Dire non aux idéologues de la diversité

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Dire non aux idéologues de la diversité

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par ChristianK » mer. 03 avr. 2019, 5:09

La diversité semble avoir partie liée avec le narcissisme libertaire. Ce dernier cherche à se protéger contre la notion de devoir, il implique un certain relativisme, et c'est ce dernier qui justifie la diversité comme valeur morale. En revanche, d'un point de vue plus pragmatique de philo politique une diversité limitée et raisonnable peut être utile pour sauvegarder les droits des minorités légitimes (pas de toute minorité quelle qu'elle soit).

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Cinci » mer. 03 avr. 2019, 3:29

Tiens ...

Je viens de trouver "quelque chose" qui est loin d'être inintéressant, dans un message fleuve du philosophe (et souverainiste) québécois Richard Gervais.

Il donne sa lecture personnelle d'une certaine dynamique politique ayant pu avoir cours dans le Québec des cinquante dernières décades. Attention. Je n'oblige personne ici à devoir se taper l'article tout entier, à être d'accord ou pas d'accord ou même à devoir s'intéresser au cas politique susdit.

Mais il raconte à un endroit :
Je pense que, dans notre société comme dans les sociétés occidentales en général, le débat nationalisme – mondialisme (ou populisme – multiculturalisme, ou comme on voudra) est en train de prendre le pas sur le débat classique gauche – droite et que par conséquent la question nationale québécoise se pose dans un contexte modifié. D’ailleurs, la gauche et la droite se retrouve du même bord, celui du mondialisme.

L’affrontement est majeur et il déterminera longtemps, à mon avis, l’histoire qui se fait. Il mobilise déjà une foule de notions. Il y a quelques temps, je me suis amusé à en repérer quelques-unes et à les opposer terme à terme plus ou moins rigoureusement. Cette simple énumération, non exhaustive, donne à voir la portée du nouveau clivage et les enjeux qu’il peut charrier.

- souverainisme (nationalisme, patriotisme)/mondialisme (internationalisme, cosmopolitisme)

- populisme/multiculturalisme

- conservatisme/progressisme

- transmission (de l’héritage, de la civilisation)/déconstruction (de l’héritage, de la civilisation)

- revalorisation de l’État-nation/dépassement de l’État-nation

- identitarisme/diversitarisme (communautarisme, etc.)

- natalisme/immigrationnisme

- frontiérisme/sans-frontiérisme

- enracinement (éloge de l’)/déracinement (éloge du)

- raison d’État (bien commun)/droits-de-l’hommisme (individualisme)

Son commentaire :
Richard Gervais :

Aujourd’hui, il y a toujours des gens qui prétendent s’opposer au système et on continue pour cette raison de les classer à gauche. Il faut cependant voir que, primo, le profil de cette gauche a changé; secundo, le système contre lequel elle se dresse a changé lui aussi; tertio, gauche et droite se rejoignent aujourd’hui sur plein de questions.

Les nouveaux gauches sont, à l’instar de leurs devanciers, imbus de la même « certitude arrogante d’incarner la marche du monde », pour utiliser une belle et forte formule d’Alain Finkielkraut à propos de la « gauchitude ». Ces néo-gauches comme les gauches « classiques » sont d’abord convaincus qu’il existe telle chose qu’une marche du monde vers le mieux — cela, il va sans dire, grâce à tous les valeureux de leur sorte qui mettent l’épaule à la roue du progrès et malgré les salauds qui mettent des bâtons dans la même roue : réactionnaires, conservateurs, passéistes, misonéistes, « fascistes ». Tout le credo du progressisme est là, avec l’absolu sentiment de son bon droit et qui, faut-il le dire, recèle un potentiel de violence considérable.

Mais malgré ces points communs de la nouvelle gauche avec l’ancienne, on sent que l’étiquette convient moins, qu’elle masque des évolutions sous-jacentes, que le clivage traditionnel gauche – droite perd de sa prépondérance et de sa pertinence. Et pour cause.

Le profil de la gauche a changé, disais-je : elle est devenue sociétale. Hier, le progressiste se revendiquait socialiste, syndicaliste, marxiste. Aujourd’hui, il s’affiche, en vrac, droit-de-l’hommiste, diversitariste (ethnique, religieux, sexuel, etc.), pro-immigration, antiraciste, inclusif, pro-LGBTQ+, féministe, contre les stéréotypes de « genres », contre l’« appropriation culturelle », contre les discriminations qu’il croit repérer partout et ainsi de suite — la liste est sans fin. On parlait de gauche sociale, maintenant on parlera de gauche sociétale (mot en train peut-être de s’imposer en Europe — francophone, à tout le moins). Ce qui en effet branche cette gauche-là est moins la « question sociale » classique que, disons, les « questions de société », les soi-disant questions du « vivre-ensemble » — du moins est-ce sous ces vertueuses rubriques qu’elle aime inscrire ses impérieuses préoccupations.

Le système ennemi, lui aussi, a changé : ce n’est plus le capitalisme, mais la civilisation occidentale.
Le système ennemi n'est plus le capitalisme mais la civilisation occidentale ...

