Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Règles du forum
Forum de discussions entre chrétiens sur les questions morales et éthiques. Certaines discussions de ce forum peuvent heurter la sensibilité des jeunes lecteurs.

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par axou » il y a 21 minutes

je tente de vous faire prendre conscience qu'en relativisant comme vous le faites la morale de l'Eglise, vous dénaturez votre foi elle-même, vous vous éloignez du catholicisme. Suliko
Ah mais je proteste ! Je suis très attachée à la morale de l'Eglise basée avant tout sur la charité, sur le souci de l'autre, sur la relation qui nourrit, qui protège, qui pardonne, qui donne vie ou redonne la vie. Nous serons jugés sur l'Amour, nous n'avons pas intérêt à nous ramollir !

Pendant le Jubilé de la Miséricorde, le Pape a mis à l'honneur les oeuvres de la Miséricorde, boussole de la morale chrétienne après les 10 commandements. C'est à dire : est bien le souci de l'autre, est mal l'indifférence à l'autre ou la volonté de lui nuire.

"Il y a 14 œuvres de miséricorde, 7 corporelles et 7 spirituelles. Les premières reprennent les indications des évangiles, notamment le chapitre 25 de Matthieu :«Donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts».

Les œuvres spirituelles forment une très belle liste de gestes très concrets et ordinaires qui touchent tous les domaines de notre vie amicale, familiale, professionnelle ou ecclésiale : «Conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts».

Le pape François commente ainsi ces gestes (bulle d'indiction du jubilé de la miséricorde, § 15).

"J’ai un grand désir que le peuple chrétien réfléchisse durant le Jubilé sur les œuvres de miséricorde corporelles et spirituelles. Ce sera une façon de réveiller notre conscience souvent endormie face au drame de la pauvreté, et de pénétrer toujours davantage le coeur de l’Evangile, où les pauvres sont les destinataires privilégiés de la miséricorde divine. La prédication de Jésus nous dresse le tableau de ces oeuvres de miséricorde, pour que nous puissions comprendre si nous vivons, oui ou non, comme ses disciples.

Redécouvrons les oeuvres de miséricorde corporelles : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts.

Et n’oublions pas les oeuvres de miséricorde spirituelles : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et pour les morts.


Nous ne pouvons pas échapper aux paroles du Seigneur et c’est sur elles que nous serons jugés : aurons-nous donné à manger à qui a faim et à boire à qui a soif ? Aurons-nous accueilli l’étranger et vêtu celui qui était nu ? Aurons-nous pris le temps de demeurer auprès de celui qui est malade et prisonnier ? (cf. Mt 25, 31-45). De même, il nous sera demandé si nous avons aidé à sortir du doute qui engendre la peur, et bien souvent la solitude; si nous avons été capable de vaincre l’ignorance dans laquelle vivent des millions de personnes, surtout des enfants privés de l’aide nécessaire pour être libérés de la pauvreté, si nous nous sommes fait proches de celui qui est seul et affligé; si nous avons pardonné à celui qui nous offense, si nous avons rejeté toute forme de rancoeur et de haine qui porte à la violence, si nous avons été patient à l’image de Dieu qui est si patient envers nous; si enfin, nous avons confié au Seigneur, dans la prière nos frères et soeurs.

C’est dans chacun de ces « plus petits » que le Christ est présent. Sa chair devient de nouveau visible en tant que corps torturé, blessé, flagellé, affamé, égaré… pour être reconnu par nous, touché et assisté avec soin. N’oublions pas les paroles de Saint Jean de la Croix : « Au soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour »".

"Amoris Laetitia" est habitée par cet esprit de Miséricorde qui soit insuffler l'accompagnement des personnes et des familles en Eglise.

Bien à vous,

Axou

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Suliko » Aujourd’hui, 12:42

Bonjour et bon dimanche à tous,

Pour information, une correction filiale a été écrite au pape. A lire sur ce site : http://www.correctiofilialis.org/fr/
Honnêtement, je n'attends rien d'une telle démarche et je suis à peu près sûre que François ne changera rien à son pontificat, mais il est tout de même rassurant de constater qu'une petite partie de l'Eglise a conscience de l'importance de ce qui se joue et est résolue à s'opposer aux hérésies.

