Homosexualité et psychiatrie

Répondre


Cette question est un moyen de lutter contre les publications automatisées indésirables.
Émoticônes
:?: :!: :arrow: :nule: :coeur: :) ;) :( :mal: :D :-D :oops: :cool: :/ :oui: :> :diable: <: :s :hypocrite: :p :amoureux: :clown: :rire: :-[ :sonne: :ciao: :zut: :siffle: :saint: :roule: :incertain: :clap: :fleur: :-@ :non: :cry: :bomb: :exclamation: :dormir: :wow: :boxe: :furieux: :toast: :dance: :flash:
Accéder à davantage d’émoticônes

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : Homosexualité et psychiatrie

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par PaxetBonum » jeu. 20 sept. 2018, 9:47

Si il voulait subrepticement contrer l esprit d indifference envers les gens ayant une sexualité non compatible avec l ancien testament, il ne s y prendrait pas differemment.
N'est-ce pas son devoir de rappeler la Vérité de la Loi divine ?
On a tous nos gouts, non?
Le péché n'est pas une affaire de goût.
Le gourmand qui pèche en mangeant une tarte à la fraise ne pèche pas moins que le gourmand qui mange un canard à l'orange.
Que les familles ayant un enfant homo considerent ca comme un probleme psychiatrique appellant un traitement et une guerison????
Rien n'est impossible à Dieu et il y a des cas de guérisons, certains en témoignent eux-mêmes.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par PaxetBonum » mar. 18 sept. 2018, 20:55

"Au soir de notre vie nous serons jugés sur l'amour" rappelle le pape François.
L'amour c'est de permettre à chacun de rencontrer Notre Seigneur Jésus le Christ et non de laisser ceux qui nous entourent se perdre par respect humain.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par PaxetBonum » mar. 18 sept. 2018, 20:53

Le truc, c est que les homos ne souffrent pas de leur sexualité ou gouts amoureux. Ce dont ils souffrent parfois, c est d etre considérés comme des malades mentaux, des déviants, des abominables ou je sais pas quoi.
Et bien je peux témoigner pour en avoir discuter avec des homosexuels, certains m'ont clairement dit qu'ils souffraient de ne pas pouvoir fonder de famille avec une femme. Je me rappelle d'un qui me disait avoir essayé de se mettre avec une femme, mais ça n'avait pas fonctionné.
Il souffrait de son penchant et si une solution pouvait lui être présenté pour en sortir, il l'aurait volontiers suivie.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par SergeA » mar. 18 sept. 2018, 19:50

Hum. Et sur l'apparence physique ?
Tout est lié.
D'autre part si le psychisme a tant d'effet sur le corps, c'est toujours le psychisme qui est différent, ça ne change rien et d'autre part, si ça a autant d'influence, quel est alors l'effet de l'abstinence sur le psychisme ?
Là vous posez une question.
Mais il serait peut être aussi important de poser cette question en tenant compte de ce qui est décidé ou subit.
Je veux bien croire qu'un homosexuel ne décide pas de l'être. Mais un prêtre décide d'être abstinent.
Cela fait-il une différence selon vous ?
Je ne vais pas me transformer en Menguele pour démontrer la culpabilité supposée de qui que ce soit. Ce qui du reste n'effacerai pas la mienne. J'aime autant m'occuper de ma poutre plutôt que de perdre mon temps avec la paille des autres. C'est toute une théologie que celle de l'amour INCONDITIONNEL. Or c'est important, car comme dit St Jean de la Croix: "Au soir de notre vie nous serons jugés sur l'amour" rappelle le pape François.
Une fois de plus, je ne vois pas ou vous voulez en venir.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par Jesper Andieu » mar. 18 sept. 2018, 19:33

Hum. Et sur l'apparence physique ?

D'autre part si le psychisme a tant d'effet sur le corps, c'est toujours le psychisme qui est différent, ça ne change rien et d'autre part, si ça a autant d'influence, quel est alors l'effet de l'abstinence sur le psychisme ?
Je ne vais pas me transformer en Menguele pour démontrer la culpabilité supposée de qui que ce soit. Ce qui du reste n'effacerai pas la mienne. J'aime autant m'occuper de ma poutre plutôt que de perdre mon temps avec la paille des autres. C'est toute une théologie que celle de l'amour INCONDITIONNEL. Or c'est important, car comme dit St Jean de la Croix: "Au soir de notre vie nous serons jugés sur l'amour" rappelle le pape François.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par SergeA » mar. 18 sept. 2018, 19:28

J'en déduis qu'ils n'y sont pour rien.
Mais selon moi, ils n'y sont pour rien et même si il n'y avait pas de différence cérébrale.
Mais je vous suggère de vous documenter sur l'épigénétique et l'influence du psychisme sur le corps et les gènes.
Cela pourrait aussi être un point à prendre en compte.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par Jesper Andieu » mar. 18 sept. 2018, 19:26

J'en déduis qu'ils n'y sont pour rien.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par SergeA » mar. 18 sept. 2018, 19:24

"En étudiant davantage le cerveau humain, des scientifiques ont découvert des différences dans certaines régions cérébrales entre les hommes hétérosexuels et homosexuels."
Peut-être, mais ce qui sera intéressant, c'est ce que vous en déduisez.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par Jesper Andieu » mar. 18 sept. 2018, 19:22

"En étudiant davantage le cerveau humain, des scientifiques ont découvert des différences dans certaines régions cérébrales entre les hommes hétérosexuels et homosexuels."