L'article complet se trouve ici :

https://vigile.quebec/articles/sur-l-in ... -politique


J'ajoute :

Je trouve intéressant, moi, de voir ici clairement défini le contour de ce néo gauchisme. Les néo gauchistes ne sont pas des communistes, pas des bolchéviques et ni non plus des gens qui vont porter aux nues la classe des travailleurs ou qui vont idéaliser le peuple.

Non, les néo gauchistes sont plutôt tels des moralistes, des censeurs, qui, en s'appuyant sur une certaine élite et la puissance de l'État, prétendent vouloir remédier aux maux de l'exclusion (ostracisme, etc.) affectant des minorités (des individus victimes) et, pour ce faire, doivent rééduquer le peuple, les masses.

La loi doit servir à corriger les mal pensants. Les néo gauchistes peuvent fonctionner sans mal, main dans la main, avec les néo libéraux qui souhaitent eux aussi remodeler la société, détruire les barrières, exiger de la "souplesse" de la part des travailleurs et du peuple; davantage de place au soleil pour des pensées "autres" que chrétiennes ou traditionnelles; autres que conservatrices, protectionnistes, etc.

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Cinci » lun. 01 avr. 2019, 18:03

Valentin :

Il est toujours curieux de constater le caractère borgne du gauchisme : vive les cultures, vive les traditions... mais celles des autres ! Surtout pas les nôtres.


Caractère borgne du néo-gauchisme allié au néo-libéralisme et qui souhaitent tout deux déconstruire, - en tant que mouvements - , les référents traditionnels de la société occidentale; voulant détruire soi-disant "jusqu'à la racine" les ferments de l'exclusion, ceux d'un manque d'ouverture à la différence, aux façons "autres" de raisonner, fonctionner, moraliser, vivre sa foi, etc.

C'est tout à fait cela.



Et encore ...


Ces penseurs du néo-libéralisme, comme uniquement soucieux de défendre les minorités méprisées, faire disparaître les pénalités pouvant entraver la marche "libératrice" de tous ceux ou celles qui n'entreraient pas dans le vieux moule sociétal : ils font tout autre chose que promouvoir des foires commerciales et où, des clients heureux j'Imagine pourraient enfin trouver, comme dans une caverne d'Ali baba, des richesses provenant des quatre coins de l'horizon.

Ils font tout autre chose, ces militant(e)s. Et puis c'est bien là que je dis, - eux, faisant autre chose, que Bassmeg est "hors champs" avec ses histoires de tables bien garnies, de spécialités culinaires provenant d'ici ou là.

Je dis non à Bassmeg parce que le coup de la "diversité culinaire" existait déjà du temps des empires coloniaux du XIXe siècle. Les Anglais n'ont pas eu besoin d'attendre après nos militants diversitaires de l'an 2000, par exemple, pour connaître et consommer du curry des Indes. La question n'est pas là. La Chine pouvait être aussi l'empire le plus fermé du monde aux étrangers mais que ses commerçants pouvaient y importer "quand même" toutes sortes de curiosités gustatives, d'épices et tout ce qu'on veut.

Voyez-vous

Non, la particularité de nos militants de la "diversité" aujourd'hui c'est qu'ils prônent la non intégration des étrangers ou des immigrants au moule traditionnel de notre société d'accueil et sa culture occidentale.

Ces militants (en réaction contre le passé, contre la société judéo-chrétienne) veulent que des Chinois puissent vivre au Canada comme s'ils vivaient en Chine, à côté d'arabes musulmans pouvant choisir, eux, d'y vivre comme dans un banlieue du Caire, à côté d'artistes anglophones libertariens pouvant y vivre comme à New-York, à côté d'une communauté d'homosexuels pouvant faire abstraction des uns et des autres, etc. "Je fais ce que je veux"; "Si je veux vivre, penser, manger, me vêtir comme si j'était à Karachi, j'ai le droit !" Haro sur le concept d'assimilation ! "Le ghetto c'est mieux. La société éclatée, c'est plus chouette."

Enfin

Cette question est extrêmement brûlante d'actualité. C'est un problème significatif qui traverse également l'Église catholique de part en part (elle n'est pas isolée du monde, notre Église) et qui risque bien sûr d'y amener de nouveaux durcissements inexpiables et autres incommunications au plus intime des membres entre eux.

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Valentin » lun. 07 janv. 2019, 22:12

Les français ne s' habillent plus en costumes régionaux de l' ancien régime? Bon, faisons notre deuil de ceci.
Bassmeg, Votre mépris de l'identité, de l'histoire et de la culture françaises s'assemble à merveille avec votre plaidoyer pour le multiculturalisme. À vrai dire, il le complète...

Mais voyons si vous êtes capable de suivre votre raisonnement jusqu'au bout.
Qu'en est-il des langues régionales : breton, occitan et autres alsacien, qui ont disparu en même temps que les costumes ? Une destruction voulue et orchestrée par le régime républicain, cette grande force du progrès humain.

Vous qui faites l'éloge des langues étrangères parlées dans votre entourage, et qui vous réjouissez - au nom de la diversité - de la présence de ces locuteurs étrangers sur le sol français : la disparition des traditions régionales françaises, des langues, des costumes, de la gastronomie, ne devrait-elle pas vous attrister au nom de cette même diversité ?