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Altior » ven. 22 sept. 2017, 6:12


Quant à cette histoire de réconciliation, soyons clairs : les traditionalistes n'y voient aucun intérêt si elle doit se faire au mépris de la foi, càd de l'adhésion à ce qu'a toujours enseigné l'Eglise, à ses dogmes, à sa morale, à sa liturgie traditionnelle.
L'intérêt et là: il faut réévangéliser la France, l'Europe, le monde. C'est notre Seigneur qui le commande. Il le commande d'abords à nos pasteurs, mais aussi à chacun de nous, en vertu de l'apostolat des laïques. Pour réévangeliser la France, il faut commencer par l'Église Conciliaire, dans laquelle, voilà: les catholiques sont vues en tant qu'extra-terrestres.

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Cendrine » jeu. 21 sept. 2017, 23:04

Ce type de situations où l'on nous regarde comme des extra-terrestres me fait beaucoup rire Axou, en fait dans ces cas j'éprouve un mélange de joie et d'inquiétude ! On peut être inquiets et vigilants devant certains faits tout en conservant la joie du lien entre nous, j'en suis certaine. :fleur:

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Tristan » jeu. 21 sept. 2017, 22:02


En clair, il s'agit de théo-logie. Et de même que vous ne demandez pas à un mathématicien la solution qui lui convient le mieux pour résoudre 5 = x+2 , vous ne demandez pas au théo-logien la solution qui lui convient le mieux mais où est la vérité.

Et dans le cas, la prohibition absolue pour l'accès à la communion des divorcés remariés vivant more uxorio a été répétée officiellement très fréquemment depuis les années 1980. Pour reprendre les mots sans équivoque de la Congrégation de la Doctrine de la Foi en 1994, toute proposition contraire à cette prohibition est "en opposition patente avec la Doctrine de l'Eglise".

C'est la logique seule qui guide la réponse, et si vous autorisiez officiellement cette pratique (hypothèse d'école car cela est impossible) alors c'est tout l'édifice qui cesserait d'être bâti sur la logique. Et quand il n'y a plus de logique, il reste seulement l'arbitraire. Tristan
J'en déduis donc que vous considérez que le pape François est "en opposition patente avec la Doctrine de l'Eglise".
Vous êtes attaché "aux normes fixes" et non pas au "cheminement".
C'est une fausse dichotomie : les normes fixes n'empêchent pas le cheminement (bien au contraire !!!). Je connais d'ailleurs un gars qui croyait aux normes fixes et qui a dit : "va et ne pèche plus".

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Suliko » jeu. 21 sept. 2017, 20:55

Je tiens à préciser à nouveau : je ne dis pas que les personnes attachées à la tradition ou même attachées à une conception moraliste de l'Eglise sont infantiles !. Je dis que l'Eglise et les pasteurs infantilisent les personnes, les traitent en enfant en leur disant "fais-ci, fais pas ça".
Je ne me permettrais pas de juger ainsi des Chrétiens, je critique une attitude pastorale, à la suite de François.
Non, ce que vous critiquez, c'est ce que l'Eglise a toujours fait : dire qu'il y a des actes intrinsèquement peccamineux et les condamner. Il ne s'agit pas de pastorale, mais d'interdictions morales non négociables. A vous croire, l'Eglise a été infantile pendant 2000 ans et n'atteint la maturité que depuis quelques décennies (et comme par hasard, cela correspond à période d'apostasie généralisée ! Sans commentaire...)...
Peut-être est ce cela le chemin du moment : continuer d'être en lien et assumer l'écart de mentalité, l'écart d'interprétation du réel, l"écart de vision, comme si nous contemplons le Christ en étant basés sur des planètes différentes. Nous sommes malgré tout unis par le mystère de la foi et je ne crois pas qu'il faille tenter de rapprocher ce qui ne peut pas l'être. Etre en lien, c'est déja beaucoup.

