieuse n’était pas remarquablement garantie (et elle l’est) dans les pays européens !

Les catholiques français qui refusent le mariage pour tous (lequel, rappelons-le, n’enlève de droits à personne) cachent leurs préjugés sous des apparences démocratiques et libérales. Les Américains, obsédés par la religion, transforment une politique démocratique d’intégration en une attitude discriminatoire. Il est temps, si nous voulons penser correctement, de remettre le monde à l’endroit.


http://www.lalibre.be/debats/opinions/a ... -dire.html

Récupération politique mouvement contre mariage homosexuel

Message par jean_droit » ven. 14 juin 2013, 10:03

Lu cette analyse dans perépiscopus.

Il est bon que l'on parle des manoeuvres politiques ou politiciennes qui peuvent entacher le mouvement contre le mariage homosexuel.

J'avoue que cet aspect "récupération polititienne" me dégoute assez.

J'espère que la CEF sera entendue.

http://www.riposte-catholique.fr/perepi ... brKdNtXuj8
La CEF dénonce les tentatives de récupération politique

Dans un texte publié cet après-midi, le Conseil permanent de la CEF met en garde contre les tentatives de récupérations bien réelles de La Manif pour Tous à des fins de politique politicienne :

« Parmi ces foules paisibles et vigilantes, de très nombreux jeunes, mariés ou célibataires, ont vécu là une expression publique forte de leur engagement. Cet engagement n’a pas été vain. Il aura encore à se déployer dans d’autres domaines où la vigilance est requise pour le respect de la personne humaine.

Venues de tous horizons, ces foules ont signifié leur détermination dans le calme et le respect des institutions. Vouloir récupérer leur protestation à des fins partisanes ou chercher à l’amalgamer ou à la réduire à des extrémismes violents est inadmissible. »

Ce qui est intéressant, c’est que ce communiqué appelle à ne pas dénaturer ce mouvement. Contre la gauche, en dénonçant les tentatives de diabolisation exercées par le système politico-médiatique, qui veut faire croire que cette mobilisation est le fait d’extrémistes. Contre la droite, qui, fidèle à son petit jeu de politique politicienne, veut récupérer les bénéfices électoraux de ce mouvement, tout en déclarant désormais ne pas vouloir revenir sur la loi Taubira.

Depuis quelques mois en effet, l’UMP cherche par tous les moyens à récupérer ce formidable mouvement de contestation à la loi Taubira pour y puiser et fidéliser un nouvel électorat, voire pour y recruter quelques cadres, qui permettraient de redorer l’image du parti dit de droite afin de rassurer les catholiques, qui ont souvent été déçus par le passé, et dont bon nombre sont bien décidés à ne plus se faire avoir.

Déjà, Frigide Barjot, qui avait travaillé à une époque pour les réseaux Pasqua, avait été approchée et son discours en faveur d’une union civile n’était pas étranger à cette tentative, laquelle a échoué, en raison du fort rejet des militants.

Ne s’estimant pas vaincue, l’UMP a réitéré son approche, cette fois auprès des AFC et il semble qu’une place éligible sur une liste européenne pour les élections de 2014 ait été promise à Antoine Renard, président du mouvement. ce qui nous ramène dans les basses manoeuvres de politique politicienne, que la jeunesse d’aujourd’hui abhorre.

Hier, un communiqué des AFC a donc été publié, signé notamment par Antoine Renard, mais aussi par des membres des Poissons roses (des membres du PS hostiles à la loi Taubira) et par Pierre-Yves Gomez, cofondateur avec Tugdual Derville du mouvement l’Ecologie Humaine. Pour la petite histoire, l’idée de ce mouvement avait été lancé par Béatrice Bourges, lorsqu’elle faisait encore partie de La Manif pour Tous, et récupérée sans concertation par Tugdual Derville…

Ce matin, dénonçant frontalement cette récupération politicienne, un article anonyme est paru sur Nouvelles de France, repris peu de temps après sur Le Salon Beige, lui donnant ainsi une résonance qui a ébranlé le milieu. Au point de faire écrire à Samuel Laurent dans Le Monde que le Collectif se disloque. Samuel Laurent, qui écrit aussi qu’il n’y a que quelques dizaines de veilleurs chaque soir (il a du faire son stage de journalisme à la Préfecture de Police de Paris !), ne sait pas bien ce qu’est l’esprit gaulois, avec ses traditionnelles disputes, bagarres et polémiques.

Suite à cette tribune, la signature de Pierre-Yves Gomez a été retirée du communiqué publié sur le site des AFC et Tugdual Derville a démenti toute récupération politicienne, laissant Antoine Renard se débrouiller avec les Poissons roses.

Dans un communiqué publié sur Facebook, LMPT, les AFC, Alliance Vita et Les Maires pour l’enfance réaffirment leur bonne entente et leur unité sans aborder toutefois le délicat sujet de la récupération politique.

Et c’est à ce moment là qu’est publié le communiqué du Conseil permanent de la CEF condamnant les récupérations partisanes du mouvement. Quand on se rappelle que Ludovine de La Rochère, présidente de LMPT, a été chargée de communication de la CEF, il est permis de penser que cette succession de mise au point n’est pas anodine.