Il n'en est rien : vous vous moquez bien de la diversité française, qualifiée par vous de reliquat d'ancien régime (sic). Ce qui vous intéresse, c'est une diversité constituée d'éléments étrangers à la nation.

Mais n'avez-vous jamais pensé que si les étrangers arrivant en France possèdent une identité propre, une langue, des coutumes particulières etc., c'était parce qu'ils sont issus de cultures où les traditions sont transmises de père en fils et de mère en fille ? Où les traditions sont sacrées ?

Si ces juifs, ces Arabes et autres Hongrois que vous citez avaient eu le même mépris que vous vis-à-vis de leurs propres traditions nationales, qu'en serait-il du vivre-ensemble et des pâtisseries orientales ?
Les français mangent des pizzas, des tandooris, des hamburgers mais délaissent le boudin et les pieds paquets? Est ce que vraiment, c' est si grave?
Il est toujours curieux de constater le caractère borgne du gauchisme : vive les cultures, vive les traditions... mais celles des autres ! Surtout pas les nôtres.

Je vais vous illustrer le problème ci-dessus avec un autre exemple, chère Bassmeg. Vous allez tout de suite comprendre :

Si les Indiens mangent des pizzas et des hamburgers mais délaissent le tandoori, est-ce que vraiment, c'est si grave ?

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par PaxetBonum » lun. 07 janv. 2019, 20:35

Cela dit, il y a des pays qui luttent et disent non aux "idéologues de la diversité". On peut les prendre comme modèles, ou comme repoussoirs:
L' Afghanistan, la Corée du Nord, la Suisse, le Royaume du Bhoutan, l' état Islamique, l' allemagne hitlerienne, le Japon impérialiste, la Tchétchènie, etc...
A chacun de décider si il voudrait y vivre ou non.
Je vais malicieusement revenir sur l'un de vos exemples tendancieux : l'Allemagne hitlérienne.
Savez-vous que la 13ème division SS handschar était totalement musulmane ?
Que la Legion SS Legion Freies Indien était composée d'indiens ?
Que Hitler était très copain avec le grand mufti de Jérusalem ?
etc…
Bref dans la SS on connaissait déjà le vivre ensemble…

Tout cela pour dire que vos exemples sont fallacieux.
Pourquoi ne pas choisir des pays qui existent encore plutôt que des pays et plus encore des régimes révolus ?
Pourquoi ne pas proposer l'Arabie Saoudite, le Qatar, l'Algérie… ?
Fermer les yeux très fort en regrettant le temps passé ne sert à rien et surtout, c' est dangereux dans une telle situation.
(...)Est ce que vraiment, c' est si grave?
Pourquoi serai-ce dangereux d'écouter les anciens qui nous expliquent que c'était plus sain avant ?
Il n'y a peut-être pas que de la nostalgie mais aussi de la lucidité, de l'expérience et du bon sens !
Cela ne sert pas à rien : on voit fleurir des écoles de partout qui réemploient les anciennes méthodes d'apprentissage de la lecture, du calcul… avec de brillants succès, là où les méthodes modernes du progrès donnent des analphabètes.
Des générations d'immigrés se sont assimilés à la France avec ce savoir vivre à la française, alors que des générations d'immigrés se juxtaposent en 'vivant ensemble' avec ces théories progressistes de l'intégration (qui n'a fait que désintégrer le savoir vivre français).

Est-ce grave ? Extrêmement !
C'est la destruction de l'identité française et rapidement la culture, l'alimentation, l'histoire française seront remplacés par une population dominante qui imposera sa culture, son alimentation, son histoire… si vous ouvrez les yeux cela se réalise dés à présent sous vos yeux…

Seigneur ayez pitié de la France !

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Alexandre. » lun. 07 janv. 2019, 19:32

Ce que je sais, c' est qu' on vit bien ensemble de mon coté. Entre l' Aid, Yom Kippour, le 14 juillet, Noel, le Thet et autres, c' est clairement vivre ensemble. C' est l' occasion de manger des choses de cultures différentes, un peu comme un marseillais qui mangerait de la choucroute à votre époque.

Dans quel monde vivez-vous ? Vous devez résider dans le seul endroit de France où toutes ces communautés coexistent dans une parfaite harmonie et célèbrent ensemble les fêtes religieuses des uns et des autres. On se croirait presque dans le jardin d'Eden tellement cet endroit est paradisiaque. Ça ne serait pas la superbe ville de Sarcelles dont on nous rabâche à longueur de temps (et à tort) qu'elle est un modèle de cohabitation entre communautés ?
La France a des visages (de plus en plus) multiples, pour vous paraphraser. C' est ce qui fait sa grandeur et sa richesse culturelle.
Et par là, son rayonnement.