Et puisque je suis taquin: si un homosexuel a des relations hétérosexuelles, peut-on parler de déviance ?

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par SergeA » mar. 18 sept. 2018, 19:19

Assimiler l'homosexualité a une maladie mentale c'est de l'homophobie. Et l'homophobie est punie par la loi. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est le législateur.
Vous n'avez pas besoin de vous répéter. Je pense que la plupart des lecteurs comprennent vos propos.
En ce qui me concerne je les comprends la plupart du temps.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par Jesper Andieu » mar. 18 sept. 2018, 19:17

Assimiler l'homosexualité a une maladie mentale c'est de l'homophobie. Et l'homophobie est punie par la loi. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est le législateur.
La DISCRIMINATION sur des bases sexuelles est interdite.
C'est en 1990 que l'OMS retire l'homosexualité des listes de la maladie mentale.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par SergeA » mar. 18 sept. 2018, 19:15

Je crois que ce type de cheminement existent encore aux Etats-Unis.
Oui. Un peu comme tout ce qui contribue à la destruction du monde d'ailleurs...
Avez-vous vu ces "exorcismes" appliqués par des "chrétiens" plus ou moins évangéliques ou pentecôtistes où les gens sont trainés par terre et sur lesquels on braille comme des possédés parce qu'ils sont homosexuels - ou supposés tels ? Ah on peut dire que c'est un bien beau témoignage de l'amour de Dieu et de la douceur évangélique ! Je pense personnellement que ceux qui font ça comme ça devraient aller faire un tour en prison.
Oui, impressionnant ces exorcismes où on soigne l'homosexualité ? Si vous le dites, mais aussi, les verrues, le mal à l'estomac, les propriétaires dont les vaches qui ne vêlent pas, etc ... Faut pas être systématiquement réducteur.
L'homosexualité considérée comme une "maladie" c'est de l'homophobie, et l'homophobie est punie par la loi. Je le rappelle au cas où. En fait, comme Dieu, j'aime les homosexuels. Je n'ai envie ni de les blesser, ni de les juger, ni de" les guérir (c'est à dire en faire ce que je voudrais qu'ils soient, comme le font les sorciers) juste envie de leur parler des joies que l'on trouve dans la prière confiante.
Quelqu'un a été condamné par ici ? Non ? Alors c'est qu'il n'y a pas d'homophobes. cqfd.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par Bassmeg » mar. 18 sept. 2018, 19:03

la psychiatrie et surtout la pedo psy s'occupe de la souffrance psychique en général.
Euuuuh, oui, la souffrance psychique est une maladie, donc la psychiatrie est a sa place.

Le truc, c est que les homos ne souffrent pas de leur sexualité ou gouts amoureux. Ce dont ils souffrent parfois, c est d etre considérés comme des malades mentaux, des déviants, des abominables ou je sais pas quoi.

Si on fiche la paix a un homo, il ne souffre pas. Juste il vivra sa vie.

Si par contre, on commence a lui raconter qu il fait des abominations, qu il ferait bien d aller chez le psy, qu il va aller en enfer pour toute l eternité parce qu il aime de tout son coeur raymond et pas raymonde,

ben, la , OUI, il y aura de la souffrance psychique.
Mais elle ne sera pas due a ses gouts amoureux. Mais seulement au conformisme sexuel de son entourage et aux possibles influences ideologiques de l entourage en question.

Si mon cousin de 12 ans aime TEL genre de personnes (on a tous des gouts en la matiere),
Il n en souffrira pas, a moins que quelqu un le fasse souffrir a cause de ses gouts.



ET si Francois parlait de soigner la souffrance psychique des jeunes homos victimes d homophobie,
alors la, je comprends mieux, mais a mon avis, ce serai quand meme bien mal joué.

Il aurait mieux valu dire que la psychiatrie peut faire beaucoup pour les homophobes... pas pour les homos.

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par SergeA » mar. 18 sept. 2018, 19:00

prodigal ... la voix de la sagesse ! :oui:

Re: Homosexualité et psychiatrie

Message par prodigal » mar. 18 sept. 2018, 18:57

Je pense comme vous, chère Kerniou, que la psychiatrie dans le contexte des paroles prononcées par François a vocation à s'occuper de la souffrance. Pour compléter ce que dit aussi SergeA, j'ai entendu dire par une personne convaincante qu'en Argentine on ne distinguait pas vraiment psychiatrie et psychologie.
Rappelons encore une fois que ce n'est qu'une possibilité qui a été esquissée, sans insistance, parce que, tout simplement, il arrive qu'un psychologue fasse du bien quand on est en souffrance, et cela peut arriver dans les situations concernées par la question posée.
J'ajouterai deux petites remarques en passant.
1) il arrive que la psychologie ait à soigner non pas une personne, mais une relation de cette personne à son entourage. Un adolescent catholique se découvrant homosexuel peut objectivement être dans une situation difficile à vivre, sans du tout qu'il soit malade, lui.
2) si le pape a tort, alors il s'ensuit que lorsque un tel cas se produit (l'enfant d'un couple catholique dit à ses parents qu'il se croit homosexuel) il faut le laisser se débrouiller seul. Ce n'est pas évident.
Pour des tas de raisons je ne risque pas de me retrouver dans cette situation mais je trouve qu'elle mérite que l'on soit prudent dans ses jugements.

Haut