Cendrine, je suis choquée de la manière dont on vous traitée à la maison diocésaine. Un manque d'ouverture et d'empathie assez désolant.
Mais c'est cela le problème : vous n'avez en tête que le dialogue, le lien social et fraternel à maintenir, l'ouverture, l'empathie, etc..., alors que ce n'est pas du tout ce que je recherche. Vous l'aurez tout de même bien remarqué : je tente de vous faire prendre conscience qu'en relativisant comme vous le faites la morale de l'Eglise, vous dénaturez votre foi elle-même, vous vous éloignez du catholicisme. En somme, alors que vous parlez dialogue, je parle argumentation. Il est dans cette optique assez significatif que vous n'envisagiez la déconvenue de Cendrine que d'un point de vue purement humain : les catholiques de la maison diocésaine n'ont pas été assez ouvertes et empathiques. Moi, j'analyse les choses tout autrement : le problème de ces catholiques, c'est de ne plus être vraiment catholiques, de rejeter et de se moquer de la morale de l'Eglise. A partir du moment où on relativise - comme vous le faites d'ailleurs - l'enseignement moral de l'Eglise, il ne faut pas s'étonner que les rares catholiques qui y demeurent fidèles soient les cibles de railleries, y compris et surtout par ces mêmes catholiques qui auront jeté les commandements divins aux orties !

Quant à cette histoire de réconciliation, soyons clairs : les traditionalistes n'y voient aucun intérêt si elle doit se faire au mépris de la foi, càd de l'adhésion à ce qu'a toujours enseigné l'Eglise, à ses dogmes, à sa morale, à sa liturgie traditionnelle.

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par axou » jeu. 21 sept. 2017, 20:18

Car soyons clairs : il n'est pas infantile d'être fidèle à ce qui a été toujours cru en matière de dogme et de morale. Il n'est pas infantile d'être attaché à un catholicisme pré-conciliaire qui, s'il n'était pas parfait, avait au moins pour qualité non négligeable de ne pas provoquer une hémorragie de fidèles.
Je tiens à préciser à nouveau : je ne dis pas que les personnes attachées à la tradition ou même attachées à une conception moraliste de l'Eglise sont infantiles !. Je dis que l'Eglise et les pasteurs infantilisent les personnes, les traitent en enfant en leur disant "fais-ci, fais pas ça".
Je ne me permettrais pas de juger ainsi des Chrétiens, je critique une attitude pastorale, à la suite de François.
Je dis qu'il y a (ou qu'il y avait) attitude infantilisante dans la pratique pastorale, alors que François demande une attitude pastorale qui protège et qui accompagne, traitant ainsi les personnes en adultes, en adultes fragiles, blessés, ayant besoin de soutien mais en adultes.
(je vais enlever ce mot infantile pusque tout le monde le situe de travers dans mon propos :) )

C'est vrai Prodigal, la réconciliation est difficile. Enfin, il y a un lien tout de même puisque nous dialoguons sur le même site !
Peut-être est ce cela le chemin du moment : continuer d'être en lien et assumer l'écart de mentalité, l'écart d'interprétation du réel, l"écart de vision, comme si nous contemplons le Christ en étant basés sur des planètes différentes. Nous sommes malgré tout unis par le mystère de la foi et je ne crois pas qu'il faille tenter de rapprocher ce qui ne peut pas l'être. Etre en lien, c'est déja beaucoup.

Cendrine, je suis choquée de la manière dont on vous traitée à la maison diocésaine. Un manque d'ouverture et d'empathie assez désolant.

Bien à vous,

Axou

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par prodigal » jeu. 21 sept. 2017, 19:26

Vous voyez bien que la réconciliation sera difficile! :(

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Suliko » jeu. 21 sept. 2017, 18:50

De nos jours on se fait traiter de traditionaliste pour moins que ça alors il est vrai que la distinction entre "idéologie traditionaliste" et "attachement à la Tradition" me laisse perplexe, voire même un peu confuse...
Ne cherchez pas trop loin... Le positionnement de François et d'axou n'est pas catholique et il est à l'origine de la déchristianisation massive de ces 50 dernières années. L'Eglise est ressortie exsangue de ces décennies post-conciliaires de refus du dogme et de la morale traditionnelle, mais que propose-t-on aujourd'hui ? de continuer le saccage de la foi ! A croire que l'état lamentable du monde catholique actuel ne leur suffit pas ! Il faut encore aller plus loin dans la destruction. Car soyons clairs : il n'est pas infantile d'être fidèle à ce qui a été toujours cru en matière de dogme et de morale. Il n'est pas infantile d'être attaché à un catholicisme pré-conciliaire qui, s'il n'était pas parfait, avait au moins pour qualité non négligeable de ne pas provoquer une hémorragie de fidèles. Et non seulement ce n'est pas infantile, mais c'est la seule façon d'être catholique. Notre religion ne saurait être fondée sur le changement perpétuel et une idéologie psychologisante et relativiste. Ce que prône François est du suicide. En tant que catholiques, non seulement nous avons le droit de ne pas le suivre sur ce terrain, mais nous en avons même le devoir. Même si un ange venu du ciel nous prêchait un autre Evangile que celui de Jésus-Christ, nous devrions le refuser (cf l'épître au Galates).