Ce rayonnement est le même dans toute l'UE et a pour conséquence une montée du nationalisme dans tous ses mêmes états. Quelle belle illustration de cette richesse culturelle et de ce brassage harmonieux des populations !
Cela dit, il y a des pays qui luttent et disent non aux "idéologues de la diversité". On peut les prendre comme modèles, ou comme repoussoirs:
L' Afghanistan, la Corée du Nord, la Suisse, le Royaume du Bhoutan, l' état Islamique, l' allemagne hitlerienne, le Japon impérialiste, la Tchétchènie, etc...

C'est le contre exemple qu'il ne fallait surtout pas prendre. Il n'y a aucun lien entre ces régimes totalitaristes et une présence d'immigrés.

On se demande d'ailleurs ce que la Suisse fait dans votre liste. J'ai pu "apprécier" toute l'étendue de la diversité du côté de Genève, Fribourg, etc. A mon avis, vous n'avez jamais posé un pied en Suisse.

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Bassmeg » lun. 07 janv. 2019, 18:27

(…) Je ne sais pas quel âge vous avez mais ce pays moisi et ennuyeux que vous décrivez où chacun respecte les mêmes coutumes vestimentaires et culinaires, partagent une même culture, une même histoire… c'est la France que j'ai connue et que je regrette car elle n'existe plus à part dans les campagnes. Et non ce ne sont pas tous des dégénérés consanguins. Et non on ne s'ennuie pas avec eux.

Si vous ouvrez les yeux vous verrez que des termes comme le 'Vivre ensemble ' sont totalement vide de sens. C'est la novlangue pour faire avaler toutes les couleuvres de nos politiciens.

En France on vivait bien ensemble sans avoir à le formaliser, on mangeait de la choucroute de l'est, des crêpes et du cidre de l'ouest, du cassoulet du sud et de la fondu des montagnes. Bref rien d'ennuyeux comme vous semblez le penser. La France a des visages multiples et tous les 100km tout est renouvelé. Vous pouvez passer votre vie à explorer la France sans jamais vous répéter.

Le 'vivre ensemble' a précisément été inventé quand les gens ne pouvaient plus vivre ensemble car les autochtones ont vu des populations immigrées accueillies ne pas respecter leurs traditions voire leur interdire de continuer à vivre comme avant, leur imposant leurs propres traditions.
Ce que je sais, c' est qu' on vit bien ensemble de mon coté. Entre l' Aid, Yom Kippour, le 14 juillet, Noel, le Thet et autres, c' est clairement vivre ensemble. C' est l' occasion de manger des choses de cultures différentes, un peu comme un marseillais qui mangerait de la choucroute à votre époque. La France a des visages (de plus en plus) multiples, pour vous paraphraser. C' est ce qui fait sa grandeur et sa richesse culturelle. Et par là, son rayonnement.

Cela dit, il y a des pays qui luttent et disent non aux "idéologues de la diversité". On peut les prendre comme modèles, ou comme repoussoirs: L' Afghanistan, la Corée du Nord, la Suisse, le Royaume du Bhoutan, l' état Islamique, l' allemagne hitlerienne, le Japon impérialiste, la Tchétchènie, etc... A chacun de décider si il voudrait y vivre ou non. Nous allons encore en revenir à la métaphore du canot dans les rapides. Vous ne pouvez pas revenir en arrière. Vous ne pouvez pas accoster pour souffler 5 minutes. Vous ne pouvez pas diriger le bateau plus que 5 centimètres par ci ou 5 centimètres par là. Et vous ne savez même pas ce qui se cache après le prochain tournant.
Je sais, c' est effrayant. Mais ainsi va la vie, il faut s' y faire. Fermer les yeux très fort en regrettant le temps passé ne sert à rien et surtout, c'est dangereux dans une telle situation. Les français ne s' habillent plus en costumes régionaux de l' ancien régime? Bon, faisons notre deuil de ceci. Les français mangent des pizzas, des tandooris, des hamburgers mais délaissent le boudin et les pieds paquets? Est ce que vraiment, c' est si grave?

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par PaxetBonum » lun. 07 janv. 2019, 11:26

Bonsoir Jeanne. Merci pour votre politesse et votre cordialité. On en a besoin, par les temps qui courent.
Vivre ensemble, selon moi, cela implique forcément la diversité et le multiculturalisme. Par principe. Si je vivais ensemble avec que des gens comme moi, s' habillant comme moi, mangeant comme moi, ayant la même culture que moi, pensant comme moi, buvant leur thé comme moi... Ce ne serait pas du VIVRE ENSEMBLE. Mais juste un truc malsain ou à la fin on sera tous cousins, parce que les voisins ont un accent bizarre et mangent des trucs que nous ne mangeons pas et écoutent de la musique barbare...
Bonjour Bassmeg,

Je ne sais pas quel âge vous avez mais ce pays moisi et ennuyeux que vous décrivez où chacun respecte les mêmes coutumes vestimentaires et culinaires, partagent une même culture, une même histoire… c'est la France que j'ai connue et que je regrette car elle n'existe plus à part dans les campagnes. Et non ce ne sont pas tous des dégénérés consanguins. Et non on ne s'ennuie pas avec eux.

Si vous ouvrez les yeux vous verrez que des termes comme le 'Vivre ensemble ' sont totalement vide de sens. C'est la novlangue pour faire avaler toutes les couleuvres de nos politiciens.