Et si le thème de la récupération politique n’a pas été abordé dans le communiqué commun de LMPT c’est qu’il constitue une vraie ligne de fracture. D’où la nécessité pour Ludovine de La Rochère de recourir à l’autorité épiscopale pour désamorcer les basses manoeuvres de l’UMP.

Re: La jeunesse prête pour un mai 68 à l'envers!

Message par françois67 » jeu. 13 juin 2013, 11:24

Bonjour Justine,
Premièrement, cela est tout à fait faux que toute la jeunesse serait pour cette loi, j'ai été surpris dans mon entourage pas très "catho" de trouver qu'une grande part étaient assez indifférents au mariage qui n'était que civil, et assez inquiétés par la filiation car en gros ils avaient compris que cela n'était pas normal pour les enfants.
De plus, pensez-vosu qu'en mai 68 la majorité de la jeunesse était une suiveuse de Daniel Cohn-Bendit? Détrompez-vous, elle était plutôt à admirer les nouvelles bottines de Sheila sorties tout droit de boutiques "bourgeoises". Sachez que dans l'Histoire, cela est rarement la majorité numérique qui en dirige le cours, cela est souvent une petite minorité, mais une minorité active et créative.
Bien à vous.

Re: L'attitude de Frigide Barjot

Message par Eurynome » mer. 29 mai 2013, 21:04

Encore une fois, Hitler fut élu démocratiquement.
Non, c'est plus compliqué que ça:
"Contrairement à une idée reçue fréquente, Hitler n'a jamais été « élu » chancelier par les Allemands, du moins pas directement. Il a néanmoins été nommé chancelier par le président, conformément aux règles de la démocratie, en qualité de leader du parti remportant les élections législatives de mars 1933. Les tractations avec le président qui se sont en fait révélées indispensables à sa nomination amènent certains à considérer qu'il a été « hissé au pouvoir » par une poignée d'industriels et d'hommes de droite." (Wikipédia)
En France, nous avons ce travers pénible de croire que nos idées font la vérité. Absurde autant que dangereux.
Alors à quoi bon réclamer un référendum puisque pour vous, il n'y a pas de différence?

Re: L'attitude de Frigide Barjot

Message par Raistlin » mer. 29 mai 2013, 19:09

On réclame un référendum quand ça vous arrange, bien que le résultat ne soit pas garanti à 100% sur ce sujet sociétal qui divise la France à peu près en deux parties égales...

Mais à quoi donc sert le parlement élu par le peuple, alors ? Si la droite a perdu les élections en juin 2012, à qui la faute, hein ?
Encore une fois, Hitler fut élu démocratiquement. Un vote démocratique ne saurait en AUCUN cas donner le droit de faire le mal, ou le justifier.

Donc même s'il y a avait un référendum et que 99,9% des Français votaient "Oui" au mariage homosexuel, cela n'en ferait pas pour autant quelque chose de bon. En France, nous avons ce travers pénible de croire que nos idées font la vérité. Absurde autant que dangereux.

Re: L'attitude de Frigide Barjot

Message par jeanbaptiste » mer. 29 mai 2013, 13:47

Relisez Raistlin levergo. Le problème ça n'est pas la Loi, le référendum, le programme, le problème c'est que l'on est face à une loi inique et que, quelque soit sa "légitimité constitutionnelle" (quoique sincèrement, tout le monde sait que le vote de cette loi s'est déroulée dans des conditions étranges ...), nous sommes en tant qu'hommes et créatures de Dieu dans le devoir de nous y opposer.

Homosexualité

Message par levergero78 » mer. 29 mai 2013, 9:36

On réclame un référendum quand ça vous arrange, bien que le résultat ne soit pas garanti à 100% sur ce sujet sociétal qui divise la France à peu près en deux parties égales...

Mais à quoi donc sert le parlement élu par le peuple, alors ? Si la droite a perdu les élections en juin 2012, à qui la faute, hein ?

Re: L'attitude de Frigide Barjot

Message par Raistlin » mer. 29 mai 2013, 9:08

de la tribune de l'assemblée, Badinter en 1981 a répondu aux députés de la droite qui demandaient un référendum sur l'abolition de la peine de mort, que cette proposition figurait dans le programme de Mitterand et qu'il avait été élu, et donc qu'il était normal d'appliquer cette proposition. C'est la même chose pour Hollande...
Non, ce n'est pas la même chose. Car un projet de loi peut-être inique, même s'il se trouve dans le programme de campagne du futur Président. L'abolition de la peine de mort n'était pas inique, le mariage homosexuel (avec le "droit" à l'enfant qui va nécessairement suivre) l'est profondément.

Bref, il n'est pas interdit de réfléchir avant de faire de comparaisons absurdes.

Au demeurant, rappelons le toujours et sans cesse, le processus démocratique n'est nullement une garantie de justice, de vérité et de bien commun. Hitler fut élu démocratiquement.

Haut