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par axou » jeu. 21 sept. 2017, 17:16


En clair, il s'agit de théo-logie. Et de même que vous ne demandez pas à un mathématicien la solution qui lui convient le mieux pour résoudre 5 = x+2 , vous ne demandez pas au théo-logien la solution qui lui convient le mieux mais où est la vérité.

Et dans le cas, la prohibition absolue pour l'accès à la communion des divorcés remariés vivant more uxorio a été répétée officiellement très fréquemment depuis les années 1980. Pour reprendre les mots sans équivoque de la Congrégation de la Doctrine de la Foi en 1994, toute proposition contraire à cette prohibition est "en opposition patente avec la Doctrine de l'Eglise".

C'est la logique seule qui guide la réponse, et si vous autorisiez officiellement cette pratique (hypothèse d'école car cela est impossible) alors c'est tout l'édifice qui cesserait d'être bâti sur la logique. Et quand il n'y a plus de logique, il reste seulement l'arbitraire. Tristan
J'en déduis donc que vous considérez que le pape François est "en opposition patente avec la Doctrine de l'Eglise".
Vous êtes attaché "aux normes fixes" et non pas au "cheminement".
C'est votre droit,

Bien à vous,

Axou

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Tristan » jeu. 21 sept. 2017, 15:35


Vous avez bien le droit d'être en désaccord avec le Saint Père. Mon intention ici n'est pas de convaincre les autres de la justesse de ses dires (dont je suis convaincue moi-même)
Mon point était celui-ci : tant que vous penserez cette querelle théologique en termes d'opinions ("je préfère penser ceci") alors vous passerez à côté de l'essentiel du débat. Il ne s'agit pas ici de politique, ou d'inclinaison personnelle, ou de vision du monde, mais de vérité. Une vérité inséparable de la logique (Dieu est Logos).

En clair, il s'agit de théo-logie. Et de même que vous ne demandez pas à un mathématicien la solution qui lui convient le mieux pour résoudre 5 = x+2 , vous ne demandez pas au théo-logien la solution qui lui convient le mieux mais où est la vérité.

Et dans le cas, la prohibition absolue pour l'accès à la communion des divorcés remariés vivant more uxorio a été répétée officiellement très fréquemment depuis les années 1980. Pour reprendre les mots sans équivoque de la Congrégation de la Doctrine de la Foi en 1994, toute proposition contraire à cette prohibition est "en opposition patente avec la Doctrine de l'Eglise".

C'est la logique seule qui guide la réponse, et si vous autorisiez officiellement cette pratique (hypothèse d'école car cela est impossible) alors c'est tout l'édifice qui cesserait d'être bâti sur la logique. Et quand il n'y a plus de logique, il reste seulement l'arbitraire.

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Cendrine » jeu. 21 sept. 2017, 14:42

Axou:
moi pas comprendre. Ou voyez vous qu'on parle de nobles et de bourgeois dans les extraits ???? de la part d'un pape si proche des pauvres ???
Je me rapportais à ce passage :
le message le plus radical de l'Eglise depuis toujours, depuis l'Evangile, est de condamner la folie de l'argent. pourquoi ce message n'est il pas entendu ?