En France on vivait bien ensemble sans avoir à le formaliser, on mangeait de la choucroute de l'est, des crêpes et du cidre de l'ouest, du cassoulet du sud et de la fondu des montagnes. Bref rien d'ennuyeux comme vous semblez le penser. La France a des visages multiples et tous les 100km tout est renouvelé. Vous pouvez passer votre vie à explorer la France sans jamais vous répéter.

Le 'vivre ensemble' a précisément été inventé quand les gens ne pouvaient plus vivre ensemble car les autochtones ont vu des populations immigrées accueillies ne pas respecter leurs traditions voire leur interdire de continuer à vivre comme avant, leur imposant leurs propres traditions.

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Jeanne » lun. 07 janv. 2019, 8:24



Jeanne, nous vivons dans un monde mondialisé. Grimpez dans le train, ne restez pas sur le quai. Personne ne vous demande d'abandonner votre identité, bien au contraire. Il faut en être fière. Mais être fière, toute seule dans son coin n' a aucun sens.
Bassmeg, j'entends tout ce que vous dites.
Mais ce n'est pas le sujet de ce fil, qui traite non pas de la richesse des échanges entre personnes de cultures différentes, encore moins de mon identité, mais d'une idéologie politique qui a des conséquences, ainsi que développé au début de ce fil.

Je pense que vous n'êtes pas renseignée sur ce dont il est question car vous confondez des termes.
Encore une fois, rien de grave bien sûr, mais ça bloque l'échange ;)

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Nanimo » sam. 05 janv. 2019, 20:03

Je crois justement que nous parlons de la même chose, Jeanne. Vous déplorez que l'on puisse se croiser, sans se rencontrer. Moi aussi et c'est pour cela que je suis pour la diversité et le multiculturalisme. Quand on se croise sans se rencontrer, c'est du mono culturalisme.
(Jeanne s'est retiré du fil ce que je peux comprendre. Je reprends.) Le mono-culturalisme, comme vous dites n'a jamais existé. Jamais. L'être humain n'a jamais cessé de déambuler, quitte à s'installer chez les autres quand il était à court de ressources.
Tiré du fil Démographie et diversité :
(…) il est curieux de constater que l'on pense généralement que celle-ci (la diversité) est un phénomène relativement récent, apporté par les migrants.

Or il n'en est rien. Lors de la conscription de 14-18 (c'était hier) on s'est aperçu qu'un énorme pourcentage des appelés ne parlait pas français, mais divers dialectes et patois. Autrement dit, la France était diverse et, sans aller dans les détails, on peut penser que cela était le cas dans presque toute l'Europe.
Je reprends votre message :
Moi j'ai fait mon choix. Demain je dois manger avec un vieil ami mi français, mi-portugais et converti à l' islam depuis deux ans. Au menu? Huitres, vins français, briques et patisseries orientales. On écoutera surement du rap américain, il conduit une allemande et moi une japonaise. Sa femme est malgache et leur enfant est déja trilingue. Mon amoureux ne sera pas là, parce que comme vous, il n' aime pas beaucoup la diversité ni le multiculturalisme. Tant pis pour lui, il restera à la maison, rideaux tirés, sans même se douter de ce qu'il perd. Il regardera surement un vieux commissaire Maigret, en charentaises, en mangeant des nouilles au beurre et du flan aux oeufs. Grand bien lui fasse. Il pourra ainsi réfléchir à son aise sur son identité franco-française, sans personne pour le contredire dans son role de porte étendard de la culture française non relativiste et en s' imaginant comme le parangon de la civilisation supérieure à toutes les autres qui ne sont que décadence et sauvagerie paiennes. Et cela en mangeant des nouilles en charentaises...
Eh bien, chacun sa vie. Je vis au Québec (Française expatriée d'origine Francilienne et Réunionnaise) et mes petits-enfants viennent d'applaudir la publication d'Astérix chez les Québécois. J'ai aussi l'intention d'emmener ma fille et une de mes petites-filles voir Notre-Dame de Paris, le grand succès depuis une quarantaine d'années de Luc Plamondon d'après l'oeuvre de Victor Hugo. Lors d'une visite à Paris à Pâques, nous avions vu les grandes portes de la cathédrale s'ouvrir, un événement rare, donc je continue sur la lancée. Les origines de mes petits-enfants? C'est l'Amérique aux racines européennes : France, Italie, Écosse tout cela à la sauce québécoise. Bien entendu, lorsque je leur ai préparé leur premier cari réunionnais, je leur ai raconté qu'il ne s'agissait que de poulet à la sauce tomate. :oops:

Tout cela pour dire : que croyez-vous que vous nous apprenez?
Et si je peux me permettre cette boutade, si nous étions tous contre le multiculturalisme, alors seuls les palestiniens seraient chrétiens. Et la France serait encore une terre paienne, dont les chefs religieux seraient des druides. Ce n'est pas le cas, comme vous le savez.
Vous ne vous êtes pas donné la peine de comprendre ce que dit Valentin plus haut au sujet du multiculturalisme actuel. Relisez et peut-être comprendrez-vous ce qui nous préoccupe. Peut-être.
Notre religion vient de Palestine. Jésus était plus basané et typé que Yasser Arafat lui même quoiqu'en montre l'iconographie.
Que racontez-vous ? Jésus était Juif. Les peuples sémites sont Juifs et Arabes, mais la Palestine est juive à l'époque de Jésus (et comptait trois provinces - à vérifier - la Samarie, la Judée et la Galilée).
Jeanne, nous vivons dans un monde mondialisé. Grimpez dans le train, ne restez pas sur le quai. Personne ne vous demande d'abandonner votre identité, bien au contraire. Il faut en être fière. Mais être fière, toute seule dans son coin n' a aucun sens.
... bon sang, j'ai perdu le fil! Ya quelqu'un qui veut messpiquer? ...et lentement siouplai. Merci.

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Bassmeg » sam. 05 janv. 2019, 16:13

Je crois justement que nous parlons de la même chose, Jeanne. Vous déplorez que l'on puisse se croiser, sans se rencontrer. Moi aussi et c'est pour cela que je suis pour la diversité et le multiculturalisme. Quand on se croise sans se rencontrer, c'est du mono culturalisme. C'est à dire un désert humain et culturel. Quand on se croise et qu'on se rencontre, alors on échange et on se diversifie. On s'enrichit, en somme.

Si on veut rester dans sa propre culture, alors il ne faut pas sortir de chez soi et rester devant son miroir, beau miroir, qui vous dira quelle est la plus belle culture. Si on est prête à rencontrer les autres, alors il faut être prête à rencontrer des gens qui ne pensent pas comme nous. Libre à vous de choisir. Un appartement renfermé, poussièreux? Ou bien le vaste monde rempli de surprises, de possibilités, de nouveautés et de rencontres?

Moi j'ai fait mon choix. Demain je dois manger avec un vieil ami mi français, mi-portugais et converti à l' islam depuis deux ans. Au menu? Huitres, vins français, briques et patisseries orientales. On écoutera surement du rap américain, il conduit une allemande et moi une japonaise. Sa femme est malgache et leur enfant est déja trilingue. Mon amoureux ne sera pas là, parce que comme vous, il n' aime pas beaucoup la diversité ni le multiculturalisme. Tant pis pour lui, il restera à la maison, rideaux tirés, sans même se douter de ce qu'il perd. Il regardera surement un vieux commissaire Maigret, en charentaises, en mangeant des nouilles au beurre et du flan aux oeufs. Grand bien lui fasse. Il pourra ainsi réfléchir à son aise sur son identité franco-française, sans personne pour le contredire dans son role de porte étendard de la culture française non relativiste et en s' imaginant comme le parangon de la civilisation supérieure à toutes les autres qui ne sont que décadence et sauvagerie paiennes. Et cela en mangeant des nouilles en charentaises...

Et si je peux me permettre cette boutade, si nous étions tous contre le multiculturalisme, alors seuls les palestiniens seraient chrétiens. Et la France serait encore une terre paienne, dont les chefs religieux seraient des druides. Ce n'est pas le cas, comme vous le savez. Notre religion vient de Palestine. Jésus était plus basané et typé que Yasser Arafat lui même quoiqu'en montre l'iconographie.

Jeanne, nous vivons dans un monde mondialisé. Grimpez dans le train, ne restez pas sur le quai. Personne ne vous demande d'abandonner votre identité, bien au contraire. Il faut en être fière. Mais être fière, toute seule dans son coin n' a aucun sens.

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Jeanne » dim. 30 déc. 2018, 19:59


L' universalité des valeurs? Dans un sens, oui. Etre au chaud, le ventre plein, sereine, en sécurité avec un amoureux qui vous caresse les cheveux, tout le monde veut ça. Moi, vous, mes parents et mon chien, nous partageons ces plaisirs. Là est l' universalité. Mais interdire aux homos de se marier, interdire aux femmes d'être papesse, ordonner de circoncire les gens, leur interdire de manger de la viande tel jour, ce n' est pas universel. C' est culturel. Je n' ai aucun doute sur le fait que je pratique des choses qui feraient hurler certains. Et que certains pratiquent des choses qui me feraient hurler.
Mais ce ne sont pas des valeurs, ce que vous évoquez :exclamation:
Cela ne veut pas dire que tout ce vaut. Juste que je suis consciente de mon ignorance et de mon arrogance et que je fais ce que je peux pour me corriger. Et pour aller plus loin, je suis persuadée que Dieu approuve mes jugements moraux. Comme tout le monde. Nous croyons tous détenir LA vérité. Je ne suis pas différente des autres. Simplement, quand je parle avec un croyant soutenant des points de vue différtents des miens, je ne lui jette pas à la figure des "J' ai raison" ni des "Vous pensez ceci parce que vous êtes ignorant".
Le multiculturalisme permet ceci. Le monoculturalisme enferme. Autant s' acheter un miroir et discuter avec soi même si on pense que nos pensées sont les meilleures et les seules universelles.

Dans tous les cas, le monoculturalisme n' est même plus une option possible actuellement. Il va falloir s' y faire, bon gré mal gré. A moins de se retirer du monde, ce que je ne conseille à personne.
Notre échange est lui-même dans une impasse, car nous ne parlons pas de la même chose.