pape François : Il ne passe pas ? mais parce que certains préfèrent parler de morale dans les homélies et les chaires de théologie.
Certes les mots ne sont pas explicitement notés, mais lire le parallèle "folie de l'argent + morale sous la ceinture" versus une morale accommodante par et pour des fidèles opprimés m'a fait penser aux deux principales familles (certains diront sensibilités) de catholiques, ceux dits de droite, (les bourgeois de la Manif pour Tous) et ceux de gauche (ceux qu'on n'a que très rarement vus à ladite Manif). Je trouve ces oppositions bien pratiques pour ceux qui ont l'intention de rester dans l'opposition d'un côté ou de l'autre et cela me laisse craindre pour la réconciliation que nous pouvons espérer et dont parle Prodigal. L'Église Catholique manque cruellement de son peuple le plus pauvre et je crains bien qu'un discours peu clair, pas assez exigeant et non radical ne soit pas à même de ré-évangéliser les strates les plus humbles socialement. La radicalité évangélique est le contraire de la complexité, c'est simplex (sin plex : sans pli, sans obscurité, pas alambiqué). C'est sans doute pour cette simplicité que les cardinaux ont exprimé leurs dubia.
Pour info, le pape ne confond pas l'idéologie traditionaliste avec l'attachement à la tradition dont il est lui-même le garant.
Merci Axou pour cette information. Elle me semble ne s'accorder que peu avec l'expérience de terrain. Figurez-vous que le jour où j'ai indiqué désirer suivre les indications traditionnelles de la morale de l'Église concernant tel ou tel pilier du mariage, c'est tout juste si on ne m'a pas expulsé son dentier à la figure tellement on en a rigolé. J'insiste : je ne disais pas ça au "Café Assos" de mes copains mais au beau milieu de la maison diocésaine, pile sous un crucifix. De nos jours on se fait traiter de traditionaliste pour moins que ça alors il est vrai que la distinction entre "idéologie traditionaliste" et "attachement à la Tradition" me laisse perplexe, voire même un peu confuse...
Ou voyez vous que le Pape ramène la rencontre avec le Christ avec le lien à "un modèle de mec sympa" ?
Etonnant toutes ces projections.
Lorsqu'on lit certains propos un peu flous, expurgés de tout ce qui pourrait paraître un peu dur moralement, on peut avoir le sentiment que l'essentiel est mis sous le boisseau pour que surtout cette transcendance ne nous fasse pas trop peur.
Un adolescent de 15 ans a la permission de sortir ou pas le soir. Un adulte de 20 ans n'a plus de permission, il se prend en charge.
C'est ce passage là que nous vivons en ce moment dans l'Eglise et l'exigence en fait est beaucoup plus grande.
Je pense que l'erreur est justement de nous croire adultes maintenant, en tant que catholiques, alors que je crois que nous sommes toujours plus fragiles. Savez-vous quelle souffrance c'est de suivre des heures et des heures de réunions, de manifestations, de barrières, de ZADs, de prospectus, de collages d'affiches, encore de réunions "pour refaire le monde" entre adultes, de déceptions à cause de la blessure humaine, de débats, de grèves, de manifs encore, de militantisme, et de désespoir parce que ça ne change pas grand chose ? Comment penser qu'en tant que croyants nous pourrions suivre ce seul modèle avec profit ? Le fait d'y intégrer le Christ comme s'il était une option supplémentaire efficace ne suffit pas, il faut prendre sa croix et le suivre partout.

Si les catholiques désirant rester fidèles sans exception aux dogmes et aux exigences de l'Église sont compris comme infantiles et immatures, je le comprends tout à fait, c'est vraiment normal et courant de nos jours, rien de surprenant à cela, c'est la réflexion la plus courante. De mon côté je trouve admirable que vous puissiez vivre votre foi chevillée au cœur et au corps en relativisant l'apport de la Tradition ; pour ce qui me concerne, c'est juste au dessus de mes forces. Oh je me dis bien que si je pense et aime le Seigneur assez fort et longtemps je pourrai y arriver un temps plus ou moins long, mais j'ai peur de ne pas le pouvoir au long terme ou à la moindre épreuve.

Merci à mon tour pour vos gentils mots, mais ce que je dis n'émane pas de mon âme, cela passe à travers ce filtre amoureux et consentant certes, cependant à la source il n'y a pas moi mais le Christ.

Prodigal, vous avez raison :
Cependant quand vous dites que les traditionalistes n'existent pas cela me semble un peu irénique. Si c'est le cas, alors, avec qui se réconcilier?
Je refuse de me présenter comme une catholique traditionaliste car je ne fais qu'être catholique tant bien que mal ; mais je crois que nous devrons bien à un moment donné vivre davantage selon le précepte de saint Paul : que notre amour les uns pour les autres puisse se voir, au moins de l'extérieur, c'est même encore mieux qu'une réconciliation ! :)

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par axou » jeu. 21 sept. 2017, 14:18