Ce n'est pas grave, au demeurant, mais se croiser sans jamais se rencontrer est stérile alors j'arrête ici, sans rancune ni jugement d'ailleurs. Je suis de votre avis globalement sur la richesse de la diversité.

Le multiculturalisme c'est autre chose mais vous n'avez pas envie de l'entendre !

Bonne soirée Bassmeg :)

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Bassmeg » dim. 30 déc. 2018, 17:35

Jeanne, bonjour,

Je ne suis pas relativiste. Par contre, j' aime aller vers d' autres cultures et j' aime que des gens differents viennent vers moi. Je ne crois pas que toutes les cultures se valent. Et bien sur, comme tout le monde, je pense que c' est la mienne la meilleure, ce qui à bien y réfléchir est un peu bête et nombriliste. Constatant que si je passe mon temps à dire que c' est ma culture la meilleure, cela risque de provoquer des moqueries méritées et d' éloigner les autres de moi, je tais mon arrogance et mon chauvinisme culturel. Et la plupart des gens ayant des cultures différentes de la mienne font de même, ce qui permet le dialogue. C' est ça le multiculturalisme. Ceux qui viennent vers moi en disant que leur culture est supérieure à la mienne, je ne les calcule pas.

Pour les exemples précis que vous évoquez, mon positionnement est clair. Je suis légaliste avec une tendance à la rebellion quand j' estime que c' est necessaire.. Pas de circoncision, pas d' excision. Pas de mariage polygame ni de mariage de mineurs. Pas d' hommes chefs des femmes. J' ai des valeurs, mais elles me sont propres. Je suis consciente de ceci. Elles sont dues à mon époque et à mon lieu. La Bassmeg de 1500 ne saurait pas ce qu' est le droit de vote. Celle de 1950 trouverait normal que son mari lui dise quoi voter. Et moi, en 2018, je rigole au nez de celui qui me dit que l'homme est le chef de la femme. Je suis le produit de mon milieu et de mon époque, et vous aussi.

L' universalité des valeurs? Dans un sens, oui. Etre au chaud, le ventre plein, sereine, en sécurité avec un amoureux qui vous caresse les cheveux, tout le monde veut ça. Moi, vous, mes parents et mon chien, nous partageons ces plaisirs. Là est l' universalité. Mais interdire aux homos de se marier, interdire aux femmes d'être papesse, ordonner de circoncire les gens, leur interdire de manger de la viande tel jour, ce n' est pas universel. C' est culturel. Je n' ai aucun doute sur le fait que je pratique des choses qui feraient hurler certains. Et que certains pratiquent des choses qui me feraient hurler.

Cela ne veut pas dire que tout ce vaut. Juste que je suis consciente de mon ignorance et de mon arrogance et que je fais ce que je peux pour me corriger. Et pour aller plus loin, je suis persuadée que Dieu approuve mes jugements moraux. Comme tout le monde. Nous croyons tous détenir LA vérité. Je ne suis pas différente des autres. Simplement, quand je parle avec un croyant soutenant des points de vue différtents des miens, je ne lui jette pas à la figure des "J' ai raison" ni des "Vous pensez ceci parce que vous êtes ignorant".
Le multiculturalisme permet ceci. Le monoculturalisme enferme. Autant s' acheter un miroir et discuter avec soi même si on pense que nos pensées sont les meilleures et les seules universelles.

Dans tous les cas, le monoculturalisme n' est même plus une option possible actuellement. Il va falloir s' y faire, bon gré mal gré. A moins de se retirer du monde, ce que je ne conseille à personne.

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Jeanne » dim. 30 déc. 2018, 16:49

Vivre ensemble, selon moi, cela implique forcément la diversité et le multiculturalisme. Par principe. Si je vivais ensemble avec que des gens comme moi, s' habillant comme moi, mangeant comme moi, ayant la même culture que moi, pensant comme moi, buvant leur thé comme moi... Ce ne serait pas du VIVRE ENSEMBLE. Mais juste un truc malsain ou à la fin on sera tous cousins, parce que les voisins ont un accent bizarre et mangent des trucs que nous ne mangeons pas et écoutent de la musique barbare...

Si on veut VIVRE ENSEMBLE, on est forcé d' aller vers l' autre. Un couscous? Yeah. Une zumba? pourquoi pas. Une Pizza? Inscrivez moi. Des cours de flamenco? Reservez pour deux personnes de ma part. Multiculturalisme? Je mange des nems fait maison, j' écoute du rap américain, mon ordi est mi chinois mi américain, je porte des habits made in pakistan, je colporte une blague venue du canada, et je porte un prénom n' existant pas en france sous Louis XV. Monoculturalisme? Je vis dans une grotte avec mes cousins. Point.
Mais ça n'est pas du tout la même chose, la diversité et le multiculturalisme.

Le multiculturalisme, comme je l'ai exprimé, et pas que moi mais aussi ceux qui le défendent, est un choix politique, une idéologie, adossée au relativisme. Êtes-vous relativiste, Bassmeg ? Pensez-vous que toutes les cultures se valent et doivent coexister chacune avec ses règles au sein d'une nation (dont conséquemment le concept s'effrite dans la mesure où la cohésion autour d'objectifs communs n'existe plus) ?

Que pensez-vous d'une tolérance à la pratique de l'excision en France, pour des personnes issues d'une culture où elle se pratique ? Du mariage polygame, où entre un adulte et un enfant, ou je ne sais encore, parce que cela se pratique dans leur culture ? Pensez-vous qu'il faille, en France, renoncer à l'universalité du Bien tel que nous, catholiques, souhaitons le promouvoir ? Croyez-vous à l'universalité des valeurs que vous défendez ? Où pensez-vous que toutes choses se valent et sont égales par ailleurs ? En France, doit-on adapter les lois, les droits et les devoirs, les ajuster aux minorités ?

Pourquoi, au nom de la tolérance, de l'ouverture, du progrès, devrait-on fermer les yeux et davantage : encourager, des valeurs qui ne sont pas celles qui ont fondées notre civilisation et qui sont potentiellement intolérantes ?

Pourquoi sommes-nous prêts à libérer les femmes opprimées au nom de nos valeurs là-bas et pourquoi ici les pensons-nous opprimées si nous leur demandons de se soumettre à nos valeurs ?

Le multiculturalisme, ce n'est pas la promotion de la diversité. C'est la promotion de l'anéantissement, et la meilleure façon de dresser les gens les uns contre les autres. C'est une impasse.

Re: Dire non aux idéologues de la diversité

Message par Bassmeg » sam. 29 déc. 2018, 23:54

Bonjour,
J'entends ce que vous dites, Bassmeg.
Or ce n'est pas la diversité qui est problématique mais bien le multiculturalisme, en tant qu'idéologie porteuse d'un projet pour les nations.
Adossé au relativisme culturel, il fait de l'exception une norme, envisage des adaptations des lois mais aussi des droits et devoirs en fonction des particularités culturelles de chacun.
Le relativisme culturel, et partant le multiculturalisme, est bien une impasse, et une menace pour le "bien vivre ensemble" cher aux défenseurs de la diversité.
Bonsoir Jeanne. Merci pour votre politesse et votre cordialité. On en a besoin, par les temps qui courent.
Vivre ensemble, selon moi, cela implique forcément la diversité et le multiculturalisme. Par principe.
Si je vivais ensemble avec que des gens comme moi, s' habillant comme moi, mangeant comme moi, ayant la même culture que moi, pensant comme moi, buvant leur thé comme moi... Ce ne serait pas du VIVRE ENSEMBLE. Mais juste un truc malsain ou à la fin on sera tous cousins, parce que les voisins ont un accent bizarre et mangent des trucs que nous ne mangeons pas et écoutent de la musique barbare...

Si on veut VIVRE ENSEMBLE, on est forcé d' aller vers l' autre. Un couscous? Yeah. Une zumba? pourquoi pas. Une Pizza? Inscrivez moi. Des cours de flamenco? Reservez pour deux personnes de ma part.
Multiculturalisme? Je mange des nems fait maison, j' écoute du rap américain, mon ordi est mi chinois mi américain, je porte des habits made in pakistan, je colporte une blague venue du canada, et je porte un prénom n' existant pas en france sous Louis XV.
Monoculturalisme? Je vis dans une grotte avec mes cousins. Point.

Si c' est votre choix, alors ainsi soit il. Mais moi, je veux connaitre john et rachid, connaitre l' islam et le judaisme, manger des falafels et des tandooris, avoir un berger allemand et une voiture japonaise, lire khalil gibran et picsou magazine, écouter une blague turque mal traduite en hongrois que je traduirais ensuite mal en français.
Vous pouvez à votre guise prendre ce train en marche. La plupart des gens que je connais qui ne se posent même pas la question de la nationalité ou de la diversité sont d' une grande chaleur humaine. On ne se pose jamais la question de la distance culturelle qui nous sépare de notre interlocuteur. Pas parce qu' on est idiots et irresponsables. Pas parce que nous serions des idiots utiles des lobbys (blablabla).
Non, juste parce que quand je croise un français, une belge ou un malgache, je m' en fiche, en fait. Certains sont sympas, d' autres pas du tout, et alors?
Le multiculturalisme s' impose à nous Jeanne. Ni vous ni moi ne pourrions fermer les frontières, les aéroports, les gares et les routes.
Cette option là n' est plus sur la table depuis longtemps. Ma famille est arrivée, nous faisons souche et nous intégrons, sans renier notre culture, mais plutôt en en enrichissant la culture française. C' est comme cela que la culture française fonctionne, depuis des siècles.
Et à l' inverse, dans des coins, depuis des siècles, certaines idéologies prônent l' isolement génétique, philosophique et idéologique. Souvent au nom d' une idée toute personnelle de "LA FRANCE". Mais comme je vous l' ai dit, à moins de fermer les gares les routes et tout ça, c' est impossible aujourd'hui.
Il vaudrait peut être mieux faire avec, non? On est là , non? On va quand même pas être refoulé?

Haut