Le pape a pour volonté de faire vivre l'Eglise au temps de la mâturité et sortir les Catholiques de l'infantilisme
J'espère que c'est seulement votre interprétation et non sa volonté. Ce serait très orgueilleux et très peu lucide de sa part : "vous comprenez, avant que j'arrive, saint Augustin, saint Thomas d'Aquin, et saint Jean-Paul II, avec toutes leurs règles, n'ont jamais sorti les Catholiques de l'infantilisme"...
Lisez vous même son livre ! C'est moi qui prononce le mot "infantilisme".
Lui dit souvent "à cette époque, l'Eglise n'étais pas mature sur tel ou tel sujet"... Les termes "maturité" et "immaturité" reviennent souvent dans sa bouche. (ce que je veux dire par "infantilisme" : l'Eglise traitait les Catholiques comme des enfants, en leur donnant un discours de permis-défendu)

Blague à part, l'interdiction absolue de la communion aux divorcés remariés vivant more uxorio vient directement de Dieu : ce grand enfant de saint Jean-Paul II l'a explicitement proclamé (Catéchisme paragraphe 1650, CDF 1994, CDF 1998, conseil pontifical pour l'interprétation des textes législatifs en 2000). Certes, il n'avait pas selon vous la finesse théologique de François, mais enfin,...
(....)
Le discernement se fait entre deux biens, jamais entre un acte intrinsèquement bon et un acte intrinsèquement mauvais. Il est interdit en toute circonstance d'accomplir un acte intrinsèquement mauvais. Relisez l'encyclique très infantile Veritatis Splendor ;).
Vous avez bien le droit d'être en désaccord avec le Saint Père. Mon intention ici n'est pas de convaincre les autres de la justesse de ses dires (dont je suis convaincue moi-même) mais de contribuer à l'explication de son propos dans Amoris Laetitia et la raison pour laquelle il n'a pas reçu les évêques et leurs dubias. Le sujet du post en fait.

Et je trouve important de donner la parole au Pape qui s'exprime a posteriori sur un texte qui a suscité des controverses.

Bien à vous,

Axou

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par Tristan » jeu. 21 sept. 2017, 13:04


Le pape a pour volonté de faire vivre l'Eglise au temps de la mâturité et sortir les Catholiques de l'infantilisme
J'espère que c'est seulement votre interprétation et non sa volonté. Ce serait très orgueilleux et très peu lucide de sa part : "vous comprenez, avant que j'arrive, saint Augustin, saint Thomas d'Aquin, et saint Jean-Paul II, avec toutes leurs règles, n'ont jamais sorti les Catholiques de l'infantilisme"...
il ne s'agit plus d'autoriser ou de permettre (dans le cas ici de la communion) car la question ne se pose plus ainsi.
La dernière fois que j'ai croisé un tueur en série, je lui ai dit la même chose : il ne s'agit plus d'autoriser ou de permettre, tu décides en conscience.
Blague à part, l'interdiction absolue de la communion aux divorcés remariés vivant more uxorio vient directement de Dieu : ce grand enfant de saint Jean-Paul II l'a explicitement proclamé (Catéchisme paragraphe 1650, CDF 1994, CDF 1998, conseil pontifical pour l'interprétation des textes législatifs en 2000). Certes, il n'avait pas selon vous la finesse théologique de François, mais enfin,...

Il s'agit d'accompagner et de discerner.
Le discernement se fait entre deux biens, jamais entre un acte intrinsèquement bon et un acte intrinsèquement mauvais. Il est interdit en toute circonstance d'accomplir un acte intrinsèquement mauvais. Relisez l'encyclique très infantile Veritatis Splendor ;).

Re: Les cinq dubia de quatre cardinaux au pape François à propos d'Amoris Laetitia

Message par prodigal » jeu. 21 sept. 2017, 11:44

Merci Axou pour ces documents.
Je trouve qu'à les lire, on voit justement que François n'est pas "un mec sympa" mais bien un maître de doctrine, qui l'enseigne en la faisant comprendre, à temps et à contre-temps, comme c'est sa mission. Tant pis, ou tant mieux je ne sais, si cela dérange, c'est inévitable.
Chère Cendrine, je crois que je suis totalement d'accord avec vous sur l'essentiel, si toutefois je vous ai bien comprise. Il y a plusieurs demeures dans la maison du Père.
Cependant quand vous dites que les traditionalistes n'existent pas cela me semble un peu irénique. Si c'est le cas, alors, avec qui se réconcilier?
En revanche, je suis d'accord avec vous si vous pensez qu'on peut être un catholique très attaché à la tradition sans pour autant être un traditionaliste. Je dirai même que en ce cas je ne vois pas de problème.

Haut